Publicités

Once Upon a Time in Iraq-by Steve Brown

« A Society of Sheep must in time beget a Government of Wolves » — Bertrand de Jouvenel

Stephen Hadley, former National Security Advisor to the George W Bush regime, is one of the top US Neoconservative activists. Hadley is a pro, a battle-wizened key promoter of US aggression in Iraq. Hadley applauds and expounds on the ‘universal western morality’ regarding the US assassination of Iran’s key military commander Suleimani via the major media.That’s no surprise.However, Hadley’s enthusiasm for Suleimani’s destruction reeks more of puffery on the part of Raytheon Systems (as a key military supplier to the US military) than it does as justification for an apparent US war crime, only one among many.

Trouble is, nowhere does the Raytheon gun-toting [1] Hadley reveal his inactionable puff piecelinks to Raytheon in his television appearances or articles. Now, in an Orwellian twist of doublethinkonly possible ina US war establishment run amok, Hadley is Board chair of Reagan’sUnited States Institute of Peace which would be laughable, if it were not so tragic. [2]Former NSA head Hadley’s ‘peace institute’ promotes only flagrant US war propaganda and touts foreign adventurism and aggression that would have embarrassed even Vladimir Pozner back in the day. But rhetorically speaking, Raytheon’s ‘Kill Vehicle’Hadley is no exception to the Raytheon revolving door with regard to the warmongers who infest Washington’s snake pit.

Washington’s revolving door for state-sponsored corporate terror revolves only too well. For example, US Defense Secretary Dr Mark Esper is another ex-Raytheon heavyweight, the former Raytheon VP advocate for « governmental relations ».Presumably those “government relations” were designed to milk the federal beast for all the military contracts Esper’s salary as aRaytheon lobbyistcould muster. Now Raytheon’s Esper has the ultimate job as US Secretary of Defense where the Raytheon/ governmental revolving door of war and aggression just goes around and around as profitably as the Federal Reserve will allow.

But warmonger Barak Obama’s reign of terror was no different;no different from that of his predecessoror of his successorwith regard to bloodthirsty guile. Obama’s crew was just as morally culpable for the death and destruction thatthe US wrought in Iraq, Libya, Syria, Afghanistan, Gaza, and Yemen as Bush sports like Hadley were, the occupationthat they stillinvoke in Iraq today. Just one example of an Obama revolving door war bossapparently in favour of aggression and political assassination is Lockheed Martin’s,Jeh Johnson.According to Johnson :

“If you believe everything that our government is saying about General Soleimani he was a lawful military target. And the president, under his Constitutional authority as Commander-in-Chief, had ample domestic legal authority to take him out without an additional Congressional authorization.”

Key words are: “If you believe everything…” Yes, who believes anything that the US government says? Whether it’s about chemical weapons, WMD’s, terror attacks, or anything else… the US government invariably lies.Here,Jeh Johnson is the former Barak Obama lackey speaking on Fox News, endorsingthe Lockheed Martin Marietta Corporate line which implicitly assumes that the public “will believe” that which the US government declares. It’s the Imperial fiat mantra, law by presidential decree, and long live the Emperor.

Johnson’s incorporated briefis that a foreign leader may be justifiably assassinated if the executive director of the United States ordersit,of course handily employingLockheed Martin or Raytheon’s tech — or that of any other military contractor.Shoot first… ask questions later.No moral considerationneed apply. The moral and legal consideration with regard to political assassination is not only ignored but despised, just as it is in Israel. There is no moralconsideration about politically-motivated killing where US leaders are concerned, ‘life concentrated’ is in the form of US dollarprimacy viaJeh Johnson’s Lockheed Martin and Raytheon’s technology being all that matters — and thatis the media message, too.

In other words, Greed is Good. And if Lockheed Martin or Raytheon must supply the equipment to kill for hubris or profitwhen the president pronouncesthat necessary, then that’s good for the gander too.The surprise is that the progenitors of US aggression and destabilization in the Middle East (and most of the rest of the world) should still infest US airwaves and the Washington Post.The Neocon/Statist presence is just a little staggering in light of their historic abject failures,whether they be:

Israel-Palestine. Cuba. Bay of Pigs. Korea 1950. Iran 1953. Vietnam. Laos. Cambodia. Chile 1973. Pinochet. Iran 1979. El Salvador. Nicaragua. Panama. Iran contra. Afghanistan. al qaeda. Iraq. Lebanon. Gaza. Libya. Egypt. Syria. Gaza. Afghanistan. ISIS. Sahel. Mena. Yemen. Sudan. Somalia. Eritrea. Ukraine… etc etc etc.

The Rulers of the Planet lost most of the world and only the dominance of the $ USstill remains.Those who perceive one Donald J Trump [3] as their Lord and savior may now be supremely disappointed. With this political assassination we can expect nothing more from him than the same condolencesover the blood of the fallen that all US administrations offer. And should a new war erupt, fake praise for the dead as required by any war-profiteer’s miserable existence.

Meanwhile the US moral fakeryextant inwestern Corporate media, iswhereour rulerspurvey the message that they may politically assassinate and stillpossess the moralhigh ground,while people who object to political assassination
are traitors… and probably terrorists, too.The foregoing is not to endorse any so-called US opposition movement as objecting, because there is none.

There is virtually no effective resistance to the satanic crowd who pound their major media wired podium every minute of every hour of every day with their wired digital jack boot.The political class’sthinly veiled hatred for peace and humanity provides them with just too much profit, andthat guy with the haircut hijacked the populist movement long ago.According to Clinton influencer Carroll Quigley in his book ‘Tragedy and Hope’:

“The argument that two parties should represent opposed ideals and policies, one, perhaps, of the Right and the other of the Left, is a foolish idea acceptable only to doctrinaire and academic thinkers. Instead, the two parties should be almost identical, so that the American people can “throw the rascals out” at any election without leading to any profound or extensive shifts in policy….Then it should be possible to replace it, every four years if necessary, by the other party which will be none of these things but will still pursue, with new vigor, approximately the same basic policies.”

Beyond Quigley’s political theory — which is now US political doctrine as embraced by all US regimes and their sponsors for the past thirty years — we must now consider the momentous topic of what just happened in Iraq, and the relevance of the Raytheon connection as above. We must ask what happened because no one is saying — not even the alt-Media.

What just happened in Iraq?

After the US assassination of Iran’s military leader Suleimani, there was some idea that Iran would retaliate right away in a deadly strike on the US in Iraq, perhaps resulting in a broad war. Others, including this author, believed that Iran’s leadership would bide its time, maintain the moral high ground, and retaliate later on in an unexpected way.

But the public call for retaliation in Iran was quite outspoken, and Iran’s people demanded a just response. That public call for revenge was too strong for Khamenei to ignore, so a strike on two US bases in Iraq was arranged via a Swiss channel. Note the word arranged. There has been much speculation… but how to prove this arrangement? Later we will return to Raytheon’s equipment at US bases in Iraq, which provides an important clue.

But first, consider that an arranged armed response to mutually draw down tension between sides is rare, but not unheard of in conflict zones. A recent face-saving arranged combat event occurrednear the Lebanese/Israeli border as we examined in Israel v Hezbollah: Disputed Claims in a Disputed Territory .

In late August of 2019, Hezbollah in Southern Lebanon vowed to retaliate for Israeli aggressive tactics in the KfarShuba Hills region and Beirut. Neither side was prepared for war over two somewhat minor incidents — by the region’s standards — and Hezbollah carried out what Israel called a symbolic strike on an Israeli robotic target to quell outraged public opinion on both sides.

Hezbollah claimed a strike on a real Israeli target (which appeared true) while Israel claimed the military APC was operated remotely, and the Israeli wounded recorded at the scene were ‘crisis actors’. While truth is the first to die in war, the Avivimescapade did appear to avoid a broader conflict. There is ample reason to assume that the same type of staged event just occurred by Iran’s strike on two US bases in Iraq.

That’s because neither side is desirous of a wider war in the region… at least for now — if Trump can be believed — and since this is an election year he probably can. Iran too, has clearly stated that it does not want war with the US, even subsequent to the US assassination of its military leader. And so,via the Swiss diplomatic channel, Iran could exercise its Article 51 right to reprisal as agreed with a limited strike on two US bases. The Trump regime was informed about the two bases Iran would strike, when, where,and how.

We can further verify the save-face strike agreement by the standing-down of the Raytheon GEM-T missiles at both bases, conclusive proof that Iran’s strike was pre-arranged. Of all missiles fired, only four were duds. If the GEM-T systems had been readied and in use the failure rate of Iranian ballistic missile strikes on the bases would be far higher. As a result, the bases would suffer minor damage, far less than may be seen in verifiably released satellite photographs of the two bases, independent and from non-US or Irangovernment sources.

Some analysts have argued that the Erbil base had no GEM-T defense, but information exists that Israel has three secret intelligence sites near that base soany idea that Erbil would be undefended by anti-missile systemsborders on the preposterous. Likewise that base was chosen as a target by Iran specifically due to its symbolic association with the Kurds and Israel, a tactical consideration not lost on the US military or on Israel; and Israel possesses plenty of its own GEM-T’s. At both bases, the GEM-T defenses were demonstrably not in operation.

While the US military is quite capable of mass killing and destruction, self-defense is of paramount importance. The notion that the US military would stand-down its anti-missile defenses at a time of imminent peril without a pre-arranged agreement with Iran via its leaders, is beyond preposterous — it is absurd.Furthermore, the fact that there were no casualties of any sort at either US base, with a long lead time for evacuation and US bunkering, proves that Iran provided plenty of warning to the United States via the Swiss diplomats, prior to the strikes.

Ironically we must now return to the Raytheon corporate shills, likely highly amused and enthused at what just occurred in Iraq. The Washington Post, cheerleader for Raytheon’s people and weaponry, is running a Dan Lamothe article again about poor little Raytheon and the need for bigger, better, newer and yet more expensive US anti-missile systems. Lamothe even claims that the US bases attacked did not possess anti-missile systems, a revelation which on its own must surely be vetted by US intelligence services before being released and cannot be a publicly verifiable factual statement.

So why say it? With conclusive proof that thetwo US base strikes in Iraq were pre-arranged between Iran and the United States, media disinformation is required to maintain the balance of illusion, and a major diversion of public attention is needed to assail the truth. The fact of the pre-arranged strikes based on the US political assassination of Iran’ssenior military leader raises major moral, ethical, legal, due process, political and international law questions about the role of the United States as occupier and invader — not just about its role as global hegemon through weaponization of the dollar and military force.

For example, that the US would agree to a planned Iranian counter-strike versus two US bases in Iraq proves that the US understands its assassination of Iran’s military leader was not only illegal according to international law, but also a war crime. The agreement further focuses on that fact that according to the United State government only might makes a right, a militarist argument frequently written about in the US and Israeli press. But to have its citizens focus on the US proposition that only might makes right, where US influence is only enforced by the barrel of a gun, is not a discussion the political class wants its citizens to have internally. And finally, that the United States may nowbe a force for evil in the world by political assassination and by force of arms, and not for good, is another subject our masters wishfor us to avoid. We must not avoid it.

Notes:
Rhetorically speaking!
Note the Hadley institute’s name: « of » peace and not « for » peace, an important Orwellian distinction.

who might deliver them from Obama’s implicit evil?

Steve Brown

Publicités

2 thoughts on “Once Upon a Time in Iraq-by Steve Brown

  1. « Une Société de Moutons doit à terme engendrer un Gouvernement de Loups  » – Bertrand de Jouvenel

    Stephen Hadley, ancien conseiller à la sécurité nationale du régime de George W Bush, est l’un des principaux militants néoconservateurs américains. Hadley est un pro, un promoteur clé de l’agression américaine en Irak. Hadley applaudit et expose la  » morale occidentale universelle  » concernant l’assassinat par les Etats-Unis du commandant militaire clé de l’Iran, Suleimani, par le biais des principaux médias, ce qui n’est pas surprenant. Cependant, l’enthousiasme de Hadley pour la destruction de Suleimani pue plus la poudre aux yeux de Raytheon Systems (en tant que fournisseur militaire clé de l’armée américaine) que la justification d’un crime de guerre américain apparent, un seul parmi tant d’autres.

    Le problème, c’est que nulle part, dans ses apparitions à la télévision ou dans ses articles, Hadley ne révèle ses liens avec Raytheon, qui ne peuvent être mis en œuvre. Maintenant, dans une tournure orwellienne de double pensée seulement possible dans un établissement de guerre américain en folie, Hadley est président du conseil d’administration de l’Institut Reagan pour la paix aux États-Unis, ce qui serait risible, si ce n’était pas si tragique. L’ancien chef de la NSA, Hadley, n’encourage que la propagande de guerre américaine flagrante et vante l’aventurisme et l’agression étrangers qui auraient embarrassé même Vladimir Pozner à l’époque. Mais sur le plan rhétorique, le  » véhicule de la mort  » de Raytheon, Hadley, n’est pas une exception à la porte tournante de Raytheon en ce qui concerne les belligérants qui infestent la fosse aux serpents de Washington.

    La porte tournante de Washington pour le terrorisme d’entreprise soutenu par l’État ne tourne que trop bien. Par exemple, le secrétaire à la Défense des États-Unis, le Dr Mark Esper, est un autre ancien poids lourd de Raytheon, l’ancien vice-président de Raytheon qui est un défenseur des  » relations gouvernementales « , qui ont probablement été conçues pour exploiter la bête fédérale pour tous les contrats militaires que le salaire d’Esper, en tant que lobbyiste de Raytheon, pourrait rassembler. Maintenant, Esper de Raytheon a le travail ultime en tant que Secrétaire de la Défense des Etats-Unis où la porte tournante Raytheon/gouvernementale de la guerre et de l’agression tourne et tourne aussi profitablement que la Réserve Fédérale le permet.

    Mais le règne de terreur du belliciste Barak Obama n’était pas différent ; pas différent de celui de son prédécesseur ou de son successeur en ce qui concerne la ruse sanguinaire. L’équipage d’Obama était tout aussi moralement coupable de la mort et de la destruction que les Etats-Unis ont causées en Irak, en Libye, en Syrie, en Afghanistan, à Gaza et au Yémen que l’étaient les sports de Bush comme Hadley, l’occupation qu’ils provoquent encore aujourd’hui en Irak. Un seul exemple d’une guerre de porte tournante d’Obama apparemment en faveur de l’agression et de l’assassinat politique est celui de Lockheed Martin, Jeh Johnson. Selon Johnson :

    « Si vous croyez tout ce que notre gouvernement dit sur le général Soleimani, il était une cible militaire légitime. Et le président, sous son autorité constitutionnelle de commandant en chef, avait l’autorité légale interne suffisante pour le faire sortir sans une autorisation supplémentaire du Congrès. »

    Les mots clés sont : « Si vous croyez tout… » Oui, qui croit tout ce que dit le gouvernement américain ? Qu’il s’agisse d’armes chimiques, d’ADM, d’attentats terroristes ou de quoi que ce soit d’autre… le gouvernement américain ment invariablement. Ici, Jeh Johnson est l’ancien laquais de Barak Obama qui s’exprime sur Fox News, approuvant la ligne de Lockheed Martin Marietta Corporate qui suppose implicitement que le public « croira » ce que le gouvernement américain déclare. C’est le mantra du fiat impérial, loi par décret présidentiel, et vive l’Empereur.

    Le dossier de Johnson est qu’un dirigeant étranger peut être assassiné à juste titre si le directeur exécutif des États-Unis l’ordonne, en employant bien sûr avec doigté la technologie de Lockheed Martin ou de Raytheon – ou celle de tout autre entrepreneur militaire. La considération morale et légale concernant l’assassinat politique est non seulement ignorée mais méprisée, tout comme elle l’est en Israël. Il n’y a pas de considération morale sur les assassinats à motivation politique lorsque les dirigeants américains sont concernés, la  » concentration de la vie  » est sous la forme de la primauté du dollar américain via la technologie de Lockheed Martin de Jeh Johnson et Raytheon étant tout ce qui compte – et c’est aussi le message des médias.

    En d’autres termes, la cupidité est bonne. Et si Lockheed Martin ou Raytheon doit fournir l’équipement nécessaire pour tuer par orgueil ou par profit lorsque le président le déclare nécessaire, alors c’est bon pour le public aussi. La surprise est que les précurseurs de l’agression et de la déstabilisation américaines au Moyen-Orient (et dans la plupart du reste du monde) devraient encore infester les ondes américaines et le Washington Post. La présence des néocons/étatistes est juste un peu stupéfiante à la lumière de leurs échecs historiques aussi abjects, qu’ils soient :

    Israël-Palestine. Cuba. La Baie des Cochons. Corée 1950. Iran 1953. Vietnam. Laos. Cambodge. Chili 1973. Pinochet. Iran 1979. El Salvador. Nicaragua. Panama. Iran contra. Afghanistan. al qaeda. Iraq. Liban. Gaza. Libye. Égypte. Syrie. Gaza. Afghanistan. ISIS. Sahel. Mena. Yémen. Soudan. Somalie. Erythrée. Ukraine… etc etc etc.

    Les dirigeants de la planète ont perdu la plupart du monde et seule la domination des $ US demeure. Ceux qui perçoivent un Donald J Trump [3] comme leur Seigneur et leur sauveur peuvent maintenant être suprêmement déçus. Avec cet assassinat politique, nous ne pouvons rien attendre de plus de lui que les mêmes condoléances sur le sang des déchus que toutes les administrations américaines offrent. Et si une nouvelle guerre éclatait, de fausses louanges pour les morts comme l’exige la misérable existence de tout belligérant.

    Pendant ce temps, les médias d’entreprise occidentaux, qui sont le pendant moral des États-Unis, sont là où nos dirigeants font passer le message qu’ils peuvent assassiner politiquement et qu’ils possèdent toujours le haut lieu de la morale, tandis que les personnes qui s’opposent à l’assassinat politique
    Ce qui précède n’a pas pour but d’approuver un soi-disant mouvement d’opposition américain comme s’y opposant, car il n’y en a pas.

    Il n’y a pratiquement pas de résistance efficace à la foule satanique qui martèle leur grand podium câblé des médias à chaque minute de chaque heure de chaque jour avec leur botte à prise numérique câblée. La haine à peine voilée de la classe politique pour la paix et l’humanité leur procure tout simplement trop de profits, et ce type avec la coupe de cheveux a détourné le mouvement populiste il y a longtemps. Selon l’influenceur de Clinton, Carroll Quigley, dans son livre « Tragédie et espoir » :

    « L’argument selon lequel deux partis devraient représenter des idéaux et des politiques opposés, l’un, peut-être, de la droite et l’autre de la gauche, est une idée stupide acceptable seulement par les penseurs doctrinaires et universitaires. Au lieu de cela, les deux partis devraient être presque identiques, de sorte que le peuple américain puisse « jeter les coquins dehors » à n’importe quelle élection sans entraîner de changements profonds ou étendus dans la politique… Il devrait alors être possible de le remplacer, tous les quatre ans si nécessaire, par l’autre parti qui ne sera rien de tout cela mais qui poursuivra toujours, avec une nouvelle vigueur, à peu près les mêmes politiques de base ».

    Au-delà de la théorie politique de Quigley – qui est maintenant la doctrine politique américaine telle qu’elle a été adoptée par tous les régimes américains et leurs commanditaires au cours des trente dernières années – nous devons maintenant examiner le sujet capital de ce qui vient de se passer en Irak, et la pertinence de la connexion Raytheon comme ci-dessus. Nous devons nous demander ce qui s’est passé parce que personne ne le dit – pas même les médias alternatifs.

    Que vient-il de se passer en Irak ?

    Après l’assassinat par les Etats-Unis du chef militaire iranien Suleimani, il y avait une certaine idée que l’Iran riposterait immédiatement par une frappe meurtrière sur les Etats-Unis en Irak, ce qui pourrait entraîner une guerre générale. D’autres, dont cet auteur, croyaient que les dirigeants iraniens attendraient le bon moment, maintiendraient une position morale élevée et riposteraient plus tard de manière inattendue.

    Mais l’appel public à des représailles en Iran a été assez franc, et le peuple iranien a exigé une réponse juste. Cet appel public à la vengeance était trop fort pour que Khamenei puisse l’ignorer, aussi une frappe sur deux bases américaines en Irak a-t-elle été organisée via une chaîne suisse. Notez le mot « organisée ». Il y a eu beaucoup de spéculations… mais comment prouver cet arrangement ? Nous reviendrons plus tard sur l’équipement de Raytheon dans les bases américaines en Irak, qui fournit un indice important.

    Mais d’abord, considérez qu’une réponse armée arrangée pour faire baisser mutuellement la tension entre les parties est rare, mais pas inconnue dans les zones de conflit. Un récent combat arrangé pour sauver la face s’est produit près de la frontière libano-israélienne, comme nous l’avons examiné dans l’affaire Israël contre le Hezbollah : Revendications contestées dans un territoire contesté .

    Fin août 2019, le Hezbollah au Sud-Liban s’est engagé à riposter pour les tactiques agressives israéliennes dans la région des collines de Kfar-Shuba et à Beyrouth. Aucune des deux parties n’était préparée à la guerre pour deux incidents quelque peu mineurs – selon les normes de la région – et le Hezbollah a effectué ce qu’Israël a appelé une frappe symbolique sur une cible robotisée israélienne pour réprimer l’opinion publique indignée des deux côtés.

    Le Hezbollah a revendiqué une attaque sur une cible israélienne réelle (ce qui semble vrai) tandis qu’Israël a prétendu que le TTB militaire était opéré à distance et que les blessés israéliens enregistrés sur les lieux étaient des  » acteurs de la crise « . Bien que la vérité soit la première à mourir à la guerre, l’escapade d’Avivim a semblé éviter un conflit plus large. Il y a de bonnes raisons de penser que le même type d’événement mis en scène vient de se produire par la frappe de l’Iran sur deux bases américaines en Irak.

    C’est parce qu’aucun des deux camps ne souhaite une guerre plus large dans la région… du moins pour l’instant – si l’on en croit Trump – et comme c’est une année d’élections, il le peut probablement. L’Iran aussi a clairement déclaré qu’il ne veut pas de guerre avec les Etats-Unis, même après l’assassinat de son chef militaire par les Etats-Unis. Ainsi, par la voie diplomatique suisse, l’Iran pourrait exercer son droit de représailles au titre de l’article 51, comme convenu avec une frappe limitée sur deux bases américaines. Le régime Trump a été informé des deux bases que l’Iran allait frapper, quand, où et comment.

    Nous pouvons encore vérifier l’accord de frappe de sauvetage par le retrait des missiles Raytheon GEM-T des deux bases, preuve concluante que la frappe de l’Iran était prévue à l’avance. De tous les missiles tirés, seulement quatre étaient des ratés. Si les systèmes GEM-T avaient été préparés et utilisés, le taux d’échec des frappes de missiles balistiques iraniens sur les bases aurait été beaucoup plus élevé. En conséquence, les bases subiraient des dommages mineurs, bien moins que ce que l’on peut voir sur les photographies satellites des deux bases, indépendantes et provenant de sources non américaines ou iraniennes, qui ont été diffusées de manière vérifiable.

    Certains analystes ont soutenu que la base d’Erbil n’avait pas de défense GEM-T, mais il existe des informations selon lesquelles Israël a trois sites secrets de renseignement près de cette base, si bien que penser qu’Erbil ne serait pas défendue par des systèmes anti-missiles sur le plan absurde. De même, cette base a été choisie comme cible par l’Iran en raison de son association symbolique avec les Kurdes et Israël, une considération tactique qui n’échappe ni à l’armée américaine ni à Israël ; et Israël possède de nombreux GEM-T. Sur les deux bases, les défenses GEM-T n’étaient manifestement pas en service.

    Alors que l’armée américaine est tout à fait capable de tuer et de détruire en masse, l’autodéfense est d’une importance primordiale. En outre, le fait qu’il n’y ait eu aucune victime sur aucune des bases américaines, avec un long délai d’évacuation et un soutage américain, prouve que l’Iran a donné de nombreux avertissements aux Etats-Unis par l’intermédiaire des diplomates suisses avant les frappes.

    Ironiquement, nous devons maintenant revenir aux shills de la société Raytheon, probablement très amusés et enthousiasmés par ce qui vient de se passer en Irak. Le Washington Post, qui se fait le champion des gens et de l’armement de Raytheon, publie à nouveau un article de Dan Lamothe sur la pauvre petite Raytheon et sur le besoin de systèmes antimissiles américains plus grands, meilleurs, plus récents et encore plus chers. Lamothe prétend même que les bases américaines attaquées ne possédaient pas de systèmes anti-missiles, une révélation qui, à elle seule, doit sûrement être vérifiée par les services de renseignements américains avant d’être publiée et ne peut être une déclaration factuelle publiquement vérifiable.

    Alors pourquoi le dire ? Avec la preuve concluante que les deux attaques de bases américaines en Irak ont été arrangées au préalable entre l’Iran et les États-Unis, la désinformation des médias est nécessaire pour maintenir l’équilibre de l’illusion, et une diversion majeure de l’attention publique est nécessaire pour attaquer la vérité. Le fait que les frappes préétablies soient basées sur l’assassinat politique américain du principal dirigeant militaire iranien soulève des questions majeures d’ordre moral, éthique, juridique, politique et de droit international sur le rôle des États-Unis en tant qu’occupant et envahisseur – et pas seulement sur leur rôle d’hégémonie mondiale par l’utilisation du dollar et de la force militaire à des fins militaires.

    Par exemple, le fait que les États-Unis accepteraient une contre-attaque iranienne planifiée contre deux bases américaines en Irak prouve que les États-Unis comprennent que l’assassinat du chef militaire iranien était non seulement illégal selon le droit international, mais aussi un crime de guerre. L’accord se concentre en outre sur le fait que, selon le gouvernement des Etats-Unis, seule la puissance fait un droit, un argument militariste fréquemment évoqué dans la presse américaine et israélienne. Mais que ses citoyens se concentrent sur la proposition américaine selon laquelle seule la force fait le droit, où l’influence américaine n’est appliquée que par le canon d’une arme, n’est pas une discussion que la classe politique veut que ses citoyens aient à l’intérieur. Et enfin, que les Etats-Unis puissent maintenant être une force pour le mal dans le monde par l’assassinat politique et par la force des armes, et non pour le bien, est un autre sujet que nos maîtres souhaitent nous voir éviter. Nous ne devons pas l’éviter.

    Notes :
    Rhétoriquement parlant !
    Notez le nom de l’institut Hadley :  » de  » paix et non  » pour  » la paix, une importante distinction orwellienne.

    qui pourrait les délivrer du mal implicite d’Obama ?

    Steve Brown

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Répondre à rocbalie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :