Stats

  • 6 332 492 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
24/11/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Première tentative de forcer l’entrée d’un camp militaire à l’aide d’un véhicule kamikaze dans l’extrême Sud algérien

Pour la première fois un véhicule piégé kamikaze a tenté de forcer le périmètre extérieur d’un détachement de l’Armée algérienne à Timiaouine, dans l’extrême sud du sahara algérien à la frontière avec le Mali. La tentative a été mise en échec par un soldat en faction mais l’explosion du véhicule piégé a causé sa mort. La localité de Timiaouine est situé au Nord-est de Tessalit au Nord-Mali.

Les médias algériens ne donnent aucun détail quant au type du véhicule utilisé -s’il s’agit d’un pick-up Toyota, ni de son origine et encore moins sur son ou ses occupants ni s’ils viennent du Nord du Mali ou du Niger. Le Ministère algérien de la Défense n’a pas été prolixe non plus. Son communiqué diffusé après l’incident ne donne aucun détail sur l’origine du ou des kamikazes. Le militaire qui a mis en échec l’irruption du véhicule piégé dans le camp a eu droit à un hommage officiel.

Les frontières de l’Algérie avec le Mali et le Niger demeurent fermées, tout comme celles avec la Libye. Alger y déploie d’importantes forces militaires afin de sécuriser le Sahara dans un contexte géopolitique marqué par l’effondrement stratégique et l’aggravation du vacuum étatique au Sahel et en Libye depuis la guerre de 2011.

L’usage de véhicules piégés pour forcer l’entrée de camps militaires est une tactique assez redoutable qui a largement fait ses preuves au Mali, au Niger, en Syrie et en Irak. Même si c’est la première fois qu’un détachement militaire algérien est ciblé dans l’extrême Sud par ce type d’attaque, l’Armée algérienne connaît bien ce procédé puisqu’il a été utilisé par les groupes terroristes dans le nord de l’Algérie durant les troubles des années 90.

Cette attaque intervient après des centaines de tentatives d’infiltration d’armes de guerre dont des roquettes et des missiles antichar dont la capture par les unités des gardes-frontière algériennes faisait la Une des médias publics durant des mois. Elle annonce surtout une extension de la menace posée par l’insécurité totale au Sahel en dépit de l’opération française Barkhane au Mali et du verrouillage des frontières par l’Algérie.

%d blogueurs aiment cette page :