Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Ce qui est remarquable dans les bastonnades ayant opposé des militaires chinois et indiens sur un point de la ligne de contrôle LoC au Ladakh dans les Himalayas, est qu’aucun document photographique ou vidéo n’a pu être pris sur place. Un exploit quand on sait que les militaires des deux premières puissances démographiques et nucléaires engagés dans un étrange face-à-face disposent des meilleurs smartphones des marques montantes Samsung, Oppo, Xiaomi, Huawei, OnePlus, Blackview, Ulefone, Realme et une dizaine d’autres moins connues.

Indubitablement, des consignes strictes ont été données de part et d’autres. Aucun coup de feu. Les soldats chinois et indiens ont mis leurs armes à feu et les baillonettes de côté et ont échangé une pluie de pierres et un déluge de coups de bâton. Un premier bilan officiel côté indien parle de la mort d’un colonel et de vingt-deux soldats à l’issue de cette castagne que l’on devine comme mémorable. Côté chinois, un extrait du Global Times évoque des pertes humaines des deux côtés sans en préciser les détails. Ce qui est certain est que la mêlée générale ayant suivi la pluie de pierres a du être “solide” et c’est le moins que l’on puisse dire.

En réalité, même si la tension géostratégique sino-indienne ne cesse de croître, la situation est sous contrôle. Les vieux contentieux frontaliers ne sont pas susceptibles d’aboutir à un conflit et ce fait semble faire consensus aussi bien à Beijing qu’à New Delhi. C’est plus le rapprochement spectaculaire entre la Chine et le Pakistan, le rival géostratégique de l’Inde, qui semble motiver l’alignement du régime extrémiste de Modi sur les thèses néo-conservatrices de l’État profond US et Israël.

Cette bastonnade meurtrière entre militaires indiens et chinois n’est pas la premiere. Cela fait des semaines que les médias indiens sont pris d’une frénésie guerrière et belliciste à l’égard de la Chine. A l’inverse, les médias chinois se montrent très peu prolixes et évoquent à peine un sujet qui n’emballe guère l’opinion publique chinoise. Une première bastonnade a visé des gardes frontières chinois avant d’être suivie d’autres bien plus musclées impliquant la capture de prisonniers. Les chinois ont laissé faire avant d’adopter une stratégie assez curieuse. Les unités engagées ont été rappelées à l’arrière pour être remplacées par des unités ad-hoc composées de “boxeurs” et de lutteurs professionnels. L’empreinte de l’école de Shaolin dans la dernière mêlée est assez claire. Habitués à avoir le dessus lors des combats au corps à corps individuels, les soldats indiens ont été surpris cette fois par des lutteurs chinois spécialisés dans le combat au bâton et à mains nues. C’est une forme de stratégie subtile mais redoutablement efficace. Les deux pays disposent de la panoplie complète des armes modernes mais préfèrent recourir à la mêlée, laissant aux commandants des unités opérationnelles une marge de négociation sur place. A un niveau plus élevé, un dialogue diplomatique est en cours. La Chine ne veut pas. D’un encerclement stratégique complet au moyen d’un collier de points chauds ou de tension. L’étau est réel et s’étend suivant le mouvement d’une horloge de la péninsule coréenne à la mer de Chine méridionale, Hong Kong, le plateau du Tibet, les Himalayas et la province occidentale du Xinjiang. De son côté, l’Inde ne cache plus son alignement de plus en plus flagrant avec les factions les plus bellicistes de l’empire. L’épithète de plus grande démocratie du monde cache mal un pays dirigée par une caste ultra-violente, sectaire et aux visées très expansionnistes (tous azimuts). C’est les services spéciaux indiens qui alimentent la rébellion au Baloutchistan, province à cheval entre le Pakistan et l’Iran sous prétexte de faire échec à la nouvelle initiative économique chinoise. C’est encore New Delhi qui complique au plus haut niveau le conflit du Cachemire et joue un rôle déstabilisateur en Afghanistan. Cette politique risque d’être inopérante face à la Chine. Le potentiel de risque dans ce type de confrontation est simplement beaucoup trop élevé pour être pris à la légère. Il y a toujours un moyen de résolution des conflits frontaliers et la confrontation est le moyen le moins efficace. La dernière bastonnade d’enfer entre des militaires volontairement désarmés en est une preuve. On observera au passage une sorte de finesse asiatique que l’on retrouve nulle part ailleurs. Les deux protagonistes se sont battus sans armes. Un exemple qui ne risque pas de se reproduire ailleurs.

17 thoughts on “Tension frontalière sino-indienne: une bastonnade meurtrière dans les Himalayas

  1. Le style de lutte des indiens se rapproche de la lutte libre ou greco-romaine, spécialisée pour le combat au sol. En face de kung-fu fighters, cela doit les changer genre choc culturel.

    Pour S51, je vous suggère de lire Opération Serval par le général Bernard Barrera, cela vous rappellera des souvenirs 🙂

  2. il existe une vaste zone dans ces montagnes et ou les forces armées indienne et chinoises ainsi que d’autres forces ne sont pas autorisé
    à dépasser la ligne rouge et les chinois comme les indiens et surement d’autres voient des objets volants .
    comme sur le continent antarctique , ligne rouge à ne pas franchir et meme genre d’ objet vu , d’ou le terme ovni et osni .
    cela fait se souvenir du plateau d’albion et quand les silos s’ouvraient pour test de tir , alors apparaissaient un ou des ovnis .

    1. @ Michel Dakar: après vérification, il s’avère que le gérant du site russe avec qui vous avez eu un petit accroc est une figure du Rassemblement National (RN), un parti français et que son objectif déclaré est de pousser à la guerre civile, de préférence communautaire, en France.
      Un classique.

      1. Tout ça fait les affaires de Micron. Qui ne demande pas mieux de retrouver la présidente du faux parti d’opposition RN pour sa réélection.
        Un classique.

      2. Je suis content bien content de pouvoir continuer à croire dans l’Empire russe.

        La nouvelle cathédrale des armées est magnifique.

        Pour moi qui suis architecte, elle tient du croisement entre les ancien restoroutes qui enjambaient les autoroutes vers les années 1970, et le nouveau Musée d’Histoire naturelle de Paris (la galerie de l’évolution). Il fallait y penser. C’est beau comme un Mac Do sur la planète Mars. Et filmé par drone en plus.

        Que se passe-t-il ?

        Pourquoi n’y a t-il pas de suites aux cinéastes Jia Zhang-Ke et Andreï Zviaguintsev (respectivement A Touch of sin – 2013 et Léviathan-2014 ?

        Bon, j’ai contacté l’Ambassade de Suède, pour la suite du site refuge et compte bien leur faire aussi péter les plombs.

        Je ne fais pas de favoritisme, c’est de cette manière qu’au sein de ma petite tribut animale (3 boucs, 2 chèvres et un bélier), tout le monde est heureux.

        Votre dévoué

        Michel Dakar

        1. La suite :

          Pourquoi avoir coupé le sifflet à ce superbe site qui faisait découvrir de si intéressantes choses. Il y avait matière à réflexion (ces vidéos d’incendie de mosquées la nuit entre autres).

          Cette petite histoire a eu au moins l’avantage de me faire prendre conscience de la totale nuisance de toute censure.

          Comme pour la mosaïque de la cathédrale des armées russes, pourquoi l’avoir fait enlever ?

          La vue de Monsieur Vlad, des chefs des services secrets, au milieu des anges et des saints à la tête dorée, cela devait être génial. Il fallait assumer.

          De Michel Dakar, expert de déraillement tout système.

          1. Suite et fin :

            Faut remettre la mosaïque et le site tvs24 comme il était avant.

            Assez de censure et pire d’auto censure

            Michel Dakar

          2. Ce n’est qu’un site perdu parmi tant d’autres. La censure, ce n’est pas bien grave. En France nous avons des gens à qui l’on refuse des soins sous des prétextes fallacieux parce que l’on est adepte d’une certaine idéologie nauséabonde, c’est bien plus grave…

  3. J’ai adoré ce passage :
    ” Les chinois ont laissé faire avant d’adopter une stratégie assez curieuse. Les unités engagées ont été rappelées à l’arrière pour être remplacées par des unités ad-hoc composées de « boxeurs » et de lutteurs professionnels. L’empreinte de l’école de Shaolin dans la dernière mêlée est assez claire. Habitués à avoir le dessus lors des combats au corps à corps individuels, les soldats indiens ont été surpris cette fois par des lutteurs chinois spécialisés dans le combat au bâton et à mains nues. C’est une forme de stratégie subtile mais redoutablement efficace. “

  4. Il m’est impossible d’ouvrir cet article, sans utiliser de VPN bizarre!

    1. Nous sommes accusés encore une fois de violation grave de la charte d’utilisation.

      Toute publication évoquant le Yémen ou la Chine provoque cette alerte.

      Qu’en serait-il si nous évoquions les sujets qui fâchent?

      1. “Qu’en serait-il si nous évoquions les sujets qui fâchent?” Je crois que tu te retrouverais a Vincennes!

  5. Sincèrement, je souhaite de tout cœur, que la Chine, mettent une grosse correction à l’inde.
    Les maradjas vont apprendre à leurs dépend qu’il ne faut pas titillé les chinois.
    La Chine fera de l’inde une bouchée.

    1. c’est sur que c’est autre chose que de brûler vif des familles musulmane sans défense dans le gujarat en 2002 lorsque le modi premier sinistre indien diriger cet état

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :