Publicités

Cinq tankers iraniens emportant plus d’un 1.5 million de barils de carburant se dirigent vers le Venezuela: une tentative inédite de briser le blocus menée par l’Iran et le Venezuela, deux pays soumis à des sanctions de Washington

Cinq tankers iraniens emportant l’équivalent de 1 530 000 barils de carburant se dirigent vers le Venezuela en dépit des sanctions frappant aussi bien la République islamique d’Iran que la République bolivarienne du Venezuela, deux pays classés dans l’Axe du Mal et donc ciblés par des opérations de changement de régime.

Le premier tanker,  »Fortune », a atteint sa destination, escorté dès son arrivée à la Zone économique exclusive (ZEE) du Venezuela par des bâtiments de surface de la marine bolivarienne. Le second tanker, le  » Forrest », a atteint les limites de la ZEE dimanche et les trois autres tankers (le Faxon, le Petunia et le Clavel) sont encore en route mais ne sont plus loin des côtes vénézueliennes. Téhéran a mis en garde contre d’éventuelles répercussions au cas d’une éventuelle interception ou acte de piratage visant ce convoi maritime a destination du Venezuela. Des analystes estiment que l’Iran ne manquera pas de riposter à un éventuel piratage en haute mer de ses tankers par un ciblage systématique des bases et des camps militaires US disséminés en Irak et en Syrie mais également dans le Golfe.

Caracas a pour sa part envoyé des navires de guerre et des avions pour escorter le convoi maritime et assurer sa sécurité. Membre de l’Opep et pays producteur de pétrole, le Venezuela fait face à une très grave pénurie de carburants, en raison d’un blocus qui ne dit pas son nom imposé par les États-unis qui y poursuivent une guerre hybride dure visant un changement de régime à Caracas et le remplacement du président Maduro par Juan Guaido, un poulain de Washington.

Le Pentagone suit avec une extrême attention cette tentative inédite de briser le blocus entreprise par deux pays sous sanctions et aux économies exsangue. Il demeure toutefois peu probable que Washington ordonné ouvertement une action militaire contre cette action mais pas en sous-main. Les Caraïbes sont une zone assez propice à des sabotages menées par des mercenaires pirates et des compagnies militaires privées ou encore de fausses milices agissant sous faux drapeaux.

Publicités

19 thoughts on “Cinq tankers iraniens emportant plus d’un 1.5 million de barils de carburant se dirigent vers le Venezuela: une tentative inédite de briser le blocus menée par l’Iran et le Venezuela, deux pays soumis à des sanctions de Washington

  1. Il faut tout d’abord se questionner sur la légitimité de ces sanctions et ce blocus. Elle ne repose sur aucun fondement juridique. L’organe habilité à prononcer ce genre de sanctions n’est autre que l’ONU.
    Si un différend existe entre deux Etats, aucun n’a le droit d’imposer contre l’autre une action qui lui bloque toute possibilité de s’ouvrir au monde et de nourrir son peuple. Si le différend existe, il ne doit pas s’étendre à d’autres institutions étatiques sur la pression de menaces ou d’intimidations.
    Quant à l’Iran, elle a le plein droit d’emprunter les passages maritimes dédiés à la navigation internationale. Essayer de l’en empêcher de quelque moyen que ce soit équivaut à un acte de piratage. L’interception et l’abordage de la mer est autorisée à condition que le bâtiment visé est suspect de trafic illicite. Tel n’est pas le cas des pétroliers iraniens.
    Par ailleurs, le permis accordé à ces navires par le gouvernement américain obeit davantage à des considérations…humanitaires en présence de diverses sanctions et de la pandémie qui sévit actuellement!
    Mais l’importance que revêt cette livraison demeure dans la nature de la transaction. Elle n’est plus libellée en dollar, peut étre en nature (sorte de troc) ou pire en or. Cette initiative déja entamée par l’ancien leader libyen comporte de fâcheuses conséquences pour les USA. Elle constitue un appel au monde pour le retour à l’étalon or. Cela veut dire que les ressources monétaires d’un Etat doivent avoir leur équivalence en or. De suite il lui serait impossible de recourir à la planche à billets pour couvrir son endettement.
    Enfin, L’attitude des USA envers les pétroliers iraniens n’est aucunement altruiste. Elle est guidée par la crainte d’une riposte vigoureuse en détroit du Mendeb, d’Hormuz ou méme du canal de Suez.

  2. Les iraniens et les américains s’amusent a créer une hostilité artificielle pour occuper les imbéciles, en attendant que les contours du NOM soit défini. Ils sont soient l’ennemi de l’Amérique, mais ils se promènent tranquillement dans l’Atlantique avec leurs pétroliers en longeant les cotés américaines, même les nazis n’oser pas le faire.

  3. Il y a un blocus maintenant ? Première nouvelle car il n’a pas été annoncé ni mis en place .

    1. Le nom a changé. On n’appel plus ca blocus…

      Maintenant nous utilisons un terme bien plus vendeur : Sanctions.
      Ou lieu de mettre sous blocus un pays, on lui impose juste des sanctions. A lui et à ses copains.

      Ainsi le résultat obtenu est une sorte d’embargo, ou de blocus ciblé.

        1. Si j’ai bien compris, la force militaire a été utilisée pour rompre l’embargo…
          Les forces adverses, insuffisante ou absente, n’ont pas pu empêcher que et l’Iran et le Venezuela rompent les embargos et les sanctions imposées.

  4. C’est Tareck El Aissami, le nouveau ministre du pétrole, vénézuelien d’origine libano-syrienne qui est à l’origine de ce rapprochement très concret. Inutile de dire que c’est une bête noire de l’administration Trump.

    1. intéressant ! on a donc le droit de lier les origines (étrangères) d’un ministre et la politique qu’il mène

  5. Un acte de bravoure que le monde libre admire. L’Iran est capable de répondre oeil pour oeil et dent pour dent. Il l’a déjà prouvé par l’assassinat de leur général. Même pas une semaine plus tard, son équivalent étatsunien passe au trépas aussi quand son oiseau invisible pour les aveugles se fait descendre avec tout son équipage. Si l’Iran a pu placer un satellite militaire, cela veut dire que les capitales européénnes et les bases étatsuniennes au M-O sont des cibles faciles.

    1. L’important n’est pas la quantité mais d’avoir sondé la détermination Américaine.
      Qui pour le moment n’a pas été à la hauteur de leurs injonctions. A voir sur le chemin du retour vers l’Iran si les cow-boys pirates des mers arraisonneront les pétroliers qui sont en infraction à leurs yeux. Wait & see

    2. @Cosworth57200 : c’est écrit 1 500 000. Par ailleurs vous rabaissez l’enjeu au niveau du caniveau. Ce qui est important ici, il me semble, c’est que ce n’est plus les US qui ont l’initiative mais l’Iran. Il me semble qu’il y a un jeu qui se déroule comme s’il avait une synergie entre la Chine, la Russie, l’Iran, la Corée du Nord, la Syrie, le Vénézuela.
      La Corée du Nord mène son petit bonhomme de chemin, plus elle se renforce plus les marges de négociation de la Corée du sud face à l’Empire du chaos s’agrandit. Plus Kim développe sa puissance puis Moon a de la marge pour pousser les cowboys dehors et aller vers la réunification petit pas par petit pas sans passer par la case destruction. Kim est parfaitement conscient du fait qu’ayant une frontière commune avec et la Chine et la Russie jamais ces dernières n’accepteront que les cowboys dégainent leur révolver en se contentant de les regarder faire. Kim est tranquille. Kim aurait-il pu faire tout ce qu’il fait s’il n’avait pas le soutien au moins implicite de la Chine et de la Russie ?
      La chine qui a ses intérêts au Vénézuela renforce ses liens avec l’Iran bombe le torse et annonce qu’elle rendra coup pour coup, pendant ce temps la Russie parle de base à Cuba et renforce en Syrie sa coopération avec l’Iran qui envoie ses cinq petits pions se ballader sous la moustache de l’oncle Sam alors que le projecteur s’est déplacé sur le Vénézuela, c’est-à-dire dans le lac de l’Empire . Ce n’est pas rien que le projecteur soit aux pieds de l’Empire et que le le jeu ne se déroule pas selon ses règles et les acteurs qu’elle aurait choisis. Le coup de l’Iran me semble être un coup génial. Dans le golfe persique , il y a des pièces de choix à frapper. Même si le Venezuela a certes besoin d’essence , ce n’est pas la quantité qui compte ici, c’est l’acte en soi. L’Iran sous sanction envoie 5 navires au Vénézuela sous sanction. L’iran par cet acte déconstruit l’autorité de l’Empire du bloc où le soleil se meurt , elle lui prouve le dicton : l’autorité , c’est pas de l’or; plus elle se montre plus elle se rouille.

          1. Pour mémoire, 1 litre d’essence n’a pas la même densité que l’eau. Vous n’avez jamais remarqué que l’huile flottait sur l’eau ni que l’essence irise l’eau. Donc Masse volumique 680 à 790 kg·m-3 (15 °C). En indiquant 187000 tonnes, cela donne une masse volumique de 784g/l, je suis dans les clous, zone haute de la fourchette.

        1. A cela, il faudra retrancher le poids de carburant cramé par les bateaux et avions, mis en « protection ».

          Encore une belle opération de com !
          Les Iraniens assurent !
          Les ricains sont fichus !
          Houuuuu, on est encore passé à 2 doigts de l’apocalypse nucléaire pour 2 gouttes de pétrole !

          1. Ces pétroliers transportent pour l’essentiel du carburant léger de type essence car Caracas était à sec. Le carburant pour les navires de guerre (hors OTAN) est du fioul lourd, bien soufré, qui est quasiment un résidu de raffinerie t je ne crois pas que cramer du fioul lourd alourdisse le problème actuel. par contre et en accord avec vous, le kérozène consommé par les avions de protection est bien plus gênant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :