Stats

  • 6 157 126 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
19/09/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Pour la première fois depuis les théories sur l’utilisation de l’arme aérienne développées en Union Soviétique, en Allemagne et en Italie durant les années 30, un gouvernement tente de suivre sa propre voie dans la conception d’une force aérienne et sa doctrine en s’affranchissant des conventions établies jusqu’ici. Il s’agit de la Corée du Nord dont le dirigeant préconise le développement d’une force aérienne d’un style propre aux moyens et à l’esprit [de son pays] afin de « contenir les forces armées ennemies »… « lesquelles se targuent de l’avantage technologique de leurs aéronefs ». C’est la nouvelle doctrine du Juche appliquée à la force aérienne.

Est-il possible pour un État en quasi-autarcie et en manque de ressources financières de développer une force aérienne capable de contenir la première et la plus puissante aviation de combat de la planète ? C’est la problématique que tente de résoudre Pyongyang depuis quelques années. Une première piste de travail réside dans l’affranchissement des règles établies en ce domaine réservé. En d’autres termes, l’induction d’une révolution en termes d’usage et de tactique de l’arme aérienne, en suivant une voie alternative et asymétrique. En plus de son obsession avec la « Première et la Seconde Artilleries », Kim Jong Un se découvre des talents de théoricien militaire.

Un Mig-29 Nord-coréen lors des exercices des districts de l’Ouest (avril 2020)

Cette voie est audacieuse mais aux conséquences inconnues. Le déploiement de chasseurs furtifs de cinquième génération Chengdu J-20 au sein d’unités aériennes chinoises déployées près de la Corée du Nord semble fasciner Kim Jong Un. L’intérêt subit et très fort de Pyongyang pour les technologies du Boeing 777 indique un déclic au sein de la technocratie nord-coréenne. Celle-ci dispose de très peu de moyens techniques comme le démontre l’état de l’aviation commerciale du pays, demeurée figée à l’ère Soviétique mais comme pour les armes stratégiques, une surprise n’est jamais à exclure. La relance de la production d’une nouvelle variante locale du Mig-29 SMT dotée d’une motorisation modifiée, d’un radar et de missiles fabriquées localement en est une preuve.

%d blogueurs aiment cette page :