Le monde est un simulacre de théâtre et nous de simples esclaves confinés dans des cuisines vides

Il y a plus de 25 ans de cela, un professeur dont j’ai oublié le nom assénait à un auditoire incrédule qu’il n’y aura jamais de guerre entre l’Iran et les États-Unis et encore moins avec Israël pour des raisons objectives liées à l’existence de très forts réseaux souterrains entre les véritables élites de tous ces pays. L’Iran est une oligarchie bicéphale entretenant en secret des couloirs avec ses « ennemis » apparents. Et notre professeur n’hésite point à remonter jusqu’à Darius et Esther pour expliquer pourquoi une guerre avec l’Iran sera toujours une mise en scène et une chorégraphie pour amuser ou alarmer les gogos que nous sommes. L’affaire Iran-Contras aurait du nous alerter. En vain. La seconde guerre du Golfe également où l’Iran joua un rôle prédominant dans la victoire perçue des États-Unis sur l’Irak. Ou encore le rôle de l’Iran dans l’intervention US en Afghanistan. Les Bazaristes savent jouer aussi bien à la bourse que Trump et ses copains de la Kocher Nostra. Donc c’est un long théâtre d’ombres où seul le profit semble l’emporter. D’où l’extrême intelligence des Chinois et du profit maximal engrangé par les Turcs. Le monde est divisé entre des mafias qui s’accusent de violer les droits humains alors que toutes le font sans aucune distinction.
Prenez le cas d’école de la police en France, infiniment plus encline au meurtre que toutes les polices africaines et orientales réunies. Mais ceci n’est pas mon propos. Les Bazaristes au pouvoir en Iran sont plus capitalistes que les traders les plus sans scrupules de Wall Street.

L’exploitation émotionnelle réelle ou simulée d’un sacrifice sur l’autel des intérêts d’un groupe sont toujours extrêmes.

La grande farce d’avant hier a eu le mérite de tout dévoiler une fois pour toutes. L’ennemi n’existe pas, c’est au mieux un fond de commerce plus ou moins temporaire.

Publicités

358 Replies to “Le monde est un simulacre de théâtre et nous de simples esclaves confinés dans des cuisines vides”

  1. strategika 51,

    Il est nécessaire que vous tranchiez cette histoire de merdre, Cette meute enragée m »a successivement accusé d’être Cravan, puis Passant, puis Bernardo, puis Sergio, naturelement sans aucune sorte de preuve. J’ai parcouru les commentaires en cette fin de journée où on me mèle à des choses qui me sont étrangères et m »insulte copieusement. Je serai selon ces falsificateurs, Sergio et on me prodigue force insultes. Il est pour moi hors de question de continuer de commenter parmi cette horde de larrons en foire. Dévoilez l’amère vérité que vous connaissez de science certaine : Bartleby,Sergio, Bernardo, Cravan et ainsi de suite sont des individus distincts.
    Bien à vous,
    Bartleby

    1. Je peux avoir accès aux IP et à d’autres données de connexion mais je suis tenu par la loi de ne pas les divulguer.
      Il faudrait que tous les intervenants en fassent expressément la demande. Ce que je peux dire est que trois intervenants jouent beaucoup avec de fausses adresses IP.

      1. Ça vient aussi du VPN intégrée de certains navigateur, ce n’est pas forcément pour triché.

      2. cher Stratégika, l’un des trois c’est moi ; et j ne joue rien du tout cela se fait tout seul: Je poste à partir de mon bureau, ma tablette à la maison ; mon smartphone d’un peu partout (j’ai même du poster du Cap Vert et de l’île de Madère) et également un poste fixe à la maison. Les adresses IP des postes fixes restent identiques par contre pour ce qui est des mobiles on est à la merci du réseau ; je m’en fous de tout ça car je n’ai jamais utilisé d’autre pseudo que Sclavus – duquel le petit fumier s’est emparé pour m’insulter en me traitant de misérable esclave

        1. Le votre est assez stable et en plus il e rappelle l’un de mes très rares trucs préférés à la TV 😉 en dehors des chaînes d’info en continu.
          Donc non, vous ne faites pas partie des joueurs anthropomorphes…

    2. tiens, voilà le voyou qui réclame la censure ; ce n’est pas la première fois et ne m’étonne guère vu le profil du bonhomme ; mais bon, c’est corsé quand même ; je me souviens vaguement d’avoir vu un jour dans le bazar d’Istanbul un voleur à l’étalage qui risquait de se faire lyncher par les commerçants en colère (pas enragés comme ta trouille te le fait dire) et que la police sauva in extrémis en le trainant par les cheveux comme un vulgaire chiffon sale… j’ai vu donc cet homme rire aux éclats tout heureux et reconnaissant aux sbires de lui avoir sauvée la vie, mais tout voleur qu’il était il ne réclama pas un seul moment auprès d’eux un quelconque tabassage des commerçants.
      Voilà, même parmi les voleur il y a des limites d’outrecuidance à ne pas dépasser ; mais c’étaient des voleurs à l’ancienne qui avaient encore une notion de dignité ; rien de tel chez notre gus aux plusieurs visages qui voit des « meutes enragées » ou bien « horde de larrons en foire » là où il n’y a que moi et mes arguments relatifs à ses manipulations et affabulations.
      Il réclame donc que Stratégika bannisse le malotru qui lui fait des misères, sachant parfaitement que cet homme honnête – donc naïf – n’est pas capable de diligenter une enquête policière pour prouver la véracité de ce que j’avance ; de toute façon c’est quasiment impossible car actuellement avec les appareils mobiles l’IP que les fournisseurs des réseaux nous attribuent sont toujours différents ; une tablette ou deux ; un portable ou deux + un PC fixe et nous voilà dans la possibilité de nous amuser avec autant de pseudonymes que notre joues en semelle des Timberlands nous le permet.
      Doit-on s’efforcer d’être loyal, droit et juste ? Ulysse, le grand voyageur campé par Homère, répondait par un « oui » catégorique à cette interrogation, car les Dieux de la Grèce abhorraient l’injustice ; Mais si vous voulez baiser autrui (comme notre cher voyou) vous répondez : « non !
      Et vous continuez à brouiller les pistes avec toutes sortes de stratagèmes que votre esprit tordu vous le permet : vulgaires insultes de la racaille (« ta sœur – ta mère » etc) appel à la haine envers les Juifs en fournissant des preuves soi-disant secrètes et très confidentielles qu’ils sont à l’origine de la WW1 etc. etc.

        1. je comprends pas ta question ; mais si c’est bien à moi que tu la poses, y a rien à chercher ; je ne fais rien d’autre qu’argumenter le résultat de mon observation amusée pendant des mois de toute la cuistrerie que ce voyou à pu étaler sur ce forum de discussion.

          1. oo, qqchose à merdé avec l’identifiant ; le poste ci-dessus c’était moi

          2. D’habitude t’écris mal, comme la plupart des gens d’ailleurs (c’est pas donné à tout le monde d’être un littéraire) et là tout d’un coup (enfin, c’est pas la première fois) t’écris bien !
            Ce que j’voulais dire aussi pourquoi est-ce que bartleby se ferait pas passer un jour pour sclavus comme il le fait avec sergio, enfin parait-il…
            Le vertige de la spirale du labyrinthe peut aller loin… Voilà ce que j’ai voulu dire.

          3. Une solution peut-être serait avatar (comme ma photo par exple) obligatoire et inchangeable comme ça on saurait à qui on a affaire.
            Bon, à part ça, je m’en fous. Quelles nouvelles de Téhéran, cher ami ?

          4. Merci beaucoup pour le compliment ; la solution que tu proposes est formidable (mais limitée quand même car les roublards ont toujours qqs tours d’avance dans leurs sacs) ; sinon à Téhéran un sujet sans importance doit créer assez de bisbilles en ce moment ; c’est le cours au kilo d’un général auréolé de gloire ; déjà ça doit être emmerdant pour les initiés du grand Bazard de le déterminer (car ça se négocie sous le Khet partug) et encore plus pour les béotiens comme nous d’obtenir qqs informations.
            Sinon ton hypothèse concernant Bertleby ne m’étonnerait pas du tout ; et je crois que tu viens de lui offrir en cadeau une idée lumineuse.

        2. @Passant
          Je parle et écris la langue que j’ai apprise sans aucune fatigue. Vous avez démasqué la meute et résolu l’énigme. La Meute est une hydre à trois S. « C’est fini le temps des poètes. Aujourdhu’ui je dors. » (Josephe Wolman).
          Adieu.
          Bartleby

  2. Merdre de merdre. Je vais poster cette citation pour la nième fois, mais, cher lecteur, que voulez-vous ? Nos devanciers ont vu venir cette époque de haineux envieux et incapables par dessus le marché :
    « Il y a des temps où l’on ne doit dépenser le mépris qu’avec économie, à cause du grand nombre de nécessiteux. »
    (Chateaubriand)

    1. comme t’es le seul sur cet espace de discussion à m’inspirer un mépris sans bornes, je peux donc me permettre une jolie prodigalité.

  3. Devant tant de monsenges et de controuvailles à son propos, Bartleby ne peut que citer un poète disparu au golfe du Mexique :
    « Ne pouvant pas me défondre dans la pressecontre les critiques qui ont hypocritement insinué que je m’appartenais à Apollinaire ou à Marenetti, je viens les avertir que, s’ils recommencent, je leur torderai les parties sexuelles.
    L’un d’eux disait à ma femme : « Que voulez-vous, Monsieur Cravan ne vient pas assez parmi nous. » Qu’on le sache une fois pour toutes : Je ne veux pas me civiliser. » (Oeuvres, éditions Gérard Lebovici, p.79)

    1. mais tu tordras rien du tout ; petit froussard, voleur de souk, bonimenteur, affabulateur, manipulateur éhonté sans le moindre milligramme d’honnêteté ; chez moi pour des enflure de ton espèce on disait: « … avec la joue en semelle de Timberland » ; une métaphore belle et très explicite sur les canailles capable de pires malhonnêtetés sans qu’à aucun moment leurs joues ne prennent cette teinte rouge, signe infaillible de sentiment de honte.

  4. @Strategika 51
    q
    « La vérité est si obscurcie en ce temps et le mensonge si établi qu’à moins que d’aimer la véritéon ne saurait la connaître. » (Pascal)

    Onfray : auteur prolifique insignifiant (« Une notable quantité d’importance nulle. » (Lautréamont)) et v!déophilosophe. Lu par les bobos et les gogos, ce qui n’est que justice, car, chaque auteur a le pubic qu’il mérite. L’écrivain et excellent critique littéraire Pierre Jourde l’a qualifié d’escroc intellectuel et le philosophe Michael Paraire lui a consacré un livre intitulé : Michel Onfray, une imposture intelectuelle. Mais si vous voulez vous assurez de la chose par vous même — contrevenant en cela à ce que dit Héraclite : « Il ne faut pas que l’homme bien élevé soit malpropre, ni se salisse, ni se réjouisse dans la fange. »), allez dans n’importe ce qui s’apelle encore une librairie, vous y verrez étalés partout les produits avariés de ce monsieur, prenez-en un au hasard, puis lisez le en diagonale, vous serez vacciné et immunisé à vie contre cette pseudo-pensée avariée ; car vous y verrez le dual (comme on dit en mathématiques) de BHL; c’est l’autre face de la même pièce de monnaie qui fait fi de la logique et de l’histoire, et de tout le reste.
    Si j’excepte Debord et quelques autres, je suis comme vous, je ne lis pas les auteurs post-seconde guerre mondiale.
    Bien à vous,
    Bartleby

      1. Merci, cet Onfray est en effet un boutiquier avisé.
        Votre dévoué et éternel débiteur,

        1. Celle-ci n’est pas mal non plus, vous la connaissiez sans doute : « Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet. » Georges Courteline
          Votre surdébiteur dévoué.

    1. Concernant cet individu, vous êtes sans doute en-dessous de la vérité?, vérité si aveuglante pour ce genre d’escroc, tellement plein d’eux-mêmes, plein de suffisance et de complaisance envers la partialité et la menterie, ne laissant pas ou peu de place pour le reste!
      J’ai préparé un texte pour calmer le roquet agressif, à suivre donc

      1. Vous écrivez : « … le fait que la liberté de conscience nous soit ouvertement interdite depuis 30 ans ne semble pas le gêner. … », et s’il s’avérait que cette logorrhée n’ait pas d’autre dessein que d’essayer de placer les cibles en posture absolutiste ?, car l’expression «ne semble pas le gêner», pourrait s’interpréter comme ceci: «car elle a (si) peu d’importance», ainsi que comme cela: «parce qu’elle est un moindre mal». Mais ce roquet maléfique, tout juste bon à mordiller les mollets de gens autrement plus réfléchis que lui, embrouille à qui mieux-mieux afin d’essayer de dissimuler l’essentiel. L’essentiel? Oui, celui que ce malotru tente de dissimuler coûte que coûte, dans le fol espoir d’escamoter toutes les parties d’un « iceberg » virtuel, et tout particulièrement, la partie invisible, la plus importante, la vérité, ainsi que l’économie-politique et bien d’autres sujet, dont la sociologie (Pas celle de Claude Lévi Strauss)… Dissimulations tragiques pour celles et ceux qui défendent ardemment, à la fois, la vérité et la liberté de conscience. Cette dissimulation s’opéra de différentes manières, mais surtout au moyen de multiples appuis et complicités (dans le monde financier, politique et médiatique), et bien entendu, grâce à des individus tels que le roquet « mordilleux », qui s’en firent rapidement une spécialité (sur notre site et ailleurs), afin d’occuper le peu d’espace qui nous était imparti, pour mieux occuper tout le terrain stratégique, et ainsi, espérer nous dissimiler, du mieux possible, l’essentiel – derrière un épais écran de fumée –, et cela, pour espérer nous imposer leur vision faussaire, Oui, car il s’agit (de nous) d’imposer par la force (puisqu’ils peuvent compter sur de puissants appuis)! Parlons maintenant, si vous le voulez bien, des effets de cette (leur) rhétorique, dont le roquet agressif est si friant, et qui opère toujours de la même manière ; alors que celle-ci n’a apparemment pas d’effets sur vous ou d’autres (fort heureusement)? Tout leur stratagème semble essentiellement basé sur des techniques langagières (assez simplistes d’ailleurs), connues depuis le XIXème siècle, et qui depuis, n’ont pratiquement pas vraiment évoluées (la technologie est venue à leur secours, dont l’une d’entre, très en pointe, la reconnaissance faciale, et qui sera très rapidement neutralisée). Je n’ai pas très envie de m’étendre sur ce genre de simulacre, le simulacre langagier (entre-autre, mais pas que), essentiellement basé sur le mensonge et la manipulation, ce que vous dénonciez, n’est-il pas?.
        Que nous cache-t-on si obstinément?
        Ceci: Les *États-Unis d’Amérique du nord, détiennent de nombreux tristes records, dont ceux-ci, celui de la pauvreté, entre 45 et 46 millions de pauvres (il s’agit le plus souvent de gens qui sont jetés à la rue, par dizaines de millions, qui errent sans fin, désespérant de trouver de quoi bouffer pour survivre, et surtout de ne pas crever!, dans certains *Etats d’Amérique du nord, les infrastructures sont carrément en ruine (vous lisez bien, en ruine!) ; alors qu’au départ, mon propos n’était absolument de vous entretenir de tout cela, mais bien plutôt d’autres sujets, touts aussi importants, et qui concerne le (notre ?) site, et tout particulièrement les singularités de certains intervenants, qui, au nom de la liberté d’expression, à la rubrique «Commentaires», nous la mettent bien profond!
        * il y a aussi en « Amérique » (du nord comme du sud) des pays autres que les États-Unis d’Amérique du nord, et qui sont constitués de plusieurs Etats, notamment au Mexique – situé en Amérique latine –
        **Sujet pourtant si brûlant, mais les États-Unis d’Amérique à s’enfonce dans un indescriptible chaos… tellement c’est un bordel monstre!
        PS: les anarchistes ? Ceux de droite, comme Céline et Audiard, deux anars de « droite », dont l’un était virulemment antisémite avéré, et l’autre très, très con-servateur ; les anarchistes de « gauche », tel que Brassens (Tonton Georges, désolé pour Brel et Ferré) et Onfray, le premier anarchiste débonnaire, tandis que l’autre serait anar, mais anar autoproclamé, dont personne n’est vraiment dupe de ses sempiternelles circonvolutions, et en particulier, celles pour rester dans le cercle des ronds de serviette…
        rePS: ne vous impatientez pas trop mon cher Un Passant, je vous ai réservé quelques bons mots, reconnaissant humblement mon erreur quant au « jugement » à votre égard, et vous réserve quelques bonnes surprises
        C’est signé sergio

        1. Vous m’aviez écrit « sergio » que vous étiez un poète raté et que dans la vie vous vous occupiez de choses moins importantes que la poésie. En effet, je vous imagine bien clerc de notaire dans une vulgaire banlieue moyen-orientale. Enfin, orientale je ne sais pas, mais moyen certainement.

          1. Notre Sergio est juste un branleur qui ne sait pas quoi faire de ses journées ; et il est bien plus connu en tant que Bartleby même si le reste de sa bonne douzaine de pseudos ont une jolie réputation aussi ; pour ce qui est de Michel Onfray c’est comme tout le reste dans la vie: il vaut mieux goutter une poire qu’écouter ce qu’un petit voyou de souk pour des vagues raisons – toutes plus ou moins malhonnêtes — s’époumone à nous raconter à son sujet.

          2. @Passant
            Quelle mouche vous a piqué et comment avez-vous pu imaginer ne serait-ce que pendant une seconde liliputienne que je pouvais être l’auteur du charabia ci-dessus et auquel je n’ai rien compris ? Eclairez ma lanterne, ; triple dieu, dans quelle époque nous vivons !
            Je vous prie de croire, Monsieur, que je ne suis pas votre serviteur;
            Bartleby

          3. Mais quelle mouche vous a piqué mon cher Bartleby ? Je m’adressais bien sûr à ce voyou de « sergio « . Je vous pardonne de bon coeur ce ridicule quiproquo.
            Votre humble et difficilement éternel.

          4. Soit, Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. Pauvre Begique comme disait Baudelaire. Au fond, il est dans l’ordre des choses que la Meute ait à sa tête Un Passant, celui qui a reconnu le poème détourné A la Meute. J’aurai du l’intituler A Un Passant:
            Avec les salutations qui conviennent,
            Bartleby

          5. J’ai dû confondre sergio imitant Bartleby avec Bartleby se faisant passer pour sergio à moins que ce ne soit l’inverse.
            Et si vous saviez à quel point je me fous de toute nationalité, je rejoins d’ailleurs à ce propos Baudelaire et après lui Henri Michaux qui a renié sa belgitude.
            Votre amusé.

  5. Mon cher anonyme,
    Il est plaisant de voir les vaches enraées déraisonner à notre propos. Je vais fouetter ces dernières avec une citation de Hegel, car ces cafards — indépendamment de leur inculture — ne supportent pas la lumière du soleil, c’est à dire la vérité :
    « Du reste, il n’est pas difficile de voir que notre temps est un temps de gestation et de transition à une nouvelle période ; l’esprit a rompu avec le monde de son être-là et de la représentation qui a duré jusqu’à maintenant ; il est sur le point d’enfouir ce monde dans le passé, et il est dans le travail de sa propre transformation. En vérité, l’esprit ne se trouve jamais dans un état de repos, mais il est toujours emporté dans un mouvement indéfiniment progressif ; seulement il en est ici comme dans le cas de l’enfant ; après une longue et silencieuse nutrition, la première respiration, dans un saut qualitatif, interrompt brusquement la continuité de la croissance seulement quantitative, et c’est alors que l’enfant est né ; ainsi l’esprit qui se forme mûrit lentement et silencieusement jusqu’à sa nouvelle figure, désintègre fragment l’édifice de son monde précédent ; l’ébranlement de ce monde est seulement indiqué par des symptômes sporadiques ; la frivolité et l’ennui qui envahissent ce qui subsiste encore, le pressentiment vague d’un inconnu sont les signes annonciateurs de quelque chose d’autre qui est en marche. Cet émiettement continu qui n’altérait pas la physionomie du tout est brusquement interrompu par le lever du soleil, qui, dans un éclair, dessine en une fois la forme du nouveau monde. »

    J »espère vous lire birntôt, et même un coup de main de votre part contre cette meute quantitative serait le bien-venu/
    Votre Bartleby

    1. — P.S Vous n’allez pas me croire, mais ces ânes, voulant nous ressembler, conseillent de lire … Onfray ! Qui eut cru qu’une telle stupdité existât encore ? Bordel de merdre !

      1. C’est qui cet Onfray? Excusez mon inculture dixit François Xavier de la lointaine Laponie mais mes lectures se sont arrêtés en 1965.

        Bien à Vous!

        1. C’est le genre de philosophe qui s’écoute parler.
          Comme il déteste Dieu et l’islam il est bien vu.

          1. @niagara: il est très critique de toutes religions, je ne pense pas qu’il critique moins le christianisme que l’islam. Son gros pavé sur Dieu est magnifique et je te le conseille vivement car t’as tout d’une personne intelligente qui appréhende le monde l’âme légère. Laisse les croyants dans leur folie. De toute façon ceux qui les manipulent ne s’adressent pas à leur intelligence mais à leurs émotions et à leur carence en matière de capacités de réflexion.

          2. Je l’ai pas mal écouter, je sais qu’il ne crois plus en Dieu car il a perdu sa femme.
            Au début il était invité partout quand ils critiquait l’islam, une fois qu’il a commencé à dire des choses positives sur l’islam il a commencé à être dénigrer.

            C’est comme Houellebecq il a écrit un livre en critiquant l’islam alors qu’il n’avait jamais lu le Coran, après l’avoir lui quand on lui a demandé est ce qu’il aurait écrit le même livre il a répondu que non et qu’il y avait même trouvé des choses positives.

            Comme quoi les pensées ne sont jamais figée je leur accorde au moins cela de positif.

          3. Onfray n’est pas un mauvais il s’est fait connaitre avec des texte sur la cuisine et il a reconnu que ça l’avait évité d’être emmerdé . il a créé une université populaire et y a fait des truc pas mal sur le plan social !
            travailler radicalement dans le réel vaut bien des diatribes stériles sur les plateau de télé !

        2. Son dernier texte sur la fabrication du totalitarisme que nous sommes en train de vivre est formidable. Et même si votre scepticisme est bienvenu, je persiste à croire que c’est le seul philosophe d’envergure aujourd’hui en France

        3. @Stratégika: Au départ y’a un auteur essentiel: Jean Soler. Le seul qui le défend par ces temps de folie ou les ordures de tout bords aiguisent les couteaux atomiques c’est Michel Onfray.
          Je te conseille le texte de Soler « Qui est Dieu? ». C’est un opuscule qui se lit en à peine une heure. Si jamais tu veux approfondir y a d’autres choses. Et je parie mes deux payes que tu voudras approfondir

      2. Tiens y a le taliban qui se manifeste avec son énième faux visage. Je sais que tu n’apprécies rien autan que de brûler les livres qui dérangent ton esprit de croyant extrémiste mais malheureusement cette société est encore démocratique où l’idée ne m’a jamais effleurée de t’empêcher de croire. Et où tu ne réussiras jamais à m’empêcher de réfléchir.

    2. Cher Bartleby,
      laissez les donc répondre ce qu’ils veulent, comme l’a dit Strategika tout en haut de l’affiche:

      tout s’écoule..

      quant à onfray, c’est un demi-habile qui se place toujours dans le sens du vent, il ne prend aucun risque.

      le fait que la liberté de conscience nous soit ouvertement interdite depuis 30 ans ne semble pas le gêner.

      1. C’est curieux quand un gus s’adresse à soi-même, Ça fait le dérangé. Dans ton cas c’est juste une énième confirmation que t’es une enflure éhontée prête à tout pour te fabriquer un peu de crédit. De plus t’es ignare car son récent texte sur la fabrication du totalitarisme est violemment critique envers les élites et le pouvoir politique

    3. Y’a pas de meute, je suis seul, je n’ai pas de double triple ou sextuple pseudonyme et n’ai jamais recours aux tactiques de petite frappe de souc qui sont ta spécialité

    4. Je viens de mettre la main, un peu par hasard, sur un exemplaire de la Société du Spectacle de Debord. Juste en dessous d’un ouvrage de Frantz Fanon.
      Quelle trouvaille !

  6. nouvelle révélation sur les causes qui on provoqué le crash du Boeing 737 ukrainien en Iran
    au moment du vol du Boeing et des anomalies ont été observées sur les radars iraniens, vraisemblablement dues à une cyberattaque.
    une cyberattaque US aurait leurré les radars iraniens selon avia.pro
    ils (usa) auraient délibérément modifié les informations sur le vol du Boeing 737 ukrainien, ce qui en a fait une véritable cible pour les systèmes de défense aérienne iraniens.
    Le site militaire russe se réfère à une enquête indépendante qui conclut à la « responsabilité au moins partielle US » dans la tragédie du 8 janvier :

    un sacrifice humain de plus des adorateurs de moloch (YHWH )

    1. Je dirai même plus qu’une cyber attaque. Il y a eu décollage d’une vingtaine d’appareils de combat US entre 1h20 et 6h20 heures de Baghdad et on nous cache la deuxième partie.

    1. 64 com sur mon minuscule reblog. Bon, on n’est que 2 là à les avoir fait mais on s’marre…
      les autres reblogs certainement + importants que le mien… (mais j’étais bien sûr le tout premier, je l’ai même reblogué avant même que S51 en fasse son billet 😀 )

      1. Mon portable n’arrêtes pas de clignoter, même quand je suis en train de lire un message il m’en annonce un nouveau.
        Même pendant que je suis en train d’écrire celui-là il y en a des nouveaux qui arrive.

        1. Ha ha ! Merci pour le 65ème commentaire sur mon très imparfait et sans doute éphémère bloblog et d’ores et déjà bon voyage à Washington 😉

          1. Merci je vais essayer de me programmer ça pour février où mars, à part le Maghreb et quelques pays européens je ne suis jamais allée aussi loin.
            Comme je disais à S51 après le Vatican et la City de Londres je vais me faire le 3 ème micro état qu’est Washington DC, après le spirituel (Vatican) le financier (la City) je vais me faire le militaire (Washington DC).
            Je vais faire comme le Messiah de la série Netflix je vais marcher sur l’eau devant le Lincoln mémorial, non je déconne 🙂 hum quoi que….

          2. Je voulais aller à Jérusalem en 2019 mais j’ai pas pu le faire d’ailleurs en 2019 je ne suis allé nulle part, mais 2020 s’annonce bien je n’avais pas prévu d’aller à Washington cette année mais apparemment le destin en a décidé autrement.

          3. J’ai déjà été 11 fois (en 20 ans) à pieds jusqu’à santiago de compostela par 11 chemins différents bien qu’à la fin il n’y ait que 6 arrivées, 1x à fatima (en novembre dernier), j’ai Rome ou/et st-françois d’assise en projet cette année ou 2021, jérusalem à pattes j’irais bien (et même comme jacques lanzmann aller-retour si je pouvais) mais avec la guerre c’est plus trop possible pour le moment… les gens qui y vont actuellement prennent un bateau jusque haifa je pense et de là finissent à pied, perdant donc la fin de la Turquie, la Syrie, le Liban et l’entrée classique « en terre sainte » comme on dit.
            Ceci est la pure vérité mais je ne devrais pas l’écrire. Qu’on me pardonne cette petite vanité (bah, ce n’est jamais qu’un commentaire de blog entre nous) 😉

          4. Fatima est sur ma liste des endroits à visiter pour pour Jérusalem j’ai la double nationalité Franco algérienne il risque de me poser des questions mais je ne pense pas qu’il m’empêcherait d’entrée.
            Mon grand père maternelle était parti en voiture avec des amis a la Mecque en partant d’Algérie, arrivé en Égypte il s’était perdu ils ont demander leur chemin a des Égyptiens, suivant leurs conseils ils ont atterri devant un poste frontière avec des drapeaux israélien, les Égyptiens les avait dirigé sciemment
            en direction d’Israël.
            mais ça s’est bien passé ils ont été très bien accueilli ils les ont escorté jusqu’à un village palestinien chez qui ils ont pu manger et dormir, le lendemain ils ont pu reprendre la route pour pouvoir aller à la Mecque avec les bonnes indications cette fois-ci.

            Il y a des salopards partout et des gens bien partout, c’est pour ça que je ne juge jamais quelqu’un avant de le connaître.

          5. « Il y a des salopards partout et des gens bien partout » c’est presque mot à mot l’une des premières choses que je t’ai écrites ici il y a bientôt un an !
             » je ne juge jamais quelqu’un avant de le connaître. » sage précepte.
            Et même en le connaissant… on a encore parfois des surprises !

          6. C’est vrai que parfois on se fait trahir pas ceux que l’on pense connaître.
            Mais en vieillissant avec l’expérience le pifomètre s’affine 🙂

          7. On peut aussi avoir de bonnes surprises dans l’autre sens mais c’est pas si fréquent.
            Après, si je veux faire le grand philosophe, je pourrais ajouter que l’important c’est d’abord de se « connaître soi-même » (Socrate). Mais ça à peu près tout le monde le sait ici…
            Après, je dois avouer que moi souvent je juge trop vite. Heureusement, je suis très versatile et mes (erreurs de) jugements sont donc rarement définitifs. Mais ça c’est différent pour chacun, pour moi signe d’air c’est forcément comme ça que je suis ballotté dans ce monde.

  7. Une fois j’étais tombé sur un article qui faisait un parallèle entre le chiisme et le judaïsme.
    Ça expliquait que les juifs et les chiites ne dirigeait pas de pays avant le 20 ème siècle, 1948 pour les juifs 1979 pour les chiites.
    Que les juifs et les chiites appelait leurs dignitaires religieux par le nom de Dieu, Rabi pour les juifs ayatollah pour les chiites.
    Je ne me souviens pas du reste mais il y avait plein de points communs entre les deux que ce soit au niveau religieux où au niveau de leurs histoires comme quoi les 2 était persécuté et les 2 ont réussi à avoir un état religieux pratiquement au même moment.

    C’est peut-être pour ça que le professeur que tu cites disais qu’il n’y aurait jamais de guerre entre les deux, c’est sûrement parce que leurs histoires est lié.

  8. Quelques précisions tout de même, le (notre ?) site, est totalement surveillé, observé à la loupe, analysé et passé au crible, beaucoup d’entre-nous sont bien entendu fichés, répertoriés, et pour certains, à de très rares exceptions tout de même, seront impitoyablement éliminés. D’autres agents du renseignement, ont carrément pris pension dans nos murs, et opèrent tranquillement à demeure (je ne vais pas citer leurs noms (ou matricules), mais ils seraient apparemment un sacré paquet!, (et pas seulement les agents de la DGSI (ou anciennement les RG), et autres officines de flicage, mais tous les ennemis de Stratégika51, et ils ne nous veulent pas forcément du bien… Vous vous en doutez bien ; certain(ne)s ont malencontreusement donné volontairement ou involontairement des détails de leurs vies privées (famille, ami(e)s et autres)! Erreurs Ô combien fatales, je ne donnerai pas cher de votre peau, car, au vent mauvais, et lorsque les choses tourneront au vinaigre!, vous serez bien évidemment les premier(e)s sur la liste!…

      1. C’est pour ça que j’ai mis en vente mon appartement bruxellois… Je me casse dans une autre région du monde où je serai certainement très bien accueilli en tant que « sale mécréant ».

    1. Merci pour l’info mais nous étions déjà au courant, un certain pays m’avait même parler de S51 en me demandant si je savais à qui j’avais à faire, je leur ai répondu qu’il avait ma confiance totale et que ce qu’il pensait de lui ne m’intéressait pas.

      Contrairement à ceux qui me prennent pour un mytho j’ai vérifié dans plusieurs pays que j’étais fiché et pas comme terroristes.

    1. Il n’ont pas demandé d’autorisation pour rentrer il n’en attendais pas une pour sortir, il font ce qu’ils veulent.

      1. NiagaradeLyon
        Les américains sont rester en Irak, a la demande du pseudo gouvernement irakien.
        Les yankees créent les problèmes, ils présentent les solutions pour y remédier, et le tour et jouer…..

        1. Le véritable président de l’Irak c’est l’ambassadeur américain, les responsables irakiens demande plutôt aux mallette d’argent de rester.

      1. Les déclarations de Nasrallah sont comme toujours dignes d’intérêt.

        L’intérêt personnel de Trump serait de retirer les troupes américaines de la région, ce qui lui assurerait réélection. Il ne pourrait le faire sans une forme de gesticulation triomphaliste préalable, l’assassinat revendiqué de Soleimani en ferait partie.

        Les motivations internes de Trump pourraient donc être différentes de celles estimées par l’article présenté.

  9. Cher Bartleby,
    ce sont nos façons d’écrire qui nous trahissent. je vous assure, que je vous avais
    également reconnu lorsque vous étiez ‘anonyme’.
    on reconnaitrait également foxhound les yeux fermés. 😉

    en ce qui concerne l’Iran, en 2018, d’après les informations que le C.C a publié
    (vous savez où retrouvez ces informations, il y 26 pages d’articles en français..),
    la guerre intestine entre au moins 2 factions a connu une accélération,
    et ce n’était pas une bonne nouvelle:

    Mahmoud Ahmadinejad et ses plus proches alliés ont été ciblés
    par la faction rouhani de janvier 2018 à septembre 2019 (de ce que le C.C nous a rapporté):

    Hamid Baghaie, candidat de la faction Ahmadinejad à l’élection présidentielle de 2017,
    condamné à 15 ans de prison ferme.

    L’ancien directeur de cabinet de Mahmoud Ahmadinejad, Esfandiar Rahim Mashaei,
    désigné comme son successeur, donc candidat à la présidentielle de 2013,
    condamné à 6 ans et demi pour:
    complot contre la République islamique d’Iran,
    propagande contre le régime
    insultes envers des personnes dépositaires de l’autorité publique.

    a été publiée l’information d’après laquelle Ahmadinejad est allé jusqu’à
    accuser l’ayatollah Khamenei de détournements de fonds.

    il faut se rappeler que cheik rouhani était partie liée à l’affaire IranContra des années 1980,
    qu’une bonne partie du clergé chiite était bel et bien opposé à Khomeini dans les années 1970,
    qu’ils ont soutenu l’expulsion de Khomeini,
    et que depuis 1979, le pouvoir révolutionnaire doit composer avec le pouvoir ecclésiastique,
    extrêmement corrompu, au contraire de (ce que semble être) Mahmoud Ahmadinejad.

    si ce qui se passe depuis des années, c’est la lutte entre factions pour la succession de Khameini,
    où se place là-dedans l’assassinat de Qassem Soleimani?
    quel sera son impact?
    malgré le fait que la population Iranienne ait rendu hommage par millions à Soleimani,
    comme dans tout État, ce n’est pas le peuple qui décide..

    1. C’est quoi, ou bien c’est qui, ce « C.C » ?…

      Pourriez-vous être plus explicites et moins « ésotéristes/club privé » à ce sujet, en exposant tous les liens d’explicitations, dans une optique de permettre à tout le monde de suivre, plutôt que de paraître replier et référer à des échanges privés incompréhensibles aux autres ?…

      Merci pour cet effort d’explicitation, si vous vouliez bien le faire.

      1. La formation du sexe ( ou C.C) par Jean-Pierre Brisset
        « Remarquons d’abord qu’on peut changer la place des mots d’une phrase sans que l’idée exprimée en soit modifiée : La porte est ouverte et porte est ouverte là, disent toujours : ouverte est la porte. Il en fut de même dans le principe : à le valait: le à = là et ale valut aussi : là.

        Ceci étant admis, nous lisons : ai que ce ? ayant valu : ce qu’ai ? ou : qu’ai ce ? = qu’ai-je ? Cela se disait sur ce quai où se tenait l’ancêtre. Les questions : ai que ce ? est que ce ? disaient : ai ou est quoi ici ? et créèrent le mot exe, le premier nom du sexe. Les uns prononçaient : éqce ; d’autres : èqce, suivant la phrase créatrice : ai que ce ? est que ce ? D’où sexe se prononcera, suivant le cas : séqce, sèqce. Ec, éque ou ek, formé de : ai que ? est même un premier nom du sexe : éque-ce valait ce éque, ec ou ek et devint exe.

        On questionna ensuite : ce exe, sais que ce ? = ce point, sais-tu quoi c’est ~ ce qui devint : sexe. – Sais que c’est ? ce exe est, sexe est, ce excès. Ce excès, c’est le sexe. – On voit que le sexe fut le premier excès. On n’a aucun excès à craindre de ceux qui n’ont pas de sexe. Dans : ce exe est, on peut analyser : ce ou ceci est un exe et : exe est ce ou ceci. Par suite on voit que ce montra et désigna d’abord le sexe. Aussi : ce ekce = ce sexe-ci : sexe. Eh, è, é, est aussi un premier nom du sexe: Ce é que c’est ? Sexe est.

        Je ne sais que c’est Jeune sexe est. La première chose que remarqua l’ancêtre et qu’il ne connaissait pas, c’était un sexe jeune, en formation. Dans ce cas, les plus clairvoyants sont encore quelquefois forcés de dire :

        Je ne sais que c’est. Jeune sexe est, vaut : sexe est jeune, et : jeune est sexe. Le mot jeune peut être considéré comme un nom. Il en résulte que jeune désigne et désigna ceux qui prenaient le sexe. Les jeunes sont les enfants dont le sexe n’a pas encore atteint toute sa puissance, car il se développe toujours très lentement.

        Tu sais que c’est bien. Tu sexe est bien. Le mot tu, ainsi que jeune, désigna aussi le sexe. C’est un terme enfantin : cache ton tu, ton tutu. Tu tu = ton sexe. Tu relues tu tu = tu reluques ton sexe. Turlututu, répétait avec dépit celui qui était l’objet de cette remarque blessante.

        Y ce ai que c’est ? Il sait que c’est. Y sais que c’est. Y sexe est. y désigna d’abord le sexe, puis valut je et enfin il. Y le sexe est. Il sait que c’est.

        On sait que c’est. On sexe est. Le pronom on désigna le sexe et avait la valeur de en, en ce lieu, en ce l’yeu, en cet œil-là. Le sexe se présenta sous forme d’yeu ou d’œil. Ce fut une légère ouverture. Le pronom on est indéfini et tous les mots qu’il peut remplacer se sont d’abord référés au sexe, l’origine de toute parole vivante : Pierre, Jean, Julie, etc. sait que c’est bien et sexe est bien. Tout ce qui peut savoir quelque chose est de rigueur un sexe dans son origine, un membre de la famille humaine ou divine.

        Je sais que c’est bien. Je ou jeu sexe est bien. Le premier jeu était le sexe. De là vient la passion du jeu. Le prudent cachait son jeu. Le pronom je désigne ainsi le sexe et quand je parle, c’est un sexe, un membre viril de l’Eternel-Dieu qui agit par sa volonté ou sa permission. C’est en parlant de son sexe que l’ancêtre s’aperçut qu’il parlait de son propre individu, de lui-même.

        A = ai. Que ce a ? = qu’ai-je ? Que ça ou çà = Quoi cela? Que exe est que ce a ? = Quel sexe est que j’ai ? Que excès que cà ! Qu’est-ce ? que sexe a. Qu’ai ? que sexe a ? Kékséksa ? Que aie ce que c’est que ce a = Ici vois ou prends ce que c’est que j’ai. L’inconnu de la chose faisait changer l’ordre en une question : Qu’est-ce que c’est que ça ? Ces seules analyses suffiraient pour démontrer, avec la Loi infaillible qui nous guide dans notre travail, que notre question la plus familière est née chez des êtres prenant le sexe et ne connaissant rien de cette exe-croissance, de cette exe-tension. Aujourd’hui on peut tout au plus être embarrassé pour le genre.

        Je me exe à mine ai. Tu te exe à mine as. y ce exe à mine a. y sexe à mine a. y le sexe a mine à. C’est le sexe à la mine ou à la main que l’ancêtre s’examinait, sexe à mine ai. Mine a valu main. La main faisait mine et minait le terrain. Che mine, chemine ; che main, chemin, disaient également : ici la main. Donc le créateur de : Je m’examinai, etc. disait : J’ai mon sexe à la main, etc. C’est en examinant son sexe que l’ancêtre faisait son examen, son exe à main, son nexe à main.

        L’examen du sexe est le premier que l’on subit en venant au monde.

        Dans examiner, examen, etc. exe se prononce : égze. Ce changement nous montre que : gue = que, ze = ce. L’inversion de égze donne ze gu’ai = ce qu’ai. Gu’ai = j’ai et a formé : gai, gué, guet. Le sexe rendait gai ; l’ancêtre aquatique appelait alors sur le gué où l’on faisait le guet. C’est sur le gué que combattaient les chevaliers du guet. Chaque famille d’ancêtres défendait son gué et son marécage. – Puisque ze = ce, pour bien comprendre les mots où se trouve le son ze, on doit lui rendre son antique valeur ce. Il est toujours à zézayer valait : à s’essayer. Qui s’essayait zézayait. A sesse eille ai, à zèze eille ai = au sexe vois ce que j’ai. Sesse et zéze ont donc désigné le sexe. Italien : il sesse ho = j’ai le sexe ; il sesso = le sexe. Ce esse : ce exe : : sesse : sexe.

        Ce montrait le sexe : ce ai, ai ce, esse. On a vu que on valut en, en ce lieu. On ce ai c’est = c’est en ce que j’ai. On ce esse est, on ce esse aie. On sesse est, on sesse aie. On sait c’est. On ce essaie, on s’essaie. On ce essaie montre clairement ce présentant le sexe et s’unifiant avec celui qui parle dans : on s’essaie. Même remarque dans : L’on ce exe à mine a, l’on s’examina. Le pronom allemand Sich = soi et est formé de : ce ich = ce moi et montre le sexe ainsi que soi. Ce ois = vois ceci, le ce ou sexe. Soi vaut donc sexe. Or, le premier ancêtre ne parlait pas d’autre chose. C’est encore le fond de la conversation des démons.

        Ainsi les pronoms réfléchis tirent leur origine de la réflexion de l’ancêtre sur sa propre nudité. Tout ce qui aujourd’hui est langage figuré fut d’abord appliqué à des actes matériels. Il fallait que le mot fût formé avant que l’esprit l’emportât dans les régions de la pure pensée.

        Qu’ist ce exe que l’eus ? Qu’ist sexe que l’eus ou l’ai ? Dans les premiers temps, les temps passés du verbe étaient des temps présents. Je l’eus valait : je l’ai, et a formé le passé défini du verbe lire : Je lus ; tu l’eus, tu lus ; il l’eut, il lut ; nous l’eûmes, nous lûmes; vous l’eûtes, vous lûtes; ils lurent. Les premiers qui l’eurent furent les lurons et la première chose qu’ils lurent fut le sexe. Le sexe est aussi la première lyre, il produisait l’ire et rendait irascible. C’est là qu’il fallut d’abord lire, dans le délire. Le sexe fut donc la première cause d’attraction et de répulsion. La question : Qu’ist sexe que l’eus ? fit que les ancêtres se repoussèrent et on disait : Les voilà qui s’excluent. Y sais que, ce que l’eus, est = je sais que ce que j’ai c’est. Y sexe que l’eus est = C’est là le sexe que j’ai. Les sexes semblables ne se convenaient point, ils s’excluaient… « .

        1. Voila un texte qui sent bon la DMT.
          Sinon, C.C. c’est T.M. le Complotiste en Chef.
          Parfois adjoint de Latin.

          1. @SCLAVUS
            Mais quel affront !
            Quelle horreur !
            Quelle confusion !
            Au fou !

        2. Désolé mon chéri d’amour d’avoir posé mon truc au mauvais endroit. Le voilà restitué où il faut: Si t’avais un minimum de décence, sinistre canaille tu ferais des excuses aux gens honnêtes mais naïfs que tu gruges depuis des années avec ton charabia du grand bazar de Téhéran. Mais comme j’ai la certitude que tu ne l’as pas je te poserai juste une question très intéressante: Quel est le prix en ce moment dans le grand bazar d’un général auréolé de gloire? Toi qui fais partie des télégraphistes attitrés du grand bazar tu devrais être au courant. J’en ai qqs’uns
          sur le bras et je voudrais m’en débarrasser….les belles affaires des Bazaristes ça donne des idées

        3. Ah, ok, merci Bartleby, très intéressant, c’est donc là l’origine des fichiers exécutifs de Windows (*.exe)

          1. Cher Gugusse, merci pour cette réponse vraiment spirituelle qui m’a fait bien rire, d’autant plus que ma citation de Brisset est extraite de l’anthologie de l’humour noir d’un des derniers poètes du siècle, à savoir André Breton.
            Sinon; pour ce C.C, nous avions l’habitude il il y a un an ou deux, l »anonyme et votre serviteur, d’utiliser tout un tas de sigles, non par ésotérisme, mais pour nous moquer du siècle. L’usage systématique des sigles est un trait caractéristique de la modernité, apparu simultanément en amérique, en URSS, et en dans l’Allemagne nationale-socialiste. Son but est la destruction de la langue, c’est à dire d’un langage commun des opprimés leur permettant de nommer leur ennemi et de se donner les moyens pratiques et théoriques d’accomplir cette émancipation.
            On utilisait aussi BLC, i.e Bachar Le Chimique, et parfois même écrivions des posts entiérement siglés si je puis dire. C’est l’art du détournement.
            Je vous salue.
            Bartleby

    2. « … il faut se rappeler que cheik rouhani était partie liée à l’affaire IranContra des années 1980,
      qu’une bonne partie du clergé chiite était bel et bien opposé à Khomeini dans les années 1970,
      qu’ils ont soutenu l’expulsion de Khomeini,
      et que depuis 1979, le pouvoir révolutionnaire doit composer avec le pouvoir ecclésiastique,
      extrêmement corrompu, au contraire de (ce que semble être) Mahmoud Ahmadinejad. … »

      Quel Etat dans le vaste monde, n’est pas corrompu? Tout ça est si vieillot, suranné, et tellement dépassé, qu’on se demande quel intérêt a-t-on à remuer toute cette merde! Les gens que vous citez, n’ont plus accès aux manettes du pouvoir, à aucun pouvoir d’ailleurs, et depuis longtemps, ils ne représentent qu’eux-mêmes!

      « … malgré le fait que la population Iranienne ait rendu hommage par millions à Soleimani,
      comme dans tout État, ce n’est pas le peuple qui décide.. … »
      Tout à fait vrai, que ce soit en Chine, en Russie et partout dans les capitales occidentales, le peuple n’a jamais décidé de rien, et ne décidera jamais de rien ! C’est une réalité incontournable…

Répondre à Sclavus Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.