Publicités

Panic Rolls Back Empire-By Steve Brown

One irony of the Elite mindest, they have zero compunction about spending trillions on the US military and its contractors but when it comes to medical equipment to save lives that is another matter except when needed to preserve their own existence.

Meanwhile US-State struts about the stage, braying its venomous rhetoric while the crazed demons who lead it cower in fear isolated in the place they infect. An engorged bloated US Secretary of State — the very caricature of the engorged US State he represents — splutters obscenely by mouth and print about changing a foreign sovereign nation’s behavior or shows frustration that his globalist Axis of Evil cannot change a regime despite years of trying. As a result one set of US oligarchs ridicules the other, saying US-State’s current demons are not as efficient at spreading their horror throughout the world as the regime that preceded it.

There is no satisfaction in hailing a potentially deadly disease as the catalyst to challenge Washington’s deadly geopolitical grip. That the perverse axis Washington created to include the world’s worst actors — the United Arab Emirates, Egypt, Turkey, Saudi Arabia, and Israel — may now be threatened logistically and financially does inspire hope however.

Like US-State’s bloated girth, the financial bubble that burst in 2008-2009 was reinflated again and showed signs of growing instability since the end of 2018. The Fed/Treasury believed they had the problem licked but 2019 issues in the gold and repo markets seriously challenged the consensus view that Wall Street’s bull market bubble would last forever.

As in finance, world events began to push back on Washington’s agenda in 2019 with the Gulf attacks, US Global hawk RQ-4 shoot down, attacks on Saudi oil fields, the GRACE-1 affair, blowback from the US assassination of Iran’s top military leader, and an apparently pre-arranged US stand down after strikes on its own military in Iraq. All seemingly major events capable of bursting the US financial bubble — but none did. Arguably it was the OPEC+ split that finally did the damage occurring in conjunction with the COVID panic.

Now the panic provides cover to the G20 powers to address their primary concerns, whether oil prices, finance, and control of the populace. However the recent G20 meeting highlighted major divisions between globalists and sovereigntists. Signal divisions among semi-belligerents caused the Saudi-hosted summit to accomplish precisely nothing in a failure ironically embodied by the vacant, vacuous, confused stare seen in the ceremonial titular head’s photo. The G20’s irrelevance at a time of global panic well highlights the same vacuous countenance amongst all first world leadership.

Monetary realists tend to concentrate on (physical) gold as economic indicator, but the true global economic indicator is oil pricing as defacto agreed by the world order after August 15th, 1971. Great shocks to the post-1971 oil standard have largely defined major global economic recessions since then and the Panic of 2020 is no different. At the time the OPEC+ oil talks collapsed the pandemic was in the news but was just one consideration for the failure. Behind the scenes, the Russian leadership may have lost patience with Saudi Arabia and its double-dealing, and the continuance of Saudi-led state-sponsored horror in Syria.

By its own production the United States imports a small amount of oil from Saudi Arabia, and US weapons sales to Saudi Arabia far exceed the expense of Saudi oil purchased. Against this backdrop, the US continues to boast about being the number one producer of oil even as US rig counts fall drastically.* Alleged to be the land of free markets, should profit-hungry oil majors ditch US shale and opt for mass imports of cheap oil from Russia (and Saudi Arabia) then the US financial house of cards may be threatened at least in part.

For example, cheap oil from Russia could realign Turkey with Russian hopes for peace in the Middle East and Africa curtailing Turkey’s aggression in Syria and Libya where it acts as a surrogate for Washington, in another double-dealing game. And it’s a game which has cost many thousands of lives. In Iraq, Petronas evacuated the Gharraf field and Iraq has limited its oil production.

In another blow to the US illegal US occupation of Iraq, France just withdrew its military from the country. Now Australia and Germany have requested that their troops be withdrawn from Iraq even if details remain sketchy. The US military withdrew from al Qaim after Iraq condemned US air strikes supposedly intended to interdict “Hezbollah terrorists” but killed a number of civilians. However there is no doubt that the outbreak of disease forced the US to reconsider its presence in Iraq — just as France, Australia, and Germany have done.

The US withdrawal from al Qaim has been lightly reported in the west. al Qaim is strategically important being near the Deir Ezzor oil fields in Syria which the United States military presently occupy. Iraq’s Popular Mobilization Units can now interact with their counterparts in Syria and thus pose a flanking threat to US troops occupying the oil fields. That’s because the PMU are not “Hezbollah terrorists” they are a mixed group of veteran fighters effectively opposed to the occupation of Iraq and Syria (some Sunni) and opposed to Islamic State group terrorists there as well. How a cornered US-State will react to this new PMU link-up is still unclear.

Embarrassed by the confused narrative where US State contradicts the US president on Iraq intentions and vice versa, reports say that the United States will withdraw from its so-called war versus the Islamic State group in Iraq due to corona virus. It’s rich to think that an invisible enemy can cause tanks and APC’s to be vacated and quickly become worthless to Washington’s war machine.

Israel too is concerned about worldwide media exposure of its blockade and siege of Gaza. The outbreak threatens to expose Israel’s basic inhumanity, and outside humanitarian efforts to relieve Gaza will challenge Israel’s military authority. Illegal militant settler outposts in the occupied territories pose a complicating disease factor too. For example Israeli forces have declared a closed military zone around a settler encampment called ‘Kipa Sruga’ in an effort to enforce an eminent lockdown. Settlers threw five Molotov petrol bombs at a police vehicle for their efforts.

The situation in war zones is deteriorating especially in Libya, the Occupied Territories, and Yemen. Yemen may find a way out as a ceasefire has just been agreed — the first in four years — after the UN issued yet another appeal to end hostilities on March 25th. But in another contrarian move the United States just discontinued its humanitarian aid to Yemen further underlining US moral bankruptcy. As for Saudi, that the Crown Prince may have met his match in the palace is a far more likely scenario than any predilection for mercy in Yemen.

This is not to write that peace may be breaking out in the world — far from it. Perhaps to support the illusion of global power in the face of events the US cannot control, Mnuchin the Magnificent just announced a new round of sanctions versus Iran and the Department of Justice declared Venezuela’s president to be a wanted drug pusher. Illustrating that the challenge to roll back US State’s Axis of Evil has only just begun… whether invoked by an invisible enemy or by the US Evil Empire’s own vile actions.

Steve Brown

  • Noting that the US is far down the list as an oil exporter.

Follow Steve Brown on twitter: @newsypaperz

Publicités

12 thoughts on “Panic Rolls Back Empire-By Steve Brown

  1. Meme BFM WC a parlé de la sous estimation des chiffres en chine

    @FastEddieGB
    Incredible true figure of deaths from #coronavirus in Wuhan, China est. as up to 46,000.
    Fearful face

    The Chinese authorities have totally lied about the real number !

    Incroyable véritable chiffre de décès par #coronavirus à Wuhan, en Chine, jusqu’à 46 000.
    Visage effrayé

    Les autorités chinoises ont totalement menti sur le vrai nombre!

    1. Magnifique, un signal clair pour ceux qui douteraient encore du dégoût des italiens!

  2. Coronavirus: à Moscou, le confinement débute ce lundi

    Moscou a annoncé dimanche 29 mars 2020 un confinement total à partir de ce lundi 30 mars. SERGEI GAPON / AFP

    http://www.rfi.fr/fr/europe/20200330-coronavirus-moscou-confinement-d%C3%A9bute-lundi

    La Russie prend à son tour des mesures drastiques pour lutter contre le coronavirus. À Moscou et dans sa région, les habitants vont devoir rester confinés chez eux. Jusqu’à présent, seules les personnes âgées de plus de 65 ans étaient concernées par ces mesures de confinement.
    Publicité

    Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

    Moscou prend conscience tardivement et assez brusquement de la gravité de la situation. La capitale russe a donc décidé de prendre des mesures assez radicales, avec un régime de confinement particulièrement strict.

    Les Moscovites n’auront le droit de sortir de chez eux que pour se rendre au travail (uniquement si le télétravail est impossible), pour les urgences médicales et pour faire leurs courses « dans le magasin le plus proche de leur domicile ». Ils pourront également sortir les poubelles, et promener leur chien mais sur un rayon de 100 mètres uniquement. Pas de possibilité de promenade ou de jogging comme dans d’autres pays.

    En outre, ces mesures de confinement seront contrôlées par un « système intelligent de surveillance ». Le communiqué de la mairie de Moscou ne donne aucune précision sur ce point. Selon la presse russe, chaque résident pourrait se voir attribuer un QR code qui pourra ensuite être scanné par la police afin de vérifier leur lieu de résidence, leur lieu de travail et d’éventuelles dérogations.

    1. Un des énormes risques lors des transports médicalisés de soins intensifs est la quantité d’oxygène, comburant impitoyable qui ne laisse pas beaucoup de chance!
      Tous ceux qui bossent avec de l’oxygène, industriel ou medical le savent fort bien.

    1. @Hazy,
      Cette fois pas d’accord avec vous, c’est la seule solution pour s’en sortir!
      J’ai été probablement contaminé, j’en suis sorti mais impossible pour moi de savoir si c’est bien le COVID et si je peux à nouveau, sans risque de propagation reprendre des activités.
      Mon fils, sapeur pompier, à du ré-intégrer le service (ambulance car c’est super tendu)sans aucun check test ou autre. Cela signifie que si il est potentiellement contaminant. Idem pour l’entièreté des médics qui bossent et soignent des patients!!!

      Le marquage sera les vaccins et le puçage (bien dans les cartons…).

      A vous lire,

  3. Le Titanic US coule normalement.
    Les entités supranationales (dont la BRI à Bale) attendent leur mise en scène pour apporter une réponse globale au monde en crise qu’elles auront mis en feu.

  4. La panique s’empare de l’Empire – par Steve Brown

    Ironie de l’esprit des élites, ils n’ont aucun scrupule à dépenser des billions de dollars pour l’armée américaine et ses contractants, mais quand il s’agit d’équipement médical pour sauver des vies, c’est une autre affaire, sauf quand c’est nécessaire pour préserver leur propre existence.

    Pendant ce temps, l’État américain se pavane sur la scène, braillant sa rhétorique venimeuse tandis que les démons fous qui le dirigent se recroquevillent de peur, isolés dans l’endroit qu’ils infectent. Un secrétaire d’État américain engorgé et gonflé – la caricature même de l’État américain engorgé qu’il représente – bafouille obscènement de la bouche et de l’écrit sur le changement de comportement d’une nation souveraine étrangère ou montre sa frustration de voir que son Axe du mal mondialiste ne peut pas changer un régime malgré des années d’efforts. En conséquence, un groupe d’oligarques américains ridiculise l’autre, affirmant que les démons actuels de l’État américain ne sont pas aussi efficaces pour répandre leur horreur dans le monde que le régime qui l’a précédé.

    Il n’y a aucune satisfaction à saluer une maladie potentiellement mortelle comme le catalyseur pour contester l’emprise géopolitique mortelle de Washington. Que l’axe pervers que Washington a créé pour inclure les pires acteurs du monde – les Émirats arabes unis, l’Égypte, la Turquie, l’Arabie saoudite et Israël – puisse maintenant être menacé sur le plan logistique et financier, inspire toutefois de l’espoir.

    Tout comme la circonférence gonflée de l’État américain, la bulle financière qui a éclaté en 2008-2009 a été regonflée et a montré des signes d’instabilité croissante depuis la fin de 2018. La Fed/Treasury pensait avoir résolu le problème, mais les problèmes de 2019 sur les marchés de l’or et des pensions de titres ont sérieusement remis en question le consensus selon lequel la bulle haussière de Wall Street durerait éternellement.

    Comme dans le domaine de la finance, les événements mondiaux ont commencé à repousser l’agenda de Washington en 2019 avec les attaques du Golfe, l’abattage du RQ-4 de l’US Global Hawk, les attaques sur les champs pétrolifères saoudiens, l’affaire GRACE-1, le contrecoup de l’assassinat par les Etats-Unis du plus haut dirigeant militaire iranien et un retrait des Etats-Unis apparemment préétabli après les frappes sur sa propre armée en Irak. Autant d’événements apparemment majeurs capables de faire éclater la bulle financière américaine – mais aucun ne l’a fait. On peut dire que c’est la scission de l’OPEP+ qui a finalement fait les dégâts, en conjonction avec la panique du COVID.

    Aujourd’hui, cette panique permet aux puissances du G20 de répondre à leurs principales préoccupations, qu’il s’agisse du prix du pétrole, des finances ou du contrôle de la population. Toutefois, la récente réunion du G20 a mis en évidence les principales divisions entre les mondialistes et les souverainistes. Les divisions entre les semi-belligérants ont fait que le sommet organisé par l’Arabie saoudite n’a précisément rien donné dans un échec ironiquement incarné par le regard vide, confus et désorienté que l’on peut voir sur la photo de la tête du titulaire de la cérémonie. Le manque de pertinence du G20 à une époque de panique mondiale met bien en évidence le même regard vide de tous les dirigeants du monde.

    Les réalistes monétaires ont tendance à se concentrer sur l’or (physique) comme indicateur économique, mais le véritable indicateur économique mondial est le prix du pétrole, tel qu’il a été convenu de facto par l’ordre mondial après le 15 août 1971. Les grands chocs de la norme pétrolière d’après 1971 ont largement défini les grandes récessions économiques mondiales depuis lors et la panique de 2020 n’est pas différente. Au moment où les négociations pétrolières de l’OPEP+ se sont effondrées, la pandémie était dans l’actualité mais n’était qu’une des raisons de cet échec. En coulisses, les dirigeants russes ont peut-être perdu patience avec l’Arabie Saoudite et ses doubles trafics, et la poursuite de l’horreur commanditée par l’État saoudien en Syrie.

    Par leur propre production, les États-Unis importent une petite quantité de pétrole d’Arabie saoudite, et les ventes d’armes américaines à l’Arabie saoudite dépassent de loin les dépenses liées à l’achat de pétrole saoudien. Dans ce contexte, les États-Unis continuent de se vanter d’être le premier producteur de pétrole, alors même que le nombre de plates-formes de forage américaines a chuté de façon drastique*.

    Par exemple, le pétrole bon marché de Russie pourrait réaligner la Turquie sur les espoirs russes de paix au Moyen-Orient et en Afrique, en réduisant l’agression de la Turquie en Syrie et en Libye où elle agit comme un substitut de Washington, dans un autre jeu de double jeu. Et c’est un jeu qui a coûté la vie à des milliers de personnes. En Irak, Petronas a évacué le champ du Gharraf et l’Irak a limité sa production de pétrole.

    Dans un autre coup porté à l’occupation illégale de l’Irak par les États-Unis, la France vient de retirer son armée du pays. A présent, l’Australie et l’Allemagne ont demandé le retrait de leurs troupes d’Irak, même si les détails restent vagues. L’armée américaine s’est retirée d’Al Qaim après que l’Irak ait condamné les frappes aériennes américaines censées interdire les « terroristes du Hezbollah » mais ait tué un certain nombre de civils. Cependant, il ne fait aucun doute que l’épidémie a forcé les États-Unis à reconsidérer leur présence en Irak – tout comme l’ont fait la France, l’Australie et l’Allemagne.

    Le retrait des États-Unis d’Al-Qaïm a été légèrement signalé à l’ouest. Al-Qaïm est stratégiquement important car il se trouve près des champs de pétrole de Deir Ezzor en Syrie, que les militaires américains occupent actuellement. Les unités de mobilisation populaire irakiennes peuvent désormais interagir avec leurs homologues en Syrie et ainsi constituer une menace de flanc pour les troupes américaines qui occupent les champs pétrolifères. C’est parce que les PMU ne sont pas des « terroristes du Hezbollah » qu’elles constituent un groupe mixte de combattants chevronnés effectivement opposés à l’occupation de l’Irak et de la Syrie (certains sunnites) et opposés aux terroristes des groupes d’État islamiques dans ces pays également. On ne sait pas encore comment un État américain acculé réagira à ce nouveau lien avec l’UGP.

    Embarrassé par le récit confus où l’État américain contredit le président américain sur les intentions de l’Irak et vice versa, les rapports disent que les États-Unis se retireront de leur prétendue guerre contre le groupe d’État islamique en Irak en raison du virus corona. Il est riche de penser qu’un ennemi invisible peut provoquer l’évacuation des chars et des APC et les rendre rapidement inutiles à la machine de guerre de Washington.

    Israël est également préoccupé par la couverture médiatique mondiale de son blocus et de son siège de Gaza. L’épidémie menace d’exposer l’inhumanité fondamentale d’Israël, et les efforts humanitaires extérieurs pour soulager Gaza mettront au défi l’autorité militaire israélienne. Les avant-postes de colons militants illégaux dans les territoires occupés constituent également un facteur de complication de la maladie. Par exemple, les forces israéliennes ont déclaré une zone militaire fermée autour d’un campement de colons appelé « Kipa Sruga » dans le but d’imposer un verrouillage éminent. Les colons ont lancé cinq bombes à essence Molotov sur un véhicule de police pour récompenser leurs efforts.

    La situation dans les zones de guerre se détériore, notamment en Libye, dans les territoires occupés et au Yémen. Le Yémen pourrait trouver une issue puisqu’un cessez-le-feu vient d’être conclu – le premier en quatre ans – après que les Nations Unies aient lancé un nouvel appel pour mettre fin aux hostilités le 25 mars. Mais dans un autre mouvement contraire, les États-Unis viennent de mettre fin à leur aide humanitaire au Yémen, soulignant encore plus la faillite morale des États-Unis. Quant aux Saoudiens, le fait que le prince héritier ait pu se montrer à la hauteur dans le palais est un scénario bien plus probable que toute prédilection pour la pitié au Yémen.

    Il ne s’agit pas d’écrire que la paix est peut-être en train d’éclater dans le monde – loin de là. Peut-être pour soutenir l’illusion d’une puissance mondiale face à des événements que les États-Unis ne peuvent pas contrôler, Mnuchin le Magnifique vient d’annoncer une nouvelle série de sanctions contre l’Iran et le ministère de la justice a déclaré que le président du Venezuela était un trafiquant de drogue recherché. Ce qui montre que le défi de faire reculer l’axe du mal de l’État américain ne fait que commencer… qu’il soit invoqué par un ennemi invisible ou par les propres actions ignobles de l’empire du mal américain.

    Steve Brown

    Notant que les États-Unis sont loin en bas de la liste des exportateurs de pétrole.
    Suivez Steve Brown sur twitter : @newsypaperz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :