Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

21 thoughts on “Trump parle aux médias pour la première fois depuis les incidents du capitole: “pas de violence mais le chemin suivi par Nancy Pelosi et Chuck Schumer est dangereux pour les États-Unis… “

  1. les amis de celui qui a été assassiné à bout portant vont se venger et ils vont faire appel a des timothy mac veigt et d’autres qui sont totalement inconnu de tous .
    une armée dans l’armée us et plus que cela impliquants des pro en tout domaine , meme la nsa et cia et totalement infiltré par eux et que dire des autres officines .
    soit c’est une fausse mort , soit c’est vrai .
    c’est la fin de l’empire .

  2. pas mal le false flag posté par l’almor et hélas ces scenarios sont fort plausible comme un certain 11/09/2001 et d’autres dans le monde .
    la question , est ce que un quidam peut’il escalader des mur comme sur l’article , difficile a faire , on constate bien que ce sont des gens entrainés .

  3. C’est le moment idéal pour un false flag, comme un kalibr déguiser en tomahawk qui irait s’écraser sur le domicile familiale de joe biden !

      1. Abattu d’une balle de calibre .45 émanant d’une arme impossible à trouver sur le marché civil.
        Il a été assassiné à bout portant.

  4. Un peu hors sujet :

    « J’ai abandonné l’hypothèse extraterrestre en 1967 lorsque mes propres investigations dans le domaine ont dévoilé un étonnant recouvrement entre les phénomènes psychiques et les ovnis. Mes découvertes furent très impopulaires à l’époque, mais dans les années qui suivirent, la plupart des enquêteurs européens, et nombre des scientifiques américains impliqués dans le sujet ont vérifié et accepté mes conclusions. »

    Son approche des entités spirituelles a révolutionné la compréhension des phénomènes paranormaux d’une manière si spectaculaire et non conventionnelle que vous n’entendrez parler de lui qu’en de rares occasions. Il développe sa propre réflexion et parvient au concept non pas d’extraterrestres, mais d’ultraterrestre, terme qu’il popularise dans son livre Our Haunted Planet (1971).”

    1. Au contraire je dirais.
      Karpov & Kasparov étaient excellents dans leur domaine, mais une fois entrés en politique ils se sont ridiculisés.
      L’IA comme vous dites les a dépassés. Et bien si l’IA entrait en politique, elle serait encore plus ridicule que ces deux là !
      Car l’esprit humain n’est pas basé sur la précision et la justice mais sur le principe flexible et donc flou de l’association.

  5. matilda et l’autre sans jamais prendre conscience , ah la la , cela m’a fait rire .
    que c’est vrai , mais est ce vrai qu’elle est bien de kinsghton, dans ce cas c’est bob marley qui doit se retourner dans sa tombe ou est ce vrai qu’elle est de zone de malabar , quel legende vont’ils encore fabriquer .
    il faut voir un peu de tout dans ce bas monde , comme dans stratpol et les drones ainsi que d’autres sujets d’actus .

  6. faites gaffes ce type est capable d’avoir l’air de perdre pour endormir ses ennemis !
    la tempête est a leurs porte et ils s’amusent !

    1. Quand l’attaque prévue est imminente,
      s’éffoirer* mollement sur le train arrière
      d’un air abattus si possible,
      permettra d’engranger des gains supplémentaires
      pour pas cher.
      L’art de la guerre, Sun Tzu ou à peu près.
      -s’écraser*

    1. Foxhound : Bien cher camarade, ils ont en tête de rayer de notre mémoire, tous les contenus de supports anciens et même parfois assez récents, les rendant ainsi obsolètes, (en supprimant purement et simplement les anciens lecteurs, pour soi-disant proposer des produits nouveaux et plus performants) plus de supports lisibles donc, ils ont en magasin des tonnes de baratins prêt à l’emploi pour remplacer l’Histoire réelle par des bobards sur mesure (c’est sous l’ère de l’escroc sarkozy qu’en France, ils (les falsificateurs ou “réécriveurs”) proposèrent la réécriture de notre propre Histoire, en commençant, bien entendu, par nos manuels scolaires, qu’ils avaient épuré de tous ce qui concernait notre histoire populaire et surtout les épisodes concernant les mouvements sociaux et l’actualité sociale. Notre cher Georges Orwell avait parfaitement raison de se méfier d’abrutis du genre du chef de clan maffieux sarkozy (mais il n’était hélas pas le seul, beaucoup d’autre se pressaient à l’entrée du portillon)
      Extrait d’un article paru sur le site (foutrement pro-sioniste) “rue 89” à l’adresse Internet suivante : https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20100302.RUE5283/la-reecriture-de-l-histoire-francaise-george-orwell-avait-vu-juste.html
      Extraits : « … Tuberculeux, isolé sur l’île écossaise de Jura, sans téléphone, sans médecin, loin d’un hôpital, George Orwell savait-il, en rédigeant « 1984 », que son roman susciterait toujours autant de débats passionnés, vingt ans après cette guerre froide dont il ne vit que le premier acte ? Poser la question de tout ce qu’Orwell avait « prédit » dans son roman, c’est occulter un fait central : Orwell lui-même n’ambitionnait pas de prophétiser l’avenir, mais bien, selon ses mots, de rédiger une satire ou une parodie, de ce que « pourrait » devenir le monde si l’on n’y prenait garde. La dislocation du temps Le cadre chronologique du roman demeure volontairement flou : Winston Smith, le personnage principal, ne sait pas si « l’on est bien en 1984 », et la première phrase du roman elle-même (« The clocks were striking thirteen », soit « Les horloges sonnaient treize heures »), dont l’effet en langue anglaise est assez déroutant, atteste cette implacable dislocation du temps. En outre, un lecteur britannique de la fin des années 40 identifiait nombre de situations dépeintes dans le roman à la Grande-Bretagne de l’après-guerre, celle du rationnement, des odeurs de choux bouilli et des rues jonchées de débris. Même période, mais autre Europe : le poète polonais Czeslaw Milosz décerna un vibrant satisfecit à Orwell qui, selon lui, dépeint avec une remarquable exactitude l’existence de l’autre côté du « rideau de fer ». Conséquence : « 1984 » a notamment inspiré une lecture anti-communiste, principalement aux Etats-Unis. Fred Warburg, l’éditeur du roman, avait même envisagé de solliciter Churchill pour rédiger une préface au roman. Sur son lit de mort, le romancier avait dû affirmer et réaffirmer sa fidélité à la gauche. Ceci n’empêcha pas le théoricien conservateur Norman Podhoretz de déclarer en 1983 que « si Orwell était vivant de nos jours, il serait néoconservateur », ni d’ailleurs Christopher Hitchens de légitimer la guerre en Irak par la participation d’Orwell à la guerre d’Espagne. La guerre pour pacifier On peut penser que Jean-Claude Michéa a « 1984 » en tête lorsqu’il décrit la nécessité, pour une société libérale, de toujours se constituer un ennemi juré incarnant le mal, que celui-ci s’appelle « communisme » ou « islamisme ». Car, selon lui : « Une société qui se présente comme “la moins mauvaise possible” tend logiquement à fonder l’essentiel de sa propagande sur l’idée qu’elle est là pour nous protéger de maux infiniment pires. » L’ennemi peut tout à fait être fabriqué de toutes pièces, à l’instar des alliances et ruptures cryptiques entre les trois puissances dominantes du monde de « 1984 », où l’essentiel est que la guerre à la fois constante mais aussi largement absente du quotidien : « Elle ressemble aux batailles entre certains ruminants dont les cornes sont plantées à un angle tel qu’ils sont incapables de se blesser l’un l’autre. » L’ennemi substantiellement fabriqué des première et deuxième guerres du Golfe, du mythe de la « quatrième armée du monde » à celui des « armes de destruction massive », les Saddam Hussein ou Ben Laden un temps amis et désormais ennemis de l’Occident, insufflent une saveur particulière à la géopolitique de « 1984 ». Si ces mensonges ne sont pas nouveaux (pensons au Lusitania en 1915), leur accélération et la prolifération de conflits dits de « faible intensité » autorisent les parallèles avec le roman d’Orwell. L’histoire comme palimpseste Mais c’est au niveau du langage totalitaire (la novlangue, la langue inventée par Orwell pour son roman) et de l’oblitération de l’histoire que « 1984 » s’avère le plus précieux. Le lien entre les deux a été finement analysé par Jacques Dewitte. Si certaines sociétés ont tendance à repousser l’histoire dans l’insignifiance -on pense aux Etats-Unis, où l’expression « you’re history » [« Tu es fini » en français, ndlr] est un stigmate de ringardise-, il n’est sans doute pas exagéré d’évoquer les « abus de mémoire » fréquents dans le débat politique et médiatique français. Ceci donne des situations cocasses quand des spécialistes anglo-saxons de la France, tenants d’un sens commun proche d’Orwell, sont traités avec arrogance par des universitaires ou éditorialistes français qui lient telle ou telle question d’actualité à des figures comme Philippe Auguste, Henri IV, Robespierre ou Rousseau. … »
      Leurs références prêtent souvent à caution, écrites (réécrites) dans un esprit très pro-propagandiste!

      1. Une petite dernière pour la route : j’aime assez l’expression qu’emploi notre ami *Dmitry Orlov : « on ne peut pas remettre le dentifrice dans le tube », c’est exactement ce que font ces abrutis de soi-disant dirigeants du parti démocrate (dont les enfoirés de Clinton, criminels en puissance, tarés et êtres abjects au-delà de tout ce qui est imaginable! Eux et leurs complices, sont la lie de notre bonne vieille Terre…), ils détruisent ce qui subsistait encore des Etats-Unis d’Amérique, et certainement pas pour reconstruire une monde meilleur, ho, que non ! (niet ! pour les russophiles)
        *Adresse Internet de son site : http://cluborlov.blogspot.com/2021/01/how-world-has-changed-lately.html

        1. Je ne répond pas; j’admire!
          J’aimerais bien lire des commentaires
          de cette eau tout les jours.

          1. Pour en revenir à notre très cher ami Dmitry Orlov (que Google n’aime décidemment pas!), allons à l’essentiel en lisant l’un des extraits de son article *à l’adresse Internet suivante : *Adresse Internet de son site : http://cluborlov.blogspot.com/2021/01/how-world-has-changed-lately.html.
            Extrait : «… Les choses vont-elles mieux dans l’Empire britannique 2.0 – la forteresse des Yankees de l’autre côté de l’Étang ? Là-bas, ils se battent pour remplacer un clown de téléréalité à tête orange par quelqu’un qui va probablement terminer un mandat présidentiel (ou une partie de celui-ci) sans jamais reprendre conscience. Pour l’accompagner, ils lui ont donné une « Matilda « jamaïcaine – une arnaqueuse qui va très probablement «prendre l’argent et s’enfuir». Il a été difficile de chasser la Menace orange du pouvoir en raison d’une vague de nostalgie qui s’est emparée de la moitié de la population qui veut continuer à bien vivre avec l’argent des autres. L’autre moitié s’y oppose, car beaucoup d’entre eux estiment qu’il devrait être possible de continuer à bien vivre simplement en imprimant de l’argent et en le distribuant. Aucune des deux parties ne gagnera. … »
            CQFD chers camarades

          2. “ils se battent pour remplacer un clown de téléréalité à tête orange par quelqu’un qui va probablement terminer un mandat présidentiel (ou une partie de celui-ci) sans jamais reprendre conscience. Pour l’accompagner, ils lui ont donné une « Matilda « jamaïcaine – une arnaqueuse qui va très probablement «prendre l’argent et s’enfuir»”
            Dmitry Orlov méprise les américains et hait Trump !
            “Il a été difficile de chasser la Menace orange du pouvoir”
            il est un piètre analyste politique car il croit que le président de la première puissance mondiale ayant le soutien de l’armée peut être chassé comme un malpropre !

        2. @Sergio
          Pour commencer parlons d’histoire
          …c’est sous l’ère … sarkozy qu’en France, …les falsificateurs ou ‘réécriveurs’ proposèrent la réécriture de notre propre Histoire
          Es tu sur que c’est uniquement depuis l’ere Sarkozy qu’on réecrit l’histoire ? Allons, allons, allons!

          …ces abrutis de soi-disant dirigeants du parti démocrate (dont les enfoirés de Clinton, criminels en puissance, tarés et êtres abjects au-delà de tout…
          Que les choses soient bien claires. Je ne suis ni pour Trump, ni pour l’autre camps. Tu as une oligarchie mondialiste qu’on ne présente plus, contre une autre oligarchie de type Nationale-Socialiste. A l’exterieur l’Oligarchie chinoise soutient sans reserve Biden, alors que l’Oligarchie russe soutient le camps Trump. Telle est la situation.

          Qu’es ce que les travailleurs vont gagner dans cette affaire ? Quel est la moins pire solution ? C’est à ces questions que je tente de répondre. Aprés analyse à froid des quatres dernieres années, il se trouve que l’equipe Trump represente la moins pire solution pour les travailleurs américains, rien de plus, rien de moins.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :