Exclusive: Joe Biden’s Foreign Policy-by Steve Brown

Difference-Between-FBI-CIA-and-NSA

Subsequent to the Captured State’s nearly four-year setback in its attempt to shape the world to suit their Globalist-Neoliberal agenda, let’s examine what the Biden-Harris regime’s foreign policy might look like.

NATO
Biden will be eager to voice his support for NATO, and reinforce NATO’s long-term opposition to the Sino-Russian Pact. NATO will welcome cooperation with the regime, since NATO’s hand is always out and the aggression Democrats routinely engage in provides NATO with its heavily conjured raison d’etre. In addition, NATO hopes Biden’s Neoliberal* approach may bring Turkey back into the NATO fold, to counter any Russo-Turk rapprochement, a major statist goal. (See Turkey, below)

STATE


Don’t celebrate the demise of the current Secretary for too long, since Biden’s crew of geopolitical miscreants will be eager to leap into the foreign policy fray. Potentially to include Victoria” Kagan-Nuland, Sam Power, Susan Rice, “Ginger Jen”, Kimberly Breier, Leon Panetta and just about any other unsavoury globalist aggressor that can possibly be imagined, getting the Democrat’s Warfare State back on track will be a primary goal for Biden-Harris.**

RUSSIA
The State Capture class says that Russia is a top threat to the United States. Washington’s Elites and their media — including National Public Radio and the US Public Broadcasting Service — have pummeled the public with Russophobic hysteria for years, while the House of Representatives attempted to impeach Trump via a conspiracy theory based on provably bogus Russian 2016 ‘election meddling’.

Via Biden, sanctions versus the Russian Federation and its business interests will likely expand, invoking the dark winter Biden promised us. Biden-Harris’s belligerence will escalate attempts to topple Syria’s leadership, a policy which began in earnest with Hillary Clinton in 2011 at the behest of Israel and the CIA. Now Biden-Harris may attempt to confront Russia in Syria.

Confronting Russia in Syria will implicitly prove the Biden regime’s compliance to Israel’s policy of aggression versus Iran, and Israel’s goal of removing Assad while leaving Syria a failed state. But a US confrontation with Russia in Syria will prove to be a grave miscalculation, and highlight continuing dangerous Neoliberal-Neoconservative designs on the middle east, which have already cost trillions in treasure and lives. Expanded Biden sanctions versus Russia will be counterproductive and further isolate the United States.

TURKEY
NATO member Turkey has long been a double-agent, courting both the Russian Federation and former United States to advantage. An aggressive but weak Biden regime may look to Turkey to rebuild credibility with NATO and oppose Russian influence in Syria and elsewhere. The foregoing however is a supremely dangerous game for Biden to play. No incoming State Dept actor in the new regime will be capable of handling a sophisticated and canny operator like Erdogan and co. And Turkey has already denounced Biden. So look for regional instability and potential for conflicts such as Nagorno-Karabakh to increase in number, severity, and cost.

VENEZUELA & CUBA


Cuban immigrants to Florida largely supported Trump-Pence, thus the potential for a Biden-Harris thaw in relations with Cuba – and for that matter Venezuela — appear unlikely. That’s because with such a narrow political margin, Biden must court Florida’s Cuban immigrants and relax US immigration policies to gain the reactionary Cuban vote, while resisting détente with Cuba. On Venezuela, due to the premise of US confiscation of Venezuela’s gold reserves and confiscation of Venezuela’s natural resources, Biden is unlikely to reduce US sanctions and aggressive policy toward Venezuela.

CIA/FBI

Despite media portrayal otherwise, Trump did not purge subversive elements within his regime, and missed treachery in the form of Gina Haspel and Christopher Wray while distracted by Russiagate and media hijinks. Trump appeared to favour perceived loyalty and personality over competence and ability to a point where Trump seemingly misjudged the disloyal in his Court. Point being, Biden will inherit a nasty crew of scheming Bureaucrats charged to blunt the truth regarding the many scandals surrounding the political class; these include Huntergate, Russiagate, the Epstein-Maxwell affair, and many others.

In other words, there will be no time for the current Attorney General of the United States to prosecute grievous crimes versus the Constitution, such as the impeachment attempt initiated not even one year ago. Biden will likely end these investigations and perhaps even cut a deal with Ghislaine Maxwell to protect powerful players, and end investigations regarding the Steele Dossier and Hunter Biden’s influence-peddling in China and Ukraine.

CHINA
Perhaps controversial to some, no nation should give away the crown jewels of manufacturing then ask for them back later on, as Trump has attempted. But for Biden, to reverse the Trump approach and seek rapprochement with China may be tricky. While China needs US trade, it already owns large swathes of US goods production and circumvented many of the sanctions and trade penalties the US leveraged against it. Ultimately China understands that the United States is experiencing decline, and that China must maintain dominance not just in manufacturing, but must also challenge US dollar hegemony going forward.

This China trade war is far along, and Biden-Harris may not easily address it. Establishment of trade relations with Huawei and influence Biden engaged in as vice president may ease China tensions somewhat, especially if trade and political sanctions versus China are eased, and abrasive US statements on Hong Kong protests end. Still, China is unlikely to see the United States as a reliable partner going forward… just as the Russian Federation does not. Meanwhile US trade and diplomatic missions in the world will continue to deteriorate and decline under Biden-Harris overall. China is now a first power and has 20-20 vision when it comes to double-dealing regimes… which most of the world perceives the US to be.

ISRAEL-IRAN-PALESTINE
Trump-Kushner’s recognition of Israel’s annexation of the occupied Golan Heights cannot be undone. Whether Biden-Harris will support Israel’s ongoing push to annex the Jordan Valley — or stop it — is unknown, but opposition to annexation and arguing against the continued expansion of militant Zionist extremist settlements will be an early test for Biden. US rapprochement with the people of Palestine is impossible, and based on the nature of this US political structure, any US support for Palestinians and their plight is highly unlikely.

Evidence suggests that Trump provided his support to Netanyahu’s JTF regime as a means to gain and maintain power. But the Israeli lobby, as powerful as it may be, could not guarantee Trump a two-term tenure. Even so, the Israeli lobby will be essential to Biden in maintaining power. Ironically, to pay tribute to the Israeli lobby and shore up his power base, Biden must escalate US harassment of Iran –especially in Syria and Iraq. As such, Iran will eye the new US regime with great suspicion. Biden has indicated there may be some attempt to revive the JCPOA but Iran will not countenance any such overture. Attempting to revive the JCPOA will incite Israel to war too, as ‘Settlements Minister’ Tzachi Hanegbi has stated. Iran has been successful in circumventing US sanctions and resisting US-Israeli aggression while expanding its influence in Syria and Iraq, and there is no need for Iran to bargain with US State actors as described above, thus any attempt at US-Iran rapprochement is exceedingly unlikely.

AFGHANISTAN

America’s longest war is fueled by the bankrupt coffers of the Treasury’s Federal Reserve and a yawning US hubris that seeks war only for profit’s sake. Trump’s plans to draw down troops there seems like a last hurrah at providing proof to the people that he keeps his promises. Biden-Harris will certainly reverse this.

TERROR

Since Trump assumed the presidency, there have been no ISIS/jihadist terror attacks inside the United States. For reason unknown the president did not list that as being a major accomplishment of his term. The US media has never credited Mr Trump for the absence of domestic takfiri terror attacks during his term. The situation is treated such that when even France experienced major terror attacks by ISIS terrorists, the events received only minimal reporting in the US. Regardless of how one feels about the so-called Muslim ban the fact remains that takfiri terror attacks in the US seem like a distant memory. But Biden has already vowed to end Trump’s immigration controls, and, if so, Biden’s actions (among others) will likely result in serious and sustained new terror threats to the US going forward.

NORTH KOREA

North Korea understands what Saddam Hussein did not: if you’re a “rogue state” and really do possess nuclear weapons, then you don’t get attacked by the United States. Biden’s approach to North Korea will likely mirror that of his former boss, which is to do nothing, and refuse to accept that North Korea has the right to defend itself. No progress there.

Conclusion

As a businessman, Mr Trump could be no more than an outsider in Washington’s snake pit and Mr. Trump apparently did not fully learn Machiavelli’s lessons on modern leadership.

The Beltway culture of scheming and double-dealing allowed Neoconservative and Statist apparatchiks to rule Washington with reckless abandon for decades — to the very day Mr Trump assumed office. Misguided or not, Trump believed he could make a positive difference for America by his best efforts. He kept America out of new wars – for example with Iran – wars that the Captured State so desires. He thought he could drain a vile swamp, but now the Captured State has prevailed again. And that is what Mr Biden’s foreign policy will be all about…

Steve Brown

*Neoliberal (def.): US hubris promotes US Corporate interests and financialized systems on a global basis without restraint. By puppet regimes, brutal dictators, war, or creating failed states; American influence must prevail at all costs whether human or financial, so long as financial gain results.

**To do so will require removal or submission of the Secretary of the Treasury since Mr Mnuchin has pledged US weaponization of the USD and financial sanctions as a surrogate for traditional and historic US military aggression.

Steve Brown: “Iraq: the Road to War” (Sourcewatch) editor of “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) and “Federal Reserve: Out-sourcing the Monetary System to the Money Trust Oligarchs Since 1913“. Steve is an antiwar activist, a published scholar on the US monetary system, and has appeared as guest contributor to The Duran, Ron Paul Institute, Herland Report and Strategika51. twitter: @newsypaperz

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

18 Commentaires

  • 8 , 10 et 15 ans avant cela et en est en 2020 , donc ces tech existaient déja : des gars qui bossaient prés des pylones de transport d’electricité ont vu soudainement des objets inconnus , pas des ovnis mais genres drones et qui aussitot ont disparus et ils ont relaté tout cela dans les médias et choses bizarres , on en trouve plus trace de leurs témoignages .
    et donc en analyse et conclusions : ces incendies ciblés partout est un mode opératoire ou entre plusieurs acteurs : largages de substance par aéronef bien visible à très haute altitude afin de crée un maillage de détection , après entre les sat’s de basse orbite qui voient ce maillage et ensuite ces drones qui apparaissent et disparaissent et se recharge en energie dans les transfo et cables des cie en pleine nature et dans ce cas la devant des témoins , plusieurs .

  • dans les images toutes ces tronches d’ordures et de salopards , a vomir .

  • Cosworth57200

    Rien sur l’UE. Concernant la Turquie, si ce n’est pas être grand devin que d’estimer qu’il y aura plus de tensions régionales, il semble absurde de pensr se baser sur la Turquie pour retrouver de la crédibilité dans l’OTAN.

  • la maudite nsa et cie avec comme embleme un aigle qui tiens dans ces griffes une clé ! , comme la clé de st pierre , mais la clé de st pierre c’est autre chose et beaucoup plus merveilleux et spirituel dans ce bas monde , en argent et dans l’autre en or et le vatican 2 et leurs clé , qu’ils aillent au diable.
    mais la nsa , tiens un anagramme de la nasa et ect…. avec les gafa espionnent le monde entier et cela par la faute des ingénieurs , agregés en tout domaine , mathématiciens et autres créateurs d’outil d’espionnage de la masse et de la vie privé des gens sur le web mondial .
    un grand héros comme mordechai vanunu et les autres que ce Mr SNOWDEN et son discours a berlin en 2013 est pertinent et en est en 2020 , y à t’il eu des changement ? ;
    et parmi les centaines de milliers de doc’s ultra pseudo secret , seulement quelques centaines on été publiés et qu’en est’il du reste , surement transmis au monde , pour que ces pays puissent se défendre contre cette espionnage massif de la population .
    non Mr Edward SNOWDEN n’est pas un traitre , mais un vrai homme , et qui graçe à lui et aux autres ont dévoilé au monde ce que fait la nsa , cia , mossad , et leurs alliées et cela pour soi disant combattre le terrorisme , avec leur patriot act crée lors du complot et false flags du 11/09/2001 .

  • michel marais

    Ils avaient fait le coup avec Al Gore contre WG Bush : les médias avait annoncé le premier comme nouveau président, avant d’avoir du faire volte-face.
    Dès lundi, cette victoire à la Pyrrus va imploser et le retour de bâton va être cuisant, très, très cuisant.

    Ce n’est pas aux médias de faire ou de défaire un président, mais à des institutions étatiques.

    À suivre.

  • Alors que les médias ont annoncé la victoire de Joe Biden, le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a estimé samedi qu’il était trop tôt pour féliciter l’auto-proclamé impétrant.

    « Nous allons attendre que toutes les questions légales soient résolues. Nous ne voulons pas être imprudent », a déclaré M. Lopez Obrador à la presse.

    « Nous ne souhaitons pas agir à la légère et voulons être respectueux de l’autodétermination des peuples et des droits d’autrui », a ajouté le président mexicain qui entretenait de bonnes relations avec le président sortant.

    « Nous n’avons aucun litige avec ni l’un ni l’autre des deux candidats. C’est un sujet humain, il faut faire preuve de décence et de prudence politique avant de prendre position sur ce qui s’est passé », a conclu avec sagesse M. Lopez Obrador.

    https://www.egaliteetreconciliation.fr/L-election-americaine-en-direct-partie-2-Trump-le-combat-pour-la-justice-61639.html

    Cher Strategika, je t invite a la meme prudence. Car ca va castagner….

    • Entièrement d’accord avec Gers.

    • Merci Gers. Je le sais. La guerre civile US 2.0 est désormais inéluctable.

      Macron et Merkel qui se pressent à féliciter un candidat déclaré élu par les médias MSM vous donnent une idée sur ces deux figurants de bas étage.

      • quelle guerre civile ?
        pour faire une guerre il faut être deux et quand comme dans ce cas un camp écrase l’autre la guerre est terminée avant même d’avoir commencée !
        a moins qu’une partie de l’armée des USA ne se rebelle, ce dont je doute fortement car même si quelque quarteron de généraux en retraite osait appeler a la rébellion, ils ne seraient jamais suivie par aucun de leurs hommes de troupes qui sont a 99,99% pro-Trump !
        quand a imaginer une intervention des anciens vassaux européens . . . encore faudrait il qu’ils aient quelque chose dans la culotte !

      • @Roc
        Je crois que tu ne tiens pas compte de la perfidie de ces monstres ; quand les braves partent avec ce principe (“de toute façon la force brute est de notre coté, ils oseront pas” etc.) ça fleure forcément le piège.
        Y aura du Wagner au rythme des mitrailleuses ; mais je m’en fous ; ce pays vit de la prédation la plus abjecte et la plus éhontée depuis que la première communauté anglo-saxonne a mis les pieds là-bas et je risque pas de verser de larmes sur leur sort.
        Même Gore Vidal (un mec admirable) avait dit il y a une vingtaine d’années au lendemain de 11/09: L’Amérique vit en ignorant toutes les lois humaines ; ne tenant même pas compte de l’élémentaire loi physique selon laquelle toute action engendre la réaction ; dès que j’ai un moment je vais dégotter cette vidéo

        • La meilleure du jour: l’Organisation des Frères Musulmans d’Égypte se félicite de “la perfection de la démocratie américaine qui a permis l’élection de Joe Biden, lumière du monde…” (sic)

          C’est la meilleure blague du jour. Enfin, les FM sont contents car ils vont reprendre du service comme du temps d’Obama/Clinton.

          • tout est dans cette phrase ; tout grégarisme et stupidité de ces sous-animaux primitifs que j’ose pas nommer singes car ce serait une insulte à ce noble animal ; une seule certitude: Y aura de la chair à canon à profusion.

  • Exclusif : La politique étrangère de Joe Biden – par Steve Brown

    Après le revers de près de quatre ans subi par l’État capturé dans sa tentative de façonner le monde en fonction de son programme néolibéral-global, examinons à quoi pourrait ressembler la politique étrangère du régime de Biden-Harris.

    OTAN
    Biden sera impatient d’exprimer son soutien à l’OTAN, et de renforcer l’opposition à long terme de l’OTAN au pacte sino-russe. L’OTAN se félicitera de la coopération avec le régime, car la main de l’OTAN est toujours tendue et l’agression à laquelle les démocrates se livrent régulièrement donne à l’OTAN sa raison d’être fortement invoquée. En outre, l’OTAN espère que l’approche néolibérale* de Biden pourra ramener la Turquie dans le giron de l’OTAN, afin de contrer tout rapprochement russo-turc, un objectif étatique majeur. (Voir Turquie, ci-dessous)

    ÉTAT

    Ne célébrez pas trop longtemps la disparition de l’actuel secrétaire d’État, car l’équipe de mécréants géopolitiques de M. Biden sera impatiente de se lancer dans la bataille de la politique étrangère. Le but principal de Biden-Harris sera de remettre l’État de guerre démocrate sur les rails, ce qui pourrait inclure Victoria “Kagan-Nuland”, Sam Power, Susan Rice, “Ginger Jen”, Kimberly Breier, Leon Panetta et tout autre agresseur mondialiste peu recommandable que l’on puisse imaginer.

    RUSSIE
    La classe State Capture affirme que la Russie est une menace de premier plan pour les États-Unis. Les élites de Washington et leurs médias – y compris la National Public Radio et le US Public Broadcasting Service – ont assailli le public d’hystérie russophobe pendant des années, tandis que la Chambre des représentants a tenté de mettre en cause Trump par le biais d’une théorie de conspiration basée sur une “ingérence dans les élections russes de 2016” qui s’est avérée fausse.

    Via Biden, les sanctions contre la Fédération de Russie et ses intérêts commerciaux vont probablement s’étendre, invoquant l’hiver sombre que Biden nous a promis. La belligérance de Biden-Harris va intensifier les tentatives de renverser le leadership de la Syrie, une politique qui a commencé sérieusement avec Hillary Clinton en 2011 à la demande d’Israël et de la CIA. Maintenant, Biden-Harris pourrait tenter d’affronter la Russie en Syrie.

    Confronter la Russie en Syrie prouvera implicitement la conformité du régime de Biden à la politique d’agression d’Israël contre l’Iran, et à l’objectif d’Israël d’éliminer Assad tout en laissant la Syrie un État en faillite. Mais une confrontation des États-Unis avec la Russie en Syrie s’avérera être une grave erreur de calcul, et mettra en évidence la poursuite de dangereuses desseins néolibéraux-néoconservateurs sur le Moyen-Orient, qui ont déjà coûté des billions de dollars en trésors et en vies humaines. L’extension des sanctions de Biden contre la Russie sera contre-productive et isolera encore plus les États-Unis.

    TURQUIE
    La Turquie, membre de l’OTAN, a longtemps été un agent double, courtisant à la fois la Fédération de Russie et les anciens États-Unis. Un régime Biden agressif mais faible peut se tourner vers la Turquie pour reconstruire sa crédibilité auprès de l’OTAN et s’opposer à l’influence russe en Syrie et ailleurs. Ce qui précède est cependant un jeu extrêmement dangereux pour Biden. Aucun nouvel acteur du Département d’État dans le nouveau régime ne sera capable de gérer un opérateur sophistiqué et habile comme Erdogan and co. Et la Turquie a déjà dénoncé Biden. Il faut donc s’attendre à une instabilité régionale et à une augmentation du nombre, de la gravité et du coût de conflits tels que celui du Haut-Karabakh.

    VENEZUELA & CUBA

    Les immigrants cubains en Floride ont largement soutenu Trump-Pence, de sorte que le potentiel d’un dégel de Biden-Harris dans les relations avec Cuba – et d’ailleurs avec le Venezuela – semble peu probable. C’est parce qu’avec une marge politique aussi étroite, Biden doit courtiser les immigrants cubains de Floride et assouplir les politiques d’immigration américaines pour obtenir le vote cubain réactionnaire, tout en résistant à la détente avec Cuba. En ce qui concerne le Venezuela, en raison de la confiscation par les États-Unis des réserves d’or et des ressources naturelles du pays, il est peu probable que Biden réduise les sanctions et la politique agressive des États-Unis à l’égard du Venezuela.

    CIA/FBI

    En dépit de l’image que les médias donnent d’eux, Trump n’a pas purgé les éléments subversifs de son régime et a manqué la trahison sous la forme de Gina Haspel et Christopher Wray, tout en étant distrait par le Russiagate et les détournements des médias. Trump semblait privilégier la loyauté et la personnalité perçues plutôt que la compétence et la capacité, à tel point que Trump semblait mal juger les déloyaux de sa Cour. Biden héritera d’une méchante équipe de bureaucrates intrigants chargés d’étouffer la vérité sur les nombreux scandales qui entourent la classe politique, notamment le Huntergate, le Russiagate, l’affaire Epstein-Maxwell et bien d’autres.

    En d’autres termes, l’actuel procureur général des États-Unis n’aura pas le temps de poursuivre des crimes graves contre la Constitution, comme la tentative de mise en accusation lancée il y a moins d’un an. Biden mettra probablement un terme à ces enquêtes et peut-être même conclura t-il un accord avec Ghislaine Maxwell pour protéger les acteurs puissants, et mettra fin aux enquêtes concernant le dossier Steele et le trafic d’influence de Hunter Biden en Chine et en Ukraine.

    CHINE
    Peut-être controversé pour certains, aucune nation ne devrait donner les joyaux de la couronne de la fabrication puis les demander en retour plus tard, comme Trump a tenté de le faire. Mais pour Biden, inverser l’approche de Trump et rechercher un rapprochement avec la Chine peut s’avérer délicat. Bien que la Chine ait besoin du commerce américain, elle possède déjà de larges pans de la production américaine de biens et a contourné nombre des sanctions et pénalités commerciales que les États-Unis lui ont imposées. En fin de compte, la Chine comprend que les États-Unis connaissent un déclin et que la Chine doit maintenir sa domination non seulement dans le secteur manufacturier, mais aussi contester l’hégémonie du dollar américain à l’avenir.

    Cette guerre commerciale avec la Chine est loin d’être terminée, et Biden-Harris pourrait ne pas s’y attaquer facilement. L’établissement de relations commerciales avec Huawei et l’influence que Biden a exercé en tant que vice-président pourraient atténuer quelque peu les tensions en Chine, surtout si les sanctions commerciales et politiques contre la Chine sont allégées et si les déclarations américaines abrasives sur les protestations de Hong Kong prennent fin. Néanmoins, il est peu probable que la Chine considère les États-Unis comme un partenaire fiable à l’avenir… tout comme la Fédération de Russie ne le fait pas. Pendant ce temps, les missions commerciales et diplomatiques américaines dans le monde continueront à se détériorer et à décliner sous Biden-Harris en général. La Chine est maintenant une première puissance et a une vision à 20-20 quand il s’agit de régimes de double négociation… ce que la plupart du monde perçoit comme étant les États-Unis.

    ISRAEL-IRAN-PALESTINE
    La reconnaissance par Trump-Kushner de l’annexion par Israël du plateau du Golan occupé ne peut être annulée. On ne sait pas si Biden-Harris soutiendra les efforts d’Israël pour annexer la vallée du Jourdain – ou s’il les arrêtera – mais l’opposition à l’annexion et les arguments contre l’expansion continue des colonies sionistes extrémistes militantes seront un test précoce pour Biden. Le rapprochement des États-Unis avec le peuple palestinien est impossible, et compte tenu de la nature de cette structure politique américaine, tout soutien américain aux Palestiniens et à leur situation est très improbable.

    Les preuves suggèrent que Trump a apporté son soutien au régime de la JTF de Netanyahu comme moyen d’obtenir et de garder le pouvoir. Mais le lobby israélien, aussi puissant qu’il puisse être, ne pouvait pas garantir à Trump un deuxième mandat . Malgré cela, le lobby israélien sera essentiel à Biden pour conserver le pouvoir. Ironiquement, pour rendre hommage au lobby israélien et consolider sa base de pouvoir, Biden doit intensifier le harcèlement américain contre l’Iran – en particulier en Syrie et en Irak. En tant que tel, l’Iran regardera le nouveau régime américain avec beaucoup de suspicion. Biden a indiqué qu’il pourrait y avoir une tentative de relance du JCPOA, mais l’Iran n’acceptera pas une telle ouverture. Tenter de relancer le JCPOA incitera Israël à la guerre également, comme l’a déclaré le “ministre des colonies” Tzachi Hanegbi. L’Iran a réussi à contourner les sanctions américaines et à résister à l’agression américano-israélienne tout en étendant son influence en Syrie et en Irak, et il n’est pas nécessaire que l’Iran négocie avec les acteurs étatiques américains comme décrit ci-dessus, donc toute tentative de rapprochement américano-iranien est extrêmement improbable.

    AFGHANISTAN

    La plus longue guerre d’Amérique est alimentée par les caisses en faillite de la Réserve fédérale du Trésor et par une arrogance américaine qui ne cherche la guerre que pour le profit. Le projet de Trump de retirer ses troupes semble être une dernière tentative pour prouver au peuple qu’il tient ses promesses. Biden-Harris va certainement renverser la vapeur.

    TERROR

    Depuis que Trump a pris la présidence, il n’y a pas eu d’attentats terroristes ISIS/jihadistes aux États-Unis. Pour une raison inconnue, le président n’a pas mentionné cela comme étant un accomplissement majeur de son mandat. Les médias américains n’ont jamais crédité M. Trump de l’absence d’attentats terroristes takfiri intérieurs pendant son mandat. La situation est traitée de telle manière que, même lorsque la France a été victime d’attentats terroristes de grande envergure de la part de terroristes de l’ISIS, les événements n’ont fait l’objet que d’un reportage minimal aux États-Unis. Indépendamment de ce que l’on pense de la soi-disant interdiction des musulmans, il n’en reste pas moins que les attentats terroristes takfiri aux États-Unis semblent être un lointain souvenir. Mais Biden a déjà promis de mettre fin aux contrôles d’immigration de Trump et, si c’est le cas, les actions de Biden (entre autres) vont probablement entraîner de nouvelles menaces terroristes graves et durables pour les États-Unis à l’avenir.

    CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord comprend ce que Saddam Hussein n’a pas compris : si vous êtes un “État voyou” et que vous possédez réellement des armes nucléaires, alors vous ne serez pas attaqué par les États-Unis. L’approche de Biden vis-à-vis de la Corée du Nord reflétera probablement celle de son ancien patron, qui est de ne rien faire, et refusera d’accepter que la Corée du Nord ait le droit de se défendre. Aucun progrès dans ce domaine.

    Conclusion

    En tant qu’homme d’affaires, M. Trump ne pouvait être qu’un outsider dans la fosse aux serpents de Washington et M. Trump n’a apparemment pas pleinement appris les leçons de Machiavel sur le leadership moderne.

    La culture du Beltway, caractérisée par la magouille et le double jeu, a permis aux apparatchiks néoconservateurs et étatistes de diriger Washington avec un abandon imprudent pendant des décennies – jusqu’au jour où M. Trump a pris ses fonctions. Qu’il soit malavisé ou non, M. Trump croyait qu’il pouvait faire une différence positive pour l’Amérique en faisant de son mieux. Il a tenu l’Amérique à l’écart de nouvelles guerres – par exemple avec l’Iran – guerres que l’État capturé souhaite tant. Il pensait pouvoir assécher un vilain marécage, mais maintenant l’État capturé l’a emporté à nouveau. Et c’est sur cela que portera la politique étrangère de M. Biden…

    Steve Brown

    *Neolibéral (déf.) : L’arrogance américaine promeut sans retenue les intérêts des entreprises américaines et les systèmes financiarisés à l’échelle mondiale. Par des régimes fantoches, des dictateurs brutaux, la guerre ou la création d’États en faillite, l’influence américaine doit prévaloir à tout prix, qu’elle soit humaine ou financière, tant que le gain financier en résulte.

    **Pour ce faire, il faudra destituer ou soumettre le secrétaire au Trésor puisque M. Mnuchin s’est engagé à ce que les États-Unis utilisent l’arme américaine et les sanctions financières comme substitut de l’agression militaire américaine traditionnelle et historique.

    Steve Brown : “Iraq : the Road to War” (Sourcewatch) éditeur de “Bush Administration War Crimes in Iraq” (Sourcewatch) et “Federal Reserve : L’externalisation du système monétaire aux oligarques du Money Trust depuis 1913” . Steve est un militant anti-guerre, un spécialiste du système monétaire américain, et a été invité à contribuer à The Duran, au Ron Paul Institute, au Herland Report et à Strategika51. twitter : @newsypaperz
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.