Le parlement turc avalise comme prévu le projet de déploiement de forces turques en Libye, rapide état des lieux des forces en présence

Comme prévu, le parlement turc réuni en session extraordinaire vient d’approuver l’envoi de forces militaires pour soutenir le gouvernement d’entente nationale de Tripoli en Libye.

On savait que la Turquie allait tout faire pour envoyer légalement des troupes à Tripoli et Misrata après avoir envoyé des mois durant des armes et des « conseillers militaires » pour soutenir le gouvernement de Fayez al-Sarraj.

A la lumière de ce dernier développement attendu, passons en revue maintenant de façons succincte mais exhaustive la liste des intervenants étrangers dans la guerre en cours en Libye, une guerre faut-il le rappeler, déclenchée le 19 mars 2011 par le trio Barack Obama, Nicolas Sarkozy et David Cameron, respectivement ex-Président des États-Unis, ex-Président de la France et ex-Premier ministre de la Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord:

I- FORCES INTERNATIONALES ET SUPPLÉTIVES SOUTENANT L’ARMÉE NATIONALE LIBYENNE OU LNA DU MARÉCHAL KHALIFA HAFTAR (GOUVERNEMENT NON RECONNU DE TOBROUK ET PARLEMENT RÉFUGIÉ À AL-BAYDA):

  1. Forces armées égyptiennes, notamment des forces spéciales, des blindés et des avions de combat.
  2. Présence avérée et sporadique de mercenaires français appartenant à huit sociétés privées de sécurité ainsi que des officiers de liaison et des hommes des COS (cf. abandon du QG de Haftar à Gharyan et exfiltration via la Tunisie). En outre la France a fourni aux forces de Haftar des missiles antichar FGM-148 de fabrication US ainsi que des équipements spéciaux.
  3. Instructeurs et conseillers militaires jordaniens en plus de blindés légers.
  4. Drones d’attaque et avions de combat des Emirats Arabes Unis, qui ont envoyé en Libye leur propre compagnie de sécurité privée gérée par des anciens vétérans de l’ex-Blackwater et de Academi.
  5. Combattants soudanais de l’Armée de Libération du Soudan, aile d’Abdelwahed.
  6. De 500 à 700 combattants soudanais, concentrés à Jufrah.
  7. Des centaines de combattants Tobbou du Tchad (contrôle de Sabha) dans le Fezzan.
  8. 1200 combattants Janjawid du Soudan, concentrés principalement dans le croissant pétrolifére.
  9. Mercenaires recrutés au Niger et au Tchad.
  10. Groupe Wagner avec prédominance de combattants ukrainiens, serbes, monténegrins, lettons, bulgares et grecs, etc.
  11. Pilotes de combat de location issus de 13 pays du Moyen-Orient, d’Europe et d’Amérique du Sud.
  12. Observateurs US.

II- FORCES ÉTRANGÈRES SOUTENANT LE GOUVERNEMENT D’ENTENTE NATIONALES DE TRIPOLI (FAYEZ AL-SARRAJ)

  1. Officiers de liaison des services spéciaux turcs, présence de forces spéciales et d’opérateurs de drones d’attaque turcs.
  2. Blindés et éléments de l’artillerie auto tractée de fabrication turque
  3. Éléments des services de renseignement italiens et intermédiaires en courtage dans le commerce des armes.
  4. Afflux de combattants rebelles syriens via Gaziantep (Turquie)
  5. Mercenaires du Niger et du Mali.
  6. Observateurs US.
  7. Précurseurs britanniques des SAS ou Special Air Service en compagnie d’agents chargés d’observer l’évolution de la situation.

La guerre civile en Libye rappelle de par sa complexité et le nombre d’intervenants étrangers certains aspects de la terrible guerre d’Espagne de 1936 mais l’analogie s’arrête à ce dernier aspect. Il semble que le pétrole dont la Libye regorge ne soit pas la seule raison de ces rivalités croisées entre des pays de l’Otan et du voisinage géopolitique immédiat et éloigné autour de la Libye. L’objectif semble bien plus grand et important: il s’agit d’un nouveau remodelage stratégique majeur où chaque pays entend avoir sa petite place au soleil.

Publicités

57 Replies to “Le parlement turc avalise comme prévu le projet de déploiement de forces turques en Libye, rapide état des lieux des forces en présence”

  1. C’est tout le Moyen Orient qui tremble, l’Amérique habituée à son 1000 adverses pour un soldat US, se croit toujours dans cette bulle, toute faite.
    C’est officiellement un acte de guerre qui va voir la région se transformer de fond en comble, et qui devrait aboutir à la fin de l’existence de l’état d’Israèl.
    C’est l' »equivalent de l’assassinat du duc autrichien qui avait déclenché la 1° guerre mondiale, l’assassinat d’Ernst vom Rath qui avait précipité les hostilités.
    C’est offficiiel les US en assassinant lachement un général iranien se sont précipités dans une guerre qui précipera la fin définitive de la présence US dans la région. Guerre qui va completement transformé et de façon durable notre quotidien. Precisions que cette guerre a été voulue, déclenchée par le lobbying de l’AIPAC c’est eux les responsables de cette guerre.

    1. Nous devons impérativement nous préparer à soutenir la Résistance (la vraie) partout dans le monde et par tous les moyens possibles et imaginables…, après une période de deuil national de trois jours, pour honorer la mémoire du grand stratège, (mais pas irremplaçable), le Général de division Qassim Soleimani, commandant de la force iranienne Quds (Jerusalem) attendez vous au pire, étasuniens et sionistes de mes fesses! c’est signé sergio

      1. Pas besoin de vous rappeler les consignes basiques de prudence?… nous devons impérativement bannir (tous) les échanges avec les médias occidentaux (à l’instar de l’anti- modèle russe), ainsi que ceux qui leur sont inféodés, car notre ennemi, l’ennemi juré de la Résistance (la vraie) ne serait tardé! Préparez fissa vos propres fusils, ainsi que toutes les armes à votre disposition, l’heure fatidique du combat contre nos ennemis mortels étasuniens et leur laquais sioniste, est arrivée…

        1. La tribune est plutôt mal choisie pour cette harangue ; sur une estrade entourée de tes partisans ce serait bien plus efficace ; ici c’est juste un forum d’échanges d’informations et d’idées sur la géopolitique

          1. je confirme nous somme en guerre mais non pas contre le peuple américain mais contre l’état américain et ses force vive nous sommes aussi en guerre contre cet état policier français, ses dirigeant et ses larbins en uniforme nous sommes tous en guerre même si beaucoup ne le savent pas ils sont en guerre !

        2. nous sommes en guerre môssieu, et cette guerre, qui nous fût définitivement imposé, nous contraignant d’en assumer l’entière responsabilité (rappel pour les ignares) l’agression étasunienne, et seulement étasunienne, car suite à de multiples agressions et crimes divers et variés, les étasuniens sont passés à la vitesse supérieures, au point d’assassiner des personnalités de haut rang (dont, comme vous le savez parfaitement sont issues de l’axe de la Résistance, notre Résistance (la vraie) et dont nous devrions en assumer (selon les critères étasuniens) l’entière responsabilité (cherchez l’erreur ?)… petit rappel, pour vous et les vôtres: après le deuil national (sauf surprises de tailles) vous aurez en assumez toutes les conséquences, politiques et soi-disant géopolitiques! Afin que tous vos crimes, que vous aimeriez tant imputer aux seuls peuples régionaux… non merci môssieu le donneur de leçon! Nous sommes en guerre môssieu le donneur de leçon, et votre argutie de bazar ne tient évidemment pas la route…

          1. « … Le châtiment juste contre ses assassins criminels qui sont les pires méchants de ce monde relèvera de la responsabilité, du dépôt et de l’action de tous les combattants de la résistance et des moudjahidines du monde entier. … » dont je suis et pour toujours, et c’est signé sergio

      1. Y a un malentendu, c’est que c’est pas aussi binaire que ça a l’air. Pourquoi Sergio m’explique pas comment l’IRAN était dans tous les coups fourrés américain dans les années 90?
        Quand les accords d’Oslo avaient assuré la pénétration (c’est bien le terme) d’islam en Europe, vous viviez la lune de miel avec Israël et ses succursales politico-médiatiques. Et maintenant tu veux embrigader dans ta milice.
        Désolé mon bonhomme, je n’ai pour ambition que d’être et rester un observateur lucide.

        1. Iran Contras et compagnie. Oui. Par contre non les Accords d’Oslo n’avaient d’autre objectif que de mettre à terre le noyau éventuel d’un État palestinien et cet objectif fut atteint.
          Pour l’immigration à dissocier de l’islam, c’est une autre paire de manche. L’islam est présent en Europe depuis au moins 1300 ans. Il se trouve qu’il est devenu un fond de commerce pour certains qui l’utilisent à toutes les sauces à des fins politiciennes et le plus souvent populistes. C’est une autre affaire.

          1. Désolé Strategika, pour une fois je suis pas d’accord. J’espère juste qu’on apprendra un jour ce que contenait le volet non divulgué des accords d’Oslo. En attendant, je sais que t’es une personne très bien renseignée et honnête homme. Creuse un peu et tu arriveras aux mêmes conclusions que moi.

          2. Vous faites probablement allusion à la clause du non retour des Palestiniens et de la nécessité de leur donner la nationalité ou du moins la résidence permanente des pays d’accueil, plus exactement dans les pays de l’union européenne, le Canada et l’Australie. Cette clause a été rejetée par certains pays Arabes qui y voyaient un piège.
            Les flux migratoires en Europe ont été aggravés par la déstabilisation du Kurdistan irakien et la guerre d’Afghanistan avant que le supposé printemps Arabe n’ouvre toutes les vannes. Le problème est que les gouvernements UE encouragent ce déluge en y voyant un gage de la poursuite du consumérisme dans l’avenir.

          3. Exactement S51
            Merci d’avoir remis les choses dans leur contexte.
            Sclavus le foie de morue, c’est bon pour la mémoire.
            T’énerve pas je rigole 😂😂

          4. @bonus.
            Sans entrer dans les finesses de calcules chronologiques sur la présence de l’islam en Europe car le fond du problème ne se situe pas là, je veux juste dire que vos alliances à géométrie variable selon vos intérêts géopolitiques du moment ne m’intéressent pas. Présence d’islam en Europe en tant que religion parmi d’autres n’ofusqe que que des imbéciles. Sa forme wahabite (secte extrémistes concoctée dans les cuisines des services secrets atlantistes) que les criminels veulent nous imposer en l’agrémentant de toutes sortes de sauces au fumet paxofraternel et victimaire est une autre histoire. A mes yeux rien d’autre qu’une guerre.
            Et puis je vous trouve gonflés à prendre les gentils pour des crétins à ce point: apeler à une espèce de guerre Sainte contre le grand Satan américain/sioniste comme si vous n’étiez ni assez grands ni assez nombreux pour vous torcher tout seuls. Tout ça parce que vos alliés de hier ont tués un général.
            Mais un général n’est qu’un soldats, qu’il périsse par l’épée est dans la logique des choses.

          5. « Vous faites probablement allusion à la clause du non-retour des Palestiniens… »
            Pas du tout ; le peuple Palestinien est exemplaire de dignité et n’a jamais représenté une quelconque menace ni pour l’Europe (et encore moins pour le continent américain). De plus ils sont insignifiants d’un point de vue démographique. Les rares que j’ai connu m’ont racontés comment la police de Sarko faisait tout pour discréditer leur manifestations pacifiques à Paris, en les confinant dans les espaces restreints.
            Je voulais plutôt parler de ce formidable concert philharmonique: Plateaux-télé, papier glacé, instrumentalisation des institutions internationales etc. qui été joué avec une telle précision qu’encore aujourd’hui (30 ans après) je reste sans voix.
            à partir du moment où Yitzak Rabin avait prononcé ce fameux discours: « Assez de sang sur cette terre… etc. etc. (un très beau discours par ailleurs) tout avait été fait pour diriger le tsunami islamique sur le monde slavo-orthodoxe ; même Jean Polsky s’y est mis.
            tout était fait pour dresser l’islamisme contre les peuples Slaves ; les architectes de cette construction géopolitique ayant la tête près du bonnet: Une civilisation qui vivait – et vit encore – un moment historique comparable à ce que vivait le Catholicisme au 16e siècle: modification démographique et spirituelle (un curieux détail: si vous comparez l’âge des deux religion vous arrivez à la conclusion que la fin du 15e pour le monde catholique correspond à la fin du 20e pour l’Islam : qqchose entre l’adolescence et la jeunesse) nécessitant de nouveaux territoires.
            Le malaise pour l’Islam c’est qu’il n y a plus de continent à conquérir ; les Cathos étaient chanceux: d’immenses espaces faiblement habités, la quinzaine d’enfants par femme anglaise pouvait aller chercher la chance sur d’autres continents (on dit « découverts » comme si personne ne les avait habité avant).
            Le monde islamique n’a pas cette chance là ; la raison pour laquelle les architectes sioniste – sachant parfaitement que les forces géopolitique obéissent aux lois des vases communicants – ont tout fait pour les diriger vers une civilisation fraichement esquintée par le communisme.
            Sans parler des autres facteurs : Richesse et immensité de la Russie (18MKm²) que les Khazars hystériques considèrent leur appartenir ; sans parler de ce vieux ressentiment des banquiers transatlantiques (Khazars pour la plupart mais pas que) qui avaient investis tellement de sous dans la construction d’URSS que leurs descendants doivent encore se réveiller la nuit par de terrible cauchemars où Djuga placide et serein – fumant tranquillement sa pipe leur arrache d’un coup de ciseau la bourse pleine de pièces d’or.
            Tout était fait – et se fait encore – pour que les leaders du monde arabe qui prônaient le dialogue et la tolérance soient d’abord discrédités, ensuite trucidés : Sadam, Khadafi, Bachar… Ce qui intéressait les officines politico-médiatiques occidentales (avec assez souvent des personnalités proches du sionisme ou carrément sionistes mais ils sont loin d’avoir l’exclusivité de cette cuisine) c’est le sang ; plus ça saignait mieux ça allait.
            Suivez l’évolution idéologique et les agissements des personnalités comme Kozyrev, Fabius, Badinter, Finki, BHL, Kouchner, Bruckner, Adler, Berëzovsky, Albright, couple Clinton, Kissinger (j’en passe et des meilleurs car il faudra trois pages pour les énumérer tous) et vous arriverez à la même conclusion que moi : Les accord d’Oslo sont le top de départ d’un échange des territoires : un bout du désert (promis parait-il ; promis par qui et pourquoi ?) où le peuple Palestinien doit passer à la trappe contre du beau, fécond et concret (on ne le nomme pas par hasard Heartland) que ceux à qui quelqu’un avait promis le bout de Palestine se permettent de promettre aux pétroliers qui investissent dans les formes extrémistes de la religion musulmane.
            Ce projet est encore valable ; encore à l’œuvre.
            Mais je pense malgré tout que le ciel est peuplé aussi et que les forces qui le peuplent ne voient pas d’un œil bienveillant ou complice ce genre de projets criminels.

        2. J’allais te donner raison, mais comme tu t’es in peux emporter eh bien je dis rien.😉

  2. C’est en train de monter en ébullition.
    J’ai l’impression que cette fois ci la vengeance ne sera pas un plat qui se mange froid !!!
    ÇA CRAINT VRAIMENT.

    Irak : le Hachd appelle « tous les combattants » à se « tenir prêts ». Moqtada Sadr réactive son armée anti-US. – Site de la chaîne AlManar-Liban
    https://french.almanar.com.lb/1602218

  3. LES GUERRES QUI SE PRÉPARE N’ONT ILS PAS UN LIEN AVEC CELA ???

    Le réchauffement atmosphérique n’est pas dû à un effet de serre
    ( les gaz à effet de serre n’existent pas )

    Dans ce petit passage du livre, le Fils de l’Homme explique que le réchauffement de l’atmosphère n’est pas dû à un effet de serre provoqué par des gaz comme l’affirment les scientifiques dans leurs divagations car, pour que cet effet de serre ait lieu, il faudrait un couvercle matériel au-dessus de l’atmosphère qui renvoie les ondes. Or, il n’y a rien.

    Non, le réchauffement de la mince couche d’air (45 Km environ) est dû à la chaleur grandissante, provenant des activités humaines, et uniquement à la chaleur. (Voir ci-dessous)

    ( Extrait du Chapitre 40 du Livre de Vie de l’Agneau )

    Le climat au soir du monde
    (26) En dehors de ces choses, il faut savoir que les déserts ne se développent pas aujourd’hui à cause d’un quelconque changement climatique naturel ; car, le climat de la Terre, désormais stabilisée sur son orbite, ne change pas. L’accroissement de déserts est essentiellement dû au surnombre d’hommes et à leurs activités. En effet, au terme de ces siècles du malheur, nous voyons la température de l’atmosphère s’accroître, non par effet de serre mais parce que la mince couche d’air est chauffée en permanence et toujours plus par les nombreux incendies de forêt, par l’intense chaleur des villes de plus en plus monstrueuses, par le nombre insoutenable d’êtres humains et de bêtes d’élevage, par l’industrie, par les énormes surfaces bitumées, et par les innombrables véhicules et autres engins qui parcourent la terre, les mers et le ciel. Outre leur grand réchauffement et leur pollution, les masses d’air sont alors stagnantes ou turbulentes, en ayant pour conséquences de graves perturbations atmosphériques qui provoquent des inondations dévastatrices ici et des sécheresses catastrophiques là, car tout le climat est déséquilibré.

    (27) Le climat tempéré de notre planète est dû à la chaleur interne produite par le noyau, qui se fait sentir depuis le fond de la mer jusque dans les airs, et à la température solaire qui est idéale sur l’orbite ou nous nous trouvons. L’équilibre climatique qui en résulte ne doit point être perturbé par l’homme, sinon il faut s’attendre rapidement à la fin de tout ce qui vit.

    (28) Aujourd’hui cependant, chacun peut constater que la très fine couche atmosphérique ne peut plus s’épurer convenablement. Il faut que cela se termine, car l’air se pollue tous les jours davantage, et la température s’élève, comme le montre à l’évidence la fonte des glaciers. Sachez aussi à ce sujet, et contrairement à ce qu’il se dit, que la fonte des glaces due au réchauffement sensible de l’air ne peut élever le niveau de la mer d’aucune manière. Un enfant comprend que si une augmentation de la température atmosphérique fait fondre la glace, elle fait aussi évaporer l’eau en conséquence, en laissant inchangé le niveau de la mer… Seule l’épaisseur de l’atmosphère s’accroît dans cette affaire, et change le climat en conséquence.

    (29) Mais en raison de la surpopulation qui va croissante, de l’industrie qui ne cesse de se développer, de l’augmentation continuelle des machines utilisant la combustion, des villes qui s’étendent à l’infini, de la déforestation qui se généralise, et de tout ce qui résulte de l’abandon des valeurs essentielles de l’existence montrées par la loi, les conditions de vie à l’origine du monde régressent quotidiennement. Si donc rien n’interrompait leur destruction, le monde s’approcherait du moment où plus aucun être ne pourrait subsister. Pensez que si seulement les insectes ou certains d’entre eux disparaissaient du monde, le monde entier disparaîtrait avec eux.

    (30) Chacun sait qu’il suffit de peu pour déséquilibrer un tout et y mettre un terme. C’est pourquoi la détérioration climatique que l’on constate au soir du monde est une infamie quasi volontaire commise par les gouvernants. Or, plus rien ne peut arrêter l’amplification d’une telle calamité, si ce n’est la fin de ceux qui se donnent des pouvoirs sans anticiper leurs responsabilités.

    La lecture complète du Livre de Vie montre qu’il en est bien ainsi sur le climat

    Le climat, la climatologie, le réchauffement de l’atmosphère démontrés par le Fils de l’Homme

    La version originale du Livre de Vie de l’Agneau est en libre téléchargement aux formats PDF et EPUB sur son site lelivredevie.com

  4. Quelques vérités sur trois siècles de colonialisme turc en Algérie.

    Mr Erdogan devrait ouvrir les pages sombres de l’histoire de l’empire ottoman dont il est l’héritier et il s’apercevrait qu’il y a énormément de choses à ne pas dire et encore moins à entendre. Et quand il convoque la colonisation de la France en Algérie pour se défendre contre la loi votée par l’assemblée française concernant le génocide arménien, il est mal inspiré et il a un trou de mémoire, il est dans un trou d’air. Avant tout, il doit balayer devant sa porte avant d’évoquer ce sujet à moins qu’il veuille dire: l’ennemi de mon ennemi est à mon ami et attirer ainsi la sympathie des algériens.
    Alors parlons un peu de la présence turque en Algérie afin de rafraîchir la mémoire du premier ministre de la Turquie Moderne.
    En s’emparant d’Alger en 1530 après avoir chassé les Espagnols du Pénon, le corsaire turque Aroudj surnommé Barberousse, fit étrangler Salim Toumi des Beni Mézghana (prince d’Alger) avant d’épouser sa femme Salima. Par ce geste de terreur, il voulut marquer les esprits des habitants d’Alger qui avaient refusé dans un premier temps sa présence en s’alliant à la dynastie Berbère des Hafsides qui l’avait combattu durement.
    Il y instaura alors un régime de répression inouïe pour les punir.
    Dès la prise d’Alger par les pirates Ottomans jusqu’à leur départ forcé en 1830, tous les deys qui s’étaient succédés à la régence étaient tous sans exception des janissaires (pirates) d’importation venus d’Albanie, de Venise, de Bosnie, de Crête, du Caucase mais aucun d’eux ne fut un autochtone. Et pourtant, jusqu’à preuve du contraire les Berbères étaient et restent en majorité musulmans.
    Les Turcs avaient institué un apartheid en Algérie. Au sommet de la hiérarchie sociale se trouvaient les janissaires ottomans, puis les Koulouglis ( issus des mariages entre les turcs et les algériennes) les Chrétiens, les Juifs puis au bas de l’échelle pataugeaient les algériens de souche.
    A la tombée de la nuit, les autochtones étaient chassés de la Casbah d’Alger et seules les femmes y étaient tolérées pour assouvir l’ardeur sexuelle des janissaires.
    Chaque année partaient d’Alger vers la Porte Sublime( Istambul) des bateaux, les cales pleines d’or et de marchandises ainsi que des esclaves berbères sexuelles, la plus âgée ne dépassait guère les dix huit ans. C’étaient des cadeaux d’allégeance au Calife Ottoman.
    Pour montrer la cruauté et la haine que nourrissaient les ottomans à l’égard des Algériens, un Bey (gouverneur) de Constantine du nom de Chaker au XVIII siècle exigea de ses subordonnés que chaque matin quand il sortait de son palais, il devait voir sur son passage au moins une vingtaine de têtes d’hommes plantés sur des piquets. On racontait qu’il entrait en transe en apercevant un tel spectacle. Il murmurait alors : » c’est tout ce qu’ils méritent ».
    Une autre histoire qui reste encore vivace dans l’esprit de nombreux Kabyles pour édulcorer la barbarie que pratiquait les Turcs dans la régence d’Alger. Un jour un commandant de janissaire qui devait récolter les impôts, s’arrêta auprès d’un chef de mechta de Kabylie. Ce dernier végétait dans l’indigence; il égorgea alors l’unique poulet de ferme qu’il possédait pour faire honneur à son invité de marque.
    Ce chef de tribu avait un garçon qui était âgé à peine de cinq, se mit pleurer en voyant le poulet. Sa mère lui donna une cuisse pour le calmer. Et lorsque il présenta le plat de couscous avec le poulet, le commandant des janissaires constata qu’il manquait une cuisse. Il entra dans une terrible colère et demanda où était passée sa « cuisse ».
    Le pauvre chef de tribu bafouilla quelques instants en tremblant de peur puis finit par avouer la vérité.
    Le commandant turc exigea qu’on lui ramène sur le champ le garçon et avec rage, il l’écartela en criant : » C’est ainsi que je tue celui qui me désobéit. »…
    Hussein Dey, le dernier gouverneur d’Alger, en signant la reddition déclara: » Je n’ai que faire de ces vauriens d’Algériens, qu’ils aillent au diable » avant de s’embarquer pour Gênes. Mais il n’omit pas de garantir la sécurité des biens des Ottomans auprès des nouveaux maîtres d’Alger. Drôle d’esprit pour un chef musulman… Et au lieu de combattre, il préféra s’occuper du mariage de sa fille et laisser les soldats du maréchal de Bourmont prendre Alger sans tirer un coup de feu.
    Mr Erdogan oublie peut-être qu’en 1827, les chefs de tribus berbères s’étaient réunis dans un village à l’est d’Alger pour demander par écrit au roi de France Louis Philippe de venir les délivrer de la tyrannie des janissaires turcs et que c’étaient ses ancêtres qui avaient permis la colonisation de l’Algérie par la France à cause de leur lâcheté et surtout de leur cruauté…
    Mr Erdogan est amnésique, car jusqu’en 1972, la Turquie refusa de reconnaître l’indépendance de l’Algérie qu’elle considérait encore comme sa province lointaine qu’elle avait vendue à la France en 1830 et pensait encore la récupérer.
    Je ne doute pas que Mr Erdogan nourrit l’ambition de restaurer le Califat Ottoman et c’est pour cette unique raison qu’il s’est emparé de la colonisation de la France en Algérie et se placer ainsi en sauveur du monde arabo-islamique qui est en proie à son fameux printemps arabe. A vrai dire, il fait de la gesticulation pour noyer le poisson dans l’eau…
    J’espère que les historiens algériens s’emparent de la colonisation ottomane en Algérie qui avait duré trois siècles sans aucune réalisation digne d’être citée et surtout qu’ils ne soient pas atteint par la fraternité et l’amnésie islamiques pour mettre à nu la présence janissaire dans leur pays qui fut terrible…

    Quant aux députés français, ils seraient mieux inspirés de trouver les solutions pour endiguer l’islamisation de la France…
    Le génocide arménien doit être traité au niveau mondial pour contraindre la Turquie à le reconnaître officiellement et engager ainsi sa responsabilité et sans oublier au passage les autres peuples qui avaient subi le même sort, ceux qui n’ont pas de porte-parole tels les Tizganes…
    Les voix des franco-turques qui criaient le rejet de la France sous les fenêtres du palais de l’Assemblée, devraient faire réfléchir les représentants de la nation à revoir le code de la nationalité qui doit se mériter.
    Car aller à la pêche des voix des électeurs en faisant de la politique politicienne, ce n’est pas servir la France…

    Hamdane Ammar

    1. Merci, formidable contribution ; juste une précision: Les Janissaires n’étaient pas des pirates mais une troupe d’élite constituée d’enfants que les Turcs arrachaient de force aux familles chrétiennes de leurs colonies et formaient aux métiers d’armes pour servir aux quatre coins d’empire.

      1. Ne te réjouis pas trop vite SLAVUS HI HI HI HI HI HI
        Les deux faces de la même pièce c’est nous AH AH AH AH AH AH AH

        La double trahison des Marocains qui gouvernent en Algérie
        par LOUNÈS
        jeudi 31 juillet 2008
        « Sommes-nous vraiment gouvernés par des Algériens ? » Cette lancinante question, tout citoyen qui a eu affaire à l’administration, à la justice ou au pouvoir se l’est déjà posée à maintes reprises comme un éternel refrain. Au fil des générations, depuis 1962, la rumeur publique a accusé tour à tour « hizb frança » (parti de la France), les DAF (déserteurs de l’armée française), les harkis et tous les services de renseignement réunis (Mossad, KGB, CIA, DGSE, etc.) de se cacher derrière la Sécurité militaire (SM) le cœur du pouvoir algérien.

        Cette douteuse et malsaine impression que les dirigeants de l’État n’aiment ni l’Algérie ni son peuple a toujours plané autour de la relation gouvernants-gouvernés. On a tous remarqué cette terrible malsaine habitude des membres de la nomenklatura qui, dès qu’ils n’occupent aucune fonction officielle, « fuient à l’étranger » dont ils ne consentent à revenir que pour occuper un nouveau poste. D’où les appellations de « mercenaires » ou de « coopérants » dont ils ont été affublés par les nombreux cadres algériens dont la promotion a été barrée ou sabotée par ces pontes du régime.

        Les Marocains du Malg de Boussouf

        La vérité vient enfin d’être révélée par un de ces hommes de l’ombre qui font et défont les institutions du pays selon leur bon vouloir. Le journal Le Soir d’Algérie (1) a ouvert ses colonnes à son honorable correspondant Med Chafik Mesbah, ancien officier du DRS, qui a interviewé le colonel Ali Hamlat, ancien responsable des services techniques de la SM. D’après l’auteur, ce témoignage a été rédigé en 1999 sous le titre explicite : « Voilà comment sont nés les services secrets algériens », mais il ne le révèle que maintenant sans expliquer la raison de ce retard.

        Le colonel Hamlat lève donc « le voile sur cette première promotion des cadres de la Wilaya V, dont les membres ont, effectivement, constitué, pour la plupart, l’ossature du Malg ». À la question « Sur le plan social, quelle était l’origine des membres de cette promotion Larbi Ben M’hidi ? », Hamlat répond sans hésitation : « tous étaient issus, en règle générale, de familles de réfugiés, de fonctionnaires au service du gouvernement marocain ou, accessoirement, de commerçants et d’agriculteurs établis au Maroc de longue date. La petite bourgeoisie, pour utiliser une formulation marxiste ».

        Selon lui : « Le recensement effectué par l’Association des anciens du Malg a permis de situer à soixante-douze le nombre de stagiaires de cette promotion. »

        Leur directeur de stage, Khelifa Laroussi, mystérieux adjoint du mystérieux Boussouf, et père du golden boy déchu Rafik Khalifa, leur avait décrété : « Vous êtes les futurs ministres de l’Algérie indépendante ! » Selon les dires du colonel Hamlat, Boussouf leur avait déjà tracé les feuilles de route du contrôle du futur État algérien : « La première concernait la mission de contrôle au sein des unités de l’ALN. Ce contrôle était indispensable pour maîtriser l’évolution de la lutte armée et répondre aux exigences du combat et du commandement. D’autant que la qualité de l’encadrement militaire des unités était à parfaire au regard des faibles qualifications des moudjahidine de la première heure. La seconde se rapportait à la nécessité d’exploiter utilement la masse d’informations recueillies… par tout moyen disponible. En rapport avec les transmissions, mais aussi des informations recueillies auprès de prisonniers et toute autre source susceptible d’améliorer notre capital documentaire. »

        Le contraste du mode de vie des « Malgaches » (*) reconnu par Hamlat est déjà significatif de la différence d’état d’esprit entre les moudjahidines de l’intérieur et les « planqués » de l’extérieur. « Ces lycéens et étudiants vivaient, au Maroc, dans des conditions de vie parfaitement pacifiques et heureuses. Des conditions qui étaient tout à fait déséquilibrées, cependant, par rapport à celles de leur peuple et de leurs frères étudiants qui mourraient en Algérie. »

        Le colonel Hamlat cite quelques noms connus de cette fameuse promotion des Marocains du MALG : Hadjadj Malika, Miri Rachida, Hamid Ghozali, Abdessmed Chellali, Berri Mustapha, Mohamed Semache, Kerzabi Smail, Abdallah Khalef (Kasdi Merbah), Abdelkader Khalef (Kamal), Mustapha Khalef (Kamel), Ali Tounsi (Ghaouti), Ahmed Zerhouni (Ferhat), Hadj Azzout (Nacer), Mohamed Laâla (Kaddour), Chérif Belkacem (Djamel), Abdelaziz Maoui (Sadek), Noureddine Delleci (Rachid), Abdelhamid Temmar (Abdenour), Abdallah Arbaoui (Nehru), Hassen Bendjelti (Abderazak), Ahmed Bennai (Hassan), Sid-Ahmed Osman (R’zine), Abderrahim Settouti (Bouzid), Khelladi Mohamed (Tahar), Boualem Bessaïeh (Lamine), Mohamed Morsly (Abdelaziz).

        Hamlat cite aussi les noms de deux riches familles marocaines qui ont offert leurs maisons et leurs fermes pour abriter les stages du Malg. Il s’agit des familles Benyekhlef et Bouabdallah. L’un des fils Bouabdallah est actuellement le PDG d’Air Algérie.

        Le colonel Hamlat raconte l’engouement des jeunes Marocains ou soi-disant « Algériens de longue date » qui ont rejoint les cellules du FLN disséminées à travers le Maroc. En fait, la plupart d’entre eux militaient déjà dans les cellules lycéennes du Parti nationaliste marocain de l’Istiqlal de Allel El Fassi. Bouteflika était même responsable de la cellule de son lycée à Oujda. Leur transfert naturel dans les rangs du FLN a été facilité par l’esprit révolutionnaire maghrébin, l’idéal du réveil musulman contre le joug colonial et l’ambition de libérer la riche Algérie dont les colons avaient fait un eldorado. Il faut rappeler que cet engouement nationaliste en faveur de la guerre de libération existait aussi à travers tout le monde arabe. Au Liban, Irak, Syrie, Égypte, etc., des jeunes manifestaient dans les rues et voulaient s’enrôler dans les rangs de l’ALN. Ce phénomène existe encore de nos jours chez les jeunes musulmans qui se sont engagés en Afghanistan, Bosnie, Tchétchénie, Irak, etc. Il est connu que de nombreux Européens et Arabes ont combattu aux côtés des moudjahidines de l’ALN et du FLN. Ils n’en ont pas pour autant dissimulé leur origine, comme l’ont fait en masse les Marocains recrutés par Boussouf dans l’objectif de prendre le pouvoir.

        Qui était vraiment Abdelhafid Boussouf ?

        En lisant l’interview, on ne peut s’empêcher de remarquer que M. C. Mesbah déroule « sous les paroles » du colonel Ali Hamlat toute une démonstration savante comme si Boussouf réfléchissait déjà en 1955 comme un stratège d’aujourd’hui qui avait tout prévu. La conception stratégique et futuriste de l’opération de formation, le professionnalisme de son organisation et son déroulement, « l’intuition psychologique » de Boussouf, la « profusion de moyens dont il a pu disposer au Maroc »… prêtent aujourd’hui à sourire.

        D’où donc Boussouf tenait-il ce professionnalisme et cette redoutable efficacité ? On est encore très étonné de ses choix très judicieux de collaborateurs professionnels, tous DAF, comme le « technocrate » Laroussi Khalifa, l’officier de transmission Omar Tellidji et le baroudeur Abdallah Arbaoui. Était-il donc un « prophète » ou un génie de la formation et de l’organisation militaire ? Ou plutôt a-t-il été lui-même formé, encadré et coaché et par qui ? Pourquoi Boussouf a-t-il recruté ses stagiaires et agents uniquement au Maroc et n’a-t-il pas fait venir des volontaires de toutes les régions d’Algérie ? Voilà les vraies questions que devrait poser aux autres et se poser à lui-même Chafik Mesbah dans le flot de sa phraséologie débridée.

        Cinquante ans et plusieurs assassinats et règlements de comptes après l’indépendance, il y en a assez de cette insupportable suffisance qui consiste pour les Malgaches à faire passer Boussouf pour un génie supérieur aussi bien à toute la génération militante qui a généré le 1er novembre, qu’à toute l’intelligentsia militaire française qui sortait d’une capitalisation militaire de plusieurs guerres.

        Sans oublier que les leaders de la guerre de libération tombaient comme des mouches sur dénonciation ou dans des embuscades ou sur des repérages de leurs appareils de transmission fournis par la logistique de Boussouf… quand ils n’étaient pas appelés au Maroc pour y être assassinés comme le regretté Abane Ramdane. Sans compter l’énigmatique détournement d’avion qui a neutralisé cinq dirigeants historiques de la révolution qui, à part Mostefa Lacheraf, ont connu des destins très douloureux dès leur libération. Tout cela dans une étonnante impunité, ou plutôt une tolérante protection dans un Maroc sous protectorat français.

        Les nombreux et illustres historiens français de la guerre d’Algérie n’ont pas abordé ces questions qui fâchent. Il appartient toujours aux historiens algériens de fouiller un peu mieux les méandres de notre histoire de libération… si on les laisse faire.

        La Sécurité militaire sous contrôle des Marocains du Malg

        Pendant que les valeureux moudjahidines tombaient au champ d’honneur dans les maquis algériens, les « Marocains du Malg » se formaient et s’entraînaient avec « l’armée des frontières ».

        Dès la proclamation de l’indépendance le 5 juillet 1962, le clan d’Oujda fomente son premier coup d’État en destituant violemment le GPRA (Gouvernement provisoire de la République algérienne) basé à Tunis et impose un authentique Marocain à la tête de l’État. Ahmed ben Mahjoub ben Embarek dit Ben Bella est un marrakchi de père et de mère. Sa biographie officielle le fait naître à Maghnia, mais le culte du mensonge du pouvoir algérien est tel qu’il est permis d’en douter. Il a longtemps caché sa marocanité comme une tare avant de l’avouer publiquement. Une des impostures les plus cocasses des gouvernants algériens est à mettre à son actif. Lors de la guerre des sables de 1963 lancée par Hassan II, il s’était écrié : « Hagrouna el marrakchia ! »

        Mais durant le court épisode Ben Bella, qui fut destitué par le coup d’État du 19 juin 1965, et à l’ombre de Boumediene qui était ministre de la Défense, les Marocains du Malg ont pris toutes les commandes de la Direction de la Sécurité militaire en la structurant. Le directeur de la SM, Kasdi Merbah, assassiné en 1993, a été présenté jusqu’à aujourd’hui comme un Kabyle né à Beni Yenni et ayant vécu au Maroc. C’est un mensonge d’État. De son vrai nom, Abdallah Khalef, c’est un authentique Marocain dont la famille est originaire et vit encore à Sidi Kacem. Il a étudié à Fès où il a connu ses futurs compagnons du Malg. Il a dirigé la SM depuis sa création en 1963 jusqu’à 1979.

        Son 1er adjoint, le colonel Nourredine Zerhouni dit Yazid est également un authentique Marocain, ainsi que son frère Ferhat, également haut responsable à la SM. S’il y a bien une famille qui ne peut nier son origine marocaine, c’est la famille Zerhouni dont le nom vient du djebel Zerhoun accolé à la ville Moulay Idriss Zerhoun, située à 25 km de Meknès, devenue ville sainte depuis qu’elle abrite le sanctuaire du fondateur de la dynastie Idrisside, Idrîs Ier.

        Malgré l’évidence de son origine, Nourredine Zerhouni continue de mentir comme il respire. Dans un récent article biographique édulcoré et narcissique sur son parcours où il se vante d’avoir enrôlé en 1962 le sous-lieutenant d’artillerie Mohamed Mediene futur général Toufik, il décrit « une enfance tunisienne (il est né en 1937 à Tunis) et une adolescence marocaine (dans la région de Fès) ». (2) Le journaliste d’origine marocaine comme son nom l’indique, Chérif Ouazani, a oublié que dans un précédent article laudateur, il avait écrit dix ans plus tôt avec un certain Mohamed Sifaoui que « Zerhouni était né en 1938 au Maroc ». (3)

        Zerhouni, bras droit de Kasdi Merbah, l’avait aidé à structurer la SM, dirigé la Direction du Renseignement extérieur (DRE), géré le contre-espionnage et créé le Service Action commandé par le sinistre Abdallah Benhamza. Ce tortionnaire, qui avait fait des aveux à la presse par la suite, était chargé de réprimer durement les opposants communistes et berbéristes. Kasdi Merbah, les frères Zerhouni, Ali Tounsi et tous les Marocains formés par Boussouf et structurés dans la SM ont semé la terreur au sein de la population. Après l’éviction de Merbah, Zerhouni prend la tête de la SM de 1979 à 1982. À la suite de quoi, il fut nommé ambassadeur à Mexico puis Washington avant de prendre sa retraite en 1989.

        Après l’élection de Bouteflika en 1999, Zerhouni le rejoignit à la présidence avec l’ambition de devenir ministre de la Défense. Face au refus catégorique des généraux d’avoir leur ancien patron comme chef, il s’octroya le ministère de l’Intérieur. Cela fait maintenant dix ans qu’il sème de nouveau la terreur dans toute l’Algérie et en particulier en Kabylie, région qu’il déteste particulièrement. Il est secondé pour cela par son compatriote le Marocain Dahou Ould Kablia, né en 1933 à Tanger, qui est actuellement ministre des Collectivités locales. Il est aussi le président de l’association des anciens du Malg et s’est révélé être un lamentable négationniste qui s’est permis récemment de nier l’aide arabe en la qualifiant de mythe.

        Zerhouni peut compter également sur son ami d’enfance, Ali Tounsi, originaire lui aussi de la région Fès-Meknès, et qu’il a trouvé installé à la tête de la DGSN depuis 1995. Auparavant, le colonel Ali Tounsi faisait partie de l’équipe dirigeante des Marocains de la SM en qualité de responsable de la sécurité de l’armée, avant d’être radié des effectifs pour délit d’homosexualité.

        Afin que les policiers de base ne sachent rien du passé de leur chef, le site de la DGSN ne mentionne absolument rien sur la biographie d’Ali Tounsi.

        Le culte du secret qui couvre le passé et le présent de la carrière des dirigeants militaires n’a pas permis aux journalistes ni aux historiens de déceler leur véritable origine. Eux savent tout sur tous les Algériens et les Algériens ne savent rien sur eux. Plusieurs générations d’officiers de la SM ont fait des enquêtes d’habilitation sur les cadres de la nation sans se rendre compte que leurs propres chefs n’étaient pas Algériens.

        On citera à titre d’exemple le cas du général Salim Benabdallah dit Slim, « né en 1938 à l’Ouest ». De la même génération que Zerhouni, il a occupé des fonctions stratégiques en qualité de directeur des Relations extérieures au MDN de 1990 à 1996. Cette structure du renseignement coiffe l’ensemble des attachés militaires affectés dans les ambassades algériennes. En 1999, Bouteflika lui confie la direction du protocole en voulant faire de lui le maître de la sécurité à la présidence en coiffant la direction de la sécurité et la protection présidentielle (DSPP). Le DRS l’en a empêché en maintenant à la présidence un autre « Marocain du Malg », le général Hassan Bendjelti dit Abderrezak, dont le « mensonge officiel » fait croire qu’il est le seul officier supérieur originaire du Sud, en raison de son bronzage prononcé.

        On finira ce tableau par le plus illustre des Marocains, le président de la République Abdelaziz Bouteflika, né à Oujda en 1937. Ancien ministre des Affaires étrangères de 1963 à 1979, il a toujours menti sur ses origines marocaines. La biographie officielle le faisait naître à Tlemcen, notamment dans le document distribué aux membres de l’ONU, lorsqu’il fut élu président de l’Assemblée générale en 1974. Ce n’est que récemment que l’imposture a été dévoilée sur sa naissance et sa vie à Oujda où vit encore une partie de sa famille. Le mensonge public continue à faire croire que son père serait originaire de Tlemcen ou d’Aïn-Temouchent.

        L’aura de l’immense chef d’État charismatique et populaire qu’était Houari Boumediene a ravalé toute cette faune d’espions et de diplomates au rang de fourmis travailleuses à son service et au service du pays. Son sens inné des équilibres du pouvoir et son nationalisme farouche a longtemps camouflé les réelles origines de son entourage sécuritaire et diplomatique passé maître dans l’art du mensonge et de la mystification. Après son décès en 1978 (par empoisonnement selon certaines révélations), les Marocains du Malg ont connu des flottements dans l’ombre du président Chadli Bendjedid, avant d’occuper en force le devant de la scène depuis l’élection de Bouteflika en 1999.

        L’affaire des « magistrats faussaires »

        Le système de cooptation des nominations en Algérie a introduit de nombreux Marocains dans les rouages stratégiques de l’État. Un des plus célèbres est l’actuel directeur de cabinet de la présidence Moulay Mohamed Guendil El Meknessi qui n’aurait acquis la nationalité algérienne qu’en 1972. Avant d’être nommé à de si hautes responsabilités par Bouteflika, il a longtemps été la cheville ouvrière du ministère de l’Intérieur dont il a grimpé tous les échelons (chef de daïra, wali, chef de cabinet, directeur, secrétaire général).

        Les « moins menteurs » de ces très hauts fonctionnaires d’origine marocaine font situer leur lieu de naissance à Tlemcen. Comme Tlemcen est une « sœur de Fès » dont les relations remontent à plusieurs siècles, avec des « mariages mixtes » entre les deux villes, la marocanité des tlemcéniens est une évidence historique et géographique que seul le tracé frontalier colonial a pu brouiller virtuellement.

        Deux Algériens courageux ont essayé de lever une partie du voile de cette imposture historique imposée au peuple algérien : Benyoucef Mellouk et Abderrahmane Mahmoudi.

        Mellouk est une sorte de Don Quichotte algérien qui a révélé à ses supérieurs l’affaire des « magistrats faussaires » dès 1986. Alors qu’il était chef du service contentieux au ministère de la Justice, il a découvert des anomalies dans le passé et la carrière de certains magistrats originaires du Maroc et en a déduit que les diplômes et attestations d’anciens moudjahidines figurant dans leurs dossiers étaient faux. Il détient toujours 132 dossiers et une liste de 328 noms d’imposteurs qu’aucun responsable algérien ne veut voir. Il a été jeté deux fois en prison.

        Abderrahmane Mahmoudi a quant à lui été le seul journaliste courageux qui a écouté Mellouk et rendu publique cette affaire en 1992, une très mauvaise année malheureusement. Mahmoudi fut d’abord jeté quelques mois en prison en même temps que Mellouk, puis placé sous contrôle judiciaire durant plusieurs années. Il fut contraint de fermer son journal, l’hebdo Libéré, après l’attaque d’un « commando terroriste » qui a mitraillé trois de ses employés dont son frère.

        Mahmoudi est décédé en février 2007 des suites d’un cancer foudroyant. Quant à Mellouk, il continue à vivre une insupportable pression psychologique en prêchant dans le désert de la presse algérienne et en frappant à des portes qui ne s’ouvrent jamais, surtout celle de la présidence.

        La double trahison des Marocains du Malg

        On comprend mieux maintenant l’impuissance et l’illégitimité de Bouteflika, Zerhouni, des ministres marocains et même des « Marocains du Malg » face à l’omnipotence de l’appareil du DRS. L’importation des réflexes makhzéniens et d’allégeance ont construit autour de la SM un système qui s’est auto-bloqué. (4) Seul un séisme de forte intensité dans une faille du système peut débloquer les faux rapports de force qui s’annulent. Cette faille s’appelle aujourd’hui le général Toufik qui a jeté le déshonneur et l’opprobe sur toute l’armée avec toutes les exactions ignobles qu’il a commises depuis dix-huit ans. Tout le monde attend qu’il démissionne ou qu’il se suicide après la révélation de l’énorme scandale de l’enlèvement et l’assassinat des moines de Tibhirine, comme tout soldat qui doit assumer seul l’infamie de ses actes.

        Cinquante ans après l’indépendance, on peut mesurer aujourd’hui les dégâts de la double trahison des Marocains du Malg à l’égard de leurs deux pays. Ils ont érigé un mur d’incompréhension et de camouflage entre les Algériens et les Marocains, deux facettes d’un même peuple. À tel point qu’il y a quelques malheureux Kabyles qui se croient encore seuls au monde au fond de leur puits et ignore que le Maroc est peuplé d’authentiques berbères. Au lieu de revendiquer une illusoire « autonomie de la Kabylie », ils seraient plus inspirés d’aller rendre visite à leurs frères jumeaux du Maroc et de militer pour une « Union du Maghreb berbère ». Le mensonge, l’imposture et le maintien dans l’ignorance du peuple algérien est un crime de haute trahison.

        Mais la plus grave trahison qu’ont commis ces Marocains qui gouvernent en Algérie s’est faite et continue à se faire envers leur propre pays. Il ont d’abord commis le double crime des diasporas de 1975. Le soutien militaire et logistique au front Polisario a provoqué un exode massif de Sahraouis vers Tindouf. À ce jour, près de 160 000 Sahraouis sont dispersés dans six camps de toile distants les uns des autres de plusieurs kilomètres en plein désert. Des Sahraouis naissent et grandissent dans ces camps et sont abrutis par la chaleur aride et une propagande d’un autre âge. Cela fait plus de trente ans que ça dure sans aucun espoir de solution. Et cela fait aussi plus de trente ans que le Polisario est toujours dirigé par le marrakchi Mohamed Abdelaziz, considéré par les Marocains comme un imposteur et un renégat.

        L’autre crime a été la déportation violente en 1975 de 40 000 familles marocaines (300 000 à 350 000 personnes) qui vivaient en Algérie et ont été expropriées de leurs biens. En référence à la Shoa juive, les Marocains déportés appellent ce crime la Chouha de 1975, ce qui veut dire grande honte en dialecte marocain.

        Enfin, une des hautes trahisons des Marocains au pouvoir à Alger est cette fermeture de la frontière terrestre depuis août 1994, qu’ils refusent toujours d’ouvrir malgré les demandes insistantes de leurs frères du Maroc.

        Le fils du général de Gaulle a rapporté dans son dernier livre Mon père de Gaulle, une confidence lourde de sens faite par son père : « Nous avons laissé 140 000 Harkis infiltrés dans les rangs de l’ALN ». Était-ce au nez et à la barbe du « génie » Boussouf et de ses « Marocains du Malg ».

        par Saâd Lounès
        http://www.saadlounes.com

        1. Pourquoi tu nous parle pas du Maroc et de ses bases américaine.
          Pourquoi tu nous parle pas d’Epstein et de ses visites à Marrakech.
          Tu n’as que l’Algérie en bouche dans tous tes commentaires c’est que tu dois rêvé d’être Algérien.
          Arrête ton cirque les français connaissent le Maroc et ses cohortes de mendiants qui suivent chacun de leurs pas à attendre une petite pièce, comme des crevards, honte à toi balaye devant ta porte au lieu de nous pondre des copiés collés.

      2. Sclavus en quoi c’est une formidable contribution et de surcroît tu commence d’abord à dire Merci !!!
        Tu as pris ton pied en vivant ce qu’ont subit les algériens de l’époque ottoman et de celle des gaulois ensuite.
        Les algériens de l’époque n’étaient pas inspirés par la guerre par la suprématie, juste par vivre en paix et en bonne harmonie avec ces voisins.
        Contrairement aux Romain et aux turcs. Les turcs primitifs seraient de la variété de la race jaune asiatique qui ensuite a évolué pour acquérir d’autres caractères anthropologiques ….. en passant de la vie nomade à la vie sédentaire.
        Il s’agit d’une transposition d’une théorie définie en 1901 selon laquelle une race de couleur peut se transformer en race blanche sans l’intermédiaire d’aucun mélange, cette transformation passant par la sédentarisation et par un développement « civilisationnel ».
        Cette transition d’un type noir ou jaune vers un type blanc a été également envisagée chez les populations khazares et chez les Huns.
        Tu me déçoit grave de te voir réjouir du massacre de mes ancêtres algériens de l’époque.
        La roue tourne. ……..

      3. Sclavus.
        Pourquoi Merci. ?
        Et pourquoi c’est une formidable contribution sur ce qu’a posté L’Almoravide celui là à même qu’il t’a tant injurier. ?
        Tu as pris ton pied en lisant l’Almoravide, du malheur qu’ont subit mes ancêtres d’abord par les Turcs Ottoman et ensuite des colons gaulois de l’époque.
        Là les masques tombent. !!
        Mais aujourd’hui plus rien ne me surprend, plus rien ……..

        1. Exactement le déchet qui se prend pour un musulman alors qu’il se courbe pour baiser la main de son narcotrafiquant de roi n’est la que pour chier sur les Algériens.

        2. Parce que le texte relatait les faits historiques. Pour une fois que Almoravide n’était pas dans la bêtise ça méritait une médaille. L’auteur était Algérien que je ne connaissais pas

    2. Cette cruauté inouïe est universelle, dans tous les sens du terme : historique, géographique, ethnique… et bien sûr toutes « religions » confondues.
      Je n’ai pas le cœur à présenter mes meilleurs vœux aux homo sapiens, je souhaite donc la meilleure année 2020 possible (mais c’est mal barré) aux mondes animal, végétal et minéral.
      PS: J’ai eu exactement la même pensée que Foxhound ce matin : « C’est l’équivalent de l’assassinat du duc autrichien qui avait déclenché la 1° guerre mondiale, l’assassinat d’Ernst vom Rath qui avait précipité les hostilités. » Je m’en auto-félicite.

  5. OUAH ;
    ça va bardé dur en 2020.

    Kim Jong Un, le leader nord-coréen a annoncé une action « sidérante » de la Corée du nord avec la fin du moratoire sur les essais nucléaires et sur les essais de missiles balistiques intercontinentaux. « Le monde va découvrir dans un proche avenir une nouvelle arme stratégique que détient la Corée du Nord », a-t-il déclaré.
    « Nous ne vendrons jamais notre dignité », a-t-il assuré, promettant une action « sidérante pour faire payer (aux Etats-Unis) le prix de la douleur subie par notre peuple ».

  6. Alerte générale
    IRAK :
    le Hachd appelle « tous les combattants » à se « tenir prêts ». Moqtada réactive son armée anti-US. Les USA somment leurs ressortissants à quitter « immédiatement » plus…
    khazaali-soleimani Irak : le Hachd appelle « tous les combattants » à se « tenir prêts ». Moqtada réactive son armée anti-US. Les USA somment leurs ressortissants à quitter « immédiatement » plus…

  7. Strategika reveille toi là où tu dors le monde saute!!!! Les Américains ont commis l’erreur qu’il ne fallait jamais commettre en tuant le Général Soleimani! Qu’est-ce qui va s’en suivre ? Quelle sera la réaction de l’Iran ??? Stragika bouge toi sur ce sujet. Nous attendons !!!

    1. On attend des faits éprouvés et des analyses sérieuses, pas des réactions à chaud. Vérifier et mettre en contexte, ça demande un peu de temps.

      Et on préfère que les analystes dorment suffisamment pour que leur cerveau soit opérationnel.

      1. rien de grave j’espère !
        prend soin de toi .
        vois la panique quand t’absente quelques heures tu nous est indispensable !

  8. c’est confirmé ?
    https://www.tvanouvelles.ca/2020/01/02/au-moins-8-morts-apres-des-tirs-de-roquettes-sur-laeroport-de-bagdad
    Le puissant général Qassem Soleimani, et un autre leader pro-iranien en Irak ont été tués tôt vendredi dans un raid américain à Bagdad, trois jours après une attaque inédite contre l’ambassade américaine.
    L’autre grande figure tuée est Abou Mehdi al-Mouhandis, véritable chef opérationnel du Hachd et lieutenant du général Soleimani pour l’Irak depuis des décennies.

    1. Oui c’est confirmé !!! C’est une déclaration de guerre en bonne et du forme contre la République Islamique d’Iran !! Le conseil de sécurité Irannien se réunis en Urgence ce matin !!

      1. ne m’insulte pas s’il te plait !
        NON je ne suis pas TVA mais c’est le premier mainstream ou j’ai trouvé l’info . lol !

        1. Desole! @ROCBALIE mon intention n’etait nullement de t’insulter, je m’en excuse

          1. t’en fait pas moi c’était du second degré 😉

  9. Mais ferme la ! Tu parle de domination l Algérie n’a jamais été dominé sont erreur c’est d’avoir été tribales et non nationale tu connais quoi de l’histoire de l’Algérie que ce soit depuis l’Antiquité a maintenant elle a toujours combattu les envahisseurs elle n’a rien perdu de son identité ton pays si millénaire qui soit aurez annexer l Algérie si il été si puissant vous Avez deux enclaves pris par l’Espagne sur votre terre et tu ose la ramener maintenant l Algérie et unie et puissamment armée tu regretteras tes parole dans les prochains jours quand tu verras c’est quoi l Algérie 23 puissance le hacichopornland 54 puissance militaire 🤣🤣

    1. Même les japonnais qui ont défait la Russie et les États-Unis lors de bataille pendant la seconde guerre mondiale ne la ramène pas autant que vous, fermez la bande d’incapable, vous avez était dominer de 1512 à 1962 et même à votre libération, vous avez subit une énième branlée militaire dans le Sahara en 1973 face aux troupes marocaines.
      Sur quoi vous vous appuyez pour dire que vous serez en capacité de repousser l’armée turque ?? La ferraille Russe ?? Qui vous dit qu’elle n’est pas pucer ou volontairement limiter comme ce que la France fait avant de vendre ses daubes aux babouins du golfe.
      Vous savez produire ça en série ?? Car l’aviation turque risque de cibler tout ça avant d’entreprendre quoi que ce soit, les Russes ne vous revendront rien pendant un éventuel conflit avec la Turquie, car la Turquie est vitale pour eux.
      La vérité mes petits harkis, c’est que le Salut ne pourra venir que de la création d’une Union des trois pays du Maghreb !

  10. Je ne vois pas la Russie ni qu’elle camps elle soutien vraiment dans cette état des lieux ??

  11. on pourra dire ce que l’on veut d’Erdogan mais il faut au moins lui reconnaître qu’il a mis les formes et respecté la légalité international (le gouvernement d’entente nationales de Tripoli de Fayez al Sarraj est le seul reconnu par l’ONU) et il a obtenu du parlement turc réuni en session extraordinaire d’approbation de l’envoi de forces militaires en Libye !
    ni Sarkosy ni Hollande ni Macron ne peuvent prétendre en avoir fait autant en Syrie !

  12. les choses sérieuse vont pouvoir commencer !
    la France est peu présente que pourra t elle espérer en retirer au milieu de cette véritable armée mexicaine si en cas de victoire du camp Haftar sans troupes présentent sur le terrain ?

Répondre à DZ Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.