Publicités

Secret World of Gold-By Steve Brown

A popular meme in the Panic of 2020 asks, if gold is such a bellwether, why has its price not greatly increased? …and indeed, gone down. The reason why is at the heart of why Modern Monetary Theory — now forcibly embraced — is doomed to fail.

But first, a few ground rules. If the government of Venezuela needs dollars how does it pay for them? Gold. How does Sudan trade for arms with Israel and the United Arab Emirates? Gold. How do Central Banks and their dealers profit from their gold? By the gold carry trade. Despite denial by paper traders, MMT Keynesian’s, and hypocrisy from central bankers, physical gold is the solid foundation of real finance.

The Chicago Butter & Egg Board also known as the CME or Chicago Mercantile Exchange, claims that their gold futures, « Serve as an alternative to investing in gold bullion, coins, and mining stocks ». That’s a lie. That’s like saying buying apples is an alternative to buying oranges. The CME also says gold contracts will be physically delivered… also a lie, being a half-truth at best. The CME then says that their futures, « Offer ongoing trading opportunities, since gold prices respond quickly to political and economic events » and that’s a lie too, because the bullion banks manipulate the gold market to their advantage.

In other words, the US paper gold trade is built on lies. So how can a US gold market built on lies be considered a bellwether? It’s not. As we have seen since 1971, the true financial bellwether is oil where the decline in oil price is proportional to the depth of a recession.

Now in the present panic, whether the US Treasury has considered revaluing US gold holdings to true market value is one great unknown. (The Treasury values gold at $42.22 US per ounce.) But if the Treasury did mark gold to market, that could provide the $4.25Tn (and more) that the Treasury’s leveraged bail of Wall Street calls for this time (ie CARES $425Bn x 10). Of course such a discussion about revaluing gold to save the system is not a discussion the central government wants people to have, highlighting the historic and continuing importance of gold as the world’s only monetary medium with true intrinsic value.

With regard to the bail-out, for the US Treasury to revalue gold to a figure near or above its true market value is the same trick that Franklin Delano Roosevelt (FDR) played in 1934. Thus, instead of relying on the Keynesian cut-out known as Modern Monetary Theory the federal government could use a real asset to bail-out the once-again failed US economic system for all the “money” it needs. However this new bail-out leads to embarrassing revelations, the first being that the United States no longer has a ‘real’ economy, so using a real asset to bail it out poses great risk to owners of the monetary system.

Another embarrassment is the manner in which an authoritarian communist regime handled this crisis in comparison to the « free market »{1} United States, which has blundered so far… and that is not meant to be an ideological or rhetorical statement. China weathered the panic not because it is a communist country, but because China produces goods, because China has industry, has spare capacity, and a large manufacturing base while possessing no debt except the debt of debtor nations it owns like the United States. The United States has no such luxury.

In contrast to the relatively small amount of capital China just injected into its economy, the United States criminally colludes with Wall Street to inject trillions more in aid of its failed industries. The US will inject at least 10T USD in made-up currency into its economy in a move that is certain to allow US Oligarchs to eventually thieve the assets that they failed to thieve after the collapse of 2008-2009.

But this time Elites face a number of issues. In the real gold market, which I have written about before, real physical gold (not paper) underwrites many of the most important sovereign financial transactions globally. However, Switzerland’s gold pharaohs have just quit refining and shipping. That’s a big deal. Whether Elites can get a grip will be important going forward, where Central Bank and bullion bank manipulation of the (physical) gold market is presently endangered. Suffice to say that Elites must keep the price of gold suppressed for the near future and should they fail, a much larger financial contagion will replicate the biological contagion.

Another great dilemma is the maintenance of the US dollar as world reserve currency in a new era of limitless MMT monetary expansion. As world reserve currency, the rest of the world lends while the United States lavishly spends. But in this new era that may no longer hold true. It will take just one major player to pull its cards and call tilt. That could be Saudi Arabia decoupling oil sales from the $ US. Or China cashing in its US debt for other assets. Or foreign investors deciding that negative bond rates in the US do not appeal. Or that mom & pop US investors and for that matter pension funds — which have been continually conned by the ponzi called Wall Street — finally figure out the theory of insanity (to whomsoever the quote may truly be attributed).

Another challenge going forward is whether MMT truly works. MMT states that money needs no intrinsic value other than the public trust placed in it. {2} Another fallacy is that while the MMT digital press infinitely digitizes dollars, goods and services will be made infinitely available commensurately. That’s a very flawed idea and another fallacy of MMT. {3} MMT is about to be tested. MMT will fail.

Finally, in either positive or misguided American style, Americans apparently believe that this bail-out will reinflate the bubble that burst and make the world rosy again, just like the last bail-out did. But like the contagion itself, there is no guarantee. This panic has a long way to run. And while the future is unknown, what can be known is that failed leadership, failed industries, a failed economy and a failed financial system are not the consequences of any contagion… but a foundation for its consequence.

Steve Brown

Follow Steve Brown on twitter: @newsypaperz

Notes

{1} Free market here is defined as the freedom to consolidate, merge, conglomerate, and monopolize while engaging in anti-competitive business and financial practices
{2} According to MMT, gold is simply a commodity with no monetary function. But no central bank or sovereign state agrees with that fallacy.
{3} In light of MMT and this bail-out imagine Biden asking Bernie where the “money” for universal healthcare would come from!


Nota Bene: This article is intended to be a tribute to the late Andrew Gause.

R.I.P Andrew Gause!

Publicités

2 thoughts on “Secret World of Gold-By Steve Brown

  1. Le monde secret de l’or . Par Steve Brown

    Un mème populaire dans la Panique de 2020 demande, si l’or est un tel révélateur, pourquoi son prix n’a pas beaucoup augmenté ? …et a même baissé. La raison est au cœur de la raison pour laquelle la théorie monétaire moderne – désormais adoptée par la force – est vouée à l’échec.

    Mais d’abord, quelques règles de base. Si le gouvernement du Venezuela a besoin de dollars, comment les paie-t-il ? En or. Comment le Soudan échange-t-il des armes avec Israël et les Émirats arabes unis ? De l’or. Comment les banques centrales et leurs négociants tirent-ils profit de leur or ? Par le commerce de portage de l’or. Malgré le déni des marchands de papier, le MMT Keynesian’s, et l’hypocrisie des banquiers centraux, l’or physique est la base solide de la finance réelle.

    Le Chicago Butter & Egg Board, également connu sous le nom de CME ou Chicago Mercantile Exchange, affirme que ses contrats à terme sur l’or « servent d’alternative à l’investissement dans les lingots d’or, les pièces et les actions minières ». C’est un mensonge. C’est comme dire qu’acheter des pommes est une alternative à l’achat d’oranges. Le CME dit aussi que les contrats sur l’or seront livrés physiquement… C’est aussi un mensonge, étant au mieux une demi-vérité. Le CME dit ensuite que leurs contrats à terme « offrent des opportunités commerciales continues, puisque les prix de l’or réagissent rapidement aux événements politiques et économiques » et c’est aussi un mensonge, car les banques d’investissement manipulent le marché de l’or à leur avantage.

    En d’autres termes, le commerce de l’or papier américain est construit sur des mensonges. Alors comment un marché de l’or américain construit sur des mensonges peut-il être considéré comme un indicateur ? Ce n’est pas le cas. Comme nous l’avons vu depuis 1971, le véritable baromètre financier est le pétrole, dont la baisse du prix est proportionnelle à la profondeur de la récession.

    Dans la panique actuelle, on ignore si le Trésor américain a envisagé de réévaluer les avoirs en or des États-Unis à leur véritable valeur marchande. (Le Trésor évalue l’or à 42,22 dollars US l’once.) Mais si le Trésor évaluait l’or à sa valeur marchande, cela pourrait fournir les 4,25 milliards de dollars (et plus) que le Trésor a demandé pour cette fois-ci dans le cadre de la caution de Wall Street (c’est-à-dire 425 milliards de dollars x 10). Bien sûr, une telle discussion sur la réévaluation de l’or pour sauver le système n’est pas une discussion que le gouvernement central souhaite que les gens aient, en soulignant l’importance historique et continue de l’or en tant que seul moyen monétaire au monde ayant une véritable valeur intrinsèque.

    En ce qui concerne le renflouement, pour le Trésor américain, réévaluer l’or à un chiffre proche ou supérieur à sa véritable valeur marchande est le même tour que celui joué par Franklin Delano Roosevelt (FDR) en 1934. Ainsi, au lieu de s’appuyer sur le découpage keynésien connu sous le nom de « théorie monétaire moderne », le gouvernement fédéral pourrait utiliser un véritable atout pour renflouer le système économique américain, une fois de plus défaillant, en lui apportant tout l' »argent » dont il a besoin. Cependant, ce nouveau sauvetage conduit à des révélations embarrassantes, la première étant que les États-Unis n’ont plus d’économie « réelle », et que l’utilisation d’un actif réel pour le renflouer présente donc un grand risque pour les propriétaires du système monétaire.

    Un autre embarras est la manière dont un régime communiste autoritaire a géré cette crise par rapport au « marché libre »{1}. Les États-Unis, qui ont fait des bévues jusqu’à présent… et cela ne se veut pas une déclaration idéologique ou rhétorique. La Chine a surmonté la panique non pas parce qu’elle est un pays communiste, mais parce qu’elle produit des biens, parce qu’elle a une industrie, une capacité de réserve et une grande base manufacturière tout en ne possédant aucune dette, sauf celle des nations débitrices qu’elle possède comme les États-Unis. Les États-Unis n’ont pas ce luxe.

    Contrairement à la quantité relativement faible de capitaux que la Chine vient d’injecter dans son économie, les États-Unis sont de connivence criminelle avec Wall Street pour injecter des billions de dollars supplémentaires en faveur de ses industries en faillite. Les États-Unis vont injecter au moins 10T USD en monnaie reconstituée dans leur économie dans un mouvement qui permettra certainement aux oligarques américains de voler les actifs qu’ils n’ont pas réussi à voler après l’effondrement de 2008-2009.

    Mais cette fois, les élites sont confrontées à un certain nombre de problèmes. Sur le marché de l’or réel, dont j’ai déjà parlé, l’or physique réel (et non le papier) est à l’origine de bon nombre des plus importantes transactions financières souveraines au monde. Cependant, les pharaons de l’or suisse viennent d’abandonner le raffinage et l’expédition. C’est une grosse affaire. Il sera important de savoir si les élites pourront s’en emparer à l’avenir, car la manipulation du marché de l’or (physique) par les banques centrales et les banques d’investissement est actuellement menacée. Il suffit de dire que les élites doivent maintenir le prix de l’or à un niveau bas dans un avenir proche et que si elles échouent, une contagion financière bien plus importante reproduira la contagion biologique.

    Un autre grand dilemme est le maintien du dollar américain comme monnaie de réserve mondiale dans une nouvelle ère d’expansion monétaire illimitée du MMT. En tant que monnaie de réserve mondiale, le reste du monde prête tandis que les États-Unis dépensent sans compter. Mais dans cette nouvelle ère, cela pourrait ne plus être le cas. Il suffira d’un seul acteur majeur pour tirer ses cartes et suivre le mouvement. Ce pourrait être l’Arabie saoudite qui découplerait les ventes de pétrole du dollar américain. Ou la Chine qui encaisse sa dette américaine pour d’autres actifs. Ou encore des investisseurs étrangers qui décident que les taux obligataires négatifs aux États-Unis ne sont pas intéressants. Ou que les investisseurs américains et, d’ailleurs, les fonds de pension – qui ont été continuellement escroqués par le ponzi appelé Wall Street – finissent par comprendre la théorie de la folie (quelle que soit la personne à qui la citation peut vraiment être attribuée).

    Un autre défi à relever est de savoir si le MMT fonctionne vraiment. Le MMT affirme que l’argent n’a pas besoin d’une valeur intrinsèque autre que la confiance du public qui lui est accordée. {2} Un autre sophisme est que si la presse numérique MMT numérise à l’infini les dollars, les biens et les services seront mis à disposition à l’infini de manière proportionnelle. C’est une idée très erronée et un autre sophisme du MMT. {3} Le MMT est sur le point d’être testé. Le MMT va échouer.

    Enfin, que ce soit dans le style américain positif ou malavisé, les Américains croient apparemment que ce renflouement va regonfler la bulle qui a éclaté et rendre le monde à nouveau rose, comme l’a fait le dernier renflouement. Mais comme la contagion elle-même, il n’y a aucune garantie. Cette panique a encore du chemin à parcourir. Et si l’avenir est inconnu, ce que l’on peut savoir, c’est que des dirigeants défaillants, des industries défaillantes, une économie défaillante et un système financier défaillant ne sont pas les conséquences d’une quelconque contagion… mais le fondement de ses conséquences.

    Steve Brown

    Suivez Steve Brown sur twitter : @newsypaperz

    Notes

    Le marché libre est défini ici comme la liberté de se regrouper, de fusionner, de conglomérer et de monopoliser tout en se livrant à des pratiques commerciales et financières anticoncurrentielles
    {2} Selon le MMT, l’or est simplement une marchandise sans fonction monétaire. Mais aucune banque centrale ni aucun État souverain ne cautionne ce sophisme.
    À la lumière du MMT et de ce renflouement, imaginez que Biden demande à Bernie d’où viendrait « l’argent » pour les soins de santé universels !

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :