Publicités

33 soldats turcs tués au combat dans une frappe de Sukhoï Su-24 Fencer à Idlib, Ankara jure de se venger

33 soldats turcs ont été tués dans des frappes aériennes menées par des avions d’attaque au sol de type Sukhoï Su-24 (Fencer) à Idlib. Il s’agirait des membres d’une unité ayant occupé une position fixe et ouvert le feu à plusieurs reprises sur des cibles volantes (voilures fixes et mobiles) russes et syriennes. Cette unité a abattu plusieurs hélicoptères militaires syriens et a tiré des missiles Sol-Air portatifs sur des bombardiers russes. Un des hélicoptères militaires syriens abattu par cette unité emportait la moitié de l’état-major de campagne d’une division de l’Armée syrienne dont il ne reste aucun survivant.

Les militaires turcs auraient du changer de position pour éviter des frappes de représailles mais pour une raison inconnue, les militaires turcs ont continué à occuper le bâtiment qu’ils avaient investi.

Voici les premières photos de ce qui en reste après la frappe aérienne.

La Turquie a promis de venger la mort de ses soldats. Ces derniers sont morts au combat car cela fait des semaines que les militaires turcs sont engagés dans des combats acharnés aux côtés des rebelles syriens afin d’empêcher l’avancée des forces armées syriennes et russes sur Idlib. C’est une guerre. Techniquement une guerre impliquant directement la Russie et l’Otan dans une logique de confrontation directe. Sur le terrain, on ne s’embarrasse plus de précautions de langage. Le président Erdogan ira t-il jusqu’au bout de sa logique consistant à défendre militairement son protectorat d’Idlib ? Le fait-il pour l’Otan puisqu’il menace de déverser sur l’Europe deux à trois millions de réfugiés ? La réponse est affirmative. Il y a eu des deals non reconnus et non assumés. Erdogan a manœuvré de concert avec ses partenaires et alliés de l’Alliance Atlantique mais il vient de découvrir qu’il a été utilisé et pour s’en venger il poursuit un vieux rêve néo-Ottoman tout en déversant un nouveau déluge migratoire sur ses alliés les plus faibles et donc l’Europe. Le Grand Jeu est surprenant. Moscou fera tout son possible pour éviter une escalade car au final c’est un piège tordu. La guerre au Levant n’a jamais été celle que les médias aux ordres vous ont vendu. On le savait. C’est un conflit mondial depuis toujours.

Publicités

6 thoughts on “33 soldats turcs tués au combat dans une frappe de Sukhoï Su-24 Fencer à Idlib, Ankara jure de se venger

  1. qu’a t il a gagné a déverser un nouveau déluge migratoire sur ses alliés d’Europe.
    nous sommes en hivers et l’organisation de Soros qui les avait aidés financièrement n’est pas en ordre de bataille .
    il les envois en enfer !

    1. @rocbalie , la girouette Turc ce contre fou du sort des réfugiés Syrien, sont intérets dans l’ouverture des portes aux réfugiés, et surtout la porte de sortie pour les térroristes qu’il soutien,armes,finance,achemine depuis 2011.

      Car il à plus intéret que ces térroristes quitte la Turquie lorsque l’Axe de la Résistance aura complètement récupérer les terres au Nord Syrie, plutôt que de les voir fuir dans son pays et augmenter le risque qu’ils se retournent contre lui.

  2. et selon d’autres source, le bilan serait un peu différent:
    Au moins 35 soldats turcs, certains disent 55, ont été tués et quelque 60+ ont été blessés.

  3. Décrypter la nuit la plus sombre de la Turquie en Syrie: Metin Gurcan 28 février 2020

    Read more: https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/02/turkey-syria-russia-deciphering-attack-on-turkish-troops.html#ixzz6FJ9wJXPv
    La Turquie s’est réveillée le 28 février pour son jour le plus sombre du conflit syrien, pleurant la mort d’au moins 33 soldats lors d’une attaque féroce la veille qui a amené les tensions avec Moscou et Damas à un niveau sans précédent.
    Qu’est-ce qui s’est passé exactement le 27 février? Vers 17 heures, un bataillon d’infanterie mécanisé turc, composé d’environ 400 soldats, est devenu la cible d’une frappe aérienne sur une route entre al-Bara et Balyun, à environ 5 kilomètres (3 miles) au nord de Kafr Nabl dans le sud d’Idlib. Selon des sources locales contactées par Al-Monitor, deux avions de combat Sukhoi Su-34 russes et deux avions de chasse syriens Su-22 avaient lancé des bombardements intensifs sur des cibles de l’Armée nationale syrienne (SNA) soutenue par la Turquie dans le sud d’Idlib vers 11 heures ce jour-là. Les mêmes avions ont frappé le convoi turc dans une action coordonnée, ont indiqué les sources. Une première, une frappe relativement plus légère des Su-22 a contraint le convoi à s’arrêter, après quoi les coups de pied se sont intensifiés, forçant les soldats à se réfugier dans plusieurs bâtiments en bordure de route. Ce qui a suivi ensuite a probablement été le largage de bombes KAB-1500L – une variante des bombes avancées de bunker-buster guidées par laser capables de pénétrer jusqu’à des profondeurs allant jusqu’à 20 mètres (65 pieds) – par les jets russes. Deux des bâtiments se sont effondrés lors de l’attaque, laissant des soldats turcs sous les décombres.
    Moscou a déclaré le 28 février que les avions russes n’avaient pas effectué de frappes dans la région et que la Russie avait fait de son mieux pour que l’armée syrienne cesse de tirer pour permettre l’évacuation des troupes. Il a toutefois déclaré que les soldats turcs n’auraient pas dû se trouver dans la zone où des opérations de lutte contre le terrorisme étaient en cours et qu’Ankara n’avait pas communiqué à l’avance des informations sur leur présence.
    Malgré le déni de la participation russe et un appel téléphonique ultérieur entre les présidents turc et russe, l’escalade semble être une décision russe délibérée et bien calculée et l’attitude de Moscou pourrait difficilement être considérée comme acquise comme un signe qu’elle est prête à prendre du recul pour désamorcer la crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :