Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.
Whether it’s building kingdoms by way of aggression, war and plunder or the modern enslavement of people by financial institutions, there’s a genuine case to be made that imperialism is caused by the power of evil.

Are Empires demonic entities? The British Empire was invented by magician John Dee – a well-documented fact.

He came up with the phrase and suggested it to Queen Elizabeth I. The story goes that he had conjured up a demon who inspired that imperial vision. Not bloody likely, of course, but the link between the demonic – the power of evil – and imperialism seems well-grounded.


My favourite historian, AJP Taylor, has written that the British imperialists overseas emulated Attila and his Huns.

In North America, the British exterminated the native inhabitants… just as they had earlier striven to exterminate the natives of Ireland. “No Empire has marched forward with more savagery…they followed a simple rule: the only good Indian is a dead Indian.” Verily, a formulation worthy of a demon.

Graphic engraving depicting the Gnadenhutten Massacre of unarmed Christian Indians, or Native Americans, by French Militia in Ohio, March 8th 1782. (Photo by Archive Photos/Getty Images)

An astrologer, alchemist and head of a confraternity created to invoke angels, John Dee was accused of sorcery. The charge was that he used demons to harm the life of Queen Mary Tudor. (Mary did, indeed, suffer an early death.) Although acquitted, Dee made good use of his occult reputation. He claimed to have found the mythical Philosopher’s Stone that turns vile metals into gold.

With fellow magician Edward Kelley he went to Prague, to win over Emperor Rudolf II. At first Rudolf was friendly, but he soon grew sceptical. Dee fled to England; Kelley ended his life in a dungeon. The Habsburg Emperor had no time for scammers and their bogus demons.

The British Raj in India was not an Empire of settlement. There were too many Indians to kill and the Brits didn’t impose Anglo-Saxon ways on them. They merely wanted to grab Indian wealth and ship it to London. Colonial posts were reserves for the British aristocracy and its hangers-on. Later, the Indian Civil Service became an outlet for English public schoolboys. Taylor lambasts them as predatory parasites. I confess to an elitist weakness: I am partial to a posh public- school accent. I love it. Maybe there is a snooty demon within me which causes that?

The British Empire moulders in the grave, but is there an American Empire? The US keeps nearly 800 military bases in 70 countries and territories abroad. It launches innumerable invasions of foreign countries when they resist its domination. However, if there is a demon driving American imperialism, it must be a stupid one. After 20 years of occupying Afghanistan and seeking to turn it into a colony, the Americans had to scarper and run. A bunch of shaggy-bearded Islamic warriors have beaten the high-tech armies, drones and missiles of the Great Satan. A wonder to behold! The seeing off of a dumb demon?

By necessity, Empires are criminal affairs. Powered by aggression, war and plunder. St Augustine put it tersely: ‘What are kingdoms but great bands of robbers?’ As a Berber from North Africa, the Saint belonged to a race Rome had conquered and colonised. He had no illusions about the violence of Roman depredations. Yet Augustine was a proud Roman citizen and made a successful forensic career in Milan. After the Goths sacked the Eternal City in AD 410, the Saint wrote a hefty tome to justify the providential role of the Empire.

Old-style imperialism driven by warring nations is probably dated. Today, people can be enslaved in more indirect, subtle ways. By the banks, the financial system, by economic means. Social theorist Werner Sombart appositely spoke of ‘creative destruction’ or ‘demonic forces in economics’. But it is through its well-nigh universal culture that the demon of Western hegemony rages on. The sick vision of a vile humanity peddled by the all-powerful media is truly Satanic. A deliberate inversion/perversion of all values – Horribile Dictu!
In the Gospels, Jesus confronts the demoniacs and heals them, casting out their evil spirits. The imperialism of Rome he did not touch, despite the Jewish zealots’ hatred of the pagan occupier. The Messiah, like St Augustine and Dante later, must have prophesied how even a terrible Empire can fulfil God’s plans by repressing the powers of darkness…
In South London an Evangelical Vicar friend invited me to witness an exorcism. Basically, he read out long passages of Holy Scripture and eventually addressed the Devil:
“F…k off, Satan! F…k off!” he shouted many times. At least temporarily, it seemed to work.
I wish evil Empires were similarly easy to combat.

Reverend Frank Gelli,

Reverend Frank Gelli is an Anglican priest, activist, and cultural critic. He has read philosophy and theology at London and Oxford Universities, served in parishes in London and also as a chaplain to the Church of St Nicholas, British Embassy, Ankara, Turkey. He has published several books on spiritual subjects available on Amazon, and lectured on religious/interfaith dialogue at many academic conferences in the UK, the United States, Switzerland, Qatar, Iran, and Italy.

This article was initially published here.

 

7 thoughts on “Is imperialism driven by demonic forces? History gives us good reason to think so

  1. “I am partial to a posh public school accent. I love it.” I felt that way once. Until I personally became acquainted with a few of those possessing such lingo. Then rapidly (very rapidly) learned to (shall we say) detest that lot. My detestation is unwavering, years on. Lucy Cuthbert provides an ideal example…

    1. … et des retraités larbins systématiquement décalqués sur ceux de leurs maitres

  2. “Mon historien préféré, AJP Taylor, a écrit que les impérialistes britanniques outre-mer ont imité Attila et ses Huns.”
    Magnifique constatation ; par contre ce qu’il ne dit pas c’est qu’ils l’ont largement dépassés ; Attila à mes yeux passe pour un saint, comparé aux monstres actuels

    1. L’impérialisme est-il mû par des forces démoniaques ? L’histoire nous donne de bonnes raisons de le penser

      Qu’il s’agisse de la construction de royaumes par le biais de l’agression, de la guerre et du pillage ou de l’asservissement moderne des peuples par les institutions financières, il y a de bonnes raisons de penser que l’impérialisme est causé par la puissance du mal.
      Les empires sont-ils des entités démoniaques ? L’Empire britannique a été inventé par le magicien John Dee – un fait bien documenté.

      Il a inventé l’expression et l’a proposée à la reine Élisabeth I. L’histoire raconte qu’il aurait fait apparaître un démon qui aurait inspiré cette vision impériale. Ce n’est pas très probable, bien sûr, mais le lien entre le démoniaque – le pouvoir du mal – et l’impérialisme semble bien fondé.

      Mon historien préféré, AJP Taylor, a écrit que les impérialistes britanniques outre-mer imitaient Attila et ses Huns.

      En Amérique du Nord, les Britanniques ont exterminé les habitants indigènes… tout comme ils s’étaient efforcés auparavant d’exterminer les indigènes d’Irlande. “Aucun empire n’a avancé avec plus de sauvagerie… ils suivaient une règle simple : le seul bon Indien est un Indien mort.” En vérité, une formulation digne d’un démon.

      Gravure graphique représentant le massacre de Gnadenhutten d’Indiens chrétiens non armés, ou Amérindiens, par la milice française dans l’Ohio, le 8 mars 1782. (Photo par Archive Photos/Getty Images)
      Astrologue, alchimiste et chef d’une confrérie créée pour invoquer les anges, John Dee a été accusé de sorcellerie. Il était accusé d’avoir utilisé des démons pour nuire à la vie de la reine Marie Tudor. (Bien qu’il ait été acquitté, John Dee a fait bon usage de sa réputation occulte. Il prétendait avoir trouvé la mythique pierre philosophale qui transforme les métaux vils en or.

      Avec son collègue magicien Edward Kelley, il se rend à Prague pour convaincre l’empereur Rudolf II. Au début, Rudolf se montre amical, mais il devient rapidement sceptique. Dee s’enfuit en Angleterre ; Kelley finit sa vie dans un donjon. L’empereur Habsbourg n’avait pas de temps à perdre avec les escrocs et leurs faux démons.

      Le Raj britannique en Inde n’était pas un empire de peuplement. Il y avait trop d’Indiens à tuer et les Britanniques n’ont pas voulu leur imposer les coutumes anglo-saxonnes. Ils voulaient simplement s’emparer des richesses indiennes et les expédier à Londres. Les postes coloniaux étaient réservés à l’aristocratie britannique et à ses dépendants. Plus tard, la fonction publique indienne est devenue un débouché pour les élèves des écoles publiques anglaises. Taylor les accuse d’être des parasites prédateurs. J’avoue avoir une faiblesse élitiste : J’ai un faible pour l’accent des écoles publiques huppées. Je l’adore. Peut-être y a-t-il un démon prétentieux en moi qui en est la cause ?

      L’empire britannique moisit dans la tombe, mais existe-t-il un empire américain ? Les États-Unis maintiennent près de 800 bases militaires dans 70 pays et territoires étrangers. Ils lancent d’innombrables invasions de pays étrangers lorsque ceux-ci résistent à leur domination. Cependant, s’il y a un démon qui anime l’impérialisme américain, il doit être stupide. Après avoir occupé pendant 20 ans l’Afghanistan et cherché à en faire une colonie, les Américains ont dû prendre la fuite. Une bande de guerriers islamiques à la barbe hirsute a battu les armées high-tech, les drones et les missiles du Grand Satan. Une merveille à contempler ! La fin d’un démon stupide ?

      Par nécessité, les empires sont des affaires criminelles. alimentées par l’agression, la guerre et le pillage. Saint Augustin l’a dit de manière concise : “Que sont les royaumes si ce n’est de grandes bandes de voleurs ? Berbère d’Afrique du Nord, le saint appartenait à une race que Rome avait conquise et colonisée. Il ne se faisait aucune illusion sur la violence des déprédations romaines. Pourtant, Augustin était un fier citoyen romain et a fait une brillante carrière de médecin légiste à Milan. Après le sac de la Ville éternelle par les Goths en 410 après J.-C., le saint rédige un volumineux ouvrage pour justifier le rôle providentiel de l’Empire.

      L’impérialisme à l’ancienne, dirigé par des nations en guerre, est probablement dépassé. Aujourd’hui, les gens peuvent être asservis de manière plus indirecte, plus subtile. Par les banques, le système financier, par les moyens économiques. Le théoricien social Werner Sombart a parlé avec à-propos de “destruction créatrice” ou de “forces démoniaques de l’économie”. Mais c’est à travers sa culture quasi universelle que le démon de l’hégémonie occidentale sévit. La vision malsaine d’une humanité vile colportée par les médias tout-puissants est véritablement satanique. Une inversion/perversion délibérée de toutes les valeurs – Horribile Dictu !
      Dans les Évangiles, Jésus affronte les démoniaques et les guérit, en chassant leurs mauvais esprits. Il ne touche pas à l’impérialisme de Rome, malgré la haine des zélotes juifs pour l’occupant païen. Le Messie, comme saint Augustin et Dante plus tard, a dû prophétiser comment même un Empire terrible peut réaliser les plans de Dieu en réprimant les pouvoirs des ténèbres…
      Dans le sud de Londres, un ami vicaire évangélique m’a invité à assister à un exorcisme. En gros, il a lu de longs passages de l’Ecriture Sainte et a fini par s’adresser au Diable :
      “Va-t-en, Satan ! Va-t’en !”, a-t-il crié à plusieurs reprises. Au moins temporairement, cela semblait fonctionner.
      J’aimerais que les empires maléfiques soient aussi faciles à combattre.

      Révérend Frank Gelli,

      Le révérend Frank Gelli est un prêtre anglican, un activiste et un critique culturel. Il a étudié la philosophie et la théologie aux universités de Londres et d’Oxford, a servi dans des paroisses de Londres et a également été aumônier de l’église Saint-Nicolas, à l’ambassade de Grande-Bretagne à Ankara, en Turquie. Il a publié plusieurs livres sur des sujets spirituels, disponibles sur Amazon, et a donné des conférences sur le dialogue religieux/interconfessionnel lors de nombreuses conférences universitaires au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Suisse, au Qatar, en Iran et en Italie.

      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :