Mali: IBK et son régime très impopulaire dégagé par les militaires

mali2_01.jpg
Source: Dakaractu

Deux semaines après le soutien affiché et bruyant de la France en faveur de la continuité du régime corrompu et très impopulaire du désormais ex-Président Ibrahim Boubacar Keita ou IBK, une mutinerie militaire suivie d’un putsch a dégagé les principaux pontes du régime tout en appelant au soutien des “partenaires internationaux” et à l’attachement aux principes des Accords d’Alger.

Cette issue était inévitable et il n’y avait que Berlin, Paris et Washington qui maintenaient coûte que coûte un régime très corrompu et totalement inefficace sur fond d’une aggravation inédite de la situation sécuritaire.

Les dernières élections présidentielles ont été arrangées par des conseilleurs étrangers qui voulaient maintenir IBK pour un autre mandat. Le gouvernement français craint une élection libre au Mali qui verrait invariablement la victoire d’un des chefs religieux traditionnels très populaires dans le pays. Un scénario cauchemardesque pour Paris. Le Mali est l’un des principaux producteurs d’or dans le monde mais subit de très nombreuses ingérences externes qui le maintiennent dans un état d’extrême pauvreté.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

13 Commentaires

  • PARTITION PROGRAMMÉE DU MALI : LA DGSE DÉBOUT SUR LES REMPARTS !

    Posté le 17/08/2020

    Dans le Rapport final de 40 pages du Groupe d’experts créé par la résolution 2374 (2017) du Conseil de sécurité sur le Mali et renouvelée en application de la résolution 2484 (2019), remis à l’Organisation des Nations Unies (ONU) le 7 août dernier, les experts accusent de hauts gradés de l’armée d’entraver la mise en œuvre de l’Accord de paix et de la réconciliation issu du processus d’Alger, signé le 15 mai 2015 à Bamako entre l’Etat malien et les groupes armés, sans l’aval du peuple malien. Pire ce rapport incrimine le patron des services de renseignements, le Général Moussa Diawara de la fragmentation de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et le confond dans une mystérieuse histoire de pognon avec le supposé trafiquant de drogue l’honorable Ould Mataly. La manipulation faite de ce rapport confidentiel par le média d’État français prouve à suffisance que, les Nations Unies et la France sont entrain d’échouer dans leur plan de la partition programmée du Mali et que la DGSE malienne est debout sur les remparts pour l’unité nationale et la réunification de la patrie. Les raisons…

    Pourquoi RFI, une radio au service de l’Etat français s’acharne contre les Généraux Diawara et Kéba Sangaré ? Cette question mérite une réponse. De quoi s’agit-il ? La Radio France Internationale(RFI) a annoncé le samedi dernier que le Directeur de la Sécurité d’État du Mali et son adjoint le colonel Ibrahima Sanogo bloquent la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation et qu’ils recevraient mensuellement des dividendes du trafic de drogue des mains de l’honorable Mohamed Ould Mataly (sous sanctions de l’ONU) pour lui assurer une protection de ses affaires. Cette affaire a fait grand bruit. Après analyse et recoupement, la fuite de ce rapport est l’œuvre d’un ancien Premier ministre malien qui a servi à des postes stratégiques du pays aujourd’hui en disgrâce avec Koulouba en quête des faveurs de la métropole en lui filant des secrets d’Etat. Par ailleurs, l’objectif de cette cabale médiatique n’est ni plus, ni moins que d’affaiblir l’Etat malien déjà à terre, sapé le moral des troupes en renforçant l’ennemi pour la division du pays. Dans ce cas d’espèces sur le plan géopolitique et géostratégique, on peut aimer le Général Moussa Diawara ou le haïr pour ses frasques, mais, il faut reconnaitre qu’il tient le bon bout et la logique veut qu’il soit soutenu et protégé en cette phase cruciale de l’histoire de notre pays contre les prédateurs onusiens et français qui attendent des bons moments pour tirer sur leur cible. Pour la simple raison, que son jeu trouble arrange le Mali d’aujourd’hui.

    Primo ce qu’on lui reproche, au compte de l’Armée reconstituée, le quota de un tiers prévu dans l’accord entre la CMA, la plateforme et l’armée n’est pas applicable sur le terrain. Selon le rapport sur les 3000 combattants qui devraient intégrer les unités de l’armée reconstituée, seuls 1330 l’ont été. Les unités doivent être constituées sur le principe du 1/3 pour chaque partie (CMA, Plateforme et FAMA). Les FAMA insistent néanmoins que le commandement des unités lui revienne de droit, chose qui cause un blocage. La CMA a refusé l’accès de la 3ème compagnie à Kidal parce qu’elle revendiquait son commandement, chose inacceptable de la part de l’Etat. Autre difficulté de l’accord, l’article 21 de l’Accord, qui stipule que les forces reconstituées seront redéployé dans les régions du nord. Dans ce cas, ça ne sera plus une armée républicaine mais plutôt une milice, raison de plus pour que nos autorités trainent les pieds en attendant une seconde relecture des textes car l’Accord d’Alger n’est pas accepté en réalité par le peuple malien et n’est pas l’émanation du parlement malien mais plutôt du seul fait d’un Président sous pression de la communauté internationale. Sinon comment peut-on confier le commandement d’une armée reconstituée à des déserteurs ou des ex rebelles ? Voici le tort du Général Moussa Diawara accusé de torpiller la mise en œuvre de l’accord d’Alger et qui risque des sanctions de l’ONU parce qu’il veut sauver son pays de la division. Toute chose qui sous entend que le Général Diawara est un patriote.

    Secundo : Collusion entre groupes armés et groupes terroristes et la fragmentation de la CMA issue du MNLA pro français qui avait pris les armes pour la partition du Mali avant d’être chassé par des Islamistes. A en croire les experts de l’ONU, la participation de la CMA aux côtés de JNIM pour combattre l’EIGS dans la zone des trois frontières, du MAA (plateforme) aux cotés de JNIM contre les FAMA à Tarkint (Mars 2020) et Bamba. Un jeu qui donne de la migraine aux forces d’occupation mais, il est stratégique et nationaliste.

    Diawara est dans son rôle…

    Le général Moussa Diawara est devenu depuis 2017, selon le rapport de l’ONU, la courroie de transmission entre l’Etat et les groupes armés. Il est l’artisan de la stratégie du Gouvernement pour le ralentissement de la mise en œuvre de l’Accord de paix. Ceci passe par la manipulation des listes de combattants à intégrer dans l’armée et la déstabilisation des groupes armés en encourageant des divisions et créant de nouveaux groupes et tendances. On peut dire dans ce cas que les services de renseignements marchent bien dans une situation de multitude d’acteurs qui occupent notre pays pour des raisons d’ordre stratégiques et de positionnement dont les maliens ignorent leur rôle (MINUSMA, UA, BARKHANE…). Cette diversion du Général Diawara et ses hommes profite au Mali.

    L’incohérence du rapport…

    Les experts onusiens balancent : « Diawara et son adjoint, le colonel Ibrahima Sanogo recevaient au moins jusqu’en juillet 2018, un payement mensuel du trafiquant et député à l’Assemblée, l’honorable Mohamed Ould Mataly (sous sanctions de l’ONU) pour lui assurer une protection de ses affaires. » En ce qui concerne cet arabe bon teint, Mohamed Ould Mataly est un patriote convaincu qui s’occupe de son business au nord du pays, très écouté et respecté. Il est un soutien de taille pour l’Etat malien, car leur revendication n’a rien de territoriale, il ne demande que la liberté de circuler et de faire leur commerce et aider sa communauté en tant que élu national. Et il n’est pas sans savoir que les services de renseignement du Mali sont dotés d’un budget annuel qui frôle les 40 milliards de nos francs, donc son patron est l’abri des besoins dans la mesure que le même rapport indique, que la Direction générale de la sécurité d’État du Mali, qui est en charge de la stratégie de manipulation des groupes armés, des aspects politiques et financiers de sa mise en œuvre et du traitement des personnes clés en tant que sources d’informations privilégiées ou agents de l’État agissant en son nom. Donc, il y a incohérence. Dans la mesure que la SE peut acheter des éléments de la CMA et autres groupes armés pour les mettre au service du Mali est loin d’être un narcotrafiquant mais plutôt un manager en sécurité. Donc, l’Honorable, Ould Mataly est une pièce maîtresse de l’unité du pays et un acteur incontournable pour la crise septentrionale d’où l’acharnement de la France et les sanctions à son encontre, le peuple doit le savoir.

    Selon nos informations le tort de Général Moussa Diawara serait d’être distant de la France dans ses rapports et dans son rôle d’antichambre de l’Etat et le fait qu’il soit conseillé par le Kremlin pour ses prises de décision selon les indiscrétions, ce flair nationaliste et de ruse irritent la sensibilité de la France qui se croit dans son pré carré, d’où son acharnement vorace contre le patron des services de renseignement malien qui bénéficie de la confiance du Président IBK et de ses compatriotes.

    S’agissant du cas de Général Kéba Sangaré, ex chef d’état major de l’armée de terre et commandant du quartier général des forces conjointes pour les opérations dans la région centre, le meurtre de 35 civils du 14 février 2020 à Ogossagou 2, a été la cause de son limogeage pour faute grave.

    Cette sortie prématurée de nos confrères de RFI est un pétard mouillé entre les mains de ses commanditaires et prouve que Moussa Diawara et ses hommes veillent au grain.

    https://universelmedias.fr/partition-programmee-du-mali-la-dgse-debout-sur-les-remparts/afrique/

  • les Turcs ont ils vraiment un coup a jouer au Mali :

    Les conséquences en cascade que pourrait avoir le coup d’Etat au Mali
    par artofuss
    ven. 21 août 2020. –

    Alexandre del Valle – Atlantico

    Quatre jours après le coup d’Etat au Mali qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta, toujours aux mains des militaires putschistes, l’incertitude demeure pour l’avenir du pays. Alexandre del Valle décrypte les conséquences pour la région, pour l’avenir du Mali et pour la présence militaire française. AJOUTER AU CLASSEURLECTURE ZEN200Avec Alexandre Del Valle

    Atlantico.fr : Qui est à l’origine du coup d’Etat qui s’est déroulé au Mali ?
    Alexandre del Valle : Dans l’état actuel des choses, il y a beaucoup de questions mais un de nos correspondants du Multipolar World institute, Drissi Kananbaye, nous a donné quelques précisions sur le coup d’Etat et les militaires qui l’auraient perpétré.

    Le Général Fanta Madi Dembélé, qui pourrait être le cerveau du coup d’Etat, est le gendre de Madame Sy Kadiatou Sow, membre du M5 et militante du Mouvement Démocratique. Le Colonel Goita était celui qui coordonnait les navettes du président IBK entre Koulouba et Sèbénikoro. Très proche de la famille présidentielle. Le Colonel Modibo Koné, très décrié dans la gestion de la crise au centre, était basé à Koro puis à Sévaré. Le Commandant Alpha Yaya Sangaré, soupçonné d’avoir coordonné les opérations de la Forsat lors de la marche du 10 juillet, est l’ex de Maimouna Atch, la deuxième épouse de Karim Kéita et ami de Momo Bagayogo (homme de main de Karim Keïta) et fils du Gal Tiékoro Bagayogo. On le sait très proche du général Diawara de la SE. Son père est un général de police à la retraite. Enfin le Colonel-major Wagué pourrait également être impliqué.

    Quelles conséquences ce coup d’Etat pourrait-il avoir sur l’Europe ?
    Si le nouveau régime qui va être mis en place au Mali n’adopte pas une position clairement anti-islamiste, l’Europe et en particulier la France, pourraient se retrouver exposées à une vraie menace.

    Pour l’instant, dans le chaos de la situation malienne, seules les suppositions sont permises. Pour autant, on peut définir que le principal danger pour les Européens vient du front islamiste (non djihadiste) mené par l’imam Mahmoud Dicko : durant la récente crise, cette figure de l’opposition islamiste anti-occidentale et anti-française formée au salafisme saoudien s’était entretenue avec les cinq chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest venus à Bamako pour appuyer les efforts de la médiation de la Cedeao. A la tête d’une coalition hétéroclite qui mène le plus important mouvement de contestation anti-pouvoir qu’ait connu le Mali depuis le coup d’Etat de 2012, Dicko a semblé vouloir préparer une prise de pouvoir en menant les manifestations de masse anti-régime et en exigeant le départ du président déchu . Précisons que Dicko avait été un soutien du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), et qu’il est devenu, depuis la guerre civile malienne, sa bête noire. Le coup d’Etat est arrivé après que les présidents africains n’ont pas réussi à faire accepter leur plan de sortie de crise – qui ne prévoyait pas le départ d’IBK, pourtant exigé par l’opposition.

    Si aux prochaines élections le Mali passe aux mains des islamistes radicaux menés par Mahmoud Dicko, qui n’est pas sans entretenir des contacts extrêmement positifs avec les djihadistes, ce serait une menace extrêmement grave pour les troupes françaises sur place (plus de 5000 soldats) mais aussi pour le continent européen tout entier.

    Quels avantages la Turquie pourrait-elle tirer de l’instauration d’un régime islamiste au Mali ?
    Pour Erdogan, il s’agit d’une opportunité remarquable d’étendre son influence en Afrique de l’Ouest. Après avoir rallié la Mauritanie à sa cause (régime associé aux Frères Musulmans), le Mali pourrait bien être la prochaine étape. Les Turcs s’implantent déjà au Mali en utilisant des réseaux de formation religieuse et scolaire. Bien que leurs investissements dans le pays soient inférieurs à ceux des Saoudiens depuis une dizaine d’années, leur présence commence à être visible. Dans l’ensemble de l’Afrique musulmane, les Turcs tentent de jouer la carte de l’alternative au « colonisateur européen » en tant que parrain du monde musulman.

    D’un point de vue occidental, voir la Turquie étendre son influence et approfondir ses relations avec les djihadistes ne peut être qu’une mauvaise nouvelle. De ce point de vue, l’indifférence de l’UE à ce qu’il se passe dans cette région du monde, en y laissant seule la France, est une erreur fondamentale.
    source : https://artofuss.blog/2020/08/21/les-consequences-en-cascade-que-pourrait-avoir-le-coup-detat-au-mali/

  • Je souhaiterai compléter le commentaire sur les affaires de ce monde, en liant tous les évènements présents (le Liban, la Biélorussie et bien sûr le Mali) et à venir, à cet excellent article écrit par notre ami Stategika51, intitulé: https://strategika51.org/2020/08/17/et-ils-tentent-de-nous-refaire-le-coup-de-la-syrie-en-bielorussie-lancien-drapeau-exhume-par-les-apprentis-rebelles/
    Tous les critères maastrichtiens ont été pulvérisé (vous savez les fameux critères « gravés dans le marbre », et la non-moins fameuse « règle d’or », aux oubliettes !), la macronie ne devrait pas y survivre, lui le gardien de l’orthodoxie maastrichtienne, le roquet le plus hargneux et le plus farouche gardien des principes européistes, dont les fonctions régaliennes (il ne s’agit, bien entendu, que du respect exclusif de la constitution européenne… et de rien d’autre) et la souveraineté européiste… (?, un non-sens absolu) Il a tout faux comme d’hab. ! Tous ses plans foirent au fur et à mesure que la réalité le rattrape, et lui assène des coups de boutoir plein la tronche ; avec 750 milliards injectés par la BCE et la Bundesbank et Cie, dans les rouages de l’économie financière (même pas réelle), et vu l’ampleur de la crise systémique qui c’est répandue un peu partout dans le monde occidental (sauf en Chine et en Russie, pour les raisons que l’on sait), il va en falloir des milliers de milliards pour essayer d’enrayer la banqueroute finale! ( pour « cessation de paiement ») ils leur restera des “chapelets” de bigs mahousses baratins en chaîne, pour noyer le poisson! (complètement pourri le poiscaille) Je ne vous parle même pas de la dette publique des États, du jamais vu sous le soleil! (même s’il prenait à Trump de faire distribuer des biftons à la place de ses promesses électorales, ce ne serait jamais suffisant… le gouffre est abyssale, la dette publique des États occidentaux, augmentera de 17 000 milliards de dollars cette année – c.-à-d. en 2020 (pour les pays de l’OCDE), et donc de plus de 25% en un an!, et devrait atteindre 127% du PIB. Alors, macron et ses phobies européistes, la règle d’or et les critères rigoristes de Maastricht, sont de douces plaisanteries à côté de la réalité. Remember 2008…, c’est ici et maintenant !
    Lien Internet, pour celles et ceux qui souhaiteraient avoir le programme des futures (pas si futures que ça d’ailleurs) “réjouissances”
    https://lilianeheldkhawam.com/2020/08/19/le-covid-19-a-cree-un-cataclysme-en-chaine-qui-se-soldera-par-un-rencherissement-fiscal/
    PS: merci pour le commentaire daté 19/08/2020 à 1342 (Anonyme)

  • dans la vie il faut connaitre un peu de tout , en ce qui concerne le mali et zone , veuillez lire les ouvrages d’un certain individu et qui était lui meme aventurier et écrivait ces propres souvenirs en afrique , amerique du sud , asie et ailleurs . , l’auteur est : cizia zike , de père albanais légionnaire et de mère grecque .
    comme sahara , oro , parodie et ect…
    en ce qui nous concerne c’est bien , sahara , et la on constate , ce que sont les africains et européeen de la zone , ou corruption , contre bande , trafic en tout genre y passe .
    quoi que , les aventure de théodore monod dans les desert et celle d’henry de monfreid est ce que j’aime , il faut aussi savoir les écrits des autres aventuriers qui dépassent la doxa .
    alors la on voit pourquoi les militaires et autres de leurs semblables sont gros et la population famélique ?!.

  • Le colonel Ismail à très bien évoqué la situation au Mali, ainsi que la décision et le rôle de l’armée dans la situation urgente dans lequel se trouve son pays.
    Les mesures pour sortir le mali, sont accompagnés par une sollicitations adressées à la fois aux organisations internationales africaines, à la France à travers l’opération Barkhane, pour appliquer les accords d’Alger.
    L’accord d’Alger est signé le 15 mai et 20 juin 2015 à Bamako — après des négociations menées à Alger — entre la République du Mali et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA).
    L’armée n’envisage aucunement de s’initier dans les affaires politiques civile.
    Juste à garantir et à aider, à veiller qu’il y ait des élections libres au Mali et démocratique.
    Aussi que l’économie du pays puisse avoir lieu en s’appuyant sur les différentes richesses que possède le sous sol, et dans d’autres domaines qu’offre le pays.
    Pour ma part, j’ai la net impression que les militaires sont sincères.
    Qui attendra verra.
    L’Algérie doit IMPÉRATIVEMENT aider à la stabilité du Mali, par tous les moyens.
    Faute de quoi ERDOGAN va trouver un prétexte pour dire que le Mali est attaché à l’histoire de la Turquie et venir si installé.

    • Il y a déjà un média turc qui est en train d’évoquer la période Ottomane sur les rivages du fleuve Niger. Ça promet!

      • Ces turcs sont aux ordres de l’oncle Sam.
        Erdogan sait qu’il ne peut absolument rien refuser à la maison blanche.
        Sa survie politique et économique de la Turquie en dépendent à 100%
        Économiquement la Turquie va de plus en plus mal.
        Le niveau de vie du peuple turc est à la baisse .
        La livre turque est en dégringolade.
        Le chômage augmente considérablement.
        Erdogan est coincé par les néocons de la maison blanche, il le tienne par le coup et ne peut plus rien leurs refuser.
        L’encerclement de l’Algérie continue !!

  • L'Almoravide

    Bravo aux maliens ! La prochaine étape foutre les soldats français dans des geoles et les nourrir à l’eau et au pain sec pendant quelques années !

  • C’est sûr qu’il y a des doutes concernant leur compétence quand il s’agira de gérer mais force est de constater qu’ils ont été capables de planifier le coup et de le réussir sous l’œil et la crête du coq pavant. Mais le plus dur ce n’est pas forcément la conquête mais la conservation. Vont ils pouvoir tenir face aux assoiffés ? S’ils sont malins ils s’appuieront sur des personnalités civiles pour ce qui est de la gestion du pays et le peuple qu’ils devraient très vite organiser et pourquoi pas armer. En sont-ils capables ? Ont-ils une vision ou est-ce seulement un coup ?

  • Il n’y a pas de hauts fonctionnaires qui tiennent la route seul compte le koutiou koutiou….

  • Cosworth57200

    J’ose espérer que le Mali a des hauts fonctionnaires qui tiennent la route pour assurer les affaires courantes. J’ai les plus grands doutes sur la compétence des militaires pour gérer les ministères autres que défense. Tout le monde se rappelle du défilé des militaires d’un pays d’Afrique noire, à la suite d’un coup d’état,déclinant leur nom, grade et poste ministériel, l’un d’eux oubliant qu’il avait été nommé ministre de l’éducation nationale ou du commerce extérieur et se marrant de cet oubli concernant un sujet dont il ignorait visiblement tout.

    • L'Algérie avance

      Cher jeune gay marocain,L’amour, la beauté et la liberté n’ont besoin de personne pour être définis. Ils sont en nous, en toi, éternellement, sans l’autorisation de l’autre. De tous ces autres tellement proches de toi et qui, pourtant, continuent de t’opprimer aujourd’hui encore, de te pousser vers le malheur, le suicide, vers la solitude et l’oubli.
      Une transgenre qui s’appelle Sofia Taloni, assumant son délire et son crime, a expliqué aux Marocains que grâce au système de géolocalisation des SmartPhones ils pourront sans problème découvrir sur les sites de rencontres gays, de drague gay, des membres de leurs familles, de leur quartier, de leur entourage. Et ainsi ils auront la preuve que les homosexuel-le-s, ce n’est pas ce qui manque au Maroc. Elle ne s’est pas arrêtée là, non, elle a encouragé les Marocains à “outer” sur les réseaux sociaux toutes ces personnes qui se cachent derrière les écrans des téléphones portables.
      Elle dit qu’elle voulait faire éclater la vérité homosexuelle au Maroc. Elle n’a pas compris que si toi, tu te caches, si les autres se cachent, c’est qu’ils n’ont pas le choix. Personne ne les protège. Ni la famille, ni les amis, ni la société et certainement pas le pouvoir.

      https://www.rtbf.be/lapremiere/emissions/detail_dans-quel-monde-on-vit/accueil/article_abdellah-taia-cher-jeune-gay-marocain-ton-pays-a-invente-une-nouvelle-facon-de-te-designer-comme-l-ennemi-a-abattre?id=10502528&programId=8524

      j’espère tu n’a rien a caché Almorabbi?

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.