Stats

  • 6 359 550 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
01/12/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Attentat de Vienne: l’Autriche assume des failles du service de renseignement

L’Autriche a reconnu « des failles du service de renseignement » et des « erreurs » après l’attentat terroriste sous faux drapeau de Vienne.

Ces failles ne se limitent pas uniquement à un problème de coordination entre le BVT (Bundesamt für Verfassungsschutz und Terrorismusbekämpfung ou Office de la Protection de la Constitution et le Contre-terrorisme) avec les services de renseignement slovaques et turcs mais incluaient une baisse de vigilance sur les activités clandestines de services de renseignement de pays alliés et amis aussi bien en Autriche que dans le voisinage de ce pays.

Une source anonyme du BVT affirme que l’Autriche a trop fermé les yeux sur les filières clandestines d’envoi de combattants vers des pays du Levant comme elle a sous-estimé les activités illégales de certains pays alliés de l’OTAN au Kosovo notamment. Selon la même source, des responsables du BVT savaient que les services de renseignement britanniques, français et turcs avaient joint leurs efforts entre 2012 et 2017 pour organiser l’acheminement de mercenaires islamistes d’Europe vers la Syrie pour se battre contre le gouvernement de Damas.

Le ministre autrichien de l’intérieur, Karl Nehammer a publiquement accusé, en date du 04 novembre 2020, son prédécesseur libéral-nationaliste  Herbert Kickl d’avoir causé « des dommages durables, pour ne pas dire détruit le BVT ».

La photographie de Kujtim Fejzulai, l’un des auteurs de l’attentat de Vienne, telle que diffusée par la fameuse et très mystérieuse agence de presse de Daech, Aamaq (Profondeurs en Arabe), ne laisse aucun doute sur le profil du mercenaire type utilisé par les services spéciaux de pays membres de l’OTAN dans la mise en place d’un nouveau type de réseau semblable au Gladio mais cette fois-ci constitué en totalité par de jeunes immigrés ou d’origine immigrée de pays à majorité musulmane. 

Le jeune mercenaire Kujtim Fejzulai posant avec une machette, un pistolet automatique et un fusil d’assaut Zastava. Fejzulai devait aller se battre en Syrie mais l’échec de la guerre au Levant ont déprogrammé sa mission. Il rejoint alors un centre d’endoctrinement déguisé sous couvert de lutte contre la déradicalisation dans l’attente de nouvelles missions.

L’agence Aamaq (Profondeurs) est soupçonnée d’être liée avec des boîtes de communication servant de sociétés écran de la CIA et d’autres services de renseignement occidentaux.

Ces jeunes mercenaires suivent parfois des séances de « déradicalisation » après la fin ou l’échec d’une mission consistant à les reprogrammer mentalement pour d’autres missions ou les inciter à se fondre dans la vie quotidienne moyennant des avantages financiers (revenus réguliers, assurances, primes et facilités de crédits bancaires). A titre d’exemple, la France a un programme social secret pour cette catégorie et leurs familles car toutes les familles des terroristes originaires de France tués ou capturés en Syrie/Irak ont été rapatriés et eut droit à une réinsertion sociale sur le territoire francais pour services rendus.

La création de pépinières de mercenaires de l’ombre semble se focaliser depuis quelques temps au Kosovo et dans le Caucase après le tarissement des recrues tunisiennes et marocaines (laminées dans la guerre en Syrie ou exploitant le programme pour jouir de certains avantages sociaux en Europe et fuir le Levant et la Libye)

Indubitablement, le recrutement de nouveaux mercenaires se heurte à des difficultés depuis l’échec des guerres du Levant et une certaine prise de conscience limitée mais réelle, notamment au sein des communautés maghrébines en Europe. Cependant, le facteur le plus décisif ayant entravé cette activité clandestine est le revirement turc dont la complicité avec certains pays européens dans le dossier syrien s’est transformé en chantage en bonne et due forme. Ankara ne s’est jamais contente du chantage au flux migratoire mais laisse entendre que tous les dossiers compromettants peuvent un jour surgir, même si le MIT y est impliqué.

La manipulation de la manipulation est un phénomène très difficile à cerner ou distinguer dans un monde où les Etats-Nation ne sont plus les principaux acteurs. La carte n’est pas le terrain.


Cet article contient des éléments d’information classifiées émanant de sources anonymes tenues par le devoir de réserve. Il ne peut servir en aucun cas de pièce à charge contre la ou les source(s) de ces informations.

%d blogueurs aiment cette page :