Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Of perhaps minor newsworthy note in the West is the release of Meng Wangzhou. Meng was falsely ‘arrested’ by the US regime for “colluding with Iran” in 2018, via typical delusional paranoid charges, typical of the failing States obsession with Iran and an excuse (at the time) to leverage Trump’s trade war.

In this photo released by China’s Xinhua News Agency, Huawei CFO Meng Wanzhou waves as she steps out of an airplane after arriving at Shenzhen Bao’an International Airport in Shenzhen in southern China’s Guangdong Province, Saturday, Sept. 25, 2021. (Jin Liwang/Xinhua via AP)

Ordering the arrest of Meng via its compliant neighbor to the north, that subservient serfdom obediently arrested her. Now, almost three years later, she has been released in exchange for two lowly serfs (as far as the media is concerned) held by China, in what the former United States deemed to be tit-for-tat arrests. While the story may fall flat and deemed worthy of only a New York Times minute and a giant yawn from cheese eaters, the ‘Story of Meng’ is a resounding celebratory success in China, and is heralded all over that nation.

In a way, the story of Meng is in microcosm all that is wrong with the West. In pursuit of its militarist Pax Americana the Meng affair is just one more progression in a crescendo of bitterly bad foreign policy decisions made by US Department of State.

It is a Pax Americana an assassinated president warned about, with so many historic failures. From Mossadegh, Lamumba; Bay of Pigs; Vietnam; Iraq; Chile; El Salvador; Syria, Libya… the list goes on and on and on. After so many failures, the former United States eventually settled on a failed State policy as we have already explored in numerous articles, almost as numerous as the failed States listed.

This April 1961 file photo shows a group of Cuban counter-revolutionaries, members of Assault Brigade 2506, after their capture in the Bay of Pigs, Cuba. AFP PHOTO/FILES/PL/MIGUEL VINAS (Photo credit should read MIGUEL VINAS/AFP/Getty Images)

There are many more examples, some seemingly minor, but they signal a major turning point for the Pax Americana now. For example, the US defeat in Afghanistan was a given from the start because the pax does not belong there.

Afghanistan is a place the West will never dominate or control. But regardless of circumstance… defeat is defeat. Likewise, a brutal and despotic US ally – Saudi Arabia – just suffered major defeat in Yemen. Now only one other brutal and despotic US ally – the UAE – must be confronted there.

And we see another defeat for the West with Daraa in Syria. Daraa was a victim of the redirection policy described by Seymour Hersh and pioneered by former NSA head Elliott Abrams in 2006. The insurgency in Syria was enabled by collusion of the United States, Israel, and Saudi Arabia. But the US presence in Syria will soon be irrelevant. The US and Israel not only miscalculated with regard to Iran’s and Russia’s support for Syria, but the US is forced to acknowledge that its failed state policy pursued in tandem with Israel cannot succeed and cannot be maintained.

Daraa of course is a setback for Israel, which occupies large areas of Syria and defacto parts of Lebanon. Israel’s illegal occupation of Syrian land was a motivating factor for Israel ordering the US to intervene and support terror in Syria, just as the former United States has funded and armed terror in Afghanistan, Libya, Sudan, Haiti, Yemen, Iraq, Syria and elsewhere.
Despite talks of Israeli ‘normalization’ with Arab states, that’s largely a geopolitical irrelevance. Israel has brutally besieged Gaza for fourteen years, just as Saudi Arabia and the UAE have destabilized Yemen for twenty years. Israel’s daily genocide and violation of Palestinian human rights is quite apparent to the globe despite shin bet’s best efforts to suppress the evidence. A case in point, the Gilboa prisoner escape. The foregoing is not a propaganda end, but only to illustrate how geopolitical perceptions are changing. The West has isolated itself by its inability to adhere to the values of democracy that it hypocritically pretends to champion; and by its enthusiasm for war, failed states, and havoc to justify the militarism Pax Americana requires. The hypocrisy and failure of the West is witnessed by all and really only the West itself denies that. Such is empire.
Now we come to the point. The Pax Americana a murdered president warned us about is now attempting to slow the inevitable decline brought about by its own hand, over many decades. So how can the hegemon slow that decline?

Perhaps it’s better to view the Pax Americana in the form of its opposition, being an alliance between Russia, China, Iran, and perhaps a rogue four-headed snake in the mix too – NATO ‘ally’ Turkey, with India as an also-ran. For the failing hegemon that leaves only the alliance France is whining about: US, UK, with outliers Australia, India, and Japan to hold down the Pacific. That’s how it must be.

In the context of the contagion, slowing trade routes, a collapsing global reserve currency, and endangered trade and energy agreements, the Pax Americana has already been forced to ditch Asia and the Middle East with the exception of its unwavering support for Israel. That leaves Europe, Africa, and Latin America as a much smaller sphere of influence for the US hegemon. China has made great strides in parts of Africa too, with growing influence there. Russia’s energy dominance in Europe will likely marginalize or even neutralize US Liquid Natural Gas ambitions in Europe.

By its trade sanctions, weaponization of the US dollar, predilection for war, support for brutal regimes, and cloistered, unrealistic, myopic view of what’s truly a multipolar world, the United States has painted itself into a serious corner. That corner is becoming ever tighter, and ever more uncomfortable. It’s something US State is either too stupid or too arrogant to see… as is the way of all empire. The only thing that really maintains the pax is the US dollar and trillions in share markets. When the dollar and those markets experience true peril, that’s when the Pax Americana will truly fail. And any pivot to contain China, Russia, Iran and the Pacific will not save it.

Steve Brown

 

7 thoughts on “Pax Americana: Pivot to the Pacific

  1. Merci à vous cher Steve Brown, je reprends intégralement votre texte, car tout ce que vous écrivez (dans celui-ci) me semble essentiel…

    Pax Americana : Pivot vers le Pacifique
    E-Mailimprimer
    Majoré
    La libération de Meng Wangzhou est peut-être une note mineure digne d’intérêt en Occident. Meng a été faussement “arrêté“ par le régime américain pour ”collusion avec l’Iran” en 2018, via des accusations paranoïaques délirantes typiques, typiques de l’obsession des États défaillants pour l’Iran et une excuse (à l’époque) pour tirer parti de la guerre commerciale de Trump.
    Sur cette photo publiée par l’agence de presse chinoise Xinhua, Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, fait des vagues en sortant d’un avion après son arrivée à l’aéroport international de Shenzhen Bao’an à Shenzhen, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, samedi, sept. 25, 2021. (Jin Liwang / Xinhua via AP)
    Ordonnant l’arrestation de Meng via son voisin conforme au nord, ce servage inféodé l’arrêta docilement. Maintenant, près de trois ans plus tard, elle a été libérée en échange de deux serfs humbles (en ce qui concerne les médias) détenus par la Chine, dans ce que les anciens États-Unis considéraient comme des arrestations sans pitié. Bien que l’histoire puisse tomber à plat et ne mériter qu’une minute du New York Times et un bâillement géant des mangeurs de fromage, “l’histoire de Meng” est un succès de célébration retentissant en Chine et est annoncée partout dans ce pays.
    D’une certaine manière, l’histoire de Meng est dans le microcosme tout ce qui ne va pas avec l’Occident. Dans la poursuite de sa Pax Americana militariste, l’affaire Meng n’est qu’une progression de plus dans un crescendo de décisions de politique étrangère amèrement mauvaises prises par le Département d’État américain.

    C’est une « Pax Americana » dont un président assassiné a mis en garde, avec tant d’échecs historiques. De Mossadegh, de Patrice Lumumba, de la Baie des Cochons, du Vietnam de l’Irak, du Chili, du El Salvador de la Syrie, et de la Libye, la liste s’allonge, encore et encore. Après tant d’échecs, les anciens États-Unis ont finalement opté pour une politique d’État défaillante, comme nous l’avons déjà exploré dans de nombreux articles, presque aussi nombreux que les États défaillants énumérés.
    Cette photo d’avril 1961 montre un groupe de contre-révolutionnaires cubains, membres de la Brigade d’assaut 2506, après leur capture dans la baie des Cochons, à Cuba. PHOTO AFP / FICHIERS / PL / MIGUEL VINAS (Crédit photo devrait lire MIGUEL VINAS / AFP / GETTY Images)
    Il y a beaucoup d’autres exemples, certains apparemment mineurs, mais ils signalent un tournant majeur pour « la Pax Americana » maintenant. Par exemple, la défaite américaine en Afghanistan était une donnée dès le départ car la pax n’y appartient pas.

    L’Afghanistan est un endroit que l’Occident ne dominera ni ne contrôlera jamais. Mais peu importe les circonstances de la défaite, la défaite est la défaite. De même, un allié brutal et despotique des États–Unis – l’Arabie saoudite – vient de subir une défaite majeure au Yémen. Maintenant, un seul autre allié brutal et despotique des États–Unis – les Émirats Arabes Unis – doit y être confronté.
    Et nous voyons une autre défaite pour l’Occident avec Deraa en Syrie. Deraa a été victime de la politique de re-direction décrite par Seymour Hersh et initiée par l’ancien chef de la NSA Elliott Abrams en 2006. L’insurrection en Syrie a été rendue possible par la collusion des États-Unis, d’Israël et de l’Arabie saoudite. Mais la présence américaine en Syrie ne sera bientôt plus pertinente. Les États-Unis et Israël ont non seulement mal calculé le soutien de l’Iran et de la Russie à la Syrie, mais les États-Unis sont obligés de reconnaître que leur politique d’État ratée, menée en tandem avec Israël ne peut réussir et ne peut être maintenue.

    Deraa est bien sûr un revers pour Israël, qui occupe de vastes régions de la Syrie et des parties de fait du Liban. L’occupation illégale des terres syriennes par Israël a été un facteur de motivation pour Israël ordonnant aux États-Unis d’intervenir et de soutenir la terreur en Syrie, tout comme les anciens États-Unis ont financé et armé la terreur en Afghanistan, en Libye, au Soudan, en Haïti, au Yémen, en Irak, en Syrie et ailleurs.

    Malgré les discussions sur la “normalisation” israélienne avec les États arabes, il s’agit en grande partie d’une non-pertinence géopolitique. Israël assiège brutalement Gaza depuis quatorze ans, tout comme l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis déstabilisent le Yémen depuis vingt ans. Le génocide quotidien d’Israël et la violation des droits de l’homme palestiniens sont tout à fait évidents pour le monde, malgré tous les efforts du shin bet pour supprimer les preuves. Un exemple en est l’évasion des prisonniers de Gilboa. Ce qui précède n’est pas une fin de propagande, mais seulement pour illustrer l’évolution des perceptions géopolitiques. L’Occident s’est isolé par son incapacité à adhérer aux valeurs de la démocratie qu’il prétend hypocritement défendre ; et par son enthousiasme pour la guerre, les États défaillants et les ravages pour justifier le militarisme que « la Pax Americana » exige. L’hypocrisie et l’échec de l’Occident sont observés par tous et, en réalité, seul l’Occident lui-même le nie. Tel est l’empire.

    Maintenant, nous arrivons au point. La Pax Americana dont un président assassiné nous a mis en garde tente maintenant de ralentir le déclin inévitable provoqué par sa propre main, sur de nombreuses décennies. Alors, comment l’hégémon peut-il ralentir ce déclin?

    Peut-être vaut-il mieux voir la Pax Americana sous la forme de son opposition, étant une alliance entre la Russie, la Chine, l’Iran, et peut-être un serpent à quatre têtes voyou dans le mélange aussi – la Turquie, “alliée” de l’OTAN, avec l’Inde comme également dirigée. Pour l’hégémon défaillant qui ne laisse que l’alliance dont la France se plaint: les États-Unis, le Royaume-Uni, avec des valeurs aberrantes l’Australie, l’Inde et le Japon pour tenir le Pacifique. C’est comme ça que ça doit être.
    Dans le contexte de la contagion, du ralentissement des routes commerciales, de l’effondrement de la monnaie de réserve mondiale et des accords commerciaux et énergétiques menacés, la Pax Americana a déjà été contrainte d’abandonner l’Asie et le Moyen-Orient, à l’exception de son soutien indéfectible à Israël. Cela laisse l’Europe, l’Afrique et l’Amérique latine comme une sphère d’influence beaucoup plus petite pour l’hégémon américain. La Chine a également fait de grands progrès dans certaines parties de l’Afrique, avec une influence croissante là-bas. La domination énergétique de la Russie en Europe marginalisera probablement, voire neutralisera, les ambitions américaines en matière de gaz naturel liquide en Europe.
    Par ses sanctions commerciales, l’armement du dollar américain, sa prédilection pour la guerre, son soutien à des régimes brutaux et sa vision cloîtrée, irréaliste et myope de ce qu’est un monde vraiment multipolaire, les États-Unis se sont mis dans un coin risqué. Ce coin devient de plus en plus serré, et de plus en plus inconfortable. C’est quelque chose que l’État américain est trop stupide ou trop arrogant pour le voir comme c’est le cas de tout empire. La seule chose qui maintient vraiment la pax est le dollar américain et des milliards de dollars sur les marchés des actions. Lorsque le dollar et ces marchés connaîtront un véritable péril, c’est à ce moment que « la Pax Americana » échouera vraiment. Et tout renversement pour contenir la Chine, la Russie, l’Iran et le Pacifique ne le sauvera pas.

    Mais, permettez-moi je vous prie, d’y accoler cet article (tout aussi essentiel), en guise de réponse à vos réflexions…

    Quelque chose de “fatal” se prépare contre le Mossad en Irak
    Wednesday, 29 September 2021 1:28 PM [Last Update: Wednesday, 29 September 2021 2:41 PM]
    La base US à Erbil risque-t-elle de recevoir quelques missiles tactiques d’ici les heures à venir? (illustration)
    Et si cette affaire de forum en faveur d’une “normalisation” des relations avec Israël que le clan Barzani à Erbil a fait monter de toute pièce à l’aide de l’argent émirati et qui à l’heure qu’il est, est royalement tourné au vinaigre au point même que ses organisations n’osent plus apparaître en public par crainte d’être pendus, ou mis en taule ou tout bonnement liquidés, non pas par les chiites ou la Résistance mais bel et bien par les sunnites d’Irak qui y voient une atteinte à leur honneur, n’était qu’une manœuvre de diversion, signe que l’axe US/Israël en est désormais à jouer quitte ou double? A vrai dire, au bout de plus d’un an d’attaques anti US de la Résistance irakiennes, visant les convois logistiques US à coup de bombe téléguidée de plus en plus destructrices, de plus en plus précises, bombes qui ont littéralement coupé la totalité des voies de transit d’armes et de munitions en direction de bases américaines en Irak, et ce, sur fond d’attaques “balistiques” de cette même Résistance contre les troupes US, tantôt engageant des drones, tantôt des missiles de 122 ou de 333 mm, car l’arsenal de la Résistance irakienne est équipé de roquettes’ tactiques”, il ne reste plus rien à espérer pour une Amérique qui certes a du mal à se rendre à l’évidence mais qui se voit en très clairement amoindri dans la quasi totalité de ses projets irakiens.
    Irak: missiles iraniens frappent!

    Quatre bases du Mossad ont été pulvérisées dans le Nord irakien.

    Que la France de Macron, si cruellement renvoyé de l’AUKUS vienne décrocher un contrat pétrogazier de 27 millions de dollars en Irak pour s’activer dans quatre secteurs énergétiques clés, cela prouve déjà que les Américains se désespèrent de tout : quelques 17 millions de pèlerins et pour une grosse partie, iraniens se sont rendus ces derniers jours en Irak à l’occasion de la marche d’Arbaïn et les forces spéciales US largement préparées à commettre des attentats par chefs terroristes daechistes interposés qu’elles avaient héliportés depuis la Syrie voisine à Salaheddine, Karbala, Samara… n’ont même pas été foutu de commettre une seule attaque terroriste.. C’est dire à quel point les capacités opérationnelle et en renseignement US se sont fléchies et comment il est impossible pour le Pentagone de tenir le coup. Seulement, même en débandade et repli, les Yankee tiennent à laisser des traces et l’affaire du forum d’Erbil s’interprète en ce sens.
    Car cela fait 20 ans qu’Israël est présent à Erbil et que ses agents, dotés de passeports US fréquente les plus hauts sommets du pouvoir militaire et politiques en Irak. Sauf que depuis un an les choses paissent radicalement changé et que les drones irakiens, ceux là même que Bennett dénonçait ce 27 septembre à la tribune de l’ONU se sont mis réellement à traquer puis à chasser les agents sionistes en Irak. Depuis avril le Mossad a perdu des dizaines d’effectifs en Irak, à Erbil cible de frappes récurrentes. À Harir, les drones irakiens ont déjà liquidé des dizaines d’agents du Mossad et pas des moindres, agents dont les corps ont été évacués en catimini et à bord des vols spéciaux. Israël pourra-t-il tenir encore longtemps? Oui à condition que les USA tiennent le coup eux aussi.

    Le CGRI frappe le QG

    Sept missiles sol-sol de courte portée tirés le 9 septembre contre un camp dans le nord de l’Irak (illustration)

    Le problème qu’après la débandade US en Afghanistan les évolutions ont passé à la vitesse grande V : ce Kurdistan irakien devenu en 20 ans d’occupation US, une base favorite du Mossad s’est mise à trembler. En août l’Iran a décidé à passer à l’acte et a pris pour cible d’une opération de plusieurs jours marqués par les tirs de drones et artilleries Chouman une localité située à 30 kms de Harir où les agents israéliens déguisés en Kurde opéraient contre sa sécurité nationale.
    Désormais c’est Harir, elle-même qui est dans le viseur: le chef d’état major iranien ayant affirmé il y a peu que les missiles et les drones iraniens n’iraient pas refuser ce plaisir d’accompagner ceux des Hachd pour viser Erbil. Selon le site web militaire russe Avia-pro, une très puissante explosion aurait frappé ce mardi dans une base aérienne abritant des militaires américains. Selon le site, ” des individus à l’identité inconnue ont attaqué une installation militaire américaine près de Bagdad, attaque qui n’a pas été commenté par la partie américaine mais dont les images sont largement diffusées sur les réseau sociaux.

    Irak: le Mossad fuit Erbil… ?

    Les USA réduisent le nombre de leurs troupes déployées dans deux bases irakiennes.
    Selon certaines sources, la base aérienne américaine a été gravement endommagée et plusieurs militaires ont été blessés. Avia.pro spécule en y voyant un coup de la Résistance et ce en réponse à une supposée attaque aux drones d’il y a quelques jours contre “les bases des pro-iraniens à Deir ez-Zor”, mais il semblerait que cette frappe aille au-delà d’une simple riposte. Quelque chose de diablement redoutable pourrait être sur le point de se préparer contre les QG israéliens à travers tout le territoire irakiens, quelque chose qui pourrait ne pas être limité au seul Erbil, des frappes de drones massives irakiennes conjuguées aux tirs de missiles iraniens et tout ceci sur fond d’opérations commandos?

    Lire plus: Les radars des Patriot pulvérisés; Lockheed Martin saigne.

    La précipitation avec laquelle les Sionistes ont organisé la conférence d’Erbil, à l’aide de leurs accointances locales et d’un Abou Dhabi littéralement dépassé par les événements et qui appelle le monde entier à aider “Israël’ (!!) car le combat des israéliens contre la Résistance est le combat du “monde”, du moins le laisse-t-il supposer. Pour le reste le commandant en chef de l’armée de terre du CGRI, le général Pakpour vient de lancer une sévère mise en garde cette fis non pas seulement contre les autorités d’Etrbil mais contre celles de Bagdad : ” l’Iran ne tolère pas Israël à sa porte”. La dernière fois quelques 48 heures ont coulé à peine entre l’avertissement iranien et l’attaque à Touman ; il se pourrait que ce délai soit beaucoup moins long cette fois-ci, et que l’attaque ait lieu à la fois contre Harir et d’autres bases – des nids de la CIA et du Mossad en Irak …

    Tu m’étonnes ! La soi-disant “nouvelle” alliance AUKUS ? (sur le dos du gourou macron et de sa propre secte, et la bande de bras cassés qui lui sert de caution…) car, selon ce qu’en croit Scott Ritter, (des spéculations sans grand intérêt, à vrai dire…), ancien officier de renseignement du corps des Marines américains qui la considère comme une « blague dangereuse ». Pourquoi une blague ? Parce que l’Australie n’a ni les moyens industriels ni les moyens financiers, sans parler du personnel nécessaire pour construire (partiellement) et gérer entièrement une flotte de sous-marins nucléaires. Pourquoi dangereuse ? Parce que les dirigeants chinois considèrent l’AUKUS comme une menace dirigée contre la Chine, et aussi parce que d’autres pays pourraient suivre l’exemple de l’Australie. Et la Chine (en fait la RPC), a bien senti la dangerosité des États-Unis d’Amérique en pleine décomposition, et le risque est que cette décomposition accélérée entraîne avec elle le « Reste du monde », c’est-à-dire l’essentiel de notre monde actuel…

    1. Sans oublier les deux petites raclures, Ilham Aliyev et la smala de l’officieux clan barzani (qui s’auto- proclame « parti démocratique du kurdistan », la bonne blague !), qu’ils regardent en dessus de leurs épaules…

      1. Le nihilisme est-cela ? : « … tout est permis et rien ne compte que ce que l’on vous ordonne les pays occidentaux ?!, ou sinon, c’est à coups de matraque (comme ce fut le cas des Gilets Jaunes français sous la macronie – mais pas que –, et vous serez assassinés, mutilés, estropiés et finalement emprisonnés en masse (comme le peuple palestinien dans l’Apartheid du régime anglo-sioniste), et vos existences sont intégralement niées, et vous serez exterminés comme des animaux…) » remember, mon très cher Patrice Lumumba, jamais je ne t’oublierai mon cher très frère, jamais…

  2. il se rabatteront sur des cibles affaiblies. En afrique du nord les gouvernants voient leur crédibilité s’émousser (soumission au feminisme, nomination de femmes etc…) pour plaire au système dominant. Pour compenser des exercices sont organisés cf la video. La campagne éléctorale française dont la strategie bien connue consiste à insulter les maghrebins fonctionne à merveille. Cela sent pas très bon pour la suite d’ou la demonstration.

    1. Veritable moulin a parole cette presentatrice, elle s’arrete meme pas pour respirer

      1. Une nouvelle peut-être mineure en Occident est la libération de Meng Wangzhou. Meng a été faussement “arrêtée” par le régime américain pour “collusion avec l’Iran” en 2018, via des accusations paranoïaques délirantes typiques de l’obsession des États-Unis défaillants pour l’Iran et une excuse (à l’époque) pour tirer parti de la guerre commerciale de Trump…
        ********************
        Sur cette photo publiée par l’agence de presse chinoise Xinhua, la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, salue en sortant d’un avion après son arrivée à l’aéroport international de Shenzhen Bao’an, à Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud de la Chine), samedi 25 septembre 2021. (Jin Liwang/Xinhua via AP)
        En ordonnant l’arrestation de Meng par l’intermédiaire de son voisin du nord, ce serf servile a obéi et l’a arrêtée. Aujourd’hui, près de trois ans plus tard, elle a été libérée en échange de deux petits serfs (en ce qui concerne les médias) détenus par la Chine, dans le cadre de ce que les anciens États-Unis considéraient comme des arrestations de tit-for-tat. Alors que l’histoire peut tomber à plat et n’être jugée digne que d’une minute du New York Times et d’un bâillement géant des mangeurs de fromage, l'”histoire de Meng” est un succès retentissant en Chine, et est acclamée dans toute la nation.

        D’une certaine manière, l’histoire de Meng est un microcosme de tout ce qui ne va pas avec l’Occident. Dans la poursuite de sa Pax Americana militariste, l’affaire Meng n’est qu’une progression de plus dans un crescendo de décisions de politique étrangère amèrement mauvaises prises par le Département d’État américain.

        Il s’agit d’une Pax Americana contre laquelle un président assassiné avait mis en garde, avec tant d’échecs historiques. De Mossadegh à Lamumba, en passant par la Baie des Cochons, le Vietnam, l’Irak, le Chili, le Salvador, la Syrie, la Libye… la liste est longue. Après tant d’échecs, les anciens États-Unis ont finalement opté pour une politique d’État défaillant, comme nous l’avons déjà expliqué dans de nombreux articles, presque aussi nombreux que les États défaillants énumérés.
        **********
        Cette photo d’archives d’avril 1961 montre un groupe de contre-révolutionnaires cubains, membres de la brigade d’assaut 2506, après leur capture dans la baie des Cochons, à Cuba. AFP PHOTO/FILES/PL/MIGUEL VINAS (Le crédit photo doit être lu comme suit : MIGUEL VINAS/AFP/Getty Images)

        Il y a beaucoup d’autres exemples, certains apparemment mineurs, mais ils signalent un tournant majeur pour la Pax Americana maintenant. Par exemple, la défaite américaine en Afghanistan était acquise dès le départ car la pax n’a pas sa place là-bas.

        L’Afghanistan est un endroit que l’Occident ne pourra jamais dominer ou contrôler. Mais quelles que soient les circonstances… une défaite est une défaite. De même, un allié brutal et despotique des États-Unis – l’Arabie saoudite – vient de subir une défaite majeure au Yémen. Maintenant, un seul autre allié brutal et despotique des États-Unis – les Émirats arabes unis – doit être confronté là-bas.

        Et nous voyons une autre défaite pour l’Occident avec Daraa en Syrie. Daraa a été victime de la politique de réorientation décrite par Seymour Hersh et mise en place par l’ancien chef de la NSA Elliott Abrams en 2006. L’insurrection en Syrie a été rendue possible par la collusion entre les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite. Mais la présence américaine en Syrie ne sera bientôt plus pertinente. Non seulement les États-Unis et Israël ont fait un mauvais calcul en ce qui concerne le soutien de l’Iran et de la Russie à la Syrie, mais les États-Unis sont contraints de reconnaître que leur politique d’État défaillant menée en tandem avec Israël ne peut réussir et ne peut être maintenue.

        Daraa est bien sûr un revers pour Israël, qui occupe de vastes zones de la Syrie et des parties du Liban de facto. L’occupation illégale du territoire syrien par Israël a été un facteur de motivation pour qu’Israël ordonne aux États-Unis d’intervenir et de soutenir la terreur en Syrie, tout comme les anciens États-Unis ont financé et armé la terreur en Afghanistan, en Libye, au Soudan, en Haïti, au Yémen, en Irak, en Syrie et ailleurs.
        Malgré les discussions sur la “normalisation” d’Israël avec les États arabes, il s’agit d’une question géopolitique sans intérêt. Israël a brutalement assiégé Gaza pendant quatorze ans, tout comme l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont déstabilisé le Yémen pendant vingt ans. Le génocide quotidien d’Israël et la violation des droits de l’homme des Palestiniens sont tout à fait évidents pour le monde entier, malgré les efforts de Shin Bet pour supprimer les preuves. Un exemple concret est l’évasion du prisonnier de Gilboa. Ce qui précède n’est pas une fin de propagande, mais seulement une illustration de l’évolution des perceptions géopolitiques. L’Occident s’est isolé par son incapacité à adhérer aux valeurs de la démocratie qu’il prétend hypocritement défendre, et par son enthousiasme pour la guerre, les États en déliquescence et les ravages pour justifier le militarisme qu’exige la Pax Americana. L’hypocrisie et l’échec de l’Occident sont visibles pour tous et seul l’Occident lui-même le nie. Tel est l’empire.
        Nous en venons maintenant au fait. La Pax Americana contre laquelle un président assassiné nous avait mis en garde tente maintenant de ralentir le déclin inévitable qu’il a lui-même provoqué au cours de nombreuses décennies. Alors comment l’hégémon peut-il ralentir ce déclin ?

        Peut-être est-il préférable de considérer la Pax Americana sous la forme de son opposition, à savoir une alliance entre la Russie, la Chine, l’Iran, et peut-être un serpent à quatre têtes dans le mélange – l'”allié” de l’OTAN, la Turquie, avec l’Inde en tant qu’outsider. Pour l’hégémon défaillant, il ne reste que l’alliance dont la France se plaint : Les États-Unis, le Royaume-Uni, avec l’Australie, l’Inde et le Japon pour tenir le Pacifique. C’est ainsi que cela doit être.

        Dans le contexte de la contagion, du ralentissement des routes commerciales, de l’effondrement de la monnaie de réserve mondiale et de la mise en péril des accords commerciaux et énergétiques, la Pax Americana a déjà été contrainte d’abandonner l’Asie et le Moyen-Orient, à l’exception de son soutien indéfectible à Israël. Il ne reste plus que l’Europe, l’Afrique et l’Amérique latine comme sphère d’influence beaucoup plus réduite pour l’hégémon américain. La Chine a également fait de grands progrès dans certaines parties de l’Afrique, où elle exerce une influence croissante. La domination énergétique de la Russie en Europe va probablement marginaliser ou même neutraliser les ambitions américaines en matière de gaz naturel liquide en Europe.

        Par leurs sanctions commerciales, l’armement du dollar américain, leur prédilection pour la guerre, leur soutien à des régimes brutaux et leur vision cloisonnée, irréaliste et myope de ce qu’est véritablement un monde multipolaire, les États-Unis se sont mis dans un sérieux pétrin. Ce coin devient de plus en plus étroit, et de plus en plus inconfortable. C’est quelque chose que l’État américain est soit trop stupide, soit trop arrogant pour le voir… comme c’est le cas de tout empire. La seule chose qui maintient vraiment le pax est le dollar US et les trillions des marchés boursiers. Quand le dollar et ces marchés seront vraiment en danger, la Pax Americana échouera vraiment. Et aucun pivot pour contenir la Chine, la Russie, l’Iran et le Pacifique ne la sauvera.

        Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

      2. @Foxbat Pour une fois je suis d’accord avec toi. Dés qu’on allume la tv en Europe ou dans le monde Arabe en général, on tombe toujours sur ces putes qui brassent du vent.

        @Ka Il aurait fallu ne rien montrer, c’est quoi ces fregates du 15eme siécle, comment pourrions nous repousser un assaut ne serait ce que du petit royaume espagnol avec une marine aussi pitoyable ?

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :