Publicités

Non, ce n’est pas Benghazi en Cyrénaïque mais à Houston, Texas. La révolte américaine est un double débordement: D’abord, une extension de la lutte souterraine et tenace déchirant des factions de l’Etat profond US, lutte à laquelle se sont joint les cercles dirigeants d’autres pays alliés. C’est aussi l’expression d’un ras-le-bol d’une société disloquée, divisée et profondément inégalitaire, terrain de jeu d’un nombre infini d’expérimentations et de manipulations pour préserver le privilège des élites.

La manipulation y est à plein régime. Les fameux hommes vêtus de noir ou de capuches mènent la casse et orientent le pillage. Ce ne sont pas des manifestants mais des groupes organisés, structurés, agissant selon un agenda bien établi et toujours déguisés. Leur objectif apparent est de semer le chaos.

Ces groupes ne sont pas neutres. Ils appartiennent à une faction du pouvoir US. La célérité avec laquelle la devanture de la chaîne de propagande CNN à été remise en état à Atlanta en dit long sur les véritables instigateurs des troubles sociaux aux États-Unis. Ce n’est pas le cas des biens et des commerces du reste de la population. Comme en Libye, en Syrie ou en Ukraine, des agents masqués orientent la violence ou l’exacerbent. Ces agents provocateurs sont derrière les antifa, sont parmi ce que l’on appelle les suprémacistes aryens, sont aux côtés des organisations noires, collectent du renseignement pour des agences fédérales et certains de ses membres sont envoyés pour organiser et financer les organisations islamistes au Moyen-Orient ou radicales en Ukraine et en Géorgie et partout ailleurs en Eurasie. Ce sont les chiens de l’enfer. Les chiens des élites dominantes tapies dans l’ombre.

C’est l’Etat totalitaire créé par la dynastie corrompue et criminelle des Bush et le criminel de guerre Obama et Biden. Presque deux décennies de guerres injustes contre des pays désarmés et très pauvres, une croissance économique au ralenti en dépit du trafic de stupéfiants organisé par des centaines de sociétés écran de la CIA en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie, une hausse scandaleuse de l’assurance santé, des dizaines de fusillades et de tueries de masse exploités par des médias aux ordres, l’exacerbation des relations entre les minorités et la division à l’infini de la société par l’invention de nouvelles catégories, la division ou plutôt la guerre contre la famille, contre l’homme, contre toute relation sociale saine et pour couronner ce chef d’œuvre du chaos, la création de Daech ou l’Etat Islamique EI ou IS pour continuer la grosse supercherie de la guerre sans fin contre le pseudo-terrorisme, un fonds de commerce sans fin pour les élites et un justificatif à la fois pour les colonies en Palestine et quand l’opinion occidentale commença à se réveiller un peu, la création des ANTIFA et des casseurs, suivant le modèle des agents ayant infiltré depuis longtemps les cercles de l’extrême droite européenne.

C’est une guerre. Une véritable guerre. Ce qui se passe aux États-Unis nous concerne tous parce que nous avons subi nous mêmes les répercussions de cette lutte à mort entre les factions de l’empire. Ils nous ont tous confinés sous un très fallacieux prétexte basé sur une grossière manipulation autour d’un vecteur biologique ayant roulé les meilleurs médecins au monde dans la farine. L’opération de guerre psychologique COVID-19 fait partie integrante de la guerre mondiale en cours et s’inscrit dans le sillage des révolutions colorées, du Printemps Arabe et des grandes manipulations de type 11 septembre. Elle constituent surtout un épisode paroxystique de la lutte entre deux factions mondiales.

Des Antifa de la CIA entraînant des séparatistes des YPG en Syrie

L’un des objectifs de cette guerre est la destitution, la démission ou l’élimination de Donald Trump, des options prioritaires après l’épisode Epstein et la mise à nu de l’extrême corruption et la perversion sans limites des élites dirigeantes. L’opération COVID-19 est un échec complet et remet en cause la pertinence de la médecine actuelle, un sujet qu’il faudra aborder avec courage dans l’avenir, il restait le terreau fertile des fractures sociales aux États-Unis, un pays socialement détruit par l’ultra-libéralisme ou plutôt la prédation économique, la violence et le racisme.

En désignant les Antifa comme une organisation terroriste non domestique et donc mondiale, l’administration Trump prend un risque majeur car les Antifa n’est pas une organisation centralisée ou nationale, c’est une nébuleuse de groupes sans véritable leaders financés par de puissants mécènes cachés. Il n’y a pas que le milliardaire hongrois Soros qui finance lz casse mais il s’agit de dizaines d’auto-proclamés philanthropes, tous milliardaires et adhérant sans réserve au Sionisme international. Ce sont les mêmes financiers du Likoud qui donnent des fonds aux Antifa sous le label de l’extrême-gauche tout en finançant les partis de l’extrême-droite. C’est une stratégie aussi vieille que celle ayant déterminé en coulisse la bataille de Waterloo en 1815.

Tout cela ne justifie en rien l’extrême violence multiformes que subissent les populations afro-Americaines ou encore la violence disproportionnée de certains éléments de la police souffrant de graves troubles psychiatriques et de pulsions criminelles. Le recrutement de vétérans ayant commis de très graves crimes de guerre contre des civils en Afghanistan, en Irak et ailleurs a aggravé le phénomène de la violence policière aux États-Unis. La colère populaire légitime contre cette violence policière est actuellement exploitée par l’Etat profond US et ses bras armés pour emporter la lutte et rétablir leur pouvoir totalitaire au langage contrôlé. Donald Trump a beau avoir fait des courbettes à ne plus en finir à Israël et ses soutiens, menacer le Venezuela et l’Iran, critiquer en permanence la Chine en la désignant comme l’ennemi à abattre, cela ne lui épargnera pas une guerre civile en plein Washington D.C. et jusqu’aux rives du Potomac. Ce scénario est d’autant plus plausible que le clivage qui s’est créé entre la base électorale de Trump et ses adversaire revêt une dimension idéologique plus marquée que l’hostilité entre les Nazis et les Soviétiques durant la seconde guerre mondiale.

Dans un monde ou le chômage de masse sera la norme pour très longtemps, le mercenariat est une valeur sûre et montante.

L’opération du COVID-19 est une grosse supercherie qui ne dupe plus personne. La manipulation a atteint un niveau extrêmement élevé. Nous avons tous été manipulés par des statistiques sur un nouveau virus de la famille des Coronaviridae et par dessus tout une présentation orientée de statistiques relatives à la mort que les sociétés occidentales ont complètement décidé d’ignorer. Le COVID-19 n’est qu’une séquelle du Grand Jeu en cours. Ce Grand Jeu qui a été déraillé en Syrie ou au Levant.

En 2021, tout porte à croire que cette guerre mondiale hybride de haut vol continuera avec d’autres innovations impliquant des attaques cybernétiques visant les réseaux électriques nationaux ou transnationaux, l’interruption du réseau internet ou le lancement d’autres attaques biologiques et chimiques. Ce qui est certain pour le moment est que la reprise des essais nucléaires par les États Unis est inévitable, mettant fin à un moratoire et au dernier dispositif du désarmement nucléaire. Mais ce sera trop tard car la Chine et la Russie ont saisi le degré de la menace inhérente à la chute de l’empire decidée par des élites sans nom et se préparent au pire des scénario possibles.

Comme dans toute guerre, les populations seront les seules à souffrir d’un basculement inédit de l’axe du monde.

Publicités

19 thoughts on “Requiem pour un empire

  1. Bonjour,
    J’ai déjà vu des analyses de votre part bien plus fine et intéressante que ce film développer à la va vite remplie de contradictions et d’analyses vite faites.
    « Donald Trump a beau avoir fait des courbettes à ne plus en finir à Israël et ses soutiens, menacer le Venezuela et l’Iran, critiquer en permanence la Chine en la désignant comme l’ennemi à abattre… »
    Trump n’a déclaré aucune guerre, Trump ne contrôle pas l’OTAN, Trump ne soutient pas Israël, etc…

      1. ce qui tendrait à croire que nicolas bonnal est l’heureux propriétaire du blob nicolasbonnal.wd…
        fichtre !toujours se souvenir de cet adage concernant les pubs : s’il n’y a pas de prix c’est que c’est toi le produit… 😉

  2. Merci S51 pour cette analyse qui permets d’aborder la réalité sous un grand angle. Je l’ai traduit en coréen pour mes amis FB qui se noient dans la peur et le sensationel des médias. L’invention de la television me paraît beaucoup plus diabolique que tout ce qu’on a pu imaginer auparavant… Merci pour ce cri de coeur.

  3. Les États-Unis ont été « retournés ». Ce n’est pas l’Amérique en tant que nation, mais ce sont les intérêts privés américains qui ont nourri le développement de la Chine communiste, par des transferts de technologies, des débouchés massifs sur le marché américain, et parallèlement à la création artificielle de la faiblesse économique américaine.
    L’Etat profond US est engagé dans une lutte à mort contre l’administration Trump en raison du refus de ce dernier d’engager les Etats-Unis dans de nouveaux conflits inutiles mais fort lucratifs aux parasites du complexe militaro-industriel.
    Une petite bouteille de germes est tellement moins chère qu’une bombe atomique. Vous pourriez tenir plus de soldats dans votre main que quiconque ne pourrait en commander et vous n’avez pas à les nourrir, à les vêtir ou à leur fournir des munitions.
    Certains êtres humains sont hypnotisés ; ils sont sous le sort du coronavirus, appelé COVID-19, le nouvel épouvantail en forme de « bioarme », sur lequel repose la tromperie et l’endormissement des populations mondiales, mais au delà de quelques temps, ils retrouveront leurs esprits. C’est la constante de tous les systèmes de manipulation de l’information : ils sont éphémères.
    Les conséquences de la tromperie sur une société endommagera gravement toute société jusqu’à son effondrement.
    Or le fait est que les États-Unis sont menacés, détournés par des dirigeants corrompus, des représentants inertes et des institutions dysfonctionnelles. Il lui reste encore les valeurs qui l’ont faite, mais un duel entre les meilleurs à la base et les pires aux commandes rappelle réellement la fin de l’Empire Romain.

  4. urluler avec lélou et bailé avec les mous thons

    C’est bien stratégika51 pour la bonne Anne à Lise

    Alors on va vers le démembrement des USA, de la Russie et de la Chine

  5. La conclusion donne une possibilité. Il y en a d’autres. Il n’est plus besoin de tuer les gens par balle pour diminuer la population les allemands du IIIeme reich l’avait parfaitement compris. le cout de la mort par balle (guerre) est trop élevé.
    le nucleaire ne donne pas non plus toutes satisfaction car cela rend le territoire impropre. le chimque est le plus sur aujourd »hui de mon point de vue pour réaliser une tuerie de masse.
    le covid est à la fois une réussite et un échec. Il a réussit dans sa grande manipulation mondiale mais il a échoué sur le fait qu’il aurait probablement du éliminer plus de monde.
    Parallelement à tout ela, il y a la question monétaire, l’artefact magnifique de gestion du monde celui qui a remplacé dieu depuis l’avenement « des lumières ». Le monde ne peut souffir qu’une monaie régionale gouverne le monde. Il faut donc la remplacer par une monaie sur laquelle aucun pays (politque) ne pourra prendre la main dessus. La chute du dollars au rang de monaie régionale est ineluctable et très proche. (cet axe est écrit depuis l’entre deux guerre) – avant la premiere guerre mondiale il fallait décrocher les monaies de l’or, avec la deuxième creer une monaie de référence-

    Nous avons donc trois axes: une diminution drastique de la population mondiale, l’asservisservissement de ceux qui resteront, un systeme monaitaire géré par une élite innacessible sur le plan politique.
    En tentant de reprendre la main sur la banque centrale américaine Trum a accéléré le troisième axe. En gagnant la maitrise du covid les chinois ont accéléré le premier axe; Le troisième axe arrivera tout seul en son temps.
    – comme dans toute manoeuvre manipulatrice de grande envergure on vous donne à voir celle qui n’a aucune importance au moment où elle est visible, on ne nous parle que du troisième axe-
    L’accélération des deux axes peut générer des guerres mais je pense plutôt qu’il va accélérer la deuxième attaque chimique. Même en contrôlant l’argent, internet (inter communication entre les gens) et tout ce quon veut les élites ne peuvent rien contre une masse++ de gens qui agissent, même de façon plus ou moins désordonnée. Si la révolte (la vraie ) éclate, sur tous les continents ou presque, qui pourra gérer quoi? Même les grandes manipulation auront une prise moindre (sauf à basculer sur un autre plan de raisonnement qui est celui de la magie et de la croyance en un calndrier de la fin des temps). l’axe principal le plus urgent est donc bien de diminuer et affaiblir la population et surtout celle des pays riches, les autres c est déjà fait. La russie n’est pas si dangereuse que ça sur cette hypothèse; la chine en revanche oui. Ce qui en fait la première cible d’une attaque chimique.
    black block, jacquerie, privation, confinement, pour inventer une crise financière et obtenir le prélevement par les banques des milliards qui dorment sur les comptes des particuliers et les assecher pour ne pas qu il persiste une masse d’argent dangereuse. Puis pandémie cette fois réellement mortelle, qui ne surprendra personne, tout le monde y est préparé.
    Le cout (intendance, logistique, humain) réel (donc pas en argent) de tout cela (chimique) est bien plus optimal que de devoir faire tourner des usines d’armement, de former des militaires qui pourront se retourner contre le pouvoir, …
    Enfin, inutile de se balancer des missiles sur la tête, le chimique n’a pas d’identité d’origine.
    Si je suis d’accord sur le fait que plusieurs factions mondiales s’opposent, pour le contrôle du monde je suis convaincu qu’il y a une « couche  » supérieure, sans identité, sans patrie, qui n’ont pour vocation que de diriger le monde (ca marche aussi en version religieuse). Cette faction suprême se fout totalement que les chinois ou les juifs, ou n’importe qui d’autre rip, l’objectif est la gestion mondiale. Elle utilise les luttes vassales (les juifs les chinois et les autres) pour arriver à ses fins, tout le monde se perdant en conjecture pour déterminer d’où vient le coup paris. Futilités que tout cela… la guerre hybride réelle qui se mene est, toujours de mon point de vue pensée à un autre niveau et par d’autres personnes que celles que l’on croise.
    Comme tu disais si bien dans ton article récent S51, et que je dis aussi depuis fort longtemps:
    Tout le monde manipule tout le monde, depuis que le monde est monde, depuis que la terre est ronde …(sur l’air de la chanson de Matmatha)

    1. désolé pour les inversions d’axes dans le texte, mais tout le monde aura compris que l asservissement de la population qui restera arivera en troiseme lieu dans mon raisonnement.

    2. Très bonne analyse S51 et tout ce plan n’a en réalité qu’un seul et ultime objectif pour les sionistes qui le pilotent hâter l’arrivée du faux messie
      Voilà plusieurs siècles qu’ils travaillent dans ce but comme le prouve très bien Youssef Hindi Cf. ses conférences et ses bouquins qu’ils ont commencé depuis le 12ieme siècle leur projet
      2020 et 2021 vont être des années extrêmement tendu et chaotiques quelques soit l’endroit où l’on se trouve sur le globe mais surtout aux US, en GB et en France pays totalement contrôlés par les sionistes et e n’est pas par hasard qu’ils ont jetés leurs dévolu sur ces 3 pays en particulier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :