La marine chinoise aurait dépassé en nombre d’unités la marine US

dc4734aa-04d2-11e8-82e3-6b95ccc67ee3_1320x770_002524

Il y a eu la fameuse invincible Armada espagnole qui avait failli envahir l’Angleterre en 1588, puis les Hollandais volants, la Royale et enfin la très redoutable Royal Navy, marine de guerre impériale de l’empire britannique à l’apogée de sa puissance au 18e et 19ème siècles. La marine britannique n’a jamais été concurrencée en son temps, même quand Bismarck tenta de doter l’empire Allemand d’une Kriegsmarine aux moyens asymétriques, essentiellement basés sur une force submersible à défaut d’une marine de surface compétitive avec celle de l’empire britannique. Après 1945, c’était le tour à l’US Navy ou la marine de guerre des États-Unis avec son aéronavale omniprésente et ses sous-marins lanceurs d’engins nucléaires. La marine soviétique tenta diverses approches pour rivaliser avec la maîtrise des mers mais ne put jamais suivre le rythme américain. Après 1991, la puissance militaire US sur les océans demeurait sans aucune concurrence. Les flottes américaines se partageaient les mers et les océans. Jusqu’à la résurrection de la marine de guerre chinoise. Résurrection car au 14ème siècle, la dynastie des Ming disposait de la plus grande flotte dans le monde d’alors.

En 2020, la Chine dispose de la plus grande flotte militaire au monde en termes de nombre d’unités mais pas en tonnage, avec 350 bâtiments de surface et submersibles dont 130 bâtiments de guerre. Les États-Unis disposent de 293 unités (bâtiments de surface et submersibles) mais gardent toujours le tonnage le plus lourd en partie grâce à leurs groupes de combat (11 portes-avions dont certains de plus de 100 000 tonnes).

La Chine n’avait pratiquement pas de marine de guerre il y a quarante ans. Les forces navales chinoises se résumaient alors en une force côtière composée essentiellement de petites embarcations. Mais les choses ont radicalement changé : Beijing a investi d’énormes moyens durant les trente dernières années pour se doter d’une marine de guerre hauturière fiable dotée de systèmes d’armes sophistiqués et souvent révolutionnaires comme le canon et la catapulte électromagnétiques et les armes à énergie dirigée de très haute puissance.

La Chine s’est surtout focalisée dans ce domaine sur la conception et la construction d’une nouvelle génération de croiseurs, de destroyers et de frégates sophistiqués comme le destroyer Type 055 (classe Renhai). Cette classe déploie une large gamme de missiles de croisière anti-navires et de missiles Surface- Air mais également des missiles balistiques anti-surface.

Cependant, c’est dans le domaine des submersible que réside toujours la force de frappe de la marine Chinoise. Une demi-douzaine de nouveaux modèles de submersibles à propulsion diesel ou nucléaires sont en cours de développement en plus des sous-marins lanceurs d’engins nucléaires Type 094, portant des SLBM JL-12 et très prochainement le nouveau sous-marin lanceur d’engins Type 096 qui emportera un nouveau type de SLBM dont les spécifications sont inconnues.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

14 Commentaires

  • c’est hors sujet, mais il serait peut-être bon d’éviter de changer toutes les semaines l’ergonomie et l’apparence de ce site, chaque semaine la présentation et l’accès aux articles diffère et devient illisible.
    de même on voit bien que les articles sont, depuis la sortie de l’auteur de son activité sur le terrain de plus en plus éloignées du terrain.

  • Ping : La marine chinoise aurait dépassé en nombre d’unités la marine US - La Tribune Diplomatique Internationale

  • Grandloup74

    Bonne initiative de la Chine et autres pays de la résistance ! On peut déplorer toute cette fortune dépensée par les pays résistants pour des armes au détriment du bien être des peuples, mais ne pas le faire serait bien plus funeste car les u.s/israel et autres larbins de l’OTAN, n’hesiteraient pas à faire des guerres génocidaires chez ceux qui n’auraient pas les moyens de se défendre et riposter. L’histoire prouve l’immonde agressivité perpétuelle des pays oxydentaux… La paix ne viendra sur Terre que lorsque les u.s/israel et larbins de l’OTAN seront mis hors d’état de nuire. Pour l’instant, il s’agit de les tenir en respect de façon musclée en attendant leur propre asphyxie à cause de leur voracité, et effondrement économique… L’oxydent fabriqué lui même et vendra la corde qui va le prendre.

  • Ping : La marine chinoise aurait dépassé en nombre d’unités la marine US – Le Monde

  • De Michel Dakar (diable de Barre-y-va à Villequier, Seine-Maritime, France, 02 32 70 82 35)

    Quelle est votre position par rapport à ce documentaire Messieurs et/ou Mesdames (et autres transgenres possibles modernes) du bureau non-identifié S51 :
    Nota : tronnes, inutiles de perdre du temps à intervenir, je me fout de vos commentaires :
    “Documentaire à ne pas manquer : « Pl@ndemic II : Indoctornation »
    https://fr.sott.net/article/36024-Documentaire-a-ne-pas-manquer-Pl-ndemic-II-Indoctornation
    https://wetransfer.com/downloads/f4342ef0561ed7f43ae901c0ba7a351120200825012232/aee78e
    https://plandemicseries.com/

  • L'Almoravide

    “Regardez les territoires qui constituaient l’empire arabe pendant les premiers siècles de l’Islam. Vous verrez qu’ils formaient deux sections. L’une était l’empire continental qui s’étendait sur 8 000 kilomètres, d’Agadir sur la cote de l’Atlantique jusqu’au dela de Samarcande dans l’Asie Centrale. On pouvait traverser cet empire d’un bout à l’autre sans jamais s’embarquer sur la mer. Ces territoires sont demeurés islamiques presqu’en leur totalité jusqu’à aujourd’hui. Dans l’autre section, composée des territoires séparés de la patrie arabe par une étendue de mer, aussi étroite qu’elle fut, les réalisations de l’Islam n’étaient pas moins prestigieuses qu’ailleurs. L’Islam et l’arabisation paraissaient aussi profonds qu’au Moyen-Orient. Et cependant, l’Islam comme religion indigène a disparu complètement de là-bas sauf dans plusieurs petites iles, tout près de la cote ; et la langue arabe également, sauf pour sa demi-survivance dans l’ile de Malte. S’il est vrai que l’explication de ce phénomène se trouve dans la puissance navale, les étapes de la croissance et de la décadence de l’Islam en Espagne doivent correspondre avec les étapes de la croissance et de la décadence de sa puissance navale. La première période peut etre placée entre 650 et 800. Elle commence avec la création d’une puissance navale musulmane dans le Moyen-Orient. Vers 700, elle s’étend plus à l’Ouest avec la création d’une base à Tunis. Ce développement a mis fin à la liberté d’action des forces byzantines dans la Méditerrannée occidentale. De ce moment et pendant presqu’un siècle, les gouverneurs arabes de al-Andalus durent employer toutes leurs énergies à la pacification de leurs nouveaux sujets, au règlement des disputes entre les Arabes de diverses origines, à la lutte contre la dissidence berbère et aux possibilités d’une avance au nord des Pyrénées – c’est à dire à la tache de créer un peuple musulman dans des frontières déterminées avec des éléments raciaux et cultures très diversifiés. Dans l’absence de la moindre menace pour leurs communications maritimes, ils ne se sentaient aucune nécessité de s’occuper de la mer. Quoi qu’il en soit, la seconde période, dès le commencement du neuvième siècle, a vu une activité maritime croissante qui s’exprimait par des attaques sur les iles méditerrannéennes, l’occupation des iles Baléares, des incursions en amont du Rhone et, en 891, par l’établissement d’une base à Fraxinetum, non loin de Frejus, établissement qui allait survivre 80ans et que l’Empereur Otto le Grand considérait comme une dépendance du Califat de Cordoue. Par exemple, en 814, des Andalous avec des gens d’Ifriqiya attaquèrent la Sardaigne et la Corse ; en 816, les Baléares ; en 820, de nouveau la Sardaigne ; en 831, ils participèrent à la prise de Palerme par les Aghlabides. En 838 ils attaquèrent Marseille ; en 840 ils remontèrent le Rhone. En 844 l’incursion imprévue des Vikings contre Séville eut comme résultat la formation d’une force navale gouvernementale. destinée à la défense, on l’a employée en 849 pour l’invasion des Baléares et en 859 pour une tentative infructueuse contre la Galice. Entre-temps un commerce actif se développait entre les ports andalous de la Méditerrannée et ceux des pays musulmans voisins. Entre 900 et 975 cette puissance navale a atteint son apogée. L’Amiral de la flotte Abdurrahman al-Rumahis était le troisième dignitaire dans le monde officiel du Califat. Comme il n’y avait presque pas d’opposition chrétienne sur mer, les forces navales s’employaient surtout contre l’expansionisme fatimide dans le Maghrib occidental. Mais déjà vers la fin du 10e siècle on pouvait entrevoir les signes d’un changement futur. L’abandon de l’établissement de Fraxinetum en 972, quatre ans avant la mort du Calife al-Hakam II, introduisit une troisième période qui se prolongera jusqu’à la chute de Séville en 1248. Pour le moment néanmoins, les flottes andalouses ne perdaient pas leur agressivité, meme dans la décadence du Califat, comme en témoigne l’attaque sur Narbonne en 1010 et l’occupation de la Sardaigne par al-Mujahid en 1015…”

    Nevilll Barbour – L’influence de la géographie et de la puissance navale sur le destin de l’Espagne musulmane et du Maroc, Année 1970.

  • Cosworth57200

    N’oubliez pas les garde-côtes qui est une branche différente de la Navy.

  • -C’est cruellement fatiguant d’être intelligent
    – Je sais pas, faudra que j’essaie.

    (François Pignon et Pierre Brochant dans diner de cons)

    Tu n’arrêtes jamais?

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.