Stats

  • 6 167 101 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
24/09/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Le coronavirus 2019-nCoV de Wuhan possède trois modes de transmission et un nouveau virus totalement inconnu signalé au Brésil

Le coronavirus 2019-nCoV possède désormais trois modes de transmission d’humain à humain:

  1. Transmission aérosol (aérienne)
  2. Transmission de contact
  3. Transmission par les fèces

La transmission aérosol signifie que le coronavirus parvient à survivre un certain temps en dehors d’un organisme vivant et à se mélanger aux microgoutelettes de l’humidité de l’air ambiant. C’est le mode de transmission le plus terrifiant. Le simple fait d’être près d’une personne infectée toussant ou éternuant expose à un risque élevé de contamination. Cette capacité aérosol signifie également que le coronavirus s’adapte aux conditions environnementales et est donc coriace.

Ce n’est donc pas pour rien que la Chine, un pays de plus de 1 396 000 000 d’habitants s’est totalement mobilisé pour lutter contre ce coronavirus. Il ne s’agit ni d’un virus de la grippe commune ni celui du SARS. Les autorités sanitaires chinoises ne pouvaient en ignorer l’immense danger posé par ce nouveau coronavirus mutant et s’adaptant sans cesse et susceptible de se transformer. D’où ses symptômes chez les humains oscillant entre la bonne santé apparente et l’effondrement des fonctions vitales.

L’impact du 2019-nCoV sur l’économie chinoise et mondiale est déjà dévastateur et rappelle les thèses selon lesquelles l’empire Romain entra en déclin et s’effondra non sous l’effet des barbares mais d’une épidémie persistante ayant affaibli ses populations et ses légions à partir du 2ème siècle après Jésus-Christ. Pour revenir à 2020, la baisse vertigineuse de la consommation de pétrole brut en Chine (une baisse de plus de 3 200 000 de barils par rapport à la même période de l’année précédente) nous renseigne partiellement sur les dégâts causés à l’économie mondiale.

Un malheur n’arrivant jamais seul, des chercheurs au Brésil auraient découvert un nouveau type de virus totalement inconnu jusqu’ici. Ce virus baptisé Yaravirus est constitué de gènes inconnus et jamais étudiés auparavant. Un véritable cauchemar biologique.

Le Yaravirus Brasiliensis, découvert dans le lac Pampulha à Belo Horizonte, n’est pas un méga-virus mais un nouveau type de virus totalement inconnu par la science. Plus étonnant encore, 90% des gènes de ce virus n’ont jamais été décrits, étudiés ou relevés dans des bases de données ou dans la littérature scientifiques mondiales. Le Yaravirus laisse entrevoir un nouvel univers peuplé d’un type de virus inconnus dont on ne connaît strictement rien et il serait intéressant à cet égard de connaître les bases de données tenus secrètes concernant les études sur des types de virus similaires effectués durant les quarante dernières années à des fins loin d’être pacifiques.

Les portes de l’enfer sont variés et insoupçonnés.

%d blogueurs aiment cette page :