Stats

  • 6 971 671 Hits
01/08/2021

Strategika51 Intelligence

 Πάντα ῥεῖ…

Le site d'information iranien multilingue Press TV vient d'être censuré ou plutôt "saisi" par les autorités US. C'est le cas de deux autres sites iraniens et yéménite.

Le site d’information multilingue iranien « Press TV » vient d’être censuré ou plutôt saisi par les autorités US. C’est le cas également du site de la chaîne d’information iranienne « Al-Alam » (Le Monde) et du site yéménite « Al-Massira » (La Marche) proche du mouvement Houthi.

Pour Press TV, cette nouvelle forme de censure était quelque peu attendue dans un contexte mondial où la censure n’a jamais été aussi répandue depuis les années 30. La seule différence est qu’elle est désormais l’apanage de l’ancien monde dit libre. En moins de deux mois (mai et juin 2021), plus de 150 personnes parmi lesquelles des lanceurs d’alertes, des militaires, des magistrats, des journalistes et des membres de familles dirigeantes ont connu une mort suspecte à peine déguisée en accident ou suicide sans que les médias ne s’y attardent. Ces faits graves se sont déroulées dans une dizaine de pays, tous membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord*.

Le site de la chaîne iranienne Press TV a été saisi en vertu de lois US luttant contre « le trafic de matériaux et de technologies d’armes nucléaires, biologiques, chimiques ou radiologiques ainsi que la production, la fabrication, l’importation, la vente ou la distribution de substances contrôlées » (bon les gars qui ont travaillé sur ce dossier ont du ingurgiter une forte quantité d’alcool ou consommer des drogues dures…). Cette censure intervient surtout après l’élection en Iran de Raïsi, un ancien juge à la Cour suprême assez proche de l’Ayatollah Khamenei et donc des conservateurs iraniens dont la posture est considérée favorable à une relance du programme nucléaire iranien.

La page du site Press TV affiche les logos du FBI et d’un obscur Bureau de l’Industrie et de la Sécurité peu de temps après que le site ait publié un reportage sur le vol de plus de 100 millions de dollars US de pétrole iranien par des sociétés-écran de la CIA.

Ce ban temporaire ou définitif de médias dont la ligne éditoriale est aux antipodes de la narration officielle de la réalité telle que promue par l’Empire est assez symptomatique des nouvelles politiques suivies par un nombre grandissant de pays. Paradoxalement, la plupart des pays du monde, pays occidentaux en tête, sont en train d’imiter les méthodes de la défunte Stasi est-allemande et réduisent au silence, parfois avec violence, toute voix dissidente.

*Ce nombre est sous-évalué puisque les purges continuent à ce jour. Dernière victime en date, une princesse rebelle des Émirats Arabes Unies, fauchée par une voiture banalisée en plein Londres et des magistrats polonais « suicidés » chez eux peu après l’ouverture d’une investigation sur les prisons secrètes de la CIA en Pologne. Un journaliste US ayant des informations compromettantes sur les Clinton a également eu droit à un « suicide assisté » en bonne et due forme. Il n’est pas le seul. D’autres lanceurs d’alerte US font l’objet d’une véritable chasse à l’homme.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :