Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Très peu de temps après l’arrivée à Damas du vice Premier ministre russe Youri Borisov, c’est Sergeï Lavrov, le Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie qui s’y pointe. Un signe fort puisque c’est la première fois depuis huit ans qu’un Chef de la diplomatie russe visite ce pays ravagé par une guerre hybride de haute intensité depuis 2011 et où les forces russes y sont engagées depuis 2015. Officiellement, la délégation russe discuterait avec le gouvernement syrien les moyens d’élaborer une coopération économique specifique afin de contrer les dures sanctions occidentales frappant la Syrie.

En réalité, il s’agit d’un changement de stratégie visant à garantir une stabilité relative du front levantin pour focaliser sur la situation qui se détériore au Belarus et dans les pays Baltes. Moscou ne veut assurément lâcher aucun front dans ce qui s’apparente à une guerre mondiale hybride pas aussi froide que ne le pensent la majorité des observateurs. La dernière démonstration de force des B-52H près de la Crimée était un appât en source ouverte pour l’une des opérations de collecte de signal (SIGINT) les plus importantes jamais conduite par les États-Unis et la Grande-Bretagne durant les vingt dernières années près des défenses aériennes russes. Le maître mot est donc la stabilisation du front comme cela s’est passé au Donbass avec en prime, des contre-mesures fiables à la très féroce guerre économique et monétaire visant la Syrie après l’échec total de la contre-guerre monétaire iranienne durant la période 2014-2017.

Le Président syrien Al-Assad recevant le Chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov à Damas, 07 août 2020.

Mais le volet de la guerre économique et monétaire n’est pas le seul point discuté par Lavrov et son homologue syrien Al-Mouallam et le Président Bashar Al-Assad. D’après des sources syrienne, il serait question d’une nouvelle stratégie asymétrique prenant en compte le changement de fond des postures régionales et un nouvel équilibrage de la balance stratégique. Pour Damas, le Liban n’existe plus en tant qu’Etat-Nation et est donc ouvert non seulement à n’importe quelle ingérence étrangère mais incapable d’assurer sa propre défense. Par une ironie du sort, ce point confirme l’une des thèses de la Grande Syrie ou celle du Sham (le Levant unifié suivant l’ancien héritage de Canaan) stipulant que le Liban est une création irrationnelle purement française qui ne répond à aucune réalité historique et que par conséquent aussi bien le Liban que la Palestine ou la Jordanie appartiennent à la Syrie historique. Cette thèse est ancienne mais non moins vraisemblable que la nouvelle stratégie turque du Président Tayep Reçep Erdogan qui crie haut et fort depuis une semaine sa détermination à “déchirer l’ensemble des cartes iniques ayant porté un grand préjudice à la Turquie“. Le Traité de Sykes-Picot (1916) et ceux de Sèvres (1920) et de Lausanne (1922-1923) sont donc remis en cause par au moins deux pays de la région.

La conjoncture géostratégique est de plus en plus compliquée au Levant avec un protectorat turc de façon sur la province syrienne septentrionale d’Idleb où la monnaie turque est devenue la seule monnaie d’usage, la banqueroute du Liban, une crise existentielle en Israël, la décrédibilisation totale d’une Autorité palestinienne sclérosée par la corruption et s’accommodant d’un statu quo très profitable à ses élites, une crise économique en Jordanie et à une remise en cause des frontières de la mer Egée. La présence militaire US se déplace d’Irak en Syrie orientale et s’appuie sur des forces supplétives locales dont les Chefs profitent des réseaux du narco-trafic et de la contrebande. Ce déploiement US se heurte à la présence militaire russe sur les deux rives de l’Euphrate. Autant dire que jamais depuis 1923, la situation n’a été aussi compliquée au Levant et en Méditerranée orientale et ce segment rejoint le front ouvert à l’ouest de la Russie.

Le Grand Jeu passe également par un basculement inevitable des cartes.

5 thoughts on “Première visite du Chef de la diplomatie russe à Damas depuis huit ans

  1. La Turquie a raison de pousser ses pions, les armées grecques et françaises ne valent rien du tout meme combiner.

  2. Bonjour
    Tout ce que vous dites me parait cohérent .
    Les uns et les autres avancent leurs pions et sortent de l’ombre.
    L’Europe est très patiente, les fortes communautés Turcs dans plusieurs pays devraient donner à réfléchir aux gouvernement. Les peuples seront ils d’accord, est une autre question.
    Beaucoup de questions qui seront comme d’habitude résolue d’après le bon de mot Bismarck, par le fer et le feu.

  3. ” la contre-guerre monétaire iranienne durant la période 2014-2017 ”
    je doit avouer qu’un approfondissement du concept me serait utile !

    ” la nouvelle stratégie turque du Président Tayep Reçep Erdogan qui crie haut et fort depuis une semaine sa détermination à « déchirer l’ensemble des cartes iniques ayant porté un grand préjudice à la Turquie« . Le Traité de Sykes-Picot (1916) et ceux de Sèvres (1920) et de Lausanne (1922-1923)… ”
    les Européens se sont jusque là montrés patient avec Erdogan la remise en cause de ces trois traités risque fort de modifier leurs attitude a son égard . ces traités garantissent l’accès libre des Russes a la méditerranée et a moins d’être assuré d’une position de force les Russes ne toléreront pas de les voir remis en cause !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :