US Trade Talks with China Must Ultimately Fail-By Steve Brown

This article is initially in English. Please choose French language option (above on the right) to read it in its original form. If your browser is in English, the default mode would result in an altered text. Thanks for your understanding.

Regardless of public opinion about the impeachment trial and how it will go — whether for or against — once again Washington is all show and no go. Even though the impeachment gambit must fail, the current idea that the administration will simply romp home to victory in 2020 is not guaranteed. The US Democratic party lacks a true leader and is riven with division but just as Mr Trump was an unexpected victor in 2016, nothing in US internal politics is ever certain.

Where the American people are concerned, so long as the Dow Jones Industrial average creeps ever-higher, they see the US trade dispute with China to be more of a curiosity than a threat. That’s because the major media pushes Russia-mania plus the bizarre and Orwellian postulate that only Iran is a threat to America… and that provides plenty of political cover to obscure the fact that China could end the US hegemonic unipolar moment in an instant.

Historically the US has always done what’s best for its own business interest regardless of any other consideration. At some point that US hegemonic morphed to frequently and unfairly leverage its global influence to ensure a positive outcome for the US. Then, it hoped to damage its proclaimed adversaries by financial sanctions, as well as regime change and the creation of failed states . Now, the US damages it friends and allies and even itself to achieve a perceived favorable global economic outcome.

China could end the US unipolar moment in an instant with a myriad of financial tools at its disposal — and without firing a shot. By the gold carry trade or by currency; by implementing universal yuan currency convertibility; by dumping US debt assets and reserve assets and closing its direct line into the US Treasury; by currency markets, or with strategic new trade partnerships — as foreseen by the Belt and Road initiative — China could end the US hegemonic in a moment. China’s leaders are well aware of that.

But China does not see itself or its future as an interventionist state enforcing its will globally by force of arms to maintain its currency, regardless of what the Council on Foreign Relations talking heads say. China does not foresee itself usurping the United States as global hegemonic power by challenging the dollar US as global reserve currency with its own currency. In other words, China does not wish to play an outright game of global domination by coercion to maintain its interests… nor does it need to. But when challenged, China will act.

By June of 2019 riots in Hong Kong paralyzed the province. In a rare accusatory statement China’s ambassador to the US implied that the west may be involved in stoking Hong Kong tensions. So, after months of diplomatic and trade frustrations with Washington, China made a statement by engaging Iraq in an agreement to rebuild Iraq’s destroyed infrastructure in exchange for oil, which greatly favored China over the US. Then, just two weeks later, Rubio’s Hong Kong bill passed in response to the Hong Kong riots and was perhaps rushed through in response to Iraq’s new oil deal with China.

In the article Trump’s True Motives in Iraq: What You’re Not Being Told author Whitney Webb details the complex geopolitics behind recent US moves in the Middle East and how they may interlock to oppose China, beyond the US commitment to oil, arms sales, and support for Israel. How the foregoing recent US actions detailed in Webb’s article may benefit the continued primacy of the US dollar is beyond scope here, but Ms Webb concisely sums up the US-Iraq dilemma this way:

‘The distinction may lie in the fact that, while the U.S. may now be less dependent on oil imports from the Middle East, it still very much needs to continue to dominate how oil is traded and sold on international markets in order to maintain its status as both a global military and financial superpower. Indeed, even if the U.S. is importing less Middle Eastern oil, the petrodollar system .. requires that the U.S. maintains enough control over the global oil trade so that the world’s largest oil exporters, Iraq among them, continue to sell their oil in dollars.’

[Link: https://www.mintpressnews.com/hidden-parliamentary-session-revealed-trump-motives-iraq-china-oil/264155/ ]

Now with the US assassination of Iran’s key military leader Suleimani at a key moment (and political assassination it was) Washington hopes that not just Iraq but Iran too has learned a violent lesson… and hopes that China’s leadership has learned it, too. That’s because Washington is threatening China, this time over its continued purchase of Iran’s oil in opposition to US sanctions. As reported, Steve ‘IndyMAC’ Mnuchin stated:

“China is subject to sanctions just like everybody else. We actually sanctioned some of their shipping companies that were involved in the [Iran] oil, and we will continue to pursue sanctions activities against China and anybody else around the world that continues to do business with them.”

Mnuchin made the threat in January, because in December 2019 China actually increased its commitment to develop Iran’s oil. As such Houston has only one problem. China is an independent sovereign nation acting to some degree beyond its previous orbit with Washington. Should Senator Marco Rubio and the Neocon/Neoliberal crew driving their reckless DC bus continue their road rage versus China, the consequences are likely to be dire for all. Of course, China wishes to avoid that crash. Even so, if the United States continues its dangerous wizard-behind-the-curtain game, US pursuit of a further trade deal with China will fail.

As we began this article, this is a game of time and time is on China’s side. For one thing, an October surprise is always possible in US politics. Meanwhile the ever-higher march of US market shares proves two other points: one being US dollar inflation, and the other is the gamed and rigged nature of US share markets. So maybe, just maybe… there will be a real US black swan event this time in 2020? It seems most of the rest of the world hopes so.

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, , Lew Rockwell Report, SOTT, Fort Russ News and Strategika51. Twitter: @newsypaperz.

Publicités

11 Replies to “US Trade Talks with China Must Ultimately Fail-By Steve Brown”

  1. Trump a tout intérêt à cette faillite en Amérique, il l’a provoqué et la provoque encore intentionnellement pour détruire « l’état profond » mondial…et par ricochet la Fed…
    Car cette dette abyssale américaine… Trump n’a pas l’intention de la payer…ultimement!
    Pendant que le système mondialiste joue encore de l’impression monétaire et de la Foi à ce système de banques privées, d’usure et de dettes à l’Infini……les américains et Trump en profitent…
    Comme la Chine…et la Russie…
    Un jour viendra où…
    La Chine y perdra! Ainsi que d’autres pays qui croient encore que ce système de prédation perdurera encore longtemps…
    Comme la Russie y a perdu un jour! Et puis en est reparti…gagnante…un autre jour…
    Les USA de Trump ne souhaitent plus nourrir ce système de prédation mondiale…
    C’est la Souveraineté des Nations qu’il mettra de l’avant…
    Et l’état profond le sait!
    Et il n’ose pas bouger…par peur de devoir disparaître tout de suite…il mise sur la destitution de Trump…
    Lorsque les mondialistes étaient au pouvoir avant Trump aux USA, leur plan était à l’origine de faire un reset global de tout… afin d’amener tous les états du monde de force vers un gouvernement mondial…
    Si l’état profond s’avisait aujourd’hui avec Trump de créer artificiellement une crise boursière…monétaire….sociale…guerrière…
    En partance de Chine ou des USA…ou des banquiers centraux…
    Ces banquiers et les magouilleurs, serviteurs du NOM, politiciens, journalistes, financiers, agents secrets…aux USA… seraient traduit immédiatement devant les tribunaux militaires…emprisonnés ou zigouillés…
    Pour trahison au Peuple américain…
    Les camps de la FEMA, entres autres, serviraient à les enfermer…
    La Fed serait nationalisée sur le champ…
    La dette effacée…illico presto…
    L’IRS abolie…
    Un nouveau dollar américain imprimé…
    Et une relance extraordinaire de l’économie réelle effectuée…
    Comme la Russie l’a fait avec Poutine depuis 2000…
    Trump attend patiemment que l’état profond s’engage dans ce piège…
    Et ce sera leur dernier forfait…
    C’est une des raisons pourquoi…il rapatrie les soldats américains en terre d’Amérique…

      1. Et puis pourquoi l’usage de Mahmoud? Pour faire Allusion aux « musulmans »? Peine perdue ils n’existent plus. Si vous en trouverez un avisez moi j’en ferai l’objet d’un reportage.
        Pour ma part, je n’en trouve nulle part.

    1. humm pas sur la crise actuelle maintien les banque dans un état de dépendance vis a vis de la réserve fédérale qui elle même est contrôlé par Trump du fait de la nomination du président de la fed !
      pour l’instant Trump a surtout besoin d’être réélu !
      Trump en ayant mis fin au  » lobbying  » d’Epstein a dégagé les USA d’un certain contrôle du lobby bancaire pro-sioniste !

  2. Les histoires de la Chine ne m’intéressent pas.
    Cela concerne uniquement les Chinois.
    Et les maguettes seront bien gardés, non mais dit don !!!

  3. Thank you and here is the last paragraph (en anglais):

    «China, like the United States, will continue to pursue its own best interest worldwide. By US actions on trade, indications are that China‘s change of focus from west to east is gradual, but progressing. The nature of the global banking system and structural changes needed to accommodate one trillion in China reserves is still a major stumbling block to the new hegemonic world order. But if the west and particularly Washington continues with its provocative, careless, and even reckless policy toward China then China has more than enough ammunition to respond, beyond a simple failure of US trade talks.»

    1. traduction du post de Steeve Brown :
      Merci et voici le dernier paragraphe (en anglais) :

      « La Chine, comme les États-Unis, continuera à poursuivre ses propres intérêts dans le monde entier. Les mesures prises par les États-Unis en matière de commerce indiquent que le changement d’orientation de la Chine de l’ouest vers l’est est graduel, mais qu’il progresse. La nature du système bancaire mondial et les changements structurels nécessaires pour accueillir un trillion de réserves chinoises constituent toujours une pierre d’achoppement majeure pour le nouvel ordre mondial hégémonique. Mais si l’Occident et en particulier Washington poursuit sa politique provocatrice, imprudente et même téméraire à l’égard de la Chine, alors la Chine a plus qu’assez de munitions pour réagir, au-delà d’un simple échec des négociations commerciales américaines « .

      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

  4.  » La Chine pourrait mettre fin au moment unipolaire américain en un instant avec une myriade d’outils . . . . Mais la Chine ne se voit pas elle-même ni son avenir en tant qu’État interventionniste imposant sa volonté au niveau mondial par la force des armes pour maintenir sa monnaie . . .  »
    pourquoi mais parceque cela implique d’avoir une population oisive qui n’a d’emplois que dans les services et une économie basé sur la consommation . cala impliquerait que la chine abandonne ce qui fait sa force c’est a dire son industrie !
    un empire comme celui des USA cela coûte cher en terme militaire a imposer au monde !
    je pense aussi qu’il n’y a pas de retour en arrière possible et que même si Trump souhaite MAGA ( faire l’Amérique grande a nouveau ) il est condamné a échouer !

  5. Les négociations commerciales américaines avec la Chine doivent finalement échouer – par Steve Brown

    Quelle que soit l’opinion publique sur le procès de destitution et sur la manière dont il se déroulera – que ce soit pour ou contre – une fois de plus, Washington n’est que du vent. Même si le stratagème de mise en accusation doit échouer, l’idée actuelle que l’administration va simplement s’ébattre pour remporter la victoire en 2020 n’est pas garantie. Le parti démocrate américain n’a pas de véritable leader et est déchiré par la division, mais tout comme M. Trump a été un vainqueur inattendu en 2016, rien n’est jamais certain dans la politique intérieure américaine.

    En ce qui concerne le peuple américain, tant que la moyenne du Dow Jones Industrial sera toujours plus élevée, il considérera le différend commercial entre les États-Unis et la Chine comme une curiosité plutôt qu’une menace. C’est parce que les grands médias poussent la russomanie plus le postulat bizarre et orwellien que seul l’Iran est une menace pour l’Amérique… et cela fournit une couverture politique abondante pour obscurcir le fait que la Chine pourrait mettre fin au moment unipolaire hégémonique américain en un instant.

    Historiquement, les États-Unis ont toujours fait ce qui est le mieux pour leurs propres intérêts commerciaux, indépendamment de toute autre considération. À un moment donné, l’hégémonie américaine s’est transformée en un moyen d’utiliser fréquemment et injustement son influence mondiale pour assurer un résultat positif pour les États-Unis. Puis, ils ont espéré nuire à leurs adversaires proclamés par des sanctions financières, ainsi que par un changement de régime et la création d’États en faillite . Aujourd’hui, les États-Unis nuisent à leurs amis et alliés et même à eux-mêmes pour obtenir un résultat économique mondial perçu comme favorable.

    La Chine pourrait mettre fin au moment unipolaire américain en un instant avec une myriade d’outils financiers à sa disposition – et sans tirer un coup de feu. Par le carry trade de l’or ou par monnaie, par la mise en œuvre de la convertibilité universelle du yuan, par le dumping des actifs de la dette et des réserves américaines et la fermeture de sa ligne directe avec le Trésor américain, par les marchés des changes ou par de nouveaux partenariats commerciaux stratégiques – comme le prévoit l’initiative Belt and Road – la Chine pourrait mettre fin à l’hégémonie américaine en un instant. Les dirigeants chinois en sont bien conscients.

    Mais la Chine ne se voit pas elle-même ni son avenir en tant qu’État interventionniste imposant sa volonté au niveau mondial par la force des armes pour maintenir sa monnaie, quoi qu’en disent les têtes pensantes du Conseil des relations étrangères. La Chine ne prévoit pas d’usurper les États-Unis en tant que puissance hégémonique mondiale en contestant le dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale avec sa propre monnaie. En d’autres termes, la Chine ne souhaite pas jouer un jeu de domination mondiale par la coercition pour maintenir ses intérêts… et elle n’en a pas besoin. Mais lorsqu’elle sera mise au défi, la Chine agira.

    En juin 2019, des émeutes à Hong Kong ont paralysé la province. Dans une rare déclaration accusatrice, l’ambassadeur de Chine aux États-Unis a laissé entendre que l’Occident pourrait être impliqué dans l’attisement des tensions à Hong Kong. Ainsi, après des mois de frustrations diplomatiques et commerciales avec Washington, la Chine a fait une déclaration en engageant l’Irak dans un accord pour reconstruire les infrastructures détruites de l’Irak en échange de pétrole, ce qui a grandement favorisé la Chine par rapport aux Etats-Unis. Puis, à peine deux semaines plus tard, la loi de Rubio sur Hong Kong a été adoptée en réponse aux émeutes de Hong Kong et a peut-être été adoptée à la hâte en réponse au nouvel accord pétrolier entre l’Irak et la Chine.

    Dans l’article Les vraies motivations de Trump en Irak : What You’re Not Being Told, l’auteur Whitney Webb (ce qu’on ne vous dit pas, auteur whitney webb), explique la géopolitique complexe derrière les récents mouvements américains au Moyen-Orient et comment ils peuvent s’imbriquer pour s’opposer à la Chine, au-delà de l’engagement des États-Unis dans le pétrole, les ventes d’armes et le soutien à Israël. La façon dont les récentes actions américaines décrites dans l’article de Mme Webb peuvent bénéficier à la primauté continue du dollar américain est hors de propos ici, mais Mme Webb résume de façon concise le dilemme américano-irakien de cette façon :

    La distinction réside peut-être dans le fait que, même si les États-Unis sont maintenant moins dépendants des importations de pétrole du Moyen-Orient, ils doivent continuer à dominer la façon dont le pétrole est échangé et vendu sur les marchés internationaux afin de maintenir leur statut de superpuissance militaire et financière mondiale. En effet, même si les États-Unis importent moins de pétrole du Moyen-Orient, le système pétrodollar … exige que les États-Unis maintiennent un contrôle suffisant sur le commerce mondial du pétrole pour que les plus grands exportateurs de pétrole du monde, dont l’Irak, continuent de vendre leur pétrole en dollars ».

    [Lien : https://www.mintpressnews.com/hidden-parliamentary-session-revealed-trump-motives-iraq-china-oil/264155/ ]

    Maintenant, avec l’assassinat américain du principal dirigeant militaire de l’Iran, Suleimani, à un moment clé (et ce fut un assassinat politique), Washington espère que non seulement l’Irak mais aussi l’Iran ont appris une violente leçon… et espère que les dirigeants de la Chine l’ont aussi apprise. C’est parce que Washington menace la Chine, cette fois-ci à cause de son achat continu de pétrole iranien en opposition aux sanctions américaines. Comme rapporté, Steve « IndyMAC » Mnuchin a déclaré :

    « La Chine est sujette à des sanctions comme tout le monde. Nous avons en fait sanctionné certaines de leurs compagnies maritimes qui étaient impliquées dans le pétrole [iranien], et nous continuerons à poursuivre les activités de sanctions contre la Chine et toute autre personne dans le monde qui continue à faire des affaires avec elle « .

    Mnuchin a fait cette menace en janvier, car en décembre 2019, la Chine a en fait augmenté son engagement à développer le pétrole de l’Iran. En tant que tel, Houston n’a qu’un seul problème. La Chine est une nation souveraine indépendante qui agit dans une certaine mesure au-delà de son orbite précédente avec Washington. Si le sénateur Marco Rubio et l’équipe néocone/néolibérale au volant de leur bus de Washington continuent leur rage au volant contre la Chine, les conséquences seront probablement terribles pour tous. Bien sûr, la Chine souhaite éviter cet accident. Malgré tout, si les États-Unis continuent leur dangereux jeu de sorcier derrière le rideau, la poursuite d’un nouvel accord commercial avec la Chine par les États-Unis échouera.

    Au début de cet article, il s’agit d’un jeu du temps et le temps joue en faveur de la Chine. D’une part, une surprise d’octobre est toujours possible dans la politique américaine. D’autre part, la progression toujours plus forte des titres américains prouve deux autres points : d’une part, l’inflation en dollars américains et, d’autre part, la nature manipulée et truquée des marchés boursiers américains. Alors peut-être, juste peut-être… qu’il y aura un véritable événement de cygne noir américain cette fois-ci en 2020 ? Il semble que la plupart des autres pays l’espèrent.

    Steve Brown

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.