An Exit Strategy to Nowhere – By Steve Brown

The panic continues to play out for now and events are moving fast, dependent upon multiple variables and unknowns, but let’s examine how future events just might play out. It’s impossible to countenance all possible outcomes so we are dependent upon probability.

Should US share markets continue to fall and US markets remain open the Dow and S&P 500 should bottom around ½ of their Feb 12th peak value, specifically to Dow 15,000. That’s because a reasonable aggregate anticipation of reduction in gross US output assumes a 50% devaluation in this shutdown from peak.

That 50% reduction in gross US output only applies to the real economy. Air stocks/ FANG stocks have no production, and no intrinsic production value, so the virtual issues will still be at least 500% inflated even at DJIA 15K.[1] In other words, Wall Street’s ponzi has a long long way to play out before it gets to fair value.

Mnuchin and his quasi-criminal cohorts learned from the last crash that Americans won’t tolerate another Wall Street bail-out unless working people get a few crumbs, too. That means providing funds to the populace in light of job losses, where paying off the public gives cover to the Treasury/Fed for bail-outs to its hedge funds, dealers, asset management funds, and large corporations.

How long will the panic last? With extreme optimism, if we use China’s experience as a guide, within twelve weeks or so this disease may begin to mitigate in the US. Having been denied freedom of movement, Americans locked in their homes will either appeal for more freedom of movement or they’ll just defy the order to stay home. But much will depend on US region.

Recall that Hubei Province in China (where this disease is alleged to have originated) is only about 400 miles east-west and 300 miles north-south in geographic size. That’s quite less than the distance between New York City and Washington state, or California. Generally speaking, the prospect that the disease will have a greater impact in the United States than in China is dependent upon the geographic area concerned and the American expectation for freedom of movement.

Not particularly disciplined and skeptical of central authority, the American experience with regard to this disease might be more severe than China’s. Regardless, we will assume that this virus is likely to decline by onset of summer. Noting that the medical consideration is only one element to the crisis. To address the crisis overall, one must consider four essential elements: financial, medical, 1governmental, and political.

Finance : US dollar and Inflation
Weaponization of the US dollar means that Secretary Mnuchin has deliberately punished nations that the United States disagrees with via primary and secondary sanctions, and by politicizing the SWIFT system.

In all fairness, IndyMAC miscreant Mnuchin has simply leveraged the criminal finance actions of previous administrations. Even so, Secretary Mnuchin is a disastrous candidate for leading the United States through this crisis in both a monetary and fiscal sense. Mnuchin has already alienated most of the world in maintaining the US dollar as global reserve currency and Mnuchin has zero expectation to craft a reasonable exit strategy from this crisis.

The perceived wealth of the United States is quite out of balance with regard to any real useful products it produces. Furthermore locked in a dangerous trade war, the US has placed itself to disadvantage where little benevolent trade synergy exists between major nations.

Destructive policies will manifest from the Treasury, and its actions will further place the status of the US dollar (as global reserve currency) in jeopardy. Mnuchin will use this crisis to push a debased version of Modern Monetary Theory on the public where the infinite printing press will not be accompanied by any increase in production, but a great decrease.

The US faces a quandary where segments of its industry are shutdown while the SEC keeps share and bond markets open. Bond markets cannot be closed since that is the source for production of Federal Reserve notes. As for shares, with key industries shutdown the wonder is why stocks of those industries should still be traded. Likewise the Fed/Treasury can use this crisis to convert to a cashless society. The intent to convert has been present for many years, the question is how such a cashless plan will actually be implemented.

Prediction: US recession accompanied later by enforced inflation and eventual demise of the US dollar as global reserve currency; baseless MMT with introduction of a cashless society; particular share issues in markets may quit trading.

Medical
Much as the United States is forced to rely on China as producer of first resort the United States is no longer able to rely on itself. Meaning the instance of disease and relative inability to treat it will be far greater in the US than in China. By that measure, the impact to the nation’s health is likely to be severe; where such an expectation has already been set by the media. So far this author can find no reports from any news service that any nation has offered medical assistance to the United States. [3] If Cuba or even Israel offered to send doctors or ventilators to the US, in Cuba’s case the help would be refused and Israel — facing its own potential crisis — is unlikely to do so.

Prediction: Higher US death toll than China; disease will persist in US longer if present course maintained

Governmental
So far the government has taken a ‘free market’ [2] approach that the private sector can address the medical needs of a sick population going forward. That the faith-based ‘free market’ can rise to the occasion of such a major crisis is highly unlikely. And yet the federal government has never seen a global crisis it didn’t like, to use that crisis to its own advantage.

Whether 911 or the financial collapse of 2008-2009 the central government has used every major catastrophe to expand its powers. The federal government is already considering massive expansion of powers if illness is experienced among Elites, or civil unrest occurs.

Since most Americans already receive a government check in some form, the populace has been relatively docile and law-abiding so far. A true worry among Elites must be that a long-term enforced COVID curfew, unemployment (reminiscent of the 1930’s) and lack of timely or expanded SNAP/EBT benefits might lead to unrest in the more depressed regions of the country. Major riots involving more than several thousand people have not occurred in the US for fifty years, so the prospect may seem remote but the potential for unrest will expand in an extended crisis.

Prediction: US freedom of movement restricted until May; Government expansion of powers; pursuit of socialist policies should the disease not mitigate; potential for civil unrest.

Political
US campaigning will of course be affected by the lockdown. Depite Mr Trump’s embarrassment re initially mishandling this crisis, only the president has the political podium now. If the crisis carries on, Mr Biden will be an enforced no-show and an also-ran. Apparently, Mr Biden is already a no-show.

The virus outbreak is embarrassing to “free market” [2] conservatives and Neoliberals alike. China was able to mitigate the crisis there in relatively short order by its efficiency and efficient use of resources. US oligarchs in control of the western media apparently wish to deny China’s accomplishment and stress that the United States will handle this crisis better. Based on structural and systemic issues the foregoing is exceedingly unlikely.

Ironically the general public is clamoring for a concerted and coordinated governmental response reminiscent of socialism. Embarrassed by socialist parallels and ideals, the president is stressing that medical solutions must come from the private sector. And when the Fed pumps trillions in liquidity into markets, that’s a private sector affair since all Fed banks are privately owned. So, induced liquidity at the public’s expense will further privatize profit while socializing loss. Funds doled out to the public will be meager by comparison.

Prediction: Trump will be re-elected; the US will be on its own; Congress will bail-out its friends; Congress will pursue fascist policy in the form of State-controlled capitalism if shutdown is maintained; pubic will suffer disproportionately.

Exit Strategy
The greater point is that these elements, governmental, medical, finance, and political must work together to provide realistic answers to this crisis, and to the rest of the world. The prospect that all four elements will work together constructively and effectively is exceedingly remote.

Above all, there is no exit strategy because the financial and political impact of the pandemic is still unknown. Instead, as after the collapse of 2008-2009, the goal is to simply re-inflate the ‘everything bubble’ that has once again burst with little other consideration.

The elephant in the room is when the “cure” becomes worse than the disease. That is, the point where statistics show that the disease has spiraled out of control and cannot be contained in the United States. Then relying on so-called herd immunity will become an enforced measure. Unable to contain the disease, the result is that the United States (or any nation that cannot contain it) could endanger the rest of the world’s population and possibly infect populations that managed to previously mitigate the disease.

Regardless of outcome, whether boom or bust, illness or health, it is common to believe that such a state will manifest itself forever. That is never true. Consider that all panics come to an end – including this one. The worst of the 2001 panic in Argentina lasted only four months. The financial collapse of 2008 – 2009 spanned a period of approximately nine months from May of 2008 to March of 2009, when the Dow index lost fully one-half its value. Charles Albert Collman wrote in his 1931 book, Our Mysterious Panics:

“All things come to an end, even panics, after they have taken their toll from the gamblers and adventurers who produced them. Men do not make panics deliberately, for they are their unconscious agents.”

But ninety years on, we now face a unique confluence of events. Besides the largely malign trajectory of the west for at least seventy years, the accelerated spread of this illness may perhaps alert us to the fact that there is a deeper malaise in our relation to each other and to the globalized world. Enforced Buddhism is of course a non-starter. But perhaps we would do well to reflect on the fact that man is not the master of any world – especially not his or her own.

The change we are bound to see will certainly reinforce the change that needs to occur. To simply ignore this calamity and hope to retreat to a dream world of yesterday is not an option, even if that is what our leaders entreat.

Steve Brown

Follow Steve Brown on twitter: @newsypaperz

[1] Verifiable by comparing book value versus market value
[2] Where “free market” means the freedom to conglomerate, consolidate, monopolize and engage in anti-competitive practices
[3] correction appreciated

Publicités

4 Replies to “An Exit Strategy to Nowhere – By Steve Brown”

  1. Une stratégie de sortie vers nulle part – Par Steve Brown

    La panique continue de se manifester pour l’instant et les événements évoluent rapidement, en fonction de multiples variables et inconnues, mais examinons comment les événements futurs pourraient se dérouler. Il est impossible d’envisager toutes les issues possibles, nous sommes donc dépendants de la probabilité.

    Si les marchés boursiers américains continuent à baisser et que les marchés américains restent ouverts, le Dow et le S&P 500 devraient atteindre leur plus bas niveau autour de ½ de leur valeur maximale du 12 février, plus précisément à 15 000 Dow. En effet, une anticipation globale raisonnable de la réduction de la production brute américaine suppose une dévaluation de 50 % de cet arrêt par rapport au pic.

    Cette réduction de 50 % de la production brute américaine ne s’applique qu’à l’économie réelle. Les stocks aériens / FANG n’ont aucune production, et aucune valeur intrinsèque de production, de sorte que les émissions virtuelles seront toujours gonflées d’au moins 500% même à DJIA 15K[1]. En d’autres termes, le ponzi de Wall Street a encore un long chemin à parcourir avant d’atteindre sa juste valeur.

    Mnuchin et ses cohortes de quasi-criminels ont appris lors du dernier crash que les Américains ne toléreront pas un autre renflouement de Wall Street à moins que les travailleurs ne reçoivent eux aussi quelques miettes. Cela signifie qu’il faut fournir des fonds à la population en cas de pertes d’emplois, et que le fait de payer le public permet au Trésor/à la Fed de renflouer ses fonds spéculatifs, ses courtiers, ses fonds de gestion d’actifs et ses grandes entreprises.

    Combien de temps la panique durera-t-elle ? Avec un optimisme extrême, si nous nous inspirons de l’expérience de la Chine, d’ici une douzaine de semaines environ, cette maladie pourrait commencer à s’atténuer aux États-Unis. Ayant été privés de leur liberté de mouvement, les Américains enfermés chez eux vont soit demander une plus grande liberté de mouvement, soit défier l’ordre de rester chez eux. Mais beaucoup dépendra de la région des États-Unis.

    Rappelons que la province de Hubei en Chine (où cette maladie est supposée avoir son origine) n’est qu’à environ 400 miles d’est en ouest et 300 miles du nord au sud en taille géographique. C’est bien moins que la distance entre la ville de New York et l’État de Washington, ou la Californie. D’une manière générale, la perspective que la maladie ait un impact plus important aux États-Unis qu’en Chine dépend de la zone géographique concernée et des attentes américaines en matière de liberté de mouvement.

    Peu disciplinée et sceptique à l’égard de l’autorité centrale, l’expérience américaine concernant cette maladie pourrait être plus grave que celle de la Chine. Quoi qu’il en soit, nous supposerons que ce virus est susceptible de décliner d’ici le début de l’été. Notant que la considération médicale n’est qu’un élément de la crise. Pour aborder la crise dans son ensemble, il faut tenir compte de quatre éléments essentiels : financier, médical, 1gouvernemental et politique.

    Finances : le dollar américain et l’inflation
    L’armement du dollar américain signifie que le secrétaire d’État Mnuchin a délibérément puni des nations avec lesquelles les États-Unis sont en désaccord par le biais de sanctions primaires et secondaires, et en politisant le système SWIFT.

    En toute justice, le mécréant d’IndyMAC Mnuchin a simplement exploité les actions financières criminelles des administrations précédentes. Malgré cela, le secrétaire d’État Mnuchin est un candidat désastreux pour avoir mené les États-Unis à travers cette crise, tant sur le plan monétaire que fiscal. Mnuchin s’est déjà aliéné la plus grande partie du monde en maintenant le dollar américain comme monnaie de réserve mondiale et Mnuchin ne s’attend pas à élaborer une stratégie de sortie raisonnable de cette crise.

    La richesse perçue des États-Unis est assez déséquilibrée par rapport aux produits réellement utiles qu’ils produisent. De plus, enfermés dans une dangereuse guerre commerciale, les États-Unis se sont placés dans une situation désavantageuse où il existe peu de synergie commerciale bienveillante entre les grandes nations.

    Des politiques destructrices se manifesteront de la part du Trésor, et ses actions mettront encore plus en péril le statut du dollar américain (en tant que monnaie de réserve mondiale). Mnuchin profitera de cette crise pour faire connaître au public une version dévalorisée de la théorie monétaire moderne, où l’impression infinie ne s’accompagnera pas d’une augmentation de la production, mais d’une forte diminution.

    Les États-Unis sont confrontés à un dilemme : certains segments de leur industrie sont fermés alors que la SEC maintient ouverts les marchés des actions et des obligations. Les marchés obligataires ne peuvent pas être fermés puisque c’est de là que provient la production des billets de la Réserve fédérale. Quant aux actions, les industries clés étant fermées, on peut se demander pourquoi les actions de ces industries devraient encore être échangées. De même, la Fed/Treasury peut utiliser cette crise pour se convertir en une société sans numéraire. L’intention de se convertir est présente depuis de nombreuses années, la question est de savoir comment un tel plan sans numéraire sera réellement mis en œuvre.

    Prédiction : Récession américaine accompagnée plus tard d’une inflation forcée et de la disparition éventuelle du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale ; MMT sans fondement avec l’introduction d’une société sans numéraire ; des problèmes particuliers liés aux actions sur les marchés peuvent entraîner l’arrêt des échanges.

    Médical
    Tout comme les États-Unis sont obligés de compter sur la Chine comme producteur en premier ressort, les États-Unis ne peuvent plus compter sur eux-mêmes. Cela signifie que le nombre de cas de maladie et l’incapacité relative à les traiter seront bien plus importants aux États-Unis qu’en Chine. Selon cette mesure, l’impact sur la santé de la nation sera probablement grave, alors que les médias ont déjà fixé une telle attente. Jusqu’à présent, l’auteur ne trouve aucun rapport d’un service d’information indiquant qu’un pays a offert une assistance médicale aux États-Unis. Si Cuba ou même Israël offrait d’envoyer des médecins ou des ventilateurs aux États-Unis, dans le cas de Cuba, l’aide serait refusée et il est peu probable qu’Israël – confronté à sa propre crise potentielle – le fasse.

    Prédiction : Le nombre de morts aux États-Unis est plus élevé qu’en Chine ; la maladie persistera plus longtemps aux États-Unis si le cours actuel est maintenu

    Gouvernemental
    Jusqu’à présent, le gouvernement a adopté une approche de « libre marché » [2] qui permet au secteur privé de répondre aux besoins médicaux d’une population malade à l’avenir. Il est très peu probable que le « marché libre » basé sur la foi puisse se développer à l’occasion d’une crise d’une telle ampleur. Et pourtant, le gouvernement fédéral n’a jamais vu une crise mondiale qu’il n’aimait pas, sans utiliser cette crise à son propre avantage.

    Que ce soit le 11 septembre ou l’effondrement financier de 2008-2009, le gouvernement central a utilisé toutes les catastrophes majeures pour étendre ses pouvoirs. Le gouvernement fédéral envisage déjà d’étendre massivement ses pouvoirs en cas de maladie des élites ou de troubles civils.

    Comme la plupart des Américains reçoivent déjà un chèque du gouvernement sous une forme ou une autre, la population a été relativement docile et respectueuse des lois jusqu’à présent. Les élites doivent s’inquiéter du fait qu’un couvre-feu COVID imposé à long terme, le chômage (qui rappelle les années 1930) et l’absence de prestations SNAP/EBT étendues ou en temps voulu pourraient entraîner des troubles dans les régions les plus déprimées du pays. Les États-Unis n’ont pas connu d’émeutes majeures impliquant plus de plusieurs milliers de personnes depuis cinquante ans. La perspective peut donc sembler lointaine, mais le potentiel d’agitation s’accroîtra en cas de crise prolongée.

    Prévision : Restriction de la liberté de mouvement aux États-Unis jusqu’en mai ; extension des pouvoirs du gouvernement ; poursuite des politiques socialistes si la maladie ne s’atténue pas ; risque de troubles civils.

    Politique
    La campagne américaine sera bien sûr affectée par le verrouillage. Malgré l’embarras de M. Trump de mal gérer cette crise au début, seul le président dispose maintenant d’un podium politique.Si la crise perdure, M. Biden sera contraint de ne pas se présenter et sera également candidat. Apparemment, M. Biden est déjà absent.

    L’épidémie de virus est embarrassante pour les conservateurs et les néolibéraux du « libre marché » [2]. La Chine a pu atténuer la crise dans ce pays en relativement peu de temps grâce à son efficacité et à l’utilisation efficace de ses ressources. Les oligarques américains qui contrôlent les médias occidentaux souhaitent apparemment nier l’accomplissement de la Chine et soulignent que les États-Unis géreront mieux cette crise. Compte tenu des problèmes structurels et systémiques, ce qui précède est extrêmement improbable.

    Ironiquement, le grand public réclame une réponse gouvernementale concertée et coordonnée rappelant le socialisme. Embarrassé par les parallèles et les idéaux socialistes, le président souligne que les solutions médicales doivent venir du secteur privé. Et quand la Fed injecte des billions de dollars de liquidités sur les marchés, c’est une affaire du secteur privé puisque toutes les banques de la Fed sont privées. Ainsi, la liquidité induite aux dépens du public va privatiser davantage le profit tout en socialisant la perte. Les fonds versés au public seront maigres en comparaison.

    Prédiction : Trump sera réélu ; les États-Unis seront seuls ; le Congrès renflouera ses amis ; le Congrès poursuivra une politique fasciste sous la forme d’un capitalisme contrôlé par l’État si la fermeture est maintenue ; le public en souffrira de manière disproportionnée.

    Stratégie de sortie
    Le plus important est que ces éléments, gouvernement, médecine, finance et politique, doivent travailler ensemble pour apporter des réponses réalistes à cette crise et au reste du monde. La perspective que ces quatre éléments travaillent ensemble de manière constructive et efficace est extrêmement lointaine.

    Surtout, il n’y a pas de stratégie de sortie car l’impact financier et politique de la pandémie est encore inconnu. Au lieu de cela, comme après l’effondrement de 2008-2009, l’objectif est simplement de regonfler la « bulle de tout » qui a encore une fois éclaté sans autre considération.

    L’éléphant dans la pièce, c’est quand le « remède » devient pire que la maladie. C’est le moment où les statistiques montrent que la maladie est devenue incontrôlable et qu’elle ne peut être contenue aux États-Unis. Alors, compter sur la soi-disant immunité de troupeau deviendra une mesure appliquée. Incapables de contenir la maladie, les États-Unis (ou tout autre pays qui ne peut pas la contenir) pourraient mettre en danger le reste de la population mondiale et éventuellement infecter des populations qui ont réussi à atténuer la maladie auparavant.

    Quelle que soit l’issue, qu’il s’agisse d’un boom ou d’une récession, de maladie ou de santé, il est courant de croire qu’un tel état se manifestera à jamais. Cela n’est jamais vrai. Considérez que toutes les paniques ont une fin – y compris celle-ci. Le pire de la panique de 2001 en Argentine n’a duré que quatre mois. L’effondrement financier de 2008 – 2009 s’est étendu sur une période d’environ neuf mois, de mai 2008 à mars 2009, lorsque l’indice Dow a perdu la moitié de sa valeur. Charles Albert Collman a écrit dans son livre de 1931, Our Mysterious Panics :

    « Toutes les choses ont une fin, même les paniques, après qu’elles aient fait des ravages chez les joueurs et les aventuriers qui les ont produites. Les hommes ne paniquent pas délibérément, car ils sont leurs agents inconscients ».

    Mais quatre-vingt-dix ans plus tard, nous sommes confrontés à une confluence unique d’événements. Outre la trajectoire largement maligne de l’Occident depuis au moins soixante-dix ans, la propagation accélérée de cette maladie peut peut-être nous alerter sur le fait qu’il existe un malaise plus profond dans notre relation les uns avec les autres et avec le monde globalisé. Le bouddhisme forcé est bien sûr un échec. Mais peut-être ferions-nous bien de réfléchir au fait que l’homme n’est le maître d’aucun monde – et surtout pas du sien.

    Le changement que nous allons voir va certainement renforcer le changement qui doit se produire. Ignorer simplement cette calamité et espérer se retirer dans un monde de rêve d’hier n’est pas une option, même si c’est ce que nos dirigeants implorent.

    Steve Brown

    Suivez Steve Brown sur twitter : @newsypaperz

    1] Vérifiable en comparant la valeur comptable à la valeur marchande
    2] Où « marché libre » signifie la liberté de conglomérer, de consolider, de monopoliser et de se livrer à des pratiques anticoncurrentielles
    [3] correction appréciée
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    1. Merci pour cette traduction, j’y vois un peu mieux maintenant, mon Anglais n’est plus ce qu’il était.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.