Publicités

Une Baie des Cochons bis au Venezuela, un fiasco sans nom…

Aucune invasion maritime d’un pays étranger via des mercenaires n’a abouti au cours des 300 dernières années sans s’assurer le soutien d’une partie du camp adverse. C’est la leçon que la CIA semble oublier à chaque fois. L’Irak et l’ensemble de son commandement militaire acheté la veille d’une opération militaire à coups de milliards fut le Saint-Graal en la matière. Le fiasco de la baie des Cochons à Cuba n’a pas suffit. Il en fallait un autre visant cette fois le Venezuela. Un autre fiasco sans nom.

L’échec de la marionnette Guaido dans un contexte qui lui semblait favorable- le Venezuela est économiquement à genoux, socialement anéanti et atomisé, a forcé les commanditaires d’un changement de régime dans ce pays à passer à la vitesse supérieure. Il fallait respecter la forme. Le dénommé Juan Guaido, autoproclamé président du Venezuela par l’empire et sa propagande de guerre, signe un contrat avec le dernier et le meilleur groupe de mercenaires semi-privé de l’Etat profond: Silvercorps USA.

Les connexions du groupe Silvercorps avec la nébuleuse du renseignement US sont fabuleuses. Leur base de logistique se confond avec celle de Air America 2 et ils parviennent toujours à gagner des contrats de sous-traitance là où la sécurité de l’Etat profond est menacée. De gré à gré cela s’entend. Business as usual. L’encadrement est fourni par les bérets verts. Les armes et les munitions par les anciens réseaux des cartels ayant fourni du cash durant des décennies à la machine. Restait la chair à canon que l’on jetait sur des embarcations. Les candidats locaux ne manquent guère. La pauvreté est universelle. Les Colombiens pourvoient l’effectif manquant à l’appel.

Les choses ont très mal tourné. Toute l’opération mise en échec. L’un des encadreurs, Jordan Goudreau commence à nier sa qualité de mercenaire et prétend appartenir à la garde rapprochée du président US Donald Trump. La CIA s’en lave les mains et instruit Guaido d’en faire de même. Goudreau accuse Guaido de l’avoir jeté dans la gueule du loup. En filigrane à l’opération baie du cochons bis, une autre opération plus discrète se joue entre Trump et ses adversaires. Les médias mainstream sont trop occupés par l’opération psychologique COVID-19 pour s’y intéresser.

A suivre.

Publicités

13 thoughts on “Une Baie des Cochons bis au Venezuela, un fiasco sans nom…

  1. Le 1er avril dernier, dans un article de « Strategika.fr », Valérie Bugault expliquait qu’ « En vérité, cette crise est liée à mes travaux à plusieurs égards. J’ai mentionné, ci-dessus, la question institutionnelle d’organisation des Etats. Mais ce n’est en effet pas le seul lien. L’autre lien très important est relatif aux évolutions en cours de la monnaie mondiale.
    J’ai déjà expliqué à maintes et maintes reprises que le Brexit, dont on peut se féliciter en apparence, avait été initié par les banquiers de la City afin d’avoir toute liberté d’action, en étant libérés des lourdeurs institutionnelles de l’UE, pour piloter le changement de monnaie mondiale.
    Comme prévu par Keynes au siècle dernier, le dollar, sous la double casquette de monnaie nationale et de monnaie mondiale, n’était, dès le départ, économiquement pas viable. Ainsi, sa fin prévisible pouvait être programmée. Elle a eu pour première étape sa décorrélation du standard or tandis que la seconde étape, à laquelle nous assistons en direct, est sa décorrélation du standard pétrole qui avait succédé au standard or.
    Actuellement, la plupart des pays du monde sont convaincus de l’inanité de conserver le dollar comme monnaie de réserve internationale. Trump lui-même passe à l’action puisqu’il vient de prendre des mesures pour fusionner la Fed et le département du Trésor dans l’objectif de créer, sur le modèle du Yuan et du Renmibi, deux types de dollar : un dollar interne et un dollar devise qui circulera sur les marchés internationaux. Le reset monétaire approche donc à grands pas. Ainsi, une monnaie mondiale viable, contrôlée par les banquiers il va sans dire, pourra bientôt voir le jour, sous forme de panier de devises, qui circulera de façon entièrement dématérialisée.
    Je ne détaillerai pas ici (car les développements y seraient trop longs) l’escroquerie bancaire originelle ayant consisté à identifier la monnaie avec un bien matériel (au départ un métal précieux) dans le commerce.
    J’ajoute que la fin du dollar en tant que monnaie internationale est la condition sine qua non pour qu’advienne une monnaie mondiale viable, du moins selon les critères de fonctionnement économiques et monétaires imposés par les banquiers internationaux. Or, la fin du dollar monnaie mondiale suppose la fin de l’hégémonie de l’empire américain. Dès lors, il devient facile de comprendre que certains membres décisionnaires de cet empire se sont violemment opposés, et s’opposent encore violemment, à ce projet qui aboutira à une disparition de leurs situation dominante. Cette partie des dirigeants américains qui se rebellent peut être qualifiée de patriote, il s’agit des gens qui étaient ouvertement impliqués dans la domination du monde par les américains eux-mêmes. A l’opposé, ces derniers ont pour pires ennemis internes les globalistes apatrides, dont la tête se situe à la City of London, et qui œuvrent en sous-mains pour l’avènement d’un gouvernement mondial, lequel suppose la disparition de l’empire US.
    Cette distinction, essentielle à la bonne compréhension des choses, entre dirigeants patriotes et dirigeants apatrides existe également en Chine et en Russie où, par exemple, le gouvernement civil semble dirigé par les partisans des globalistes apatrides tandis que l’armée semble aux mains des dirigeants patriotes, Putin faisant la jonction entre les deux factions opposées. Concernant la Chine, il faut garder à l’esprit le considérable nettoyage ayant eu lieu depuis des années, y compris dans les plus hautes instances dirigeantes, pour purger l’appareil d’Etat des élites compradores, lesquelles peuvent être reliées aux dirigeants apatrides siégeant à la City of London. Cette opposition entre dirigeants patriotes et dirigeants compradores existe également dans des pays comme l’Iran.
    Ainsi, dans cette lutte de nature géopolitique, structurée autour des questions juridiques d’organisation du circuit de commandement, rien ne me semble encore acquis ni pour un camp, ni pour l’autre. Il est néanmoins possible de faire la prévision selon laquelle la victoire serait écrasante pour les patriotes, à la condition que ces derniers s’allient avec leur population et ne cherchent pas à la dominer, comme cela leur a été inculqué par leurs anciens alliés compradores.
    Rien ne résisterait à l’alliance entre dirigeants patriotes et populations locales. C’est précisément cette alliance que redoutent les puissances globalistes. Notons à cet égard que les mesures restrictives de liberté ordonnées par les différents gouvernements pour lutter contre la propagation du coronavirus vont à l’encontre de cette alliance naturelle qui permettrait le succès des patriotes sur les globalistes. Vous voyez que les choses ne sont pas simples… et que, décidemment, cette « pandémie de coronavirus » arrive à point nommé pour soutenir la stratégie des globalistes alors que ces derniers étaient en situation de faiblesse…
    D’un autre côté, cette pandémie permet des ouvertures inespérées dans la remise en cause générale de la stratégie globaliste. Encore faut-il avoir le courage de saisir cette occasion. Je terminerai mon exposé en disant que les cartes sont actuellement dans les mains des populations civiles : ces dernières ont enfin, phénomène unique dans l’histoire, la possibilité de reprendre leur destin en main ; ce qui signifie, très précisément, qu’elles ont la possibilité de réinstaurer des gouvernements politiques en lieu et place des ersatz actuels entièrement aux mains des puissances financières. »
    Nous sommes à la croisée des chemins.
    C’est l’heure de Vérité ! : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/livres-de-femmes-livres-de-verites.html

    1. Et on me demande de prendre parti pour l’un de ces 2 camps de pourritures ! Celui des dominateurs américains et autres « patriotes » ou celui des dominateurs apatrides dits « globalistes » ! C’est à mourir de rire. Cette Valérie Bugault que la complosphère maladivement antisémite porte au pinacle est la reine des connasses.
      Quant à l’autre « pitoyable »… l’expression « à la chinoise » est parfaitement synonyme de la mise en place de la grille totalitaire 3.0 …

  2. tellement habitués aussi à s’en prendre à des plus faibles qu’eux , magnifiant ainsi leur auto-satisfecit à se croire et se prendre pour des rambos à tuer des centaines de « terroristes » chacun, avec un minimum d’égratignures comme dans les bons films hollywoodiens, puis à rentrer chez eux les poches pleines de dollars, face au soleil couchant avec musique lyrique et tout l’bordel ,sûrs du bon droit universel que distille l’exceptionnalité de la pax americana… pffff !! dur dur la réalité les gars, vas-y mange maint’nant !!

  3. silvercorp c’est l’enième nouveau nom de blackwater où c’est la version bras cassés ?
    Le parallèle avec le fiasco de la baie des cochons est d’autant plus vrai que silvercorp est basé en floride et doit donc être bourré de revanchards anti-castristes
    En tout cas j’espère que téléSur va diffuser les meilleurs moments de la vidéoconférence supersecrète où le génie du crime Guaido a signé son contrat de merde

    1. lol !
      nan s’pas possible, ça ne peut qu’être la version bras cassé d’un p’tit bully ex blackwater surement ou ayant participé à diverses exactions et pogroms en irak par exemple et qui s’est dit « p’tain, s’pas dur en fait, trop facile sur ces populaces sans défense, je devrait un jour songer à monter ma boite et m’faire plein d’fric comme c’t’enculé d’éric »

  4. Mercenaires, c’est un métier fréquenter que par des paumé de la vie.
    Ils ont choisis se boulot moribond, au lieu du suicide qu’il avaient prévus avant de changer d’idée à la dernière minute.

  5. Ils ont voulut prendre le Venezuela avec 300 gars.
    C’est qui qui a pondu ce plan foireux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :