From War Drums to Hot War with Iran-By Steve Brown

On January 2nd the United States assassinated Iran Quds Force General Qasem Soleimani on the US pretext of an anti-terror strike, killing him and his entourage by drone strike at Baghdad International Airport, just subsequent to disembarking from a flight. As head of the Iranian IRGC elite Quds Force, Soleimani commanded effective operations versus ISIS and assorted Salafi terror groups in Iraq and Syria.

US Pentagon officials claimed the drone strike was authorized under section 10 U.S. Code § 127e, ‘Support for Special Operations to Combat Terrorism’. According to one source, a plan to assassinate Soleimani in Iraq was devised some time ago after Iran shot down an RQ-4 Reaper. But the ‘justification’ for Soleimani’s political assassination was of course weak, and perhaps considered Imperial overreach too far since the Trump regime had only declared the Quds Force a terror operation by April, 2019 .

With this strike the United States has aligned itself with Israel and Saudi Arabia and their National Policy of State-sponsored political assassination, allowed under any real or imagined circumstance the political will may conjure. But conflating Soleimani’s role — having stature and standing as legitimate military commander of an Elite military force of a sovereign nation – with that of a common terrorist, might perhaps be a bit of a stretch, even for the Israeli and Saudi regimes.

Throughout most of its history, the United States prohibited political assassination, considering it a violation of human decency and America’s effort to promote itself as a champion of human rights. The other concern of course was that political assassination might set a precedent whereby US politicians might be assassinated by return, commonly called Blowback in the Tradecraft sphere.

On December 4, 1981, President Ronald Reagan issued Executive Order 12333 where Section 2.11 of the order provides: “Prohibition on Assassination. No person employed by or acting on behalf of the United States government shall engage in, or conspire to engage in, assassination.” Section 2.12 of the same political assassination order prohibits indirect participation in activities prohibited by the order, stating: “Indirect participation. No agency of the Intelligence Community shall participate in or request any person to undertake activities forbidden by this Order.”

Unfortunately, US intel intellectuals and the Security State believed the order was too restrictive to suit US interests, and George W. Bush overturned the order with a later executive order permitting political assassination, after 911. Likewise the Authorization For Military Force broadened the use of lethal force under the US State of Emergency, where the United States has been in an official State of Emergency (to some extent or another!) since 1976. Israel too just recently actively reinstated its policy of political assassination versus Palestinians, even though that policy never really lapsed.

Also assassinated in the attack with Soleimani was Abu Mahdi al-Muhandis, an important Iraqi commander – but not of Soleimani’s stature, Muhandis having been accused of 1983 human rights abuses in Kuwait – and by all accounts al-Muhandis’s entourage was destroyed in the US attack as well.

Iran’s response to the killings was of course prompt. Zarif summed up the US atrocity at Baghdad International Airport:
The US’ act of international terrorism, targeting & assassinating General Soleimani—THE most effective force fighting Daesh (ISIS), Al Nusrah, Al Qaeda et al—is extremely dangerous & a foolish escalation. The US bears responsibility for all consequences of its rogue adventurism.
To somewhat moderate the immediate hysteria, a spokesman for the Iranian Parliament’s Committee on National Security released this statement: « Vengeance for the assassination of General [Qassem] Soleimani does not require a regional war and the United States will pay a heavy price for committing this crime.” The statement is somewhat ambiguous, but hints at lesser rhetoric from Iran. Hassan Nasrallah released a brief statement after the attack and is speaking at length on television (Lebanon); his written response is succinct and measured.


Iran has promised some response to the United States after three days of mourning, signifying the gravity of the situation — not just for Iran, but also for the rest of the region. But before considering how Iran may tactically respond, let’s consider the US motivation for the Baghdad Airport attack in a larger context.


Long ago the United States learned that it is not necessary to win wars… just do not lose a war to the extent where your adversary may dictate terms on your own turf. The US idea is to leave a failed state. Creating the failed state creates the opportunity for exploitation of resources, and geopolitical positioning. The economic, military, and strategic advantage provided by the failed state is the prerequisite for its destabilization. Destabilization is accomplished by economic sanction, by financial subversion and regime change, if the target state does not submit to the hegemonic.


That’s because having to maintain a working government in the vanquished state and align with it as master-to-vassal is costly and risky… especially when the people of the vassal state are of a different race and culture. So, the US advocates Neo-colonialism instead of colonial rule where no real moral or humanitarian goal is necessary to pursue. In such light “empire” may not even be considered empire, especially when the real empire is a financial one, only motivated by funds and resources – not in consideration of the welfare of the people of the vassal state. This is Iraq, since 2003 caught between east and west. And via the US policy of “maximum pressure” versus Iran, the failed state of Iraq is caught in the middle.
Perhaps the least understanding of US State failed-state foreign policy is among US-State’s very own policy wonks in a run-amok agency, which has no practical or sensible direction and can only gloat about its ability to lie, cheat, and steal. Against this backdrop — and the toxic US alliance with Israel versus almost everyone else – the president has been continually cajoled for war with Iran since being elected to office.


As examined in my article Target Iran the US march to war with Iran could be predicted and considered inevitable. Having resisted the call to war with Iran before, the president just acquiesced… even if Iran chooses not to retaliate re the US assassination of its commander in Iraq. If there is no war, it will be due to Iran’s pragmatism in the face of grievous US provocation.


Yes, Trump is a gambling man. He has gambled all his life, and won the game with a royal flush by nabbing the presidency from a weak and perhaps even more dangerous candidate. (If Clinton had won the presidency odds are high that she would have confronted the Russian leadership in Syria, and appointed Vicky Kagan-Nuland as Secretary of State.) Even so, Trump’s gambit and gamble in Iraq is a massive play. It is all on the line now. Syria. Iraq. Libya. Iran. Israel. Lebanon. Gaza and the Occupied Territories. Not to mention Yemen and Venezuela.
Now the US aggression in Iraq alienates a large portion of Trumps’ base. Many voters supported the president because he opposed the war in Iraq, because he expressed his dislike for interventionist wars, and presented himself as a populist leader more inclined to peace than to side with the Beltway’s Death Merchants. If a costly war in Iraq and Iran results, a large segment of the US voting population will be set adrift — more bitter, disenfranchised, and ‘deplorable’ than ever before.
If Iran retaliates and a hot war erupts in the Middle East, that’s the Black Swan event many analysts expect and have predicted. As geopolitical analyst Tom Luongo shared, the US move versus Soleimani is “outside the norm by at least two standard deviations”.
Even though the US share market is locked down by primary dealer gaming, the rest of the world is not. Whether central banks will fall in line and support a new US war of aggression in the Middle East is one further unknown. For now, gold is up. Bitcoin is up. And so is oil. The impact of what may be a Black Swan event casts the shadow of uncertainty for markets, yet another extension of the huge gamble Trump has embarked upon by allowing the US military to assassinate Iran’s revered military leader. So how may Iran respond?
Al Tanf
There is really no reason for the United States to be in al Tanf other than area denial. The US presence prevents trade between Syria and Iraq. The situation at al Tanf crossing is somewhat analgous to al Qaim, another Syria-Iraq border crossing recently bombed by the United States. Whether al Tanf will be considered vulnerable by Iran and a weak point largely depends on what happens in Iraq and the US influx of troops now underway.
Advantage Iraq?
Under Mahdi as caretaker PM, the US war machine saw political weakness in its failed state as an opportunity… hence the militarist opportunity for US aggression versus Iran there. However, it is possible that Iran could find opportunity in Iraq as well… political opportunity, not military. The question is whether Iran can truly leverage that political opportunity. Some analysts treat Iraq as a monolith in part corrupted by US influence — where for example al Sadr is a known CIA asset. With Iraq in a shamble now, the impression is that the Occupying power, the United States, has the advantage. But Iraq is not a monolithic entity.
At this point, and based on the general unrest Iraq has seen, the opportunity for Iran in Iraq is unclear. Certainly, Iraq did not invite the United States to its sovereign territory – the United States invaded and occupied Iraq by false pretenses. That was seventeen years ago, and the US is still there illegally according to all international law. Iran attempts to leverage its own advantage through trade; most of the gas Iraq uses for electricity comes from Iran for example. Iraq’s boots on the ground are by invitation and in cooperation with Iraq – not as an invader even if the western media will have you believe otherwise.
But Iran has been over-zealous in its treatment of Iraq, not as a vassal state — but as an equal. That lack of caution certainly led to this tragic assassination by the United States. In this author’s judgement, Iran will seek political opportunity in Iraq going forward and will not retaliate militarily there.
Strait of Hormuz

If Iran does consider military action, the Strait of Hormuz could be the place for it. With its fast boats and reasonably advanced missile technology, shutting down the Strait is perhaps the only game in town. In such a shutdown it will be difficult for the US to indiscriminately bomb Tehran, and difficult for the United States to engage in direct military action in the Strait of Hormuz. The US might then respond to the closure by destroying Iran’s oil infrastructure, in the perennial US effort to create another failed state. But the risk of such a confrontation is unlikely to seem worth it to the people of the great nation who invented the game of chess.
As for the other hair-brained scenarios proposed by Neocons/Neoliberals – such as Iran attacking Israel – that scenario is beyond absurd. The idea that Iran will engage in a direct military confrontation with Israel only illustrates the out-of-control outrageous lunacy so characteristic and prevalent in the western press. Likewise, the hysterical notion that Hezbollah will attack Israel from Lebanon ranks in the same lunatic category. If any such retaliation occurs there will be minor skirmishes or harassment, and nothing like all-out war.
Now, in conjunction with this event, Israel has been experiencing a great deal of unrest for weeks now, before this assassination took place. The unrest has been relatively unreported in the west, for political reasons. The plight of Palestinians in the atmosphere of a first world election season is kept tightly under wraps so western audiences will not be exposed to what’s going on there. In other words, the western media and political class are terrified that the Palestinian issue might become a political issue at election time. (ie in the United States and Israel.) In this light, Gaza, being under siege for over a decade now and largely cut-off, may have its own independent ideas on how to respond.
In summary, it seems unlikely though that Iran as a sovereign state will react militarily to the assassination of its leader. First and foremost, Iran is a progressive power and not a reactionary one. The United States and Israel are purely reactionary, where only might makes right and no moral considerations exist.
Iran can take the moral high ground here, biding its time, enhancing existing alliances and angling for new ones. (For example Pakistan.) Iran has only to bide its time and tread carefully. Iran for example may wish to approach the Russian leadership about air defense once again; Russia rejected its help to Iran at the urging of the US… will that change now?


The brave new world is apparently here. It is a world where reality hosts eventually turn deadly, where day is night, war is peace, and love is hate. Ironically Iran has the opportunity now to prove its desire for peace and can inject some sanity into a west run amok with its desire to assassinate and kill.

Steve Brown

Publicités

2 Replies to “From War Drums to Hot War with Iran-By Steve Brown”

  1. Des tambours de guerre à la guerre chaude avec l’Iran – par Steve Brown

    Le 2 janvier, les Etats-Unis ont assassiné le général Qasem Soleimani de la Force Quds d’Iran sous le prétexte d’une frappe anti-terroriste, le tuant ainsi que son entourage par une frappe de drone à l’aéroport international de Bagdad, juste après son débarquement d’un vol. En tant que chef de la force d’élite iranienne Quds, Soleimani a commandé des opérations efficaces contre l’ISIS et divers groupes terroristes salafistes en Irak et en Syrie.
    ********************
    Les responsables du Pentagone ont affirmé que l’attaque du drone avait été autorisée en vertu de la section 10 du Code des États-Unis, article 127e,  » Soutien aux opérations spéciales de lutte contre le terrorisme « . Selon une source, un plan d’assassinat de Soleimani en Irak a été conçu il y a quelque temps après que l’Iran ait abattu un Faucheur RQ-4. Mais la  » justification  » de l’assassinat politique de Soleimani était bien sûr faible, et peut-être considérée comme une exagération impériale, puisque le régime Trump n’avait déclaré la Force Quds comme une opération de terreur qu’en avril 2019.

    Avec cette frappe, les Etats-Unis se sont alignés sur Israël et l’Arabie Saoudite et sur leur politique nationale d’assassinat politique parrainé par l’Etat, autorisée dans toutes les circonstances réelles ou imaginaires que la volonté politique peut évoquer. Mais confondre le rôle de Soleimani – ayant la stature et le statut de commandant militaire légitime d’une force militaire d’élite d’une nation souveraine – avec celui d’un terroriste ordinaire, pourrait peut-être être un peu exagéré, même pour les régimes israélien et saoudien.
    ***************************
    Pendant la plus grande partie de leur histoire, les États-Unis ont interdit l’assassinat politique, le considérant comme une violation de la décence humaine et de l’effort de l’Amérique pour se promouvoir en tant que champion des droits de l’homme. L’autre préoccupation était bien sûr que l’assassinat politique pourrait créer un précédent en vertu duquel des hommes politiques américains pourraient être assassinés à leur retour, ce que l’on appelle communément le Blowback dans la sphère du Tradecraft.

    Le 4 décembre 1981, le président Ronald Reagan a émis le décret 12333, dont l’article 2.11 prévoit ce qui suit « Interdiction d’assassinat. Aucune personne employée par le gouvernement des États-Unis ou agissant en son nom ne doit se livrer ou conspirer à un assassinat ». La section 2.12 du même ordre d’assassinat politique interdit la participation indirecte à des activités interdites par l’ordre, en précisant « La participation indirecte. Aucun organisme de la Communauté du renseignement ne doit participer à des activités interdites par le présent ordre ni demander à une personne de les entreprendre ».

    Malheureusement, les intellectuels américains du renseignement et l’État de sécurité ont estimé que l’ordre était trop restrictif pour convenir aux intérêts américains, et George W. Bush a annulé l’ordre avec un décret ultérieur autorisant l’assassinat politique, après le 11 septembre. De même, l’Autorisation pour la force militaire a élargi l’usage de la force meurtrière dans le cadre de l’état d’urgence américain, où les États-Unis sont officiellement en état d’urgence (dans une certaine mesure !) depuis 1976. Israël aussi a récemment rétabli activement sa politique d’assassinat politique contre les Palestiniens, même si cette politique n’a jamais vraiment expiré.

    Abu Mahdi al-Muhandis, un important commandant irakien – mais pas de la stature de Soleimani, Muhandis ayant été accusé de violations des droits de l’homme au Koweït en 1983 – a également été assassiné lors de l’attaque avec Soleimani et, selon tous les témoignages, l’entourage d’al-Muhandis a également été détruit lors de l’attaque américaine.

    La réaction de l’Iran à ces assassinats a bien sûr été rapide. Zarif a résumé l’atrocité commise par les États-Unis à l’aéroport international de Bagdad :
    L’acte de terrorisme international des Etats-Unis, qui a visé et assassiné le général Soleimani – la force la plus efficace pour combattre Daesh (ISIS), Al Nusrah, Al Qaeda et al- est extrêmement dangereux et constitue une escalade insensée. Les Etats-Unis sont responsables de toutes les conséquences de leur aventurisme.
    Pour modérer quelque peu l’hystérie immédiate, un porte-parole de la Commission de la sécurité nationale du Parlement iranien a publié cette déclaration : « La vengeance pour l’assassinat du général [Qassem] Soleimani ne nécessite pas une guerre régionale et les Etats-Unis paieront un lourd tribut pour avoir commis ce crime. » La déclaration est quelque peu ambiguë, mais elle laisse entrevoir une rhétorique moindre de la part de l’Iran. Hassan Nasrallah a publié une brève déclaration après l’attentat et s’exprime longuement à la télévision (Liban) ; sa réponse écrite est succincte et mesurée.

    L’Iran a promis une certaine réponse aux États-Unis après trois jours de deuil, ce qui montre la gravité de la situation – non seulement pour l’Iran, mais aussi pour le reste de la région. Mais avant d’examiner la façon dont l’Iran pourrait réagir tactiquement, considérons la motivation des États-Unis pour l’attaque de l’aéroport de Bagdad dans un contexte plus large.

    Il y a longtemps que les États-Unis ont appris qu’il n’est pas nécessaire de gagner des guerres… il suffit de ne pas perdre une guerre au point où votre adversaire peut dicter des conditions sur votre propre terrain. L’idée des États-Unis est de quitter un État en faillite. La création de l’État en déliquescence crée l’occasion d’exploiter les ressources et de se positionner sur le plan géopolitique. L’avantage économique, militaire et stratégique fourni par l’État en déliquescence est la condition préalable à sa déstabilisation. La déstabilisation se fait par la sanction économique, par la subversion financière et le changement de régime, si l’État cible ne se soumet pas à l’hégémonie.

    C’est parce que le fait de devoir maintenir un gouvernement fonctionnel dans l’État vaincu et de s’aligner sur lui en tant que maître à vassal est coûteux et risqué… surtout lorsque le peuple de l’État vassal est d’une race et d’une culture différentes. Ainsi, les États-Unis préconisent le néocolonialisme au lieu d’un régime colonial où il n’est pas nécessaire de poursuivre un véritable objectif moral ou humanitaire. Dans cette optique, un  » empire  » peut même ne pas être considéré comme un empire, surtout lorsque l’empire réel est un empire financier, uniquement motivé par des fonds et des ressources – et non par le bien-être du peuple de l’État vassal. C’est l’Irak, depuis 2003, pris entre l’est et l’ouest. Et via la politique américaine de  » pression maximale  » contre l’Iran, l’État en faillite de l’Irak est pris au milieu.
    Peut-être que la moindre compréhension de la politique étrangère de l’État en déliquescence des États-Unis se trouve parmi les clins d’œil de la politique même de l’État américain dans une agence d’exécution, qui n’a aucune direction pratique ou sensée et qui ne peut que se vanter de sa capacité à mentir, tricher et voler. Dans ce contexte – et l’alliance toxique des États-Unis avec Israël contre presque tout le monde – le président a été continuellement cajolé pour une guerre avec l’Iran depuis son élection.

    Comme je l’ai examiné dans mon article Target Iran, la marche des États-Unis vers la guerre avec l’Iran pourrait être prédite et considérée comme inévitable. Ayant déjà résisté à l’appel à la guerre avec l’Iran, le président a simplement acquiescé… même si l’Iran choisit de ne pas riposter à l’assassinat par les Etats-Unis de son commandant en Irak. S’il n’y a pas de guerre, elle sera due au pragmatisme de l’Iran face aux graves provocations américaines.

    Oui, Trump est un homme de jeu. Il a joué toute sa vie, et a gagné la partie avec une quinte flush royale en arrachant la présidence à un candidat faible et peut-être même plus dangereux. (Si Clinton avait gagné la présidence, il y a de fortes chances qu’elle aurait affronté les dirigeants russes en Syrie et nommé Vicky Kagan-Nuland au poste de secrétaire d’État). Malgré cela, le pari de Trump en Irak est un jeu massif. Tout est en jeu maintenant. La Syrie. L’Irak. La Libye. L’Iran. Israël. Le Liban. Gaza et les territoires occupés. Sans oublier le Yémen et le Venezuela.
    Maintenant, l’agression américaine en Irak aliène une grande partie de la base de Trumps. De nombreux électeurs ont soutenu le président parce qu’il s’est opposé à la guerre en Irak, parce qu’il a exprimé son aversion pour les guerres interventionnistes et s’est présenté comme un leader populiste plus enclin à la paix qu’à se ranger du côté des marchands de mort du Beltway. Si une guerre coûteuse en Irak et en Iran devait avoir lieu, une grande partie de la population américaine serait mise à la dérive – plus amère, privée de ses droits et plus  » déplorable  » que jamais auparavant.
    Si l’Iran riposte et qu’une guerre chaude éclate au Moyen-Orient, c’est l’événement du cygne noir que de nombreux analystes prévoient et ont prédit. Comme le partageait l’analyste géopolitique Tom Luongo, la décision des États-Unis contre Soleimani est  » hors norme par au moins deux écarts types « .
    Même si le marché des actions américaines est verrouillé par les jeux des primary dealers, le reste du monde ne l’est pas. On ne sait pas non plus si les banques centrales vont s’aligner et soutenir une nouvelle guerre d’agression américaine au Moyen-Orient. Pour l’instant, l’or est en hausse. Les bitcoins sont à la hausse. Et le pétrole aussi. L’impact de ce qui pourrait être un événement de type Black Swan jette l’ombre de l’incertitude sur les marchés, une autre extension de l’énorme pari dans lequel Trump s’est engagé en permettant à l’armée américaine d’assassiner le vénéré chef militaire de l’Iran. Comment l’Iran peut-il réagir ?
    Al Tanf
    Il n’y a vraiment aucune raison pour les États-Unis d’être à al Tanf, si ce n’est le refus d’une zone. La présence américaine empêche le commerce entre la Syrie et l’Irak. La situation au point de passage d’al Tanf est quelque peu analogue à celle d’al Qaim, un autre point de passage de la frontière syro-irakienne récemment bombardé par les États-Unis. La question de savoir si al Tanf sera considéré comme vulnérable par l’Iran et comme un point faible dépend largement de ce qui se passera en Irak et de l’afflux de troupes américaines en cours.

    Avantage pour l’Irak ?
    Sous la direction du Mahdi en tant que Premier ministre intérimaire, la machine de guerre américaine a vu la faiblesse politique dans son état d’échec comme une opportunité… d’où l’opportunité militariste d’une agression américaine contre l’Iran dans ce pays. Cependant, il est possible que l’Iran puisse aussi trouver une opportunité en Irak… une opportunité politique, pas militaire. La question est de savoir si l’Iran peut vraiment tirer parti de cette occasion politique. Certains analystes traitent l’Irak comme un monolithe en partie corrompu par l’influence américaine – où par exemple al Sadr est un atout connu de la CIA. L’Irak étant maintenant en piteux état, on a l’impression que la puissance occupante, les États-Unis, a l’avantage. Mais l’Irak n’est pas une entité monolithique.
    À l’heure actuelle, et compte tenu des troubles généraux que l’Irak a connus, les possibilités qui s’offrent à l’Iran en Irak ne sont pas claires. Il est certain que l’Irak n’a pas invité les États-Unis sur son territoire souverain – les États-Unis ont envahi et occupé l’Irak sous de faux prétextes. C’était il y a dix-sept ans, et les Etats-Unis sont toujours là illégalement selon tout le droit international. L’Iran tente de tirer parti de son propre avantage par le biais du commerce ; la plupart du gaz que l’Irak utilise pour l’électricité provient d’Iran par exemple. Les bottes de l’Irak sur le terrain sont sur invitation et en coopération avec l’Irak – pas comme un envahisseur même si les médias occidentaux vous feront croire le contraire.
    Mais l’Iran a fait preuve d’un zèle excessif dans son traitement de l’Irak, non pas comme un État vassal – mais comme un égal. Ce manque de prudence a certainement conduit à ce tragique assassinat par les États-Unis. De l’avis de l’auteur, l’Iran cherchera des occasions politiques en Irak à l’avenir et n’y exercera pas de représailles militaires.

    Détroit d’Ormuz

    Si l’Iran envisage une action militaire, le détroit d’Ormuz pourrait être l’endroit idéal pour cela. Avec ses bateaux rapides et sa technologie de missiles raisonnablement avancée, la fermeture du détroit est peut-être le seul jeu en ville. Dans un tel contexte, il sera difficile pour les États-Unis de bombarder Téhéran sans discernement et d’engager une action militaire directe dans le détroit d’Ormuz. Les États-Unis pourraient alors réagir à la fermeture en détruisant l’infrastructure pétrolière de l’Iran, dans le cadre de l’effort constant des États-Unis pour créer un autre État en déliquescence. Mais il est peu probable que le risque d’une telle confrontation semble en valoir la peine pour le peuple de la grande nation qui a inventé le jeu d’échecs.
    Quant aux autres scénarios écervelés proposés par les néoconservateurs et les néolibéraux – tels que l’attaque d’Israël par l’Iran -, ils sont plus qu’absurdes. L’idée que l’Iran s’engagera dans une confrontation militaire directe avec Israël ne fait qu’illustrer la folie outrageante et incontrôlable si caractéristique et si répandue dans la presse occidentale. De même, l’idée hystérique que le Hezbollah attaquera Israël depuis le Liban se classe dans la même catégorie de folie. Si de telles représailles se produisent, il y aura de petites escarmouches ou du harcèlement, et rien de tel qu’une guerre totale.
    Or, parallèlement à cet événement, Israël connaît depuis des semaines une grande agitation, avant que cet assassinat n’ait lieu. Ces troubles ont été relativement peu signalés en Occident, pour des raisons politiques. Le sort des Palestiniens dans l’atmosphère d’une première saison électorale mondiale est gardé bien secret pour que le public occidental ne soit pas exposé à ce qui se passe là-bas. En d’autres termes, les médias et la classe politique occidentaux sont terrifiés à l’idée que la question palestinienne puisse devenir un enjeu politique au moment des élections. (C’est-à-dire aux États-Unis et en Israël.) Dans cette optique, Gaza, qui est assiégée depuis plus d’une décennie maintenant et qui est largement coupée du reste du monde, peut avoir ses propres idées indépendantes sur la façon de réagir.
    En résumé, il semble toutefois peu probable que l’Iran, en tant qu’État souverain, réagisse militairement à l’assassinat de son dirigeant. D’abord et avant tout, l’Iran est une puissance progressiste et non une puissance réactionnaire. Les États-Unis et Israël sont purement réactionnaires, où seule la force fait le bien et où il n’existe aucune considération morale.

    L’Iran peut prendre les devants sur le plan moral, en attendant son heure, en renforçant les alliances existantes et en cherchant à en conclure de nouvelles. (Par exemple, le Pakistan.) L’Iran n’a qu’à attendre son heure et à faire preuve de prudence. L’Iran, par exemple, peut souhaiter approcher les dirigeants russes au sujet de la défense aérienne une fois de plus ; la Russie a rejeté son aide à l’Iran à la demande des États-Unis… cela va-t-il changer maintenant ?

    Le meilleur des mondes est apparemment là. C’est un monde où les hôtes de la réalité finissent par devenir mortels, où le jour est la nuit, la guerre est la paix, et l’amour est la haine. Ironiquement, l’Iran a maintenant l’opportunité de prouver son désir de paix et peut injecter un peu de bon sens dans un Occident en colère avec son désir d’assassiner et de tuer.

    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.