Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Le conflit du Nagorno Kara Bagh a exclu les diplomaties US et européenne des affaires du Caucase et ce dernier demeure plus que jamais sous le contrôle de deux puissances montantes: la Russie et la Turquie.

La diaspora arménienne, notamment celle disséminée en France et dont l’influence sur les réseaux politiques souterrains de ce pays est souvent sur-estimée, a démontré sa déconnexion totale avec les réalités arméniennes et la géopolitique de ce pays. Il ne suffit pas que six mille français d’origine arménienne (dix mille selon d’autres sources mais ce chiffre semble exagéré) rejoignent les forces armées arméniennes en tant que volontaires de dernière minute pour inverser le cours d’un conflit auquel l’Azerbaïdjan n’a jamais cessé de se préparer et d’accumuler armes et munitions.

Avant même le début de ce conflit, l’armée azérie s’est assuré d’une écrasante supériorité numérique sur les forces arméniennes du Kara Bagh tout en dissimulant ses intentions réelles jusqu’à la dernière minute. Cela explique la capacité des forces azéris à se concentrer des troupes en nombre supérieur sur n’importe quel point d’attaque durant les quarante jours du conflit. Les troupes azéris étaient mieux armées mais surtout mieux commandées grâce à un nouveau système de commandement plus agile influencé par la nouvelle organisation des forces armées turques sur un modèle inspiré des dernières techniques du management de combat élaborées par les israéliens. Mais cet élément seul ne garantit pas la victoire dans un conflit aussi complexe que celui du Nagorno-Kara Bagh; les officiers azéris se sont montrés bien plus motivés que leurs homologues arméniens. Ces derniers n’ont cependant pas manqué de courage mais le courage seul n’est plus un facteur déterminant dans la conduite des guerres depuis le déclin de la chevalerie et l’apparition des armes à feu.

Une des caractéristiques de ce conflit est l’usage intensif par l’Azerbaïdjan de drones d’attaque comme le fameux Bayraktar TB-2 de fabrication turque mais également des drones kamikazes comme les Harop et Skystriker de fabrication israélienne. On notera également l’usage par des membres des forces spéciales turques “embedded” ou attachés à certaines unités d’élites azéris du drone kamikaze Kargu, une sorte de quadricopter muni de senseurs de haute précision et d’une charge explosive.

L’incapacité de l’armée arménienne à faire face à la menace posée par les drones adverses semble incompréhensible en regard des succès remportés par les drones turcs Bayraktar TB-2 en Syrie et plus spectaculairement en Libye. Ce manque d’anticipation ou prise en compte d’un nouveau élément dans le champ de bataille par les stratèges arméniens dénote soit une prise à la légère de la menace, soit une rigidité de la réflexion traduisant un conservatisme institutionnel résistant aux changements.

Quelle que soit la cause d’une telle carence, elle permit aux Azéris et à leurs alliés turcs de mener une guerre à coût limitée puisque l’usage de drones kamikazes permet une reconnaissance du théâtre tactique avant la destruction d’un système d’arme ennemis bien plus onéreux que le coût de sa fabrication, d’acquisition, de maintenance et de préparation. Le président de l’Azerbaïdjan est allé jusqu’à affirmer que les drones de ses forces armées ont détruit l’équivalent d’un milliard de dollars US en systèmes d’armes arméniens.

Indubitablement, un simple drone permet d’effectuer des missions autrefois allouées à des avions de combat et des hélicoptères d’attaques onéreux. Dans le cas du conflit du Nagorno Kara Bagh, les drones Bayraktar TB-2 et les drones kamikazes ont réussi à détruire des pièces d’artillerie, des chars de bataille lourds et même des portes de commandement mobiles. C’est d’autant plus remarquable que cette mission est menée par un drone équipés de munitions de moindre puissance que les missiles Air-Sol utilisés traditionnellement par des vecteurs traditionnels. Autre facteur d’importance, outre son coût peu onéreux par rapport à un hélicoptère d’attaque ou un avion d’attaque au sol, un drone a une signature infra-rouge inférieure, ne peut être détecté par les radars qu’à une très courte distance (et donc toujours tard), est fabriqué en matériaux composites ( et très peu de pièces en métal). La communication par satellite avec de tels vecteurs est le seul point faible de ce dispositif mais les récents développement en matière de canaux de communication par satellite cryptés et hautement dirigés rendent le piratage ou du moins le brouillage des drones aléatoires si l’on dispose par de puissantes contre contre-mesures électroniques.

Plus que les drones d’attaque, c’est les tactiques y afférentes utilisées par les turcs et les azéris qui posent un problème majeur pour les systèmes de défense aériennes adverses. Que ce soit en Libye ou au Nagorno Kara Bagh, les drones turcs ont démontré leur formidable capacité à cibler des lanceurs mobiles de missiles balistiques (Un système R-17 Elbrus/Scud B détruit et dont les débris ont été filmés par une équipe de la BBC britannique*), des sites de lancement de missiles SAM et même des systèmes mobiles Pantsir S-1 isolés (Libye). Le cas des drones kamikazes est encore plus problématique puisqu’aucune armée au monde ne dispose actuellement de contre-mesures à 100% efficaces face à ce genre de menace. Paradoxalement, ce genre de menace donne une seconde vie à des systèmes de DCA anciens ou obsolètes pour la défense aérienne car il ne fait aucun doute que dans le cas de figure ou l’usage des drones kamikaze va se généraliser à très court terme, chaque unité, chaque véhicule terrestre devra se transformer en une arme anti-aérienne capable de créer un nuage de projectiles afin d’arrêter les drones kamikazes, d’autant plus qu’ils vont certainement être utilisés en essaim avec un niveau minimal d’intelligence artificielle.

Cette guerre a renforcé la montée en puissance de la Turquie, le renforcement d’un sentiment de pan-turkisme que l’on croyait en veilleuse mais surtout démontré qu’un conflit bloqué à jeu de sommes nulles pouvait se résoudre par la force brute sans le recours à une diplomatie multilatérale très lente, toujours biaisée et totalement inéfficace. Bakou a observé le tropisme anti-russe du Premier ministre arménien et a décidé d’agir. Les russes ont toutefois sauvé l’Arménie de deux désastres assurés: 1. Ils ont sauvé le peu qui reste de l’Artsakh ou l’enclave arménienne dans le Nagorno Kara Bagh même si le déploiement parallèle de forces (de maintien de la paix ) turques, une provision non prévue dans l’Accord de cessez-le-feu supervisé par Moscou, rend la survie de cette enclave assez problématique dans les années à venir; 2. Moscou a évité à l’Arménie un début d’invasion sur son propre territoire car une victoire totale de l’Azerbaïdjan au Nagorno Kara Bagh et la déroute militaire arménienne laissaient la voie libre à une telle éventualité.

D’un certain point de vue objectif, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a joué la carte occidentale au détriment de Moscou et s’est retrouvé doublement piégé: non seulement l’Occident ne lui a été d’aucun secours mais il s’est aliéné la Russie sans pouvoir marquer le moindre point sur le terrain. Au contraire, il a failli faire envahir son pays et se retrouve in fine sous tutelle russe. Pachinian n’est pas le seul responsable de cette débâcle. Cest l’ensemble des élites arméniennes pro-occidentales ou influencés par des réseaux occidentaux qui ont mené leur pays à une impasse stratégique totale.

Strategika 51

23 novembre 2020

*

15 thoughts on “Les dures leçons du conflit du Nagorno Kara Bagh

  1. Pour votre info à tous les drones ne sont pas guidés que par liaison satellite , alors pourquoi ?

    Au décollage et à l’atterrissage la liaison sat est trop longue en temps pour garantir un déc / att sans risque donc au sol vous avez un poste de controle pour ces 2 phases là .

    Ensuite comme les ingénieurs ne sont pas que abrutis ils ont bien sûr anticipé les défauts de la liaison sécurisée par satellite , éventuel brouillage ( encore faut il connaitre l’ensemble du spectre des FRQ utilisées et si on est en évasion de fréquence vous pourrez toujours brouiller comme un bourrin ça ne servira à rien ) , météo , type de nuages qui contrariraient la propagation .

    Tout ceci avance vite au fur et à mesure de l’analyse des incidents et des crashes de drones en exo ou en opérations .
    Certains crashes ont mis en évidence la nécessité qu’un opérateur dans une station de controle puisse reprendre le controle du drone hors liaison satellite .
    Inutile de me sortir le baratin genre oui mais à 300 kilomètres dans un relief montagneux on ne pas passer un signal radio : on peut , il suffit de faire ce que fait France 2 dans les étapes de montagnes du tour de France , vous mettez en l’air une station relais ( avion ou drone de relais ) et le tour est joué.

    On peut aussi imaginer , et on sera dans le vrai , un drone qui soit capable de faire tout seul le distingo sur les divers objectifs au sol .

  2. La population de l’Azerbaïdjan est 3 fois supérieure à celle de l’Arménie et plusieurs dizaines de fois à celle du Haut-Karabagh. Dans ces conditions, ce n’est pas une performance extraordinaire d’être en suprématie numérique en n’importe quel endroit du front. La Russie et l’Arménie avaient un accord de défense mais la Russie ne voulait le faire jouer que si les combats atteignaient le territoire arménien. Contre les drones, les hawkeye pourraient être une solution mais il faut également avoir l(aviation de chasse derrière.

    1. Alors ils auraient bien fait d’eviter de péter plus haut que leurs cul,et chier leurs monde depuis 30 ans.
      Même les russes ont en marre d’eux.et leurs pleurnichage en occupant les terres des autres.

      1. marrant, ça s’applique tout aussi bien aux Kurdes syriens (à certains) qu’aux sionistes …

    2. Le discours d’avant guerre et de ses premiers jours,était que les armeniens était des guerriers intrépides,comme l’histoire des kurdes,et les azeris et les turques avec leurs supériorité sont des demi hommes,et ils vont se casser la gueule dans les montagnes imprenables et l’hiver qui arrive.et il n’est pas question de se soumettre aux resolutions de l’onu,injustes,et on a commencé à justifier tout ce bordel avec des narations historiques de milliers d’années,comme celles des sionistes en palestine,pour justifier l’injistifiable.
      Et maintenant on commence à justifier l’humiliation par le nombre et faire porter le chapeau aux russes,et non pas les americains et la france où se trouve leurs plus importante diaspora.
      Pire encore,on accuse les turcs de ramener les teroristes pour créer l’instabilité dans le caucase,sans trouver de trace de ces teroristes,qu’on arrête pas de faire déplacer avec leurs materiel de continents à un autre,tout les 48 heures,comme si s’etait des bananes ou des pommes.
      Et on oublie les dix milles «jeunes volentaires» de france, et non teroristes!car ce ne sont pas des musulmans,et vont soutenir des non musulman,pour soutenir leurs frères PERSÉCUTÉ!!! dans un paus tiers, déclaré officiellement par les autorités armeniennes et lalque propagande armenienne en france, que personne n’a commenté.
      Toujours de la propagande,toujours des mensonges et toujours des pleurnichages.

    1. C’est écrit à l’origine en quelle langue l’article ici présent ?
      Parce qu’au niveau du traducteur automatique IA (plutôt Hi Han ! de cet empereur de Chine aux grandes oreilles surnommé Cadichon par la Comtesse de Ségur, c’est un peu aléatoire).

      Votre très honoré M. DAK

        1. A – C’est à vous de relire, moi je fais plein de fautes dans mes textes et je ne demande pas aux autres de les corriger.

          B – Il paraît que Voltaire faisait un faute par ligne aussi ce n’est pas un problème.

          C – Il y a des bizarreries qui dénotent soit une traduction automatique, soit une tournure de langage originale, il ne faut pas se vexer pour autant, je fais de plus en plus de même en écrivant, d’autant que le temps presse, et que les délais et contrainte sont de plus en plus réduits. Et puis le langage est vivant et évolue sans cesse.

          D – Concernant les ânes (et les autres animaux), j’ai toujours une hésitation à les utiliser par rapport aux humains, car j’ai constaté que le moindre des animaux est intelligent alors que l’humain décline sans cesse et est en passe majoritairement d’être le plus crétin de toute l’évolution. Pour les ânes, j’ai le regret de ne pas pouvoir en avoir chez moi, ils sont très intelligents et sensibles, et ceux qui en ont s’y attachent totalement.

          1. Tournures bizarres=idiomes, façon de penser. Il y a longtemps que j’ai pris mes distance avec la syntaxe actuelle même si je respecte la grammaire.
            Il y a aussi l’apport des autres langues d’usage. Trois indo-européennes et deux sémitiques.

  3. Ce qu’il faut garder à l’esprit.
    C’est que les drones qu’elle qu’ils soient, sont téléguidé à distance via les satellites.
    Voilà indéniablement le point faible de cette arme.
    Et c’est là dessus que les armées de chaque pays vont concentrer leurs recherches pour pallier à cette lacune.
    La Turquie à compris que le monde du drones n’en n’est qu’à ces débuts, et que le temps que tout les pays ont régler les multiples problèmes qui entour cette nouvelle arme.
    C’était le moment de profiter de changer l’équation géopolitiques avec lesquelles persistait des vielles querelles laisser en suspend de longue dates.
    La furtivité, la rapidité, l’autonomie, la quantité de chargement de missiles et munitions, la formation des pilotes à distance, le renseignements, les contre mesures etc …etc …. sont des vecteurs qui en sont qu’à leurs débuts pour beaucoup de pays.
    Les retardataires le payeront à prix forts.

  4. Je vois deux causes à leur débacle : Pachinian a limogé les pro-russses, dont les chefs militaires, d’où la désorganisation au sommet. Les Arméniens vivaient dans le confort intellectuel et “pensaient printemps” bobo (malgré la crise économique), ça ne fait ni de bons patriotes ni même de bonne chair à canon sur le front. La tête et la base de la pyramide étaient vérolées.

  5. aznavour ne doit pas etre content.
    lors de guerre du golf , il y avait des tank en plastique et recouvert de peinture de camouflage et à l’intérieur du steak surement pour brouiller les systeme optiques.
    l’iran a capturé beaucoup de drone hyper secret us et autres et qui avait le tech le plus performant et qui étaient dans son espace aérien , comment on t’ils fait .

  6. Mieux vaut tard que jamais. contrairement à d’autres medias alternative,S51,a le courage de revoir et remettre en cause certaines fausses théories et fausses vérités,que certains medias que je considère propagandistes pro occidentales,veulent imposer dans toute analyse sur l’actualité,et qui n’a aucun rapport avec la réalité et le faits sur le terrain.du à leurs soumission caché au sionisme,ou au racisme envers certaines communautés et partie pris pour certaines ideilogies.de gauche en générale.
    Ce qui les a pousser à paraitre ridicule,et perdant toute crédibilité.
    COURAGE ET BONNE CONTINUATION strategika51.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :