Qassem Sulaimani, le martyr de la Révolution Iranienne (South Front)

Publicités

16 Replies to “Qassem Sulaimani, le martyr de la Révolution Iranienne (South Front)”

  1. Je vois que l’on parle encore de ce voyou de Bartleby, c’est à dire de votre serviteur, ci-dessous. Si je suis un quidam anonyme, il ne faut pas croire que tous les anonymes sont Bartleby.
    2020 commence bien, c’est à dire mal pour la Tyrannie. Ceux dont l’histoire est une suite indéfinie de massacres de civils, des amérindiens aux irakiens, en passant par les coréens et autres viétnamiens, tremblent devant le Mage Furieux. Quelle belle journée : sept millions d’iraniens (à Téhéran, Machhed et Qom) dans la rue à l’occasion des funérailles des dix victimes de l’axe du Bien, sans oublier les larmes pubiiques du guide pour lles martyrs, comme dit le poète « Le fleuve est pareil à ma peine / Il s’écoule et ne tarit pas » ; que voulez-vous, c’est le jeu de l’Amour avec lui-même.
    Bon, après les larmes et le sang qui ont coulé en Iran, en Irak, en Syrie, au Liban, au Yemen, … viendra le temps de la juste vengeance. Un petit engagement entre les américains et les iraniens est inévitable. Nous verrons des bases américaines dans les pays du Golfe exploser et flamber, beaucoup de martyrs iraniens et l’expulsion du Tyran de cette région de la terre. Je finis par citer encore un poçte,mais ici sur son lit de mort : « On s » en souviendra de cette planète.».

  2. Il est incompréhensible comment il a pu être ciblé dans le mille juste comme ça? N’a-t-il pas visionné les vidéos TUEUR ECONOMIQUE ou HITMAN
    de l’ex-agent CIA John Perkins?
    Par des traitres, très proche de lui, qui ont posé des mouchards radio dans son auto?
    Ne faites pas comme l’Irak qui a attendu que l’ennemis soient débarqués en grande quantité proche de leur territoire avant de se préparer à se défendre: trop tard mon pote. Il faut leur couper les herbes sous leurs pieds pour qu’ils glissent à terre. c’est à dire inihiler l’arrivée des renforts.
    Sans S-300/400/500, vous êtes dans de beau-drap, surtout sans avoir des tueurs de porte-avions, c’est comme vos sabres contre leurs fusils.

    1. « Il est incompréhensible comment il a pu être ciblé dans le mille juste comme ça? N’a-t-il pas visionné… »
      Il existe des règles de droits internationales, malheureusement israèliens, comme US ne respectent rien hormis la loi du calibre contre les + faibles, tel des betes sauvages enragés. Cependant à ce jeu là, ils sont rarement les + forts. Des qu’ils ont en face un adversaire qui leur est equivalent, ils changent immédiatement de ton. En ces temps nouveaux, c’est quelque chose qui se vérifie tous les jours. J’ai plus besoin d’argumenter.
      Sinon concernant ta seconde question,
      « Ne faites pas comme l’Irak… avant de se préparer à se défendre: trop tard mon pote. »
      T’inquietes pas pour l’Iran, à la différence des leaders arabes qui n’ont que la grande gueule, et la pleurnicherie faciles, ceux qui gouvernement à Teheran, malgrés bien des defauts, sont de redoutables chefs de guerre et politiciens, ils ont prévu le coups depuis trés longtemps. Les alliés chinois, nord coréens, sans doute russes leur ont donné tout ce qu’il faut.

      1. @FOXHOUND Les 3/4 des dirigeants arabes ont était porter au pouvoir par les homosexuels d’occident. Le jour ou un fils du peuple dirigera un pays arabe, tu risques de faire dans ton froc à l’idée d’affronter son armée !

        1. Si tes fils du peuple sont si fortiches, pourquoi ils se sont laissés imposer des « dirigeants arabes portés au pouvoir par les homosexuels d’occident » ??
          Note que les homosexuels d’occident se coltinent des dirigeants occidentaux (mais peut-être un jour arabes comme dirait Houellebecq) à cause des connards de veautards qui regardent la téloche et lisent 20minutes dans leur métro puant. C’est pas mieux. Pas pire. Les Maghrébins (à Bruxelles c’est que des marocains mais passons disons des maghrébins) depuis le temps devenus quasiment autochtones se tapent des heures de smartphone instagram à la con les bonnes femmes avec l’iphone calé dans le hijab. Ils ont l’air vachement malins tes fils et filles du peuple vraiment des lumières dans les ténèbres ! Je mets toute l’espèce humaine dans le même sac. Un sac-poubelles ça va sans dire.
          PS: je n’ai pas lu les com de la gilberte ni de NDL à 18h10 et 18h27. Faut dire que j’en ai rien à foutre. Et sinon, pour rire, je fais comme l’Iran, j’attends de voir ce qu’il en est et mon heure pour répondre. Ou mieux encore : ne pas répondre 😀

          1. Le peuple en général ne s’intéresse pas à la politique, certains s’accommodent des tapettes qu’ils ont comme dirigeants, d’autres ne comprennent rien à ce qui se passe et font leur petite vie tranquille. Et c’est comme ça dans tout les pays du monde, les pays arabes n’échappent pas à la règle 🙂
            Mais je suis d’accord avec toi sur le fait que les pays arabes doivent se reprendre en main et se relever, mais pour se faire ils doivent ne former qu’un et se soumettre à l’Islam originel. Tant qu’ils seront diviser en micro état et ne pratiqueront pas un Islam digne de ce nom, ils serviront de serpillère aux homosexuels d’occident 🙂
            Quand aux marocains de Bruxelles, ils n’ont de marocains que l’apparence, ce sont les enfants de la Belgique, ils ont grandit dans vos ghettos pourris par la drogue et le rap.

          2. Scuze-moi mais pour la drug et le rap, c’est eux qui l’ont amené et y z’ont rien fait ou pas grand chose pour sortir de leurs ghettos pas si pourris que ça à bruxelles crois-moi ils sont bien plus riches que moi ces « belges » comme tu dis, scuze-moi hein et bonne nuit et que dieu (s’il existe j’en sais rien) vous garde.

  3. Il est utile de rappeller que le générale Qassem Sulaimani était d’origine juive, mais musulman, et patriote iranien jusqu’aux bouts de des doigts. A lui seul il a enormement contribué à faire echouer les plans américano sionnistes au Moyen Orient. Ces faits d’armes ne se comptent plus. Il avait l’amour de son pays plus que tout. Je dis ça pour les energunmenes excités, résistants mais uniquement sur clavier. Ils sauront se reconnnaitre. Ils se mettent à dégueuler sur tout ce qui est juif, chrétien etc…Pourtant eux sont parfaits. J’ai lu beaucoup de commentaires interressants sur ce site, cependant il y a quand meme pas mal d’imbeciles.
    La guerre contre l’impérialisme concerne tout le monde, et les premieres victimes collétarales c’est comme toujours le petites gens, braves gens du quotidien, qu’ils soient juifs, arabes, mais aussi anglo saxons, y compris touristes.

    1. Peux tu nous dire d’où tu tiens que Qass Merciim Souleimani était « d’origine juive » ? Merci.

      1. René Naba affirme à propos du père de Qassem Soleimani:

        fils d’un père paysan juif de Kerman, Qassem Soleimani était triplement farsi, en tant que chiite, en tant que révolutionnaire, en tant que combattant pour la libération de la Palestine

        René Naba a reçu la même question que la vôtre. sa réponse:

         » Il n’est écrit nul part dans ce texte que Qassem Souleimany s’est converti au chiisme. Son père était juif mais sa mère chiite. Il a tout simplement opté pour la religion de sa mère, sans qu’il ait eu besoin de se convertir.
        ..
        En Iran, la région de Kerman a historiquement abrité une communauté juive, laquelle, au fil du temps, s’est fondue avec les autres segments de la population « 

        1. Merci. J’ignorais cette information, qui, en définitive, me remplit de joie.Cela prouve que la paix est possible sur terre :toutes les croyances peuvent coexister pacifiquement et en harmonie les unes avec les autres.

          1. J’ai bien peur qu’il s’agisse d’une fausse nouvelle. Car, dans l’Islam traditionnel, s’il est permis aux hommes d’épouser des femmes issues des gens du Livre (chrétiens et juifs en particulier), une musulmane ne peut épouser un non-musulman sauf si ce dernier se convertit à l’Islam. Donc ou le père de Souleimani s’est converti à l’Islam, ou il s’agit d’une fausse nouvelle. Je précise que j’ai donné là la position de l’Islam traditionnel et non la mienne propre. Par ailleurs, selon le judaisme, le fait d’être juif se transmet par la mère.
            Tout cela n’a aucune sorte d’importance car ce qui importe c’est ce qu’a fait Soleimani et non le fait de l’origine ehnique ou religieuse de son père.
            Ce Bartleby, qui semble vous osséder, n’a rien à faire ici. J’ai dit que j’ignorais ce que vous rapportiez, et vous m »avez répondu, inutle donc de trotskyser, tchéquiser et guépéouiser.

  4. traduction vidéo :
    Pour la première fois dans l’histoire de l’Iran, un drapeau rouge a été hissé au-dessus du Saint Dôme de la mosquée de Jamkaran dans la ville sainte de Qom, symbolisant à la fois le sang versé injustement et servant d’appel à la vengeance d’une personne qui est tuée. « Ceux qui veulent venger le sang de Hussein », lisent les mots du drapeau de guerre. Cela a été fait en l’honneur du général Qassem Suleimani, qui, avec plusieurs autres commandants iraniens et irakiens, a été assassiné lors des frappes américaines sur Bagdad. Le drapeau rouge n’a même pas été hissé pendant la guerre Iran-Irak (22 septembre 1980 – 20 août 1988), le conflit le plus long et le plus sanglant de l’histoire de l’Iran moderne, connu dans ce pays sous le nom de Sainte Défense.

    Le drapeau levé démontre à la fois la détermination iranienne à répondre à l’acte de terrorisme d’Etat commis par les Etats-Unis et la signification de la personnalité de Soleimani pour l’Etat et la nation. Le général, autrefois décrit par le Guide suprême Ayatollah Ali Khamenei comme un  » martyr vivant de la révolution « , a été le commandant de champ de bataille le plus efficace du monde moderne et l’une des personnes clés derrière la défaite de l’ISIS en Syrie et en Irak. En mars 2019, Soleimani a reçu l’Ordre de Zulfaqar, le plus haut ordre militaire d’Iran.

    Au cours de sa vie, Soleimani était une légende vivante qui supervisait les opérations à l’étranger, obtenant des victoires militaires et diplomatiques clés et étendant l’influence de Téhéran au Moyen-Orient. Après sa mort, il est devenu une icône de la résistance à la fois en Iran et dans une grande partie du monde arabe. Son assassinat a considérablement augmenté la probabilité d’un conflit militaire ouvert entre les Etats-Unis et l’Iran, un conflit qui pourrait facilement mettre le feu à toute la région.

    Né en 1957 dans une famille pauvre, Soleimani a rejoint le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) après la révolution iranienne en 1979. Il s’est hissé au rang de commandant des troupes pendant la guerre Iran-Irak. Après la guerre, Soleimani a largement disparu de la scène publique jusqu’en 2011, date à laquelle il a pris en charge le corps expéditionnaire Qods de l’IRGC et a été promu général de division par le Guide suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei.

    Au cours de sa carrière, il a développé des liens étroits avec des groupes kurdes en Irak, a aidé le Hezbollah au Liban et a dirigé des opérations militaires iraniennes en aidant les troupes syriennes et irakiennes dans leurs combats contre les terroristes, principalement ISIS. Soleimani a souvent été photographié sur les principales lignes de front, de Mossoul en Irak à Alep en Syrie. Par exemple, en 2014, il a aidé à forger la défense de Bagdad contre les terroristes de l’ISIS. En 2015, il a aidé le gouvernement irakien dans les opérations visant à reprendre à l’ISIS la ville de Tikrit, riche en pétrole. En 2017, le général a pris le commandement personnel de la bataille contre ISIS à Bukamal, en Syrie. Le succès de la coalition syro-irano-russe dans la guerre syrienne peut être attribué en grande partie aux actions du chef de la Force Qods et de la puissance militaire russe qui le soutient. Au Yémen, la Force Qods de Soleimani a aidé avec succès les forces de résistance locales à briser les plans de la coalition d’invasion dirigée par l’Arabie saoudite. Ainsi, Ansar Allah (également connu sous le nom de Houthis) a gardé la capitale du Yémen entre ses mains, a étendu la guerre sur le territoire de l’Arabie Saoudite et a de facto obtenu une victoire militaire dans un conflit avec un ennemi numériquement supérieur et technologiquement avancé. Les médias iraniens ont fait état à plusieurs reprises de complots d’assassinat contre le commandant par les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite. L’issue des conflits en Syrie, en Irak et au Yémen a sapé les positions de ces puissances dans la région, créant ainsi un vide que l’Iran a commencé à combler.

    Le rôle de Soleimani pour la nation iranienne peut être comparé à celui du  » Maréchal de la Victoire  » soviétique Georgy Joukov en 1945, en tenant compte de la différence d’échelle des guerres et des victoires, ainsi que de la différence de géographie et de période historique. La popularité de Soleimani était telle que l’on spéculait sur sa candidature à la présidence. En 2016, un sondage a montré que 76% des Iraniens avaient une opinion favorable de lui, plus de la moitié d’entre eux déclarant une opinion  » très favorable « . Il a démenti les rumeurs, disant qu’il espérait rester soldat jusqu’à la fin de sa vie.

    Le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a appelé à trois jours de deuil, disant que la mort de Soleimani doublera la motivation de la résistance contre les Etats-Unis et Israël. Khamenei a souligné qu’une dure vengeance attend les  » criminels  » qui ont tué Soleimani. Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées en Irak et en Iran pour pleurer sa mort et condamner l’agression américaine, qui est considérée par beaucoup comme une déclaration de guerre.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.