Des éléments d'un système de défense aérienne S-400 de fabrication russe déployés près d'Ankara en Turquie

Des éléments du système de missiles Sol-Air S-400 de conception russe ont commencé à être déployés sur des bases militaires turques, une première pour un pays membre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en dehors des pays d’Europe centrale et orientale ayant hérité du matériel militaire soviétique issu du défunt Pacte de Varsovie après la chute de l’Union Soviétique, la réunification de l’Allemagne (disparition de l’ex-RDA) et l’expansion vers l’Est de l’OTAN.

On assiste donc à une petite révolution en 2020 avec la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit), le lancement imminent par l’Iran d’une série de satellites à courte durée de vie en orbite géostationnaire et l’acquisition par la Turquie, l’un des membres les plus importants de l’OTAN de systèmes d’armes russes de dernière génération…De quoi faire éclater bon nombre de stéréotypes en matière de perception stratégique !

Publicités

12 Replies to “Des éléments d'un système de défense aérienne S-400 de fabrication russe déployés près d'Ankara en Turquie”

  1. Entièrement d’accord avec toi Cosworth57200.
    Je l’ai toujours dit à force que la Turquie du sultan Erdogan prend tout le monde pour des moins que rien, le jour viendra ou il se retrouvera complètement isolée et vulnérable.

  2. Par pitié S51 ne nous parler plus des S400 S900 ce n’est que du pipi de chat.
    C’est du vent de la conneries pour les rêveurs .
    Seul les hyzraeliens n’ont pas marché les pieds dans la propagande russes.

    1. Qu’en est-il de la DCA syro-irano-russe (et éventuellement chinoise et nord-coréenne)?
      réponse: « Hmeimim: 1er missile balistique d’Israël intercepté, les donnés à transmettre à la Résistance? », « Il est vrai que le coup au missile balistique du 8 janvier du CGRI contre la base américaine d’Aïn al-Asad continue à faire débat en Israël. Que des missiles de type Qiam parviennent à localiser avec haute précision leur cible, puis à calibrer l’ampleur des dégâts à infliger, voilà une chose qui ne pourrait en rien échapper à Israël qui prétend maîtriser les technologies militaires les plus avancées. Le vendredi 31 janvier, Israël a annoncé avoir testé « un nouveau missile » sans oser pour autant en révéler la nature. Le ministre israélien de la Guerre s’est refusé à commenter le modèle exact du missile, laissant la parole à des médias israéliens qui ont spéculé sur un éventuel missile balistique de longue portée. Pourquoi avoir cultivé le mystère alors même qu’Israël est officiellement en guerre? Le missile a été intercepté par les batteries de S-400 russes déployées à Hmeimim à Lattaquié. « Après avoir testé son système de « missile anti-missile innovant » il y a deux jours, Israël n’a vraiment pas à en tirer fierté : les batteries de missile S-400 russes situées sur la base aérienne de Hmeimim ont intercepté le nouveau missile israélien, dont les données ont été par la même occasion enregistrées par le système radar « Container ». C’est une grosse bourde pour un Israël qui a qualifié son engin de « tueur de missiles balistiques » », affirme le site militaire russe Avia.pro. En effet il y a une semaine les sources russes avaient fait état d’une mission, dont Israël aurait été chargé par les États-Unis à savoir viser les cibles russes en Syrie. Les tensions USA/Russie dans le Nord syrien se sont désormais transformées en des heurts, l’Amérique cherchant à déposséder les forces russes du contrôle de la stratégique autoroute M-4 au Nord-est syrien et partant de sa base aérienne à Qamichli. Qu’Israël en vienne à rater son test missile, cela n’est qu’une preuve de plus en faveur de ceux des analystes qui affirment que le moindre pas anti-russe d’Israël en Syrie lui serait fatal. Et le site russe d’ajouter : « Selon des sources militaires, le tir de missile israélien a eu lieu depuis le centre d’Israël soit la ville de Palmahim, située à seulement 400 kilomètres de la base aérienne russe de Hmeimim qu’Israël et les États-Unis tentent de pénétrer depuis 3 ans, mais sans succès. Une fois tirés, les radars russes S-400 ont réussi à intercepter l’engin israélien, et les opérateurs ont été parfaitement capables de le détruire. La zone d’essai a également été couverte par le radar russe “container”, ce qui constitue un second revers pour les unités balistiques israéliennes, la Russie ayant ainsi obtenu des données sur les caractéristiques du missile en question et partant établi ses paramètres. »
      ah mais, les batteries S300, S400, S500 (seulement sur le sol russe), auraient bien d’autres fonctions que de seulement descendre « le missile anti-missile innovant » (le « nouveau » missile israélien), faut croire… S900 quèsaco ?

      1. Rocbalie @
        S900 c’est juste une métafort.
        Façon de dire arrêter de nous bassiner le cerveau avec les armes russes.
        Nous en parlerons lorsque nous les verrons en action sur le terrain face à l’ennemi.
        Comme le font merveilleusement bien les yemenites les syriens les talibans. Ces peuples là, ils agissent et ils ne se ventent pas de posséder des armes sortie de la pure fiction de propagande.
        Sur le terrain c’est sauve qui peut. …….

        1. il me semble que les russes n’ont rien à prouver de la valeur de leur engagement sur le terrain. Et que l’ampleur de leur sacrifice passé vaut bien d’être économe de leurs fils et prudents pour leur famille.

        2. Le terrain est très difficile à maîtriser même pour les pros. En plus on est en face d’un autre phénomène: les jeunes d’aujourd’hui ont beau être plus scientifiquement entraînés et motivés, leur rendement est très en deçà du minimum requis. Les anciens sont trop fatigués pour y être. L’arthrose y est pour quelque chose.

  3. jusqu’à la victoire finale de l’Axe de la Résistance, la soi-disant coalition (à majorité occidentale, dont les Anglais, Français et Allemands en tête), c.-à-d., des troupes aguerries par sept années de guerre internationale, dont les Hezbollah, les Hachd, les Fatamiyoun, les Yéménites, entre autres, mais pas que. (Ces derniers ont déclarés la guerre à l’entité sioniste, et il faut s’attendre, dans les prochains jours, à quelques surprises…)

  4. Uniquement a Ankara, pas a Istanbul ou meme Diyarbakir?
    Tu oublies de mentionner une autre info dans ton analyse, celle de l’acquisition par l’Algerie d’avions de combat furtifs de 5eme generation (5G) Sukhoi-57 de fabrication russe, seul pays a en avoir fait la commande jusqu’a present, mis a part les forces aerospatiales de Russie

  5. Sur Google Earth, la photo satellite de l’endroit comportant les données GPS date du 19/03/2019 et il n’y a pas de différence significative avec celle figurant dans ce billet. De quand date cette dernière photo ?

    1. Les deux premières photos sont plus récentes que la troisième. Cette dernière était sur mon portable depuis quelque temps. Hé je jette régulièrement un coup d’œil sur une bonne vingtaine de bases militaires dans le monde.

  6. Je me demande si le fait que le Charles de Gaulle patrouille en Méditerranée orientale n’est pas un message subliminal envoyé à la Turquie qui, entre son attitude en Lybie et ses recherches énergétiques en piétinant la ZEE de Chypre, commence à gonfler le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.