Iraq: Still All About the Oil ..and gas!- By Steve Brown

US-State motives are always financial even when shrouded in ideological nonsense. The US military occupation of Iraq and its embassy there is not just for show. Problematic Key Leader Engagements happen for reasons. The end result being in US dollars* — or Emirati dirham — or GBP sterling. Unfortunately many people have lost their lives over many years as a result of that pursuit.

The US business motivation for its occupation of Iraq is not unique. Recall that the bin Zayed family (al Nahyan) of the United Arab Emirates profits mightily from liquified petroleum gas production in Iraq. One example is Brothers Gas which operates in some of the most dangerous regions in the world (besides Iraq) including Tanzania, Saudi, Yemen, and Turkey. Another United Arab Emirates company, Al-Iraqia Shipping, develops and ships liquified petroleum from Iraq to Africa. UAE’s Crescent Petroleum and Dana Gas manage LPG gas operations from the Khor Mor field in Iraqi Kurdistan. Those UAE operations have recently experienced setbacks as rival factions in Erbil squabble over production from the Khor Mor field.

Another big UAE operator in the region is Sultan bin Sulayem’s Dubai Ports World which is perhaps most famous for its business association with George W Bush. UAE/Dubai’s fate in Iraq is thus directly linked to the US occupation of Iraq. As such the United Arab Emirates operates its oil and gas business in direct intersection with US-State ambitions for the distribution of liquified petroleum gas globally. The US-State LPG operation in Iraq is of course opposed by Iran, and the United States competes with Russian petroleum interests which have been shut out of US-led oil and gas operations in Iraq so far.

From Iraqi Kurdistan to Kirkuk the recent protests in Iraq encompass a threat to much more than just the US military occupation. The economic occupation extends to the usual players: Royal Dutch Shell, British Petroleum and Mitsubishi. The US of course has its own recent (2018) contracts in Iraq, for example the Nahr Bin Omar field project with Orion Energy.

The many US-State corporate-related oil and gas deals in Iraq are too numerous to list here. Let’s just highlight that the protests in Iraq may have far greater long-term financial significance – and consequence — than the cost of the US military occupation should those contracts be lost. So when Trump says Iraq must pay back the US for its embassy in Iraq his bluster is simply to divert from the importance of US oil and gas interests there, and profits already taken.

The trouble in Kirkuk has been enough to see the withdrawal of British Petroleum (BP) from its operations. The departure of BP from its proposed development of the massive Kirkuk oil field is far more troubling to Washington than the alleged fight versus ISIS. US-State still selectively arms terror groups when it suits the State agenda and US-State hopes to divert from its true interest by focusing on its non-existent battle versus ISIS. The true Washington concern is the loss of major corporate oil and gas contracts in Iraq due to protests which have now gone badly wrong for the US.

Washington’s original idea with the 2019 Iraq protests was to destabilize the Adel Abdul-Mehdi regime since al-Mahdi was considered a tad too comfy with Iran. Since Iraq’s Shia leader Moqtada al Sadr is firmly in US Central Intelligence Agency control, Beltway analysts believed that Adel Mahdi could be toppled… and he was. (Mohammed Allawi is apparently the successor to Adel Mahdi.)

But then with the US political assassination of Iran leader Suleimani — and political assassination it was — State engaged in a huge tactical error and strategic mis-step. Washington was ill-prepared for what came next with protests vs the US occupation persisting. By assassinating Suleimani, Trump only hoped for short-term political gain. Trump had no idea that the consequences of that political assassination will be long-term and ongoing.

Meanwhile, renewed Iraq protests have hit the southern oil field of Nasiriyah too where Shell’s Basrah Gas Company operates. If the threat to operations in Iraq’s north and south persists, the economic damage to Iraq and the region will be severe. Not only Iraq and Washington will suffer from new protests and strikes… all major players in the economic and military occupation will be affected, whether the Netherlands, United Arab Emirates, London, and even Italy.

Potentially benefitting from Iraq’s unrest may be China which already has one major operation in Iraq. Reports exist that Iraq has approached Russian oil companies too about closer cooperation on development of resources. But like ending the military occupation in Iraq, there is no way that Washington will allow its economic occupation to end. The US Federal Reserve has already threatened to shutdown Iraq’s bank account should the people of Iraq act on their promise to oust the US occupation. And so it goes with gweilo’s ‘Art of the Deal’… when the deal is enforced by threat of arms and bankruptcy.

Who is the loser in all of this? Iraq has been losing under US military occupation since 2003. All of seventeen years now. Some military friends have argued that what happened in 2003 is irrelevant now. That’s not true. The ongoing protests versus the United States presence there attests to that. The US lost in Iraq too — thousands of soldiers by its occupation. And the US has lost standing in the eyes of the world. Because the US occupation and invasion of Iraq was not only unjustified, but criminal… even if very profitable for the US political class.

How Iraq’s unrest will develop is unknown. Iraq’s Parliament has decided on Mohammed Allawi as the successor to al Mehdi, and Allawi has allowed the protests and strikes to continue for now. Whether he will sign into law the resolution passed to oust the US invader from his country is unclear and unlikely. That’s because, as we have seen, there is far far more at stake for the US occupation of Iraq than just providing a few bases for grunts and military contractors to enjoy their Burger King.

*or sometimes in death.


Steve Brown

Publicités

2 Replies to “Iraq: Still All About the Oil ..and gas!- By Steve Brown”

  1. L’Irak : Toujours tout sur le pétrole et le gaz – Par Steve Brown

    Les motivations de l’État américain sont toujours financières, même lorsqu’elles sont enveloppées dans des absurdités idéologiques. L’occupation militaire américaine de l’Irak et de son ambassade n’est pas seulement une question de spectacle. Les engagements problématiques des principaux dirigeants ont des raisons d’être. Le résultat final est en dollars américains* – ou en dirham émirati – ou en livres sterling. Malheureusement, de nombreuses personnes ont perdu la vie pendant de nombreuses années à cause de cette poursuite.
    ******************
    La motivation des entreprises américaines pour leur occupation de l’Irak n’est pas unique. Rappelons que la famille bin Zayed (al Nahyan) des Émirats arabes unis tire de grands bénéfices de la production de gaz de pétrole liquéfié en Irak. Un exemple est celui de Brothers Gas qui opère dans certaines des régions les plus dangereuses du monde (outre l’Irak), notamment en Tanzanie, en Arabie Saoudite, au Yémen et en Turquie. Une autre société des Émirats arabes unis, Al-Iraqia Shipping, développe et expédie du pétrole liquéfié d’Irak vers l’Afrique. Crescent Petroleum et Dana Gas des Émirats arabes unis gèrent les opérations de gaz GPL à partir du champ de Khor Mor au Kurdistan irakien. Ces opérations des Émirats arabes unis ont récemment connu des revers car des factions rivales d’Erbil se disputent la production du champ de Khor Mor.

    Un autre grand opérateur des EAU dans la région est le Dubai Ports World du Sultan bin Sulayem, qui est peut-être le plus célèbre pour son association commerciale avec George W Bush. Le sort des EAU/Dubaï en Irak est donc directement lié à l’occupation américaine de l’Irak. En tant que tel, les Émirats arabes unis exploitent leurs activités pétrolières et gazières en lien direct avec les ambitions des États-Unis en matière de distribution de gaz de pétrole liquéfié dans le monde entier. L’Iran s’oppose bien sûr à l’exploitation du GPL par les États-Unis en Irak, et les États-Unis sont en concurrence avec les intérêts pétroliers russes qui ont été exclus jusqu’à présent des activités pétrolières et gazières menées par les États-Unis en Irak.

    Du Kurdistan irakien à Kirkouk, les récentes manifestations en Irak représentent une menace bien plus que la simple occupation militaire américaine. L’occupation économique s’étend aux acteurs habituels : Royal Dutch Shell, British Petroleum et Mitsubishi. Les États-Unis ont bien sûr leurs propres contrats récents (2018) en Irak, par exemple le projet de champ Nahr Bin Omar avec Orion Energy.

    Les nombreux contrats pétroliers et gaziers conclus par des entreprises américaines en Irak sont trop nombreux pour être énumérés ici. Soulignons simplement que les protestations en Irak pourraient avoir une importance financière à long terme bien plus grande – et des conséquences – que le coût de l’occupation militaire américaine si ces contrats devaient être perdus. Ainsi, lorsque Trump affirme que l’Irak doit rembourser les États-Unis pour son ambassade en Irak, son fanfaronnade consiste simplement à détourner l’attention de l’importance des intérêts pétroliers et gaziers américains dans ce pays et des profits déjà réalisés.

    Les troubles à Kirkouk ont été suffisants pour que British Petroleum (BP) se retire de ses opérations. Le départ de BP de son projet de développement de l’énorme champ pétrolifère de Kirkuk est bien plus troublant pour Washington que la prétendue lutte contre l’ISIS. L’État américain continue d’armer les groupes terroristes de manière sélective quand cela convient à son programme et il espère détourner son attention de ses véritables intérêts en se concentrant sur son combat inexistant contre l’ISIS. La véritable préoccupation de Washington est la perte des contrats pétroliers et gaziers des grandes entreprises en Irak en raison des protestations qui ont maintenant mal tourné pour les États-Unis.

    L’idée initiale de Washington avec les manifestations de 2019 en Irak était de déstabiliser le régime d’Adel Abdul-Mehdi, car al-Mahdi était considéré comme un peu trop à l’aise avec l’Iran. Comme le leader chiite irakien Moqtada al Sadr est fermement sous le contrôle de l’Agence centrale de renseignement américaine, les analystes de Beltway pensaient qu’Adel Mahdi pouvait être renversé… et il l’a été. (Mohammed Allawi est apparemment le successeur d’Adel Mahdi).

    Mais ensuite, avec l’assassinat politique américain du leader iranien Suleimani – et ce fut un assassinat politique – l’État s’est engagé dans une énorme erreur tactique et un faux pas stratégique. Washington était mal préparé à la suite des protestations contre la persistance de l’occupation américaine. En assassinant Suleimani, Trump n’espérait qu’un gain politique à court terme. Trump n’avait aucune idée que les conséquences de cet assassinat politique seraient à long terme et permanentes.

    Pendant ce temps, de nouvelles protestations en Irak ont également touché le champ pétrolier de Nasiriyah, dans le sud du pays, où la compagnie Shell de gaz de Bassora opère. Si la menace qui pèse sur les opérations dans le nord et le sud de l’Irak persiste, les dommages économiques pour l’Irak et la région seront graves. L’Irak et Washington ne seront pas les seuls à souffrir de nouvelles protestations et de nouvelles frappes… tous les principaux acteurs de l’occupation économique et militaire seront touchés, que ce soit les Pays-Bas, les Émirats arabes unis, Londres et même l’Italie.

    La Chine, qui a déjà une opération majeure en Irak, pourrait bénéficier des troubles irakiens. Des rapports indiquent que l’Irak a également approché les compagnies pétrolières russes pour une coopération plus étroite en matière de développement des ressources. Mais tout comme la fin de l’occupation militaire en Irak, il n’est pas question que Washington laisse son occupation économique prendre fin. La Réserve fédérale américaine a déjà menacé de fermer le compte bancaire de l’Irak si le peuple irakien tenait sa promesse de mettre fin à l’occupation américaine. C’est ce qui ressort de l' »Art of the Deal » des gweilo… lorsque l’accord est mis en œuvre sous la menace des armes et de la faillite.

    Qui est le perdant dans tout cela ? L’Irak est perdant sous l’occupation militaire américaine depuis 2003. Cela fait maintenant dix-sept ans. Certains amis militaires ont fait valoir que ce qui s’est passé en 2003 n’a plus d’importance aujourd’hui. Ce n’est pas vrai. Les protestations permanentes contre la présence américaine sur place en témoignent. Les États-Unis ont également perdu en Irak – des milliers de soldats par leur occupation. Et les États-Unis ont perdu leur position aux yeux du monde. Parce que l’occupation et l’invasion américaines de l’Irak étaient non seulement injustifiées, mais criminelles… même si elles ont été très profitables pour la classe politique américaine.

    On ne sait pas comment les troubles en Irak vont se développer. Le Parlement irakien a décidé que Mohammed Allawi succéderait à al Mehdi, et Allawi a permis que les protestations et les grèves se poursuivent pour l’instant. On ne sait pas s’il signera la résolution adoptée pour chasser l’envahisseur américain de son pays et il est peu probable qu’il le fasse. C’est parce que, comme nous l’avons vu, l’occupation américaine de l’Irak est bien plus importante que la simple fourniture de quelques bases pour que les grognards et les entrepreneurs militaires puissent profiter de leur Burger King.

    *ou parfois dans la mort.

    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.