Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Noted for impressive tradecraft rather than its sense of humor, the CIA must have been in boisterous mood when it pushed the story of a Beluga whale operating as a Russian spy via CNN and its ubiquitous captured state media outlets.

The spy whale was perhaps a playful diversion to the CIA’s Operation Beluga plot to defame Russia, revealed by French intelligence expert Paul Barril in 2017.

Barril is a former intelligence service Captain, author, and private intelligence specialist in France. Barril says that the CIA operation began in 1986 and continued even when the USSR was dissolved. Barril was in a position to know, being a government intel chief at the time. Barril reported CIA entanglements regarding Boris Berezovsky (found hanged in England in 2013) Alexander Litvinenko (poisoned 2006), Bill Browder, and Sergei Magnitsky, implicating all in the plot. Browder’s own entanglements extend back to the influence of his grandfather, his association with Israeli super-spy Robert Maxwell, and the infamous Salomon Brothers. Browder renounced his US citizenship to avoid paying income tax. Browder skived to greener pastures via the Russian Federation’s economic revolution, which accelerated by 1999. Browder already had knowledge of the business environment due to his grandfather’s leadership of the US Communist Party, so exploiting links to the former USSR made sense. But Browder’s Saturn Investments shell company, Kamea, and Hermitage Capital were eventually flagged for investigation when the Russian Federation stabilized. Browder’s tax accountant* Magnitsky was first questioned about Browder hedge fund operations and tax evasion in 2003. Magnitsky and Browder were prosecuted together for tax evasion then, and Browder’s visa was revoked in 2005, two years subsequent, for evading $40 million in taxes.** But the hedge fund billionaire’s alleged role as CIA asset is the matter with which we are concerned, and the Navalny Affair. Browder’s CIA code is said to be “Solomon” (revealed by Dmitry Kiselyov and a Russian dissident news aggregator operating in Riga) with obvious deep symbolic meaning to a deep state. Since the hedge fund manager was 86’d from the US that conveniently provided cover later on for ‘plausible deniability’ and allowed Browder to hype the lies that the Central Intelligence Agency is most known for.Of course CIA assets are nothing without resources and Browder possessed plenty. Browder attempted to ensnare film director Andrei Nekrasov in a false narrative relating to Magnitsky’s tragic death, until Nekrasov questioned Browder’s evidence. Nevertheless Browder’s public grandstanding incited public outrage, and the Magnitsky Act was signed into law by Obama in 2012. Ironically, the money “swindled” in the Magnitsky case is alleged to have been laundered through Ukrainian banks and siphoned to western interests. Despite Browder’s success in leveraging public opinion versus Russia, Trump’s candidacy and positive perception of Russia posed a threat to the Neoliberal establishment and its hegemonic. So, Brennan put his forces to work. Now Operation Beluga – an old CIA black op – became a new media torrent pushed by the captured media and National Public Broadcasting alike to this very day. Turning to Browder as alleged CIA asset and successful anti-Russia agent was an obvious choice for Brennan, but an internal dissident connection was needed. Navalny seemed perfect with alleged connections to Browder’s funding operations (Hermitage Capital) and Magnitsky propaganda videos. In 2016, Sergei Sokolov head of security for Boris Berezovsky revealed Navalny’s connection to Hermitage Capital and the CIA, also disputed by the west. Even Putin addressed Navalny’s US intel-related strangeness in 2018.

Neither the low positive perception of Navalny in Russia or his hounding by Russian authorities can be denied. But there is a much greater context being Navalny’s association with Bill Browder and the CIA as disputed by western media outlets. The main objection to the authenticity of the alleged Browder/ CIA documents is their poor grammar. But note that CIA memos seldom read well. A case in point? Just read any entry in Lee Harvey Oswald’s 201 file. And read any book by Vladimir Posner to see how good a Russian’s command of English can be.A further question: why was Navalny shipped only to Germany after he became ill? France had expressed an interest in treating Navalny but that avenue was rejected. Instead ‘private interests’ related to Jaka Bizilj and his “Cinema for Peace” foundation arranged for the medical evacuation. And the Cinema for Peace Foundation has interesting sponsors, including Oprah Winfrey and the Clintons. Why would such a group of benefactors to a man supposedly poisoned wish to remain anonymous? Germany’s most pressing energy issue right now is the completion of Nord Stream 2 that Mike Pompeo – a former CIA director – has vowed to block at any cost. The sum total point. Regardless, whether accepted as info or disinfo depending, who benefits most by setting-up Russia in the Navalny case? But perhaps a better question may be: Who loses most on the pending completion of Nord Stream 2? The biggest loser is the United States. Many billions, indeed trillions lost in US dollar LNG sales over time, when Nord Stream 2 delivers. The US liquid natural gas industry and Ukraine lose. When Nord Stream 2 completes, US LNG ambitions in Europe will crumble leaving another of the most corrupt US ‘allies’ – Ukraine – in figurative and literal cold too. In such case, it’s easy to see how any human life could be expendable to satisfy the state’s interest. And how would the Russian state gain by Navalny’s poisoning? As with the Skripal and Litvinenko affairs — not at all. The conclusion that the CIA or its operative poisoned Navalny can only ever be circumstantial. However on occasion where the truth is sacrificed all around, circumstance and its opportunity may be all that remains. *Browder outright lied about Magnitsky being “his smart lawyer”.**Browder convicted in absentia in 2013 for tax evasion, the same year Boris Berezovsky was found hanged in his home.

Steve Brown

*Browder outright lied about Magnitsky being “his smart lawyer”.

**Browder convicted in absentia in 2013 for tax evasion, the same year Boris Berezovsky was found hanged in his home.

8 thoughts on “Navalny: Cui bono? US Tradecraft and Operation Beluga-By Steve Brown

  1. L’auteur aurait pu se renseigner davantage, ce qui lui aurait permis de constater que Barril, atteint par la maladie de Parkinson, n’est plus bon à grand chose depuis 2014.

  2. ÉTATS ET ÉCONOMIE EN DÉROUTE, MISÈRE ET GUERRES EN ROUTE

    Par Mesloub Khider le 09/09/2020 – «Les mains de l’Etat ne manipulent que l’argent, la matraque et le mensonge.» (Raoul Vaneigem). Le Covid-19 a bon dos ! Etats en banqueroute et économistes en déroute règlent leurs comptes au coronavirus, rendu responsable du génocide de presque 600 000 personnes (mortes faute de soins cruellement défaillants du fait du démantèlement du système de santé sacrifié sur l’autel du capital par les successifs gouvernements devenus aussi habiles dans l’investissement du désarmement des budgets sociaux et hospitaliers qu’experts dans la militarisation des finances publiques), rendu comptable du carnage économique perpétré contre les moyenne et petite entreprise et les travailleurs. Le microscopique et invisible coronavirus a été ainsi désigné comme la victime expiatoire providentielle pour endosser le rôle de bouc émissaire, idéal coupable de l’effondrement du système capitaliste réputé, comme on le sait, pour la robustesse de sa santé sénile, ses vertus vicieuses et ses vices vertueux, pour l’innocuité de ses permanentes entreprises guerrières, son innocence impérialiste et génocidaire séculaire.

    La «bouc-émissairisation» va bon train. Chaque Etat, pour se dédouaner de son incurie criminelle dans la gestion de la crise sanitaire du Covid-19 et de la destruction économique sciemment planifiée, incrimine le coronavirus, jugé responsable de la catastrophe. Chaque gouvernement, réduit aujourd’hui à sa simple fonction répressive dans cette phase économique dépressive, à l’instar de nombreux Etats qui ont érigé la répression policière et l’embastillement, la mutilation et l’éborgnage (la France), en système de gouvernance, s’exonère de sa responsabilité dans l’éclatement de la crise. Tous les Etats, instrument des intérêts privés géré par les multinationales, pour justifier la dégradation des conditions de vie de leurs populations respectives (et certainement pas respectueuses, à leurs yeux, pour leur infliger un tel régime de confinement despotique, une pareille diète alimentaire et une telle cure d’amaigrissement psychologique et morale, supervisés par l’obèse capital, dévoreur de l’humanité), condamnent le pauvre microscopique et invisible coronavirus, accusé d’être responsable de la crise économique.

    Même les intellectuels organiques (sociologues, philosophes, experts) officiant au service de leurs Etats respectifs (mais nullement respectables) se sont précipités pour s’atteler servilement à cette basse besogne d’embrigadement idéologique menée à l’endroit des masses populaires en vue de les arrimer et les asservir davantage à leurs potentats inamovibles, transfigurés, en ces temps de psychose collective et de sidération généralisée largement attisées et entretenues par les incendiaires médias pyromanes, en sauveurs suprêmes. Aussi, à force de matraquages médiatiques, de maquillage de la réalité, de maquignonnage de leur science médicale vénale, ces plumitifs de service, dont la fonction essentielle est de s’employer à manipuler l’opinion publique en faveur des pouvoirs constitués, ont-ils provisoirement réussi, par le recours à la psychose, leur entreprise de conditionnement mental en enchaînant par la peur les populations à leurs gouvernants, la veille encore honnis et contestés, en passe d’être détrônés.

    Pareillement, depuis le déclenchement de la pandémie, la servile corporation maffieuse médiatique s’est-elle échinée sans rechigner à blanchir l’Etat de sa culpabilité dans la propagation du virus et la décimation de presque 600 000 malades du Covid-19. Egalement, elle s’est appliquée obséquieusement à cautionner par cécité et complicité les pires mesures économiques dévastatrices, les pires attaques antisociales, les pires lois liberticides décrétées par l’Etat contre l’ensemble de la population réduite au confinement pour lui faire avaler sa misère dans le silence de l’assignation à résidence et museler sa colère virale dans l’isolement de la séquestration politique. A soutenir les politiques belliqueuses de son Etat en passe de fourbir ses armes idéologiques et sécuritaires en vue de la prochaine opération de pacification pour neutraliser le turbulent ennemi intérieur et en vue des conflits impérialistes internationaux. A justifier son armement outrancièrement indécent eu égard à la misère de l’immense majorité de sa population précipitée aujourd’hui dans la paupérisation. A couvrir ses entreprises idéologiques d’endoctrinement nationalistes et chauvines. A légitimer sa domination dictatoriale sur le pays. A seconder l’Etat (ce Léviathan des intérêts privés des possédants, affecté désormais exclusivement aux fonctions de la privation des libertés des citoyens et de la défense de l’ordre social vacillant des dominants), dans sa manœuvre d’obtention de l’adhésion des masses opprimées à ses politiques violemment antisociales et liberticides. A absoudre ses sanglantes répressions exercées contre sa population par ses forces de l’ordre nazifiées. A occulter son rôle au service des dominants, les puissances impérialistes actuellement en proie à des tensions commerciales exacerbées, préludes aux conflits armés généralisés. En résumé, à entretenir l’illusion sur la neutralité de l’Etat prétendument au service de toute la société, des intérêts généraux des «citoyens».

    En réalité, de tout temps, par ses fonctions intrinsèquement oppressives et répressives, l’Etat, ce valet des banques et des multinationales, a toujours été au service de la classe dominante. Et la crise actuelle le prouve amplement avec la distribution généreuse de milliers de milliards de dollars accordés aux puissants et sa politique de confinement totalitaire infligée aux populations condamnées à survivre dans le vase clos domiciliaire, sans revenus ni droit de sortie ou de manifester leur désarroi, détresse, désapprobation.

    En outre, contrairement à ce qu’on croit, dans cet univers dominé par le capitalisme mondialisé, béatement idéalisé et religieusement divinisé, les pays sont impérialistes. Ils sont tous portés par la même logique impérialiste. Particulièrement dans cette période de crise économique aiguë. Chaque pays, grand ou petit, est travaillé par cette irrépressible et impérieuse nécessité d’envahir un autre pays plus faible (le Vietnam a envahi le Cambodge, l’Irak a envahi le Koweït, aujourd’hui, la Turquie se livre à des incursions en Syrie, en Libye, l’Egypte en Libye, Israël en Cisjordanie, etc.) pour résoudre à sa manière les contradictions de classes, le besoin de capital et d’espace vital, mais aussi pour détourner son peuple de ses préoccupations socioéconomiques vitales et l’entraîner dans des occupations belliqueuses et militaires.

    La résurgence du nationalisme et du populisme ne s’explique pas autrement que par les menées guerrières actuelles et futures. Chaque Etat blinde idéologiquement sa population pour la préparer aux confrontations armées, aux interventions impérialistes. Et l’augmentation exponentielle des dépenses militaires dans tous les pays nous conforte amplement dans notre analyse. Les budgets de l’armement explosent au même rythme que les conditions de vie des peuples implosent. Certes, le capital se livre une guerre économique interimpérialiste exacerbée. Mais la guerre qu’il mène aujourd’hui contre les conditions de vie des peuples est encore plus cruelle et sanglante. Et le premier à la diriger contre nous est notre propre Etat, notre gouvernement national, succursale du capital mondial. En effet, chaque Etat fait intégralement partie du gouvernement capitaliste mondial. Chaque décision économique est l’émanation directe de la direction collégiale du capital financier international.

    Dans cette phase de domination despotique impérialiste, l’indépendance économique et politique est une illusion, une imposture. Au reste, pour ce qui est de l’Algérie, à économie mono-industrielle, le pays est totalement tributaire de ses exportations pétrolières. Ce n’est pas l’Etat algérien qui fixe la quantité de barils à vendre, ni leur prix. Ces paramètres sont déterminés par le marché qui dicte ses lois implacables.

    Intégrée dans une économie capitaliste mondialisée, l’Algérie est confrontée aux mêmes enjeux de l’offre et de la demande, de basculements des orientations géostratégiques internationales, voire des renversements d’alliances, en œuvre dans tous les pays travaillés par ailleurs par des tensions politiques internes, dévastés par une crise économique systémique et une instabilité institutionnelle chronique, submergés par des soulèvements sociaux de leur population exaspérée. Sa marge de manœuvre en matière de développement économique est fortement limitée, restreinte. Son indépendance politique, obérée.

    Aujourd’hui, dans cette période de crise sanitaire et économique, où chaque Etat a prouvé son impuissance à protéger sa population au plan médical et économique, plus que jamais aucun Etat ne mérite notre confiance. Une chose est sûre : jamais dans l’histoire contemporaine, les pays n’ont été gouvernés par des dirigeants aussi irresponsables que dangereux, aussi incapables qu’inutiles, aussi farfelus qu’insignifiants, aussi incultes qu’immatures, aussi amateurs que déficients mentaux, aussi pervers que cyniques. Jamais les gouvernants n’ont sabordé leur pays avec autant de cynisme, sous couvert de pandémie du Covid-19, au nom de la raison irrationnelle économique capitaliste soucieuse exclusivement de la valorisation du capital, occupée uniquement à œuvrer à sacrifier tous les «acquis» sociaux, exception faite des richesses frauduleusement conquises par les dirigeants, toujours insuffisants, selon ces requins de la finance, adorateurs du billet vert (et non du Livre Vert, pour ce qui est des potentats des pays musulmans).

    De surcroît, ils sont tous, du nord au sud et d’est à l’ouest du monde, à divers titres et à différents échelons, responsables de la misère actuelle, des famines, de la crise économique, du chômage, du délitement des liens sociaux, de la déliquescence des valeurs morales, de la décomposition de la société à l’échelle de la planète, de l’explosion de la délinquance et de l’insécurité, des terrorismes et de leurs financements, des guerres permanentes, des exodes massifs, de l’émigration.

    Partout, les puissants despotes politiques et économiques nous infligent leur dictature tentaculaire, leur démocratie totalitaire ou caporalisée esthétisée par des mascarades électorales racoleuses et alléchantes. Les barons de l’économie et les maîtres de la finance nous imposent le dénuement, la misère, la clochardisation de nos conditions d’existence. D’Alger à Caracas, en passant par Paris et Washington, les gouvernants dictent les mêmes mesures d’austérité, décrètent des réformes inhumaines, instaurent des lois liberticides. Jamais ils n’ont été autant unis et solidaires dans leur détermination à nous faire payer leur crise, à nous confiner dans la misère et l’asservissement. Mais jamais les peuples opprimés n’ont été autant désunis et divisés dans leur combat pour riposter aux attaques dirigées contre leurs conditions de vie ou plutôt de survie.

    Les peuples opprimés semblent soumis à la résignation et résignés à la soumission, confinés dans leur servitude volontaire et volontairement asservis au confinement. Le déconfinement de la combativité en vue de leur émancipation paraît hypothétique.

    M. K.

  3. Il y a deux opérations en une seule.
    1) La première consiste à faire croire au public que Navalny a été empoisonné par Poutine.
    On mesure tous ici à quel point c’est ridicule, et rappelons au passage aux ignorants que l’idiot utile en question est diabétique et n’avait rien mangé ce matin là.
    2) La seconde consiste à faire croire au public que les opposantes à Loukashenko sont menacées de la même manière au point de devoir se réfugier en Pologne pour y lancer un gouvernement légitime off-shore.
    On mesure tous ici à quel point c’est ridicule, etc.

    Ces deux histoires sont synchronisées pour servir d’appuis mutuels, en profitant de l’organisation de la mémoire en couches de plus ou moins long terme.
    Lorsque l’on reçoit 1) on n’y croit guère, mais on enregistre, avec un sentiment de doute.
    Lorsque l’on reçoit 2) on n’y croit guère, mais on cherche à lever le doute en cherchant dans sa mémoire, et on retombe d’abord sur 1).
    Or 1) et 2) se confirment mutuellement, les deux mensonges ne se neutralisent pas mais se renforcent.

    Si vous êtes capable de plonger dans votre mémoire plus profondément que le temps court des médias, vous découvrirez que cette astuce est aussi utilisée dans des tours de magie par des mentalistes, ceux qui savent que vous avez choisi le 2 de Cœur, parce qu’ils vous ont fait enregistrer juste avent le nombre 200.

    100% psy-op propagenda

  4. Le navitchock n’a pas l’air bien efficace, personne n’en meurt apparemment, je leur conseil le Médiateur, plusieurs milliers de morts , la chimio c’est pas mal , mon copain en deux mois le travail était fait, tout cela incognito!

  5. Tombé d’ennui à la dixième ligne.Et dire qu’il y en a qui vivent cela une vie entière, et d’autres qui relatent cela pendant des heures
    Mich.Da

  6. Navalny: Cui bono? Le fait main américain et l’opération Beluga – par Steve Brown

    Réputée pour son impressionnant savoir-faire plutôt que pour son sens de l’humour, la CIA a dû être d’humeur turbulente lorsqu’elle a fait passer l’histoire d’un béluga faisant office d’espion russe via CNN et ses omniprésents médias d’État capturés. La baleine espion était peut-être une diversion ludique au complot de la CIA pour diffamer la Russie dans le cadre de l’opération Beluga, révélé par l’expert français du renseignement Paul Barril en 2017.
    *******************

    Barril est un ancien capitaine de service de renseignement, auteur et spécialiste du renseignement privé en France. Barril dit que l’opération de la CIA a commencé en 1986 et s’est poursuivie même lorsque l’URSS a été dissoute. Barril était en position de savoir, étant à l’époque un chef des services de renseignements du gouvernement. Barril a rapporté des embrouilles de la CIA concernant Boris Berezovsky (retrouvé pendu en Angleterre en 2013), Alexander Litvinenko (empoisonné en 2006), Bill Browder, et Sergei Magnitsky, impliquant tous dans le complot.

    L’implication de Browder remonte à l’influence de son père, à son association avec le super-espion israélien Robert Maxwell et aux tristement célèbres Salomon Brothers. Browder a renoncé à sa citoyenneté américaine – ou plus exactement, les États-Unis l’ont révoquée – pour éviter de payer des impôts sur le revenu. Browder s’est envolé vers des pâturages plus verts grâce à la révolution économique de la Fédération de Russie, qui s’est accélérée en 1999. Browder connaissait déjà l’environnement des affaires grâce à la direction du parti communiste américain par son père, il était donc logique d’exploiter ses liens avec l’ex-URSS. Mais la société écran Saturn Investments de Browder, Kamea, et Hermitage Capital ont finalement été signalées pour une enquête lorsque la Fédération de Russie s’est stabilisée. Le comptable fiscal de Browder* Magnitsky a été interrogé pour la première fois en 2003 sur les opérations des fonds spéculatifs de Browder et sur l’évasion fiscale. Magnitsky et Browder ont été poursuivis ensemble pour fraude fiscale à l’époque, et le visa de Browder a été révoqué en 2005, deux ans plus tard, pour avoir fraudé 40 millions de dollars d’impôts** Mais le rôle présumé du milliardaire du hedge fund en tant qu’actif de la CIA est la question qui nous préoccupe, ainsi que l’affaire Navalny.

    Le code de la CIA de Browder serait “Solomon” (révélé par Dmitry Kiselyov et un agrégateur de nouvelles dissident russe opérant à Riga), avec une signification symbolique évidente et profonde pour un État profond. Comme le gestionnaire de fonds spéculatifs était âgé de 86 ans et qu’il venait des États-Unis, cela a permis à Browder de dissimuler un “déni plausible” et de colporter les mensonges qui font la réputation de la CIA. Bien sûr, les actifs de la CIA ne sont rien sans ressources et Browder en possédait beaucoup. Browder a tenté de piéger le réalisateur Andrei Nekrasov dans une fausse narration relative à la mort tragique de Magnitsky, jusqu’à ce que Nekrasov mette en doute les preuves de Browder. Néanmoins, l’étalage public de Browder a suscité l’indignation du public, et la loi Magnitsky a été promulguée par Obama en 2012.

    Ironiquement, l’argent “escroqué” dans l’affaire Magnitsky aurait été blanchi par les banques ukrainiennes et siphonné au profit d’intérêts occidentaux. Malgré le succès de Browder à faire pression sur l’opinion publique contre la Russie, la candidature de Trump et la perception positive de la Russie ont constitué une menace pour l’establishment néolibéral et son hégémonie. Brennan a donc mis ses forces au travail. L’opération Beluga – une ancienne opération secrète de la CIA – est devenue un nouveau torrent médiatique, poussé par les médias capturés et la National Public Broadcasting jusqu’à ce jour. Se tourner vers Browder en tant que prétendu atout de la CIA et agent anti-Russie efficace était un choix évident pour Brennan, mais une connexion dissidente interne était nécessaire.

    Navalny semblait parfait avec des connexions présumées aux opérations de financement de Browder (Hermitage Capital) et aux vidéos de propagande de Magnitsky.
    *******************
    En 2016, Sergueï Sokolov, chef de la sécurité de Boris Berezovsky, a révélé les liens de Navalny avec la capitale de l’Ermitage et la CIA, également contestés par l’Occident. Même Poutine a abordé la question de l’étrangeté de Navalny par rapport aux renseignements américains en 2018. Ni la faible perception positive de Navalny en Russie, ni son harcèlement par les autorités russes ne peuvent être niés. Mais il y a un contexte beaucoup plus large, celui de l’association de Navalny avec Bill Browder et la CIA, telle que contestée par les médias occidentaux. La principale objection à l’authenticité des prétendus documents Browder/CIA est leur mauvaise grammaire. Mais notez que les mémos de la CIA sont rarement bien lus. Un exemple concret ? Il suffit de lire n’importe quelle entrée du dossier 201 de Lee Harvey Oswald. Et lisez n’importe quel livre de Vladimir Posner pour voir à quel point la maîtrise de l’anglais par un Russe peut être bonne. La somme totale des points. Peu importe, qu’il soit accepté comme info ou disinfo selon le cas, qui profite le plus de la mise en place de la Russie dans l’affaire Navalny ? Mais peut-être qu’une meilleure question pourrait être posée : Qui perd le plus dans l’achèvement du Nord Stream 2 ? Le plus grand perdant est les États-Unis. Plusieurs milliards, voire des billions, de dollars US de ventes de GNL ont été perdus au fil du temps, lorsque Nord Stream 2 a été livré. L’industrie américaine du gaz naturel liquide et l’Ukraine sont perdantes. Lorsque Nord Stream 2 sera achevé, les ambitions des États-Unis en matière de GNL en Europe s’effondreront, laissant un autre des “alliés” américains les plus corrompus – l’Ukraine – dans le froid, au sens propre comme au figuré. Dans un tel cas, il est facile de voir comment une vie humaine pourrait être sacrifiée pour satisfaire les intérêts de l’État. Et comment l’État russe gagnerait-il à l’empoisonnement de Navalny ? Comme pour les affaires Skripal et Litvinenko – pas du tout. La conclusion que la CIA ou son agent a empoisonné Navalny ne peut être que circonstancielle. Cependant, lorsque la vérité est sacrifiée sur l’autel de la circonstance, les circonstances et l’opportunité peuvent être tout ce qui reste.

    Steve Brown

    *Browder a carrément menti en disant que Magnitsky était “son avocat intelligent”.
    **Browder condamné par contumace en 2013 pour fraude fiscale, la même année où Boris Berezovsky a été retrouvé pendu à son domicile.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :