Stats

  • 6 335 832 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
24/11/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Ils ont fini par transformer le SARS-nCoV-2 en un virus tueur…Lancement de la seconde vague en Chine

C’est une information encore restreinte mais diverses sources en Chine indiquent que la nouvelle mutation du SARS-nCOV-2, le coronavirus responsable du COVID-19 l’a littéralement transformé. Les premiers cas dépistés à Beijing préoccupent au plus haut point les autorités sanitaires chinoises au point ou plusieurs quartiers de la capitale chinoise sont à nouveau confinés.

La nouvelle souche serait dix fois plus contagieuse pour les humains et est susceptible d’entraîner un décès très peu de temps après l’incubation à la suite de complications affectant le cerveau.

La première crise du COVID-19 fut exploitée dans le cadre d’un PsyOp ou opération de guerre psychologique d’envergure mondiale à des fins géopolitiques complexes impliquant une lutte de pouvoir aux États-Unis mais également un affaiblissement de l’économie chinoise émergente par la suppression d’une partie de la consommation mondiale et la suspension des échanges internationaux. Des gouvernements ont indubitablement exploite le COVID-19 à des fins politiques et de renforcement du contrôle social. La létalité très limitée du vecteur viral n’était toutefois pas assez élevée pour justifier des mesures que même des dictatures n’auraient osé prendre. D’ailleurs, l’échec de la PsyOp COVID-19 a convaincu les manipulateurs de l’opinion a passer à autre chose et naturellement c’est le clivage ethnique ou « racial » qui a été privilégié en tant qu’instrument de division sociale à haut potentiel. La stratégie de la division à l’infini est l’un des piliers du maintien au pouvoir des élites financières et c’est naturellement aux États-Unis, pays souffrant depuis longtemps d’un phénomène exacerbé de violences et de bavures policières qu’un incident servit de déclencheur de la manipulation de masse post-COVID-19  dans sa première version. Le créneau choisi ne le fut point au hasard puisque les questions raciales et les clivages ethniques et confessionnels sont plus prévalents en Europe et en Amérique du Nord que dans certains pays du Moyen-Orient où ils ont servi a y fomenter des guerres civiles. Les questions liées à l’immigration, le déclin intellectuel total et la perte des repères socioculturels en Occident ont aggravé non seulement la  xénophobie mais ont fait adhéré des masses de personnes aliénées à des mythes ethnocentrés ou à des visions du monde caricaturées n’ayant aucun lien avec le réel ni avec l’histoire invariablement déformée.

Or, revoilà maintenant la seconde vague de ce maudit COVID-19 qui vient de commencer en Chine, à Beijing cette fois. Cela veut dire qu’un reconfinement, peut-être bien plus drastique que le premier, n’est pas à écarter d’ici septembre-octobre 2020. Cela veut dire aussi que le secteur de l’aviation commerciale ne se relèvera pas cette année et ce n’est pas un hasard si des analystes chinois soulignent la coïncidence de cet effondrement avec la montée en puissance de constructeurs d’avions de transport civil menaçant directement le duopole Boeing-Airbus. Ceci n’est toutefois qu’un point de détail vu l’immensité de la manipulation et le degré de sophistication nihilistes des elites et dont l’extraordinaire capacité de nuisance est difficile à imaginer (le tremblement de Donald Trump lors de son dernier entretien n’est pas anodin). C’est une hydre à têtes multiples dont les tentacules s’étendent au monde entier. Elle se superpose à toutes les fausses divisions mentales aliénant les humains dans des cages à superstitions émanant d’anciens cultes comme le nationalisme et transcende toute forme d’appartenance basée sur des croyances inculquées par les systèmes de formatage (enseignement, information, propagande) mis en place selon un référentiel en apparence multiple mais dont le fond est unique et vise à l’asservissement de l’humain.

Nous évoluons donc vers une nouvelle variante plus élaborée de la guerre mondiale hybride en cours. Les anciens paradigmes de la guerre mondiale sont totalement inopérants dans un monde où la population mondiale va très bientôt atteindre les huit milliards d’habitants. Les notions de front et de ligne de défense y sont et totalement obsolètes et inefficaces. Il fallait amuser les tribunes et c’est toujours le rôle assignés aux médias système. Le concept de guerre sans fin contre le terrorisme (il doit être breveté quelque part) a servi entre 1998 et 2011 à enrichir les élites mais à faire croire a l’ubiquité d’un front virtuel s’étendant jusque dans la vie quotidienne morne des individus que l’ont tente de maintenir dans la peur par des faits divers. C’était l’objectif apparent des pseudo attentats menés par des individus isolés, souffrant la plupart du temps de troubles psychiatriques graves, parfois induits par une tierce partie a des fins de contrôle avant de l’orienter à passe à l’acte. Cet acte était directement imputé via une allégeance fictive à une organisation ou plutôt nébuleuse terroriste financée et contrôlée par les services spéciaux dans le cadre de conflits externes visant un changement de régime dans des pays tiers classés comme hostiles aux intérêts des élites financières transnationales. Ce ministère de la peur ne pouvait durer puisque le Printemps Arabe puis les guerres de Libye et de Syrie dévoileront la stratégie de la terreur utilisée par des élites n’ayant aucune sorte de scrupule à manipuler des opinions et a détruire des pays entiers pour atteindre leurs objectifs privés en les diluant dans des objectifs stratégiques nationaux des pays qu’ils contrôlent afin de satisfaire le prestige perçu  et l’ego des populations qui s’identifient avec le pays où elles sont confinées. La chute de ce paradigme est due en partie à l’action de puissance émergentes comme la Russie et son implication directe au Levant, ce qui entraîna la stagnation de tous les fronts. L’effondrement de l’économie mondiale en partie due aux pratiques fort douteuses des marchés et par dessus tout les manipulateurs des marchés devait être maquillée en une crise d’une autre nature et si possible par une guerre de grande envergure. Dans un monde où l’ignorance est devenue la norme en raison de l’overflow ou saturation  de l’information et les réseaux sociaux nourrissant les plus mauvaises inclinations humaines, l’émergence d’une crise sanitaire peu létale ne suffisait pas. Il fallait créer un motif d’émeute mais cela ne prend pas. Au final il y a autant de gens de n’importe quel bord qui ont du bon sens et qui sentent que ce qui ce passe est une manipulation grossière et flagrante. Le bon sens est ce qui fait peur le plus aux élites et c’est la raison pour laquelle ils font tout ce qui est possible en leur pouvoir pour l’abolir en décrétant des choses de plus en plus illogiques et en contradiction avec la nature. Quoi de mieux qu’un virus pour réduire les derniers éveillés et les enfermer?

Les semaines à venir ne seront pas de tout repos. L’agitation autour de thèmes ethniques n’est que passagère, un entracte, pour mieux cacher la nouvelle vague.

Vous êtes prévenus…

%d blogueurs aiment cette page :