Berlin Summit on Libya Folds with a CIA Reunion- By Steve Brown

This article is initially in English. Please choose French language option (above on the right) to read it in its original form. If your browser is in English, the default mode would result in an altered text. Thanks for your understanding.

Front row left to right, Turkish President Recep Tayyip Erdogan, French President Emmanuel Macron, and United Nations Secretary General Antonio Guterres. Back row left to right, European Council President Charles Michel (Belgium) , German Foreign Minister Heiko Maas, U.S. Secretary of State Mike Pompeo (he looks like he ate a whole bison!) and Chinese State Councilor Yang Jiechi. (AP Photo/Michael Sohn)

When liar, thief, and ex-CIA director Mike Pompeo was announced as an attendee to the proposed Libya ceasefire summit in Berlin all hope for any political settlement died. Besides a photo-op for Angela Merkel, Emmanuel Macron, and various other global miscreants and incompetents, the 19 January 2020 Berlin event was most notable as a high-five meet-up for one former CIA asset and his ex-director. But whether Warlord Khalifa and CIA Mike danced together to the Los Guerreros tune We Lie, We Cheat, We Steal is, as yet, unknown. Drinks all around anyway.

Seriously, there was no real hope for any sort of political settlement in Libya among the clowns who call themselves Rulers of the Planet, considering the compromised sorts and circumstances involved. The first bit of bad news for the Libya talks was the Libyan National Army’s oil export blockade enacted on the same day as the talks were held, effectively shutting-off Libya’s oil exports. Since the Libyan National Oil Company (LNOC) provides funding to both sides in the conflict, the blockade news was surprising since the Warlord will thus scupper funds destined for his own LNA coffers as well.

One hope versus the oil blockade is oil-rich Algeria, a MENA player which prefers to act in the background. Algeria was somewhat surprisingly invited to the Berlin summit, represented by weak leader Tebboune who is unresponsive to widespread opposition and constant anti-government protests. Tebboune was effectively sidelined in the Libya talks despite Algeria’s key but somewhat obscure role in the Libyan conflict. Like Warlord Haftar, Tebboune was not pictured in an amusing group photo taken of the conference lackeys.

President Abdelmagid Tebboune of Algeria sitting next to the Turkish President Tayep Reçep Erdogan

Other than a pre-meeting phone call to Angela Merkel, major regional player bin Zayed (United Arab Emirates) was not present at the Libya conference sending only his foreign minister Ab, further assuring that no real progress would occur. According to one source, bin Zayed quit funding the Wagner Group in Libya (hint: it’s not the Russians!) and other mercenary forces in Libya… for now. And that was the turning point needed for Moscow to host the first Libyan ceasefire meeting, the meeting Warlord Haftar graced by walking out of.

UAE’s bin Zayed has evidently blinked based on the notoriety his liberal spending on militarist adventures and mercenaries has gained him in the media, and now somewhat ironically says he is a man of peace. Not the first time bin Zayed has claimed that and then went on to fund more conflict. bin Zayed prefers to maintain a low profile with regard to the violence he underwrites via his ample resources. But the media coverage became particularly troublesome for bin Zayed subsequent to the important ceasefire announced on January 12th. Bin Zayed’s phone call in lieu of attendance at the Berlin Libya summit speaks volumes about his lack of veracity on the subject of peace.

Notably absent too in any real functionary sense was LNA Warlord Haftar.

Warlord Khalifa Haftar

Haftar met separately and privately with German chancellor Angela Merkel before the conference, but did not hang around long enough to provide input or appear in the bizarre group photo. Al Sarraj took a more active role meeting leaders and shook hands with Haftar, but met Merkel separately to discuss key topics on Libya.


Present and more active at the conference was Turk leader Recep Tayyip Erdogan, who met privately with Russian leader Vladimir Putin… Erdogan even appeared in the group photo. Erdogan – along with the Italian minister – essentially protested the loss of Libyan oil shipments to Turkey, and for that matter Italy, due to the LNA blockade. Erdogan was vocal as usual and made himself heard, subject being the oil blockade and alleged LNA aggression.

The only resolution made by conference participants is that all nations must adhere to the UN arms embargo and ceasefire, which CIA buddies Pompeo and the Warlord must have laughed into their beer about.

So, the Berlin conference was more of a Bohemian Grove irrelevance based on globalist ritual than a real search for political solutions to the crisis in Libya. Being the crisis that the United States and NATO engineered some nine years ago.

One very serious question now is about how Turkey and Italy will deal with the LNA Libyan oil blockade. Whether the blockade will cause hostilities to resume is unclear, but Libyan oil has been bargain-basement cheap for Turkey and Italy for quite some time now. If the LNA oil blockade persists, that will likely push Turkey closer to Algeria – a goal Turkey has been courting for some time.

Due to its troubled history, a high-profile alliance between Algeria and Turkey is perhaps unlikely. But this government that likes to work in the shadows may export its oil in greater quantities to Turkey and Italy albeit at higher prices than Libya’s — and get that underway very soon. Frequently ignored and under-rated by the West, Algeria is an oil-rich country somewhat outside major geo-political spheres of influence, with a modern high-tech economy and highly developed industries.

Finally, comes the question whether the Libyan ceasefire will hold. With some knowledge about how the Libyan National Army operates — and also considering the volatile oil blockade situation that a volatile leader in Turkey must face – let’s submit that hostilities will resume. There are already some rumblings around Mitiga airport and low-level militia attacks near Tripoli.

If hostilities do resume in Libya, a weak and impotent European Union can certainly be fingered, incapable of confronting the vile influence of the CIA’s liars, thieves, and mad assassins who presently rule the world. Or we can ask why the abomination that is both the EU and United States was ever allowed to destroy Libya in the first place. Just because, they came, they saw.. they killed..?

Steve Brown

Steve Brown is the author of « Iraq: the Road to War » (Sourcewatch) editor of « Bush Administration War Crimes in Iraq » (Sourcewatch) « Trump’s Limited Hangout » and « Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913 ». Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, , Lew Rockwell Report, SOTT, Fort Russ News and Strategika51. Twitter: @newsypaperz.

Publicités

11 Replies to “Berlin Summit on Libya Folds with a CIA Reunion- By Steve Brown”

  1. quand les occidentaux demandent aux acteurs libyens de s’engager plus avant dans un processus politique c’est a mon avis parce que ils ont peur !
    l’alliance de l’Algérie et de la Turquie les inquiète au plus haut point d’autant qu’Alger semble avoir étendu sa notion de sécurité intérieur a la Libye voisine !
    l’alliance entre Alger et Ankara pourrait porter un très rude coup a la tradition d’agression et autres coup tordu de la sphère occidentale a la condition que l’alliance tienne bien sur ! pour ce qu’il en est de la Turquie pas d’inquiétude mais l’Algérie en est est a mon avis le point faible car la corruption de ses élites ne pousse pas a sa crédibilité !
    si la Russie sait manœuvrer et elle est généralement pas mauvaise dans ce domaine elle pourrait botter le cul a ces merdeux de Macron et Merkel !
    Le Drian est sans doute allé menacer a Alger !

    1. Rocbalie.

      Je le dis et je le répète, l’Algérie sera plus forte en ne s’associant pas avec la Turquie.
      D’une l’Algérie ne le fera pas, et secondo le peuple algérien et son armée ne l’accepteront en aucun cas.

      Les girouettes turcs, génocidaire d’autrefois du peuple algérien, arménien, et aujourd’hui du peuple syrien, irakien, libyen, sans oublier du peuple yéménites pour leur passivité, n’ayant manifesté la moindre protestation ou condamnation sur ce qu’est en train de subir le peuple yéménite.

      Nous les Algériens ne sommes pas seules, et nous ne sommes certainement pas le maillon faible de tout ces belligérants qui s’agitent à nos frontières.
      Vous n’y connaissez absolument rien à la géopolitique, encore moins sur ce qu’est le peuple algérien et son passé, notamment quand il s’agit d’unir nos forces face à l’adversité.
      Nous ne l’avons nôtre linge sale quand famille, et nous mettons nos querelles de côté face à un danger d’ordre nationale.
      Vous ramenez toujours tout à la politique, et à la corruption.
      Citez-moi un seul pays dans le monde, où la corruption, les magouilles, les assoiffés de pouvoirs n’existe pas ! !!
      Sortez un peu de votre village et aller découvrir le monde, et côtoyer le quotidien des citoyens de ce monde.
      Vous me faites me marrer quand vous dite que le ministre des affaires étrangère françaises Jean-Yves le Drian est aujourd’hui à Alger pour engueuler Abdelmajid Tebboune le
      Président de la République algérienne démocratique et populaire.
      Vous prenez vos fantasmes pour des réalités hi hi hi .
      C’est plutôt l’Algérie qui va mettre en garde la France de ne pas prendre à la légère les menaces de l’Algérie qu’elle a faite à Berlin devant la brochette de personnalité présente ce jou là .
      Voilà la réalité.
      Un homme prévenu en vaut deux.
      Et c’est ce qu’a fait l’Algérie avec tout les autres pays avant la France.
      L’Algérie ne fait pas dans la traîtrise ou le mensonge.
      Elle ne veut pas que l’on l’accuse de vouloir chercher un quelconque leadership.
      L’Algérie inspire à la paix chez elle et dans son proche environnement, pour les raisons que vous vous doutez .
      Les va en guerre guerroyant aujourd’hui à ces portes, elle ne lui inspire pas du tout confiance.
      Regarder ailleurs, ne soyez pas volontairement à sens unique et amnésique, et vous comprendrez vite .
      Faut il encore que vous soyez de bonne foi et ne haïssait pas l’Algérie en suivant la mode, celle du mépris à l’égard de tout ce qui est algériens .
      Si vous aviez raison ça se saurait, et moi, je prétends connaître le charisme et le mode de fonctionnement de mon peuple.
      Un peuple qui inspire à la paix le bon voisinage, mais si vous piétiner sa liberté, son indépendance, sa souveraineté rien ne les arrêtera, surtout pas la mort.
      Vous ignorez énormément de choses de nous et ces tant mieux comme ça.

  2. L’Algérie n’a pas l’habitude de parler dans le vide.
    Ce qu’elle dit elle le fait, surtout quant il s’agit de sa sécurité.
    Certains l’apprendront à leur dépend s’il franchissent la ligne rouge, américains fussent-ils.
    Les conséquences ont s’en fout……..

  3. Sommet de Berlin sur la Libye : Tebboune s’est entretenu avec Macron et Erdogan

    Le président Abdelmadjid Tebboune s’est entretenu, dimanche soir à Berlin, avec le président français Emmanuel Macron, rapporte l’agence officielle.

    L’audience s’est déroulée en marge de la Conférence de Berlin sur la crise libyenne à laquelle a pris part M. Tebboune sur invitation de la Chancelière allemande Angela Merkel, selon la même source, qui ne donne aucun détail sur le contenu des discussions entre les deux chefs d’Etat.

    M. Tebboune s’est également entretenu avec son homologue turc, Recep Tayyib Erdogan. L’entretien s’est déroulé en marge du même sommet, en présence du ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum.

    Source TSA

  4. Crise en Libye : l’Algérie se propose d’accueillir le dialogue entre les belligérants
    19/01/2020

    La conférence internationale sur la Libye, qui s’est tenue dimanche à Berlin sous l’égide de l’ONU, a réitéré les principes fondamentaux pour la préservation de la paix et de la sécurité dans ce pays, notamment le soutien à « l’accord politique libyen en tant que cadre viable pour la solution politique en Libye ».

    À la même occasion, l’Algérie s’est proposée d’ »accueillir un dialogue entre les frères libyens », selon le compte rendu de l’agence officielle APS.

    Le président Abdelmadjid Tebboune, a indiqué que « l’Algérie est prête à abriter ce dialogue escompté entre les frères libyens ». Le chef de l’État a rappelé les efforts que notre pays n’a eu de cesse de déployer pour « inciter les parties libyennes à adhérer au processus de dialogue, parrainé par les Nations Unies et accompagné par l’Union africaine (UA), en vue de former un gouvernement d’entente nationale apte à gérer la transition et la réédification des institutions de l’État libyen pour relever les défis qui se posent au peuple libyen ».

    Ont pris part à la conférence aux côtés de l’Algérie, représentée par le président Tebboune, les cinq États membres permanents au sein du Conseil de sécurité de l’Onu (États-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni et France), ainsi que la Turquie, l’Italie, l’Égypte, les Émirats arabes Unis et la République du Congo qui préside le Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la crise libyenne.

    En marge des travaux de cette réunion, le président Tebboune s’est entretenu avec son homologue turc, Recep Tayyib Erdogan et le président du Conseil européen, Charles Michel.

    Intervenant devant les participants, M. Tebboune a également réitéré son appel à « la communauté internationale d’assumer sa responsabilité en matière de respect de la paix et de la sécurité » en Libye, affirmant que « l’Algérie refuse toute atteinte à son intégrité nationale et à la souveraineté de ses institutions ».

    « Nous sommes appelés à arrêter une feuille de route aux contours clairs, qui soit contraignante pour les parties, visant à stabiliser la trêve, à stopper l’approvisionnement des parties en armes afin d’éloigner le spectre de la guerre de toute la région », a indiqué M. Tebboune, appelant à « encourager les parties libyennes à s’asseoir autour de la table pour résoudre la crise par le dialogue et les voies pacifiques et éviter ainsi des dérapages aux conséquences désastreuses ».

    Après avoir souligné que « la région a besoin d’une stabilité fondée sur la sécurité commune », il a réitéré « l’attachement de l’Algérie au maintien de la région loin des ingérences étrangères ».

    « La sécurité de la Libye est le prolongement de notre propre sécurité et le meilleur moyen de préserver notre sécurité régionale reste la coopération et l’entraide avec nos voisins pour faire face au terrorisme et à l’extrémisme », a-t-il poursuivi.

    L’accord politique libyen, cadre viable pour la solution
    Lors de cette conférence, les dirigeants des pays participants ont réitéré leur soutien à « l’accord politique libyen en tant que cadre viable pour la solution politique en Libye », indique le document final de la Conférence. « Nous appelons également à la mise en place d’un Conseil de présidence opérationnel et à la formation d’un gouvernement libyen unique, unifié, inclusif et efficace approuvé par la Chambre des représentants », ajoute le document.

    Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Gutteres, a rappelé, de son côté, qu’il ne peut y avoir de solution militaire en Libye, insistant sur la prise « des mesures immédiates et décisives pour empêcher une guerre civile totale ».

    « La Libye a été entrainée dans un conflit toujours plus profond et destructeur avec un nombre croissant d’acteurs externes également impliqués », a déploré le SG de l’Onu à Berlin, appelant « tous ceux qui sont directement ou indirectement impliqués dans le conflit à tout faire pour soutenir une cessation effective des hostilités et faire taire les armes » et à « cesser les violations incessantes et flagrantes de l’embargo sur les armes imposé par le Conseil de sécurité «

    Par ailleurs, les participants dans leur déclaration finale, ont « exhorté les parties libyennes à reprendre le processus politique inclusif dirigé par les Libyens sous les auspices de la MANUL (Mission d’appui des Nations unies en Libye), en s’y engageant de manière constructive, ouvrant ainsi la voie à la fin de période de transition, des élections parlementaires et présidentielles libres, équitables, inclusives et crédibles », soulignant « le rôle important des pays voisins dans le processus de stabilisation libyen ».

    Les conférenciers ont, toutefois, appelé à la fin de « tous les mouvements militaires en faveur des parties au conflit, ou en soutien direct à celles-ci, sur tout le territoire de la Libye et à partir du début du processus du cessez-le-feu », indique le document.

    Un appel à des mesures crédibles, vérifiables, séquencées et réciproques, a été lancé, à commencer par une trêve mise en œuvre par toutes les parties concernées, y compris des mesures crédibles vers le démantèlement de tous les groupes armés et des milices par toutes les parties » soulignant la nécessité du « redéploiement d’armes lourdes, d’artillerie et de véhicules aériens et leur cantonnement ».

    Selon le document, un comité spécial de suivi sera mis en place sous l’égide de l’ONU pour mettre en œuvre les résultats de la Conférence de Berlin sur la Libye, et suivre les progrès essentiellement basés, le cessez-le-feu, l’embargo sur les armes, la reprise du processus politique, les réformes du secteur de la sécurité, les réformes économiques, les droits de l’Homme.

    Source TSA

  5. Jean-Yves le Drian ce mardi à Alger

    Le ballet diplomatique à Alger autour de la question libyenne se poursuit. Après le chef du gouvernement d’union nationale libyenne, Fayez al-Sarraj, le Premier ministre italien, Giuseppe Conte et les chefs de la diplomatie turque, égyptienne et italienne, c’est au tour du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian de se rendre ce mardi en Algérie, rapporte l’AFP ce lundi.

    Aucune autre précision n’est fournie sur l’agenda de la visite de Le Drian.

    Cette visite qui sera probablement axée pour l’essentiel sur la question libyenne intervient au lendemain d’une entrevue entre le président de la République, Abdelmadjid Tebboune et son homologue français, Emmanuel Macron en marge de la conférence de Berlin sur la Libye.

    Devant les participants à la conférence, Abdelmadjid Tebboune a exprimé la disponibilité de l’Algérie à abriter le dialogue entre les « frères libyens » et son rejet « catégorique » de la politique du fait accompli en Libye. Tout en appelant la communauté internationale à assumer sa responsabilité en matière de respect de la paix et de la sécurité dans ce pays, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que « l’Algérie refuse toute atteinte à son intégrité nationale et à la souveraineté de ses institutions ».

    « Nous sommes appelés à arrêter une feuille de route aux contours clairs, qui soit contraignante pour les parties, visant à stabiliser la trêve, à stopper l’approvisionnement des parties en armes afin d’éloigner le spectre de la guerre de toute la région », a-t-il dit.

    Par : Riyad Hamadi Chez TSA

    1. Quand le président algérien Abdelmadjid Tebboune dit :
      « l’Algérie refuse toute atteinte à son intégrité nationale et à la souveraineté de ses institutions ».
      Il fait allusion à la Libye, en mettant en garde tout le monde face à leurs responsabilités.
      Que les choses soient claires. …….

  6. Rien de bien nouveau ; tout se déroule comme d’habitude lorsque les hyènes décident de détruire un pays ; premier pas : ils décrètent l’embargo sur les armes et les exportations. Comme – pour comprendre leurs vraies intentions – il faut les interpréter par antiphrase, ça veut dire que le pays sera inondé d’armes de toutes sortes ; mais attention, c’est à Berlin qu’on distribuait les concessions ; donc, l’accès interdit aux petits joueurs – seules les hyènes attitrées auront droit à ce marché juteux.
    Pour le pétrole c’est la même chose ; cette source étant la seule richesse du pays (l’or s’est évaporé lors de la première razzia, y en a plus) il faut passer à Barlin pour prendre son ticket ; c’est Pompéo qui est au tiroir-caisse.
    Bref, les gros titres de la presse et des JT nous annoncent une rentrée bien saignante pour la Libye mais peu de gens savent comprendre le vrais sens de ce qui est annoncé.

  7. Le sommet de Berlin sur la Libye se termine par une réunion de la CIA- Par Steve Brown

    Au premier rang, de gauche à droite, le président turc Recep Tayyip Erdogan, le président français Emmanuel Macron et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres. Au deuxième rang, de gauche à droite, le président du Conseil européen Charles Michel (Belgique), le ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo (il semble avoir mangé un bison entier !) et le conseiller d’État chinois Yang Jiechi. (AP Photo/Michael Sohn)

    Lorsque le menteur, voleur et ancien directeur de la CIA Mike Pompeo a été annoncé comme participant au sommet sur le cessez-le-feu proposé en Libye à Berlin, tout espoir de règlement politique est mort. Outre une séance de photos pour Angela Merkel, Emmanuel Macron et divers autres mécréants et incompétents du monde entier, l’événement de Berlin du 19 janvier 2020 s’est surtout distingué par une rencontre entre un ancien agent de la CIA et son ex-directeur. Mais on ne sait pas encore si le seigneur de guerre Khalifa et Mike de la CIA ont dansé ensemble sur l’air de Los Guerreros  » We Lie, We Cheat, We Steal « . Il y a de toute façon des boissons partout.

    10convert.com_Eddie-Guerrero-9th-WWE-Theme-Song-Lie-Cheat-Steal_kUHIm-besFwTélécharger
    Sérieusement, il n’y avait pas de réel espoir d’un quelconque règlement politique en Libye parmi les clowns qui s’appellent les dirigeants de la planète, compte tenu des compromis et des circonstances en cause. La première mauvaise nouvelle pour les pourparlers avec la Libye a été le blocus des exportations de pétrole de l’armée nationale libyenne, décrété le jour même de la tenue des pourparlers, qui a effectivement interrompu les exportations de pétrole de la Libye. Comme la Compagnie nationale pétrolière libyenne (LNOC) fournit des fonds aux deux parties au conflit, la nouvelle du blocus était surprenante puisque le seigneur de la guerre fera ainsi saborder les fonds destinés à ses propres coffres de la LNA également.

    Un espoir contre le blocus pétrolier est l’Algérie riche en pétrole, un joueur de la région MENA qui préfère agir en arrière-plan. L’Algérie a été invitée de manière quelque peu surprenante au sommet de Berlin, représentée par le faible leader Tebboune qui ne réagit pas à l’opposition généralisée et aux protestations anti-gouvernementales constantes. Tebboune a été effectivement mis sur la touche dans les pourparlers avec la Libye, malgré le rôle clé mais quelque peu obscur de l’Algérie dans le conflit libyen. Comme le seigneur de guerre Haftar, Tebboune n’a pas été pris en photo dans une amusante photo de groupe prise des laquais de la conférence.

    Le président algérien Abdelmagid Tebboune assis à côté du président turc Tayep Reçep Erdogan

    En dehors d’un appel téléphonique à Angela Merkel avant la réunion, le principal acteur régional bin Zayed (Émirats arabes unis) n’était pas présent à la conférence libyenne, n’envoyant que son ministre des Affaires étrangères Ab, assurant en outre qu’aucun progrès réel ne serait réalisé. Selon une source, bin Zayed a cessé de financer le Groupe Wagner en Libye (indice : ce ne sont pas les Russes !) et d’autres forces mercenaires en Libye… pour le moment. Et ce fut le tournant nécessaire pour que Moscou accueille la première réunion de cessez-le-feu en Libye, la réunion dont le seigneur de guerre Haftar s’est acquitté en s’en retirant.

    Le bin Zayed des Émirats arabes unis a évidemment cligné des yeux en raison de la notoriété que ses dépenses libérales pour des aventures militaristes et des mercenaires lui ont valu dans les médias, et il dit maintenant, de façon quelque peu ironique, qu’il est un homme de paix. Ce n’est pas la première fois que bin Zayed affirme cela et qu’il finance ensuite d’autres conflits. bin Zayed préfère garder un profil bas en ce qui concerne la violence qu’il cautionne grâce à ses vastes ressources. Mais la couverture médiatique est devenue particulièrement gênante pour bin Zayed après l’important cessez-le-feu annoncé le 12 janvier. L’appel téléphonique de Bin Zayed en lieu et place de sa participation au sommet de Berlin sur la Libye en dit long sur son manque de véracité au sujet de la paix.

    Le chef de guerre de l’Armée nationale libyenne, Haftar, était lui aussi absent, dans un sens fonctionnel réel.

    Le seigneur de guerre Khalifa Haftar

    Haftar a rencontré séparément et en privé la chancelière allemande Angela Merkel avant la conférence, mais n’a pas traîné assez longtemps pour apporter sa contribution ou apparaître sur l’étrange photo de groupe. Al Sarraj a joué un rôle plus actif en rencontrant les dirigeants et en serrant la main de Haftar, mais il a rencontré Merkel séparément pour discuter de sujets clés sur la Libye.

    Le leader turc Recep Tayyip Erdogan, présent et plus actif à la conférence, a rencontré en privé le leader russe Vladimir Poutine… Erdogan est même apparu sur la photo de groupe. Erdogan – avec le ministre italien – a essentiellement protesté contre la perte des livraisons de pétrole libyen à la Turquie, et d’ailleurs à l’Italie, en raison du blocus de la LNA. Erdogan s’est exprimé comme d’habitude et s’est fait entendre, le sujet étant le blocus pétrolier et la prétendue agression de la LNA.

    La seule résolution prise par les participants à la conférence est que toutes les nations doivent adhérer à l’embargo sur les armes et au cessez-le-feu de l’ONU, ce dont les copains de la CIA, Pompeo et le chef de guerre, ont dû rire dans leur bière

    Ainsi, la conférence de Berlin était plus un bosquet de bohème sans intérêt basé sur un rituel mondialiste qu’une véritable recherche de solutions politiques à la crise en Libye. Il s’agit de la crise que les États-Unis et l’OTAN ont provoquée il y a neuf ans.

    Une question très sérieuse se pose maintenant : comment la Turquie et l’Italie vont-elles gérer le blocus pétrolier de la LNA en Libye ? On ne sait pas si ce blocus entraînera une reprise des hostilités, mais le pétrole libyen est bon marché pour la Turquie et l’Italie depuis un certain temps déjà. Si le blocus pétrolier de la LNA persiste, cela poussera probablement la Turquie à se rapprocher de l’Algérie – un objectif que la Turquie convoite depuis un certain temps.

    En raison de son histoire troublée, une alliance de haut niveau entre l’Algérie et la Turquie est peut-être improbable. Mais ce gouvernement qui aime travailler dans l’ombre pourrait exporter son pétrole en plus grande quantité vers la Turquie et l’Italie, mais à des prix plus élevés que ceux de la Libye – et cela pourrait commencer très bientôt. Souvent ignorée et sous-estimée par l’Occident, l’Algérie est un pays riche en pétrole, quelque peu en dehors des grandes sphères d’influence géopolitiques, avec une économie moderne de haute technologie et des industries très développées.

    Enfin, la question se pose de savoir si le cessez-le-feu libyen tiendra. Avec une certaine connaissance du fonctionnement de l’armée nationale libyenne – et compte tenu également de la situation volatile de blocus pétrolier à laquelle doit faire face un dirigeant instable en Turquie – nous soumettons que les hostilités vont reprendre. Il y a déjà quelques grondements autour de l’aéroport de Mitiga et des attaques de milices de bas niveau près de Tripoli.

    Si les hostilités reprennent en Libye, on pourra certainement accuser une Union européenne faible et impuissante, incapable de faire face à l’influence infâme des menteurs, des voleurs et des assassins fous de la CIA qui dirigent actuellement le monde. Ou nous pouvons nous demander pourquoi l’abomination que constituent l’UE et les États-Unis a été autorisée à détruire la Libye en premier lieu. Juste parce que, ils sont venus, ils ont vu… ils ont tué…

    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.