Publicités

Russia’s Big Gamble in Libya-By Steve Brown

First, the background. When the United States abandoned the Iran agreement, that left Turkey’s oil imports adrift due to newly imposed US Treasury sanctions on Iranian oil exports. By December 2018, Turkey was forced to look elsewhere for its oil imports with Libya being the most logical choice by price and proximity, despite the violence there. Misrata rebels allied with Libya Dawn in charge of Libya’s largest free trade port, arranged oil exports from Zawiya and Sirte to Italy* and Turkey, at favorable prices.

Recall that Tripolitania (west) and Cyrenaica (east) are at war, and Cyrenaica has its own oil production and storage terminals in the east while most proceeds (for both belligerents) in the Libyan conflict are settled by Libya’s National Oil Company. But little of that mattered to Turkey’s oil import market and Turkey signed an energy corridor agreement with Libya. Then in April of 2019, the Libyan National Army’s offensive versus Tripolitania’s Government of National Accord (GNA) began, resulting in the fall of Sirte early this year.

(Photo by Mahmud TURKIA / AFP)

Turkey’s foray into Libyan oil ran into trouble by June of 2018. Turkey objected to LNA rogue oil deals free of NOC oversight, where the NOC’s mandate was to enforce the UN arms embargo by disbursing funds only for civilian government use. Then the LNA’s April offensive resulted in air strikes on Misrata and the west, impacting Turkey’s oil imports. The fall of Sirte and LNA strikes on NOC offices and the Zawiya oil terminal late in 2019 dealt serious blows to Turkeys’ oil ambitions in Libya.

Warlord Haftar’s LNA advance was assisted by the United Arab Emirates, Egypt, and France. Then, Algeria experienced a change in leadership and joined the fray. Algeria aligned with the GNA versus Haftar’s LNA (recall that Haftar is backed by France) while Algeria publicly condemned the Turk troop deployment. Algeria is an oil power and has oil interests in west Libya too and wields more influence in the Mena than commonly perceived, usually in the background.

Now, after the fall of Sirte LNA forces were approaching Tripoli. The LNA had taken most of Tripolitania with only GNA pockets remaining. So the GNA’s situation was precarious by November. It seemed as if LNA victory was assured and civil war in Tripolitania would be the grim result. Then with some urgency, Turkey promised to deploy troops to support the GNA. Rumors held that Algeria’s troops would secure its border and its oil interests in Libya, too.

By January the extreme gravity of the situation was apparent. The threat verged on a humanitarian disaster. Tripolitania anticipated destruction at Haftar’s hands, while Europe, Turkey, and Greece would face a new wave of Libyan migrants. Algeria must foresee the necessity to close its extended border by further force of arms, and to assist Tunisia, thus exacerbating tensions with Morocco. Only a respected power with authority and regional influence could salvage Libya from impending doom.

The power to save Libya from more violence was not the United States — which caused Libya’s catastrophe in the first place — but Russia. Russia and Turkey called for a cease-fire. At first Haftar resisted that call since he could smell victory. But Haftar eventually relented and agreed to the cease-fire at Russia and Germany’s insistence, although he has not yet signed it. Several unknowns arise.

How the various fractured groups and militias populating Misrata and Tripolitania might align is unclear. In Misrata and Bani Walid, a militia may take one allegiance or another… or no side at all. Some groups are well-armed and may engage in rogue attacks simply to disrupt the cease-fire.

The question is how a political settlement between the LNA and GNA may be achieved. The possibility for a peaceful political settlement in Libya seems remote, when so much oil wealth is at stake, and the composition of Libya’s population is so fractious.

Next consideration is Turkey which seems to be removing itself evermore from Washington’s orbit. A defacto removal of Turkey from NATO will call into question the credibility of an already questionable alliance. Perhaps Washington will retaliate with more sanctions versus a perceived NATO ‘rogue’ member? And will Turkey abide by the ceasefire too?

Finally, Russia. Russia now courts Turkey while alienating Egypt, Greece, Cyprus, France, and Israel… and for that matter, Warlord Haftar. That’s because Russia’s agreement with Turkey implicitly recognizes the controversial Libya-Turk energy pact while Egypt, Greece, Israel, Cyprus, and France find their own energy ambitions in the east Med now marginalized.

Russia courting Turkey and Russia’s virtual switch to the GNA side is bound to anger Washington. Russia is taking a huge gamble that this ceasefire will hold while a political settlement is sought. Washington would love nothing more than to cajole Russia for arranging a peaceful political settlement… anywhere. And US covert services may even attempt to destabilize Libya again for that reason. Meanwhile let’s hope for the sake of the people of Libya that does not occur and a political settlement is achieved.

*Italy’s ENI petroleum company operates in Tripolitania

Steve Brown

Publicités

14 thoughts on “Russia’s Big Gamble in Libya-By Steve Brown

  1. À Anonyme.
    C’est vrai, je te l’accorde.
    Tout le monde sait que le Maroc est un département d’outre-mer de la France.

    Et aussi que le pantin roitelet du Maroc, guette sans relâche l’Algérie, afin de saisir la moindre opportunité pour tenter d’envahir l’Algérie, en nous surprenant, au moments que l’Algérie montrera des signes de faiblesse, du fait d’être entraîné dans le conflit libyens complément larvé, de par cet situation tellement ambiguë que nous constatons actuellement.
    Militairement le conflit libyens sera dans la durée.
    L’Algérie peut avoir des carences militaires, du fait que l’OTAN est dans les deux camps GNA et LNA, cela nous épuiserons sur l’endurance.

    Et la, le Maroc tentera d’achever l’élan guerrier de l’Algérie, en lui portant le coup de grâce.
    Le 8 novembre, une fusée Vega à lancer depuis Kourou un deuxième satellite : Moroccan EOSat1

    Il est capable d’observer une bande de terre large de 800 km de large en haute résolution, c’est-à-dire à 70 cm près.
    Le contrat a été conclu en 2013 avec la France de François Hollande, dans le plus grand secret. Il a coûté au royaume chérifien la bagatelle de 500 millions d’euros et sera placé en orbite à 695 km d’altitude. Bref, un véritable bijou de technologie.

    Avec ce satellite, ils pourront tout savoir des positions de l’armée algérienne et de celles des insurgés sahraouis au Sahara occidental.
    Ce qui revient à dire que tu as entièrement raison, sur ce qui se passe en Libye.

    C’est effectivement prémédité de longue date, servant de prétexte, une pierre de coup, pour ensuite demander au Maroc de passer militairement à l’offensive contre l’Algérie, quand celle-ci se trouvera dans une situation d’affaiblissement militairement parlant.

    Comme ils ont déjà tenté de le faire en 1963.
    Ils vont tout faire pour envahir l’Algérie subversivement.

    1. Vous comprenez maintenant pourquoi l’Algerie, veut acheter des S-500 ce sont egalement des systemes de missiles anti-satellites

      1. idée interessante !
        de plus que donnerait une guerre entraînant la destruction de satellite entre deux puissance secondaire ? cela ne risquerait il pas de porter atteinte aux capacités des plus grandes puissances ?

        1. Je ne le pense pas, car les grandes puissances doivent sans doute disposer, d’autres armements encore plus sophistiques et plus puissants, donc l’equilibre des forces n’est pas remis en question

  2. Now Mr Warlord is in Athens. Where he is warmly welcomed…! (surely)

    Thank you to the author (strategika51) for posting!

    1. Bercause Greece threatened also Turkey, to send troops to Libya, beside Haftar’s army if Turkey starts deploying troops in Tripoli. So, in general it will looks like Spain in 1936 (civil war), it doesn’t smell well

  3. L’incursion de la Turquie dans le pétrole libyen s’est heurtée à des difficultés en juin 2018. La Turquie s’est opposée aux transactions pétrolières de la LNA sans surveillance du CNO, où le mandat du CNO était d’appliquer l’embargo sur les armes de l’ONU en ne déboursant des fonds que pour l’usage civil du gouvernement. Ensuite, l’offensive de la LNA en avril a donné lieu à des frappes aériennes sur Misrata et l’ouest, ce qui a eu un impact sur les importations de pétrole de la Turquie. La chute des frappes de Syrte et de la LNA sur les bureaux du CNO et le terminal pétrolier de Zawiya fin 2019 a porté un coup sérieux aux ambitions pétrolières de la Turquie en Libye.

    L’avancée de la LNA du seigneur de guerre Haftar a été aidée par les Émirats arabes unis, l’Égypte et la France. Puis, l’Algérie a connu un changement de leadership et a rejoint la mêlée. L’Algérie s’est alignée sur la GNA contre la LNA de Haftar (rappelons que Haftar est soutenu par la France) tandis que l’Algérie condamnait publiquement le déploiement des troupes turques. L’Algérie est une puissance pétrolière et a des intérêts pétroliers dans l’ouest de la Libye également et exerce plus d’influence dans la Mena que ce que l’on croit généralement, généralement en arrière-plan.

    Aujourd’hui, après la chute de Syrte, les forces de l’ALN s’approchent de Tripoli. La LNA avait pris la plus grande partie de la Tripolitaine et il ne restait que des poches de la GNA. La situation de l’Armée Nationale était donc précaire en novembre. Il semblait que la victoire de la LNA était assurée et que la guerre civile en Tripolitaine en serait le sinistre résultat. Puis, avec une certaine urgence, la Turquie a promis de déployer des troupes pour soutenir l’ANG. Des rumeurs disaient que les troupes algériennes assureraient la sécurité de sa frontière et de ses intérêts pétroliers en Libye également.

    En janvier, l’extrême gravité de la situation est apparue. La menace frisait le désastre humanitaire. La Tripolitaine s’attendait à des destructions aux mains de Haftar, tandis que l’Europe, la Turquie et la Grèce seraient confrontées à une nouvelle vague de migrants libyens. L’Algérie doit prévoir la nécessité de fermer sa frontière étendue par la force des armes et d’aider la Tunisie, ce qui exacerbe les tensions avec le Maroc. Seule une puissance respectée, dotée d’une autorité et d’une influence régionale, pourrait sauver la Libye d’un destin imminent.

    Le pouvoir de sauver la Libye d’une violence accrue n’est pas les Etats-Unis – qui ont causé la catastrophe de la Libye en premier lieu – mais la Russie. La Russie et la Turquie ont appelé à un cessez-le-feu. Au début, Haftar a résisté à cet appel car il pouvait sentir la victoire. Mais Haftar a fini par céder et a accepté le cessez-le-feu sur l’insistance de la Russie et de l’Allemagne, bien qu’il ne l’ait pas encore signé. Plusieurs inconnues surgissent.

    La façon dont les divers groupes et milices fracturés qui peuplent Misrata et la Tripolitaine pourraient s’aligner n’est pas claire. A Misrata et Bani Walid, une milice peut prendre une allégeance ou une autre… ou pas de côté du tout. Certains groupes sont bien armés et peuvent s’engager dans des attaques rebelles simplement pour perturber le cessez-le-feu.

    La question est de savoir comment un règlement politique entre la LNA et la GNA peut être obtenu. La possibilité d’un règlement politique pacifique en Libye semble lointaine, alors que tant de richesses pétrolières sont en jeu, et que la composition de la population libyenne est si fractionnée.

    La prochaine chose à considérer est la Turquie qui semble s’éloigner de plus en plus de l’orbite de Washington. Un retrait de facto de la Turquie de l’OTAN remettra en question la crédibilité d’une alliance déjà douteuse. Peut-être que Washington ripostera avec davantage de sanctions contre un membre de l’OTAN perçu comme  » voyou  » ? Et la Turquie respectera-t-elle également le cessez-le-feu ?

    Enfin, la Russie. La Russie courtise maintenant la Turquie tout en s’aliénant l’Égypte, la Grèce, Chypre, la France et Israël… et d’ailleurs, le seigneur de guerre Haftar. C’est parce que l’accord de la Russie avec la Turquie reconnaît implicitement le pacte énergétique controversé entre la Libye et la Turquie, tandis que l’Égypte, la Grèce, Israël, Chypre et la France voient leurs propres ambitions énergétiques en Méditerranée orientale maintenant marginalisées.

    La Russie courtisant la Turquie et le passage imminent de la Russie du côté de l’Alliance nationale turque ne peut que mettre Washington en colère. La Russie prend un énorme pari que ce cessez-le-feu tiendra le temps qu’un règlement politique soit recherché. Washington n’aimerait rien de plus que de blâmer la Russie pour avoir arrangé un règlement politique pacifique… où que ce soit. Et les services secrets américains pourraient même tenter de déstabiliser à nouveau la Libye pour cette raison. En attendant, espérons pour le bien du peuple libyen que cela ne se produise pas et qu’un règlement politique soit obtenu.

    *La compagnie pétrolière italienne ENI opère en Tripolitaine

    Steve Brown

    Steve Brown est l’auteur de  » Iraq : the Road to War  » (Sourcewatch) ; éditeur de  » Bush Administration War Crimes in Iraq  » (Sourcewatch) ;  » Trump’s Limited Hangout  » et  » Federal Reserve  » : Outsourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 « . Steve est un activiste anti-guerre, un érudit publié sur le système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, Fort Russ News, et Herland Report, Lew Rockwell Report, The Ron Paul Institute, et Strategika51. Twitter : @newsypaperz

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    1. Msr Steve Brown
      Pourquoi l’Algérie irait, elle se focaliser sur des intérêts pétroliers en Libye, alors que son sous-sol en regorge à ne sachant plus quoi en faire .!!
      Et de surcroît elle exposerait son armée dans un conflit qui lui rapportera absolument rien, sauf d’affaiblir l’Algérie, et exposant son flanc à l’ouest et le sud par sa dispersion.

      Non l’Algérie n’a pas pour seule motivation de faire cesser impérativement l’acheminement d’armes et de mercenaires sanguinaires dans son proche voisinage.

      L’Algérie sait pertinemment que ce qui motive tous ces belligérants assoiffés par les intérêts, ne se contentera pas de la proie qu’est la Libye, après elle, ils jetteront leur dévolu sur l’Algérie.

      Et pour cela, l’Algérie ne leur laissera pas ces pays hostiles acheminés tranquillement leurs bases militaires, pour envoyer en rangs ranger.
      Des cohortes de mercenaires, s’infiltrer en Algérie a l’identique de ce qu’il se passe en Syrie au Yémen en Irak et cetera et cetera.

      Msr Steve Brown vous êtes complément dans le fantasme et l’illusion.
      Il fait cesser de prendre vos rêves pour des réalités.

      1. @Dzezaïr blaidi sL’Algérie sait pertinemment que ce qui motive tous ces belligérants assoiffés par les intérêts, ne se contentera pas de la proie qu’est la Libye, après elle, ils jetteront leur dévolu sur l’Algérie.
        BSM il me semble que la déstabilisation de l’Algérie fait partie des objectifs depuis le début de l’intervention en Lybie en 2011.

      2. To some extent agreed… but Dzezaïr to say that there is much overt about Algerian foreign policy? Is a bit of a stretch. As written, what must concern most for Algeria is incursion of violence into Algerian borders… not saying only oil. Is that not correct? regards to you my brother

        1. @ Steve
          Depuis le début, je lis toutes vos publications paraissant sur le blog de S51 .
          J’admets que vos informations sont pertinemment enrichissant.
          Mais voyez vous, j’ai des amis et de la famille au sein de différentes structures en Algérie, qui eux-mêmes ont des connaissances et ainsi de suite.
          Sachez que ce qui se dit en coulisse et devant les presse, les sons de cloches différents.
          Ne jamais dévoilé à vos ennemis ce que vous leur préparez.
          L’effet de surprise oblige, la détermination est intacte de répondre par du TAC au TAC à tous ceux qui oseront les tester.
          Je n’en dirai pas davantage, sachant que vous avez une excellente mémoire, vous vous souviendrez de ce que je vous ai dit.
          Mes amitiés Steve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :