The House that Ben Built-by Steve Brown

d51f84f82faa485dc251bd35778b5278

After credit markets froze in the subprime crash of 2008-2009 Ben Bernanke and the Fed conjured up a number of monetary tricks to keep the system afloat. POMO, Twist, QE, TARP, repos, and currency swaps (and other monetary tricks) were used to provide liquidity to an essentially bankrupt system sporting a weaponized US dollar.[1] Even though the monetary tricks worked – or seemed to – they were based on a deeply flawed, immoral, and unlawful prospect: the privatization of profit enabled by the socialization of loss.

So the bubble that burst in 2008-2009 was simply reinflated by the Fed/Treasury with a good bit of collusion among global players… with differences to be addressed. Trouble has been brewing among Central Banks and their dealers for years; notably HSBC, Deutsche Bank, and the Royal Bank of Scotland with many other structural defects apparent. As such monetary realists have warned for years that the coming economic collapse would be far worse than the last.

Since 2009 we’ve had trade wars, proxy wars, and punishing sanctions. Covert or overt interventionism and weaponization of the US dollar on behalf of war profiteers and economic hitmen — which Washington has blessed as being free market entrepreneurs — is not something that the rest of the world will forgive easily.

Yes, this collapse does portend to be far worse than the last and it’s a very different type of financial collapse too. The difference is remarkable in that global markets have become ever more co-dependent than they were ten years ago still largely relying on a weaponized US dollar as world reserve currency.

To add insult to injury, the egregious myth of Modern Monetary Theory has poisoned public discourse to such an extent that this Keynesian market fantasy expanded to Lewis Carroll dimensions. A deluded recipe for real world monetary disaster. Yet blaming Elites for once again slaying the golden goose on the altar of the Huxley-ized and cash-drugged masses can only go so far.

Just as wealth managers used the collapse of 2008-2009 to profit from TARP and QE this collapse is apparently targeted to do the same. After all, what worked before must work again — right? Fund rates to zero. Massive injections of cash into an already failed system to resurrect the illusion.

But Houston has a problem. The world today bears little resemblance to what it was ten years ago. Central Banks and primary dealers outsourced much of their risk after 2011. Not just due to Dodd-Frank or bank stress tests; independent credit rating agencies such as Weiss and Moody’s motivated all banks to offload substantial investment portfolios to third parties whether active or passive funds . Meaning that this market crash may be immune to intervention by the Exchange Stabilization Fund (Plunge Protection Team ie Treasury/Fed) since the risk is devolved and widely distributed beyond Primary Dealer/Fed controls. Even if post-2009 Dodd-Frank regulations had the best of intentions such unintended consequences were not foreseen.

Put simply, in 2008-2009 the Fed/Treasury had tools to deal with a bank-led implosion that the Fed does not have today. Likewise, an even more corrupt element has taken hold of global finance because the Too-Big-to-Jail were rewarded instead of prosecuted. That includes the major central banks of the West, primary dealers, hedge funds, wealth management funds, and Swiss banks. Such inbred corruption of the monetary kind is not easily extinguished.

Market meltdown red flags appeared when this bizarre new monetary reality of out-sourced risk really took hold last year. In May physical gold began its inexorable rise even as a major gold site quit publishing charts on registered reserves. The Fed began a massive repo program in September to bail-out some unknown bank or banks every night to the tune of many billions, rumored to be either HSBC or Deutsche Bank. [2] The Treasury yield curve inverted with all major financial rags warning about big trouble ahead.

But no matter what geopolitical disaster, trade war, or political upset occurred in 2019, the US and most share markets were immune to decline… until the current outbreak of disease in China. That contagion is the bazooka round to the bubble which cannot be ignored. Now voices that normally speak for free markets and free trade call for unbridled government action in the United States as in communist China. The irony is rich.

The real tragedy — besides the threat to our physical well-being and financial — is that the United States is uniquely incapable of acting to curb this financial and health crisis. There are humanitarian actions the US could take but cannot, due to its politicized mandate for unreason. For example: fire Steve Mnuchin. Drop sanctions versus Iran, Russia, Venezuela, and China. End endless US wars and quit US-state sponsorship of terror and damaging support for apartheid Israel. The US could end its weaponization of the US dollar. The US could cease its damaging trade wars. And could break with aggressive dangerous regimes in Turkey, the United Arab Emirates, Egypt, and Saudi Arabia.

In other words, the United States could be an actor for peace in the world instead of a champion of war, division, weaponry, interventionism, and destruction — whether financial or military. That’s not only unlikely but impossible since the US decline — as engineered by politically leveraged Oligarchs — is nearly complete. That’s not something to write about with glee. Just the sobering reality that all monetary realists understand. With a further irony that the ‘House that Ben Built’ proved to be a house of cards for which he will never be prosecuted for building.

Agree with the foregoing or not, the greatest danger of all cannot be ignored: that the very corrupt US Congress and political machine will use this outbreak as an excuse for draconian new restrictions and abuses of human rights domestically. Restrictions that will make the AUMF, Patriot Act, Gramm Leach Blilely and many other abominations of US legislation look trivial by comparison.

Steve Brown

[1] Acceptance of the radical politicization of the dollar was apparently a prerequisite for receiving such liquidity benefits
[2] The Fed’s repo program has expanded enormously since then

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

34 Commentaires

  • En tout cas, mon usage abusif de google translation sur des pages chinoises à l’aide d’outils de masse est actuellement banni par google. Ca fait 2/3 jours. “action illégale”

  • Ils s’inspirent du modèle répressif chinois, pour arreter avec violence des citoyens
    en infraction de “confinement” . (vidéo)

    #Paris : Interpellation d’une femme qui ne avait pas l’attestation, a refusé l’amande et s’est rebellée contre les forces de l’ordre

    https://twitter.com/AlexLeroy90/status/1240236506612207618

    (je ne crois pas, que cela va apaiser les “gaulois réfractaires”)

  • Et là, y a pas photo !
    Article paru le 17/03/2020 (en langue anglaise) signé par Pepe Escobar et intitulé: «China locked in hybrid war with US» (traduc. « La Chine enfermée dans une guerre hybride avec les USA »)

    Longs extraits : « … Parmi les innombrables effets géopolitiques bouleversants du coronavirus, un est déjà graphiquement évident. La Chine s’est repositionnée. Pour la première fois depuis le début des réformes de Deng Xiaoping en 1978, Pékin considère ouvertement les États-Unis comme une menace, comme l’a déclaré il y a un mois le ministre des Affaires étrangères Wang Yi lors de la Conférence de Munich sur la sécurité lors de l’apogée de la lutte contre le coronavirus. Pékin façonne avec soin et progressivement le récit selon lequel, dès le début de l’attaque du coronovirus, les dirigeants savaient que c’était sous une attaque de guerre hybride. La terminologie de Xi est un indice majeur. Il a dit, pour le compte rendu, que c’était la guerre. Et, comme contre-attaque, une «guerre populaire» devait être lancée. De plus, il a décrit le virus comme un démon ou un diable. *Xi est confucianiste. Contrairement à certains autres penseurs chinois anciens, Confucius répugnait à discuter des forces surnaturelles et du jugement dans l’au-delà. Cependant, dans un contexte culturel chinois, diable signifie «diables blancs» ou «diables étrangers»: guailo en mandarin, gweilo en cantonais. C’était Xi livrant une puissante déclaration en code. Lorsque Zhao Lijian , un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a exprimé dans un tweet incandescent la possibilité que «ce pourrait être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan» – la première explosion à cet effet proviendrait d’un haut fonctionnaire – Pékin envoyait un ballon d’essai signalant que les gants étaient enfin retirés. Zhao Lijian a établi un lien direct avec les Jeux militaires de Wuhan en octobre 2019, qui comprenaient une délégation de 300 militaires américains. Il a directement cité le directeur américain des CDC, Robert Redfield, qui, interrogé la semaine dernière sur la découverte à titre posthume de décès par coronavirus aux États-Unis, a répondu que «certains cas ont été diagnostiqués de cette manière aux États-Unis aujourd’hui». La conclusion explosive de Zhao est que Covid-19 était déjà en vigueur aux États-Unis avant d’être identifié à Wuhan – en raison de l’incapacité désormais pleinement documentée des États-Unis de tester et de vérifier les différences par rapport à la grippe. Ajoutant tout cela au fait que les variations du génome des coronavirus en Iran et en Italie ont été séquencées et qu’il a été révélé qu’elles n’appartiennent pas à la variété qui a infecté Wuhan, les médias chinois posent maintenant ouvertement des questions et établissent un lien avec la fermeture en août de l’année dernière du laboratoire d’armes biologiques «dangereux» à Fort Detrick, les Jeux militaires et l’épidémie de Wuhan. Certaines de ces questions avaient été posées – sans réponse – aux États-Unis eux-mêmes. Des questions supplémentaires persistent sur l’opaque Event 201 à New York le 18 octobre 2019: une répétition pour une pandémie mondiale causée par un virus mortel – qui se trouvait être un coronavirus. Cette magnifique coïncidence s’est produite un mois avant le déclenchement de Wuhan. L’événement 201 a été parrainé par la Fondation Bill & Melinda Gates, le Forum économique mondial (WEF), la CIA, Bloomberg, la Fondation John Hopkins et l’ONU. Les Jeux militaires mondiaux se sont ouverts à Wuhan le même jour. Quelle que soit son origine, qui n’est pas encore établie de façon concluante, autant que Trump tweete sur le «virus chinois», Covid-19 pose déjà des questions extrêmement sérieuses sur la biopolitique (où est Foucault quand nous avons besoin de lui?) Et la bio-terreur. L’hypothèse de travail du coronavirus en tant que bio-arme très puissante mais non provoquant Armageddon le révèle comme un véhicule parfait pour un contrôle social généralisé – à l’échelle mondiale.
    *Lorsque Pepe Escobar, précise que le président Xi Jinping (Secrétaire général du Parti communiste chinois) «… Xi est confucianiste…», sur le (notre) site, j’avais, il y a quelques années de cela, (dans un très long commentaire) décrit comment étaient formés les cadres du parti et de l’administration à la tête de l’Etat chinois, et le degré très élevé de préparation à cette formation (sur des bases confucianistes).

    • PS : la Buzyn se la pète grave! (article paru le 17/03/2020 sur le site: «VU DU DROIT» signé par RÉGIS DE CASTELNAU, et intitulé: «AVEUX D’AGNÈS BUZYN : UNE DÉFAILLANCE CRIMINELLE DE L’ÉTAT MACRON?»,
      Extraits : « … « On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade » vient de nous dire la pauvre Agnès Buzyn en parlant des élections municipales, entre ces sanglots dont elle n’est pas avare. Ces aveux formulés dans le journal le Monde et selon lesquels le plus haut sommet de l’État savait parfaitement la catastrophe qui se profilait sont assez terrifiants. « Quand j’ai quitté le ministère, assure-t-elle, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu. » Bien sûr, c’est une pure et simple désertion qu’elle a commise et qu’elle reconnaît aujourd’hui en essayant assez lâchement de s’en défausser. Mais de cela elle se débrouillera avec sa conscience sur laquelle pèsera une partie de ces morts qui vont tomber, emportés par le virus, et dont on sait parfaitement qu’ils vont se compter par milliers. Dormez bien Madame Buzyn, si vous le pouvez. Mais il y a plus grave, beaucoup plus grave, on peut déduire de ses propos le caractère criminel du comportement des décideurs publics dont c’était la responsabilité de prendre toutes les mesures permettant d’affronter la catastrophe et d’éviter une hécatombe. … »
      On savait que ce système électoraliste était un vrai piège à cons : «Pile tu perds, face je gagne», mais en plus c’est un moyen d’amener des milliers de Français à l’abattoir (comme disait le Boris (Bison Ravi), « faut qu’ça saigne ! »

      • Buzyn (suite): A ce qu’il parait? elle emploierait les mêmes méthodes que la bande à macron (qui d’après les dires de la madame, seraient devenus des criminels patentés), pour le faire chanter lui, (du chantage, donc). Ça, ils en connaissent un rayon! de la manipulation de l’opinion (qu’ils nomment pompeusement: “éléments de langage”), au double, triple, quadruple baratin, et l’emploi outrancier de miliciens (toutes polices confondues (y compris ceux déguisés en manifestants), militaires ou pas), qui cognent, tuent éborgnent, estropient, injurient (surtout les femmes, les handicapés et les vieux), etc., etc. à tout va, et qui tirent délibérément à bout portant sur tout ce qui bougent (sur ordres directs de macron, de ses sbires : castaner, lallement etc., et son perroquet préféré, philippe…)

        • @Sergio,

          Salut Sergio, j’ai posté un commentaire sur COVID19 et mutineries qui rejoint votre point de vue.
          Depuis deux mois, j’essaye de piger ce qui nous empêche d’y aller “Franco” (oui elle est facile).
          Nous avons TOUTES les preuves, les mensonges, les images, les papiers même et nous restons là comme des cons (pendant que nos économies, fondent comme la neige sur mon toit).

          Est une fascination morbide, un état de sidération, j’imaginais que les rafles comme en 40 c’était fini…
          Ben non, pas besoin le wagon et votre camp sont à domicile!!!

          Grave…..

          • Attendre (*du mieux qu’on peut) que le système s’effondre, (métastasé de toute part, et pas qu’un peu!) à cause (ou suite à) de ses propres contradictions…
            *Le père peinard, allongé sous un saule (par exemple, un jour d’élection), tranquille, la gaule au fil de l’eau…

    • pas sur que les auteurs chinois soit dans le bon camp cette fois !
      Pepe Escobar est peut être un peu primaire sur ce coup !
      quelqu’un a t il remarquer un changement dans les résultat de recherche google ?
      certain parle de reprise en main du ou des gafam au non de l’état d’urgence ? ? ?

      • @Rocbalie,
        “pas sur que les auteurs chinois soit dans le bon camp cette fois!”
        Dans les faits, l’attaque vient des vautours du couchant, un “Levant” contraire a ramené l’affaire (peut-être pas tout à fait pareil mais le hazard des mutations…) à l’envoyeur.
        L’envoyeur n’a pas imaginé une seule seconde (et c’est fatal de sous-estimer la force de son ennemi) ce qu’il adviendrait en pareil cas.
        Soyons patients, nous sommes con-finés donc cela tombe plutôt bien, et regardons ce qui se passe et comment cela se passe!
        Pour google les résultats de recherches sont en chute, peut-être faut-il y voir non pas une manipulation mais une augmentation exponentielle de requêtes et des transferts de données.
        Un spécialiste pourrait nous éclairer sur la question de savoir si la priorité est à un max de réponses ou à une répartition des flux pour limiter les temps de transfert…

        • il sont en train de détruire toute l’économie les gens ne sortent même plus acheter de pain par peur des amendes les magasin ont fermés . combien de temps croyez vous que le système perdurera ainsi ? les tombereaux d’argent qu’il pourront déverser n’y changeront rien les entreprises sont fermées ! d’ici a huit jours les gens ressortiront avec les conséquence qui vont avec pour les policiers qui auront tout loisir de sanctionner !

          • @Rocbalie,
            Des tomberaux de monnaie de singe ne peuvent de toute façon rien solutionner.
            Les contrôles des “Feldgendarmes” finiront par mal se passer car axiome de tactique numéro un, ne JAMAIS isoler des équipes en zone urbaine…
            Va falloir nous montrer lesdits ausweis kontrol dans les cités…

            Que les forces de l’ordre s’en tiennent à leur mission première, le maintien de l’ordre qui dans une situation pareille va être compliqué et difficile.
            Si certains ont l’entre jambe bien rempli, décréter le couvre feu serait moins hypocrite.
            Ne nous tracassons pas trop, les FO sont plus exposés que la plupart des gens, sont fatigués et sentiront qu’ils ne sont pas au-dessus mais dans le même panier. A ce moment là, la garde prétorienne ne sera plus suffisante…
            “S’asseoir au bord de l’eau et attendre…ils arrivent”

        • Une info fort bizarre ! 203 saoudiens infectés en situation irrégulière en Iran… Ils sont rentrés dès le début de cette supposée épidémie en Iran…

          L’info sera bientôt médiatisée.

      • Roc, la seconde partie de l’article pourrait sans doute t’intéresser, car il s’agit d’une analyse (assez réaliste?), concernant l’effondrement du système politico-financier néolibéral, globaliste, imposé au reste du monde par l’occident, (mais pas que, car il y est aussi question de social, du point de vue chinois), ou les intentions des uns et des autres apparaissent crument, et révélées sans fard, aucun…

        • il me semblerait que les Chinois du moins une partie de l’état chinois aient exagérer les effet et la mortalité du virus pour servir les mondialistes pour créée une récession ce qui les aideraient a empêcher la réélection de Trump !
          je ne sait plus ou j’avais lu qu’un type était allé en chine sans passeport et qu’on lui avait dit que si ses correspondant lui avait fournis un visa le ministère des affaire étrangère aurait été au courant et que comme ils étaient infiltrés et vendu au mondialiste des USA et les auraient mis au courant !
          c’est bien le ministère des affaire étrangère qui attaque et accuse les USA donc Trump !
          concernant l’effondrement du système politico-financier néolibéral, globaliste, il est certes sur enflé gavé de dette de la FED mais leur problème est que cet monnaie reste dans la sphère financière . seule solution dévaluer la monnaie en en injectant dans l’économie réel . comment ? mystère !
          peut être une piste ici :
          https://qanonquebec.com/2020/03/18/wartime/

          • Bientôt ça coûtera moins cher de se torcher le cul avec de “l’argent Fiat” que d’aller acheter des rouleaux de PQ (pi comme ça on évitera les bagarres des tarés dans les supermarket mais pour le reste bonne merde à tous).

  • Avez-vous vos Ausweis, Kamaraden ?! Vive la Résistance !

    • J’ai une bouteille de Vichy, c’est bon?

    • A y réfléchir, il n’y a pas beaucoup d’ilots de Résistance (la vraie), notre site mis à part bien entendu, merci à vous Stratégika51

      • Merci à vous Sergio et vive la Résistance!

        Comme vous avez peut-être tous remarqué je suis souvent obligé de noyer les sujets par une thématique science et techniques pour éviter une disparition de cet espace. L’expérience sur YouTube a confirmé tout le bien que je pensais de la police de la pensée. Elle est de plus en plus intolérante

      • non les gens sont terrorisés par la télé !
        par contre leurs agenda avance bien et aucune voix dissidente organiser ne devra subsister . certains attendent la fin de la qurantaine en s’imaginant pouvoir reprendre leur vie après cela ils rêvent un ministre allemand vient de déclarer qu’ils s’attendent a deux ans d’épidémie !
        https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/03/17/letat-durgence-ne-sarretera-pas-avec-le-coronavirus/

        • Ils profitent de la peur, le ministère de la peur pour imposer un nouveau système dystopien. C’est clair.

          Le SRAS-nCov-2 n’est qu’un prétexte rêvé.

          • @SG51,
            “La loi de Murphy s’applique à tous” même et surtout à ceux qui fomentent des plans complexes…
            Soyons patients et surtout préparons nous “la fenêtre d’action” risque d’être courte, rien n’est perdu tout est à gagner!

          • Qu’ils en profitent, c’est sûr, mais n’est-ce pour autant qu’un prétexte ?
            Il me semble que les souches iranienne et italienne sont deux souches distinctes, différente de la souche wuhan. Le brésil va bientôt multiplier les cas, et les probabilités de recombinaisons.

            Je suis très sérieux. Tous nos modèles de résistance sautent dans un contexte de pandémie durable. L’autriche, les US, l’allemagne commencent à parler d’une pandémie très longue, de 18 mois à deux ans.

            L’hélicoptère monétaire est lancé, le pognon dégouline, et cette fois, directement dans l’économie réelle.
            Résister, certes, mais à qui, à quoi, dans quel monde, et dans quel direction selon le nouveau paradigme qui ne s’est pas encore révélé ?
            Je maintiens que l’attaque la plus forte est dans l’explosion du réel commun. Nous devons retrouver une base de perception de notre environnement, fondation à toute structuration de groupe, de pensée, … bref, nous devrions reconstruire un monde intérieur avant de prétendre peser sur le monde extérieur…

            Qui d’entre vous est convaincu que cette épidémie peut s’installer durablement ?
            Qui craint une 2e vague, qu’on devrait pouvoir discerner en Chine aux tentatives avortées successives de rouvrir le pays ?
            Quels signaux d’alarmes pour qualifier le passage d’une crise sanitaire à un premier pan d’effondrement ?
            Quels risque sur les productions alimentaires quand un mec seul gère 500 hectares ?

            Je conclus sur du doux: https://www.this-is-italy.com/fish-ducks-return-to-venice-as-canals-water-becomes-cleaner-after-coronavirus-lockdown/

          • @Hazy,

            Chacun doit en effet faire “sa part des choses” et son “ménage intérieur”et certainement de ses peurs.
            L’expérience que nous vivons et subissons, c’est du vrai “live” de la réalité réelle et finalement, une OPPORTUNITÉ de revenir à des bases que personne n’aurait jamais du quitter!
            Mes enfants me posent maintenant des centaines de questions, s’intéressent au concret, au palpable prennent des décisions comme jamais!
            Le procès officieux mais oh combien indéniable du gouverne-ment, des “merdias” est grand ouvert !
            Ce qui est “en marche” c’est bien l’ouverture des consciences!

          • @anonyme

            Tout à fait d’accord. Ouvrons nos yeux aux réels en gestation, et ne nous fermons pas par des anciens modèles.

            Une grande partie des conséquences de la société sous lockdown sont positives. Comment récupérer le reste à notre profit, comment se mettre en retrait des cotés néfastes, on pourrait exprimer les choses en terme de lutte des classes renouvelée: Les masses enfermées contre les promenantes. Ca aurait le mérite de nous remettre tous sous un nouveau pied d’égalité.

            Allons plus loin ! Profitons du choc en cours pour faire advenir des choses qui survivrons aux suites possibles ? Mettons fin aux distributions centralisées des bien de première consommation par exemple. Réapproprions nous un maximum de choses?

  • La maison que Ben a construite par Steve Brown

    Après le gel des marchés du crédit lors du crash des subprimes de 2008-2009, Ben Bernanke et la Fed ont imaginé un certain nombre d’astuces monétaires pour maintenir le système à flot. POMO, Twist, QE, TARP, repos et swaps de devises (et autres astuces monétaires) ont été utilisés pour fournir des liquidités à un système essentiellement en faillite et doté d’un dollar américain armé[1]. Même si les astuces monétaires ont fonctionné – ou semblaient fonctionner – elles étaient basées sur une perspective profondément défectueuse, immorale et illégale : la privatisation du profit rendue possible par la socialisation des pertes.

    Ainsi, la bulle qui a éclaté en 2008-2009 a simplement été regonflée par la Fed/Trésor avec une bonne dose de collusion entre les acteurs mondiaux… avec des différences à régler. Les banques centrales et leurs négociants sont en difficulté depuis des années, notamment HSBC, la Deutsche Bank et la Royal Bank of Scotland, avec de nombreux autres défauts structurels apparents. Ainsi, les réalistes monétaires ont averti pendant des années que l’effondrement économique à venir serait bien pire que le dernier.

    Depuis 2009, nous avons eu des guerres commerciales, des guerres par procuration et des sanctions punitives. L’interventionnisme et la militarisation du dollar américain au nom des profiteurs de guerre et des tueurs à gages économiques – que Washington a béni en tant qu’entrepreneurs du marché libre – ne sont pas des choses que le reste du monde pardonnera facilement.

    Oui, cet effondrement s’annonce bien pire que le précédent et c’est aussi un type d’effondrement financier très différent. La différence est remarquable dans la mesure où les marchés mondiaux sont devenus encore plus interdépendants qu’il y a dix ans et qu’ils dépendent encore largement d’un dollar américain militarisé comme monnaie de réserve mondiale.

    Pour ajouter l’insulte à l’injure, le mythe flagrant de la théorie monétaire moderne a empoisonné le discours public à tel point que ce fantasme keynésien du marché s’est étendu aux dimensions de Lewis Carroll. Une recette illusoire pour un désastre monétaire réel. Pourtant, blâmer les élites pour avoir une fois de plus tué la poule aux oeufs d’or sur l’autel des masses de Huxley et des drogués à l’argent liquide ne peut pas aller plus loin.

    Tout comme les gestionnaires de fortune ont utilisé l’effondrement de 2008-2009 pour profiter du TARP et du QE, cet effondrement est apparemment destiné à faire de même. Après tout, ce qui a fonctionné avant doit fonctionner à nouveau – n’est-ce pas ? Les taux des fonds à zéro. Des injections massives de liquidités dans un système déjà défaillant pour faire renaître l’illusion.

    Mais Houston a un problème. Le monde d’aujourd’hui ressemble peu à ce qu’il était il y a dix ans. Les banques centrales et les primary dealers ont externalisé une grande partie de leurs risques après 2011. Les agences de notation indépendantes telles que Weiss et Moody’s ont motivé toutes les banques à se décharger d’importants portefeuilles d’investissement sur des tiers, qu’il s’agisse de fonds actifs ou passifs. Cela signifie que ce krach boursier pourrait être immunisé contre l’intervention du Fonds de stabilisation des changes (équipe de protection contre les plongées, c’est-à-dire le Trésor/la Fed), puisque le risque est dévolu et largement distribué au-delà des contrôles des négociants principaux/la Fed. Même si la réglementation Dodd-Frank postérieure à 2009 avait les meilleures intentions, de telles conséquences imprévues n’ont pas été prévues.

    Pour faire simple, en 2008-2009, la Fed/Trésor disposait d’outils pour faire face à une implosion bancaire que la Fed n’a pas aujourd’hui. De même, un élément encore plus corrompu s’est emparé de la finance mondiale parce que les Too-Big-to-Jail ont été récompensés au lieu d’être poursuivis. Il s’agit des grandes banques centrales de l’Ouest, des primary dealers, des hedge funds, des fonds de gestion de fortune et des banques suisses. Une telle corruption innée de type monétaire n’est pas facile à éteindre.

    Les drapeaux rouges de l’effondrement des marchés sont apparus lorsque cette nouvelle réalité monétaire bizarre de l’externalisation du risque s’est réellement imposée l’année dernière. En mai, l’or physique a commencé son inexorable ascension, alors même qu’un grand site aurifère a cessé de publier des graphiques sur les réserves enregistrées. En septembre, la Fed a lancé un programme massif de pensions de titres pour renflouer chaque nuit une ou plusieurs banques inconnues à hauteur de plusieurs milliards, dont la rumeur disait qu’il s’agissait de HSBC ou de la Deutsche Bank. La courbe de rendement du Trésor s’est inversée et tous les principaux instruments financiers ont averti de l’imminence de gros problèmes.

    Mais quel que soit le désastre géopolitique, la guerre commerciale ou les troubles politiques survenus en 2019, les États-Unis et la plupart des marchés boursiers étaient immunisés contre le déclin… jusqu’à l’actuelle épidémie en Chine. Cette contagion est le bazooka de la bulle qui ne peut être ignorée. Aujourd’hui, des voix qui parlent normalement en faveur des marchés libres et du libre-échange appellent à une action gouvernementale débridée aux États-Unis comme dans la Chine communiste. L’ironie est riche.

    La véritable tragédie – outre la menace qui pèse sur notre bien-être physique et financier – est que les États-Unis sont les seuls à ne pas pouvoir agir pour endiguer cette crise financière et sanitaire. Il y a des actions humanitaires que les États-Unis pourraient entreprendre mais qu’ils ne peuvent pas entreprendre, en raison de leur mandat politisé pour des raisons déraisonnables. Par exemple : virer Steve Mnuchin. Abandonner les sanctions contre l’Iran, la Russie, le Venezuela et la Chine. Mettre fin aux guerres sans fin des États-Unis et cesser le parrainage de la terreur par les États américains et le soutien nuisible à l’apartheid israélien. Les États-Unis pourraient mettre fin à leur militarisation du dollar américain. Les États-Unis pourraient mettre fin à leurs guerres commerciales dommageables. Et pourraient rompre avec les régimes agressifs et dangereux de la Turquie, des Émirats arabes unis, de l’Égypte et de l’Arabie saoudite.

    En d’autres termes, les États-Unis pourraient être un acteur de la paix dans le monde plutôt qu’un champion de la guerre, de la division, de l’armement, de l’interventionnisme et de la destruction – qu’elle soit financière ou militaire. C’est non seulement improbable mais impossible puisque le déclin des États-Unis – tel qu’il a été conçu par les oligarques à levier politique – est presque terminé. Ce n’est pas quelque chose à écrire avec joie. Juste la réalité qui donne à réfléchir et que tous les réalistes monétaires comprennent. Avec une ironie supplémentaire : le “château que Ben a construit” s’est avéré être un château de cartes dont il ne sera jamais poursuivi pour sa construction.

    Que l’on soit d’accord ou non avec ce qui précède, le plus grand danger de tous ne peut être ignoré : que le Congrès et la machine politique américains, très corrompus, se servent de cette flambée comme excuse pour imposer de nouvelles restrictions draconiennes et pour violer les droits de l’homme au niveau national. Des restrictions qui feront paraître insignifiantes, en comparaison, l’AUMF, le Patriot Act, le Gramm Leach Blilely et bien d’autres abominations de la législation américaine.

    Steve Brown

    1] L’acceptation de la politisation radicale du dollar était apparemment une condition préalable pour bénéficier de ces avantages en termes de liquidités
    2] Le programme de mise en pension de la Fed s’est énormément développé depuis lors

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    • Lire :
      Adolf Hitler ou la vengeance de la planche à billets – P. JOVANOVIC et si besoin pour passer le temps: La guerre des monnaies : La Chine et le nouvel ordre mondial- HONGBING SONG
      Et un détail qui a son importance (tiré de Leconomiste.eu amis également de La guerre des monnaies):

      En premier lieu, la Fed n’est pas à proprement parler une réserve, elle est un syndicat d’émission monétaire. Alors que le choix du mot « réserve » laisse entendre que son rôle principal est de conserver de la monnaie en réserve afin de parer à une éventuelle crise bancaire comme celle de 1907 – tel était un des arguments principaux en faveur de sa création – la fonction majeure de la Fed est celle de toute banque centrale, à savoir « battre monnaie ». Le premier mot du nom de la banque centrale américaine masque donc le fait qu’elle détient le pouvoir régalien de créer la monnaie.

      Ensuite, la Fed n’est pas une institution fédérale, mais plutôt mixte. Elle demeure fédérale au sens où elle n’est pas locale, mais elle est mixte au sens où elle n’est pas intégralement publique. En effet, si le système monétaire américain est dirigé par une agence de l’État fédéral, nommée Conseil des gouverneurs (désignés par le Président des États-Unis), la gestion courante est déléguée à douze banques régionales qui fonctionnent comme des entreprises privées : elles émettent des actions à l’intention de banques privées partenaires. De plus, deux tiers des membres administrateurs de ces antennes régionales représentent des banques privées.

      Enfin, la Fed n’est pas à strictement parler américaine. En effet, il découle de sa nature mixte, publique et privée, que des actionnaires privés étrangers à l’intérêt général américain peuvent avoir accès aux cercles de décision des banques régionales. Ainsi, dans les premières années de l’institution, ses détracteurs soulignaient par exemple les forts intérêts britanniques présents dans les trois banques qui détenaient la majorité des actions de la Réserve Fédérale de New York, la National City Bank, la First National Bank et la National Bank of Commerce.

    • Merci pour la traduction Roc !

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.