Stats

  • 6 363 645 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
02/12/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Non, ce n’est pas Benghazi en Cyrénaïque mais à Houston, Texas. La révolte américaine est un double débordement: D’abord, une extension de la lutte souterraine et tenace déchirant des factions de l’Etat profond US, lutte à laquelle se sont joint les cercles dirigeants d’autres pays alliés. C’est aussi l’expression d’un ras-le-bol d’une société disloquée, divisée et profondément inégalitaire, terrain de jeu d’un nombre infini d’expérimentations et de manipulations pour préserver le privilège des élites.

La manipulation y est à plein régime. Les fameux hommes vêtus de noir ou de capuches mènent la casse et orientent le pillage. Ce ne sont pas des manifestants mais des groupes organisés, structurés, agissant selon un agenda bien établi et toujours déguisés. Leur objectif apparent est de semer le chaos.

Ces groupes ne sont pas neutres. Ils appartiennent à une faction du pouvoir US. La célérité avec laquelle la devanture de la chaîne de propagande CNN à été remise en état à Atlanta en dit long sur les véritables instigateurs des troubles sociaux aux États-Unis. Ce n’est pas le cas des biens et des commerces du reste de la population. Comme en Libye, en Syrie ou en Ukraine, des agents masqués orientent la violence ou l’exacerbent. Ces agents provocateurs sont derrière les antifa, sont parmi ce que l’on appelle les suprémacistes aryens, sont aux côtés des organisations noires, collectent du renseignement pour des agences fédérales et certains de ses membres sont envoyés pour organiser et financer les organisations islamistes au Moyen-Orient ou radicales en Ukraine et en Géorgie et partout ailleurs en Eurasie. Ce sont les chiens de l’enfer. Les chiens des élites dominantes tapies dans l’ombre.

C’est l’Etat totalitaire créé par la dynastie corrompue et criminelle des Bush et le criminel de guerre Obama et Biden. Presque deux décennies de guerres injustes contre des pays désarmés et très pauvres, une croissance économique au ralenti en dépit du trafic de stupéfiants organisé par des centaines de sociétés écran de la CIA en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie, une hausse scandaleuse de l’assurance santé, des dizaines de fusillades et de tueries de masse exploités par des médias aux ordres, l’exacerbation des relations entre les minorités et la division à l’infini de la société par l’invention de nouvelles catégories, la division ou plutôt la guerre contre la famille, contre l’homme, contre toute relation sociale saine et pour couronner ce chef d’œuvre du chaos, la création de Daech ou l’Etat Islamique EI ou IS pour continuer la grosse supercherie de la guerre sans fin contre le pseudo-terrorisme, un fonds de commerce sans fin pour les élites et un justificatif à la fois pour les colonies en Palestine et quand l’opinion occidentale commença à se réveiller un peu, la création des ANTIFA et des casseurs, suivant le modèle des agents ayant infiltré depuis longtemps les cercles de l’extrême droite européenne.

C’est une guerre. Une véritable guerre. Ce qui se passe aux États-Unis nous concerne tous parce que nous avons subi nous mêmes les répercussions de cette lutte à mort entre les factions de l’empire. Ils nous ont tous confinés sous un très fallacieux prétexte basé sur une grossière manipulation autour d’un vecteur biologique ayant roulé les meilleurs médecins au monde dans la farine. L’opération de guerre psychologique COVID-19 fait partie integrante de la guerre mondiale en cours et s’inscrit dans le sillage des révolutions colorées, du Printemps Arabe et des grandes manipulations de type 11 septembre. Elle constituent surtout un épisode paroxystique de la lutte entre deux factions mondiales.

Des Antifa de la CIA entraînant des séparatistes des YPG en Syrie

L’un des objectifs de cette guerre est la destitution, la démission ou l’élimination de Donald Trump, des options prioritaires après l’épisode Epstein et la mise à nu de l’extrême corruption et la perversion sans limites des élites dirigeantes. L’opération COVID-19 est un échec complet et remet en cause la pertinence de la médecine actuelle, un sujet qu’il faudra aborder avec courage dans l’avenir, il restait le terreau fertile des fractures sociales aux États-Unis, un pays socialement détruit par l’ultra-libéralisme ou plutôt la prédation économique, la violence et le racisme.

En désignant les Antifa comme une organisation terroriste non domestique et donc mondiale, l’administration Trump prend un risque majeur car les Antifa n’est pas une organisation centralisée ou nationale, c’est une nébuleuse de groupes sans véritable leaders financés par de puissants mécènes cachés. Il n’y a pas que le milliardaire hongrois Soros qui finance lz casse mais il s’agit de dizaines d’auto-proclamés philanthropes, tous milliardaires et adhérant sans réserve au Sionisme international. Ce sont les mêmes financiers du Likoud qui donnent des fonds aux Antifa sous le label de l’extrême-gauche tout en finançant les partis de l’extrême-droite. C’est une stratégie aussi vieille que celle ayant déterminé en coulisse la bataille de Waterloo en 1815.

Tout cela ne justifie en rien l’extrême violence multiformes que subissent les populations afro-Americaines ou encore la violence disproportionnée de certains éléments de la police souffrant de graves troubles psychiatriques et de pulsions criminelles. Le recrutement de vétérans ayant commis de très graves crimes de guerre contre des civils en Afghanistan, en Irak et ailleurs a aggravé le phénomène de la violence policière aux États-Unis. La colère populaire légitime contre cette violence policière est actuellement exploitée par l’Etat profond US et ses bras armés pour emporter la lutte et rétablir leur pouvoir totalitaire au langage contrôlé. Donald Trump a beau avoir fait des courbettes à ne plus en finir à Israël et ses soutiens, menacer le Venezuela et l’Iran, critiquer en permanence la Chine en la désignant comme l’ennemi à abattre, cela ne lui épargnera pas une guerre civile en plein Washington D.C. et jusqu’aux rives du Potomac. Ce scénario est d’autant plus plausible que le clivage qui s’est créé entre la base électorale de Trump et ses adversaire revêt une dimension idéologique plus marquée que l’hostilité entre les Nazis et les Soviétiques durant la seconde guerre mondiale.

Dans un monde ou le chômage de masse sera la norme pour très longtemps, le mercenariat est une valeur sûre et montante.

L’opération du COVID-19 est une grosse supercherie qui ne dupe plus personne. La manipulation a atteint un niveau extrêmement élevé. Nous avons tous été manipulés par des statistiques sur un nouveau virus de la famille des Coronaviridae et par dessus tout une présentation orientée de statistiques relatives à la mort que les sociétés occidentales ont complètement décidé d’ignorer. Le COVID-19 n’est qu’une séquelle du Grand Jeu en cours. Ce Grand Jeu qui a été déraillé en Syrie ou au Levant.

En 2021, tout porte à croire que cette guerre mondiale hybride de haut vol continuera avec d’autres innovations impliquant des attaques cybernétiques visant les réseaux électriques nationaux ou transnationaux, l’interruption du réseau internet ou le lancement d’autres attaques biologiques et chimiques. Ce qui est certain pour le moment est que la reprise des essais nucléaires par les États Unis est inévitable, mettant fin à un moratoire et au dernier dispositif du désarmement nucléaire. Mais ce sera trop tard car la Chine et la Russie ont saisi le degré de la menace inhérente à la chute de l’empire decidée par des élites sans nom et se préparent au pire des scénario possibles.

Comme dans toute guerre, les populations seront les seules à souffrir d’un basculement inédit de l’axe du monde.

%d blogueurs aiment cette page :