Archives mensuelles : octobre 2021

Reprise de la guerre au Sahara Occidental

ws1

La guerre a repris au Sahara Occidental, un territoire non autonome selon l’Organisation des Nations Unies, revendiqué par le royaume du Maroc qui contrôle près de 80% de ce territoire derrière un immense mur de sable, et la République arabe sahraouie démocratique, laquelle contrôle le reste du territoire.

La première guerre du Sahara Occidental a duré de 1975 jusqu’en 1991. Elle a opposé le Maroc et la Mauritanie, lesquels ont annexé cette ancien protectorat espagnol (1884-1975) dès son évacuation au Front Polisario (Frente Popular de Liberación de Saguía el Hamra y Río de Oro), un mouvement de guérilla soutenu par l’Algérie au nom du principe du droit à l’autodétermination des peuples occupés. La Mauritanie s’est retirée du conflit en 1979. Le Maroc, soutenu par la France (soutien aérien tactique, logistique, reconnaissance, renseignement), les pays du Golfe (fonds spéciaux, acquisition d’armes et de munitions, soldes des personnels militaires) et Israël (expertise, génie militaire, stratégie) dut faire face à une guérilla extrêmement mobile en érigeant un mur de sable, appelé “Berm” long de 2700 kilomètre au Sahara Occidental. Cette stratégie statique face à un adversaire mobile n’a pas permis de gagner le conflit mais a consacré un statu quo. Le statut de ce territoire de 266 000 kilomètres carrés au Nord ouest de l’Afrique reste en suspens depuis le cessez-le-feu de 1991.

Les hostilités ont repris depuis le 13 novembre 2020 mais passées sous silence, voire niées. Pour Rabat, le calme règne au Sahara Occidental en dépit de l’entrée en action de drones d’attaque israéliens dans le cadre d’une coopération militaire et stratégique croissante entre le Maroc et Israël. En attendant les drones Bayraktar turcs TB-2 dont l’efficacité au Nagorno KaraBagh, au Donbass (Ukraine) et en Syrie n’est plus à prouver, les EADS/IAI Harfang ciblent les technicals du Polisario d’où partent quotidiennement des dizaines de roquettes non guidées vers les territoires à l’intérieur du “Berm”. Une guerre sans image au bout du monde, dans le néant.

 

European Union, the CIA, and Nord Stream 2

NS2

When it comes to war, bankers don’t care about death and destruction — only that the funds keep flowing and their deals keep happening. Few know the agenda of the Bank for International Settlements during the second world war was not just to keep all sides fueled with funds for war, but to plan and determine Europe’s future as well.

Adam Lebor’s book on the bank makes this clear with his narrative on plans for founding of the European Union (1946):

‘From Paris to Washington DC the postwar committees and movements pushing for European federalism presented themselves as new and innovative… but they were deeply rooted in the old ways of doing business: powerful men gathering over lunch or dinner to reshape the world as they saw fit. During the war Allen Dulles (OSS-CIA) had met with McKittrick (BIS president) and Per Jacobsson (future IMF head) to plan the postwar European economic order. Per Jacobsson had traveled to Berlin to share American plans for the postwar European economy with Puhl, the BIS director, war criminal, and Reichsbank vice president. None of these discussions were made public, even though the plans hatched would shape the modern world. The US involvement in the European project continued the tradition of secrecy and covert action well into the 1960’s. A State Department memo, dated June 11th, 1965, to Robert Marjolin (French president of the EEC) recommends that he pursue monetary union without public discussion. The memo advises him to suppress debate until the “adoption of such proposals would become virtually inescapable.” ‘ https://www.entelekheia.fr/2017/03/04/euro-federalists-financed-by-us-spy-chiefs/

Lebor continues:
‘In May 1948, eight hundred delegates met at The Hague.. to create the European Movement. At the same time Allen Dulles (OSS-CIA) and William Donovan (“Wild Bill” OSS head) were using their OSS (CIA predecessor) contacts and expertise to setup the American Committee for a United Europe (ACUE). The ACUE’s role was to channel funds to the Euro federalists and use new techniques of psychological warfare, such as the Harvard Plan.. to push for a united Europe. Donovan was appointed chair of the ACUE and Dulles his deputy. Bedell Smith director of the CIA also sat on the board. As Professor Richard Aldrich (an intelligence historian) notes, the European Movement’s officers and directors included at least four CIA officers.’ *

Today some still argue for European federalism and claim that American involvement in EU federalism was simply a matter of “to the winner go the spoils”. However, as Lebor points out, the true reason for US control of Europe is precisely what we see today — not pursuit of peace — but US aggression toward Russia.

One major issue regarding US v Russia relations is an energy conflict. The United States pushes its LNG shipments to Europe but has been slow to export Liquified Natural Gas (LNG) to Germany because LNG port capacity there is minimal. (2017 article: https://www.dw.com/en/us-sees-gas-exports-to-germany-by-2022/a-45516432 ) Market conditions during the past two years have impacted US exports of LNG to Europe too, which is more expensive there than Russian and Middle Eastern gas. But US State is pushing Europe hard to take American LNG anyway, most evident by American opposition to Nord Stream 2.

Nord Stream 2 is of course the Russian gas pipeline just completed to Germany despite major objection and obstacles engineered by the US, for example its influence on Denmark https://www.tellerreport.com/business/–denmark-accused-of-trying-to-delay-the-implementation-of-the-%22nord-stream—2%22-.rkUi8eG5V.html whose waters the pipeline passes through.

German certification expectations for the Russian gas pipeline were set years before, despite rejection of the NS 2 project by the European Commission and post-facto legal work to stall it, https://sputniknews.com/20210825/german-court-refuses-to-exempt-nord-stream-2-from-eus-third-energy-package-1083709623.html also backed and inspired by the United States. https://www.state.gov/joint-statement-of-the-united-states-and-germany-on-support-for-ukraine-european-energy-security-and-our-climate-goals/ Now in an amusing and stupid US State move, America hopes to expand its NS 2 subversion by demanding Ukraine participation in the Russo-German project.

What about Germany?
The new government is not in place yet, and its potential composition looks a bit strange, https://www.newstatesman.com/international-content/2021/10/will-germany-have-a-new-government-by-christmas with potential for more US meddling in German affairs. Likewise a German media conglomerate unfriendly to Russia – most similar to Rupert Murdoch’s Britain-US media nonsense — is ever ascendant in Germany. https://www.vanityfair.com/news/2021/10/the-inside-story-of-axel-springers-cutthroat-deal-to-buy-politico Regarding Nord Stream 2, Germany has pushed back certification at a time when natural gas prices are exploding in Europe, and severe shortages experienced. For its part, Russia has said it can turn on the gas tap as soon as the German government approves, but with the transfer of power there the US government has leveraged stalling measures. https://www.reuters.com/world/europe/putin-nord-stream-2-start-gas-sales-europe-right-after-its-approval-2021-10-21/

The CIA, federal Europe… and Nord Stream 2. With the decline of the global hegemonic, interference in Europe and Eastern Europe becomes ever more urgent for an ever more desperate hegemon. The Atlantic alliance’s decision to oppose Russia rather than compete honestly with it, echoes the dark past of Allen Dulles and the CIA’s devilish chessboard. Just as the US aggressively interfered and pushed for the creation of a federal Europe from a position of opportunity, now in decline, the US opposes the positive development of Nord Stream 2, at a time when a European key ally needs that energy supply. The perfidious Albion indeed.  

“To the winner go the spoils” has resulted in US dominance in Europe for over seven decades. As we have seen, the security state’s creation via its bankers of this monetary entity still maintains dubious political union at best, and whatever union there is might fail at worst. Who will care? …the same folks who meddled in the EU’s creation: the Central Bankers with their perpetual fiat dreams. No one else.

But we won’t see any new sovereign referendum similar to Brexit any time soon.
Whether the EU will simply fall apart after seventy-six years of US-CIA ambition has yet to be seen. The only real long-term solution for Europe is to stand up on its own feet (as de Gaulle once did) oppose the US Warfare State, and abandon its toxic derivative partners, who are the criminals of Wall Street.

Of course that’s not bloody likely. Europe is weak. Europe is owned by corrupt bankers. Just as the United States is. Ultimately the west’s bankers call the shots for war and aggression. We won’t mention peace because the west’s bankers long ago calculated that they cannot profit from it.  But if Nord Stream 2’s taps are ever switched on — there may be at least some hope.

Steve Brown

*Adam Lebor The Tower of Basel about the Bank for International Settlements pp 173-174

Statism vs Individualism, Globalism and the New Warfare World Order

6af65c235d90fbc339422930968ff94c

The West is (undeniably) in rapid decline. It’s ever more evident. And that’s led to some consideration regarding how, why, when, and where things began to go wrong, and continue to do so. https://www.bitchute.com/video/WYwo8QARNquH/ But perhaps of more interest is the response to such (especially cultural) Western decline by both Russia and China.
In China that’s led to what’s being called a “profound transformation”. https://asiatimes.com/2021/08/china-on-the-cusp-of-a-profound-transformation/ But even that analysis somewhat misses the point, because the issue is not just State versus individual. The higher order debate transcends politics and culture, and asks what must be done to advance the classic notion of civilization, in light of dwindling resources and an ever-increasing population.
Key globalists like Gates and Bezos drone on about climate change, the contagion, population control, diversity, etc etc — but never address the true human condition. Globalists cannot address reality because they are so far removed from it. And the globalist agenda never held true promise of success in the world that it polarized. What the globalists did not foresee way back in the 1980’s is entropy and the devolution of their world order, where the global hegemon now requires military force and failed state chaos to maintain its power.
Hence the greatest flaw in globalist thinking, being furtherance of the corporatist Warfare State agenda. Ah… did you notice? The world is increasingly at war. And even those once avowedly antiwar are being sucked into this structure of state violence, whether by social media propaganda or actual participation. The US government and its oligarchs fund NGO’s and corporates like the CSIS https://www.csis.org/ and NED https://www.ned.org/ with billions of dollars. The NED and CSIS brief is to foment war, unrest, and instability in those states that oppose the New Warfare World Order, and that recognize the failure of the western hegemonic and its globalist agenda. In other words, Globalism has failed and in its place we have a totalitarian world of warfare, where peaceful global commerce is a thing of the past.
So what is next? How can the individual protect from the State’s onslaught? At this point, for the western Realist, there is little else to do than tune out, turn off, and drop-out. In America and Europe this is manifested by chronic labour shortages, and refusal to work in the very perverse world of incorporated tyranny, that the west presents as ideal. Hence the rise of the gig economy supplemented by government hand-outs. No, that’s not ideologically ideal… but in this New Warfare World Order.. what else to expect?
For China, the question of the State versus the individual is quite different. China has seen the globalist’s New Warfare World Order force the decline of the west, and China desperately hopes to avoid such perverse excess of greed and depravity, excess that has sunk the United States. In this regard, an excellent article about China advisor Wang Huning and his anti-western agenda for China deserves serious study: https://palladiummag.com/2021/10/11/the-triumph-and-terror-of-wang-huning/ But as the article states, it’s highly unlikely that by government decree China may successfully mandate a cultural revolution and a return to family values, invoking moral stability for its. Also, repressing free will and denying the populace access to freedom of expression is just as dangerous to China as it has been for the west. Even so, there is a useful comparison to make.
The US corporatist cabal is not an incarnation of individual initiative or even capitalism. The US operates a form of plutocratic oligarchy within the framework of a two-party system – quasi totalitarian – which Sheldon Wolin called the Inverse Totalitarian State. Thus the United States and China are, to differing degrees, totalitarian states. Also, the US is a warfare state… while China, by its communist party rule, possesses totalitarian elements but is not a warfare state.
So how do they compare? It is clear that China has a superior system. China does not invade, occupy, aggress, and destroy like the United States government does. China has clean, affordable, efficient public transport, modern infrastructure, and employs multi-year plans to address energy, housing, educational and health issues. By no means perfect. However China’s response to the contagion provides one example of systemic superiority: China’s response to the contagion has been far more effective and successful than that of the US.
But what we truly see is that the people of the world, whether west or east, make the difference. Their motivation and morale, their hope for the future, and their wish for a world appreciative of peace — not war — is key. The west fails on all counts. And yes, the globalists have failed. One day their predilection for warfare and destruction will fail too.

Steve Brown

Islam, World Order and Order of the World: A Retroprospective View

L\'Islam et L\'ordre du monde

“Islam began as something strange and will revert to being strange as it began, so give glad tidings to the strangers”
(Hadith of Prophet Mohammed)

In the beginning was Westphalia
In order to properly set the scene for the subject which concerns us here, that is the “Order of the World” in contrast to “World Order”, as it was perceived by the late Malek Bennabi, it is convenient to proceed to a necessary clarification of the key concepts in this matter.
In fact, in the abundant literature on international relations, particularly in the French language, the qualifier “international”, “global” or “planetary” is rarely explained satisfactorily. As Gilles Bertrand points out, the undifferentiated use of one or the other of these adjectives suggests that they are interchangeable, therefore without real meaning for political science. This is not the case, since for many authors like him, this usage reflects belonging to a particular school of thought in international relations, a particular perception of the world, and a different analysis of the concept of “order” in world politics.
The French Academy dictionary defines order as “an arrangement, a regular layout of things in relation to one another; a necessary relationship which regulates the organization of a whole into its parts”. In reality, the notions of order and disorder are part of practical, ethical, political, even mythical and religious discourse. From a philosophical point of view, according to Professor Bertrand Piettre, these two notions seem to be more normative than descriptive and have more value than reality. Thus, the term “order” is understood at least in two contradictory senses: either the order is thought of as finalized, as carrying out a purpose, pursuing a direction and thus making sense; disorder is then defined by the absence of an intelligent design. Or the order is thought of as a stable or recurring structure and, thereby, recognizable and locatable, as a constant and necessary arrangement; but as such, it can appear totally devoid of finality and purpose. Disorder, then, is not thought of as what is devoid of a finality, but as what appears to be devoid of necessity.
These two meanings, Piettre explains, refer to two philosophically different visions of the world: finalist or mechanist. Also, recent developments in contemporary science reveal a third possible meaning of the word order, a so-called “contingent” order which is constituted, not against or in spite of disorder, but by and with it; not by triumphing over disorder, but by using it. The author concludes that the notions of order and disorder are therefore intimately entwined and complementary to each other. Their combination, in a play of contingency and necessity, produces the diversity of the material and living world that we know.
In the context of international relations, order is commonly understood to mean the set of rules and institutions that govern relations between the key players in the international environment. Such an order is distinguished from chaos, or random relationships, by a certain degree of stability in terms of structure and organization.
Perhaps, one of the best studies ever done on this topic is the one sponsored by the Office of the United States Secretary of Defense’s Office of Net Assessment and conducted within the International Security and Defense Policy Center of the RAND National Defense Research Institute in 2016 under the title “Understanding the Current International Order”. The main aim of this study, was to understand the workings of the existing international order, assess current challenges and threats to the order, and accordingly, recommend future policies deemed sound to U.S. decisionmakers.
The report says that in the modern era, the foundation of the international order was built on the bedrock principles of the Westphalian system, which reflected fairly conservative conceptions of order while relying on pure balance-of-power politics in order to uphold the sovereign equality and territorial inviolability of States.
This Westphalian system led to the development of the territorial integrity norm, considered to this day as a cardinal norm against outright aggression towards neighbors with the aim of seizing their lands, resources or citizens, which was once a common practice in world politics. Thus defined in its main elements, this system has continued to prevail, especially since the Concert of Europe, also known as the Vienna Congress system, which from 1815 to 1914 established a whole series of principles, rules and practices having greatly contributed, after the Napoleonic wars, to maintaining a balance between European powers and shielding the Old Continent from a new all-out conflict. It stood fast until the outbreak of World War I, resumed with the creation of the League of Nations, and then, again, after World War II.
In sum, even if it took different forms in practice, the Westphalian order continued to be a permanent feature of the relations between the great world powers during all the aforementioned periods, thus allowing, to the greatest possible extent, the prevalence of structured relations designed to forswear territorial conquest and curtail any global disorder susceptible of generating wars or large-scale violence in their midst.
The RAND Corporation report indicates that since 1945, the United States, which was the greatest beneficiary of the restored peace, has pursued its global interests through the creation and maintenance of international economic institutions, bilateral and regional security organizations, and liberal political norms and standards. These ordering mechanisms are often collectively referred to as the “international order”.
However, in recent years, rising powers have begun to challenge the sustainability and legitimacy of some aspects of this order, which is clearly seen by the U.S. as a major challenge to its global leadership and vital strategic interests. Three broad categories of potential risks and threats likely to jeopardize this order have thus been identified by the writers of the report:

  • some leading states consider that many components of the existing order are designed to restrict their power and perpetuate American hegemony;
  • volatility due to failed states or economic crises;
  • shifting domestic politics at a time of slow growth and growing inequality.

Kissinger and Realpolitik
Two years before the publication of this study, Henry Kissinger, the veteran of American diplomacy credited with having officially introduced “Realpolitik” (realistic foreign policy based on the calculation of forces and the national interest) in the White House while serving as Secretary of State under Richard Nixon’s administration, had further explored the theme of world order in a landmark book.
From the outset, Mr. Kissinger asserts that no truly global “world order” has ever existed. The order as defined by our times was devised in Western Europe four centuries ago, on the occasion of a peace conference held in Westphalia, a region of Germany, “without the involvement or even the awareness of most other continents or civilizations”. This conference, it should be remembered, followed a century of sectarian conflict and political upheavals across Central Europe which ended up provoking the “Thirty Years’ War” (1618-1648), an appalling and unnecessary “total war” where a quarter of the population of Central Europe died from combat, disease or starvation.
However, the negotiators of this peace of Westphalia did not think of laying the foundations of a system applicable to the whole world. How could they have thought so when then, as always before, every other civilization or geographic region, seeing itself as the center of the world and viewing its principles and values ​​as universally relevant, defined its own conception of order? In the absence of possibilities for prolonged interaction and of any framework for measuring the respective power of the different regions, Henry Kissinger believes, each of these regions viewed its own order as unique and defined the others as “barbarians” wich were “governed in a manner incomprehensible to the established system, and irrelevant to its designs except as a threat”.
Subsequently, thanks to Western colonial expansion, the Westphalian system spread around the world and imposed the structure of a state-based international order, while failing, of course, to apply the concepts of sovereignty to colonies and colonized peoples. It is these same principles and other Westphalian ideas that were put forward when the colonized peoples began to demand their independence. Sovereign state, national independence, national interest, noninterference in domestic affairs and respect for international law and human rights have thus asserted themselves as effective arguments against the colonizers themselves during armed or political struggles, both to regain independence and, afterwards, to protect the newly formed states in the 1950s and 1960s in particular.
At the end of his reflection combining historical analysis and geopolitical prospective, Mr. Kissinger draws important conclusions about the current international order and asks essential questions about its future. The universal relevance of the Westphalian system, he said, derived from its procedural nature, that is value-neutral, which made its rules accessible to any country. Its weakness had been the flip side of its strength: designed by states exhausted from the bloodletting they inflicted on each other, it offered no sense of direction; it proposed methods of allocating and preserving power, without indicating how to generate legitimacy.
More fundamentally, Mr. Kissinger argues that in building a world order, a key question inevitably concerns the substance of its unifying principles, which represents a cardinal distinction between Western and non-Western approaches to order. Quite aptly, he observes that since the Renaissance, the West has widely adopted the idea that the real world is external to the observer, that knowledge consists in recording and classifying data with the greatest possible precision, and that the success of a foreign policy depends on the assessment of existing realities and trends. Therefore, the Peace of Westphalia embodied a judgment of reality and more particularly of realities of power and territory – in the form of a concept of secular order supplanting the demands of religion.
In contrast, the other great contemporary civilizations conceived of reality as internal to the observer and defined by psychological, philosophical or religious convictions. As a result, Kinssinger is of the opinion that sooner or later, any international order must face the consequences of two trends that compromise its cohesion: either a redefinition of legitimacy or a significant shift in the balance of power. In such surcumstances, upheavals could emerge, the essence of wich being that “while they are usually underpinned by force, their overriding thrust is psychological. Those under assault are challenged to defend not only their territory, but the basic assumptions of their way of life, their moral right to exist and to act in a manner that until the challenge, had been treated as beyond question”.
Like many other thinkers, political scientists and strategists, especially Westerners, Mr. Kissinger considers that the multifaceted developments underway in the world are fraught with threats and risks that could lead to a sharp rise in tensions. And chaos threatens “side by side with unprecedented interdependence: in the spread of weapons of mass destruction, the disintegration of states, the impact of environmental depredations, the persistence of genocidal practices, and the spread of new technologies threatening to drive conflict beyond human control or comprehension”.
This is the reason why Mr. Kissinger thinks that our age is insistently engaged in an obstinate search, sometimes almost desperatly, of a concept of world order, not without expressing his concern which takes on the appearance of a warning: in our time, a reconstruction of the international system “is the ultimate challenge to government. And in the event of failure, the penalty will be not so much a major war between States (though in some regions this is not foreclosed) as an evolution into spheres of influence identified with particular domestic structures and forms of governance, for example the Westphalian model as against the radical Islamist version” with the risk, according to him, that at its edges each sphere would be tempted to test its strength against other entities of order deemed illegitimate.
The major conclusion of this scholarly book which concerns us particularly in the context of our theme of the “Order of the World”, as opposed to “international” or “World” order, is this: “The mystery to be overcome is one all peoples share: how divergent historical experiences and values can be shaped into a common order”.
Mr. Kissinger’s allusion to the “radical Islamist version” as a possible alternative to the Westphalian model of world order is far from trivial; and the fact of having singled it out from other eventualities speaks volumes about its own strategic reading of the evolutions underway and the possible contours of the world to come.

Afghanistan, yet again a slayer and graveyard of empires
With a few years of delay, the “establishment” of his country seems to have been convinced of the same views. Indeed, in the space of just four days, two clarifications in this sense have been made, shaking violently the foundations of policies and “truths” hitherto considered incontrovertible.
Firstly, through an editorial published in the columns of the highly influential New York business and financial daily “The Wall Street Journal”. Under the evocative headline “The Unconquerable Islamic World”, the newspaper owned by Australian–American billionaire and media mogul Rupert Murdoch claims that historians, troopers and politicians will debate for many years the particulars of what went unsuitable throughout America’s intervention in Afghanistan. This adventure had its epilogue, on August 31, 2021, in the form of a hasty and messy evacuation of American troops through Kabul airport, under the triumphant gaze of the Taliban, the new masters of Afghanistan, a country which once again proved to be a slayer and graveyard of invading empires, old and new. Such a rout, broadcast live by international media, left everyone bewildered and certainly eclipsed similar scenes of panic that marked the fall of Saigon, Vietnam, on April 30, 1973, which sealed the first military defeat in the recent history of the United States.
Considering that the US-led coalition has been guilty of blindness by failing to understand that politics lies downstream of tradition, and tradition downstream of faith, the newspaper recognizes that Islamic societies belong to a particular civilization, which resists the imposition of foreign values by way of energy. This blindness is caused by the fact that, becoming apostles of common civilization, Westerners think that “human beings all over the place would make the identical primary choices we made in constructing political group”, and also by a “noble want” to see people as equal, interchangeable beings for whom religion and tradition are “accidents of delivery”. Whereas in fact, these accidents are “non-negotiable truths for tons of hundreds of thousands of people that would moderately die than concede them”.
Failure to understand this, the daily concludes, can be a symptom of “religious vacancy”. In other words, “alienated from America’s Christian origins, hundreds of thousands can’t fathom how religion may play a significant position in binding people collectively”.
Secondly, through an equally scathing assessment by President Joe Biden himself during a speech to the nation delivered in the wake of the American withdrawal from Afghanistan and only eleven days before the 20th anniversary of the September 11, terrorists attacks, which had precisely precipitated this military intervention. On this occasion, President Biden gave a full-throated defense of his decision to end the United States’ longest war abroad by declaring that the era of large American military deployments to remake other nations is over. He further emphasized: “After more than $2 trillion spent in Afghanistan a cost that researchers at Brown University estimated would be over $300 million a day for two decades in Afghanistan yes the American people should hear this: $300 million a day for 20 years in Afghanistan”. Will this important declaration help turn a new page in Washington’s foreign policy, especially towards the Muslim world, a policy characterized by so many setbacks that have claimed the lives of millions of innocent people and caused heavy material damage and unspeakable sufferings? Only time will tell.

Islam and the New World Order
In the meantime, as Ali A. Allawi asserts in his mesmerizing book, there is little doubt that for at least two centuries the civilization of Islam has been going through a profound crisis. Islam, as a religion and a method of worship, embraced by almost two billion people in the world, has kept its vitality intact, and is gaining more and more followers outside its original geographical sphere, notably since the events of September 11, paradoxical though it may seem to some. Indeed, we are seeing more and more telling signs in this regard such as: the increase in the number of conversions to Islam, in particular among educated women; the significant surge in the number of mosques, Islamic centers and other places of worship in the West and elsewhere (including through the conversion of abandoned Christian places of worship); the election of Muslims to high positions of political and representative responsibility (including mayors and parliamentarians of major capitals and Western cities); the interest in studying Islam in general and the Qur’an in particular, including in schools and universities in many countries around the world; the remarkable growth of banks and other Islamic financial institutions, as well as that of the Halal industry in the world.
It remains true, however, that the situation is quite different for the world and the civilization that Islam has built over the centuries. These have been seriously undermined. What does this mean exactly? To try to answer this question, it is important to recall the following key considerations:
All civilizations try to balance themselves between the individual and the collective (or the group), between the temporal and the spiritual, and between this-worldliness and otherworldliness. Shifts between the relative importance given to the former at the expense of the latter is what gives the different civilizations their distinctive identity and coloring; and critical disjunctions in human history occur when the individual paradigm is overturned or tilted towards the collective, or vice versa.
In modern Western societies, especially English–speaking ones, it is an indisputable fact that since the Renaissance which was at the origin of the Enlightenment movement and thought, there has been a gradual and probably decisive and irreversible shift away from the collective and the sacred towards the individual and the secular.
This being the case, in the self–image of Western or Westernized societies, the individual is ennobled and endowed with the power and tools to determine, alone, the course of his personal development and fulfillment as well as those of society, through the idiom – which is then erected into absolute dogma – of rights and the practice of a democracy based on laws and rules. The primacy of the individual over collective rights thus gradually paved the way for the dismantling of the post-war welfare state, making the dividing line between the public and private domains increasingly blurred, and providing wide–open avenues to an unbridled individualism.
The Muslim World was not spared either by the onslaught of these stormy developments, and all the countries composing it ended up joining, with varying degrees of enthusiasm and intensity, the irresistible ultraliberal globalization movement churned out and forcefully promoted by the Reagan-Thatcher couple in the 1980s. Nevertheless, to this day, Islam, this invisible glue that binds Muslims to a different set of values, loyalties and identities beyond the nation, seem to be resisting and still has not recognized the inevitability of a world civilization stamped with the sole seal of the West and its typical and willfully domineering political, cultural, and socio-economic model.
Being a religion which does not separate the spiritual from the temporal and puts the rights, interests and well-being of the community ahead of those of individuals, Islam today constitutes a major brake on and obstacle to the standardization of humanity according to the globalist mold aiming to impose the rules of a single economic model and mindset. The supporters of this vision of the world work tirelessly to break open this bolt which still holds, unlike Catholicism, the other monotheistic religion with a universal vocation, in particular since the Second Vatican Ecumenical Council which has totally abdicated by giving in to the “demands” of an increasingly desecrated modern world. This Council, let us remember, had, under the impetus of the brand new Pope John XXIII, assigned three main goals, the repercussions of which are still being felt today: to renew the Church itself (to make its aggiornamento), to re-establish the unity of all Christians, and to engage in the dialogue of the Church with the contemporary world.
Pierre Hillard understood this very well when he said that Islam is now the “last bulwark against the New World Order”. To the question that Laurent Fendt put to him on Radio “Ici et Maintenant”, on January 11, 2010, of “what would be in the case of a world government the enemy who would be put forward to continue to rule the world?”, Pierre Hillard replied: “Within the framework of the New World Order, the enemy currently is Islam (…) because Islam is still the only religion which brings hope for the hereafter (…) It is for the globalist spirit a competition that it cannot accept, because the Muslim will not – in any case much less – focus on material pleasures, on the consumer society; so it is necessary at all costs to destroy this Islam which does not extol the American way of life”. And while referring to an article by Ralph Peters in an American military journal pleading in favor of a “Vatican of Islam”, he recalls the encyclical Pacem in Terris of John XXIII before concluding: “they succeeded with Catholicism and there is nothing left but Islam which tries to resist”.
On closer inspection, we may argue that throughout the Western colonial period, the Cold War and until after the “Thirty Glorious” the West was somewhat indifferent if not condescending to Islam as a religion. The fear of Islam has followed the demise of social democracy in the West, especially since the events of “May 68”, and the decay of progressive and socially centered movements in the Third World. The Iranian revolution of 1979, itself begotten by this historical development, and the terrorist attacks of September 11, radically changed the geostrategic situation in the eyes of Western countries. Islam is increasingly at the center of their concerns today and a rampant Islamophobia has naturally, and dangerously, ensued. As Mr. Allawi so rightly put it, Islam’s religion, cultures, civilization, nations and peoples have became the subject of meticulous scrutiny by a wide array of analysts, “from the most thoughtful to the most incendiary, from the most illustrious to the most obscure, from the most sympathetic to the most bigoted”.
Make no mistake about it. Much like Egyptian thinker Mustafa Mahmoud, we are aware that when some influential figures, both Western and indigenous, declare that they are not hostile to Islam as a religion, they are honest in some way. To be sure, they have no objection to Muslims praying, fasting, making the pilgrimage to Mecca, spending nights and days worshiping God, glorifiying Him and seeking His grace in individual meditation and invocation or in collective prayers in mosques. They are in no way hostile to ritual Islam, an Islam of gestures, genuflection and asceticism. Nor do they object to Muslims being bestowed with the rewards of the hereafter. It’s a question they don’t necessarily care or think about. On the contrary, these personalities and their mentors have very often encouraged, supported and defended the leaders and other sounding boards of this type of Islam: peaceful, pacifist, docile and exploitable at will. Their hostility and enmity are rather directed against the other Islam, the one that challenges their claim to the exclusive authority to rule the world and build it on other ideals, values ​​and interests than theirs; progressive Islam which enjoins what is right and forbids what is wrong in the world; Islam which wants to open an alternative cultural path and establish models and values ​​in the fields of economy, trade, art and thought; Islam that wants to advance science, technology and inventions, but for purposes other than the conquest of the territories of others and the control of their resources; Islam that goes beyond individual reform to social reform, that helps cure the ailments of the current pervasive and materialestic civilization to effect a much-needed salutary global change. In all such arenas, there is no room for negotiation, bargaining, or compromise. There is bitter warfare, either overt or covert, sometimes even with the help of supposedly co-religionists local clients.
In reaction, an awareness characterized mainly by rearguard actions and resistance to the claims of secular modernity is emerging across the Muslim world. This dynamic encompasses all of the attributes of a struggle for the survival of Islam, henceforth the sole standard bearer of Abrahamic monotheism.

The future of Islam: between reformation, deformation and rebirth
Uneasiness and uncertainty as to the direction in which Islamic civilization is moving, or is being intentionally pushed, have been providing the foundation for a flow of projects and plans aimed at “reforming” or “revitalizing” Islam since the beginning of the 19th century and up to the present day. These continued attempts are all based on schemes of “reinvention” of Islam through secularization, liberalization, historicization, or radicalization of Muslims’ understanding of their religion.
As we pointed out earlier, there is no crisis of religious belief in Islam comparable to that which has affected Christianity in the West generally. But this is a far cry from the assertion that the seeds of a rebirth of Islamic civilization are there simply because most Muslims continue to show extraordinary commitment to their religion. Mr. Allawi is right in thinking that the main threat to Islamic civilization will not come from the massive abandonment of religious faith. Rather, the future of this civilization is more linked to the success or disappearance of political Islam as it has manifested itself during the last forty years.
Indeed, the extreme politicization, both internal and external, of Islam and its transformation into an ideology for legitimizing access to and/or retention of power is undoubtedly a crucial change that has influenced the life course of Muslim states and peoples, and also their relation to the whole world. According to Allawi, the success of political Islam may paradoxically turn out to be the “coup de grace”, the final blow to the Islamic civilization. For it will eliminate, once and for all, the possibility that the political path could ever be the basis for rejuvenating or reshaping the elements of a new form of Islamic civilization. In many ways, the use of violence and terrorism in the name of Islam confirms the disappearance of this civilization from the consciousness of terrorists and their local and foreign supporters. Despite its predominance in the calculations of policy and decision-makers and in the public imagination, political Islam is only one aspect of the overall problem of Islam in the modern World. Similarly, its ups and downs are only one symptom among others of the disease affecting this civilization. And the fact that Islamism has received the lion’s share of attention does not automatically make its leaders and ideologues the arbiter of Islam itself.
Therefore, what needs to be addressed as a matter of high priority and urgency is to identify the root causes of the crisis and to remedy them. In particular, it is crucial to find out whether Islam’s apparent mismatch with the modern world is intrinsic to the religion itself or is due to other factors, including the gradual breakdown of its vital forces. Former Malaysian Prime Minister Mahathir Bin Muhammad, who has contributed significantly to the development of his country, has suggested what could well be a particularly interesting “road map” in this regard. Addressing the participants of the 3rd International Conference on Islamic Thought, held in Kuala Lumpur in May 1984, he said: “If Muslims really want an Islamic social order, then they must examine every aspect of modern life from the perspective of Islam and make the necessary corrections (…) Then they should integrate the new knowledge into the corpus of the Islamic legacy by eliminating, amending, reinterpreting and adapting its components according to the world view of Islam”.
The debate on this topic is endless and the opinions expressed by Muslims themselves are often diametrically opposed. This is the case with two recent contributions. If for the Tunisian researcher Hela Ouardi “Islam is a totally anachronistic religion, stuck in a temporal trap and unable to cut the thread of the mythology that would allow it to enter modernity”, it is quite otherwise for the Swiss researcher of Moroccan origin Réda Benkirane who considers that “paradoxically, what we perceive as a return of religion is in reality an exit from Islam. This “outing” essentializes the accessory (appearance, clothing, standards) and accessorizes the essential (the articulation of reason and faith). Everything that has been going on for half a century now has contributed to a turbulent secularization of Islam (…) The instrumentalization of religion for political ends has been the work of secular Western states and Arab petromonarchies”.
In truth, what reformers and critics of Islam alike have not sufficiently understood or admitted is that “the spiritual dimension of Islam has permeated the entirety of its civilization”. Accordingly, regaining knowlege of the sacred is an essential requierement. This is the most important characteristic of this particular religion, one that Muslims hold to be perfect and definitive, especially in terms of the transcendent reality which lies at the heart of its message. In interpreting the world view of Islam, the aim of all knowledge must be to “seek, find and affirm the divine basis of all righteous thinking and actions”, as referred to in the Qur’an. Furthermore, the clear dichotomy between the sacred and the secular contained in the biblical affirmation “render unto Caesar the things that are Caesar’s, and unto God the things that are God’s” finds no place in Islam if it “despiritualizes the foundations of individual and collective action”.
The aforementioned considerations are the most essential features which made the specificity of Islam, its Alpha and its Omega, which allowed the birth and then the greatness of its civilization, and which will be crucial for the success of any “rebirth” enterprise aimed at the individual and societal regeneration of Islam in the modern world. Otherwise, what Mr. Allawi calls “the last crisis” of the civilization of Islam may induce a secularization of Islam, which would therefore reduce its domain to the private sphere, as an individual faith or, at best, a community faith. Such an evolution would obviously add Islam to the other non-established religions in the modern world and, with time, its singularity will disappear, and with it any possibility that its outward expression will have a serious impact on the world in general. On that account, it would permanently lose any claim it might have to be “the incubator of a unique form of future civilization”. As for the Muslims taken individually, they would then be part of a world which would bear no imprint of their religion “while the model of Promethean man, heroically defying the gods and tolerating no limit to his desires and their fulfillment”, would take a further step towards its own inescapable perdition. All in all, the Islamic “awakening” so much announced lately would not be a prelude to the rebirth of an Islamic civilization but “a new episode of its decline”, and the final act of the end of a once resplendent civilization that would have thus, God forbid, also made its swan song.
This fundamental conclusion reached by Ali Allawi, and which we endorse entirely, is the same as that formulated, fifty years before him by Malek Bennabi in the original Arabic version of his fascinating scholarly book published in 1971 in Cairo under the title “The Problem of Ideas in the Muslim world”. The Muslim world, he wrote, has emerged from the post-Almohadian era in the last century without, however, yet finding its base; like a rider who has lost the stirrup and has not yet managed to get it back, it is looking for its new balance. Its secular decadence, which had condemned it to inertia, apathy, impotence, colonizability, nevertheless retained its more or less fossilized values. It emerges in this state in a twentieth century at the height of its material power, but where all moral forces began to fail soon after World War I.
After examining the ins and outs of this long process of decadence, Bennabi warns that the Muslim world, and more particularly a large part of its “elites”, is carried away by contradictory ideas, those very which bring it face to face with the problems of technological civilization without putting it in contact with its roots, and those which link it to its own cultural universe without putting it completely in contact with its archetypes, despite the meritorious efforts of its Reformers. It therefore risks, “by infatuation or by slipping on slides set in its footsteps, to be drawn into modern ‘ideologies’ just as they consummate their bankruptcy in the West where they were born”. We do not make history, he affirms with assurance, by following in the footsteps of others in all the beaten paths, but by opening up new paths; this is only possible with “genuine ideas that answer all the growth problems of a society which must be rebuilt”.
Surely, for centuries, the civilization of Islam has often been shaken by powerful opposing currents. The crusades, the Mongol invasion, colonization and then Western imperialism and, today, the intense movement of globalization were the most striking ones. It has just as often bent under their blows, but has never broken. Far from it, its contribution to universal civilization and to the construction of the Old and New worlds is undeniable. The chronicle of this role, especially during the period of the Ottoman Empire, have recently been the subject of a remarkable book written by Alan Mikhail, Professor of history and Chair of the Department of History at American Yale University, under the title “The Shadow of God: The Ottoman Sultan Who Shaped the Modern World”. In the introduction to this narrative presenting a new and holistic picture of the last five centuries and demonstrating Islam’s constituent role in the forming of some of the most fundamental aspects of the history of Europe, the Americas, and the United States, he states that: “If we do not place Islam at the center of our grasp of world history, we will never understand why the Moor-slayers (Matamoros) are memorialized on the Texas-Mexico border or, more generally, why we have blindly, and repeatedly, narrated histories that miss major features of our shared past. As we chronicle Selim and his age, a bold new world history emerges, one that overturns shibboleths that have held sway for a millennium”, before concluding: “Whether politicians, pundits, and traditional historians like it or not, the world we inhabit is very much an Ottoman one”.

Amir Nour

 

A. Aroua et M. Dhina, des «pacifistes» de Suisse, vs A. Bensaada le «complotiste contre-révolutionnaire»

790

Cela a commencé avec le foudroyant livre du Dr. Bensaada «Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak algérien» qui a mis à nu la manipulation et le financement d’Algériens, par la NED américaine. Sa parution a fait couler plus de salive que d’encre. La plupart des critiques n’ayant parcourus que quelques morceaux journalistiques s’en sont pris de façon crasse à la personne de l’auteur, du préfacier Majed Nehmé, du postfacier Richard Labévière et même à l’éditeur. Le plus singulier parmi eux est le mouvement islamiste «Rachad», issu de l’ex FIS, activant toujours en Europe, depuis la Suisse en particulier.

Rachad à la rescousse des «ténors auto-proclamés du Hirak»


Le plus insolite et que ce sont les islamistes de « Rachad » (classé en Algérie organisation terroriste), ayant pignon sur rue en Europe plus particulièrement en Suisse, qui sont venus à la rescousse des «démocrates» incriminés. Même le quotidien algérien «printaniste» El Watan, a préféré, lui, faire le black-out à ses lecteurs ! Ce journal a soutenu toutes les alliances aberrantes visant à faire «tomber le pouvoir» légal (rachadistes, makistes, badissistes, la bande « issabistes » en prison, opportunistes…)

Rachad, après des vidéos fustigeant le Dr Bensaada, a répliqué soudainement par un livre de près de 300 pages, intitulé «En défense du hirak : Déconstruction du complotisme contre-révolutionnaire» –  préfacé par ‘‘l’éminence grise’’ pro-islamiste,  ancien Président désigné de Tunisie, Moncef Marzouki dont le passeport diplomatique vient de lui être retiré pour « atteinte à la sécurité intérieure et à la sécurité extérieure de la Tunisie »  – par lequel on l’accuse de «complotiste» parce que son «opuscule» dénonce leur projet «printaniste» par des preuves tirées des documents de la NED/CIA et des câbles wikileaks ! Ils s’y sont mis à dix pour riposter ! https://hoggar.org/wp-content/uploads/2020/10/En_defense_du_hirak.pdf On aurait souhaité que ce «livre» – dont l’affabulateur Larbi Zitout, sis à Londres, en fait un « chef d’œuvre » dans ses vidéos – nous apporte les contre-preuves sur ce qu’a affirmé le Dr Bensaada. https://fr.calameo.com/read/00036684692a43cc1f19d . On a lu, plutôt, des textes qui s’apparentent à des cours sur la manipulation, le complot, la main étrangère, l’Islam ; puis une partie glorifiant «Rachad» et «Al Karama», le « Houkm ar-Rachid » (bonne gouvernance) et quelques principes de l’Islam. Le tout dans un amas de références d’auteurs et de titres, mais sans aucune preuve contredisant celles de M. Bensaada.

Un livre qui a mobilisé une dizaine d’auteurs – qualifiés de «compétences académiques» – terminé en quatre mois, pour répliquer à un «kouteyb» fait par une seule personne qui lui a consacré une année de recherches ? «C’est David contre Goliath» ? Parmi ces compétences, il y a le Docteur Aroua, Directeur du site Hoggar.org, un des membres fondateurs de Rachad et d’Al Karama sis en Suisse, chargés des «droits de l’homme dans les pays arabes». Il s’affiche aussi directeur de «Cordoba Peace Institute» de Genève qui œuvre pour «la prévention de la violence et de la promotion de la paix;favoriser l’échange entre les cultures et les civilisations dans l’esprit de Cordoue». https://cpi-geneva.org/fr/ Aroua est physicien médical et se déclare aussi militant des droits humains et pour la paix. Après son DES en électronique à Alger, il poursuit, aux frais de l’Etat algérien, ses études au Royaume-Uni, puis en Suisse, où il vit depuis 1988.Il a participé au livre avec un chapitre intitulé «La non-violence en Algérie : Complot impérialiste ou phénomène endogène» où il n’évoque le Dr Bensaada que dans le sens «complotiste». Il n’a présenté aucune preuve pour démentir l’auteur ! Il a axé son article sur la «non-violence dans la ‘‘tradition islamique et le monde arabe’’». Tradition “islamique” ou des “musulmans”? Une grosse nuance, car après la mort du Prophète (qsssl), il est apparu une certaine herméneutique discutable – en contradiction avec l’Islam du Coran et les faits et gestes authentiques du Prophète – visant à piloter la vie du musulman dans ses moindres faits et gestes ce, depuis l’époque Omeyade et Abbasside sans possibilités d’autres interprétations !

Aroua :  la 1ère violence a commencé au «coup d’Etat de janvier 1992»   Dans son introduction, il a abordé le livre de Bensaada sous l’angle que les révoltes arabes sont le résultat d’une volonté populaire et non d’une ingérence étrangère ou manipulation. Pour lui, cette volonté d’en faire une révolution de «couleur» n’est qu’un complot fomenté par le «pouvoir algérien», aidés par des «voix…jouissant de la bénédiction des régimes autoritaires arabe ». Aroua classe Bensaada parmi ces «voix» pour l’Algérie, lui reprochant d’accuser ces ‘‘autoproclamés’’ du hirak de travailler pour des intérêts étrangers!Pour lui la 1ère violence a commencé au «coup d’Etat de janvier 1992…par le régime putschiste » (dissolution du FIS) ; insufflant que les ‘services’ «souhaitaientcette réaction violente» pour en faire un motif de répression légitime. S’il considère que l’action violente doit être appréciée par son «efficacité face à un adversaire autoritaire et puissamment armée», c’est, d’une certaine manière, disculper ce «régime militaire» sur l’origine de cette violence ! S’il reconnait l’emprunt par nos jeunes de certains termes et slogans au mouvement mondial, «cela ne fait pas d’eux des‘‘chevaux de Troie’’ facilitant la mainmise de l’impérialisme…» . Aroua a même vu une influence réciproque où le slogan «Yetnahaw ga3» (tous doivent être enlevés) est repris par les foules aux USA scandant «Remove them all». Il s’est lancé ensuite dans des détails en s’inspirant de l’histoire du monde islamique pour expliquer que la non-violence «est enracinée dans la ‘tradition islamique’…» tout en tentant de déconstruire la «thèse» de Bensaada en s’appuyant d’extraits de son livre, par une approche sociologique et historique dit-il : «pour donner un sens à l’avènement du hirak algérien et à sa nature non-violente…[avec] des éléments d’explication tirés de l’histoire récente du pays…»

Approche « islamique » de la non-violence selon Aroua Reconnaissant que les religions, les cultures, les races sont essentiellement pacifiques et non-violentes, il relativise en soulignant qu’elles autorisent parfois «le recours à la violence sous certaines conditions» en rappelant les violences que subissent les musulmans au Sri Lanka, au Tibet et au Myanmar. Aroua ne dit pas si la réplique ‘violente’ de l’Armée algérienne, aidé par les groupes de légitime défense des villages, est valide avec son «sous certaines conditions», lorsqu’ils ont anéanti les groupes islamiques armées qui ont assassiné des dizaines de milliers de citoyens (femmes, enfants, vieillards, intellectuels, journalistes, artistes, enseignants etc… brulés des écoles, des usines, des bus etc.)!Il a défini la non-violence par une approche plutôt religieuse, insistant que l’Islam l’interdit, mais «autorise le croyant à y résister par la meilleure manière», soulignant que «comme la majorité des sociétés vivent sous l’oppression de régimes illégitimes, autoritaires et corrompus…ils ne font que pratiquer ‘ad-Dafâ’ (la défense)». Comme s’il était question de «croyants musulmans» qui vivraient dans l’oppression de dirigeants «non croyants» d’où la nécessité de les destituer pour les remplacer par de véritables musulmans !Il a abordé ensuite à «La non-violence dans la terminologie arabe» en citant les termes utilisés, pour terminer avec le titre «Non-violence dans le monde arabe avant 2011» où il cite « Stephen Zunes et al. » qui ont classé comme «non-violents», les révoltes en Egypte 1919, Golan 1980, Soudan 1985, intifada palestinienne 1987, Algérie 1988; soulignant que le choix de la non-violence « comme stratégie de changement politique » a précédé l’avènement du « Printemps arabe » en citant les mouvements qui ont adopté cette méthode. Il n’a pas manqué de signaler l’action des propagandistes «qui se dresse contre l’action politique à référence religieuse, les partis politiques se réclamant de la mouvance islamique et qui revendiquent la participation politique …[qui] inscrivent dans leurs actes constitutifs le rejet de la violence comme moyen d’action», reconnaissant ainsi le caractère théocratique de leurs actions politiques. Il a pris l’exemple de «Rachad» qui œuvre pour une gouvernance de l’Algérie, légitime, civile, souveraine.La deuxième vague de soulèvements de 2019, notamment en Algérie, est venue démontrer à son avis…  «que les peuples arabo-musulmans…étaient capables aussi d’aspirer à la dignité…et de mener un hirak civilisé … malgré toutes les provocations du régime militaire algérien». Le sujet concerne l’Algérie et à chaque fois Aroua généralise au «peuples arabo-musulmans» ! N’est-ce pas avouer l’objectif «transnational» des islamistes ?En conclusion, il a déclaré avoir tenté de montrer à travers des textes islamiques que la non-violence n’est pas étrangère aux musulmans ; elle «n’est pas un produit importé naïvement par nos peuples, exporté vers nous par des officines occidentales… », affirmant, dès lors, que personne ne peut accuser le hirak d’avoir bénéficié d’un soutien étranger.

Un Hirak qui s’inspire de la «philosophie» de Rachad ? A la lecture de son texte, les non-avertis peuvent déduire que le «Hirak» en Algérie, ne peut que s’être inspiré de la «philosophie» de Rachad, basée sur la non-violence puisque, dit-il, elle est inscrit sur ses tablettes en 1987.  Le point d’ennui est que Aroua ne peut s’adresser qu’aux algériens, vivant en Algérie, ayant par centaines de milliers participé aux manifestations brandissant des slogans précis en particulier «non au 5ème mandat». Il faut vraiment être malhonnête pour leur vomir une telle énormité ! Chacun sait que les islamistes (les plus visibles), les makistes, les «autoproclamés» se déclarant démocrates ont «chevauché» le hirak pour le dévier vers d’autres objectifs, après obtention de l’essentiel des revendications; avec en bonus l’arrestation et le jugement de dizaines de hauts responsables civils et militaires ! C’est les sous-estimer que de leur faire croire qu’il s’agit du même hirak qui exhibe des slogans contre l’Armée et l’Institution Présidentielle !On a failli oublier que le livre devait répondre aux accusations de Bensaada. Tout un discours en se référant à l’histoire et aux textes religieux pour dire que l’Islam est une religion sereine. Même les intellectuels et les personnes raisonnables occidentaux le savent ! En revanche, ce sont les musulmans qui ont dénoncé ces pseudo-musulmans qui abusent de l’islam, vu comme moyen d’actions violentes, pour changer les régimes de leur pays aidés par des monarchies arabes et des pays occidentaux pour leurs intérêts hégémoniques !Revendiquer d’un côté la «démocratie», les «libertés», le «choix du peuple par les élections», etc. – qui ne peuvent être assurés que dans un système républicain, démocratique – et d’un autre côté, militer pour une gouvernance «rachidienne» (bien guidé) qui n’est autre que le Califat (inexistant du temps du Prophète) avec son despotisme, c’est de la mystification !Globalement, par ce livre, «Rachad» tente de prouver qu’ils sont pour la «démocratie», les «libertés» et les «droits de l’homme» qu’ils n’ont jamais été “terroristes”; que c’est l’Armée qui a tué durant la décennie sanglante, détruit les infrastructures économiques et sociales, mis les bombes dans les bus…Rachad assure que s’ils seront au pouvoir, ils garantiront tous les droits par un «Houkm errachid» ! L’ex N°2 du Fis déclarait au public que s’ils seront au pouvoir “fini la démocratie” qui est impie (kofr), un blasphème venu de l’occident. https://www.facebook.com/watch/?v=1598739166903810 . Algerie – Le Terroriste Ali Belhadj (responsable du FIS) : La démocratie est Koffr (impie)Enfin, pour information, M. Aroua a publié un livre, en janvier 2021, intitulé «Dépolarisation idéologique en Algérie : Un impératif pour édifier un état de droit». En couverture il a mis une photo intitulée «hirak algérien 2019» où l’on voit une femme kabyle nommée Hakima Sbaihi (une pro Rachad) professeure à Bejaia. Elle est, en pantalon, sans hidjab, au côté d’un «frère» barbu «en kamis» et en calotte, portant un étendard, se regardant avec sourire, dans la bonne humeur d’une «réconciliation idéologique», objet de son livre.

Comme ce livre n’est pas notre sujet, il est utile de relever un mensonge caractérisé. Dans le paragraphe citant la Libye, il a écrit «…ce déficit chez les élites [libyennes] a entrainé le pays dans la violence et la guerre, a pavé le chemin pour le retour de l’ancien régime et a ouvert la voie aux interventions régionales et internationales dans les affaires libyennes». Pourtant, le monde sait que le chaos en Libye et le fait d’une intervention militaire essentiellement américano-franco-anglaise, soutenus par des monarchies arabes, les frères musulmans ! Feindre ne pas le savoir, c’est une autre preuve de son imposture ! Lui et ses amis de Rachad se sont bien permis, en privilégiés, tout comme Bernard-Henri Levy, un déplacement en Libye sous les ailes de l’Otan durant le «no-fly zone» !

De l’amitié avec Johan Galtung à celle d’Abou Hafs El Mouritani et Ramy Dalati

M. Aroua passe allègrement en amitié du célèbre norvégien sociologue Johan Vincent Galtung – un fondateur de la discipline des études sur la «paix et les conflits» à qui il a envoyé une attendrissante lettre depuis «Cordoba Peace Institute/Geneva » – à son antithèse où il a posé avec les sinistres Abou Hafs El Mouritani le «fatwiste» de l’Aqmi et Ramy Dalati le terroriste d’Al Qaida ! Avec ses «amis» ils ont tenté de justifier cette photo en affirmant qu’elle a été «sorti de son contexte» tout en tentant de prouver son pacifisme par sa qualité de membre de «Cordoba Peace Institute» ! Minable diversion devant une photo prise dans un contexte clair, avec deux terroristes d’Al Qaida, qui ne fait pas mystère sur son objectif. Que peut bien faire Aroua en compagnie de ces personnages si ce n’est toujours dans le cadre d’actions concertées pour «faire tomber les régimes arabes» (les Républiques). Le lien avec l’Algérie est bien le FIS qui a fait des centaines de milliers de morts et des dizaines de milliards de dollars de dégâts !

Avec Johan Vincent Galtung il dit avoir gardé de beaux souvenirs de leurs discussions sur les mathématiques de la paix, le journalisme de la paix, l’art de la paix, la théorie de “rank discordance” et la capacité de l’esprit d’extraire l’être humain de son triple conditionnement induit par la «Nature», la «Structure» et la «Culture».Avec Abou Hafs El Mouritani et Ramy Dalati (mort depuis), il n’a rien dit de leur rencontre! Deux personnages présentés humanistes et de paix !–  Abou Hafs El Mouritani de son vrai nom Cheikh Mahfouz Ould Walid ex membre d’Al Qaida ayant, dit-il, «démissionné» (?!). Il a gardé le même esprit sectaire et criminel. Il est devenu ensuite le mufti d’Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Ces ‘‘exploits’’ dans le terrorisme sont détaillés dans cette vidéo (sous-titrée en français) https://www.youtube.com/watch?v=BL1595RoCnY&t=398s . Abou Hafs a été celui qui a soutenu un jugement avec condamnation à la peine de mort de son compatriote Mohamed Ould Cheikh M’Kheitir ! Ce dernier, musulman, a été «condamné à mort» (en 1ère instance) pour «apostasie» après avoir questionné sur des faits historiques avérés du racisme de certains musulmans en rapport avec les mêmes faits se déroulant en Mauritanie contre sa faction méprisée pour leurs métiers manuels. Condamnation ramenée à deux ans (en appel) suite à des pressions. Il s’est exilé depuis pour éviter un  assassinat.  https://www.youtube.com/watch?v=BL1595RoCnY&t=398s–  Ramy Dalati a été un ex dirigeant ou activiste d’Al Qaida, d’Ennosra et autres brigades. Dans une de ses vidéos, il n’a cessé d’encourager les adolescents à s’engager pour le djihad en Syrie en les envoyant à une mort certaine (en kamikaze souvent), sans parler des centaines de femmes (de la communauté Yézide de Syrie)asservies, violées et engrossées par ses ouailles terroristes.

Dans ces deux cas (et bien d’autres), aucun des «Rachad», «El Karama», Aroua le directeur de «Cordoba pour la paix» et Cie n’a soufflé mot sur ces évènements touchant les droits de l’homme ou même signalé ces actes inhumains ! Même dans le cas du kidnapping, avec demande de libération de leurs amis, du vice-Consul algérien au Mali suivi de son assassinat ou l’exécution par Al Qaida de deux diplomates algériens en Irak !

Avec ses amis co-fondateurs de Rachad et Al Karama 

Image en ligne

A. Aroua, N. Taleb, R. Mesli, M. Dhina et L. Zitout
Mourad Dhina est membre fondateur de Rachad et Al Karama. Comme Aroua, lui aussi déclare être contre la violence ! Selon le site du Conseil fédéral suisse, il a été décidé en date du 24/10/2002 d’interdire à Dhina « de faire de la propagande depuis le territoire suisse…de justifier, d’encourager ou de soutenir matériellement des actes relevant du terrorisme et de l’extrémisme violent qui visent essentiellement à troubler l’ordre en Algérie…[il a] également l’interdiction … de confier de telles activités à des tiers. S’il ne respecte pas la mesure prise à son encontre, il s’expose à une expulsion …[il] ne saurait tolérer que la Suisse … soient utilisés de manière abusive… car cette situation compromet les relations de notre pays …» https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-23180.html. Le 24 décembre 1999, le site canadien CBC le cite en invoquant un document disant «Dhina serait activement impliqué dans l’expédition d’armes à des organisations terroristes…» et ce, suite à l’arrestation, à la frontière canadienne, de l’Algérien Ahmed Rassam tentant de faire «passer un chargement de matériels de fabrication de bombes dans l’Etat de Washington depuis la Colombie Britannique». https://www.cbc.ca/news/canada/canada-u-s-border-security-tightened-in-terrorist-alert-1.184000 .Il y a eu aussi l’arrestation d’un homme et d’une femme à la frontière Canada-Vermont. L’homme, arrêté se nomme Bouabid Chamchi. La voiture appartient à Brahim Mehdi membre de la Ligue islamique algérienne dont l’un des fondateurs et dirigeants est Dhina. 

https://www.washingtonpost.com/archive/politics/2000/01/10/border-arrests-yield-little-calm/cdcc0ce4-65fe-4541-85bf-86822415222b/ . Dhina avait déclaré ne pas le connaitre et qu’il est «contre tout acte de violence aux USA ou dans toute autre partie du monde»…Apparemment excepté l’Algérie !Lors de son interview, par une chaine française, sur la centaine de journalistes et intellectuels qui ont été assassinés par les obscurantistes de son bord, il a répondu : «écoutez…nous n’avons pas à sombrer dans la médiatisation, dans la sélection, dans la condamnation de la mort ; personne n’a pleuré nos morts… certains ont choisi une voie de confrontation ..et qu’ils ont payé ce prix ! Que ces intellectuels de gauche aient le courage d’assumer leur action, qu’ils disent nous nous sommes engagés dans une guerre et que certains d’entre nous ont payé de leur vie. Qu’ils en fassent des martyrs pour eux ! »…justifiant ainsi ces assassinats. Il reste sous le coup d’un mandat d’arrêt international émis par la justice algérienne. https://www.youtube.com/watch?v=p9CJK7RXG0sLes liaisons de Rachad avec Al-Qaïda et les services marocains, sont connues. Leur but : mener une propagande permanente contre l’Etat algérien et son Armée et ce, depuis 1990 la période de terrorisme du le GIA. Rachad, plus pour la réhabilitation du FIS dissous en s’aidant des chefs terroristes d’Al Qaida dont Abou Hafs Al-Mouritani, Ramy Dalati, Hassan Eddeqi et Hakem al-Mutairi !
Dhina va dans une de ses vidéos jusqu’à louer l’Armée sioniste pour réduire celle de son pays parce que, dit-il « nous n’avons pas de politique et de doctrine de défenseon a zéro…vous voulez des exemples d’Etat qui pensent à leur sécurité nationale ? Israël !»…dans le même sens que Sharon sur l’Armée algérienne en 1973 ! L’étourdit n’a pas vu la déroute qu’Israël a subi et que reconnaissent les dirigeants israéliens eux-mêmes dont le chef d’état-major sioniste David Elazar dans ses écrits !

« Cordoba Peace Institute » un écran aux actions de Rachad/Al Karama                 Son attachement à «Cordoba Peace Institute  qui œuvre pour «la prévention de la violence et de la promotion de la paix») n’est donc qu’un écran, qui cache des objectifs islamo-califistes par ‘Rachad’ et ‘Al Karama’ unis à l’instrument d’action «Moutamar el Oumma» (Congrès de la Oumma créé en 2008), sis en Turquie, que dirige un théoricien du terrorisme Hakem al-Mutairi. Ce Congrès a été en première ligne dans le soutien des invasions de la Syrie, de la Libye, de la «printanisation» de certains états arabes. https://nordicmonitor.com/2020/03/turkish-president-helped-out-kuwaiti-cleric-who-was-alleged-to-have-funded-jihadists-in-syria/ . Cette adhésion à ce «Moutamar» est suffisante pour les priver de l’occasion de se déguiser en organisations saines et crédibles ! https://www.youtube.com/watch?v=eTp0IT7l93g Le double jeu est bien le sport favori des Frères Musulmans. Ils ont d’abord joué avec les nazis, puis avec les USA contre l’URSS ! Il est vrai que la «taqiya» est un stratagème inventé qui admet le mensonge (en le rendant licite) s’ils défendent la cause «suprême» qui est le Califat, un système qui arrange bien les impérialistes occidentaux !Ecoutons Jacques-Marie Bourget (écrivain et journaliste français grièvement blessé par balle par l’armée israélienne à Ramallah) à propos des frères musulmans : «La reprise, par Washington, de cette idée [instrumentaliser les communautés Tchétchènes, Kazakhs, Ouzbeks, afin qu’elles tirent dans le dos des Soviétiques], née sous le IIIe Reich, a deux objectifs : utiliser les musulmans pour abattre l’URSS et fournir des gouvernants convenables pour mettre à la tête des pays Arabes, puisque les États-Unis dont le sceau est ‘‘In god we trust’’ , sont convaincus que ces ‘‘Frères’’  seront d’indéfectibles amis»

Une «Tente du dialogue» pour dupes ?
Le journal Genevoix Le Temps a rapporté un fait cocasse. Une «Tente de dialogue» a été plantée dans un parc public en 2016 dont l’objectif est de favoriser l’échange entre des habitants d’origines culturelles différentes ; soutenue à hauteur de 20 000 francs par la Ville de Genève. Cependant, un certain «malaise» a régné lorsque des associations sont intervenues en accusant des organisateurs d’entretenir des liens avec l’islamisme intégriste. Un tract a circulé dénonçant «une opération de propagande islamiste […] Outre l’officine islamique telle que la Fondation de l’Entre-connaissance et la Fondation Cordoue, laquelle serait dirigée par un islamiste notoirement impliqué dans les activités du FIS algérien». Ce qui n’a pas manqué, selon le journal, de mettre dans l’embarras des autorités dont le conseiller d’Etat Charles Beer. «Embarrassé», il se serait distancié en précisant que le «Conseil d’Etat ne soutenait pas cette manifestation». En effet parmi les intervenants au débat consacré au fait religieux, certains ont défendu la possibilité d’enseigner l’islam à l’école publique, ce qui a «déconcerté» le professeur d’histoire des religions à l’Université, Philippe Borgeaud, qui confie : «J’ai eu l’impression d’avoir été embarqué dans quelque chose de tendancieux. Il y avait confusion sur le sujet du débat : je croyais qu’on devait parler de l’enseignement sur la religion, or il était surtout question de l’enseignement … du Coran à l’école

L’islamiste» visé n’est autre que Aroua selon “Le Temps” précisant «notoirement impliqué dans les actions du FIS algérien. Cet Algérien, membre de diverses fondations…vit en Suisse depuis plusieurs années. Son nom apparaît dans diverses affaires liées à des activités islamistes…» Le journal révèle d’autre partque «A. Aroua a rencontré à plusieurs reprises Ahmed Zaoui, dirigeant du Conseil de Coordination du Front islamique du salut à l’étranger, qui avait été jugé indigne de l’asile en Suisse et expulsé en 1998 vers le Burkina Faso…Le directeur de la Fondation Cordoue a notamment pris [sa] défense dans un exposé datant de juillet 2003 »…y voyant en Zaoui, aujourd’hui réfugié en Nouvelle-Zélande «un homme voué à la paix».En réponse double jeu, Aroua nie être membre du FIS, mais admet sa sympathie pour cet ex parti. Il considère comme «valeur respectable» la laïcité tout en fustigeant «l’intégrisme laïc». Il est pour la liberté du culte, mais justifie l’invitation de l’ex-ministre saoudien, qui a interdit la liberté de culte dans son pays aux non-musulmans, en jugeant «enrichissant de le confronter à d’autres interlocuteurs».Lorsque le Département américain du Trésor a décidé, en 2013, de geler les avoirs d’Abdul Rahman Omeir al-Naimi (ex directeur d’Al Karama) pour ses liens avec Al Qaida son successeur Mourad Dhina a pris sa défense. Le communiqué du Département l’a accusé ainsi «Abdul Rahman Omeir al-Naimi finance et soutient le terrorisme depuis une décennie. Il a fourni de l’argent ainsi qu’un appui matériel et transmis des informations à Al-Qaida et à ses affiliés en Syrie, en Irak, en Somalie et au Yémen».A la même période, ”Le Temps” a éventé une affaire ignorée concernant la fondation Al Karama. Celle du financement d’un projet, engagé en Egypte, par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et la Ville de Genève à hauteur de 245 000 francs sans donner plus sur les tenants et les aboutissants. 

Le Califat : une velléité mythique, éculée, révolue !


Le Califat – de ces propagandistes au passé souillé à force de félonie est bien l’objectif suprême des islamistes quelle que soit leur obédience multiple. Il s’agit d’unir tous les pays musulmans autour de ce que l’on nomme la «Oumma» (communauté des croyants) que doit gouverner un Calife où tout sera sacralisé et guidé, ! L’examen des textes fondateurs légitimant ce mode de gouvernance montrent bien leur nature totalitaire, même si ce projet est présenté sous un socle humaniste, égalitariste empruntés par dissimulation des préceptes de l’Islam ! Leur «système» de gouvernance est basé sur leur morale despotique et non sur la croissance économique, l’innovation, le progrès scientifique et la culture ! Un «système» qu’encourage paradoxalement l’Occident impérialiste ! Sinon, comment expliquer que des organisations classées terroristes, activent encore dans les rues de Paris, Londres et Genève ! Durant la décennie dite «noire», l’Angleterre et la France avaient bien accueillis les centaines de terroristes de l’ex FIS, auxquels il était permis de mener ouvertement leurs actions hostiles. C’est ce que continue de faire la France avec ceux du MAK. Dans ces sociétés politico-islamo-califistes, qu’ils soient Docteurs ou sans niveau, ils présentent la même ambivalence de discours, les mêmes bizarreries, les mêmes travers et les mêmes connivences rouées ! Rien ne permet de désillusionner l’islamiste de sa violence qu’une éradication. Là où l’islamisme s’établit, dans tous ses variants politico-idéologiques, les valeurs universelles se dissipent y compris le patriotisme ! Leur «aggiornamento» au monde contemporain est inexistant !Toutes autres visions que présente «Rachad» et «Al Karama» depuis la Suisse, même sous l’ombre de «Cordoba Peace Institute» ne sont qu’imposture, mensonges qui ne dupent que les crédules ! Parions que «Rachad» et leurs semblables, partis ou associations, resteront figés dans les mêmes bizarreries de l’esprit, le même archaïsme dont l’oppression des femmes, les mêmes tromperies, même dans un siècle sans pouvoir réaliser l’once d’un succès de leur velléité califale éculée, mythique, faussement sublimée, définitivement révolue !

Amar Djerrad

 


N.D.L.R.:

NED: National Endowment for Democracy, organisation non-gouvernementale fondée par la CIA en 1983, actuellement présidée par Damon Wilson. Son rôle dans l’émergence de troubles ayant constitué ce que l’on désigne techniquement de “révolutions colorées” dans en Europe orientale, dans la région MENA et ailleurs dans des pays non alignés ou hostile aux intérêts stratégiques et économiques de l’Empire est assez bien documenté.

– La mouvance connue sous l’appellation “Rachad” et le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) sont classés en Algérie comme des organisations terroristes et inscrits comme tels sur la liste des organisations et des personnes terroristes de ce pays.

– Le Front Islamique du Salut (FIS) est un parti politique algérien fondé en février 1989 et dissous en mars 1992.

– Moncef Marzougui, personnage controversé et ancien opposant tunisien interné pour troubles psychiatriques du temps du régime de Ben Ali, puis exilé en France où il active pour la DGSE au sein des mouvances de la Franc-maçonnerie jusqu’à la chute du régime tunisien en janvier 2011. Une fois désigné Président de la République tunisienne dans des conditions douteuses, il devient l’agent prébendé de l’État du Qatar.

 

 

 

Le déclin de la civilisation : Les leçons à tirer de la montée de l’extrême-droite

8878

Prélude : L’antagonisme endogène entre deux groupes civilisationnels et le seuil de survie de la civilisation

Lorsque j’ai vu les résultats du sondage qui montre que l’extrême-droite (FN et Zemmour) détient 33% des voix, je me suis souvenu de la thématique du déclin des civilisations. Après avoir lu la plupart des livres sur ce sujet, j’ai développé une approche qui me semble tenir compte d’une causalité principale au déclin des civilisations qui tourne autour de la lutte entre deux groupes civilisationnels : un groupe d’éclairés, de progressistes, de scientifiques, de philosophes, etc. et un groupe de réactionnaires, culturalistes, essentialistes, nationalistes et idéologues.

Le premier groupe est le moteur d’une civilisation alors que le second tue la civilisation à petit feu jusqu’à son anéantissement. L’extrême-droite représente le nec plus ultra du groupe idéologique réactionnaire. Il y a eu d’autres types de groupes culturalistes dans l’histoire qu’ils soient religieux ou idéologiques et qui ont été responsables de la mort des civilisations. Par conséquent, la civilisation meurt de l’intérieur mais cette mort n’a pas été provoquée comme le dit Michel Onfrey par la perte de la mémoire et des références historiques. C’est plutôt la lutte à mort que se livrent les deux groupes de la civilisation et c’est l’issue finale de cette lutte qui détermine si celle-ci va survivre ou au contraire décliner et mourir.

L’extrême-droite est un groupe réactionnaire qui va certainement mettre à mort la civilisation française s’il parvient au pouvoir comme le nazisme a failli faire périr la civilisation allemande durant la seconde guerre mondiale, si ce n’est la victoire des alliés, l’occupation de l’Allemagne puis sa relève réalisée grâce aux Américains dans un dessein géostratégique pour faire face aux soviétiques. Ceci est la principale leçon à tirer de l’histoire des civilisations.
Toutefois, il y a un réel paradoxe : lorsque le groupe nationaliste réactionnaire en France réclame la défense de la civilisation française comme le fait sans cesse le polémiste Zemmour, il a sa propre définition de la civilisation qui est souvent dépeinte comme mono-culturelle avec une vision de grandeur qui est un mythe qui fédère les membres de ce groupe d’extrême-droite (qui devient le groupe destructeur de la civilisation). Or, en réalité, la civilisation n’existe en fait qu’à travers l’action de ces deux groupes rivaux : le groupe culturaliste réactionnaire (parce qu’il se réfère au passé prétendument glorieux) et le groupe progressiste (tourné vers l’avenir et le progrès). Ce dernier ne définit pas la civilisation et il est la civilisation elle-même alors que le second groupe réactionnaire cherche désespérément à définir la civilisation parce qu’il n’est pas la civilisation. Il est la mort de la civilisation.

A cet égard, Onfrey se trompe lorsqu’il considère le post-modernisme comme une menace à la civilisation.

Le post-modernisme est le fruit du travail du groupe moderniste et progressiste. Il y a peut-être des erreurs dans ce processus mais celui-ci est sans limites et il est généralement bienfaiteur pour l’humanité. En revanche, la plus grande menace à la civilisation n’est autre que le groupe culturaliste réactionnaire comme l’extrême-droite.

Les mythes et l’illusion sur la civilisation

Les groupes culturalistes et idéologiques (dans le cas de la France, c’est l’extrême-droite) définit la civilisation comme suit : c’est un peuple ou un ensemble de peuples (ou de tribus) unis par une culture et une religion unique peu importe le développement de leurs moyens matériels ou de leurs monuments.
Une civilisation possède une culture qui ne disparait pas facilement à l’issue d’invasions ou de cataclysmes. Par exemple, les civilisations persane et chinoise ont absorbé leurs envahisseurs mongols et turcs et peuvent donc être considérées comme de grandes civilisations. Zemmour a, par exemple, affirmé que l’acte fondateur de l’histoire n’est pas la révolution française mais la bataille de Poitiers, c’est-à-dire une opposition à l’Islam. D’ailleurs, une civilisation peut être multi-ethnique mais elle ne doit avoir qu’une seule culture. Les anciennes civilisations étaient caractérisées par des cultures bien identifiées, homogènes comme la civilisation grecque ou la civilisation égyptienne.
Mais tout cela, ne suffit pas à définir une civilisation : celle-ci doit posséder encore une vision du monde universelle. C’est cela qui différencie une civilisation et une culture primitive. Les membres d’une civilisation se considèrent comme le «centre du monde». Les grecs avaient une vision du monde propre à eux et se voyaient comme différents des autres peuples. Les autres peuples étaient appelés des barbares. Les romains ont fait de même et ont adopté la même vision que celle des grecs. La civilisation romaine aurait disparue (mais son déclin a commencé bien avant) à partir du moment où la citoyenneté romaine à été donnée à tous les peuples de l’empire, y compris à ceux que les romains ont appelé jadis les « barbares ». Sur ce registre, Zemmour affirme que si les musulmans ne sont pas assimilés à la culture française s’est fini de la civilisation française.
Il est juste d’appeler ce message universel ou cette culture dominante, un mythe. C’est en fait un élément culturel qui crée un sentiment unique de grandeur et de prestige chez les membres de la civilisation concernée. Lorsque cet élément disparait, les membres de la civilisation perdent leurs références. Mais ceci n’est pas la cause de son déclin. Celui-ci commence à surgir lorsque la sphère scientifique, technique, philosophique, rationaliste, cosmopolite et universaliste commence à s’affaiblir jusqu’à disparaître.

C’est là qu’intervient notre nouvelle approche. Celle-ci traite de la survie des civilisations à l’intérieur même de ces civilisations. Cette approche explique comment les civilisations commencent à perdre l’élan de la grandeur et le développement des sciences et des techniques à partir du moment où un « groupe culturel dominant » qu’il soit mythologique, nationaliste ou idéologique commence à prendre le haut du pavé et à monopoliser la vision du monde. N’imaginons pas qu’il est facile pour des scientifiques de combattre un tel système ni au nom du scientisme, ni au nom de la logique et surtout pas au nom du rationalisme.
Il suffit de regarder ce qui se passe aujourd’hui en France : des millions de gens sont attirés par une idéologie d’extrême-droite sans s’interroger si ses allégations sont véridiques et rationnelles. Le polémiste Zemmour acclamé par de nombreux supporters dit souvent des choses qui sont fausses sur le plan scientifique. Mais peu importe. Les gens sont attirés par un aimant idéologique qui excite leur curiosité, leur culture, leur désir d’exister et de s’exprimer.
Or, cette idéologie est loin d’être rationnelle et occulte les véritables causes des problèmes vécus par les français.

C’est ce qui s’est passé avec Hitler par le passé. Les Allemands ont été attirés par les discours enflammés de ce dictateur sans s’interroger sur la rationalité de ses propos. Rendre les juifs responsables des problèmes quotidiens de l’Allemagne d’après-guerre et de sa défaite durant la première guerre mondiale comme il a affirmé est dénué de vérité scientifique et de rationalité.

La fuite des penseurs allemands d’origine juive et des démocrates a affaibli l’Allemagne avant même le début de la guerre en 1939. Pourtant les Allemands ont marché avec cette idéologie. Il se passe la même chose avec ce polémiste français. Il accuse les musulmans d’être responsables des déboires des français et de leur malaise. Quelle similitude ?
Notre théorie est donc juste. Le groupe réactionnaire (extrême-droite dans le cas de la France) va certainement nuire à la civilisation française parce que les musulmans vont se retrouver dans la défensive et les acteurs éclairés (philosophes et scientifiques) vont quitter la France. Ensuite, en voulant rétablir la puissance française, l’extrême-droite va faire face à une opposition économique et politique des démocraties. Puis le déclin va commencer jusqu’à anéantir la civilisation française.

Recours à la philosophie de l’histoire : justification de notre approche

Chaque historien développe une vision qui lui est propre sur le déclin de la civilisation. Mais il est très difficile de « falsifier » de telles approches.
Nous avons besoin plutôt d’une théorie qui est basée sur la philosophie de l’histoire dans le sens où elle nous permet de comprendre la genèse et le déclin de n’importe quelle civilisation et pas seulement d’une civilisation particulière.
Des civilisations ont émergé et sont mortes. De nouvelles civilisations sont nées et ont survécu. Il faudrait donc une théorie qui explique ces processus indépendamment de tout déterminisme. Une civilisation peut survivre et peut mourir et elle n’est pas condamnée à mourir.
Il se passe des choses qui expliquent le déclin d’une civilisation qui auraient pu être évitées. C’est pour cette raison qu’Arnold Toynbee parle de suicide de la civilisation. Celle-ci choisit de mourir. A partir de ce constat objectif et logique, il faudrait avoir une théorie qui explique pourquoi une civilisation meurt en sachant que cette mort est provoquée par un processus qui n’est pas inévitable, fataliste et déterministe.
Arnold Toynbee possède une telle théorie. Il explique la naissance d’une civilisation par des défis et des réponses qui deviennent créatives. La civilisation, selon Toynbee, dépend de la créativité d’une minorité qui réussit à mobiliser un prolétariat non créatif. Mais ce succès se retourne contre cette minorité qui a pris le leadership lorsque sa créativité décline. L’échec de la créativité est provoqué par une démoralisation spirituelle et là Toynbee fait vaguement référence à la religion.
C’est alors qu’un processus de désintégration commence. Les masses du prolétariat se démarquent des leaders de la minorité et ces derniers tentent de maintenir leur position en usant de la force au lieu de l’attractivité créative. Une désintégration de la civilisation concerne trois groupes : une minorité dominante, un prolétariat interne et un prolétariat externe représentant les barbares qui guettent aux frontières. Cette désintégration donne libre court à des tendances sociales et à des divisions spirituelles difficiles à prévoir et à expliquer. Lors de ce processus de désintégration, la minorité dominante va créer un état universel impérial qui va unifier tous les territoires appartenant à une civilisation donnée.
Mais lorsque Toynbee aborde la religion sous l’intitulé « église universelle », il la dissocie de la civilisation en la considérant comme une société à part entière distincte de la civilisation et dont le rôle très spirituel mais aussi très métaphysique est de définir une relation directe et personnelle entre l’individu et une réalité transcendantale. Toynbee reconnait cependant que la religion peut être institutionalisée sous la forme d’un groupe rigide et intolérant. Toynbee termine son investigation en rappelant que les civilisations qui sont dans un stade avancé de désintégration sont menacées par les barbares aux frontières de l’état universel crée par la minorité dominante. Ces barbares finissent par envahir ces civilisations déclinantes.
Toutefois, lorsque Toynbee parle de la mort des civilisations, le processus mis en lumière est très complexe, très idéologique et ne reflète pas de manière claire le déroulement d’une chaine causale.
Toynbee affirmeque le signe de l’effondrement d’une civilisation apparait lorsqu’une minorité dominante forme un Etat universel qui répond une créativité politique dans l’ordre social. La minorité dominante tente de tenir par la force la civilisation lorsque sa créativité décline. Le prolétariat répond à cette injustice par le ressentiment, la haine et la violence et se lance dans la sécession. A partir de ce moment, la minorité dominante crée un Etat universel, le prolétariat interne et une église universelle.
Il existe dans le schéma de Toynbee une sorte de créativité dans le processus même de désintégration de la civilisation. Ce processus ne reflète ni une explication unique, ni un phénomène historique unique, ni une chaine causale précise.
Est-ce que Toynbee suppose que la cause de la désintégration d’une civilisation soit le conflit entre la minorité dominante et le prolétariat interne ou la perte de créativité de cette minorité dominante, ou autre chose ? Cette théorie n’est donc pas précise. Au-delà des terminologies difficiles à accepter car trop idéologiques comme cette notion de prolétariat interne, nous pensons que ce processus de désintégration à travers la création par la minorité dominante d’un État universel et la création par le prolétariat d’une Eglise universelle peuvent être difficilement considérés comme des causes de la désintégration de la civilisation.


Dans notre approche, ce qui est appelé le prolétariat ne crée pas d’Eglise universelle et la minorité dominante n’a rien à voir avec l’État universel. Dans une civilisation, il n’y a que deux forces vives dont l’une est la source de la grandeur de cette civilisation et qui crée une sphère scientifique et technique, une rationalité représentée par les scientifiques, les penseurs rationalistes, les philosophes admirant les sciences et des économistes bien intégrés à la politique du pays concerné. L’autre groupe n’est autre que le groupe culturel réactionnaire et idéologique (église universelle dans les civilisations chrétiennes, groupe des savants religieux dans la civilisation islamique, caste de prêtres comme le Clergé d’Amon dans l’Egypte pharaonique, philosophes grecs méprisant les sciences empiriques, extrême-droite dans les démocraties modernes, etc.)


Le premier groupe qui possède un rôle décisif dans la civilisation à travers sa créativité, le développement scientifique qu’elle favorise et le renforcement de la puissance à travers ses inventions, mais également l’adaptation à l’environnement international qu’elle suscite par son dynamisme est le seul qui puisse garantir l’adaptation de la civilisation aux mutations technologiques et économiques qui se produisent dans le monde.
Lorsque le groupe culturaliste, idéologique et nationaliste qui puise sa force dans la satisfaction des besoins culturels et psychologiques de la société (assurance devant les catastrophes naturelles, maintien de l’ordre social, sentiment d’appartenir à une civilisation supérieure aux autres, etc.) mais qui n’est pas la source de la créativité et de l’adaptation entre en conflit avec la sphère progressiste, la civilisation se désintègre puisque le déclin de la sphère scientifique, économique et technique suite au long conflit avec le groupe culturel prive la civilisation de ses capacités d’adaptation et sa disparition devient alors une question de temps.
Les forces négatives d’une société qui sont incapables de créativité sont attirées généralement par le groupe culturaliste en raison du simplisme et du sentimentalisme qui caractérisent son idéologie et son alliance avec l’Etat qui possède par l’entremise de ce système d’un moyen efficace pour contrôler la société.
Voici donc le cycle vie-mort d’une civilisation à travers lequel on peut entrevoir une chaine causale qui traverse le processus grandeur-déclin de la civilisation ainsi qu’une explication unique à ce déclin, à savoir le conflit puis la victoire définitive du groupe culturel qui devient dominant sur la sphère scientifique, économique et technique.
Cette théorie prétend à la scientificité dans le cadre d’une philosophie de l’histoire critique. Mais certains philosophes comme Karl Popper se sont attaqués à cette manière de faire de la philosophie de l’histoire. Dans un livre portant un nom prétendument prophétique et manichéen Misère de l’historicisme, il remet en cause la possibilité d’élaborer une théorie en histoire qui ne peut, selon lui, n’être qu’une hypothèse ou une interprétation non testable. C’est l’argument principal de ce philosophe pour détruite la philosophie de l’histoire qui a été utilisée antérieurement en philosophie des sciences en identifiant une ligne de démarcation entre sciences et non sciences sous le critère unique de testabilité et de réfutation.
Mais en réalité la testabilité n’est pas une caractéristique exclusive, radicale et sans retour dans les sciences physiques. Il existe des concepts scientifiques non testables. En remettant en cause ce critère dans les sciences physiques, nous pouvons contester son utilisation dans la science historique.


Cette méthode critique, ne signifie pas que nous ne prenons pas le risque que notre théorie du seuil de survie des civilisations soit réfutée. Ceci est le véritable jeu de la science. En élaborant cette théorie, nous avons également réfuté la théorie de Toynbee en montrant que notre théorie est plus précise en identifiant la chaine causale. C’est le conflit entre les deux entités dont le résultat est prédictible qui est la cause de la désintégration des civilisations.


Quant à la testabilité, nous pouvons suggérer des simulations d’ordinateurs qui représenteront ce conflit dans une civilisation imaginaire. Si le résultat est confirmé, alors notre théorie devient testable et vérifiée.
Ceci nous amène à ajouter un autre élément : le déclin économique et militaire d’une civilisation ne peut pas aboutir à sa désintégration. C’est uniquement le conflit entre les deux entités vivantes qui est la cause de cette désintégration. C’est une loi générale qui se vérifie dans toutes les civilisations mais elle n’est pas déterministe puisque la civilisation occidentalea survécu jusqu’à maintenant. C’est uniquement dans cette civilisation que le groupe culturel dominant a décliné. Or, l’ascension de l’extrême-droite représente l’apparition d’un système culturel réactionnaire et nationaliste qui menace aujourd’hui la civilisation occidentale.


Mais comme on a déjà expliqué, il y a un seuil à partir duquel une civilisation pourra ou ne pourra pas survivre. Si le système culturel et réactionnaire dominant persiste dans sa domination, alors la civilisation est condamnée. Elle ne peut franchir le seuil de la survie. Mais si le groupe culturel dominant commence à s’effondrer à partir d’un maillon faible et ce processus de désintégration se poursuit pendant suffisamment de temps, alors la rationalité, le progrès, la tolérance, l’innovation survivront et avec eux la civilisation entière. Il n’y a qu’en Occident que ce processus s’est réalisé. Les civilisations byzantines, chinoises et musulmanes n’ont pas survécus durant une période allant de la fin du Moyen Age jusqu’à l’époque moderne en passant par la Renaissance parce que leurs groupes culturels et réactionnaires ont pris le dessus et n’ont pas permis à la civilisation de franchir le seuil de survie.
On peut prendre des exemples : La civilisation grecque, la civilisation byzantine et la civilisation chinoise. La comparaison avec d’autres civilisations permet de comprendre et de vérifier scientifiquement notre théorie.


Les civilisations byzantines, chinoises et musulmanes n’ont pas survécus durant une période allant de la fin du Moyen Age jusqu’à l’époque moderne en passant par la Renaissance parce que leurs groupes culturels et idéologiques dominants ont pris le dessus et n’ont pas permis aux civilisations de franchir le seuil de survie.
A Byzance, le système ecclésiastique orthodoxe était dominant à Constantinople et dans toute la Turquie byzantine. Pour ne donner qu’un exemple de cette forte domination, il suffit de citer la querelle des icônes qui a fait des milliers de morts dans cette grande cité et qui s’est déclenché à partir du IIème siècle apr. J.C et a duré jusqu’au IXème siècle et ce, juste pour que la religion officielle puisse interdire de garder les iconographies dans les églises, les bâtiments publics et les maisons privées.


L’orthodoxie qui était à son apogée à cette époque était opposée à cette pratique pourtant banale dans le monde chrétien et dans l’histoire glorieuse de la civilisation byzantine.
Si une simple pratique artistique était anéantie dans le sang, alors que dire d’une révolution scientifique avec ses implications intellectuelles et philosophiques. Le groupe culturel, idéologique et réactionnaire à Byzance a tué dans l’œuf aussi bien la création artistique que les efforts des écoles aristotélicienne et platonicienne.
Concernant la civilisation chinoise, Joseph Needham nous explique qu’au XVIIe siècle, les mandarins chinois étaient horrifiés par les déclarations des jésuites qui s’efforçaient d’expliquer aux intellectuels chinois l’importance de la révolution scientifique qui avait court à l’époque en Occident
L’existence de lois scientifiques et mathématiques pouvant permettre d’expliquer les phénomènes de la Nature était quelque chose d’inacceptable pour eux. Leur groupe culturel dominant s’appuyait sur une bureaucratie de lettrés dont la fonction principale était de servir l’Empire et de préserver l’ordre et la stabilité. Ce système avait pour philosophie, une vision de la Nature basée sur un accord spontané et une harmonie qui ne peut faire l’objet d’aucune explication humaine et surtout pas de nature scientifique
Par ailleurs, les Chinois ne voyaient pas d’un bon œil les efforts pour formuler des lois abstraites et précises susceptibles d’être généralisées au monde naturel en raison des mauvais souvenirs laissés par les légalistes durant la période féodale. Lorsque la bureaucratie s’est constituée, aucun intérêt n’a été exprimé pour formuler des lois a fortiori dans le domaine scientifique.
A cela, il faudrait ajouter une certaine léthargie provoquée par le confucianisme qui fut l’une des plus importantes composantes du groupe système culturel dominant en Chine. Needham a bien fait de faire remarquer dans le second volume de son livre que les disciples de Confucius étaient versés dans la morale sociale et l’organisation de la société à un point tel qu’il n’y avait plus d’espace pour des recherches sur la nature.
Pour un auteur comme Needham, on peut comprendre toute l’ironie de cette histoire lorsqu’on sait que les Chinois avaient inventé la boussole, l’imprimerie, la poudre et le papier et beaucoup d’autres choses qui ont été les ingrédients de la révolution scientifique et de l’émergence du capitalisme en Occident.
Ceci montre seulement que l’apparition de facteurs matériels et intellectuels même cruciaux pour la révolution scientifique n’est pas en soi suffisante pour créer une « résilience » du progrès scientifique.
A Byzance au plus fort et à l’apogée de l’orthodoxie, la présence d’un trésor de livres de philosophes et de scientifiques grecs ainsi que de la langue grecque elle-même n’ont pas été des facteurs suffisants. La survie de la révolution scientifique est un problème culturel et non pas matériel ou intellectuel.
Prenant un autre exemple, Moses Finley dans un livre très synthétique et précis sur les anciens Grecs affirme que même si ce peuple antique a réalisé des choses remarquables pour la science comme la géométrie d’Euclide, l’astronomie de Ptolémée, l’atomisme de Démocrite et la médecine hippocratique qui auraient été, selon l’auteur, susceptibles d’entrainer une véritable révolution scientifique, il y avait quelque chose de plus profond et de plus psychologique qui a empêché une telle révolution.
La science et la philosophie en Grèce ont été pratiquées par des classes aisées et aristocratiques. Pour ces classes, les seuls activités pratiques ont été la guerre, la politique, la poésie et la rhétorique. Ce sont pour Finley une techne et non une episeme (une science). Tous les travaux manuels, y compris les recherches empiriques qui sont généralement nécessaires à la science appartiennent pour les Grecs à un ordre inférieur par rapport à la philosophie.


Les plus grands philosophes de l’époque comme Platon ont méprisé les travaux manuels et les expériences empiriques en leur préférant la métaphysique et l’ontologie des idées ainsi que les mathématiques qui est une science a priori abstraite. Quant à Aristote, malgré son intérêt pour l’expérience et le monde empirique, il a consacré néanmoins beaucoup de travaux à la politique et à la rhétorique qui ont été les occupations principales des classes dominantes.
Finley ajoute que peu importe le caractère apparemment minoritaire de ces classes, ces dernières ont déterminé par leurs actions toute l’histoire de la Grèce même si celle-ci ait produit les intellectuels qui ont consacré leurs travaux à la science et à la philosophie.


Cet effort grandiose a détourné l’attention des choses pratiques à travers un système de valeurs particulier qui et basé sur la philosophie et les arts précités. Pour ma part, je préfère à cette définition, celle qui fait référence à un groupe culturel et intellectuel dominant. Le groupe culturel constitué des classes aisées et des philosophes a éclipsé le monde des artisans, des techniciens et des expérimentateurs et aucune percée technique n’a été vraiment réalisée dans l’agriculture, l’art de la guerre, l’irrigation, etc.

Finley a imputé cette évolution à l’absence chez la société d’une mentalité et d’une motivation nécessaire pour réaliser une efficacité et une productivitéainsi que d’un penseur doté au plus haut point d’un esprit pratique comme Bacon. Mais une telle interprétation n’est pas totalement adéquate et ne reflète réellement cette évolution.
Si la sphère technique a été éclipsée c’est en raison de la domination du système des classes aisées et des philosophes. On raconte que les apôtres de Jésus ont visité des cités grecques et ils y ont trouvé des philosophes avec lesquels discuter. Ceci montre le poids de cette sphère culturelle et intellectuelle qui n’a laissé aucune place aux scientifiques. On peut voir que peu importe la nature intrinsèque du système des valeurs de ce système dominant, il finit toujours par avoir raison de la sphère scientifique et technique et faire décliner à terme la civilisation entière.
La survie matérielle d’une civilisation dépendra de la technique et des sciences pour lui permettre non seulement de dominer la nature mais également de se défendre contre ses adversaires de l’extérieur. Il suffit de voir par exemple la muraille de Chine qui est un chef d’œuvre architectural et militaire qui a été pour longtemps une barrière aux envahisseurs turco-mongols. C’est avec les canons que les Ottomans sont venus à bout des Byzantins. C’est aussi avec le feu grégeois que Byzance a résisté à tant d’envahisseurs et en particulier les arabes. Dans les temps modernes, Weismann a poussé les britanniques a faire la déclaration Balfour qui a ouvert la voie à la création de l’Etat d’Israël en inventant l’arme qui a permis aux britanniques de faire la guerre : l’explosif artificiel.
L’Occident a colonisé des peuples entiers grâce à ses techniques. Mais lorsque la sphère scientifique et technique est menacée par un groupe culturel réactionnaire qui commence à un stade donné de l’histoire d’une civilisation à prendre le dessus et à priver cette sphère technico-scientifique d’espace pour s’exprimer et se développer, cette civilisation décline.
Mais il n’y a pas que les sciences et les techniques, il y a aussi la rationalité et l’objectivité. Lorsqu’un groupe culturaliste et essentialiste développe une vision de la société, de la politique et de l’économie qui ne sont pas rationnelle et objectives, la civilisation décline aussi. Au Moyen-Âge, la civilisation islamique a commencé à décliner à partir du moment où le mouvement rationaliste mut’azilite a été détruit au 9ème siècle par les hanbalites et les acharites qui avaient une vision traditionnelle et culturaliste.
On peut le voir avec l’extrême-droite en France dont le représentant le plus en vue aujourd’hui est Éric Zemmour. Ces idées si elles ne sont pas fausses, sont loin d’être objectives et rationnelles. Il nous donne des chiffres alarmants sur l’immigration sans que personne ne puisse les vérifier.
Ces projections sont également erronées (le taux de croissance de la communauté des immigrés, le taux de chômage, le changement climatique, l’économie française, l’Union européenne). On se rappelle tous la citation de Joseph Goebbels « Plus le mensonge est grand, plus il passe ».
Nous allons maintenant expliquer la nature exacte du discours du groupe culturaliste et essentialiste qui prend selon les époques et les civilisations des noms différents (philosophes grecs hostiles à l’expérience, clergé d’Amon, acharites et hanbalites musulmans, église orthodoxe byzantine, confucianisme chinois, nazisme allemand, extrême-droite française).
Cette nature n’est autre que magique et ce qui est magique est attrayant et séduisant. Mais la caractéristique principale du discours magique est son in-falsifiabilité, c’est-à-dire la difficulté de le réfuter.

Le secret du groupe culturaliste, nationaliste et essentialiste (cas de extrême-droite)

La force d’un discours d’un groupe culturaliste, nationaliste et idéologique est sa nature magique.Afin de comprendre cette nature magique, il faut utiliser la théorie proposée par Durkheim sur l’origine des croyances magiques.
Selon ce dernier, la rationalité est une propriété unique, indivisible et homogène de l’humanité, mais le comportement et la vision des hommes dépendent de théories échafaudées au fur et à mesure pour « tenter de comprendre le monde et d’agir sur lui ». Ces théories ne sont pas identiques d’une culture à l’autre, tout comme elles sont différentes, dans une même culture, d’une époque à l’autre. Le savoir des hommes et leur comportement sont tributaires des idées qui sont élaborées à partir de théories très différentes si on passe d’une culture à une autre
Selon la théorie de Durkheim, le savoir des non-occidentaux (primitifs) n’est pas basé sur la rationalité et l’inférence causale et il n’existe pas chez eux de théories scientifiques pour les sciences comme la physique proprement dite
Durkheim appelle primitifs tous les peuples qui n’appartiennent pas au monde occidental qu’ils soient historiques ou contemporains. D’ailleurs, la puissante domination des systèmes culturels est similaire aussi chez bien les peuples historiques que chez les peuples contemporains.
Les croyances de ces peuples sont tirées de l’expérience. Mais celle-ci dépend des représentations théoriques dont le primitif a besoin pour comprendre ce qui l’entoure. Surtout lorsque les phénomènes qui l’entoure sont liées aux cycles naturels et les éléments de la subsistance biologique.
« La conduite de la vie quotidienne, mais aussi la production agricole, la pêche ou l’élevage reposent dans les sociétés traditionnelles sur toutes sortes de savoir-faire. Pour une part, ceux-ci y sont tirés de l’expérience. Mais les données de l’expérience ne peuvent prendre sens que sur le fond de représentations théoriques de la vie, de la croissance, de la mort, de la nutrition et, de manière générale, des processus vitaux. Ces représentations ne pouvant être directement tirées de l’expérience, le « Primitif » les déduira normalement du corpus de savoir tenu pour légitime dans la collectivité dont il est membre » disait-il.
C’est finalement l’esprit magique qui constitue le fondement du groupe culturel dominant puisqu’elle fédère un ensemble de croyances et permet de coordonner les données de l’expérience sensible. « Dans le cas des sociétés qu’envisage Durkheim, ce sont les doctrines religieuses qui fournissent des explications du monde permettant de coordonner les données de l’expérience sensible. Ces doctrines jouent donc dans les sociétés traditionnelles le rôle de la science dans nos sociétés : comme les théories scientifiques, elles proposent une explication du monde. Quant aux croyances magiques, elles ne sont autres que les recettes que le « Primitif » tire de cette biologie qu’il construit à partir des doctrines religieuses en vigueur dans sa société ».
Il n’est pas toujours facile de remettre en cause une théorie magique lorsque celle-ci se montre inefficace. Le primitif trouve toujours la composante secondaire qui est défectueuse afin de préserver le conglomérat que forme le groupe culturel et idéologique.
La thèse Duhem-Quine a montré qu’une théorie est un tout qui n’est pas facile à remettre en cause lorsqu’une expérience contredit quelque chose dans la théorie. On ne peut rejeter tout un édifice théorique au motif que quelque chose ne va pas. Par exemple, les Grecs n’ont pas abandonné le culte de Delphes lorsque celui-ci avait prédit la victoire des Perses durant les Guerres médiques. Par ailleurs, lorsque les rituels ne donnent pas les résultats escomptés, on trouvera toujours une explication pour les sauvegarder (les dieux sont de mauvaise humeur par exemple). Dans le célèbre film réalisé par Mel Gibson Apocalypto on voit une scène qui reflète bien une telle situation. Ayant constaté l’apparition d’une éclipse solaire au moment de faire un sacrifie humain, le grand prêtre aztèque arrête la cérémonie au motif que le Dieu solaire Kulkulan soit rassasié. Il avait trouvé une explication pour préserver le système culturel devant une foule ébahi et pensive.
Durkheim avec un éclair de génie imagine que dans les cultures non occidentales, on préserve les théories magiques et religieuses parce qu’il n’est pas facile de remplacer les théories défectueuses par des théories nouvelles.

«…Les sociétés traditionnelles sont caractérisées par le fait que les interprétations du monde auxquelles elles souscrivent sont faiblement évolutives. Le marché de la construction des théories y est peu actif, et il est normalement moins concurrentiel s’agissant des théories religieuses que des théories scientifiques » a-t-il affirmé.
Par ailleurs, les croyances fausses peuvent être appuyées par des occurrences qui se réalisent et ce, d’autant plus que le système d’explication est fortement présent. Durkheim donne l’exemple des rituels de pluie. La pluie a plus de chance de tomber lorsque les récoltes ont en besoin. Par conséquent, les rituels sont souvent confirmés par la réalisation du résultat escompté. « Si l’on classe par exemple les jours de l’année selon deux variables binaires X (avec les valeurs x = rituel de pluie pratiqué, x’ = rituel non pratiqué) et Y (y = journée pluvieuse, y’= journée non pluvieuse), on doit s’attendre à ce que la fréquence avec laquelle la pluie tombe soit plus grande lorsque le rituel a été accompli ».
Comparons maintenant cette culture magique avec les propos d’extrême-droite de Zemmour. Ce dernier a établi des chiffres et des corrélations entre ces chiffres qui sont loin d’être exactes. Il a par exemple dit qu’à la fin du mandat d’Emmanuel Macron, « il y aura deux millions d’étrangers en plus ». Dans ces chiffres, il a comptabilisé deux fois certaines personnes en confondant entre les les demandes de titre de séjour et les demandes d’asilesalors qu’un sur six des demandes de séjour sont des demandes d’asile. Par ailleurs, Zemmour ne déduit pas dans ces chiffres, les étudiants qui quittent le territoire français et qui représentent un tiers des titres de séjour délivrés. Il lance également l’idée que la fraude sociale en France a atteint 50 milliards d’euros. Ce chiffre est le double du chiffre réel.
Par ailleurs, Éric Zemmour relativiste la pénurie de main d’œuvre au Royaume-Uni suite au Brexit par une hausse des salaires. Or, celle-ci selon les études économiques, a été induite par des causes qui n’ont rien à avoir avec le Brexit et sont plutôt inhérentes à la période post-pandémie du Covid.
Sur un plan historique, il avance des idées basées sur l’existence d’une menace islamique à la civilisation occidentale comme celles relatives au grand remplacement en se basant sur ces chiffres sur l’immigration.
En revenant à ce qui a été dit sur la pensée magique, on peut dire selon l’ordre d’idées de Durkheim que ces croyances sont d’abord tirées de l’expérience. Les propos de Zemmour ne sont pas basés sur la rationalité et l’inférence causale et il n’existe pas chez lui une théorie scientifique.

Elles sont dépendantes de représentations théoriques élaborées par Zemmour, ses émules et ses adeptes pour comprendre ce qui les entourent, surtout lorsque des phénomènes comme l’immigration, la survie de la civilisation chrétienne et de la France sont étroitement liées à leur inconscient, à leurs croyances mythiques et qui sont existentielles. Comme le dit Durkheim en se référant aux sociétés primitives, les données de l’expérience ne peuvent agir que sur le fond de représentations théoriques sur l’identité française, sa durabilité dans le temps, sa dimension religieuse, la conscience du déclin de la société et de l’Etat qui est perpétuée par la culture et les travaux des penseurs xénophobes et islamophobes. Par conséquent, ces représentations ne peuvent pas être directement tirées de l’expérience. Les membres de l’extrême-droite les déduiront du corpus de savoir tenu pour légitime dans la collectivité dont ils sont membres. Comme nous le rappelle Durkheim, il n’est pas facile de remplacer les théories défectueuses par des théories nouvelles.
Il n’est aisé pour Zemmour de remplacer ses théories sur le grand remplacement et il n’a jamais cessé de les exprimer avec une velléité égocentrique même si elles sont défectueuses.
Par ailleurs, les croyances fausses de Zemmour peuvent être appuyées par des occurrences qui se réalisent étant donné la présence d’un système d’explication. Il peut sembler que des problèmes de sécurité comme des attentats à petites échelles se produisent en France comme partout en Europe et dans le monde. Par conséquent, le discours anti-islamique de Zemmour donne l’apparence d’être confirmé par ces occurrences alors que ce sont de simples et malheureusescoïncidences.
Enfin, la plupart des propos de Zemmour sur un large éventail de questions reflètent exactement la prédiction de Duhem-Quine selon laquelle une théorie est un tout qui n’est pas facile à remettre en cause lorsque la réalité scientifiquement parlant contredit quelque chose dans la théorie. Par exemple, lorsqu’on lui dit qu’au Royaume-Uni a connu une pénurie de main d’œuvre suite au Brexit, il affirme qu’il y a eu dans ce pays une hausse des salaires. Or, cette hausse a été provoquée par des facteurs complexes dans un contexte de pandémie du Covid. Ainsi, il trouve un expédiant pour sauver sa théorie sur le grand remplacement exactement comme ce prêtre aztèque qui a expliqué l’éclipse solaire qui est intervenue au moment d’un sacrifice dédié au dieu solaire par le fait que ce dernier soit rassasié (dans le film Apocalypto).
Par conséquent, le discours de Zemmour est de nature magique et particulier au groupe culturaliste et idéologique d’extrême-droite. Ce discours se situe en rupture avec la rationalité. Dès lors que le discours de l’extrême-droite est irrationnel, il est susceptible de provoquer à long terme le déclin de la civilisation.

Conclusion

Notre théorie du seuil de survie des civilisations permet d’expliquer le déclin des civilisations en s’inspirant de la philosophie de l’histoire. Cette théorie possède une explication unique à un phénomène historique unique à travers l’identification d’une chaine causale précise.
Il peut exister plusieurs facteurs qui accélèrent le déclin d’une civilisation. Mais la cause unique de ce déclin est le conflit entre le groupe culturaliste, essentialiste et idéologique (philosophes méprisant l’expérimentation chez les anciens Grecs, église universelle orthodoxe dans le cas de l’Empire byzantin, Oulémas acharite dans le cas de l’Empire ottoman, Confucéens et tenants de la bureaucratie impériale dans le cas de la Chine de l’époque allant de la fin du Moyen Age à la Renaissance) et le groupe progressiste et éclairé. Dans le cas de la France aujourd’hui c’est l’extrême-droite qui représente le groupe culturaliste, idéologique et nationaliste et c’est lui qui mènera à la tombe la civilisation française s’il parvient au pouvoir.
Voilà un peu ce qu’on peut dire de la théorie du seuil de survie des civilisations. Mais comme on a déjà expliqué, il y a un seuil à partir duquel une civilisation pourra ou ne pourra pas survivre. Si le groupe culturel et idéologique persiste dans sa domination, alors l’économie et la science seront condamnées. Ils ne peuvent franchir le seuil de la survie. Mais si ce groupe commence à s’effondrer à partir d’un maillon faible et ce processus de désintégration se poursuit pendant suffisamment de temps, la civilisation entière survivra.
Historiquement parlant, durant l’époque de la Renaissanceen Occident, ce processus s’est réalisé. La science s’est développée en Occident et a décliné dans les autres civilisations après des périodes de croissance. On cherche à expliquer ce phénomène asymétrique en recourant à des considérations d’ordre externe, politique, économique, idéologique alors qu’on pourrait l’expliquer, tout simplement, par un ensemble de caractéristiques qui marquent ce groupe progressiste : éclairé, objectivité, rationalité, universalisme, scientificité, écoute, coopération, diversité, droit à la différence, tolérance et cosmopolitisme. Le groupe rival présente des caractéristiques opposées : idéologie, nationalisme, pensée unique, manichéisme, rivalité, essentialisme, culturalisme.
C’est paradoxalement le caractère souple et progressiste du savoir de la renaissance qui a permis à celle-ci de s’immuniser contre les réfutations et les destructions qui sont de causes diverses. Tout au contraire, les autres systèmes de croyances et de savoir ne sont pas immunisés de la même façon. Soit, ils perdurent en dominant tout l’horizon et l’environnement intellectuel d’une civilisation, soit ils déclinent totalement pour ne laisser que peu de traces, ce qui, en l’occurrence, le cas de l’idéologie d’extrême-droite.

Cette étonnante caractéristique est inhérente à l’unité des groupes culturels, idéologiques et nationalistes comme on l’a longuement expliqué. Dès qu’une pièce du puzzle ou une pierre de l’édifice tombe, le système tout entier s’écroule. Par exemple, le coup porté par la théorie copernicienne au système aristotélicien parrainé par l’Église tout au long du Moyen Âge lui a été fatal. De même, il faudrait une nouvelle théorie copernicienne pour faire tomber l’extrême-droite. Je ne peux pour le moment que proposer les paradigmes du vivre-ensemble, de la diversité et du droit à la différence. Il faudrait que le groupe progressiste français produise des idées rationnelles pour détruire les idées réactionnaires de l’extrême-droite qui a failli une fois sous le régime de Vichy faire disparaître la France à la fin de la seconde guerre mondiale, ce qui confirme d’ailleurs notre théorie sur le seuil de survie des civilisations.

Rafik Hiahemzizou

Philosophe et essayiste.

 

Un convoi militaire US à un checkpoint militaire syrien

980

Un convoi militaire US de cinq véhicules blindés n’a pas été autorisé par des militaires syriens de continuer son chemin sur l’autoroute M4 à l’entrée vers Al-Qamichli.

Initialement, le commandant du convoi US voulait traverser la ville mais s’était heurté au refus catégorique du chef de poste syrien. Un échange de poignées de main entre les deux officiers respectifs en charge des deux forces a conclu l’affaire.

Ce type de scène survient fréquemment lorsque les éléments du corps expéditionnaire US- dont la présence en Syrie est totalement illégale, ne disposent d’aucun “relais” ou “facilitateur” au sein de l’armée syrienne ou d’une faction disposant d’un pouvoir local sur le territoire comme c’est le cas pour les “Forces Démocratiques de Syrie” ou FDS, appellation marketing désignant les séparatistes kurdes de Syrie, généralement classés à l’extrême-gauche de l’échiquier politique.

Par contraste, Washington avait obtenu l’entière coopération (collaboration) de la totalité du haut commandement et de la plupart des commandants des unités militaires irakiennes à la veille de l’invasion de l’Irak le 20 mars 2003. Seule une sous-unité secondaire s’était battue à Oum Qasr, un port situé dans l’extrême Sud du pays.

Baghdad, une capitale de cinq millions d’habitants est tombée sans un seul coup de feu tiré par les militaires irakiens. La seule résistance enregistrée fut celle, irrégulière et éphémère, de quelques dizaines d’étudiants libyens, palestiniens et soudanais qui furent vite ciblés par des militaires irakiens habillés en civil, mécontents de voir des étrangers tenter de saboter l’entrée des américains à Baghdad.

En règle générale, aucune présence militaire étrangère dans un pays n’est possible

 

Bank for International Settlements: the Nazi Bank

bis

The financial system did collapse in 2008-2009. Then again in 2020. Even long before, since August 15th, 1971, the global US dollar system has survived mainly by smoke and mirrors.

One-half century later those smoky mirrors reflect a most extraordinary kettle of monetary tricks from ubiquitous dollar derivatives, to the most bizarre of all: $2T inflationary US into crypto. Then there is the alphabet soup of junk bond funds created by the Fed last year for example — which have now mysteriously vanished into the ether. https://wallstreetonparade.com/2021/08/three-of-the-feds-wall-street-bailout-programs-vanish-from-its-monthly-reports-to-congress/ Likewise, by rampant inflation we see that MMT is not practical even for those nations that print their own. (currency)

Ignorance of that material thing most sought after by most people — what we call “money” (and least understood) — is in part due to a poorly conceived irrelevant educational system, but mainly because those who don’t want you to understand the system demand that you don’t. https://gata.org/node/20925 Luckily though, we need not look far to find one primary culprit in this obfuscation, hiding in plain sight, namely the ‘nazi central bank’: i.e. the Bank for International Settlements.

Originally setup to pay German war reparations to other central banks, Hjalmar Schacht, Hitler’s banker, changed the scope of the bank in the 1930’s by cooperating with the Federal Reserve and US industrialists to broker banking deals (especially involving transfer of gold) that would have otherwise been illegal. The Bank for International Settlements deals with US industrialists bankrolled Hitler’s war machine and even helped fuel IG Farben‘s ovens in WW2. (See: The Tower of Basel https://larouchepub.com/eiw/public/2013/eirv40n35-20130906/51-54_4035.pdf ) Indeed, The Bank for International Settlements has been party to the greatest criminal activities of Central Bankers regarding the major powers for decades, and is an essential means for central banks and their controllers to avoid scrutiny and evade the law within their own legal jurisdiction.

Like the ESF, https://home.treasury.gov/policy-issues/international/exchange-stabilization-fund the Bank for International Settlements (BIS) is opaque. No one except the BIS itself can account for what it does. Many of its trades are secret. The BIS is engaged in secrecy that would embarrass even the ‘Hangman of Prague’* were he alive today to witness transactions and methods that the bank certainly does not want witnessed. Minimal accounting… yes, a few overall numbers… but no accountability for that accounting to any oversight regulator; only that to whit other major Central Banks demand of the BIS. And they are not accountable either. It’s a level of secrecy that only the dour, humorless, and generally racist Swiss bankers are particularly good at, based on their so-called ‘neutrality’ which is simply a code word for villainy.

Ever since its inception, the Bank for International Settlements has been party to and supported by its opaque dealings in gold on behalf of governments. The Bank for International Settlements trades gold and silver on futures markets today, daily to manipulate and suppress those prices on behalf of other central banks…. and their governments. This relates to the fact that gold – not bitcoin – provides collateral for government’s most important intra-sovereign transactions with other governments… including FX currency swaps, arms trades, and actual bank liquidity/solvency, for example.

But we said the Bank for International Settlements is just one important culprit. Of course there are others, such as the Bank of England. And the private banks of the Federal Reserve which may take 10% of bank reserves to line their own private pockets with, in what should be public money. (Funny how Steve Keen never addresses that.) The Fed is at least as secretive as the BIS https://wallstreetonparade.com/2021/09/9-11-launched-the-first-of-the-unaccountable-bailouts-by-the-fed-to-wall-street/
and leverages certain instruments (including crypto by the way) to launder trillions in inflationary dollars, and can trade in any asset …. regardless of what any ‘professional economist’ may say or write to the contrary.

Since London is the base for what should be considered illegal price-fixing of gold and precious metals, and home of the shady LBMA gold cartel, the Bank of England makes its own rules too, just like the Fed. When our Swiss friends got a little nervous about their double-dealing, they hoped to tighten up the ship a bit, but the criminals of the Bank of England (of course) could not allow that. https://www.reuters.com/world/china/britain-carves-out-exemption-gold-clearing-banks-basel-iii-rule-2021-07-09/

The story of the Bank for International Settlements, Fed-Treasury, Bank of England and major Central Banks is the story of the perfidious Albion, duplicity, deception. For one hundred years. It’s the documentary proof of double-dealing and theft typical of those who rule us, and wish to destroy us. Unless and until honest people begin to understand how the present monetary system is essentially manipulated and criminally gamed to its core, and begin to demand change, there is no hope for a brighter future… only for a more turbulent, greedy, and chaotic one.

Steve Brown

*Reinhard Heydrich

Félicitations à la Corée du Sud pour le lancement de KSLV-2 Nuri 누리

KSLV2Nuri누리

Vidéo promotionnelle du Ministère sud-coréen de la Science et des technologies de l’information et de la communication à l’occasion du lancement de la fusée KLSV-2 Nuri.

Nos Félicitations à la Corée du Sud pour le lancement de sa premier lanceur spatial 100% coréen, le KSLV-2 Nuri 누리.

La fusée a complété avec succès toutes les séquences de vol mais a échoué à mettre une charge en orbite finale. Objectif qui sera certainement réussi et dépassé la prochaine fois.

Les voleurs de crânes où la persistence de l’anthropophagie

finland01

Le ministère finlandais de l’éducation et de la culture prépare une demande officielle pour la restitution de restes humains qui furent pris par la Suède en 1873.

Ces restes humains volés dans des cimetières d’églises-principalement des crânes, sont aujourd’hui retenus à l’Institut Karolinska de Stockholm. Ils avaient servi à l’époque à des études “raciales”  tentant de prouver la supériorité de la race nordique. Ces recherches menées par Gustaf Retzius n’avaient pas abouti puisque les crânes finnois ne correspondaient au type scandinave  mais avaient des caractéristiques assez communes aux peuples germaniques.

la Finlande a toujours réclamé la restitution des 82 crânes entreposés dans les cartons de l’Institut suédois.

Cette affaire pourrait inspirer un autre pays à continuer à réclamer les restes humains de sa population entreposés dans certains musées et des collections privées de France: l’Algérie. Alger a pu obtenir, non sans de trés grandes difficultés,  la restitution de 24 crânes de résistants tués dans la très longue résistance contre la colonisation française (1830-1902) mais se heurte à des très nombreuses réticences historiques en France.

Crânes de résistants algériens

En dépit de la fermeture totale des archives relatives à ce sujet, il est clairement établi que dès octobre 1830, il y a eu destruction de cimetières à Alger en violation flagrante des clauses de la capitulation du du 05 juillet de la même année. Une partie des ossements issus des vieux cimetières algérois détruits pour la construction de nouvelles bâtisses fut transférée à Marseille pour la confection du célèbre savon au nom éponyme.

Très peu de gens savent que le fameux savon de Marseille fut autrefois confectionné avec des ossements humains.


Par la suite, des médecins militaires mais aussi de simples soldats pilleront les tombes et les cadavres des populations massacrées au cours les nombreux épisodes repetitifs  de soulèvement et de résistance à l’imposition, l’injustice et le changement cadastral. Des crânes d’enfants et des peaux de femmes ont ainsi été expédiés en France dans des tonneaux à vins. Il y a eu aussi la période des recherches racialistes avec son lot d’anthropologues ayant tenté en vain de démontrer ce qu’ils considéraient comme l’infériorité des races  nord-africaines en collectant des milliers de restes humains dont une infîme partie échoua au musée de l’homme de Paris.

Ce genre de pratique était très tendance en Europe occidentale dans la seconde moitié du 19ème siècle, période du positivisme scientifique triomphant et ce pillage de restes humains pratiqué dans des cimetières abandonnés ou sur les terres confisquées de populations vaincues par la poussée coloniale était une pratique normale dans divers endroits de ce qui allait plus tard devenir le “Tiers-Monde”, une expression malencontreuse d’un démographe réaffirmant le même esprit ” positiviste” et croyant, consciemment ou non, en l’infériorité de certaines populations par rapport à d’autres.

Ce sujet hautement anthropologique démontre que l’humanité n’a jamais pu se défaire d’une forme symbolique de l’anthropophagie et des chasseurs de têtes (au sens propre) et que Thomas Hobbes, l’auteur Anglais du “Léviathan ” était peut être un peu trop optimiste en affirmant que “L’homme est un loup pour l’homme” (homo homini lupus) car les loups ne recourent que très rarement au cannibalisme.

Photographie d’illustration: crânes oblongues européens.

Les missiles hypersoniques bouleversent le Grand Bleu

Russian-Zircon-Missile

Au cours de la décennie 2020, l’émergence des vecteurs hypersoniques et plus précisément les missiles antinavires hypersoniques tels que le Zircon russe a changé les paradigmes sur lesquels reposaient les principaux concepts de la marine militaire depuis les quarante dernières années. Avec de tels systèmes d’armes, les puissants portes-avions sont en passe de devenir aussi obsolètes que ne le furent les cuirassés géants au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale.

Réponse à un Anonyme : l’histoire du Monothéisme et le Biopouvoir

2000

Dans un commentaire écrit par un anonyme sur mon article qui retrace le débat entre Onfray et Zemmour, il est prétendu que je ne fais que vendre l’Islam en transcendant le besoin de l’homme de la religion et de la divinité.

En réalité, l’Islam n’est pas apparu de manière gratuite mais pour corriger les déviations et la corruption qui se sont introduites dans le christianisme. Ce dernier a été révélé lui aussi pour réformer le judaïsme qui s’est égaré. Le but ultime est la restitution de la révélation authentique. Il y a en fait une histoire interne au monothéisme qui nous permet de comparer entre les trois religions. L’Islam a reformé le christianisme et le judaïsme. Nous allons le démontrer dans cet article.

Les athées ne peuvent remettre en cause cette histoire interne du monothéisme et se contenter du besoin des hommes d’une spiritualité et d’un Dieu qui ne sont que les purs produits de l’évolution. Certains auteurs comme Richard Dawkins ont développé toutes sortes de théories sur l’évolution des religions en prétendant que le monothéisme n’est qu’une évolution à partir du polythéisme. Mais leur approche est sujette à caution.


Dans ce commentaire anonyme, l’auteur commence par nous défier sur l’existence de guerres pour les dieux avant le judaïsme. On peut tout simplement dire qu’il y a eu des massacres effroyables au service des dieux. Rappelons-nous ce pharaon qui a jeté aux flammes une peuplade entière avec femmes et enfants capturée au Proche-Orient comme offrande au dieu égyptien Montou.

Les pharaons faisant leurs guerres en célébrant leurs dieux et s’identifiaient à eux dans les combats. Il suffit juste de voir les nombreux bas-reliefs égyptiens.
Quant à cette théorie qui parle de tolérance des dieux étrangers, elle est assez légère. On n’a pas de preuve que les égyptiens ramenaient dans leur pays les dieux étrangers. Le pharaon Séthi premier qui a été un étranger c’est identifié au dieu Sethi pour faire peur à ces ennemis et ne s’est pas identifié à un dieu étranger.


Concernant l’approche d’Angamben qui parle, dans son livre Homo Sacer, de l’exercice de la souveraineté de l’Etat sur la vie des hommes qui est un prélude à tous les totalitarismes, elle a a priori n’a rien à voir avec nos propos sur la religion. En plus, l’absence de la dimension religieuse dans le biopouvoir révèle l’existence d’une crise de la raison. Le biopouvoir est le résultat justement de l’absence de la religion dans l’Etat moderne. On peut prouver qu’Hitler par exemple qui a été l’incarnation d’un biopouvoir absolu régissant tous les aspects de la vie dans la société allemande a été un athée.
En évacuant cette confusion entre les approches sur le biopouvoir et notre sujet central, on révèle quelque chose de plus important. Les pouvoirs les plus anciens qui sont des biopouvoirs si on prend la critériologie d’Angamben ont détourné la religion monothéiste qui a existé dès la préhistoire pour en faire des dieux polythéistes afin de contrôler la société et accéder à ses biens en offrandes et en ressources. On va montrer dans cet article comment la notion de Dieu unique a été connue des hommes alors que les biopouvoirs des empires de l’antiquité ont créé le polythéisme.
Avant d’entrer dans le vif du sujet, récapitulant notre approche : la notion du dieu unique a été connue durant la préhistoire. Une première crise que nous pouvons appeler une « pré-modernité antique » a été marquée par la formation d’Etats qui ont créé des divinités polythéistes multiples pour des raisons de pouvoir. Il y a eu des tentatives pour restaurer le monothéisme depuis l’antiquité mais elles ont échoué. L’apparition du judaïsme a été une première victoire pour le monothéisme contre la tyrannie des biopouvoirs antiques (Assyrie, Grèce, Rome). Cette victoire a été durable puisque trois religions monothéistes se sont succédées. La plus récente, l’Islam a réformé les anciennes religions monothéistes en raison de la menace des biopouvoirs.
Toutefois, la deuxième crise de la modernité s’est accompagnée de l’apparition de l’athéisme. Le biopouvoir contrôle la vie des gens en l’absence de religion, ce qui a provoqué l’apparition des totalitarismes qui sont athéistes par excellence (nazisme, communisme stalinien, etc.). Aujourd’hui, la crise de la modernité du biopouvoir persiste. Il y a comme une association entre l’athéisme et le biopouvoir. Il y a une double crise de la raison et du biopouvoir. La lutte athéiste contre le monothéisme se poursuit. L’auteur athée que nous avons le plus étudié est Richard Dawkins. Dans son dernier livre « En finir avec Dieu » (version française) il prétend que le monothéisme a évolué à partir du polythéisme et va se transformer en athéisme. Nous allons réfuter ce point de vue.
Le polythéisme et le monothéisme : un « mirage historique »
Richard Dawkins évoque le polythéisme pour montrer qu’il y a eu précisément une évolution des religions primitives vers le monothéisme, comme le suggère certains historiens des religions, lesquels affirment que le monothéisme des Juifs mais surtout celui des Chrétiens contient des éléments inhérents au polythéisme et que l’hypothèse Dieu s’est présentée dans l’histoire « sous plusieurs versions ». « D’après les historiens de la religion, on observe une progression qui va des animismes tribaux primitifs aux polythéismes comme ceux des Grecs, des Romains et des Normands, puis aux monothéismes comme le Judaïsme et ses dérivés, le Christianisme et l’Islam » affirme-t-il.
Cette manière de présenter le problème de l’évolution des religions est proposée pour montrer que l’hypothèse Dieu n’est que le fruit de l’évolution. Toutefois, nous allons démontrer qu’il n’en est rien. Depuis la préhistoire, l’homme n’a adoré qu’un seul Dieu.
Ce sont les intérêts des classes dominantes et l’intervention de clergés puissants qui ont dominé les sociétés en étroite collaboration avec les autorités politiques et militaires depuis l’aube des civilisations qui ont abouti à l’instauration d’idoles. Au début, plusieurs d’entre elles étaient présentées comme les représentantes tutélaires du Dieu unique.
Or, le souvenir de Celui-ci a été occulté durant l’Antiquité pour laisser la place à plusieurs divinités organisées dans un panthéon. Il y a eu en fait une perversion et non une évolution de la religion. A partir du Dieu unique adoré par les humains depuis la nuit des temps qui a révélé à ces derniers son existence, sa parole et son enseignement, plusieurs divinités sont apparues, imposées par les puissants pour canaliser le sentiment religieux de leurs sujets et en tirer profit (dons, impôts, pèlerinages, etc.).
Il existe un véritable abîme séparant cette vision concernant l’évolution des religions et l’archéologie préhistorique et néolithique en plein essor depuis quelques années et dont les résultats nous permettent aujourd’hui de découvrir les traces authentiques d’une « première religion » chez les plus anciens hommes du paléolithique. Depuis la grande puissance animale qui domine la forêt des sociétés archaïques, les représentations divines qui ont été retrouvées sur les parois des cavernes répandues des Pyrénées au lac Baïkal en tant que manifestations de puissances suprêmes de la vie présidant à la reproduction des espèces animales et humaines jusqu’à ce fameux Maître des animaux dont le souvenir se prolonge jusqu’aux périodes historiques tardives, comme cela est attesté par l’iconographie des sceaux appartenant à la civilisation d’Harappa (entre 2200 et 1700 avant J.-C.), les croyances des humains ont été tournées vers un Dieu unique. On remarque ainsi que durant la Préhistoire, il y avait une religion basée sur une divinité unique même si elle symbolisait la fécondité ou la chasse étant donné les préoccupations étroites des sociétés primitives.

Toutefois, les guerres, les migrations et l’emprunt de divinités étrangères ont donné naissance au polythéisme. L’apparition du monothéisme d’abord chez les Juifs avait un but précis : revenir au Dieu unique et abolir toutes les divinités qui ont été adoptées dans les civilisations antiques (Grèce, Rome, Perse, etc.).
On ne doute pas que parmi les historiens, archéologues, philosophes, anthropologues, psychologues ou ethnologues, certaines divergences peuvent apparaître sur l’image ou la représentation que nous en faisons de cette divinité. Par exemple, ce « maître des animaux » est vraiment énigmatique.

Mais on peut distinguer une ligne directrice : les iconographies assez semblables de cette entité entre plusieurs civilisations humaines reflètent l’existence d’une puissance, d’une représentation et d’une relation de dépendance entre des fidèles et un Dieu unique.
Cette continuité, qui existe entre ces représentations religieuses entre de grands espaces sur des millénaires, n’atteste pas seulement de cette première et durable « éclosion du divin » dès la préhistoire, mais nous révèle également la tentative anthropologique finalement vaine de vouloir faire précéder la croyance religieuse par le culte des esprits dont on ne peut situer l’origine avant les temps historiques.
Cette illusion est, par exemple, entretenue chez Bergson qui nous retrace cette antériorité du « monde universel des esprits » sur les « personnalités du Dieu communautaire » par un moyen qui laisse entendre l’absence totale de toute religion chez les peuples primitifs. Il affirme « Ainsi par des voies différentes mais convergentes, les esprits s’achemineront à la personnalité complète. Mais sous la forme élémentaire qu’ils avaient d’abord, ils répondent à un besoin si naturel qu’il ne faut pas s’étonner si la croyance aux esprits se retrouve au fond de toutes les anciennes religions. Nous parlerons du rôle qu’elle joua chez les Grecs : après avoir été leur religion primitive, autant qu’on en peut juger par la civilisation mycénienne, elle resta religion populaire. Ce fut le fond de la religion romaine, même après que la plus large place eût été faite aux grandes divinités importées de Grèce et d’ailleurs : le lar familiaris, qui était l’esprit de la maison, conservera toujours son importance ».
Cette façon de voir évolutionniste a été remise en cause par l’archéologie religieuse. Très tôt dans l’histoire de l’humanité, plusieurs représentations d’un Dieu unique ont vu le jour. La formation des panthéons dans les civilisations égyptienne, grecque et romaine a été une perversion de la religion antique préhistorique basée sur un Dieu unique. Le point essentiel ici est que la religion préhistorique n’a pas été précédée par le culte des esprits ou par l’animisme.
Depuis l’aube de l’humanité, il y a eu un Dieu unique. Même durant l’apogée des civilisations antiques, des mouvements spirituels ont pris le haut du pavé et qui rappelaient avec une emphase prophétique son existence. Ce fut par exemple le cas de l’Egypte vers 1353 av-JC.
Le Pharaon Aménophis IV qui se donna le nom d’Akhenaton (serviteur d’Aton) mènera une lutte pour combattre le clergé polythéiste et corrompu du temple d’Amon Râ qui détournait les offrandes destinées aux dieux à son profit.


Il a aboli donc ce clergé ainsi que le panthéon polythéiste d’Amon-Râ en imposant un « Dieu unique » appelé Aton. Mais le clergé d’Amon a pris sa revanche et détruira à la mort de ce souverain (qui fut probablement tué) cette religion du Dieu unique en restaurant le polythéisme.
On voit bien ici l’étroite relation entre le polythéisme est une bureaucratie corrompue qui au fur et à mesure de l’enrichissement des civilisations, impose le polythéisme pour détourner les riches offrandes du peuple à son profit. L’initiative d’Akhenaton est un exemple vivant de la présence chez les masses d’un souvenir très fort du Dieu unique.
Peu importe que le Dieu unique soit appelé Aton ou le Maître des Animaux, il était néanmoins ce même Dieu qui sera honoré par les Juifs puis par les Chrétiens avec des succès variables. Les hommes savaient qu’il y a un Dieu puissant, omniscient et omnipotent même si différentes représentations de Dieu ont été définies. L’arrivée de l’Islam est la dernière étape du renouveau du monothéisme ancestral. L’effort d’Akhenaton a été donc repris par les Juifs, par les Chrétiens et par les Musulmans. Par conséquent, lorsqu’on parle de l’antériorité du polythéisme sur le monothéisme, on perd de vue que le monothéisme était la religion la plus ancienne sur Terre. On retrouve le Dieu unique même chez des peuples dépourvus de civilisation comme les Mongoles (Tangri).
Le culte du Dieu unique était pratiqué aussi dans des civilisations réputées pour être non-monothéistes. Il suffit juste de creuser notre esprit loin des apparences. Par exemple, en Perse préislamique, il y avait des religions réputées pour être polythéistes mais en fait elles ont été éminemment monothéistes et dotées d’un système éthique et moral similaire à celui des religions monothéistes traditionnelles.
Le Zoroastrisme avait comme Dieu unique Ahura Mazda qui est seul détenteur de l’omniscience et de l’omnipotence pour organiser le chaos initial. Il est également le créateur du ciel et de la Terre. Dans l’Avesta, le texte sacré des zoroastriens, l’être humain possède une âme éternelle et le libre-arbitre pour choisir le bien ou le mal. Le bien est symbolisé par le feu et la lumière qui s’en dégage bien que la terre et l’eau devaient être également respectées. Cette religion appelle à des actions et à des paroles bonnes qui sont symbolisées par la lumière inhérente à l’âme de chaque personne et qui effacent les mauvaises actions reflétées par les ténèbres qui menacent l’âme de tout homme.

Zoroastre promet une vie éternelle après la mort en admettant la résurrection des corps après trois jours qui succèdent à la mort et un jugement dont il en résulte l’entrée dans la maison des chants (le paradis) ou dans l’enfer de Nahriman. Parmi les bonnes actions, il y a la reproduction, l’agriculture et l’industrie puisqu’elles permettent au monde de régénérer. Zoroastre promet la vie éternelle au paradis pour les bonnes actions réalisées durant la vie et l’enfer pour les mauvaises actions.
Le zoroastrisme était pratiqué en Perse depuis l’Antiquité (époque des Achéménides) jusqu’au Moyen Âge (règne des Sassanides de 224 à 651 date de l’arrivée de l’Islam). Il est douteux que les Musulmans qui ont conquis la Perse aient persécuté les Zoroastriens. Une grande majorité se convertit à la nouvelle religion monothéiste, l’Islam. Une minorité a néanmoins préféré garder son ancienne religion et a émigré en Inde, ou elle constitua ce qu’on appelle la communauté Parsi.


Certains enseignements de cette religion ont survécu et ont influencé des groupes philosophiques comme les Mutazilites durant l’époque abbasside comme celles relatives à la notion de libre-arbitre qui permet aux hommes de choisir entre le bien et le mal d’où leur entière responsabilité.
Par conséquent, le monothéisme est la religion-phare de l’humanité en Eurasie préhistorique et durant l’Antiquité (de l’Europe à l’Inde en passant par la Péninsule Arabique et le Moyen Orient) chez les communautés de chasseurs, d’agriculteurs et de commerçants alors que les polythéismes les plus variés se sont développés de manière épisodique dans les centres urbains. C’est pour cette raison d’ailleurs que les premiers prophètes monothéistes comme Ibrahim (Abraham de la Bible) sont apparus dans le désert arabique. Le désert comme le dit si bien Ernest Renan est l’environnement idéal des religions monothéistes. Ceci démontre que les intérêts des classes dominantes et des clergés des civilisations très matérialistes, urbanistiques et bureaucratiques font que les polythéismes les plus structurés comme le système d’Amon-Râ en Egypte pharaonique et les triades des Dieux des peuples Indo-européens à l’instar de celle des Romains (Mars-Jupiter-Quirinus) n’ont pas manqué d’apparaître.
Les pontifes de Jupiter et les prêtres d’Amon-Râ ont été très riches. Même chez les Arabes préislamiques (Djahiliya), des idoles taillées sur pierre ont vite remplacé le culte monothéiste légué par Abraham afin de faire de la Mecque le centre des échanges commerciaux de l’Arabie. Lorsque le Prophète Muhammad a commencé à répondre le message de l’Islam, la tribu des Quraychites qui avait des intérêts commerciaux considérables a tout fait pour étouffer ce message. Allah Le Très Haut adoré par le Prophète était un Dieu unique qui ne tolère aucun égal parmi la centaine de divinités dont des statues ont été placées à l’intérieur de la Kaaba. Devant les appels à la conversion, Abû Sufyân ibn Harb, l’un des chefs de la Mecque a dit « Comment remplacer trois cents divinités par un Dieu qu’on ne voit même pas ».
Après cette mise au point, on peut voir quel raccourci historique représente les idées sur le polythéisme et le monothéisme. Or, les penseurs athées comme Dawkins persiste dans leur illusion. Ce dernier affirme : « On ne sait pas bien pourquoi il faudrait considérer que le passage du polythéisme au monothéisme est une amélioration progressive qui va de soi. Or, cette idée est très répondue. Elle a amené Ibn Warraq (auteur de Why I Am Not A Muslim [Pourquoi je ne suis pas musulman]) à supposer avec humour que le monothéisme est à son tour condamné à perdre encore un dieu pour devenir l’athéisme ».
En fait, il n’y a pas eu de passage entre le polythéisme et le monothéisme. Ce dernier est la première religion sur Terre alors que le premier est une tentative intéressée et corrompue d’un clergé ou d’une classe dominante pour préserver leurs intérêts, garder le pouvoir et imposer un ordre social aussi injuste qu’artificiel. Cette tentative a d’ailleurs complètement échoué puisque le monothéisme s’est répondu dans toute l’humanité. A partir du moment où on revendique une évolution entre le polythéisme et le monothéisme, on espère en tirer profit pour réclamer une autre évolution, cette fois, entre le monothéisme et l’athéisme. Mais une telle évolution est irréalisable est illusoire puisque le monothéisme a toujours existé et il n’est pas le résultat d’une évolution. Il ne peut donc pas évoluer vers autre chose. Il ne faut pas être aveuglé par le « tout évolutionnisme », appliqué aux religions.

Le monothéisme : fâcheuse confusion entre les religions


Lorsqu’on aborde le Christianisme en tant qu’importante religion monothéiste, certains penseurs athées y décèlent des traits polythéistes de manière à accréditer leur thèse d’une évolution à partir du polythéisme. On parlant de la Trinité et de la multiplication des saints dans le catholicisme, ils revendiquent la thèse polythéiste. Par exemple, le porte-parole de l’athéisme scientifique, Richard Dawkins affirme que les mots prononcés par les Chrétiens sur l’essence divine de Dieu, du Christ et de la Trinité (le Père, le Fils et le Saint Esprit) dénotent « l’obscurantisme caractéristique de la théologie, laquelle contrairement aux sciences et à la majorité des disciplines universitaires n’a pas progressé en dix-huit siècles ». Il prend prétexte de l’aspect non scientifique de ces questions pour rejeter toutes les religions. Il affirme également : « Je m’attaque au culte surnaturel sous toutes ses formes, et la méthode la plus efficace sera de me concentrer sur la forme à laquelle mes lecteurs ont le plus de chance de s’habituer, celle qui affecte le plus dangereusement nos sociétés. La majorité de mes lecteurs auront été élevés dans l’une ou l’autre des trois « grandes » religions monothéistes actuelles (quatre si vous compter la religion mormone) qui remonte à Abraham, le patriarche mythologique. ».
Ainsi, les athées s’attaquent au monothéisme. C’est-à-dire aux trois grandes religions mais en les confondant sous le prétexte qu’elles dérivent de la religion d’Abraham. Il ignorent peut-être que dans le Coran, la Trinité et la divinisation de Jésus ont été abordées et réfutées. Voici les versets qui réfutent clairement la Trinité : « Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : “En vérité, Allah c’est le Messie, fils de Marie.” Alors que le Messie a dit : “Ô enfants d’Israël, adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur”. Quiconque associe à Allah (d’autres divinités) Allah lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs !73. Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent : “En vérité, Allah est le troisième de trois.” Alors qu’il n’y a de divinité qu’Une Divinité Unique ! Et s’ils ne cessent de le dire, certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d’entre eux.74. Ne vont-ils donc pas se repentir à Allah et implorer Son pardon ? Car Allah est Pardonneur et Miséricordieux ».
Dans d’autres versets coraniques, on découvre que la Trinité a été rejetée par Jésus lui-même « 116. (Rappelle-leur) le moment où Allah dira : “Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : “Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d’Allah ? ” Il dira : “Gloire et pureté à Toi ! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai pas le droit de dire ! Si je l’avais dit, Tu l’aurais su, certes. Tu sais ce qu’il y a en moi, et je ne sais pas ce qu’il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu. 117. Je ne leur ai dit que ce Tu m’avais commandé, (à savoir) : “Adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur”. Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Puis quand Tu m’as rappelé, c’est Toi qui fus leur observateur attentif. Et Tu es témoin de toute chose. 118. Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c’est Toi le Puissant, le Sage”. 119. Allah dira : “Voilà le jour où leur véracité va profiter aux véridiques : ils auront des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement.” Allah les a agréés et eux L’ont agréé. Voilà l’énorme succès. 120. A Allah seul appartient le royaume des cieux, de la terre et de ce qu’ils renferment et Il est Omnipotent ».
Ces versets montrent que ce problème de la Trinité a été l’un des plus difficiles et les plus problématiques de la religion chrétienne. En fait, Jésus est le messager de Dieu alors que le Saint-Esprit est un ange protecteur et sage qui a été envoyé par Dieu pour le protéger. Dans l’absolu, il n’y a donc aucune Trinité.
Pourtant, lors du 1er concile œcuménique de la chrétienté qui s’est réuni à Nicée en 325, le « Fils » a été considéré comme consubstantiel au Père, c’est-à-dire de même nature que lui. Lors du Concile de Chalcédoine en 451, il a été déclaré qu’il fallait assimiler les notions latines de substance et de personne à celles d’essence (Ousia) et d’hypostase (hupostasis), et que Jésus-Christ, Dieu fait homme, réunit en une seule personne les deux natures, « sans confusion », « sans changement », « sans division » et « sans séparation ».
N’oublions pas que le problème de la Trinité est le résultat de deux éléments importants : le premier a trait à la forte tentation des croyants de diviniser un messager à sa mort. Dans le cas de Jésus, cette tentation a pris le haut du pavé de son vivant en raison de ses miracles et de sa spirituelle parole.
Même les Musulmans ont été tentés de diviniser le Prophète Muhammad si ce n’est la sagesse et la grandeur d’âme de son plus fidèle compagnon, Abu Bakr et les enseignements salvateurs du Coran. A la mort du Prophète, Omar ibn Al-Khâtab, son illustre compagnon a dit « Celui qui affirme que le Prophète est mort, je le tuerai avec mon épée. Il a été élevé au Ciel comme Jésus ». C’est alors qu’Abou-Bakr a dit « Pour celui qui adore Muhammad, Muhammad est mort. Quant à celui qui adore le Dieu de Muhammad, alors le Dieu de Muhammad est vivant et il ne meurt jamais » et il a cité ce verset du Coran « Muhammad n’est qu’un messager – des messagers avant lui sont passés – S’il mourait, donc, ou s’il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Quiconque retourne sur ses talons ne nuira en rien à Allah ; et Allah récompensera bientôt les reconnaissants ».
En plus, l’Islam n’a pas été influencé par d’autres cultures qui incitent à la divinisation comme les cultures grecque, romaine et chaldéenne s’agissant de Dieu et de son prophète dans la théodicée et la tradition prophétique. Dans l’histoire de l’Islam il y a eu juste eu une influence de la philosophie grecque sur la théologie dans son versant rationaliste mais non sur la théodicée et la tradition prophétique. En revanche, nous pouvons observer que la religion chrétienne, telle que nous l’observons aujourd’hui, n’est que le résultat de trois éléments : la religion juive, la civilisation romaine et la philosophie grecque comme le disait l’éminent historien du christianisme, Rudolf Bultmann.
Cette influence triangulaire s’est faite sentit même sur l’histoire de Jésus. Ce qui ne fut pas le cas dans l’Islam. La vie du prophète a été racontée par ses compagnons et par les historiens telle qu’elle fut, alors que celle de Jésus recèle des mythes et des légendes comme le reflètent les difficultés qu’éprouvent les historiens de la chrétienté pour découvrir ce qu’a été réellement ce qu’ils appellent le « christianisme primitif », c’est-à-dire la véritable vie de Jésus.
Cette influence triangulaire sur le christianisme se dévoile dans le dépassement de la révélation au peuple juif de l’existence et de l’unicité de Dieu (Ancien Testament) en lui ajoutant dans le Nouveau Testament les notions de Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ensuite, le cadre de la pensée grecque intervient pour considérer le Fils (Jésus-Christ) comme l’incarnation du Verbe de Dieu. Le Saint-Esprit qui dans la réalité historique n’était qu’un ange envoyé par Dieu est devenu « l’Esprit de Dieu » ou le « Souffle de Dieu ». Durant les conciles de la Chrétienté, les notions d’essence et d’hypostase (inspirées du philosophe grec Plotin) ont été introduites dans le dogme de la Trinité.
Il y a aussi les révélations bibliques comme celle de l’annonciation qui fait dire à l’archange Gabriel « Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi l’enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu ». Il y a aussi le témoignage de Jean-Baptiste durant le baptême du Christ. Il est écrit dans la Bible « … Le Saint Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles : Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai mis toute mon affection ». En fait, tout ce que Jean-Baptiste a dit ce sont ces mots : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et s’arrêter sur lui ». Or, ces mots ne veulent pas dire que Jésus soit le Fils de Dieu.
Dans le Coran, Dieu dit « 16. Mentionne, dans le Livre (le Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l’Orient. 17. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait.18. Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m’approche point]. ».19. Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur ». 20. Elle dit : « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et que je ne suis pas prostituée ?».21. Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée ».
Dans ses versets, il n’est pas fait allusion à la notion de Fils de Dieu mais seulement à la naissance de Jésus en le considérant comme un signe pour les gens et une miséricorde. Il occupe une grande place parmi les prophètes et les messagers de Dieu mais il ne fut pas le Fils de Dieu et il nous le dit lui-même comme il est montré dans les versets que nous avions cités.
Au-delà de l’influence triangulaire sur le christianisme, il y a aussi l’attrait exercé par les miracles de Jésus. Or, dans le Coran, il est expliqué que ces miracles ont été en fait provoqués par la puissance divine qui a brisé les lois physiques et le principe de causalité afin de fortifier la confiance des gens à propos du message divin. Dans le Coran, le mot « permission » a été utilisé à plusieurs reprises concernant les miracles de Jésus.
Regardons de près ce verset : « 110. Et quand Allah dira : “Ô Jésus, fils de Marie, rappelle-toi Mon bienfait sur toi et sur ta mère quand Je te fortifiais du Saint-Esprit. Au berceau tu parlais aux gens, tout comme en ton âge mûr. Je t’enseignais le Livre, la Sagesse, la Thora et l’évangile ! Tu fabriquais de l’argile comme une forme d’oiseau par Ma permission ; puis tu soufflais dedans. Alors par Ma permission, elle devenait oiseau. Et tu guérissais par Ma permission, l’aveugle-né et le lépreux. Et par Ma permission, tu faisais revivre les morts. Je te protégeais contre les Enfants d’Israël pendant que tu leur apportais les preuves. Mais ceux d’entre eux qui ne croyaient pas dirent : “Ceci n’est que de la magie évidente ». C’est donc Dieu qui a provoqué le processus non-causal sous-jacent à ces miracles.
Ainsi, le Christianisme et l’Islam diffèrent substantiellement sur la vérité de ce qui s’est passé réellement dans la vie de Jésus. D’abord, les deux religions ne sont pas tombées d’accord sur la divinisation de Jésus, sur l’existence ou pas de la Trinité et sur les miracles de ce messager. C’est une différence à la fois ontologique (la vérité historique des évènements) et épistémologique (sur notre compréhension de ces évènements). Dawkins aime décrire certains dogmes de la religion chrétienne comme étant polythéistes. C’est éminemment le cas de la Trinité. Toutefois, l’Islam comme religion monothéiste est dépourvu de ces dogmes puisqu’il rejette la Trinité et raconte l’histoire de Jésus comme l’un des grands messagers de Dieu et non comme le Fils de Dieu.
On peut également considérer que les histoires sur les guerres livrées par le peuple d’Israël contre les peuplades du Proche-Orient comme les Malékites, les Philistins et les Assyriens racontées dans l’Ancien Testament et ceux notamment qui montrent les exploits des guerriers juifs mais aussi un Dieu combattant aux côtés des soldats et qui ont fait dire à Dawkins que le Dieu des Juifs est « cruel » et « Déplaisant » comme des cas particuliers au Livres saints des Juifs et qui n’ont pas été confirmées dans le Coran.
Par exemple, dans le Livre des Juges, Samson, animé de l’esprit de Yahvé tue mille Philistins avec une mâchoire d’âne. Mais ce qui est plus problématique, est que Yahvé devient lui-même un combattant ou un Dieu guerrier. Il terroriste le camp de Sisera. Dans le livre de Josué, il lance de grandes pierres contre les ennemis d’Israël lors de la bataille de Gabaon et « arrête » le soleil et la lune, pour aider les combattants israélites. Les Chrétiens n’ont pas reconnu dans ces manifestations belliqueuses, le Dieu de Jésus.
Cette différence de perception et ces divergences entre les Chrétiens et les Juifs ont été abordées dans le Coran de la manière suivante : « 113. Et les Juifs disent : “Les Chrétiens ne tiennent sur rien » ; et les Chrétiens disent : “Les Juifs ne tiennent sur rien”, alors qu’ils lisent le Livre ! De même ceux qui ne savent rien tiennent un langage semblable au leur. Eh bien, Allah jugera sur ce quoi ils s’opposent, au Jour de la Résurrection ».

Dans le Coran, il a été évoqué l’arrivée des Juifs dans la Terre Sainte qui leur a été accordée par Allah Le Très Haut et leur refus de combattre mais aussi les guerres livrées par Talût et David. « 246. N’as-tu pas sur l’histoire des notables, parmi les enfants d’Israël, lorsqu’après Moïse ils dirent à un prophète à eux : “Désigne-nous un roi, pour que nous combattions dans le sentier d’Allah”. Il dit : “Et si vous ne combattez pas, quand le combat vous sera prescrit ? ” Ils dirent : “Et qu’aurions-nous à ne pas combattre dans le sentier d’Allah, alors qu’on nous a expulsés de nos maisons et qu’on a capturé nos enfants ? ” Et quand le combat leur fut prescrit, ils tournèrent le dos, sauf un petit nombre d’entre eux. Et Allah connaît bien les injustes». « 250. Et quand ils affrontèrent Goliath et ses troupes, ils dirent :”Seigneur ! Déverse sur nous l’endurance, affermis nos pas et donne-nous la victoire sur ce peuple infidèle .251. Ils les mirent en déroute, par la grâce d’Allah. Et David tua Goliath ; et Allah lui donna la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu’Il voulut. Et si Allah ne neutralisait pas une partie des hommes par une autre, la terre serait certainement corrompue. Mais Allah est Détenteur de la Faveur pour les mondes ».
Dans ces versets, on découvre un certain réalisme historique alors que dans les Livres de Josué et celui des Juges, les rédacteurs ont ajouté leurs commentaires dans le récit biblique en donnant libre court à leur propre imagination et à leurs croyances et non à la vérité historique. Cette propension des rédacteurs bibliques à écrire eux-mêmes la Bible a été racontée par le Coran. Voici donc les versets qui évoquent ce fait « 76. – Et quand ils rencontrent des croyants, ils disent : “Nous croyons » ; et, une fois seuls entre eux, ils disent : “Allez-vous confier aux croyants ce qu’Allah vous a révélé pour leur fournir, ainsi, un argument contre vous devant votre Seigneur ! Êtes-vous donc dépourvus de raison ? 77. – Ne savent-ils pas qu’en vérité Allah sait ce qu’ils cachent et ce qu’ils divulguent ? 78. Et il y a parmi eux des illettrés qui ne savent rien du Livre hormis des prétentions et ils ne font que des conjectures. 79. Malheur, donc, à ceux qui de leurs propres mains composent un livre puis le présentent comme venant d’Allah pour en tirer un vil profit ! – Malheur à eux, donc, à cause de ce que leurs mains ont écrit, et malheur à eux à cause de ce qu’ils en profitent ! ».

Conclusion

En guise de conclusion, on peut dire que la grille d’analyse de l’auteur anonyme selon laquelle ce qui est important c’est le contrôle de l’Etat sur la société, invention grecque par excellence et que l’idée de Dieu « intolérant » et « dominateur » conduit nécessairement aux totalitarismes est infondée. Les philosophes inventent des conceptions et proposent des explications qui ne sont pas une science exacte.
Nous avons proposé pour contrecarrer cette théorie biopolitique une histoire interne aux trois religions monothéistes. L’Islam est venu réformer les deux premières religions monothéistes. Les philosophes et les athées ont un parti pris athéiste contre le monothéisme en tant que tel sans faire de différence entre les trois religions monothéistes. Ils mettent toutes les religions monothéistes dans le même sac. Cet auteur anonyme devrait donner ses arguments sur chaque religion à part et non en bloc.
Des penseurs athées avaient quelque chose à reprocher au christianisme, c’est-à-dire leur accusation en matière de polythéisme dont cette religion serait caractérisée ou cette idéologie dominatrice qui y serait contenue. On ne peut pas s’empêcher de penser la chose suivante : en quoi l’Islam est concerné, sachant que dans le Coran, la Trinité a été réfutée et l’égalité entre les hommes insaturée?
Plus globalement, le monothéisme a traversé les siècles depuis la préhistoire et les deux seules crises majeures de la pré-modernité et de la modernité ont été provoquées par la lutte du biopouvoir incarné dans les Etats pour dominer les masses et tirer profit de leurs ressources en instaurant, dans une première étape, le polythéisme qui une forme de monopolisation et une appropriation du divin puis en supprimant, dans une seconde étape, la religion monothéiste. Notre conclusion serait insuffisante sans un appel à la résistance contre ce monopole de la raison, contre l’exclusion de toute transcendance et de toute spiritualité et contre le biopouvoir athéiste qui a créé les totalitarismes les plus effroyables et les plus inhumains.

Rafik Hiahemzizou
Philosophe et essayiste
hiahemzizourafik@gmail.com

Notes:

1.Richard Dawkins. Traduit de l’anglais par Marie-France Desjeux-Lefort, Perrin, Paris 2018. Titre original. The God Delusion, 2006.

2.Idib

3.Pierre Levèque, Introduction aux premières religions, Le Grand livre du mois, 1999,p.19.

4.Dieu de la forêt et de la chasse, et en même temps dieu du ciel, figure complexe qui peut être reconstitué à partir de nombreuses analogies ethnologiques. Il est représenté dans la grotte des Trois-Frères (Ariège), par la très fameuse, longtempsinterprété comme un sorcier masqué : en fait un dieu à la fois anthropomorphe et zoomorphe. Cette idole date du magdalénien moyen (vers –12 000). Selon nous c’est une représentation symbolique du Dieu unique.

5.Le dieu des Bêtes est représenté dans un sceau très connu de la collection archéologique du Musée national de l’Inde à New-Delhi. C’est une figure humaine assise jambes croisées et portant une coiffe de buffle d’eau. Les bêtes associées dans la figure sont un rhinocéros et un buffle d’eau, un éléphant, un tigre et un bouc avec sa tête retournée. L’inscription peut être traduite par « celui qui est Noir, le Buffle Noir, an-i(l), le Maître, le Dieu des Chefs (Walter Fairsevis, « L’écriture de la civilisation de la Vallée de l’Indus », in Pour la Science, numéro 67, p. 16.

6.Henri Bergson Les Deux Sources de la Morale et de la Religion, Félix Alcan, 1932.

7.Dominique Vallaud Dictionnaire Historique, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1995, p. 1000 sur Zoroastre.

8.Jean Kellens Mazdéisme, dans Frédéric Lenoir et Ysé Tardan-Masquelier (dir.), Encyclopédie des Religions, tome 2, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, p. 105.

9.Op.cit. Dawkins, p. 45.

10.Ibid. ,Page 48

11.Ibid. ,pages 48-50

12.Sûrat “Al-Mayda” (La Table), Coran.

13.Ibid.

14. Sûrat Al-Amran, verset 144.

15.Rudolf Bultmann, Le Christianisme primitif dans le cadre des religions antiques, Traduction de Pierre Jundt, Paris, Payot, 1950.

16.Luc 3:22.

17. Jean 1:32.

18. Sûrat 19, Maryam.

19. Sûrat “Al-Mayda” (LA Table)

20.Jg 15, 9-15.

21. Jg 4, 15

22. Josué, 10, 11.

23. Jos 10, 13.

24. Parabole, janvier-février 1998.

25. Sûrat 2, “Al-Baqara” (La Vache).

26. Ibid (même Sûrat)

27. Ibid.

28. Ibid.

29. Le mot « musulmans » désigne dans ce verset tous les croyants qu’ils soient juifs ou chrétiens. Les vrais croyants sont appelés dans le Coran, les Musulmans.

 

 

 

 

 

La Corée du Nord, un pays isolé entré dans le futur

Pyongyang

Le glider du Hwasong-8 nord-coréen ressemble à celui du DF-17 chinois mais le premier semble avoir une protubérance plus marquée et un profil plus “épais” et donc probablement moins aérodynamique. Des informations distillées au compte-goutte indiquent que l’ogive hypersonique nord-coréenne a été produite et optimisée pour l’emport d’une charge thermonucléaire de puissance intermédiaire (+ 200 kilotonnes).

La Chine developpe une large gamme d’armes hypersoniques adaptées à tous les besoins avec en ligne de mire la destruction de la triade nucléaire adverse dès les vingt premières minutes d’un éventuel conflit d’intensité très élevée. Cet oobjectif inclut une destruction obtenu d’une partie de la flotte de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins balistiques et la neutralisation de l’ensemble des satellites d’observation et de communication adverses.

Les ambitions de la Corée du Nord en matière de défense semblent plus limitées que celle de la Chine mais se focalisent sur une défense pro-active à haut effet de dissuasion. La production par Pyongyang de missiles balistiques intercontinentaux d’une portée avoisinant les 16 000 km démontre que ce pays n’entend pas épargner le territoire adverse en cas d’agression.

La Corée du Sud compte se doter de submersibles nucléaires lanceurs d’engins balistiques en un temps record. Ce pays est déjà bien avancé dans ses programmes de nouveaux avions de combat de cinquième génération et d’un char de combat qui n’a rien à envier aux meilleurs chars occidentaux. Une éventuelle réunification des deux Corée créera à coup sûr une formidable puissance militaire d’ordre mondial.

Autre surprise: après le Mig-29, la Corée du Nord fabrique localement des avions d’attaque au sol dérivés du Su-25 russe.

Il semble que le dirigeant nord-coréen dont la ressemblance physique avec celle de son grand père semble de plus en plus stupéfiante soit un très bon stratège de l’ère postmoderne en dépit des moqueries et des campagnes de dénigrement de la propagande adverse.

France : l’influence des lobbys et la gouvernance des coquins !

301

Nous remettons au goût du jour cet article, publié il y a 17 mois, parce qu’il sied parfaitement à la situation actuelle rendue délétère par les propos mensongers, arrogants et d’essence néocoloniale, indigne d’un chef d’État, du Président Français Emmanuel Macron à l’égard de l’Algérie. Ces propos, considérés outrageants et provocants, ont eu des réactions tranchantes des autorités algériennes, des médias et du peuple algérien. Le texte nous semble d’actualité, comme s’il était écrit pour cet évènement.  

France24, France5, TV5 …sont bien des chaînes publiques, de l’État français, financées par l’argent public ! Elles doivent bien répondre aux orientations et directives de l’État français, sinon elles n’ont pas lieu d’exister ! Un insensé comprendra cela, non ?

Où est donc cette « liberté d’expression » ou « indépendance rédactionnelle » évoquées à chaque coup-bas des autorités françaises quand les autorités algériennes les pointent d’un doigt accusateur ?

Incapables, à ce point, d’assumer leur responsabilité manifeste ? Incapables d’affronter l’accusation que leur porte les autorités algériennes ? Incapables de faire face loyalement aux décisions politiques et économiques courageuses, annoncées publiquement et sans craintes des nouvelles autorités en Algérie ?

Des autorités françaises qui réagissent par de perfides mesquineries via leurs propres médias interposés leur enjoignant de faire dans l’agitation et la subversion – à défaut d’une politique intelligente, régulière – sans même en assumer la responsabilité de leur décision ? Que des provocations et « incidents » successifs, programmés, montés contre l’Algérie qui ne cherche, pourtant, que l’équilibre des relations ! Cette conception chauvine, égoïste, voire raciste aura ses conséquences que l’esprit étriqué de ces dirigeants ne peuvent encore percevoir. C’est de l’escroquerie ! Quelle déchéance ! Elles craignent à ce point le débat politique franc avec les responsables algériens pour user, sournoisement, de procédés de voyous ? Toutes ces actions absurdes resteront vaines, comme toutes les précédentes, de par son expérience éprouvée et reconnue contre le terrorisme et la subversion !

Au regard de ce qui se déroule, de ce que l’on voit dans la gestion de la crise sanitaire en France et des décisions prises à l’occasion, sur les plans sanitaire et social, on comprend la nature vile des méthodes actuelles de gouvernance de la France ! Une gouvernance par la tromperie, la malversation, le recel et l’incompétence !

On parle de visée « néocoloniale» de la France sur ses anciennes colonies ? Peut-être avec d’autres pays encore sans puissance apparente, mais sûrement pas avec l’Algérie ! C’est lui donner les capacités qu’elle n’a pas et n’aura jamais politiquement, voire militairement !

Le semblant d’arrogance qu’elle fait transparaître n’est autre que l’expression de son incompétence à gouverner et à décider et surtout de sa perte d’influence dans le monde, sinon comment expliquer son suivisme absolu sur les questions internationales et les décisions qui s’y prennent ! Mêmes ses lois internes, reconnues « démocratiques et de liberté », décrétées et en vigueur depuis des décennies, ont été perverties par les influences externes, via des lobbys internes, au point où elle n’est plus maîtresse de son destin et de sa morale ! Elle ne distingue plus le bien du mal ; le réel du rêve ; les vessies et les lanternes !

La France des «droits de l’homme» a bien soutenus des terroristes en Syrie et en Libye ! Cette France-là, impénitente a bien participé à l’assassinat d’un chef d’État !

Elle s’est bien ingérée en étant responsable de ce qui se déroule au Mali !

Elle est bien impliquée dans le martyre du Rwanda ! Elle était active dans l’affaire de l’Arche de Zoé où elle avait fait libérer, par des pressions sur le Tchad, des trafiquants d’enfants ! Sans oublier l’affaire dite des ‘infirmières bulgares’… et le paiement des rançons à des terroristes !

Que peut-elle bien faire d’utile, de performant et de convainquant cette France d’aujourd’hui, en Afrique où elle perd de jour en jour et dans le monde où elle est de plus en plus négligeable, même avec ses capacités nucléaires inutiles (capacité contre qui ?). Surtout avec un Président immature qui semble attendre des orientations, flanqué d’un Premier Ministre désactivé qui semble gérer les affaires courantes et d’un Ministre des Affaires Étrangères hagard et distrait incapable de mener une politique extérieure engagée et cohérente et surtout de condamner clairement les propos graves et vexants, pour la France, d’un député franco-israélien !

En Algérie, elle se sert de quelques félons encore néo colonisés et cupides, bavards souvent ignares ou paumés, des ploucs sans dignité ni valeur, mais que ses médias désorientés tentent de mettre en avant avec une incompétence crasse ! Les algériens savent tous, que la « marchandise » de « fafa » (*) est toujours frelatée ! À la limite, même le stupide sait choisir son camp entre le décideur et le suiviste !

Pendant que d’autres, en Europe même, enregistrent des succès, voilà que cette France – ce pays souillé et ‘mis à genoux’ par les nazis, mais qu’un certain Charles, aidé par les alliés, ont rendu la dignité – ose sottement bafouer, en foulant au pied, tout ce qui a été érigé par ses véritables patriotes tout en se permettant d’imposer aux autres le remède à son affection mentale qu’elle n’arrive pas à guérir ?

La France-ci n’est plus qu’une pâle réplique insipide, réduite à un faire-valoir, que ne peut sauver de l’outrage et du naufrage que ses véritables patriotes et compétences actuellement négligés et dévalorisés !

Par Amar DJERRAD

(*) Ancienne appellation ironique de la France coloniale

Et voici… le superman nord-coréen!

supermanNK

Un détail qui n’est pas passé inaperçu lors de la dernière parade militaire à Pyongyang : un membre d’une force d’élite vêtu comme un personnage de l’univers Marvel au milieu de militaires en uniforme.

La Corée du Nord se serait donc appropriée son propre Superman au moment où ce personnage de DC Comics créé en 1938 par Jerry Siegel and l’artiste Joe Shuster vient de mourir dans son pays d’origine.

L’influence du “Der Übermensch” ou le surhomme de Nietzsche sur l’idéologie du Juche est fort mal connue. Elle est sous-jacente dans le processus de création du Superman américain dans un contexte d’affirmation de puissance de l’Amérique et d’opposition symbolique à la montée en puissance de l’Allemagne hitlérienne en Europe.

En arrière plan de cette compagnie où figure le superman aux couleurs nord-coréen se tient le nouveau char de bataille apparu pour la première fois lors de la parade du soixante-quinzième anniversaire de la fondation du parti au pouvoir. Cette machine couleur de sable ressemble à une hybridation entre l’Abrams américain et l’Armata russe. Une autre affirmation symbolique de la puissance comme dans les années 30. Cette approche “vieille école” semble réussir dans un monde où l’on se bat à coups de concepts “Woke” visant à affaiblir l’adversaire (interne et externe, cela va de soi car c’est le but ultime de tout pouvoir) mais qui semble fort éloigné de l’état d’esprit en vigueur en Corée du Nord où la vieille tradition des arts martiaux (commune avec la Corée du Sud) est élevée au rang de religion.

Le Hwasong-8 vaut bien plus qu’une bière…

203

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Eun a bu une bière de fabrication locale  en l’honneur du Hwasong-8 (Hwasong= Mars), un missile balistique dérivé du Hwasong-12 mais équipé d’une ogive hypersonique en forme de planeur (glider).

Ce missile dont un exemplaire a été testé le 28 septembre 2021 suscite de très nombreuses interrogations parmi les spécialistes. 

Le Hwasong-8 est une arme redoutable qui diffère des missiles hypersoniques chinois DF-13 et US Waverider. Les planeurs hypersoniques de ré-entrée atmosphérique sont conçus pour pénétrer les dispositifs de défense aérienne les plus denses et les plus complexes grâce à une extrême manœuvrabilité et une vitesse dépassant Mach 5 (~ 6170 km/h) rendant la trajectoire de ces engins imprévisible.

Très peu de choses sont connues sur les capacités de ce système d’arme qualifiée par Pyongyang d’avancee majeure dans le renforcement des capacités de défense mais il semble probable que ce type de missile est capable de passer à travers les  systèmes anti-missiles actuellement en service.

L’expérience des systèmes ABM (Anti-Ballistic Missile) en péninsule arabique ou au Levant a souvent démontré les lacunes de ces systèmes à intercepter des missiles balistiques de technologie obsolète comme ceux tirés par les rebelles Houthis du Yémen sur des cibles en Arabie Saoudite. Il est admis qu’aucun système actuel de défense aérienne ou spatiale n’est capable d’intercepter un planeur hypersonique à trajectoire imprévisible.

Le premier essai nucléaire de Pyongyang date de l’année 2006. En quatorze ans ce petit pays reclus d’Asie du Nord-Est vivant en semi-autarcie a dévoué avec une frénésie très rare d’immenses ressources à son armement. Parmi les objectifs officiels de ce pays figuraient la miniaturisation des ogives nucléaires et le développement de vecteurs impossible à intercepter. Ces objectifs paraissaient à l’époque impossibles à atteindre et nombre d’observateurs riaient sous cape de la grossière  bombe à hydrogène nord-coréenne qu’aucun aéronef ou missile ne pouvait emporter. La réalité allait montrer qu’il ne fallait pas sous-estimer un pays hanté par l’obssession-justifiée d’ailleurs d’un point de vue aussi historique que stratégique, d’une aggression étrangère. 

L’existence du Hwasong-8 pose un sérieux problème en terme de concepts liés à ce que certains observateurs appellent la bifurcation évolutive de type technologique d’un pays aux revenus très limités et de surcroît soumis à d’interminables régimes de sanctions internationales. Jusqu’à présent seuls la République populaire de Chine et la Fédération de Russie disposent de tels systèmes d’armes, respectivement le DF-13 et le Vanguard, tous deux déclarés opérationnels en 2019 seulement. D’autres pays comme les États-Unis et l’Inde (et probablement le Pakistan) développent des missiles hypersoniques mais apparaissent ne pas avoir atteint le stage opérationnel. Une telle évolution de pointe des industries de défense de la Corée du Nord pourrait indiquer alors que ce pays  dispose d’un très haut potentiel technologique ou qu’il s’appuie sur une sorte de réservoir secret à accès restreint et inexistant d’un point de vue juridique. Les images de l’ogive hypersonique diffusées par les médias nord-coréens à l’occasion de l’anniversaire du Parti des Travailleurs (parti unique au pouvoir) sont délibérément claires et destinées moins à mettre fin à toute spéculation mettant en doute l’existence de telles armes dans l’inventaire nord-coréen qu’à exercer un effet de dissuasion psychologique. Dans les faits, l’admission de la maîtrise par la Corée du Nord de telles technologies de défense laissent la plupart des observateurs dans un profond état de choc.

La Corée du Nord offre en 2021 le modèle d’un État (qu’importe son régime ou idéologie) s’étant affranchi entièrement des entraves d’un système international figé depuis la Conférence de Yalta en 1945. C’est surtout un pays qui a bâti une redoutable force de dissuasion nucléaire qui a fait voler en éclats l’ensemble du socle de la stratégie US en Asie du Nord-Est en déstabilisant le statu quo post-1946 au Japon et en permettant à la Chine à manœuvrer une défense sans limitation tacite derrière l’ombre de Kim Jong-Eun dont le parcours semble suivre celui de son grand-père, le fondateur de la dynastie.

Le Hwasong-8 vaut certainement plus qu’un toast à coups de bières locales entre Kim et ses généraux. C’est une arme particulierement redoutable et complexe des trois décennies à venir que Pyongyang semble bien décidé à maîtriser aux côtés des plus grandes puissances.

Débat entre Onfray et Zemmour Blessure, insécurité, Décadence de la civilisation, guerre des civilisations, Islam et islamisme et Europe

101

Dans un débat entre Eric Zemmour et Michel Onfray lors de l’émission publique Front Populaire, des questions importantes ont été abordées qui tournent autour du déclin de la civilisation, la perception de l’Islam en France et la place de la France en Europe.

Hormis, la construction européenne qui a fait l’objet de critiques acerbes du polémiste et du philosophe, les deux ne partageaient pas les mêmes idées sur ce qui cause le déclin de la civilisation occidentale et de la France et sur la menace que représenterait l’Islam pour la France et sa culture.

Ce fut un débat multidimensionnel (au point où nous avons opté pour un titre fleuve) vis-à-vis duquel on ne peut rester indifférent. Il convient de réfléchir et d’approfondir la réflexion sur ces sujets afin de ne pas laisser des contre-vérités se répondre dans les esprits dans le but de célébrer le vivre-ensemble et le droit à la diversité et à la différence devant les attaques nationalistes d’extrême-droite qui sont islamophobes et inégalitaires. Je parle ici de Zemmour. Quant à Onfray, il a raison de réfléchir sur la longue durée en pointant sur la crise de civilisation. Mais il doit approfondir davantage sa réflexion et ne pas se limiter à parler de malaise en France sans examiner des tendances comme l’athéisme et l’absence de spiritualité dans la pensée occidentale depuis des siècles en raison d’un conflit entre la raison et la foi. Il doit aussi ne pas parler de l’Islam comme étant une réalité culturelle passive qui fait l’objet de prélèvements et de choix publics (prendre ceci ou prendre cela) au lieu de voir qu’en fait le discours du Coran est cohérent et robuste parce qu’il est divin. On va d’abord examiner ce qu’il appelle la blessure que peut entraîner le discours zemmourien.

Question de morale : blesser et humilier l’autre

L’appel de Zemmour pour l’interdiction des prénoms pour les nouveau-nés des musulmans a été interprété par Onfray comme une blessure pour ces derniers en avertissant sur les dangers d’une telle attitude de surcroit inutile et non nécessaire. C’est à son honneur. Mais il y a un questionnement d’ordre moral. Il semble que pour Zemmour, le risque de blesser l’autre est une précaution presque une question de méthode. On risque de blesser l’autre parce qu’il peut ne pas comprendre les subtilités de l’histoire que Zemmour manipule à merveille mais qui reste de la manipulation et non de l’érudition comme le prétend Onfray.
Voici une question de principe et non de méthode : Que reproche Zemmour à la religion islamique parce que c’est elle qui est visée dans ses propos ?
Selon lui, cette religion à est la fois envahissante sur le plan démographique et dangereuse pour la sécurité des français.Il fait référence à des territoires prétendument conquis par l’« islamisme » sans compter les quelques attaques terroristes perpétrées ces dernières années.
Mais comme le dit Lucien Scubla dans un article très intéressant sur le sens réel des religions pour les hommes : « L’existence d’escroqueries ou d’abus de pouvoir commis par des policiers ne permet pas de conclure que la police est une association de malfaiteurs. De même, les forfaits commis sous couvert de religion n’impliquent pas que le religieux soit, dans son principe, une imposture ».

La religion est un exercice de longue durée pour de vastes communautés. Son discours n’est pas forcément lié au comportement des individus les plus détestables ni à ceux qui prétendent le représenter.

A vrai dire, le véritable problème avec Zemmour c’est que ses idées reposent sur la propension qu’ont certains philosophes depuis l’époque des Lumières en Occident qui ont considéré la religion comme un édifice artificiel et coercitif inventé par des institutions dont l’objectif véritable est de dominer les sociétés en revendiquant un lien avec des puissances supérieures. Comme le rappelle à juste titre Scubla, cette démarche repose sur la thèse du « complot des prêtres » qui a dominé la philosophie occidentale en Europe durant l’époque des Lumières laquelle considère la religion comme « une fiction et une imposture, que les esprits éclairés doivent combattre et anéantir ». Cette philosophie a pris de l’ampleur avec la théorie de Darwin, la philosophie de Nietzsche et d’autres encore. Zemmour est un héritier tardif de cette philosophie.
Zemmour laisse entendre que la religion islamique est un système théocratique, politique, oppressif et absolutiste en confondant la religion en tant que religion et en tant que culture avec le comportement déloyal et sectaire de certaines personnes.
Néanmoins, les cafés islamiques et l’enclave musulmane de Saint-Denis sont des mythes et des illusions dès lors qu’elles sont devenues des leitmotive, des certitudes et des cas aussi nombreux que menaçants. Zemmour véhicule ces mythes avec une vulgate d’extrême-droite. Celle-ci a toujours exagéré la menace que représente des entités ou des civilisations comme on l’a vu dans notre précédent article sur le parallèle entre Charles Maurras et Eric Zemmour. Pour le premier c’était l’Allemagne. Pour le second c’est l’Islam.
Ce dernier n’a cure de la blessure ressentie par les musulmans identifiée par Onfrey en rappelant que la République avait déjà blessé les catholiques en instaurant la séparation de l’église et de l’Etat.
Cependant, il oublie qu’il y a un esprit du temps et une évolution des valeurs dans le monde. Ce qui était hier anodin et banal est devenu aujourd’hui outrancier et condamnable.
On ne peut pas aujourd’hui accepter les exécutions et les massacres de la révolution française bien que celle-ci a été pourvoyeuse d’idées et de valeurs nouvelles comme le respect des droits humains. Zemmour fait fi de l’esprit du temps. C’est pour cette raison qu’il est devenu un personnage très choquant pour les esprits éclairés et les démocrates. Malheureusement, la politique et les médias ne suivent pas cette logique. Par conséquent, ce n’est pas la blessure qui est le véritable problème. Ce sont le mensonge, la calomnie et les contre-vérités qui sont problématiques et dont Zemmour est devenu le spécialiste attitré.

Insécurité et sentiment de guerre civile

Onfrey considère l’insécurité dans certains quartiers et la consommation de drogue qui s’y déroule comme un problème de civilisation sans préciser ce qu’il veut vraiment dire. Il évoque la responsabilité des Etats dans le fait qu’ils ne luttent pas vraiment contre les producteurs. Cette impuissance est une aubaine pour Zemmour qui rappelle que les républiques islamiques qui se sont constituées dans certains territoires sont devenues autonomes parce qu’elles vivent du trafic de drogue mais surtout de la faiblesse de l’Etat.
Ce constat interpelle Zemmour et Onfrey sur une question de philosophie politique : Onfrey affirme que le monde dans lequel nous vivons est hobbesien qui veut que les hommes n’aient pas de rapports entre eux par amour mais seulement par peur et égoïsme, et cherchent à résoudre le conflit naturel à travers un accord ou un contrat social. Selon Onfrey si la sécurité n’est plus assurée et la loi ne suffit plus à protéger les personnes alors ceux-ci peuvent assurer leur propre sécurité. Ainsi, il n’est pas hostile à l’idée d’armer les réservistes de l’armée, ce qui permettrait de sécuriser plus la société.
Quant à Zemmour il est encore plus radical et qualifie le monde de khaldounien. Ibn-Khaldoun, historien musulman, explique la fin des civilisations par la victoire des nomades sur les sédentaires lorsque ceux-ci sont affaiblis et deviennent mous en raison de leur civilisation. Dans quel monde vivons-nous ? Zemmour compare entre des contextes historiques très différents. Ibn Khaldoun évoque une situation sociale et politique qui date du Moyen Âge et elle n’est pas comparable à la situation des territoires français aujourd’hui. Dans ces territoires il n’y a pas de nomades et de sédentaires. Il y a seulement des citoyens qui vivent un malaise social sans plus.
Au Moyen Âge, les nomades turco-mongoles ont envahi les civilisations sédentaires de Chine et d’Iran. Or, depuis l’invention de la poudre à canon et des fusils les invasions des nomades sont devenues vaines et impossibles. Zemmour aime faire une telle comparaison qui n’est pas raison. Ce sont des comparaisons hyperboliques et erronées. D’autres dirons que c’est une simplification outrancière de problèmes éminemment complexes.

La décadence de la civilisation : la perte d’estime de soi

Onfrey en tant que philosophe, évoque la longue durée et considère que la menace qui plane sur la civilisation occidentale réside en nous même, dans notre attitude à se condamner, à se culpabiliser, à se suicider et à perdre l’ancrage à notre histoire. Il affirme que la civilisation n’est conquise par d’autres civilisations que si la première est morte de l’intérieur et a perdu le sens de l’histoire. Il évoque un large éventail de phénomènes pour démontrer que la civilisation occidentale est en cours de décomposition : malaise social, critique de soi, consommation de drogue, etc. Mais le phénomène le plus dangereux selon lui pour la civilisation n’est autre que le transhumanisme.
L’homme se retrouve au centre de l’univers et il devient Dieu parce qu’il est la mesure de toute chose et il aspire à la perfection grâce aux techniques et à la science. L’homme s’affranchit de son humanisme, de ses limites biologiques et psychologiques pour se propulser au firmament de l’univers. C’est cela qui gêne Onfrey finalement. Le transhumanisme c’est aussi la fin de l’homme en tant qu’être sacré. Il devient secondaire par rapport à la machine, au virtuel, à l’information, etc.
La crise à laquelle fait référence Onfrey est bien plus profonde que ne pourrait penser Eric Zemmour. A vrai dire, ce n’est pas seulement une crise de l’homme en tant qu’être et destin dont on peut parler aujourd’hui. Mais il y a surtout une crise de la raison occidentale qui à force de vouloir s’échapper de la spiritualité et de Dieu, s’est perdue dans les sentiers escarpés du réel, du rationnel et de ce qui est utile à l’homme. Après tout, le transhumanisme repose en grande partie sur la théorie de l’évolution qui énonce que l’homme évolue sans cesse pour devenir autre chose.
L’inquiétude d’Onfrey peut être expliquée par le défi de Camus qui devient presque incontournable. Pourquoi ne nous suicidons-pas tous ? On ne peut ignorer cet appel de Camus et cet écœurement à l’égard de l’absence de sens de l’existence humaine marquée par des actes répétitifs et désespérants ? Camus nous invite à faire face à l’absurde afin de trouver un semblant de dignité et de manifester sa révolte. Qu’est ce qui nous empêche de se résigner à faire face à l’absurde même si on exprime un sentiment de révolte, peut être désespéré ? La seule chose qui nous permet d’échapper à l’absurde c’est de revenir à une vérité transcendantale et à des valeurs morales éternelles.
Au Moyen Âge, les philosophes chrétiens et musulmans ont cru en des vérités éternelles et immuables et à l’immatérialité des êtres supérieurs. La révélation de Dieu constituait également un solide apport moral que les hommes pouvaient comprendre parce leur conscience se penche de manière innée à cet apport moral.

Je pense que l’Occident fait aujourd‘hui face à une crise de la raison et à une crise morale. La crise a commencé à partir du moment où la raison humaine a été déclarée comme autosuffisante précisément pour se débarrasser de la religion.
Mais cette tâche n’a pas été concluante. Si la raison humaine a la capacité de se référer à une raison universelle et transcendantale, alors elle est puissante, c’est-à-dire qu’elle peut explorer les « fins et les moyens ». Or, si nous lui refusons cette possibilité, en la limitant à l’établissement des liens entre les causes et les effets, entre les moyens et les fins comme ont déclaré Hobbes, Pascal et Hume, elle devient limitée. Par ailleurs, la notion de vérité métaphysique devait progressivement céder la place à la notion de « vérité objective » partant de la possibilité d’objectiver l’expérience a priori grâce aux catégories instaurées par l’entendement humain. Cette notion marque le triomphe de la philosophie kantienne et se situe en rupture avec la transcendance divine.
C’est Kant qui a sécularisé la philosophie et la métaphysique en développant l’idée d’une raison autonome qui appréhende le monde par des catégories qui lui sont intrinsèquement liées. Cette révolution a influencé non seulement Hegel mais aussi Schopenhauer et Nietzsche qui vitupère contre la notion de vérité qui est au cœur de la métaphysique traditionnelle et proclame la « mort de Dieu ». En fait, l’idée de Kant d’autonomiser la raison par rapport à un quelconque ordre sous-jacent au monde qui a été perpétuellement regardé comme Divin, a permis à Hegel, à Schopenhauer et à Nietzsche de créer des « êtres » objectifs qui remplacent Dieu comme ces Absolus de l’Absolu, cette Volonté et cette Volonté de puissance.
La rupture avec la conscience morale occidentale a été consommée par Kant, Hegel et Schopenhauer. Avec ces philosophes, l’être humain ne connait que sa raison objective et il n’y a pour eux rien de transcendantal. Schopenhauer (1788-1860) est un philosophe allemand qui est allé plus loin que Hegel en prônant l’abolition de la théologie et l’identification de la réalité métaphysique à la volonté. Pour lui, il n’y a ni absolu, ni transcendance, ni spiritualité, ni entités immatérielles mais simplement la volonté que notre corps perçoit et seulement cela. Avec l’absolu de Hegel, il y avait comme un pâle reflet de la spiritualité.
En fait Hegel a voulu remplacer la spiritualité transcendantale par une spiritualité interne de l’Absolu entendu comme éternel et infini qui sont des attributs empruntés à la théologie.
En revanche, Schopenhauer a rompu avec tout cela. Cette attitude contraste fortement avec les idées de Spinoza et de Leibniz. Kant a focalisé sur la raison pure seule à même de comprendre le monde sensible. Hegel est revenu à l’Absolu d’une entité universelle et infini.
Quant à Schopenhauer, il n’admet que la volonté comme réalité vivante pour le corps. « Le monde est ma volonté », phrase-symbole de son ouvrage Le monde comme représentation et volonté.
Il croit avoir trouvé le sens véritable de la chose en soi kantienne dans la volonté. Il distingue nettement entre le monde objectif qui est marqué par les relations entre les objets qui est le monde de la représentation et le monde subjectif, perceptible par l’homme marqué par l’existence de la volonté qui est une et intemporelle. Ce monde n’a rien à voir avec le monde phénoménal.
Pour Schopenhauer, ce monde est une simple illusion provoquée par notre système sensoriel qui ne perçoit le monde qu’à travers l’espace et le temps. En revanche, la volonté est quelque chose de réel et d’universelle. Mais cette entité universelle n’est pas Dieu. Elle est seulement là sans but et sans fin et elle est « maudite ».
Il est conforté dans cette certitude par la réalité quotidienne de la souffrance, de la lutte pour la survie et par les incessants conflits. Ce pessimisme est tempéré par la certitude que l’existence humaine n’a aucune fin en soi. La volonté est une malédiction qui s’abat sur nous gratuitement et qui ne peut être vaincue puisque même la reproduction humaine perpétue la souffrance. « L’existence n’est guère autre chose qu’une sorte d’aberration dont la connaissance doit nous guérir. L’homme est déjà dans l’erreur du moment seul qu’il existe et qu’il est homme ».
La connaissance n’intervient que par rapport à la malédiction de la volonté. La recherche du bonheur grâce à la connaissance est étroitement liée aux fins de la volonté. Plus la volonté est puissante, plus la souffrance est grande. La connaissance permet de réduire cette souffrance en réduisant la volonté. Cette vérité, Schopenhauer l’a empruntée de la mystique indienne et de l’idéal ascétique des Indiens. Mais cet ascétisme n’a rien à voir avec les bons sentiments mystiques et religieux. C’est un idéal pessimiste et même désespéré qui perpétue la croyance en une puissance maléfique qui est la volonté et dont les manifestations dans la vie des hommes n’est qu’un amas de souffrances, de déceptions et de malédictions. C’est une philosophie intenable et elle est biaisée comme celle de Nietzsche.
On a l’impression que cette philosophie n’est pas innocente et n’a pas été élaborée à partir d’idées sous-jacentes et bien enracinées dans le savoir humain. C’est une simple attaque contre l’héritage chrétien, voir l’héritage philosophique inventé par les Grecs, renforcé et perpétué par les philosophes musulmans puis développé par les scolastiques et les philosophes de la Renaissance.
Avec Nietzsche, on célèbre l’athéisme mais de manière véhémente et ostentatoire. Avec ce penseur, on découvre tout un programme de récusation de la philosophie occidentale avec ses racines chrétiennes. Il s’y attelle en mettant l’accent sur deux éléments : le premier est la remise en cause des modes du questionnement philosophique et le second n’est autre que la généalogie de la morale.
Ainsi, la civilisation occidentale s’écroule parce que ces penseurs ont voulu détruire la notion d’un Dieu créateur et bienfaiteur. Le transhumanisme que redoute Onfrey a des racines profondes qui remontent à Kant, Schopenhauer et Nietzche. Cette émancipation philosophique de tout ce qui est transcendantal, de métaphysique et de spirituel a entraîné une crise de la raison. Celle-ci tourne désormais autour d’elle-même sans rémission. Ceci apparait non seulement dans ce qui reste de la philosophie mais aussi dans toutes les sciences. Non seulement, la philosophie et la théologie deviennent des domaines séparés et antagonistes, une séparation communément appelée « laïcité » dans certains pays occidentaux mais en plus la raison sera désormais considérée comme opposable à la foi. Cette conviction a été renforcée par l’essor du matérialisme et du darwinisme.
Cette situation a eu des conséquences importantes pour la pensée en Occident. Cependant, nous n’avons pas changé de fusil d’épaule. La crise du transhumanisme est en fait le résultat de l’opposition entre la raison et la foi dans la pensée occidentale. Cette opposition entraîne une crise du rationalisme, les mystères de la physique quantique, les contradictions de la logique, les limites de l’induction et l’inévitabilité de l’empirisme. La science se cherche mais ne trouve nullement d’assise sur laquelle s’appuyer pour fonder ses concepts. En fait, les concepts de la science sont devenus beaucoup plus abstraits. Ils sont réfutables rapidement et ne procurent plus de satisfaction pour les scientifiques. La physique ne progresse plus et les scientifiques justifient cela par les difficultés rédhibitoires de l’unification entre la mécanique quantique et la théorie de la relativité générale.
En réalité, la crise est plus profonde que cela et elle est inhérente à l’absence totale de métaphysique et de conciliation entre la raison et la religion. Alors que Newton et Einstein ont d’abord cherché la place de Dieu dans le monde avant d’élaborer leurs théories, Newton justifie l’existence de Dieu pour expliquer le fait que les corps célestes ne s’écrasent pas entre eux sous l’effet constant de la force gravitationnelle. Il interprète également les notions d’espace et de temps absolus comme des attributs divins.
Quant à Einstein, il n’a pu développer sa théorie de la relativité générale qu’après qu’il ait trouvé grâce à Spinoza que Dieu pouvait être partout dans l’univers. N’oublions pas également Descartes qui s’est appuyé sur la générosité divine pour expliquer et la possibilité de la connaissance et l’origine de la certitude mathématique.
Lorsqu’Einstein disait que le plus incompréhensible et le fait que le monde est compréhensible, en fait il invitait ses interlocuteurs à admirer la possibilité d’une intervention divine dans ce monde et c’est pour la même raison qu’il n’a jamais admis les résultats déraisonnables de la mécanique quantique.
Aujourd’hui même, les physiciens ne parviennent pas à réfuter la théorie du Dessin intelligent ou ce que les philosophes appellent l’Ajustement-Fin (Fine-Tuning) qui est un argument en faveur de l’existence de Dieu.
La solution de la crise de la civilisation occidentale nécessite la réconciliation entre la raison et la foi. L’Islam que combat Zemmour et qu’Onfrey cherche à comprendre en tant que philosophe possède justement une spiritualité (en particulier le soufisme qui est une forme de mystique éclairée et une expérience culturelle et philosophique d’échange et de dialogue avec les autres cultures) qui peut effectivement aider l’Occident à retrouver cette conciliation entre la raison et la foi et une paix de l’esprit. Mais Zemmour gâche tout et n’a pas laissé Onfrey aboutir à cette conclusion nécessaire parce qu’il est obnubilé par la guerre des civilisations et par l’évolution des rapports de force entre l’Occident et l’Islam. Il ne veut pas connaitre l’autre et ne le ménage pas au risque de le blesser.

Eric Zemmour : l’histoire des conflits entre l’Occident et l’Islam et le choc des civilisations

Zemmour explique avec une emphase dramatique ce qu’il appelle les flux et les reflux de l’histoire entre l’Orient et l’Occident ou à proprement parler un choc entre la civilisation orientale et la civilisation occidentale depuis les guerres médiques entre les grecs et les perses. Il souligne qu’après une longue domination occidentale marquée par la puissance des cités grecques puis celle de l’empire romain, l’Orient a pris sa revanche grâce à l’Islam au 7ème siècle. L’Occident n’a réussi à reprendre l’initiative qu’avec la renaissance et la révolution industrielle qui ont abouti à la colonisation du monde musulman. Zemmour prétend que les musulmans ne rêvent que de reprendre leurs conquêtes en Europe, ce qui est reflété, selon lui, par « l’invasion démographique en France ».
Cette vision prétendument inscrite sur la longue durée s’inspire de celle de l’orientaliste américain, Bernard Lewis. Dans un article dont le titre est What went wrong ? (Que s’est-il passé ?-1993), de dernier nous livre quelques idées sur les débuts des défaites militaires chez les musulmans. « Avec la fin du 15ème siècle, les peuples de la péninsule Ibérique, d’une part, et de la Russie, d’autre part, ont vaincu leurs anciens dominateurs musulmans. Aux deux extrémités de l’Europe, la reconquête s’est transformée en conquête et avec le temps, en une domination mondiale ».
Selon Lewis, l’Islam a été une menace séculaire pour l’Europe. A deux reprises, le continent européen est presque tombé sous la domination des musulmans.
La première fois au 8ème siècle, avec les conquêtes arabes en Afrique du Nord, en Espagne et en Sicile et la seconde fois avec la conquête des Balkans par les Ottomans au cours du 14ème siècle. Une autre avancée remarquable fut celle des Mongols convertis à l’Islam qui ont dominé la Russie au 13ème siècle.
Pour Lewis, à partir du moment où le vent a tourné et que l’initiative stratégique appartenait désormais aux occidentaux, la domination islamique a commencé à décliner. Il y a eu donc un renversement des rapports de force entre les deux civilisations en faveur de l’Occident au 15ème siècle.
Lewis nous explique que la forte concurrence entre les Etats européens qui sont parvenus progressivement à remplacer les Etats du Moyen Orient comme principaux exportateurs de produits agricoles (coton, sucre) à tous les pays du monde (Nouveau Monde, Asie, Moyen Orient) après qu’ils aient réussi à créer des colonies tropicales et sous-tropicales et l’expansion commerciale des pays européens qui s’est étendue aux textiles et autres produits manufacturés, a permis le renforcement de leur domination politique et économique. Selon Lewis la domination occidentale de l’Occident sur l’Orient a été favorisé par l’accès de l’Occident à de vastes ressources en capital et en métaux pour le numéraire (or et argent) provenant du Nouveau Monde ainsi que par la découverte de nouvelles routes entre l’Europe et l’Inde et entre la Chine et l’Europe par la voie terrestre (Russie). Lewis évoque ensuite l’avancée européenne à la fois en Europe, au Sud de l’Asie et au nord de la Russie qui a mis les peuples du Moyen Orient sur la défensive.
Jusqu’ici Lewis nous retrace le renversement des rapports de force entre l’Occident et l’Orient musulman sur un plan strictement historique même s’il met l’accent sur la menace que représente l’Islam pour l’Occident.
Mais c’est avec le livre de Samuel Huttington que l’analyse des relations entre Orient et Occident sera faite sous un angle culturel, religieux et civilisationnel. Zemmour fait nettement référence à cet auteur pour justifier sa théorie de la guerre des civilisations en France.
Samuel Huttington a associé les conflits entre nations à un choc de civilisations. Dans son livre The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order paru en 1996, il stipule que depuis la fin de la guerre froide, ce sont les identités et la culture qui engendrent les conflits et non les idéologies dans la mesure où ce sont les civilisations qui sont les véritables acteurs et qui représentent des entités larges sur la scène internationale et non les Etats.
Il y a quelque chose de nocif dans cette notion de choc des civilisations. Huttington veut montrer que dans les civilisations, y compris la civilisation islamique, il y a des valeurs qui sont porteuses de conflits avec les autres civilisations. Or, il surestime beaucoup les civilisations à l’heure actuelle qui sont dépourvues de force et de puissance en raison de leur long déclin. Huntington a fourni une pensée unique sur le fait que l’Islam serait une « menace » pour l’Occident.
En fait, la plus grande force d’une civilisation n’est pas uniquement le système des valeurs et la culture qui y règnent mais aussi et surtout la vivacité de ses forces scientifiques et techniques et une économie forte.
La Chine aujourd’hui l’a bien compris. Elle place la science au centre de l’Etat-civilisation qu’elle appelle de ses vœux sans reprendre le dogme libéral. La célébration du 100e anniversaire du mouvement de mai 1999 a donné l’occasion au président Xi Jinping de réclamer dans un discours l’instauration d’une civilisation basée sur la science et l’abandon de la culture confucéenne accusée d’être une culture de soumission et non de progrès. En 1919, des élites de différents groupes politiques ont appelé à une modernisation en scandant les slogans « M. Science et M. Démocratie » à travers la promotion d’une littérature dédiée à des esprits libres.
Par ailleurs, et contrairement à ce que pense Huttington, les valeurs et les systèmes culturels et religieux ne dissuadent pas les civilisations de s’affronter. Il n’est pas dit que des civilisations qui partagent des valeurs et des identités communes ne sont pas amenées à s’affronter. L’histoire est pleine d’exemples de conflits entre civilisations partageants des identités communes : la guerre entre la Prusse et l’Autriche en 1866, les guerres balkaniques du début du XXe siècle (les Bulgares contre les Serbes), les guerres atroces entre Byzantins et Slaves au Moyen Âge pourtant tous les deux de confession orthodoxe ; la guerre de Crimée (1856), et puis la première et la deuxième guerre mondiale. Plus récemment, il y a eu la guerre Iran-Irak (1980-1988).
A contrario, il y a eu des alliances entre des civilisations n’ayant pas les mêmes caractéristiques culturelles. On peut citer dans ce registre l’Alliance entre François I et Soliman le Magnifique contre les Habsbourg (XVIe siècle) ; l’Alliance entre la France de Richelieu et les Ottomans contre le Saint empire romain germanique (durant guerre de trente ans); le soutien de la France (puissance catholique) aux protestants contre Ferdinand II (empereur catholique) durant la guerre de trente ans jusqu’à 1648 et l’Alliance entre la Turquie, la Grande Bretagne et la France contre la Russie durant la guerre de Crimée.
Il y a eu même l’échec de tentatives pour créer des alliances entre des pays partageant la même culture comme l’Alliance « teutonique » entre la Grande Bretagne, l’Allemagne et les Etats-Unis préconisée en 1899 par Joseph Chamberlain. Finalement, Huntington a abordé le choc des civilisations en termes d’histoire des cultures (approche culturaliste) et non pas en termes d’histoire stratégique, ce qui est rédhibitoire et antihistorique.
Alors que la théorie du choc des civilisations ne reflète pas nécessairement l’histoire des relations internationales et celle des civilisations, voilà que Zemmour veut l’appliquer à un pays comme la France. Il considère qu’il y a un choc des civilisations entre français de souche et musulmans dans un seul pays et dans une même civilisation, ce qui n’a rien à avoir avec un choc entre des civilisations.
A vrai dire, il considère les musulmans de France comme les agents d’une civilisation expansionniste et dominatrice. C’est une conjecture qui est simpliste puisque comme le dit Onfrey, il y a une diversité de communautés musulmanes en France qui ne sont pas représentatives d’une civilisation externe.
Même s’il y a des influences et des intérêts partagés, il n’en demeure pas moins qu’il y a des rivalités entre les pays musulmans eux-mêmes qui ne sont pas de nature à rapprocher les membres de la communauté musulmane au sein d’une seule et unique communauté civilisationnelle.
Malheureusement, Zemmour ne s’arrête pas à ce constat sur le choc des civilisations, il reprend la grille d’analyse de Lewis et évoque un reflux de l’histoire propulsé par la démographie qui est galopante en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne et qui risque de renverser la civilisation occidentale et la France en particulier. Il est donc primordial pour lui de mettre fin à l’immigration (aussi bien légale qu’illégale).
Il y a comme une confusion entre le débat civilisationnel et le débat technique sur l’immigration. Or, l’immigration et l’assimilation ne sont pas la même chose. Zemmour y ajoute la stigmatisation outrancière des musulmans.
Soyons plus clairs : Il y a des années que les administrations françaises luttent contre l’immigration clandestine et même légale et contre les fraudes et toutes sortes d’activités illicites concernant l’immigration. La France a déjà arrêté l’immigration depuis des années. Il y a juste quelques aménagements temporaires en raison de situations particulières. Si Zemmour parle d’un durcissement supplémentaire, son discours pourrait s’arrêter là. Or, il lui ajoute des choses effroyables comme la francisation des prénoms des enfants, la suppression de l’aide au développement destinée aux pays maghrébins pour je ne sais quelle raison (cette mesure n’a rien à avoir avec la lutte contre l’immigration. Bien au contraire, elle la complique). Je pense que son problème c’est avec l’Islam selon une logique d’extrême-droite et d’un nouveau type de nationalisme civilisationnel.

Islam et islamisme

Onfrey trace une ligne de démarcation nette entre l’Islam et l’islamisme, une démarche assez pédagogique et salutaire. Il précise qu’il y a des versets qui reflètent les bons sentiments moraux et qu’il est très difficile de parler de versets médinois et mecquois car une telle distinction est une invention de l’orientalisme allemand. Il est souhaitable de creuser davantage cette idée en mettant de l’ordre dans ce que nous disons sur le Coran.
Les versets du Coran reflètent une grande esthétique qui dépasse de loin l’art poétique comme l’atteste ce verset 74 de la sourate Al baqara « Puis, et en dépit de tout cela, vos cœurs se sont endurcis ; ils sont devenus comme des pierres ou même plus durs encore ; car il y a des pierres d’où jaillissent les ruisseaux, d’autres se fendent pour qu’en surgisse l’eau, d’autres s’affaissent par crainte d’Allah. Et Allah n’est certainement jamais inattentif à ce que vous faites ».
Dans ce verset, la comparaison entre les cœurs des mécréants à des pierres tout en relativisant la dureté des pierres en évoquant les ruisseaux qui peuvent en jaillir reflète une très belle image esthétique.
Il y a aussi des versets eschatologiques sublimes : « Ô Marie ! dirent-ils, “tu as accompli une chose monstrueuse. [Marie] fit un signe vers [l’enfant], … “comment”, dirent-ils, “parlerions-nous à un enfançon qui est au berceau ? “. Mais [l’enfant] a dit : Je suis serviteur d’Allah. … Il m’a donné l’Ecriture et m’a fait Prophète. Que le salut soit sur moi le jour où je naquis … le jour où je mourrai et le jour où je serai rappelé vivant”. Dans ces versets, il y a l’évocation d’un miracle. Jésus a parlé alors qu’il était un enfant au berceau. Ensuite, ce qu’il a dit récapitule en une phrase toute sa vie et toute sa mission.
Le Coran est un Livre de Dieu destiné à la prophétie et au salut des musulmans et de toute l’humanité. Il y a des versets qui le démontrent comme ceux-ci : « Mais ils dirent : Voilà plutôt un amas de rêve. Ou bien il l’a inventé. Ou c’est plutôt un poète » ; « Le Coran] n’est pas la parole d’un poète, mais vous ne croyez que rarement». Ces versets sont venus réfuter les allégations des premiers adversaires de l’Islam, les qurayshites qui considéraient les versets du Coran comme des paroles inspirées par le génie des poètes.
Ensuite, il y a une robustesse et une cohérence du discours divin renfermé dans le Coran qui reflètent l’unicité divine. Le discours divin est lié à la transcendance et à l’infini contrairement au discours scientifique basé sur l’individualité de l’entendement humain qui est finie et limitée.
Certains scientifiques et philosophes ont compris toute la portée de cette différence en admettant que c’est la puissance divine, transcendante et infinie, qui permet d’expliquer les fondements mêmes de la pensée humaine qui ne peut à elle seule rencontrer l’infini.
Nous pouvons juste donner deux exemples qui sont tirés de l’expérience scientifique particulièrement édifiante de deux savants, Gorge Cantor et Isaac Newton. Le premier a découvert que l’existence des nombres infinis engendre des contradictions mathématiques au point de provoquer un effondrement des mathématiques et de la logique. La seule solution pour lui d’éviter ces contradictions est de reconnaitre l’existence d’une super-infinité qui est Dieu.
Newton a rencontré une difficulté similaire pour comprendre pourquoi les planètes ne s’écrasent pas entre elles en raison de la force de la gravitation et pour expliquer le caractère fixe et immuable de l’espace et du temps absolus. C’est l’existence de Dieu qui permet, selon lui, de résoudre les difficultés inhérentes à ces concepts scientifiques.

Par conséquent, la pensée humaine est inexorablement limitée pour prétendre décortiquer et d’interpréter la parole divine présentée dans le Coran sans l’aide de cette parole divine et en recourant seulement aux outils de la science moderne. Contrairement à tous les discours humains dans le monde moderne marqués par le doute et le relativisme, la cohérence et la robustesse du Coran sont immunisés contre toute tentative d’interprétation hasardeuse.
La robustesse du texte coranique est le corollaire de l’assurance divine de son intégrité. Voici un verset qui montre que l’homme est porté vers des interprétations hasardeuses alors que le texte coranique est robuste et cohérent : « C’est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s’y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d’autres versets qui peuvent prêter à d’interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l’égarement, mettent l’accent sur les versets à équivoque cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n’en connaît l’interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent : « Nous y croyons : tout est de la part de notre Seigneur !» Mais, seuls les doués d’intelligence s’en rappellent ».
Malgré la richesse de son contenu et la complexité de son articulation, le texte coranique est cohérent et nous pouvons en tirer les axes majeurs de l’enseignement qu’il porte et que nous pouvons résumer :
– Une stricte moralité qui régit le comportement du Musulman qui doit ordonner le bien et interdire le mal et poursuivre la justice et la charité. Le premier devoir du Musulman est de croire en Dieu et de ne reconnaître aucun associé : « Et lorsque Luqmân dit à son fils tout en l’exhortant : « O mon fils, ne donne pas d’associé à Allah, car l’association à [Allah] est vraiment une injustice énorme. Nous avons commandé à l’homme [la bienfaisance envers] ses père et mère ; sa mère l’a porté [subissant pour lui] peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans. « Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination ». « O mon enfant accomplis la Salât, commande le convenable, interdis le blâmable et endure ce qui t’arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise ! Et ne détourne pas ton visage des hommes, et ne foule pas la terre avec arrogance : car Allah n’aime pas le présomptueux plein de gloriole».

  • Une transcendance spirituelle et eschatologique qui fait connaitre Dieu aux hommes et leur commande une obéissance absolue : « Et c’est devant Allah que se prosterne tout être vivant dans les cieux, et sur la terre ; ainsi que les Anges qui ne s’enflent pas d’orgueil » « A Allah appartient la royauté des cieux et de la terre. Il donne la vie et Il donne la mort. Et il n’y a pour vous, en dehors d’Allah, ni allié ni protecteur ». « Votre Seigneur est, Allah qui créa les cieux et la terre en six jours, puis S’est établi « Istawâ » sur le Trône, administrant toute chose. Il n’y a d’intercesseur qu’avec Sa permission. Tel est Allah votre Seigneur. Adorez-Le donc. Ne réfléchissez-vous pas ? ». « Mais ils ne se rappelleront que si Allah veut. C’est Lui qui est Le plus digne d’être craint ; et c’est Lui qui détient le pardon » ; « Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent »
  • Un discours historique qui montre à l’homme une origine étroitement liée à la transcendance divine et qu’il est le fils d’Adam. Cette origine permet la reconnaissance des fils d’Adam à la fin des temps. Ce discours historique fait référence également à la vie des autres prophètes de Dieu : « Et quand ton Seigneur dit aux anges : « Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges : « Je vais établir sur la terre un vicaire « Khalifa ». Ils dirent : « Vas-Tu y désigner un qui y mettra le désordre et répandra le sang, quand nous sommes là à Te sanctifier et à Te glorifier ?» – Il dit : « En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas !» ».
    « Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d’Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes : « Ne suis-Je pas votre Seigneur ?» Ils répondirent : « Mais si, nous en témoignons…» – afin que vous ne disiez point, au Jour de la Résurrection: «Vraiment, nous n’y avons pas fait attention» . « Nous avons déjà apporté à Moïse et Aaron le Livre du discernement (la Thora) ainsi qu’une lumière et un rappel pour les gens pieux, qui craignent leur Seigneur malgré qu’ils ne Le voient pas, et redoutent l’Heure (la fin du monde). Et ceci [le Coran] est un rappel béni que Nous avons fait descendre. Allez-vous donc le renier ?
    En effet, Nous avons mis auparavant Abraham sur le droit chemin. Et Nous en avions bonne connaissance».
  • Un humanisme unique en son genre. Ce verset exprime pleinement un humanisme d’origine transcendantale d’une pureté absolue qui n’a pas d’égale dans ce bas-monde : « Pense-t-il que personne ne pourra rien contre lui ? Il dit : « J’ai gaspillé beaucoup de biens ». Pense-t-il que nul ne l’a vu ? Ne lui avons Nous pas assigné deux yeux, et une langue et deux lèvres ? Ne l’avons-Nous pas guidé aux deux voies. Or, il ne s’engage pas dans la voie difficile ! Et qui te dira ce qu’est la voie difficile ?
    C’est délier un joug [affranchir un esclave], ou nourrir, en un jour de famine, un orphelin proche parent ou un pauvre dans le dénuement. Et c’est être, en outre, de ceux qui croient et s’enjoignent mutuellement l’endurance, et s’enjoignent mutuellement la miséricorde».
  • Une vision du salut qui promet au Musulman le Paradis et lui enseigne comment éviter l’Enfer. Ces deux lieux ultimes pour la destinée humaine sont décrits de manière assez détaillée dans le texte coranique : « Quand l’événement (le Jugement) arrivera, nul ne traitera sa venue de mensonge. Il abaissera (les uns), il élèvera (les autres). Quand la terre sera secouée violemment, et les montagnes seront réduites en miettes, et qu’elles deviendront poussière éparpillée alors vous serez trois catégories : les gens de la droite – que sont les gens de la droite ? Et les gens de la gauche – que sont les gens de la gauche ? Les premiers (à suivre les ordres d’Allah sur la terre) ce sont eux qui seront les premiers (dans l’au-delà) Ce sont ceux-là les plus rapprochés d’Allah dans les Jardins des délices, une multitude d’élus parmi les premières [générations], et un petit nombre parmi les dernières [générations], sur des lits ornés [d’or et de pierreries], s’y accoudant et se faisant face».
  • Une cosmogonie qui rappelle au Musulman comment Dieu a crée l’Univers. Une telle création ne souffre d’aucune possibilité de réfutation : « Dis : « Renierez-vous [l’existence] de celui qui a créé la terre en deux jours et Lui donnerez-vous des égaux ? Tel est le Seigneur de l’univers, c’est Lui qui a fermement fixé des montagnes au-dessus d’elle, l’a bénie et lui assigna ses ressources alimentaires en quatre jours d’égale durée. [Telle est la réponse] à ceux qui t’interrogent. Il S’est ensuite adressé au ciel qui était alors fumée et lui dit, ainsi qu’à la terre : « Venez tous deux, bon gré, mal gré ». Tous deux dirent : « Nous venons obéissants ». Il décréta d’en faire sept cieux en deux jours et révéla à chaque ciel sa fonction. Et Nous avons décoré le ciel le plus proche de lampes [étoiles] et l’avons protégé. Tel est l’Ordre établi par le Puissant, l’Omniscient».
  • Une explication « finaliste » et trans-scientifique d’une partie de la création comme utile à l’homme.
    On entend par trans-scientifique, un dépassement de la science puisque cette dernière ne peut pas comprendre que certaines choses de la nature ont été crées pour l’homme. La science rejette le finalisme en nous montrant une existence gratuite, sans finalité et sans essence de l’Univers : « C’est Lui qui, du ciel, a fait descendre de l’eau qui vous sert de boisson et grâce à laquelle poussent des plantes dont vous nourrissez vos troupeaux. D’elle, Il fait pousser pour vous, les cultures, les oliviers, les palmiers, les vignes et aussi toutes sortes de fruits. Voilà bien là une preuve pour des gens qui réfléchissent. Pour vous, Il a assujetti la nuit et le jour ; le soleil et la lune. Et à Son ordre sont assujetties les étoiles. Voilà bien là des preuves pour des gens qui raisonnent.
    Ce qu’Il a créé pour vous sur la terre a des couleurs diverses. Voilà bien là une preuve pour des gens qui se rappellent. Et c’est Lui qui a assujetti la mer afin que vous en mangiez une chair fraîche, et que vous en retiriez des parures que vous portez. Et tu vois les bateaux fendre la mer avec bruit, pour que vous partiez en quête de Sa grâce et afin que vous soyez reconnaissants. Et Il a implanté des montagnes immobiles dans la terre afin qu’elle ne branle pas en vous emportant avec elle de même que des rivières et des sentiers, pour que vous vous guidiez, ainsi que des points de repère. Et au moyen des étoiles [les gens] se guident. ». Il y a aussi une référence à la théorie du dessin intelligent.
    L’infaillibilité du texte coranique s’accompagne de l’infaillibilité de la création divine : « Vous ne verrez pas le moindre défaut dans la création du Miséricordieux. Tournez vos yeux : Y détectez-vous la moindre faille ».
    Ces axes représentent à eux seuls des mondes ontologiques et spirituels qui ne se contredisent pas entre eux. La cohérence du texte coranique est complète et ne souffre d’aucune incertitude. La Parole Divine est permanente et transcendantale et elle embrasse tous ces axes majeurs de la révélation coranique. Le fait que nous ayons pu résumer tous les axes du texte coranique sans prétendre à aucune exhaustivité reflète sa robustesse et la solidarité entre ces différentes séquences (moralité religieuse, transcendance spirituelle, discours historique, l’humanisme, discours du salut, cosmogonie) tout en étant autonomes.
    Ces séquences ne sont pas fragmentées au hasard tout au long du texte coranique. Elles sont au contraire bien ajustées pour offrir au croyant une praxis, une voie à suivre et un tableau cohérent de l’existence du monde et de sa propre destinée. Par ailleurs, ces séquences eschatologiques sont complètement intelligibles sans l’aide d’aucun instrument cognitif ou une théorie moderne. Une lecture pieuse de ce texte ne peut supporter une analyse critique ou des interprétations hasardeuses qui ne reposeraient pas sur la révélation coranique elle-même.
    Nous avons seulement montré ce qu’il y a d’important dans le texte coranique en apportant une contribution qui va dans le sens de ce qu’a dit Onfrey mais avec une précision de taille : la république ne peut pas prélever ce qu’elle veut dans le Coran parce que dans ce domaine elle a affaire à Dieu lui-même puisque la révélation est la parole ex-abrupto de Dieu. Il suffit juste d’admirer la beauté, l’eschatologie, l’esthétique, les discours moral, historique, cosmogonique et trans-scientifique du Coran en admettant la richesse de l’Islam abstraction faite des faits et gestes des individus et d’accepter l’Islam comme l’une des religions nationales de France.

 

L’hostilité de Zemmour envers l’Europe : ignorance de l’histoire de l’équilibre des forces

Le petit cours d’histoire donné par Zemmour sur la défaite de la France en 1870 devant la Prusse qui contraste avec toutes les victoires des Anglais sur le continent est un peu court. En réalité, la Grande-Bretagne a pratiqué pendant des siècles une politique d’équilibre des forces sur le continent, seule à même de protéger son territoire et empêcher une puissance hégémonique de dominer l’Europe et de menacer l’indépendance de l’Angleterre. A vrai dire, c’était la seule politique réaliste et possible dans un monde anarchique et dangereux. Ce fut le cas lorsque Louis XIV a lancé ses campagnes militaires sur les Flandres et lorsque Napoléon Bonaparte a lancé sa grande armée contre l’Autriche, la Prusse et la Russie.
Lors de la réunification de l’Allemagne en 1871, la France n’a pas opté pour une politique de ce genre (équilibre des forces). Bien au contraire, Napoléon III a fait la guerre à l’Autriche pour aider l’Italie à se réunifier, au lieu d’empêcher l’Allemagne de se réunifier. Il est vrai que l’Allemagne ainsi devenue la plus grande puissance en Europe ne pouvait plus être vaincue par un seul pays ou une petite coalition, ce qui a amené finalement la Grande-Bretagne à rompre avec sa vieille et belle recette « diviser pour régner » et à rejoindre une grande coalition militaire (avec la Russie et la France) contre l’Allemagne, ce qui a provoqué la première guerre mondiale (1914-1918).
L’invasion de la France et de presque toute l’Europe par l’Allemagne hitlérienne (1939-1940) n’a été que la continuation de cette politique désastreuse des coalitions. Après la libération de l’Europe, les Européens sages et démocrates ont compris que seule une Union des nations européennes pouvait prévenir des guerres meurtrières en Europe dans un contexte marqué par l’inefficacité de l’équilibre des forces et l’apparition sur la scène mondiale de superpuissances océaniques et continentales (États-Unis et Union Soviétique).
Seule une Europe Unie pouvait exister, s’exprimer et garantir la paix en Europe. Malheureusement pour l’Europe de la défense, le vieux vestige de la guerre froide entre les deux superpuissances n’a pas disparu.
De même les ennemis d’hier ne sont pas vraiment les amis d’aujourd’hui (Etats-Unis et Russie). A cela s’ajoute l’apparition sur la scène mondiale d’une nouvelle superpuissance, la Chine.
Le Royaume-Uni après le Brexit a toujours le souvenir, même de manière inconsciente, de l’équilibre des forces qui devrait être remis au goût du jour si les choses vont se gâter. A cela s’ajoute, l’esprit insulaire caractéristique des Anglais. Zemmour prétend que la France est isolée aujourd’hui et garde le souvenir de sa défaite face à l’Allemagne. Elle devrait, selon lui, sortir de l’Union européenne pour gagner en puissance, chercher de nouveaux alliés, etc. dans le cadre d’un Frexit. Mais une telle stratégie est illusoire car seule une Europe unie pourrait défendre le continent européen. La France toute seule ne pourra pas. Zemmour marche à courant de l’histoire.
Quant à l’idée d’une Europe civilisationnelle de l’Atlantique à l’Oural célébrée par Onfray c’est plus une utopie car elle ne tient pas compte de la fierté et de l’identité de nations.

Conclusion : quel avenir pour la France avec l’extrême-droite

On voit bien qu’après cette longue analyse que Zemmour est un nationaliste d’extrême-droite et islamophobe qui pointe vers des adversaires qui sont loin d’être des adversaires. La vision d’extrême-droite de Zemmour se heurte à l’héritage occidental en plus du principe que nous aspirons à instaurer qui est celui de la diversité et du droit à la différence.
Dans un livre intitulé “La fin de l’histoire et le dernier homme” (1992) Francis Fukuyama lance l’idée qu’il n’existe plus d’alternative à la démocratie libérale et il veut démontrer que l’évolution de l’histoire universelle conduit inexorablement à cette idéologie qui devient ainsi la forme politique ultime de l’humanité.

Selon lui, ce sont le capitalisme et la liberté de pensée qui maintiennent les Etats dans la course scientifique et technique.

Pour démontrer un tel processus historique, Fukuyama propose une exégèse philosophique en s’inspirant de la philosophie de Hegel qui à travers la dualité homme-esclave énonce que le but ultime de l’individu n’est autre que la reconnaissance. Pour lui, seule la démocratie libérale parvient à satisfaire ce désir de reconnaissance en établissant l’égalité de tous et l’abolition des maîtres despotiques. Il ne reste plus que la politique pour assouvir ce désir. Le système capitaliste protégé et promu par la démocratie libérale permet de créer des générations satisfaites de leur ego et de leur statut social qui seront ainsi dissuadés de verser dans une carrière politique manifestement dangereuse et incertaine. La crainte de Fukuyama se réalise avec le cas Zemmour.
Par ailleurs, si Fukuyama a raison, que reste-t-il alors à la France avec le discours et le programme de Zemmour ? Ni liberté de pensée puisque les voix des anti-Zemmour sont soit étouffées, soit filtrées par les médias, ni de reconnaissance puisqu’une partie de la population en France est stigmatisée, ni de démocratie libérale puisque les musulmans ne sont pas représentés politiquement en France contrairement à leurs adversaires de l’extrême-droite, ni d’égalité entre tous puisque ce polémiste trace une ligne de démarcation entre musulmans et français. De plus, Zemmour veut que la République soit implacable. Ainsi, il n’y aura plus de démocratie libérale. Onfray a eu raison de dire que si la République devient implacable, s’en est fini de la France.

Rafik Hiahemzizou, Philosophe et essayiste
E-mail : hiahemzizourafik@gmail.com

Lettre d’outre-tombe: Malek Bennabi, l’Homme moderne et la Covid-19

IMG-20211005-WA0002

« Ce qui me surprend le plus chez l’Homme, c’est qu’il perd la santé pour gagner de l’argent et il perd ensuite son argent pour récupérer la santé. A force de penser anxieusement au futur, il ne vit pas au présent et il ne vit donc ni le présent ni le futur. Il vit comme s’il ne devait jamais mourir, et il meurt comme s’il n’avait jamais vécu. » (Auteur inconnu)

L’infiniment petit à l’assaut de l’infiniment vulnérable 

Lorsqu’il s’agit de décrire l’état actuel du monde, un mot clé vient à l’esprit de manière presque automatique. Il s’agit du mot « incertain » ou « incertitude ». Tel qu’il est communément compris, ce concept est souvent associé à notre incapacité de comprendre ce qui se passe et, par conséquent, d’exercer, le cas échéant, un contrôle suffisant sur les événements qui se déroulent ou qui se profilent, ou même sur des événements familiers qui se présentent à nous sous des aspects nouveaux et inconnus. Face à de telles situations inattendues, l’on se retrouve confronté à un sentiment profondément déstabilisant, de faiblesse et d’impuissance, qui conduit généralement à un état de confusion et de désarroi.

Ces traits caractéristiques du monde d’aujourd’hui sont tout sauf nouveaux, mais ils ont été exacerbés par le choc soudain et substantiel infligé à l’ordre mondial par la pandémie de la Covid-19 apparue à la fin de l’année 2019.

A ce jour, cette terrible pandémie a affecté plus de deux cents millions de personnes dans le monde, a coûté la vie à plusieurs millions d’autres et provoqué des ravages socio-économiques dans le monde entier, engendrant ainsi une inquiétude croissante quant à la durabilité d’un ordre international conçu, façonné et érigé dans une large mesure par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale.

Cet ordre a connu une érosion constante et est aujourd’hui brutalement remis en question. C’est le moins que l’on puisse dire. Le théoricien politique de l’université de Stanford et auteur du best-seller La fin de l’histoire et le dernier homme, Francis Fukuyama, avoue n’avoir « jamais vu une période où le degré d’incertitude quant à l’aspect politique que prendra le monde de demain est plus grand qu’aujourd’hui ».

La gestion chaotique des efforts de lutte contre cette pandémie, tant dans les pays développés que dans ceux en développement, a mis en lumière des questions fondamentales sur la compétence des gouvernements, la montée du nationalisme populiste, la mise à l’écart de l’expertise, le déclin du multilatéralisme et jusqu’à l’idée même de « démocratie libérale ».

Pourtant, cette crise majeure n’est pas intervenue sans signes avant-coureurs ni avertissements. De fait, une année entière avant l’apparition de la pandémie, plus précisément le 9 novembre 2018, le Secrétaire général des Nations Unies, M. Antonio Guterres, a prononcé un discours pour le moins prémonitoire lors d’un débat ouvert du Conseil de sécurité intitulé « Renforcement du multilatéralisme et rôle des Nations Unies ». Il est intéressant de noter que cet événement a eu lieu quelques jours seulement avant la commémoration du 100ème anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, un conflit qui fut une tragédie planétaire colossale et un effrayant présage des décennies sanglantes qui allaient suivre.

Dans ce discours qui sonnait comme à un appel urgent à la vigilance, M. Guterres a déclaré que les efforts multilatéraux étaient mis à rude épreuve, dans un contexte caractérisé, entre autres, par la multiplication des conflits, la progression du changement climatique, l’aggravation des inégalités et l’augmentation des tensions commerciales, sans parler de la permanence du risque de prolifération des armes de destruction massive et des dangers potentiels liés aux nouvelles technologies.

En conséquence, l’anxiété, l’incertitude et l’imprévisibilité augmentent dans le monde entier, la confiance est en déclin au sein des nations et entre elles, et les gens perdent confiance dans les institutions politiques, tant au niveau national que mondial. Soulignant que du fait de ces évolutions négatives, des idéaux et des efforts importants ont été sapés et des institutions clés ont été malmenées, le Secrétaire général a observé qu’il semble souvent que plus la menace est globale, moins nous sommes capables de coopérer. Il a donc tiré la sonnette d’alarme de cette situation périlleuse face à la montée de défis globaux pour lesquels des approches globales sont essentielles et urgentes.

Face à un contexte aussi difficile, M. Guterres ne voit pas de meilleure solution que le retour à la coopération internationale au sein d’un système multilatéral réformé, revigoré et renforcé ; un système qui doit être davantage mis en réseau aux niveaux régional et international et plus inclusif, grâce à des liens plus étroits avec la société civile et les autres parties prenantes afin d’être mieux adapté et outillé pour garantir la paix et la prospérité pour tous sur une planète saine.

Hélas, plus de deux ans après ce discours sage et visionnaire, le monde est encore loin d’avoir atteint les objectifs escomptés visant à renforcer le multilatéralisme et mieux défendre ainsi la sécurité collective et le bien-être des citoyens du monde. De même, aucun changement significatif n’est intervenu au sein du Conseil de sécurité, devant lequel M. Guterres a exposé son plan. En tant qu’organe diplomatique le plus puissant du monde, il continue de se trouver au cœur de la politique mondiale. Toutefois, et bien qu’il n’y ait pratiquement aucune limite à son autorité, sa performance globale, hormis concernant la raison même de son existence, à savoir la préservation des intérêts et de la paix entre ses cinq membres permanents dotés du droit de veto, il a maintes fois anéanti l’espoir de la communauté internationale de construire un monde plus pacifique, plus juste et plus prospère.

Compte tenu de la gravité des défis mondiaux, rendus encore plus pressants par les implications géopolitiques, économiques et sociales de la pandémie de la Covid-19, les décideurs devraient réfléchir à la manière de faire de cette crise mondiale aiguë une opportunité de changement positif. Pour reprendre les mots de Noam Chomsky, l’un des intellectuels publics les plus éminents de notre époque, « nous devons nous demander quel monde sortira de cette crise » et « quel est le monde dans lequel nous voulons vivre ».

Malek Bennabi ou le retour posthume du visionnaire 

Cette question ô combien lancinante a été examinée avec brio, selon une perspective islamique, par l’un des plus grands penseurs des temps modernes, l’Algérien Malek Bennabi.(1)  De tous les écrits, de plus en plus nombreux, que nous avons pu consulter, nous n’avons pas trouvé meilleurs présentation et hommage à la pensée de cet érudit exceptionnellement visionnaire que celle de Muhammad Adnan Salim (2). Comme lui, nous sommes convaincus que le moment est venu de traduire dans les faits la pensée éclairée de Malek Bennabi en matière de renaissance civilisationnelle, tout comme est arrivé l’instant historique propice pour sa relance. En cet âge de mondialisation et d’explosion du savoir, la conscience de l’Homme est prête à s’en saisir et l’histoire humaine est de plus en plus disposée à l’accueillir.

Nous sommes conscients aujourd’hui de la grande responsabilité qui est la nôtre vis-à-vis de cet instant historique favorable et de la nécessité de faire sortir la pensée de Malek Bennabi des tours d’ivoire où les élites intellectuelles l’ont confinée, en la fredonnant vainement. Il faut impérativement la placer entre les mains des gens ordinaires dans la société. Car la parole est dépourvue de toute force si elle reste enfermée dans une tour et ne circule pas parmi les gens, dans les lieux publics et dans les marchés. Elle ne peut passer de la théorie à la pratique que si ses valeurs pénètrent la conscience des Hommes et s’installent dans leur être pour se réaliser ensuite dans leur comportement et dans leur travail. Sauf à être ainsi, la parole demeure un simple phénomène vocal, susceptible même d’être abhorrée par Dieu, comme énoncé dans le verset coranique « C’est une grande abomination auprès de Dieu que de dire ce que vous ne faites pas »(3).

Comme l’affirmait Malek Bennabi, ce qui est requis aujourd’hui ce n’est pas de défendre l’authenticité de l’Islam, mais tout simplement de lui restituer son efficacité en faisant actionner ses forces productives. La phase de transition que vit l’humanité à l’heure actuelle au moment où elle semble se détourner des nationalismes antagonistes pour s’orienter vers l’idée d’universalisme, ne peut être menée à bien sans le Musulman. Car c’est dans la conscience du Musulman que s’est ancrée l’unicité du genre humain en ne laissant guère de place pour la discrimination raciale, ainsi qu’affirmé dans le Saint Coran : « Ô Hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur »(4), et confirmé par le Prophète Mohamed : « Vous êtes tous issus d’Adam et Adam est fait d’argile ». Dans la conscience du Musulman se sont également solidement établies des valeurs absolues de droit, de bien, de justice et d’égalité, en ne laissant nulle place pour l’égoïsme et la duplicité.

Dans cette situation critique où l’Homme passe de l’ère de l’économie industrielle à celle de l’économie du savoir, nous n’avons d’autre choix que d’entrer de plain-pied dans cette phase transitoire et y assumer un rôle actif. Sans les Musulmans, l’Homme ne pourra prendre ce tournant et déboucher sur le droit chemin en toute sécurité et poursuivre son effort en vue d’arriver à la Vérité suprême qu’est Dieu. En effet, ne voyons-nous pas clairement le monde trébucher, regardant les choses d’un seul œil tel un borgne, marchant sur un seul pied tel un boiteux, aux prises avec ses errements tel un égaré dans un désert s’orientant sans boussole ni guide ?

Au milieu du siècle passé, Malek Bennabi a constaté la crise de la civilisation occidentale, son aboutissement à une impasse et la perte des motivations de son existence ; tout comme il a compris que cette civilisation avait besoin de l’Islam pour corriger son orientation. Il a constaté aussi que le Musulman contemporain n’était en rien capable de porter assistance à la civilisation occidentale car, dit-il, « l’eau qui coule à un niveau inférieur ne peut irriguer une terre desséchée si elle n’est pas en mesure de remonter à un niveau qui lui soit supérieur ».

Concluant que la crise du Musulman se résume à une crise de sa propre civilisation, Bennabi traça à celui-ci les grandes lignes du rôle attendu de lui dans le dernier tiers du XXe siècle, en avertissant que les vents de la civilisation se détourneront de lui s’il ne remédie pas à ses lacunes suivant la loi coranique « Et si vous vous détournez, Il vous remplacera par un peuple autre que vous, et ils ne seront pas comme vous »(5).

Assurément, le monde musulman n’a pas été capable, à ce jour, de répondre aux aspirations de Malek Bennabi. Il n’a pas avancé d’un iota à cet égard et se trouve aujourd’hui confronté à des défis majeurs qui le menacent dans son existence même; qui le sous estiment au point de l’ignorer; qui se moquent de lui au point de le ridiculiser; qui exigent tellement de lui qu’il en devient un subordonné; qui le traitent comme un mineur ne sachant pas gérer ses affaires; qui exercent sur lui la tutelle d’un maître tyrannique aspirant à mettre la main sur ses ressources et ses richesses, à oblitérer son identité, à le séparer de son environnement, à couper ses liens avec son histoire, à marginaliser sa langue, à abâtardir ses valeurs, à dilapider son héritage, à hébéter ses émotions, à lui faire ignorer son appartenance, à effacer sa mémoire, à le faire fondre dans un moule qui n’est pas le sien, à occuper ses terres, à exiler ses enfants et à implanter des éléments étrangers dans son corps en vue de remplacer le nom « monde musulman », son appellation historique dont il continue d’être fier, par les noms de « Grand Moyen-Orient » selon le projet américain, ou de « Partenariat euro-méditerranéen » selon le projet européen.

Des défis de cette ampleur vont-ils réveiller le monde musulman de son sommeil, suivant la loi de l’instant du désespoir citée dans le Saint Coran « Quand les messagers faillirent perdre espoir (et que leurs adeptes) eurent pensé qu’ils étaient dupés, voilà que vint à eux Notre secours. Et furent sauvés ceux que Nous voulûmes. Mais Notre rigueur ne saurait être détournée des gens criminels »(6), ou suivant la théorie du « défi-riposte » chez Arnold Toynbee(7)?

Depuis sa tombe, Malek Bennabi parie sur cet instant historique et espère que le Musulman ne le laissera pas lui filer entre les doigts, profondément convaincu qu’il est que c’est l’Islam qui constitue pour l’humanité le sanctuaire le plus sûr et qui la délivrera de ses souillures qui lui causent aujourd’hui les pires souffrances.

Pour Malek Bennabi, peu importe que les vents de la délivrance soufflent de l’Orient ou de l’Occident, car cette délivrance est un don de Dieu pour l’humanité tout entière.

C’est essentiellement sur cette toile de fond que nous tenterons, dans les chapitres qui suivent, d’esquisser une mise en perspective des idées-forces contenues dans les deux conférences et dans l’ultime interview données par Malek Bennabi à Damas et Tripoli respectivement,  après avoir accompli son pèlerinage à la Mecque et peu de temps avant sa mort le 31 octobre 1973, et démontrer qu’elles conservent leur entière validité dans le monde d’aujourd’hui, un monde troublé et de plus en plus incertain.

Amir Nour

Amir Nour : Chercheur algérien en relations internationales, auteur du livre « L’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau SykesPicot », publié aux éditions Alem El Afkar, Alger, 2014.

Cette contribution constitue l’introduction du livre d’Amir Nour qui paraîtra prochainement en Algérie aux Éditions Alem El Afkar sous le titre « L’Islam & l’ordre du monde : Le testament de Malek BENNABI ».

Notes :

1 Malek Bennabi (1905 – 1973) est un penseur et écrivain qui avait consacré la majeure partie de sa vie à observer et à analyser l’Histoire pour comprendre les lois générales qui sous-tendent la naissance, l’essor et la chute des civilisations. Il est surtout connu pour avoir inventé le concept de « colonisabilité » (l’aptitude intérieure à être colonisé) et même la notion de « mondialisme ».

2 Penseur musulman syrien, fondateur de la maison d’édition « Dar el Fikr », Beyrouth, Liban.

3 Sourate as-Saff (Les rangs), verset 3.

4 Sourate al-Hujurat (Les appartements), verset 3.

5 Sourate Mohamed, verset 38.

6 Sourate Yousouf, verset 110.

7  Dans son œuvre maîtresse, la monumentale « Etude de l’histoire » en 12 tomes, écrite entre 1934 et 1961 et portant sur la naissance, l’essor et le déclin des civilisations, Toynbee avance une explication basée sur la conception dialectique « défi/riposte ». Dans cette optique, seuls les minorités et les individus créatifs peuvent apporter l’innovation sociale nécessaire à l’adaptation d’une civilisation aux nouveaux défis posés par l’environnement physique et humain.

 

Secrets of bitcoin

244a7e46adabb755b2afa8e86a7bd262pro76

The US Treasury-Fed has billions to launder. Reverse repurchase agreements help with the laundering.

But bitcoin serves a purpose, too.

On three occasions I’ve written about the US Treasury-Fed’s use of bitcoin to sterilize capital and cover its tracks with regard to the many $ black holes it creates.

From Pam and Russ Martens just one example: Three of the Fed’s Wall Street Bailout Programs Vanish from Its Monthly Reports to Congress [link: https://wallstreetonparade.com/2021/08/three-of-the-feds-wall-street-bailout-programs-vanish-from-its-monthly-reports-to-congress/]
But there are many more Fed $ black holes already filled and waiting to be filled. Bitcoin serves. Yes, there are other useful advantages to crypto, such as evasion of US sanctions on monetary transactions. But for the Smartest Guys in the Room (The Desk) that’s not a concern*… compared to laundering billions as the US Treasury-Fed must do.
Doubtful? Read about the Colonial Pipeline affair. Or how the CIA stole billions from the Afghanistan Central Bank and converted those funds to bitcoin: CIA’s Bitcoin Heist https://strategika51.org/2021/09/05/cias-bitcoin-heist/ Surprisingly, the innocents of the Taliban still ask for their funds back. They have no idea how the Evil Monetary Empire truly operates. [ Regarding Afghanistan, for a most concise interpretation of the west’s abject dysfunction: https://www.reuters.com/world/asia-pacific/exclusive-cash-airlifts-planned-bypass-taliban-help-afghans-sources-2021-10-07/ ]

Wall Street bets heavily on bitcoin too. Microstrategy … GBTC Grayscale Bitcoin Trust… Coinbase Global … and many more. Ever heard of CNBC or Bloomberg bagging on crypto? Never. However for the punter, bitcoin is attractive because there is no need for accounting or accountability. Bitcoin lacks taxation enforceability. No 1099 or other reporting is required. What does the IRS say about that? Who cares. Fact is, the Feds… ie OCC – Treasury – Federal Reserve, won’t shut down bitcoin because they cannot, taxable or not. Powers that be could do so in an instant by declaring all interaction with crypto exchanges by US banks to be illegal. But the US government has not done that. Cannot do that. Won’t do that. Bitcoin is just too useful.
China eventually realized that the US is using crypto for nefarious purposes – purposes which also hurt China’s holdings of US debt instruments – and China took action. China made bitcoin illegal to trade there: https://www.bbc.com/news/technology-58678907 Bitcoin fell in price accordingly, but soon rebounded. Illustrating the point that the true use for bitcoin, the real use — ie exterminating inflationary dollars via bitcoin — is useful to the US monetary cabal… not to China.
So what does the above mean? It means that there is a dwindling (real) monetary base from which the Fed-Treasury may work (long story) and bitcoin/crypto might be a good speculation going forward. Because inflationary pressures are not transitory. Because the dollar seems to be heading for a bad place. Because there are too many dollars chasing too few goods and services. Because the US war with China will not be resolved. Because gold and silver are hopelessly gamed by the LBMA-BIS-COMEX-Fed precious metals cartel. As such, crypto should do rather well and better, as the slow-motion train wreck of US global reserve currency moves forward.
Regardless, bitcoin is still by definition.. a scam. Even if a profitable one for some. It’s the same scam people have fallen for generation after generation. It’s a scam Central Banks, the Fed, and Wall Street know well… and it profits them, at least for now.
Maybe it will profit you, too? Enjoy your crypto!

Steve Brown

*truly not a concern at all

 

Une crise à 360°

physical-vector-world-map

Crise avec le Royaume de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord sur fond de Brexit, crise avec les États-Unis d’Amérique suite au torpillage du contrat des submersibles australiens, crise avec  l’Australie, crise sourde avec la Suisse, crise diplomatique bruyante avec l’Algérie suite aux propos de Macron niant l’existence de cette dernière avant 1830, crise avec l’Italie sur  le dossier libyen, crise bruyante avec le Mali sur fond d’échec de l’opération Barkhane dans le format actuel et l’intrusion du groupe PMC Wagner, crise grave avec la Chine suite aux propos belliqueux du ministre Le Drian à l’égard de Beijing, crise avec la République Centrafricaine, crise avec le Rwanda, crispation avec la Turquie et l’Iran…En espace de quelques semaines, la politique étrangère de Paris semble suivre un parcours pour le moins irrationnel, ayant conduit à des convocations et rappels de plénipotentiaires, des actions de représailles redoutables des services de Sa Majesté britannique, la fermeture de l’espace aérien et maritime de l’Algérie aux aéronefs et navires militaires français, à un rapprochement du Mali avec Moscou et à la jubilation du Grand Turc.

L’idéologie pro-européiste a faussé le raisonnement de Paris dans ses relations avec Londres. Menacer les Britanniques et tenter d’exercer sur eux une sorte de chantage en guise de punition pour ce que la France perçoit comme un crime (le Brexit) était la stratégie la plus mauvaise qui soit. Cela ne pouvait que provoquer la Perfide Albion et réveiller cet indomptable esprit de combat britannique qui se manifeste souvent par une extraordinaire capacité de nuisance. Derrière son air de clown (qui déclame néanmoins l’Odyssée d’Homère en Grec ancien), Boris Johnson a démontré la survivance de l’art ancestral du sabotage britannique. La perte d’un important contrat de submersibles pour l’industrie de défense française porte la signature de l’Anglais. Un Anglais tellement brillant en la matière que les Français n’ont même pas pu l’accuser en tant que coupable et se sont rabattus sur une agitation d’image avec le suzerain américain- agitation qui a cessé d’un coup suite à un simple appel téléphonique de Joe Biden à Emmanuel Macron, et avec l’Australie dont les relations avec Paris n’ont jamais figuré sur sa liste de priorité. L’Angleterre est en déclin tout comme la France mais elle a su garder sa légendaire capacité de manipulation. Paris peut continuer à menacer Jersey par des réductions d’énergie électrique ou par des mesures administratives sans fin dans la plus pure tradition eurocrate. Le mal est fait.

Washington ne dispose pas de la finesse pour le mal dont l’Anglais semble naturellement doué. l’Américain fait du bruit et fonce dans le tas sans trop se soucier de la porcelaine. Sa défaite humiliante en Afghanistan (qui est également celle de tous ses alliés) lui a fait perdre un certain confort inhérent à tous seigneur. Washington ne badine pas avec les [grosses] affaires. Le pacte AUKUS était un coup double ( in fine c’est la Chine qui est la cible) et une leçon pour une France qui fait les frais d’un petite intrusion dans le monde anglo-saxon où l’art de vous faire dépouiller est de très haut vol et dépasse de loin les pratiques mafieuses archaïques des latins.

Les Helvètes sont si discrets et peu enclins à s’agiter que Paris n’a rien pu dire en public. Après tout les Suisses, fort jaloux de leur neutralité, ne se laisseront jamais dicter quoique ce soit par la France. Surtout pas le choix d’un système d’arme. Dossier clos.

Comme si tout ceci n’est pas suffisant, Emmanuel Macron a trouvé le temps de provoquer une autre crise diplomatique avec un acteur méditerranéen fort susceptible et bruyant : l’Algérie. Sur fond d’un manque de coopération d’Alger dans l’expulsion de personnes faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français, Paris décide de déclarer une réduction drastique des visas pour les ressortissants de trois pays d’Afrique du Nord (Algérie, Maroc, Tunisie) avec pour référence l’année 2020, l’année COVID-19 durant laquelle les services consulaires français n’avaient délivré presque aucun visa pour ces pays pour cause de fermeture. Une mesure d’annonce destinée exclusivement à un certain électorat en France en prévision des présidentielles de 2022. Alger riposte immédiatement en convoquant l’ambassadeur de France à Alger. Les choses auraient pu s’arrêter à ce point mais le journal Le Monde rapporte des propos attribués à Macron lors d’une rencontre avec les petits-enfants d’acteurs de la Guerre d’Algérie où il aurait affirmé que la reduction de visa visaient les officiels algériens et que le régime algérien “politico-militaire” vivait d’une rente mémorielle basée sur un antagonisme avec la France avant de s’interroger sur l’existence d’une nation algérienne avant 1830. Au passage Macron décoche une critique au Grand Turc. Pour Alger son dernier propos sur l’existence d’une nation algérienne est un élément de propagande usée repris par son entourage et c’est Benalla qui est visé. Cette thèse est aussi celle de certains nostalgiques ultras de l’Algérie française. Alger rappelle son ambassadeur à Paris pour consultation et ferme sans aucun préavis son espace aérien aux aéronefs militaires français puis une journée plus tard les ports aux navires de guerre portant pavillon français. D’un point de vue algérien, les déclarations de Macron sont une erreur monumentale à plus forte raison que la France séquestre 97% des archives historiques algériennes sans aucune possibilité d’accès (les 3% restant à la disposition d’Alger sont également interdites d’accès). Alger se rapproche de l’Italie qui attendait la France au tournant, exerce son influence au Mali où le Premier ministre venait d’accuser Paris de “lâchage” en pleine tribune des Nations Unies et tente de persuader la Tunisie et la Mauritanie de fermer leur espaces aériens respectifs aux aéronefs des Opex françaises au Sahel. À première vue, Macron aurait sous-estimé l’extrême complexité des relations avec l’Algérie mais son attitude est très calculée dans trois directions: le contexte électoral interne d’une France rétive au changement selon ses propres propos (et par conséquent épouser une thématique porteuse par realpolitik) ; prendre position pour une faction dans une lutte interne du pouvoir en Algérie et troisièmement soutenir le Maroc dans sa rivalité avec Alger en reprenant mot pour mot les éléments de langage de la propagande anti-algérienne des factions les plus dures du régime marocain. En gros c’est ce que l’on appelle au Maghreb, “glisser au Hammam”.

Au Sahel, les choses s’annoncent plus difficiles pour Paris. Ce dernier pré-carré colonial de la France est le théâtre d’un conflit de basse intensité que l’approche militaire a aggravé au plus haut point. L’intrusion du groupe PMC Wagner au Mali après la Libye et la république Centrafricaine constitue une nouvelle évolution dans ce qui s’apparente à une stratégie asymétrique et hybride d’acteurs para-étatiques liés à la stratégie de redéploiement russe dans certaines régions du monde. Cette évolution assez surprenante a pris de cours Paris dont le conservatisme stratégique souffre d’une paralysie structurelle imperméable à toute forme de changement.

La Russie n’est pas le seul acteur à s’introduire en Afrique. Le Sahel faisait l’objet d’un intérêt croissant entre Washington et Beijing depuis les années 2003-2005. La Turquie est le dernier acteur à s’introduire en Afrique à travers la Libye, un portail qui lui ouvre de grandes perspectives en Afrique occidentale.

En fin de compte, la politique étrangère suivie par Paris ressemble de plus en plus à celle de la Turquie il y a quelques années lorsque celle-ci s’est retrouvée en crise avec l’ensemble de ses voisins alors qu’elle préconisait une politique de 0 ennemi. En réalité la France n’arrive plus à assimiler les évolutions d’un monde aux contours changeants et mouvants. Les élites au pouvoir semblent obsédés par des échéances électorales dont le cadre et l’enjeu demeurent figées comme un bas-relief égyptien antique. Macron semble ne pas supporter une probable rivalité d’un prétendant descendant des juifs barbaresques de l’ancienne Régence d’Alger ou Al-Djezaïr (un comble!) avec laquelle la France était alliée depuis le temps de François Ier. Cette Régence qui a mal accueilli un navire français venu lui annoncer la Révolution française et le changement du pavillon du Roi par la cocarde tricolore en 1792 car les Algériens estimaient à l’époque qu’il n’y avait aucun bien à attendre d’une populace qui décapite son Roi (Louis XVI). Macron en tant que président de la République française en 2021 a t-il accès aux archives historiques? Une rumeur persistante fait état du contraire puisque cet accès est interdit même aux Chefs de l’État en France. Qui gouverne réellement en France? Personne n’est en mesure de répondre à cette question. Comme dans d’autres pays, le président n’est qu’un figurant d’un système opaque basés sur des réseaux secrets. Trump en a fait les frais lorsqu’il fut coupé en pleine conférence de presse avant de se faire bannir des réseaux sociaux. Tout pouvoir est un mystère. C’est une crise à 360° causée en partie par des castes avides ayant substitué le concept de nation à celui de coteries mafieuses et corrompues visant le profit et rien que le profit. Ces castes sont capables de provoquer un génocide pour sauvegarder leurs intérêts et leur statut (comme cela c’est passé en Algérie entre 1861 et 1961). Les peuples ne comptent pas. Ce sont des légions d’esclaves plus ou moins consentants et conscients de leur servitude à un système basée sur le vol et la prédation. Macron peut se reconvertir en influencueur sur le réseau chinois Tik-Tok, il n’y changera rien. Son monde vient de mourir en Afghanistan sans qu’il en soit pleinement conscient.

 

 

 

 

 

Ordre mondial et ordre du monde: une vue rétroprospective

80

« L’Islam a commencé comme un étranger et il redeviendra étranger comme il l’a été au début. Bienheureux seront alors les étrangers » (Hadith)

Au commencement était Westphalie

Afin de planter comme il se doit le décor du sujet qui est le nôtre ici, celui de l’ordre du monde tel qu’il était perçu par le regretté Malek Bennabi (1), il convient de procéder à une nécessaire clarification des concepts clés en la matière.

De fait, dans la foisonnante littérature sur les relations internationales, notamment en langue française, le qualificatif « international », « mondial » ou « planétaire » est rarement expliqué de manière ssatisfaisante

Comme le souligne Gilles Bertrand (2), l’usage indifférencié de l’un ou de l’autre de ces adjectifs laisse penser qu’ils seraient interchangeables, sans réelle signification donc pour la science politique. Il n’en est rien puisque pour de nombreux auteurs comme lui, cet usage traduit l’appartenance à telle ou telle école de pensée des relations internationales, une perception du monde particulière et une analyse différente de l’ordre dans la politique mondiale.

Le dictionnaire de l’Académie française définit l’ordre comme étant « un arrangement, une disposition régulière des choses les unes par rapport aux autres ; une relation nécessaire qui règle l’organisation d’un tout en ses parties ». En réalité, les notions d’ordre et de désordre relèvent du discours pratique, éthique, politique, voire mythique et religieux. Du point de vue philosophique, selon le Professeur Bertrand Piettre (3), ces notions semblent être plus normatives que descriptives et avoir plus de valeur que de réalité. Ainsi, le terme « ordre » est entendu au moins en deux sens contradictoires : ou bien l’ordre est pensé comme finalisé, comme réalisant un dessein, poursuivant une direction et faisant ainsi sens ; le désordre se définit alors par l’absence d’un dessein intelligent. Ou bien l’ordre est pensé comme structure stable ou récurrente et, par-là, reconnaissable et repérable, comme disposition constante et nécessaire ; mais comme tel, il peut apparaître totalement dépourvu de finalité et de dessein. Le désordre alors n’est pas pensé comme ce qui est dépourvu d’une finalité, mais comme ce qui apparaît dépourvu de nécessité.

Ces deux sens, explique-t-il, renvoient à deux visions philosophiquement différentes du monde : finaliste ou mécaniste. Aussi, les développements récents de la science contemporaine font-ils apparaître un troisième sens possible du mot ordre, un ordre dit « contingent » et qui se constitue, non pas à l’encontre ou en dépit du désordre, mais par et avec lui ; non pas en triomphant d’un désordre, mais en se servant de lui. L’auteur conclut que l’ordre et le désordre sont donc des notions intimement mêlées et complémentaires l’une de l’autre. Leur combinaison, dans un jeu de contingence et de nécessité, produit la diversité du monde matériel et vivant que nous connaissons.

Dans le contexte des relations internationales on entend communément par ordre l’ensemble des règles et institutions qui régissent les relations entre les acteurs clés de l’environnement international. Un tel ordre se distingue du chaos, ou des relations aléatoires, par un certain degré de stabilité en termes de structure et d’organisation.

L’une des meilleures études réalisées à ce sujet est probablement celle menée sous l’égide du Centre pour la politique de sécurité et de défense de la RAND Corporation en 2016 sous le titre « Comprendre l’ordre international actuel (4)». Sponsorisée par le Bureau du Secrétaire américain de la Défense, cette étude avait pour objectif essentiel de comprendre les rouages de l’ordre international existant, d’évaluer les défis et les menaces qui le concernent et, en conséquence, de recommander aux décideurs américains les politiques futures jugées judicieuses.

Le rapport estime que dans l’ère moderne, la fondation de l’ordre international a été construite sur les principes fondamentaux du système Westphalien, lesquels reflétaient des conceptions assez conservatrices de l’ordre tout en s’appuyant sur la politique de l’équilibre des puissances afin de défendre l’égalité souveraine et l’inviolabilité territoriale des Etats

Ce système westphalien a conduit au développement de la norme de l’intégrité territoriale, une norme considérée comme cardinale contre l’agression caractérisée à l’égard des voisins dans le but de s’emparer de leurs terres, ressources ou citoyens, ce qui était autrefois une pratique courante dans la politique mondiale. Ainsi défini dans ses principaux éléments, ce système a continué à prévaloir, notamment depuis le Concert européen, également connu sous le nom de système du Congrès de Vienne, lequel de 1815 à  1914 établit tout un semble de principes, de règles et de pratiques  ayant grandement contribué, après les guerres napoléoniennes, à maintenir un équilibre entre les puissances européennes et à épargner ainsi au Vieux continent un nouveau conflit généralisé, et ce jusqu’au déclenchement de la Première Guerre mondiale. Il a repris son cours avec la création de la Société des Nations, puis, de nouveau, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

En somme, même s’il a pris des formes différentes dans la pratique, l’ordre westphalien a continué à réguler les relations entre les grandes puissances mondiales durant toutes les périodes précitées, permettant ainsi, autant que faire se pouvait, la prévalence de rapports structurés bannissant le désordre générateur de guerres et de violence.

Le rapport de la RAND Corporation indique que depuis 1945, les Etats-Unis, grands bénéficiaires de la paix retrouvée, ont poursuivi leurs intérêts mondiaux à travers la création et le maintien des institutions économiques internationales, des organisations bilatérales et régionales de sécurité et des normes politiques libérales. Ces mécanismes d’ordonnancement sont souvent appelés collectivement « l’ordre international ». Toutefois, ces dernières années, des puissances montantes ont commencé à contester la pérennité et la légitimité de certains aspects de cet ordre, ce qui, à l’évidence, est perçu comme un défi majeur par rapport au leadership mondial des Etats-Unis et à leurs intérêts stratégiques vitaux. Trois risques essentiels sont ainsi identifiés par les rédacteurs du rapport :

  • certains Etats leaders considèrent que de nombreux composants de l’ordre existant sont conçus pour restreindre leur pouvoir et perpétuer l’hégémonie américaine ;
  • la volatilité due aux Etats faillis ou aux crises économiques ;
  • des politiques intérieures changeantes à une époque marquée par une croissance lente et une inégalité rampante.

Kissinger et la Realpolitik

Deux ans avant la publication de cette étude, Henry Kissinger, le vieux routier de la diplomatie américaine crédité d’avoir officiellement introduit la « Realpolitik » (la politique étrangère réaliste fondée sur le calcul des forces et l’intérêt national) à la Maison Blanche pendant qu’il était Secrétaire d’Etat sous l’administration de Richard Nixon, avait examiné de manière plus approfondie le thème de l’ordre mondial dans un livre-phare (5).

D’emblée, M. Kissinger y affirme qu’aucun « ordre mondial » véritablement planétaire, n’a jamais existé. L’ordre tel que le définit notre époque a été inventé en Europe Occidentale il y a quatre siècles, à l’occasion d’une conférence de la paix qui s’est tenue en Westphalie, une région d’Allemagne, « sans que la plupart des autres continents ou civilisations en prennent conscience ni ne soient appelés à y participer ». Cette conférence, rappelons-le, avait fait suite à un siècle de conflits confessionnels et de bouleversements politiques à travers toute l’Europe centrale qui avaient fini par provoquer la « Guerre de Trente Ans » (1618-1648), une guerre totale aussi effroyable que vaine ayant fait périr près du quart de la population d’Europe centrale en raison des combats, des maladies et de la famine.

Cela étant, les négociateurs de cette paix de Westphalie ne pensaient pas poser les fondements d’un système applicable au monde entier. Comment auraient-ils pu le penser dès lors qu’à l’époque, comme toujours auparavant, chaque autre civilisation ou région géographique, se considérant comme le centre du monde et regardant ses principes et valeurs comme universellement pertinents, définissait sa propre conception de l’ordre ? Faute de possibilités d’interaction prolongée et de structures pour mesurer la puissance respective des différentes régions, estime Henry Kissinger, chacune de ces régions considérait son ordre personnel comme unique et qualifiait les autres de « barbares » et « gouvernées d’une manière échappant à l’entendement du système établi et n’occupant aucune place dans ses desseins, sinon sous les traits d’une menace ».

Par la suite, à la faveur de l’expansion coloniale occidentale, le système westphalien s’est répandu à travers le monde et a imposé la structure d’un ordre international reposant sur des Etats, en refusant, bien évidemment, d’appliquer le principe de souveraineté aux colonies et aux peuples colonisés. C’est ce même principe et les autres idées westphaliennes qui ont été mis en avant lorsque les peuples colonisés ont commencé à réclamer leur indépendance. Etat souverain, indépendance nationale, intérêt national, non-ingérence et respect du droit international et des droits humains se sont ainsi affirmés comme des arguments efficaces contre les colonisateurs eux-mêmes au cours des luttes armées ou politiques, à la fois pour regagner l’indépendance et, ensuite, pour la protection des Etats nouvellement constitués dans les années 1950-1960 en particulier.

Au terme de sa réflexion mêlant analyse historique et prospective géopolitique, M. Kissinger tire des conclusions importantes concernant l’ordre international actuel et pose des questions essentielles quant à son devenir. La pertinence universelle du système westphalien, dit-il, tenait à sa nature procédurale, c’est-à-dire neutre sur le plan des valeurs, ce qui rendait ses règles accessibles à n’importe quel pays. Sa faiblesse avait été le revers de sa force : conçu par des Etats épuisés par les saignées qu’ils s’infligeaient mutuellement, il n’offrait pas de sentiment de direction ; il proposait des méthodes d’attribution et de préservation du pouvoir, sans indiquer comment engendrer la légitimité.

Plus fondamentalement, M. Kissinger affirme que dans l’édification d’un ordre mondial, une question clé porte inévitablement sur la teneur de ses principes unificateurs, laquelle représente une distinction cardinale entre les approches occidentales et non occidentales de l’ordre. Fort pertinemment, il fait observer que depuis la Renaissance, l’Ouest a largement adopté l’idée que le monde réel est extérieur à l’observateur, que la connaissance consiste à enregistrer et à classer des données avec la plus grande précision possible, et que la réussite d’une politique étrangère dépend de l’évolution des réalités et des tendances existantes. Par conséquent, la paix de Westphalie « incarnait un jugement de la réalité – et plus particulièrement des réalités de pouvoir et de territoire sous forme d’un concept d’ordre séculier supplantant les préceptes de la religion ».

A l’opposé, les autres grandes civilisations contemporaines concevaient la réalité comme immanente à l’observateur et définie par des convictions psychologiques, philosophiques et religieuses. De ce fait, tôt ou tard, estime-t-il, tout ordre international doit affronter la conséquence de deux tendances qui compromettent sa cohésion : une redéfinition de la légitimité ou une modification significative de l’équilibre des forces. L’essence de ces bouleversements est que « s’ils sont généralement étayés par la force, leur principal moteur est psychologique. Les agressés se voient mis au défi de défendre non seulement leur territoire, mais les hypothèses fondamentales de leur mode de vie et leur droit moral à exister et à agir d’une manière qui, avant d’être contestée, avait paru inattaquable ».

A l’instar de nombreux autres penseurs, politologues et stratèges, notamment occidentaux, M. Kissinger considère que les évolutions multiformes en cours dans le monde sont porteuses de menaces et de risques susceptibles d’engendrer une forte montée des tensions. Le chaos menace « parallèlement à une interdépendance sans précédent, en raison de la prolifération des armes de destruction massive, de la désintégration des Etats, des effets des ravages environnementaux, de la persistance des pratiques génocidaires et de la diffusion de nouvelles technologies qui risquent de porter les conflits au-delà de la compréhension ou du contrôle humains ».

C’est la raison pour laquelle, notre époque se livre à une recherche obstinée, presque désespérée parfois, d’un concept d’ordre mondial, affirme-t-il, non sans faire part de sa préoccupation qui prend les allures d’un avertissement : reconstruire le système international « est aujourd’hui le défi ultime de l’art de gouverner. En cas d’échec, il faut moins craindre une guerre de grande envergure entre Etats (encore que cette éventualité ne soit pas exclue dans certaines régions) qu’une évolution menant à l’établissement de différentes sphères d’influence définies par des structures intérieures et des formes de gouvernement particulières -par exemple, le modèle westphalien contre la version islamiste radicale », avec le risque, selon lui, que sur ses franges, chaque sphère serait tentée de mesurer sa force à celle d’autres entités d’ordre jugées illégitimes.

La conclusion majeure de ce livre savant et qui nous concerne particulièrement dans le contexte de notre thème de l’« ordre du monde », par opposition à l’ordre « international » ou « mondial », est celle-ci : « Le mystère à surmonter est un mystère que partagent tous les peuples : comment créer un ordre commun à partir de valeurs et d’expériences historiques divergentes ? ».

L’allusion faite par M. Kissinger à la « version islamiste radicale » comme alternative possible au modèle westphalien de l’ordre mondial est loin d’être anodine ; et le fait de l’avoir singularisée par rapport à d’autres éventualités en dit long sur sa propre lecture stratégique des évolutions en cours et des contours possibles du monde à venir.

L’Afghanistan, encore et toujours tombeau et tombeur d’empires

Avec quelques années de retard, l’« establishment » de son pays semble en être convaincu lui aussi. En effet, en l’espace de quatre jours seulement, deux mises au point en ce sens ont été faites et n’ont pas manqué de secouer violemment les fondements de politiques et de « vérités » considérées jusque-là comme inébranlables.

D’abord à travers un éditorial publié dans les colonnes du très influent quotidien économique et financier new yorkais « The Wall Street Journal ». Sous le titre évocateur « L’inconquérable monde islamique », le journal appartenant au milliardaire australo-américain et magnat de la presse, Rupert Murdoch, affirme que les historiens, les soldats et les politiciens débattront pendant de nombreuses années des détails de ce qui a mal tourné tout au long de l’intervention militaire en Afghanistan. Celle-ci a connu son épilogue, le 31 août 2021, sous la forme d’une évacuation précipitée et désordonnée des troupes américaines à travers l’aéroport de Kaboul, sous le regard triomphateur des Talibans, de nouveau maîtres de l’Afghanistan, tombeau et tombeur d’empires envahisseurs anciens et nouveaux. Une telle déroute, filmée en direct par les caméras d’un monde aussi médusé que dubitatif, éclipse sans doute les scènes similaires de panique ayant marqué la chute de Saigon, le 30 avril 1973, qui avait scellé, au Vietnam, la première cuisante défaite militaire de l’histoire des EEtats-Unis

Estimant que la coalition dirigée par les Etats-Unis a fait preuve d’aveuglement en ne comprenant pas que la politique se situe en aval de la tradition et la tradition en aval de la foi, le journal reconnaît que les sociétés islamiques appartiennent à une civilisation particulière qui résiste à l’imposition, par la force, de valeurs qui lui sont étrangères. Cet aveuglement, ajoute-t-il, est provoqué par le fait que, devenant les apôtres d’une civilisation universelle, « nous avons cru en l’idée que les êtres humains, où qu’ils soient, prendraient exactement les mêmes décisions de base en matière de construction d’une communauté politique » et aussi par un « noble désir » de voir les gens comme des êtres semblables et interchangeables, pour qui la religion et la tradition sont des « accidents de livraison », alors qu’en fait, ces accidents sont des vérités non négociables pour lesquelles elles préfèreraient mourir plutôt que de lâcher prise.

Ne pas comprendre cela, conclut le quotidien, peut être un symptôme de « vacance religieuse ». Autrement dit, coupés des origines chrétiennes de l’Amérique, des centaines de milliers de gens ne peuvent pas comprendre comment la religion peut jouer un rôle essentiel dans l’attachement pouvant cimenter les rapports collectifs qui lient les gens les uns aux autres.

Ensuite, à travers une seconde mise au point, tout aussi cinglante, venant du Président Joe Biden lui-même lors d’un discours à la nation prononcé dans le sillage du retrait américain d’Afghanistan et onze jours seulement avant le 20ème anniversaire des attentats terroristes du 11 septembre 2001 qui avaient, précisément, précipité cette intervention en Afghanistan. A cette occasion, le Président Biden a défendu à pleine voix sa décision de mettre fin à la plus longue guerre des Etats-Unis à l’étranger en déclarant que « l’ère des grands déploiements militaires américains pour reconstruire d’autres nations est terminée » tout en martelant : « plus de 2 000 milliards de dollars ont été dépensés en Afghanistan, un coût que les chercheurs de l’Université Brown ont estimé à plus de 300 millions de dollars par jour pendant deux décennies en Afghanistan. Oui, le peuple américain devrait entendre ceci : 300 millions de dollars par jour pendant 20 ans en Afghanistan (6)”. Cette déclaration importante augure-t-elle d’une nouvelle page dans la politique étrangère de Washington, en particulier à l’endroit du monde musulman, une politique caractérisée par tant de déboires ayant coûté la vie à des millions de personnes innocentes et occasionné des dégâts matériels et des souffrances aussi indicibles que vains ? Seul l’avenir nous le dira.

L’Islam et le nouvel ordre mondial

En attendant, comme l’affirme Ali A. Allawi dans son livre fascinant (7),  il ne fait guère de doute que depuis deux siècles au moins, la civilisation de l’Islam traverse une crise profonde. L’Islam, en tant que religion et méthode de culte, embrassé par presque deux milliards de personnes dans le monde (8), a gardé intacte sa vitalité et gagne de plus en plus d’adeptes en dehors de sa sphère géographique originelle, notamment et aussi paradoxalement que cela puisse paraître à certains, depuis les évènements du 11 septembre. L‘on ne cesse en effet d’assister à des signes qui ne trompent pas, comme par exemple : l’augmentation du nombre de conversions à l’Islam, en particulier parmi les femmes instruites; la hausse importante du nombre de mosquées, de centres islamiques et d’autres lieux de culte en Occident et ailleurs (y compris au moyen de la conversion des lieux de culte chrétiens à l’abandon); l’élection de Musulmans à de hauts postes de responsabilité politique et représentative (dont des maires  et des parlementaires de grandes capitales et villes occidentales);  l’intérêt pour l’étude de l’islam en général et du Coran en particulier, y compris dans les écoles et les universités dans nombre de pays dans le monde; l’essor remarquable des banques et autres institutions financières islamiques, de même que celui de  l’industrie du Halal dans le monde.

Il n’en demeure pas moins vrai toutefois qu’il en va tout autrement pour le monde que l’Islam a construit au cours des siècles, lequel a été sérieusement ébranlé. Qu’est-ce à dire ? Pour tenter d’y répondre, il importe de rappeler les considérations fondamentales suivantes :

Toutes les civilisations essaient de s’équilibrer entre l’individuel et le collectif (ou le groupe), entre le temporel et le spirituel et entre l’ici-bas et l’au-delà. Les décalages entre l’importance relative accordée aux premiers par rapport aux seconds sont ce qui donne aux différentes civilisations leur identité propre et leur coloration distinctive ; et les disjonctions critiques dans l’histoire humaine se produisent lorsque le paradigme individuel est renversé au profit du collectif, ou vice-versa.

Dans les sociétés occidentales modernes, notamment anglophones, il est un fait indiscutable que depuis la Renaissance qui a été à l’origine du Siècle des Lumières, il s’est produit un glissement, progressif et vraisemblablement décisif et irréversible, du collectif et du sacré vers l’individuel et le profane.

De ce fait, dans l’image de soi des sociétés occidentales ou occidentalisées, l’individu est anobli et doté du pouvoir et des moyens de déterminer, seul, le cours de son développement et épanouissement personnels ainsi que ceux de la société (ou collectivité), à travers l’idiome, érigé ensuite en dogme absolu, des droits et la pratique d’une démocratie fondée sur des lois et des règles. La primauté de l’individu sur les droits collectifs a ainsi progressivement enfanté le démantèlement de l’Etat-providence de l’après-guerre, rendant ainsi la ligne de démarcation entre les domaines public et privé de plus en plus floue et les portes grandes ouvertes à un individualisme débridé.

Le monde musulman, non plus, n’a pas été épargné par la déferlante de ces évolutions monumentales et tous les pays le composant ont fini par rejoindre, avec divers degrés d’enthousiasme et d’intensité, le mouvement irrésistible de la mondialisation à la sauce libérale, voire ultralibérale, promu à marche forcée par le couple Reagan-Thatcher dans les années 1980. Cela étant, à ce jour, l’Islam, ce ciment invisible qui lie les Musulmans à un ensemble différent de valeurs, de loyautés et d’identités au-delà de la nation, semble faire de la résistance et n’a toujours pas reconnu l’inévitabilité de la civilisation mondiale frappée du seul sceau de l’Occident et de son modèle politique, culturel et socio-économique typique et volontairement dominateur.

Etant une religion qui ne sépare pas le spirituel du temporel et faisant passer les droits, les intérêts et le bien-être de la collectivité avant ceux des individus, l’Islam constitue aujourd’hui un frein et un obstacle majeurs à l’uniformisation de l’humanité selon le moule mondialiste visant à imposer des règles et un modèle économique et de pensée uniques. Les tenants de cette vision du monde œuvrent inlassablement à faire sauter ce verrou qui tient toujours, contrairement au catholicisme, l’autre religion monothéiste à vocation universelle, notamment depuis le Concile œcuménique Vatican II qui a totalement abdiqué en cédant aux « exigences » d’un monde moderne de plus en plus désacralisé (9). Ce Concile, rappelons-le, avait, sous l’impulsion du tout nouveau Pape Jean XXIII, assigné trois buts principaux dont les répercussions se font encore sentir de nos jours : « renouveler l’Eglise elle-même (faire son aggiornamento), rétablir l’unité de tous les Chrétiens et engager le dialogue de l’Eglise avec les hommes d’aujourd’hui ».

Pierre Hillard l’a très bien compris, lui qui a affirmé que l’Islam est désormais le « dernier rempart contre le Nouvel ordre mondial ». A la question que lui a posée Laurent Fendt sur la Radio « Ici et Maintenant », le 11 janvier 2010, « quel serait dans le cas d’un gouvernement mondial l’ennemi, qui serait mis en avant pour continuer à diriger le monde en fait ? », Pierre Hillard répondit : « L’ennemi actuellement dans le cadre du Nouvel Ordre Mondial c’est l’Islam (…) parce que l’Islam est encore la seule religion qui apporte un espoir pour l’au-delà (…) c’est pour l’esprit mondialiste une concurrence qu’il ne peut pas accepter, car le Musulman ne va pas -en tout cas beaucoup moins- se focaliser sur les plaisirs matériels, sur la société de consommation ; donc il faut à tout prix détruire cet Islam qui ne porte pas aux nues l’American way of life ». Et, tout en faisant référence à un article de Ralph Peters dans une revue militaire américaine plaidant en faveur d’un « Vatican de l’Islam (10)», il rappelle l’encyclique Pacem in Terris de Jean XXIII en estimant qu’« ils ont réussi avec le catholicisme et il ne reste plus que l’Islam qui essaie de résister ».

A bien y regarder, pendant toute la période coloniale occidentale, la Guerre froide et jusqu’après les « Trente Glorieuses », l’Occident était plutôt indifférent voire condescendant à l’endroit de l’Islam en tant que religion. La peur de l’Islam a suivi la disparition de la social-démocratie en Occident, en particulier depuis les évènements de « Mai 68 », et la décadence des mouvements progressistes et socialement centrés dans les pays en développement. La révolution iranienne de 1979, elle-même engendrée par cette évolution historique, et les attentats terroristes du 11 septembre 2001, ont radicalement changé la donne géostratégique aux yeux des Occidentaux. L’Islam est aujourd’hui au centre de leurs préoccupations et une islamophobie rampante en a tout naturellement mais dangereusement résulté. Comme le fait très justement remarquer M. Allawi, la religion, les cultures, la civilisation de l’Islam, les nations et les peuples musulmans ont fait l’objet d’une exploration et d’un examen minutieux de la part d’un large éventail d’analystes, du plus réfléchi au plus incendiaire, du plus illustre au plus obscur, du plus sympathique au plus ffanatique

 

Il ne faut pas s’y méprendre. Tout comme le penseur Mustafa Mahmoud, nous sommes conscients du fait que lorsque certaines personnalités influentes, tant occidentales que locales, déclarent qu’elles ne sont pas hostiles à l’islam en tant que religion, elles sont honnêtes d’une certaine manière. En effet, elles n’ont aucune objection à ce que les Musulmans prient, jeûnent, accomplissent le pèlerinage à la Mecque, passent leurs journées  et leurs  nuits dans l’adoration de Dieu, Sa glorification et Son invocation en se recueillant en solo ou, aussi longtemps qu’ils le souhaitent, dans les mosquées. Elles ne sont nullement hostiles à l’islam rituel, à l’islam de la gestuelle, de la génuflexion et de l’ascétisme. Elles n’objectent guère non plus à ce que les Musulmans soient gratifiés des récompenses de l’au-delà. C’est une question dont elles ne se soucient pas et à laquelle elles ne pensent pas forcément. Bien au contraire, ces personnalités et leurs mentors ont très souvent encouragé, appuyé et défendu les leaders et autres caisses de résonance de ce type d’Islam pacifique, pacifiste, docile et corvéable à merci. Leur hostilité et leur inimitié concernent l’autre Islam, celui qui leur conteste leur prétention à l’autorité exclusive de diriger le monde et de le construire sur d’autres idéaux, valeurs et intérêts que les leurs; l’Islam progressiste qui proscrit le mal et prône le bien dans le monde; l’islam qui veut ouvrir une autre voie culturelle et instaurer d’autres modèles et valeurs dans l’économie, le commerce l’art et la pensée; l’Islam, qui veut faire avancer la science, les inventions et la technologie, mais à des fins autres que la conquête des territoires d’autrui et le contrôle de leurs ressources; l’Islam qui va au-delà de la réforme individuelle vers la réforme sociale, la réforme de la civilisation matérialiste actuelle et le changement global. Dans de telles arènes, il n’y a ni négociation, ni marchandage, ni compromis. Il y a la guerre acharnée, ouverte ou secrète, parfois même avec l’aide de clients locaux prétendument coreligionnaires.

En réaction, une prise de conscience caractérisée essentiellement par des actions d’arrière-garde et de résistance aux prétentions de la modernité laïque se fait jour, de part en part du monde musulman. Cette dynamique présente tous les attributs d’une lutte pour la survie de l’Islam, désormais seul porte-drapeau du monothéisme abrahamique.

L’avenir de l’Islam : entre réformation, déformation et renaissance

Le malaise et l’incertitude quant à la direction vers laquelle la civilisation islamique se dirige, ou est volontairement poussée, fournissent les fondements du flux de projets et de plans visant à « réformer » ou « revitaliser » l’Islam, et ce depuis le début du XIXe siècle et jusqu’à nos jours. Ces tentatives ininterrompues s’appuient toutes sur des schémas de « réinvention » de l’Islam au moyen de la sécularisation, de la libéralisation, de l’historicisation ou de la radicalisation de la compréhension que les Musulmans ont de leur religion.

Comme nous l’avons souligné précédemment, il n’y a pas de crise de croyance religieuse dans l’Islam comparable à celle qui a affecté le Christianisme en Occident d’une manière générale. Mais c’est loin d’affirmer que les graines d’une renaissance de la civilisation islamique sont là simplement parce que la plupart des Musulmans continuent de faire preuve d’un engagement extraordinaire envers leur religion. M. Allawi a raison de penser que la principale menace planant sur la civilisation islamique ne viendra pas de l’abandon massif de la foi religieuse. L’avenir de cette civilisation est davantage lié au succès ou à la disparition de l’Islam politique tel qu’il s’est manifesté durant les quarante dernières années.

En effet, la politisation extrême, interne et externe, de l’Islam et sa transformation en une idéologie d’accession et de maintien au pouvoir est sans aucun doute un changement crucial qui a influencé le cours de la vie des Etats et des peuples musulmans, mais aussi leur relation au monde entier. Le succès de l’islam politique peut paradoxalement, selon Allawi, s’avérer être le « coup de grâce » porté à cette civilisation. Car cela éliminera, une bonne fois pour toutes, la possibilité que la voie politique puisse jamais être la base pour remodeler les éléments d’une nouvelle forme de civilisation islamique. À bien des égards, le recours à la violence et au terrorisme au nom de l’islam confirme la disparition de cette civilisation de la conscience des terroristes et de leurs partisans locaux et étrangers. Malgré sa prédominance dans les calculs des décideurs et dans l’imaginaire public, l’islam politique n’est qu’un aspect du problème global de l’islam dans le monde moderne. De la même manière, les péripéties de l’Islam politique ne sont qu’un symptôme parmi d’autres de la maladie qui affecte cette civilisation. Et le fait que l’islamisme ait reçu la part du lion de l’attention ne fait pas automatiquement de ses leaders et idéologues les arbitres de l’Islam lui-même.

Par conséquent, ce sur quoi il importe de se pencher c’est de déterminer les racines profondes de la crise et d’y remédier. En particulier, il est crucial de découvrir si l’apparente inadéquation de l’Islam avec le monde moderne est intrinsèque à la religion elle-même ou est due à d’autres facteurs, y compris la décomposition progressive de ses forces vitales. L’ancien Premier ministre de Malaisie, Mahathir Bin Muhammad, qui a grandement contribué au développement de son pays, a suggéré une piste qui pourrait bien servir de « feuille de route » particulièrement intéressante à ce sujet. Ainsi, s’adressant aux participants de la 3ème Conférence internationale sur la Pensée islamique, tenue à Kuala Lumpur en mai 1984, il dit: « Si les musulmans veulent vraiment un ordre social islamique, alors ils doivent examiner chaque aspect de la vie moderne du point de vue de l’islam et apporter les corrections nécessaires (…) Ensuite, ils devraient intégrer les nouvelles connaissances dans le corpus de l’héritage islamique en éliminant, réinterprétant et adaptant ses composantes selon la vision du monde de l’Islam ».

Le débat sur ce thème est inépuisable et les opinions exprimées par les Musulmans eux-mêmes sont souvent diamétralement opposées. Il en est ainsi de deux contributions récentes. Si pour la chercheuse tunisienne Hela Ouardi (11) «L’islam est une religion totalement anachronique, enfoncée dans un piège temporel et n’arrive pas à trancher le fil de la mythologie qui lui permettrait d’entrer dans la modernité », il en est tout autrement pour le chercheur suisse d’origine marocaine Réda Benkirane (12) qui considère que « paradoxalement, ce qu’on perçoit comme un retour du religieux est en réalité une sortie de l’islam. Cette ‘sortie’ essentialise l’accessoire (le paraître, l’habit, les normes) et accessoirise l’essentiel (l’articulation de la raison et de la foi). Tout ce qui se joue depuis un demi-siècle concourt à une sécularisation turbulente de l’islam (…) L’instrumentalisation de la religion à des fins politiques a été le fait d’Etats séculiers occidentaux et de pétromonarchies arabes ».

En vérité, ce que les réformateurs et les critiques de l’Islam n’ont pas suffisamment compris ou admis, c’est que « la dimension spirituelle de l’Islam a imprégné l’intégralité de sa civilisation ». C’est là l’élément caractéristique le plus important de cette religion particulière, celle-là même que les Musulmans tiennent pour parfaite et définitive, surtout quant à la réalité transcendante qui est au cœur de son message. Dans l’interprétation de la vision du monde de l’Islam, le but de toute connaissance doit être de « rechercher, trouver et affirmer la base divine de toute pensée et actions justes » tel qu’induit par le verset Coranique (13) : « Nous leur montrerons Nos signes dans l’univers et en eux-mêmes jusqu’à ce qu’il leur devienne évident que c’est cela (le Coran) la vérité. Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit témoin de toute chose ? ». Par ailleurs, la dichotomie nette entre le sacré et le profane contenue dans l’affirmation biblique « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » n’y trouve aucune place si elle « déspiritualise les fondements de l’action individuelle et collective ».

Ce sont les considérations précitées qui ont fait la spécificité de l’Islam, son alpha et oméga, qui ont permis la naissance puis la grandeur de sa civilisation et qui conditionnent le succès de toute entreprise de « renaissance » visant la régénération individuelle et sociétale de l’Islam dans le monde moderne. Sans quoi, ce que M. Allawi appelle « la dernière crise » de la civilisation de l’Islam pourrait induire une sécularisation de l’Islam, synonyme de réduction de son domaine à la sphère privée, en tant que foi individuelle ou, au mieux, une foi communautaire. Une telle évolution ne manquerait évidemment pas d’ajouter l’Islam aux autres religions non établies dans le monde moderne et, avec le temps, sa singularité disparaîtra, et avec elle toute possibilité que son expression extérieure ait un impact sérieux sur le monde en général. Il perdrait alors définitivement toute prétention qu’il pourrait avoir à être « l’incubateur d’une forme unique de civilisation future ». Quant aux Musulmans pris individuellement, ils feraient alors partie d’un monde qui ne porterait aucune empreinte de leur religion, tandis que le modèle de « l’homme prométhéen, défiant héroïquement les dieux et ne tolérant aucune limite à ses désirs et à leur accomplissement », ferait un pas supplémentaire vers sa propre perdition. Au total, le « réveil » islamique tant annoncé ces derniers temps ne serait pas un prélude à la renaissance de la civilisation islamique, mais « un nouvel épisode de son déclin » et l’acte final de la fin d’une civilisation jadis resplendissante mais qui aurait ainsi, elle aussi, à Dieu ne plaise, chanté l’hymne du cygne.

Cette conclusion fondamentale à laquelle aboutit Ali Allawi et que nous reprenons à notre compte entièrement, est la même que celle formulée, cinquante ans avant lui, par Malek Bennabi dans la version arabe originale de son livre passionnant et époustouflant d’érudition paru en 1971 au Caire sous le titre « Le problème des idées dans le monde musulman ». Le monde musulman, y écrit-il, émerge de l’ère post-almohadienne depuis le siècle dernier sans toutefois retrouver encore son assiette ; comme un cavalier qui a perdu l’étrier et ne parvient pas encore à le reprendre, il cherche son nouvel équilibre. Sa décadence séculaire, ajoute-t-il, qui l’avait condamné à l’inertie, à l’apathie, à l’impuissance et à la colonisabilité, a conservé néanmoins ses valeurs plus ou moins fossilisées. Il débouche dans cet état sur un XXe siècle au sommet de la puissance matérielle où toutes les forces morales ont commencé à lâcher dès la Première Guerre mondiale.

Après avoir examiné les tenants et les aboutissants de ce long processus de décadence, Bennabi avertit que le monde musulman -et plus particulièrement une grande partie de ses « élites »- est emporté par des idées contradictoires, celles qui le mettent face-à-face avec les problèmes de la civilisation technologique sans le mettre en contact avec ses racines, et celles qui le relient à son propre univers culturel sans le mettre tout à fait en contact avec ses archétypes, malgré les efforts méritoires de ses Réformateurs. Il risque de ce fait, « par engouement ou en glissant sur des glissoires mises sur ses pas de se laisser entraîner dans les ‘idéologies’ modernes juste au moment où elles consomment leur faillite en Occident où elles sont nées ». On ne fait pas l’Histoire, affirme-t-il avec assurance, en emboîtant le pas aux autres dans tous les sentiers battus, mais en ouvrant de nouveaux sentiers ; ceci n’est possible qu’avec « des idées authentiques qui répondent à tous les problèmes de la croissance d’une société qui doit se reconstruire ».

Pendant des siècles, la civilisation de l’Islam a souvent été secouée par de puissants courants contraires. Les croisades, l’invasion mongole, la colonisation puis l’impérialisme occidentaux et, aujourd’hui, le mouvement intense de la mondialisation en auront été les plus marquants. Elle a tout aussi souvent plié sous leurs coups de boutoir, mais elle n’a jamais rompu. Bien au contraire, son apport à la civilisation universelle et à la construction de l’Ancien et du Nouveau monde est indéniable. Les hauts faits jalonnant la chronique de ce rôle, notamment durant la période de l’Empire ottoman, ont récemment fait l’objet d’un livre remarquable écrit par Alan Mikhail, Professeur d’histoire à l’Université américaine Yale, sous le titre « L’ombre de Dieu : Le Sultan ottoman qui a façonné le monde moderne (14)». Dans l’introduction de ce récit présentant une image nouvelle et holistique des cinq derniers siècles et démontrant le rôle constitutif de l’Islam dans la formation de certains des aspects les plus fondamentaux de l’histoire de l’Europe, des Amériques et des Etats-Unis, il affirme que « si nous ne plaçons pas l’Islam au centre de notre compréhension de l’histoire du monde, nous ne comprendrons jamais pourquoi les «tueurs des Maures » (Matamoros) (16) sont célébrés à la frontière entre le Texas et le Mexique, ou plus généralement, pourquoi nous avons aveuglément, et à plusieurs reprises, raconté des histoires qui ignorent les principaux traits de notre passé commun. Alors que nous faisons la chronique de Selim et de son époque, une nouvelle histoire mondiale audacieuse émerge, une histoire qui renverse les antiennes qui ont régné pendant un millénaire », avant d’asséner : « Que cela plaise ou non aux politiciens, aux experts et aux historiens traditionnels, le monde dans lequel nous habitons est très ottoman ».

Amir Nour

 

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

Notes :

1Malek Bennabi (1905 – 1973) est un penseur et écrivain qui avait consacré la majeure partie de sa vie à observer et à analyser l’Histoire pour comprendre les lois générales qui sous-tendent la naissance, l’essor et la chute des civilisations. Il est surtout connu pour avoir inventé le concept de « colonisabilité » (l’aptitude intérieure à être colonisé) et même la notion de « mondialisme ».

2 Gilles Bertrand, «Ordre international, ordre mondial, ordre global», Revue internationale et stratégique 2004/2 (N°54).

3 Bertrand Piettre, « Ordre et désordre : Le point de vue philosophique », 1995.

4 Rand Corporation, « Understanding the Current International Order », 2016.

5 Henry Kissinger « Word Order » (l’ordre du monde, dans la traduction française), Penguin Press, New York, 2014.

6 Lire la transcription du discours: “Remarks by President Joe Biden on the End of war in afghanistan”, The white House, WH.GOV, August 31, 2021.

7 Ali A. Allawi, « The Crisis of Islamic Civilisation », Yale University Press, New Haven and London, 2010.

8 Selon une étude menée en avril 2015 par le Pew Research Center, intitulée « The Future of World Religions : Population Growth Projections, 2010-2050 », « Les Musulmans sont le groupe religieux enregistrant la croissance la plus rapide. Il est prévu que la population musulmane passe de 1,6 milliard de personnes (23 % de la population mondiale en 2010) à 2,76 milliards de personnes (30 % de la population mondiale en 2050). Les projections prévoient que les Musulmans et les Chrétiens seront à peu près en nombre égal vers 2070 ; au-delà de cette année, les Musulmans en tant que groupe religieux seront légèrement plus nombreux ».

9 Lire à ce propos, l’analyse de Jean Pierre Proulx « Il y a 50 ans : Vatican II. Le Concile qui a bouleversé l’Eglise », Le Devoir, 22 décembre 2012 et l’interview réalisée par l’historien Guillaume Cuchet, parue dans « Aleteia » le 18 septembre 2021, sous le titre : « Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra bien lui donner »

10 Ralph Peters, « Blood Borders : How a Better Middle East Would look », in Armed Forces Journal, juin 2006.

11 Lire: Hela Ouardi, « L’Islam n’arrive pas à trancher le fil de la mythologie qui lui permettrait d’entrer dans la modernité », Le Monde des religions, 19 septembre 2021.

12 Lire: Réda Benkirane, « Tout ce qui se joue depuis un demi-siècle concourt à une sécularisation turbulente de l’islam », le Monde des  religions, 5 septembre 2021.

13 Sourat Fussilat, verset 53.

14 Alan Mikhail, « God’s Shadow : The Ottoman Sultan who shaped the modern world », W.W. Norton & Company, New York, 2020.

15 « Matamoros » est le nom d’une ville mexicaine située à la frontière avec le Texas; il a été donné par les Espagnols catholiques pour qui il était du devoir de tout soldat catholique d’être un « tueur de Maures ».

Amir Nour : Chercheur algérien en relations internationales, auteur du livre « L’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau SykesPicot », publié aux éditions Alem El Afkar, Alger, 2014.

Son prochain ouvrage, ” L’Islam et l’Ordre du monde, le testament de Malek Bennabi” paraîtra le 31 octobre 2021 aux éditions Alem Al-Afkar, Alger.

 

Le parallèle entre Charles Maurras et Eric Zemmour : le nationalisme d’extrême-droite « destructeur » et « inégalitaire »

maurras

Dans un débat entre Éric Zemmour, journaliste et polémiste et Alain Filkenkraute, philosophe lors de l’émission “Restons Zen” de la chaîne TV Paris Première, ce dernier demande au premier à quel héritage il appartient, celui des dreyfusards, c’est-à-dire ceux qui ont défendu le capitaine Alfred Dreyfus accusé d’espionnage à l’instar de Charles Péguy ou celui des antidreyfusards qui se sont opposés à la révision du procès de Dreyfus qui a été finalement effectuée amenant à la libération et la réhabilitation de l’accusé.


Tandis que Péguy soutient les dreyfusards par fidélité à la justice et à l’honneur, Charles Maurras refuse de suivre le débat sur la culpabilité ou l’innocence de Dreyfus et préfère désigner le tort que faisaient les dreyfusards à la France, à la paix et à « la raison ». Maurras a considéré ces derniers comme des traîtres qui ont affaibli l’armée et la nation dans un contexte de fragilité militaire et stratégique de la France après sa défaite devant la Prusse en 1871 et la perte de l’Alsace et de la Lorraine.

Filkenkraute fait allusion à cette opposition doctrinaire entre Péguy et Maurras en la considérant comme une opposition entre un ensemble d’idées qui tournent autour de la raison, du réalisme et de l’intérêt national et cette obsession vis-à-vis de la survie de la nation au moment du péril et l’honneur entendu comme une valeur transcendant la réalité et se basant sur la justice, l’égalité et le respect des droits humains. Le fossé qui se creuse entre ces deux mondes d’idées est un abîme et on peut examiner les conséquences de ces deux doctrines ou ensembles d’idées qui couvrent deux philosophies irréductibles et deux orientations politiques opposées.

La réponse de M. Zemmour a été évasive mais il s’est rangé en quelque sorte du côté du premier ensemble d’idées qui regroupent le réalisme, le nationalisme et l’extrême-droite comme orientation politique. Il critique la seconde doctrine en arguant que lorsque la nation est menacée de mort, l’honneur ne compte pas. Il rejoint ainsi sur le plan doctrinal la vision de Charles Maurras.

La filiation idéologique entre Zemmour et Maurras

Il y a plusieurs points communs entre la pensée de Charles Maurras et celle d’Éric Zemmour. D’abord, le politicien et idéologue provençal s’est formé intellectuellement dans une ambiance hostile aux idéaux de la révolution française et à la République. Lors du centenaire de la Révolution française en 1889, plusieurs milieux intellectuels français ont lancé l’idée que les idéaux de 1789 menaçaient l’avenir de la France.
Maurras pense que dans son prolongement, la révolution française a remis en cause des valeurs importantes pour la société et pour l’État Par ailleurs, il devient monarchiste en 1895.

Zemmour se distance lui-aussi de la révolution française en utilisant une approche historique. Il dit que l’histoire de la France ne commence pas avec la révolution mais remonte plus loin à Clovis et à Charles Martel. Cette façon de minimiser le poids de la révolution française reflète une hostilité aux principes d’égalité, de fraternité et d’universalisme ainsi qu’aux principes des droits humains inaliénables de la révolution. Celle-ci a célébré, semé et répondu dans le monde entier ces valeurs. Avec la révolution, la France sort du Moyen Âge et entre dans la modernité.
Ceux qui critiquent cet héritage, sont en fait des réactionnaires qui gardent une nostalgie pour la monarchie qui ne servait qu’une élite aristocratique au détriment du peuple souverain. D’ailleurs, tant que les idéaux de la révolution française ont été forts, la France s’est projetée culturellement et militairement sur l’Europe en libérant les peuples et en affaiblissant les ordres établis sur le continent. Tous ceux qui ont été antirévolutionnaires, cherchent les racines de l’Occident qui ne sont autres que chrétiennes alors que la révolution a été antichrétienne. Ernest Renan affirme que « le jour où la France a coupé la tête de son roi, elle a commis un suicide ». Or, c’est un suicide parce qu’avec la mort du roi chrétien, la France n’est plus chrétienne et elle est donc perdue.
On connait tous la démarche de Renan qui vise à singulariser l’Islam et le considérer comme foncièrement étranger et hostile à l’Occident. En plus, selon Renan, l’Islam et la science/philosophie sont incompatibles. Le plus important est que les antirévolutionnaires français sont attachés au christianisme comme identité de la France.
Au-delà de cette tendance réactionnaire de Maurras rejoint aujourd’hui par Zemmour dans une vulgate antimoderniste et anti-universaliste, ces deux radicaux sont avant tout des nationalistes d’un genre particulier : un nationalisme d’extrême-droite. Charles Maurras avec Action Directe devient un nationaliste radical et germanophobe. Il se trouve que le plus grand problème du nationalisme d’extrême-droite c’est qu’il cherche idéologiquement une menace et un ennemi pour se donner un objectif. Pour le cas de Maurras ce fut l’Allemagne et les juifs puisqu’il a été antisémite. Quant à Zemmour, c’est l’Islam et les musulmans qui sont visés. Maurras a été un germanophobe alors que Zemmour est un islamophobe. Une fois la menace désignée et déterminée, le nationalisme cherche alors les moyens de l’éradiquer.
Lors de la première guerre mondiale en 1917, Maurras et L’Action française s’attaquent aux patrons des industries accusés de faire des affaires avec l’Allemagne sans que des preuves n’appuient leurs allégations. Des procès en diffamation sont alors déclenchés contre ce mouvement radical.
De la même manière, Zemmour accuse le gouvernement de ne pas faire assez pour limiter l’immigration qui risque, selon lui, de bouleverser l’équation démographique en France.
Un autre parallèle entre Maurras et Zemmour : le premier déclare : « Nous avons perdu quarante ans à entrechoquer les syndicats patronaux et les syndicats ouvriers dans la fumée d’une lutte des classes singulièrement favorable au concurrent et à l’ennemi germanique ; pendant ce temps, Guillaume II négociait entre ses socialistes, ses armateurs et ses financiers, dont les forces uniques, se faisant notre parasite, fructifiaient à nos dépens ». Quant à Zemmour, il déclare à propos de l’immigration en France : « En 2050, nous serons un pays à moitié islamique. En 2100, une République islamique ».
Il y a aussi de l’exagération des menaces chez les deux politiciens de droite. Dans le contexte des débuts de la première guerre mondiale, Maurras accuse les Dreyfusardes d’avoir mené une politique d’affaiblissement de l’armée et de la France qui a rendu ce pays non préparé à la guerre. Il accuse la République d’être responsable de cette situation. Ainsi, il affirme en 1913 : « La République nous a mis en retard sur l’Europe entière : nous en sommes à percevoir l’utilité d’une armée forte et d’une marine puissante […] à l’heure où les organisations ennemies sont prêtes ».
Or, rien ne prouve que cette description de la situation en France soit exacte. D’ailleurs, la France a été victorieuse grâce à ses propres efforts et à celles de ces alliés. De la même manière, Zemmour accuse le gouvernement de laisser prospérer des « républiques islamiques » dans les quartiers sous le regard indifférent des gouvernements successifs et d’avoir favorisé l’entrée sur le territoire français de milliers d’immigrants en France. Il accuse également le gouvernement de suivre servilement l’Allemagne et les Etats-Unis en raison d’une instrumentalisation de l’Union européenne par ces dernières. Or, ces allégations sont entièrement fausses. L’Union européenne respecte la volonté des Etats membres. Mutatis Mutandis, il n’y a pas de républiques islamiques dans certains quartiers. Ce sont juste des déclarations alarmistes.

Les conséquences dramatiques de l’idéologie nationaliste

C’est grâce à l’Action française qu’en novembre 1917, Georges Clemenceau devient chef du gouvernement qui a été très dur dans sa politique envers l’Allemagne. En 1918, Maurras réclame d’imposer des conditions de paix draconiennes afin de satisfaire les intérêts de la France : la division de l’Allemagne, l’annexion du Landau et de la Sarre, imposer un protectorat français sur la Rhénanie. Le bras armé du nationalisme qui été L’Action française a affiché également son hostilité envers le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes au motif que le droit ne transcende pas à lui seul la légitimité et le droit. Il faut selon elle une dose de réalisme et d’équilibre des forces.

Maurras a également demandé de soutenir les réparations de guerre afin de renflouer les caisses vides de la France après la guerre et a réclamé le démembrement de l’Allemagne afin de l’empêcher de renaître et d‘accéder au couloir de Dantzig. Tout aussi alarmiste et revanchard, Zemmour demande l’assimilation des musulmans et l’expulsion de milliers d’immigrants.
Or les conséquences de ces politiques sont catastrophiques. Pour le cas de Maurras, la politique d’humiliation et d’occupation de certains territoires névralgiques pour l’Allemagne a alimenté un discours haineux et de vengeance de la part des partis d’extrême-droite allemands comme le parti national-socialiste. Le Traité de Versailles et les réparations allemandes ont été tellement humiliantes pour les Allemands que la montée au pouvoir d’Hitler n’a été qu’une suite logique qui a mené directement à l’entrée en guerre de l’Allemagne en 1939. D’ailleurs, un économiste lauréat du prix Nobel, John Maynard Keynes a critiqué les réparations allemandes qui sont, selon lui, susceptibles d’augmenter la production allemande en vue de rembourser les dettes de l’Allemagne, ce qui va permettre à celle-ci de renaître économiquement et de concurrencer les économies des pays alliés.
Le déclenchement de la seconde guerre mondiale qui été plus dévastatrice pour l’Europe et le résultat de cette politique nationaliste d’extrême-droite, alarmiste mêlée à une raison d’État ou à ce qu’on appelle la Realpolitik. C’est le cardinal de Richelieu qui avait déclaré pour justifier le soutien du Roi de France aux protestants allemands durant la guerre de Trente-ans au 17ème siècle que le « Salut de l’âme c’est dans l’au-delà. Le salut des États c’est maintenant ou jamais ».

Cette Realpolitik est entrée en action avec l’unification de l’Allemagne qui a entraîné la perte par l’Autriche des territoires allemands. Pour compenser cette perte historique, cette dernière a commencé à envahir les Balkans. La prise de la Bosnie en 1908 a été l’évènement crucial de cette politique. La Russie n’a pas toléré cette expansion autrichienne dans les Balkans car elle se considérait comme la puissance protectrice des peuples balkaniques orthodoxes. L’Allemagne avait tout intérêt à soutenir l’Autriche. Bismarck avait encouragé la création de la monarchie austro-hongroise afin de compenser l’Autriche de la perte des territoires allemands. Ainsi, la Russie est devenue l’adversaire de l’Autriche et de l’Allemagne. Elle savait qu’elle ne pouvait pas battre ces deux puissances toute seule. Il lui fallait des alliés.
D’un autre côté, la France qui a perdu le territoire de l’Alsace-Lorraine après la guerre de réunification de l’Allemagne en 1871 était confrontée au même problème : ce pays savait qu’il ne pouvait pas battre l’Allemagne sans l’aide d’une autre puissance. Ce fut la Russie qui était la seule puissance intéressée par une alliance avec la France. L’entente cordiale a été donc adoptée entre les deux pays en 1892 qui sera renforcée par une alliance militaire.

Ce qui a encouragé les deux pays à se rapprocher de manière dangereuse pour la paix en Europe est la dénonciation par l’empereur Kaiser II du traité de réassurance conçu par Bismarck spécialement pour éviter cette évolution cauchemardesque. Les deux pays sortaient ainsi de leur isolement. L’entente franco-russe ainsi réalisée est devenue la Triple entente (Triplice) avec l’entrée de la Grande-Bretagne dans cette alliance. Deux grandes coalitions politiques et militaires se sont alors formées qui n’attendaient qu’un prétexte pour faire la guerre.
La Realpolitik n’aurait jamais eu un tel succès s’il n’y avait pas cette idéologie nationaliste d’extrême-droite dans les pays européens. Maurras appréhenda le danger représenté par l’Allemagne hitlérienne pendant l’entre-deux-guerres mais sa vision stratégique de la Realpolitik (éloigner l’Italie de l’Allemagne par exemple) ne suffira pas à conjurer le danger. En tout cas, c’est le nationalisme et la Realpolitik prônée par Maurras et d’autres chefs politiques qui causeront la seconde guerre mondiale. Or, la position de Maurras à la veille de la seconde guerre mondiale c’est le refus de la guerre car son réalisme l’a amené à croire à juste titre que la France serait écrasée par la machine de guerre allemande. Peu importe ce réalisme, le nationalisme a conduit aux deux guerres mondiales et ce ne fut pas seulement celui de la France de Maurras, de l’Action Directe et de Clemenceau. Il y avait aussi celui de l’Allemagne et de l’Italie de Mussolini.
Le nationalisme a conduit à deux guerres dévastatrices même après la seconde guerre mondiale. Il y a par exemple la guerre en Ex-Yougoslavie. Le nationalisme de Milosevic à déclenché le conflit le plus meurtrier de l’après guerre au cœur de l’Europe entre 1991 et 2001.
La guerre s’est concentrée au début entre les Serbes et les Croates parce que ces derniers ont pris peur du nationalisme de Milosevic et ont déclaré leur indépendance. Le malheur a voulu que la déclaration d’indépendance des Musulmans en Bosnie-Herzégovine a été faite en sous-estimant des faits majeurs : la présence de fortes communautés serbes et croates en Bosnie et le sentiment des Serbes qu’ils ont été trahis par les Musulmans en créant un glacis entre la Serbie et la Croatie.
Les Serbes de Bosnie, soutenus par Milosevic ont mené alors une guerre de nettoyage ethnique pour créer un Etat serbe de Bosnie qui deviendrait un satellite de la grande Serbie. C’est un jeu morbide et machiavélique où toutes les communautés ont fait cavaliers seuls, ce a qui a abouti aux massacres des populations. C’est la politique des élites qui font bouger les choses et non les croyances des populations. Les élites de l’ex-Yougoslavie se sont adonnées après la guerre froide à un jeu nationaliste pour créer des entités territoriales dans lesquelles ils exerceraient leur pouvoir. Le jeu fédéral n’était plus opérationnel dans ces conditions.

Le nationalisme inspiré de Charles Maurras qui est un nationalisme d’extrême-droite comme le sont d’autres nationalismes est très dangereux pour la paix. M. Zemmour semble être séduit et attiré par cette idéologie terrible. Il faut prendre garde de cette évolution peu importe les ennemis désignés par ce nationalisme.

Le parallèle entre Maurras et Zemmour sur Vichy

Maurras et Zemmour ont chacun leurs raisons pour soutenir le gouvernement de Pétain et le régime Vichy. La défaite française a été tellement désespérante pour Maurras que ce dernier n’a trouvé d’autre solution que de soutenir le Maréchal Pétain afin de sauvegarder comme il l’a dit « l’unité française ». Mais ce soutien a pris les allures d’une véritable collaboration avec un gouvernement collaborateur avec l’Allemagne, ce qui est vraiment paradoxal. Le paroxysme de cette attitude a été son antigaullisme et son anti-résistance. Il a été jugé et emprisonné pour cela. Toutefois, quelle est la raison de cette attitude difficile, controversée et défaitiste ? Il aurait pu suivre le chemin de la résistance pure et dure qui semblait être l’attitude la plus raisonnable et la plus honorable. Je pense pour ma part que c’est son antisémitisme qui a été la raison de son engagement pour le régime de Pétain. Les Alliés qui faisaient la guerre aux Allem ands et à leurs collaborateurs ont été considérés par les maurrassiens comme des étrangers qui vont introduire en France les vieux « démons » qu’il craint par-dessus-tout. Il écrit en 1944 « si les Anglo-Américains devaient gagner, cela signifierait le retour des francs-maçons, des Juifs et de tout le personnel politique éliminé en 1940 ». En entendant le jugement le condamnant, il s’exclama « C’est la revanche de Dreyfus ». Dreyfus a été victime de l’antisémitisme.
Quant à Zemmour, il lance l’idée que le gouvernement de Pétain à sauvé des juifs de l’intérieur au détriment des juifs de l’extérieur. En réalité, sa défense de ce régime collaborateur des Allemands ne peut s’expliquer par un tel calcul arithmétique. Le gouvernement de Pétain est un gouvernement nationaliste et d’extrême-droite avant tout. Zemmour ne peut gagner les faveurs de l’électorat potentiel de l’extrême-droite en France que s’il défend ce régime qui a presque causé la désolation de ce pays. Tout nationaliste ultra ne peut que soutenir le gouvernement de Pétain même si c’est une question historique.
Par conséquent, Zemmour est un maurrassien dont le nationalisme a été juste mis au gout du jour. Alors que Maurras a été un germanophobe, Zermmour est un islamophobe. Si l’Allemagne a été l’ennemi d’hier, l’Islam est l’ennemi d’aujourd’hui des nationalistes d’extrême-droite.

Le fondement « inégalitaire » de l’extrême-droite

Il y a quelque chose d’important dans le rejet par Maurras et par Zemmour aujourd’hui des idéaux de la révolution française. C’est leur opposition à l’égalité entre tous les hommes.
Dans ses écrits, Maurras, considère l’inégalité comme nécessaire pour la société en termes de répartition des rôles et il qualifie la république démocratique d’agent démagogique qui provoque l’apparition des maux sociaux en raison d’un acharnement égalitaire. Il considère que la civilisation ne peut survivre avec cette propension égalitaire qui créé selon lui une société amorphe composé d’individus considérés comme égaux. Il est très difficile de comprendre cette vision étrange sur la nécessité de l’inégalité ?
Pour ce faire, il lance l’idée de l’infrastructure sociale qui doit être protégée contre les actions égalitaires qui risque de provoquer des blessures et des effets négatifs. On a du mal à comprendre cette analyse. En réalité, ce que Maurras entend par « infrastructure sociale », c’est l’ordre social. Celui-ci peut être non seulement inégalitaire mais encore pire, coercitif, aristocratique, voire esclavagiste. C’est contre d’un tel ordre inégalitaire que la révolution française a lutté avant tout. Celle-ci a détruit les ordres établis, des ordres foncièrement injustes : l’aristocratie, le clergé, la monarchie.
Contre une telle vision moyenâgeuse et réactionnaire, on ne trouve pas mieux que la vision mystique et socialiste de Charles Péguy qui a défendu Dreyfus au non de la justice, de l’honneur et de l’égalité. Cette défense est lumineuse car le procès de Dreyfus fut un procès contre les juifs. C’est au nom de l’égalité que Péguy a défendu Dreyfus. C’est contre une telle égalité que Maurras a combattu les dreyfusards. La quête de Maurras n’était pas seulement nationaliste dans l’affaire de Dreyfus, elle était aussi inégalitaire et antisémite. Le nationalisme et la raison ont été juste des doctrines qui appuient la démarche de Maurras. En revanche, la vision de Péguy est vraiment humaniste lui qui a rêvé d’une société d’amour et d’égalité entre les hommes. C’est cela la république démocratique, libératrice, bienfaitrice et juste. Au moment où la France a connu les bienfaits humanistes et égalitaires de la révolution, la Russie connaissait l’esclavage et les monarchies européennes ont été basées sur des ordres sociaux établis et inégalitaires.
Mais qu’en est-il de Zemmour en tant qu’incarnation régressive des idées de Maurras ? Lui aussi est partisan de l’inégalité. Une inégalité entre les français de souche et les étrangers maghrébins et africains, surtout musulmans. Une inégalité de la pire espèce. Une inégalité raciale et religieuse. Quelle régression ! C’est vraiment quelque chose de caractéristique de l’extrême-droite moderne. C’est une extrême-droite régressive, essentialiste et raciste.

Conclusion

Nous avons montré tout au long de cet article la parenté d’idées entre Maurras et Zemmour, voir la filiation idéologique de Zemmour qui est maurrassienne. Il y a deux choses dangereuses dans cette idéologie commune entre le penseur et politicien Provençal et le polémiste.
Le nationalisme jusqu’au-boutiste et stratégique a provoqué souvent des guerres en Europe et dont les fondements sont faux parce qu’il crée artificiellement des ennemis. Alors que l’ennemi principal de Maurras a été l’Allemagne, l’ennemi principal de Zemmour est l’Islam. Or, cette identification de l’adversaire est illusoire et n’est pas valable dans l’absolu. L’Allemagne est aujourd’hui un partenaire de la France dans le cadre de l’Union européenne alors que l’Islam n’est pas stigmatisé dans plusieurs pays européens comme le Royaume-Uni.
Le second élément dangereux est le rejet de l’égalitarisme entre les hommes, les races et les religions. Le principe d’égalité a été consacré par la révolution française qui a fait entrer l’Europe dans la modernité. C’est pour cette raison qu’aussi bien Maurras que Zemmour sont hostiles à celle-ci. En reniant les acquis égalitaires de la révolution française, ils ont renié ce qu’il y de fondamental dans l’histoire de France et dans le rôle de celle-ci dans le monde.

Rafik Hiahemzizou, Philosophe, auteur et essayiste.
E-mail : hiahemzizourafik@gmail.com

Targeting Assange: Yahoo Deep State Revelations

assange-target

Article referenced:

https://news.yahoo.com/kidnapping-assassination-and-a-london-shoot-out-inside-the-ci-as-secret-war-plans-against-wiki-leaks-090057786.html

[sitekit_iframe src=”https://news.yahoo.com/kidnapping-assassination-and-a-london-shoot-out-inside-the-ci-as-secret-war-plans-against-wiki-leaks-090057786.html” width=”100%” height=”500″ style=””]

First reaction to this story: Why did Verizon (owns yahoo) a super Deep State & deeply corrupt (first hand info) shill for the CIA, and three miserable establishment Russiagate propagandists feature this story? With a little thought and help from an ‘unnamed source’ I posted this yesterday:


Beside the fact Isikoff via Verizon-Yahoo can once again make a former but senior Trump official look bad — and of course Mike Pompeo is a truly vile and despicable character — here is the play. Demented One’s regime wants to look tough against leakers/opposition journalists and insist on Assange’s return. ‘Big rough-tough superpower vs the Fifth Column!’ yes. . But the establishment knows that an US Assange trial is fraught with peril, and nothing but trouble, where a trial will regurgitate old baggage and lots of unpleasant attention/headlines. Also, even if convicted… what to do with him? Especially if Assange is in bad health, as reports have it.
Bottom line to the establishment: Assange is nothing but trouble alive…. and potentially more trouble when tried or incarcerated in the US. Where millions of ‘troublemakers’ (in their view) will advocate for his release. Long way to write, that the garbage-who-rule really do not want him tried in the US, even if they say they do.
By the CIA/Deep State’s release of Vault7 old news in this article — we covered Vault7 in 2017 to deafening public silence — and the only new bit an embarrassment to the former Trump admin, the Biden regime can claim plausible deniability in the event the UK does not extradite Assange. US State reaction: “Hey, we tried! But those Brits can be difficult! No wonder we had a revolution against them!” (US possible quote?) A solution to the Assange issue… with just one remaining major hurdle:
What to do with Assange?
First, PTB’s will need to find a place for Assange if released. UK? No. Russia? Of course not, and certainly not released to Morrison’s lackeys. Perhaps negotiate a return to Sweden? To do so, Assange will have to agree to binding legal agreements that he will not write about or otherwise publish his experiences, and will not again participate in Wikileaks. A tall order, and in my opinion that’s the big issue remaining for the ‘authorities’ to settle. If a place cannot be found for him, the third option is that he will continue to rot in prison as a political prisoner of the western dog. (rhetorically speaking)

Steve Brown

 

Syria, S400’s, Russia, Israel, and US Failed States (Part 2)

s400

Accordingly, since Israel is at war with Syria, why would the Russian Federation aid Syria against the western-backed takfiri insurgency? We’ve established that the US- Israeli goal in Syria is only to create a failed state so that Israel may claim and annex the Syrian territory that Israel occupies. So, why did the Russian leadership accept Syria’s invitation to create a defensive coalition there in 2015 when the Israeli regime opposed it?

Syria
Russia’s historic support for Syria began in the 1970’s, and Russia’s naval base in Tartus does not rely on cooperation from NATO ally Turkey to exist on Syria’s Mediterranean coast. Likewise, Russia has financial interests shared with many nations including Syria, but most of all Russia is likely reluctant to see US-Israeli sponsored takfiri terror states developing in the Middle East, via the US “domino effect” of terror as Washington wishes. Such exported takfiri terror has taken a toll in the Caucasus region, in Chechnya and in Russia. As such, Russia may find it more useful to confront US and Saudi-backed Chechen terrorists in Syria, rather than closer to home in the Caucasus region.

After US State’s ‘Arab Spring’ provocation began in 2011, by 2012 Chechen and Georgian terrorist groups such as Katibat Al-Muhajireen began operating in Syria by the thousands. Some were under direction of Umar Al-Shishani more appropriately known as ‘Tarkhan the Rodent’. He is now deceased and another western-backed takfiri from Caucasus Georgia, Murad Iraklievich Margoshvili, also known as “Muslim Al-Shishani” has a straggling militia which has been decimated by nearly ten years of war. He is the last known in command of the Chechen terror group called Junud Al-Sham. Other Chechen fighters joined the Jabhat Al-Nusra terror militia, now known as Hayat Tahrir al Sham, or HTS. At that time, with an escalating Syrian insurgency largely funded by US State and Saudi Arabia and with support from Israel, the Syrian government asked the Russian Federation for help.

S200’s S300’s S400’s and S500’s
Much popular confusion exists about deployment of S300’s and S400’s in Syria. The Israeli press claims that Syria fires hundreds of S300 missiles at IAF aircraft, and asserts that the S300’s lack of success in Syria is due to ‘clever’ piloting. “Such clever pilots!” Truth is however that Russian S-series air defenses in Syria have been handicapped by programming that prevents the S-series from locking on to Israeli aircraft. Thus we illustrate that Russo-Israel relations are such that Israeli aircraft may not be targeted, and also, so that a wider war will not result.

In 2018, an Israeli F16 was downed over Northern Israel by an S200 operated by allegedly by Syria although the brigade was located quite close to Hmeimim Air Base causing speculation that a Russian battery may have downed the warplane. Israel first claimed that a bird hit the jet, then said that the jet was downed due to the pilot’s failure to properly use evasive measures. Of course such Israeli military statements are false, and Israel pressured Russia to ensure that no S-series battery would again be programmed to defend versus Israeli air aggression in Syria. The point here is to illustrate the ‘special relationship’ that exists between Russia and Israel.

But Turkey has no such qualms about targeting Israeli aircraft bombers, and Turk S300’s in Syria have also been programmed such that they may not target US Israeli F35’s or other Israeli warplanes. [Reports in the western media, incorrect, say that S400’s in Turkey are not operational. https://breakingdefense.com/2020/06/unanswered-israeli-air-strikes-against-syria-raise-s-400-questions/ ] The S300 and 400 air defense systems in Syria have been programmed to target projectiles however, such as incoming missiles, rockets, and drones. By all accounts that particular S300/S400 functionality has been acceptable, if not perfect.

Recently Turkish militants in al Hasakah fired on Russian helicopters, there allegedly with one S300 battery. https://generico.ru/2021/09/28/turkey-fired-on-russian-helicopters-in-syria/ The attack failed and the Turk paid a dear price. This incident occurred just prior to Erdogan’s meeting with president Poutine. And yet the Turk is calling for more S400’s! Why?

Since Turkey’s S400 air defenses are useless against aircraft that the defense is not allowed to target – such as Israel’s US IF35 – we can only wonder. There is not much Turkey can do versus aircraft except perhaps mistakenly target a Russian aircraft, which it did in 2016. https://www.reuters.com/article/us-russia-turkey-jet-idUSKCN0ZD1PR So why is Turkey in the S400 business at all?

We must assume that the Turk predilection for S400’s is largely symbolic… and mainly political. The reason is to pressure the US over its support for the YPG and PKK in the KRG. By leveraging the S400, Turkey can pressure the United States to back-off from its support for SDF and Kurd terror groups in northeastern Syria. This fully explains why Turkey is once again pressuring the US with promises of more s400 purchases. But so long as the US knows Russia is providing no real support to Turkey for pragmatic use of those air defenses, Washington is less impressed, and only encourages the Turk to behave more like a NATO member.

As for Syria’s use of the S200 S300 and S400’s (and potential deployment of S500’s!) we can only assume that they will be debased by the same limitations, ie that no defense versus Israeli warplanes will be enabled, only anti-projectile and drone defense.

And so we are reduced to the expectation that some form of advanced weaponry will save us from our oppressors. But the best weaponry and greatest access to their use has always been possessed by those very oppressors. Instead of weapons of war, we should hope for real leaders who truly advocate for peace, statesmanship, freedom of commerce, natural law, and emphasis on production and creativity instead of destruction. In other words, the goal of civilization is by definition the rule of law and appreciation for peace among men and nations. But this civilization by man’s own hand, is apparently done for. Is that so? That’s certainly what we see every day especially from the dog of the west.

Steve Brown

  • intends to annex
    ** Netanyahu supposedly rejected the blueprint; but the IASPS agenda was welcomed wholeheartedly by before the year 2000, by George W Bush

Le paradigme de la diversité et du droit à la différence

7b144a5465ec1bb4f7a3f8d6eea2ce55

Lors d’une interview à CNEWS entre Samia Maborouk, journaliste et Eric Zemmour, le 26 septembre 2021, une question importante a été abordée : pourquoi ce dernier ne reconnait pas les efforts des penseurs musulmans pour instaurer une lecture critique de l’Islam et pour aborder l’historicité de cette religion en combattant l’islamisme radical. Il répond par une affirmation de nature éthnocentriste, « orientaliste » et monolithique : ces efforts ont été, selon lui, vains parce qu’à chaque fois les réformateurs ont été « abattus » dans l’histoire de l’Islam.
Il donne l’exemple des Mutazilites, les théologiens rationalistes qui ont tenté une interprétation critique et rationaliste de la révélation coranique, lesquels ont disparu au 9ème siècle. Selon M. Zemmour, les musulmans ont fermé les portes de l’Ijtihad et l’interprétation du Coran n’est plus possible. Par ailleurs, il affirme que les réformistes qui s’éloignent d’une « interprétation guerrière » de l’Islam se détachent en fait de l’Islam, lui-même. Ceci signifie pour lui qu’il est nécessaire de “franciser” la pratique de l’Islam.

On trouve ici toute la quintessence du discours culpabilisant de l’Occident contre l’Islam. Au-delà du fait que la possibilité ou l’impossibilité d’une lecture ou d’une interprétation de l’Islam concernent les musulmans avant tout, il n’en demeure pas moins important de souligner que ce qui s’est passé dans le monde musulman en termes de difficultés, d’obstacles aux réformes intellectuelles et théologiques et comme retard économique et technologique pour ne prendre que ces cas, est inhérent à l’hostilité et aux actions menées par l’Occident contre l’Islam.

Par conséquent, au lieu de culpabiliser les musulmans, M. Zemmour devrait se pencher surtout sur la culpabilité de l’Occident qui a toujours combattu l’Islam. M. Zemmour ne fait pas la différence entre l’islamisme et l’Islam et entre le traditionalisme et le réformisme parce qu’il véhicule cette vulgate combative de l’Occident contre l’Islam, rien de plus. Cette vulgate a été celle de l’Europe chrétienne qui a combattu l’Islam depuis son apparition au 7ème siècle jusqu’à l’époque moderne. Elle est donc responsable en grande partie des difficultés dont il a fait face jusqu’à aujourd’hui.

On pourrait même expliquer cette hostilité par les études historiques ou historicistes réalisées par les penseurs xénophobes et islamophobes. Le meilleur représentant de toute une tradition historique visant à stigmatiser et à identifier l’Islam comme une menace à l’Occident est Henri Pierre qui dans un livre controversé et allusif “Mahomet et Charlemagne” considère que l’arrivée de l’Islam en Méditerranée, a entraîné une rupture entre le nord et le sud de cet espace civilisationnel, entre le nord chrétien et le sud « mahométan ».

Il faudrait mettre l’accent sur cette interprétation éthnocentriste et égocentriste de l’histoire de la Méditerranée développée par cet historien parce ce que c’est à travers elle qu’on peut comprendre l’obstination de M. Zemmour contre les musulmans. Mutandis Mutandis, ce dernier parle d’invasion civilisationnelle musulmane contre la Chrétienté en France aujourd’hui de la même manière que Pirenne en 1937, date de la rédaction de son livre.

La fixation de Henri Pirenne sur l’Islam et le parallèle avec le discours de M. Zemmour.

Henri Pirenne compare entre les invasions germaniques de l’empire romain et l’arrivée de l’Islam au 7ème siècle. Alors que les germains se sont faits absorbés par la civilisation de Rome, l’Islam est venu en bloc pour couper la Méditerranée en deux. Selon Henri Pirenne, les Germains ont poursuivi la civilisation romaine et adoptent sa culture.
Or, deux ans avant que la conquête islamique submerge la Méditerranée. L’Empire romain ne s’est pas douté de l’existence de cette nouvelle religion qui allait bientôt se « projeter sur le monde en même temps que sa domination ». Pirenne affirme « La conquête arabe qui se déclenche à la fois sur l’Europe et sur l’Asie est sans précédents ; Cette religion a encore ses fidèles aujourd’hui presque partout où elle s’est imposée sous les premiers khalifes. C’est un véritable miracle que sa diffusion foudroyante comparée à la lente progression du christianisme ».

Mais ce qui est important c’est qu’il affirme que les Arabes qui n’étaient pas plus nombreux que les Germains, « n’ont pas été absorbés comme eux par les populations de ces régions de civilisation supérieure dont ils se sont emparés…Tout est là. Il n’est qu’une réponse et elle est d’ordre moral. Tandis que les Germains n’ont rien à opposer au christianisme de l’Empire, les Arabes sont exaltés par une foi nouvelle. C’est cela et cela seul qui les rend inassimilables…Leur religion universelle est en même temps nationale. Ils sont les serviteurs de Dieu…Islam signifie résignation ou soumission à Dieu et Musulman veut dire soumis. Allah est un et il est logique dès lors que tous ses serviteurs aient pour devoir de l’imposer aux incroyants, aux infidèles ».
Vraiment tout est là. Ce sont les mêmes mots qui seront utilisés par M. Zemmour : les musulmans sont inassimilables et ils sont exaltés par une foi toute différente de la culture française qui conforte en eux le sentiment d’être supérieurs aux autres races et aux autres religions.
Le choc de l’Occident à l’arrivée de l’Islam en Méditerranée a été très rapide est grand. En 635, les musulmans conquièrent Damas et après la bataille de Yarmouk en 636 toute le Syrie tombe entre leurs mains. En 637, Jérusalem est prise et en 638, la Perse s’effondre. Puis l’Egypte et l’Afrique du Nord sont conquises à partir de 641 et l’Espagne devient musulmane en 711.

Monnaie musulmane (Nisf-Dinar) ou semi-solide en or (2.17 grammes),  frappée en Afrique du Nord vers 704-705 après Jésus-Christ. Elle porte l’acronyme latin SOMNC, signifiant SoMNium Creator ou Dieu Créateur de toutes les choses. Sur les marges ont peut distinguer l’inscription  DSETRNSDSMGNSDSOID ou  DeuS ETeRNuS DeuS MaGNuS DeuS OmnIum Deus (Dieu Éternel, Dieu Est Grand, Dieu Omniscient).

 

Henri Pierre rappelle le désarroi de l’Empire romain qui après avoir récupéré la Syrie, la Palestine et l’Egypte suite à une victoire éclatante contre les perses qui ont été au début victorieux, assiste impuissant à l’effondrement de l’Empire dans le sud de la Méditerranée. « Ces provinces que la Perse vient de lui rendre, l’Islam va brusquement les lui arracher. Héraclius (610‑641) devait assister impuissant au premier déchaînement de cette force nouvelle qui désorienta le monde et le dévoya » disait Pirenne.
Dans le Coran, les batailles qui ont eu lieu entre les romains et les perses ont été évoquées. Ainsi par exemple, il y a ce verset : « Alif. Lām. Mīm. Les Romains ont été vaincus, dans les parties les plus proches / basses du pays. Mais après leur défaite, ils vaincront à leur tour, dans quelques années. L’ordre appartient à Allah, avant et après. En ce jour-là, les croyants se réjouiront » (Coran, sourate 30, « Ar-Roum » (Les Romains), versets 1- 4).
Ce verset révélé au Prophète vers 622 parle d’une défaite militaire subie par les Byzantins qui sont venus se battre contre les Sassanides vers 619 sur les bords de la Mer Morte. Les Romains d’Orient se ressaisirent et remporteront une éclatante victoire contre les Perses vers 627, soit cinq années après la révélation du verset coranique qui avait prédit cette victoire ainsi que l’enchainement des évènements de cette Guerre. Ce qui est remarquable dans ce verset, ce n’est pas uniquement sa nature prémonitoire mais c’est surtout l’intérêt porté aux autres civilisations puisqu’il parle de la guerre entre les romains et les perses.

Après ce rappel de caractère miraculeux, revenant aux affirmations de Henri Pierre qui sont, selon moi, les fondements de l’idéologie de M. Zemmour. Voici ce qu’il dit de plus dangereux : « Chez les Germains, le vainqueur ira au vaincu spontanément. Chez les Arabes c’est le contraire, c’est le vaincu qui ira au vainqueur et il n’y pourra aller qu’en servant, comme lui, Allah, en lisant, comme lui, le Coran, donc en apprenant la langue qui est la langue sainte en même temps que la langue maîtresse ». Cette affirmation prend les allures d’un avertissement : les musulmans possèdent une religion qui assimile les peuples vaincus alors que les Germains ont été assimilés par la civilisation romaine.
C’est exactement ce que dit M. Zemmour sur les musulmans d’Europe : ils ne peuvent être assimilés parce que leur religion est politique et dominatrice. Il laisse même entendre, à l’instar de ce qu’a dit Henri Pirenne, sur un plan strictement historique, que la religion islamique est une religion de soumission puisqu’elle a assujetti tous les sujets à l’obéissance d’Allah. Les peuples conquis n’ont pas été seulement convertis mais aussi assujettis. Les conquérants musulmans n’hésitent pas, selon Pirenne, à prendre comme butin le savoir, les techniques et les institutions des vaincus en les utilisant à la gloire d’Allah parce qu’ils ne sont pas attirés ni par la religion ni par la culture de ces derniers. Le revers de médaille est, selon lui, l’absence d’union entre les musulmans et les populations conquises.

C’est tout le contraire des Germains qui aussitôt la conquête de l’Empire romain achevée, ont été assimilés par celui-ci. « Le Germain se romanise dès qu’il entre dans la Romania. Le Romain, au contraire, s’arabise dès qu’il est conquis par l’Islam » a averti Pirenne.

La conclusion de Pirenne se veut vraiment prémonitoire : un nouveau monde a été créé en Méditerranée sur lequel Rome a autrefois imposé sa domination et a répondu sa civilisation. Une « déchirure » s’introduit qui dure jusqu’à aujourd’hui « Aux bords du Mare nostrum s’étendent désormais deux civilisations différentes et hostiles. Et si de nos jours l’Européenne s’est subordonné l’Asiatique, elle ne l’a pas assimilée. La mer qui avait été jusque‑là le centre de la Chrétienté en devient la frontière. L’unité méditerranéenne est brisée… Il y a eu coupure, rupture nette avec le passé. Le nouveau maître ne permet plus que, dans le rayon où il domine, aucune influence puisse échapper au contrôle d’Allah. Son droit tiré du Coran se substitue au droit romain, sa langue au grec et au latin ».
M. Zemmour s’est nourri de ces méditations qui ne laissent pas indifférents les esprits crédules et les plus zélés, surtout ceux qui se déclarent comme les défenseurs de la Chrétienté et de la civilisation occidentale, laquelle se veut être la continuatrice de la civilisation romaine. Il s’est nourri de cette vulgate historiciste comme un ténébrion dans la farine. Pour lui comme pour tous les émules de cette tradition historique, l’Islam est un danger pour la France aujourd’hui comme il l’a été pour l’Empire Romain chrétien des siècles auparavant puisqu’il domine tout et remplace la culture et la civilisation en place. « En se christianisant, l’Empire avait changé d’âme, si l’on peut dire ; en s’islamisant, il change à la fois d’âme et de corps. La société civile est aussi transformée que la société religieuse » disait Pirenne.

Toutefois, M. Zemmour et tous ceux qui sont devenus les adeptes de cette nouvelle religion de la culpabilisation de l’Islam qui est la doxa de l’islamophobie ne veulent pas savoir que la réflexion mélancolique et proromaine de Pirenne est partiale et lacunaire. En histoire, il faut toujours remonter très loin pour trouver une légitimité, une crédibilité et une vérité.

L’Islam : le paradigme du droit à la diversité et à la différenciation opposable à l’assimilation

A vrai dire, Pirenne et son émule Zemmour ne ne se posent pas la question suivante : comment la civilisation romaine s’est construite ? La république romaine a détruit toutes les civilisations qui ont rayonné en Méditerranée et au Moyen-Orient : la carthaginoise, la thessalienne, la ptolémaïque, la séleucide, la gauloise, etc. Jamais dans l’histoire de l’antiquité, on a vu une telle destruction. Ce n’est pas un hasard que l’influence de la culture et de la civilisation romaines sur l’Europe s’est faite sentir jusqu’à aujourd’hui. Un tel héritage s’explique par le lot de destruction des autres cultures de l’antiquité à une échelle jamais égalée. Ce fut un véritable génocide civilisationnel. Les pertes humaines des conquêtes romaines s’élèvent à des millions.
La crucifixion des 6000 esclaves de Spartacus entre Capoue et Rome en 71 av. J-C. hante toutes les mémoires et elle symbolise la cruauté romaine.

Mais les millions de morts en Gaule, dans les guerres civiles en Italie et en Afrique sont moins connues. Des cités jadis florissantes et de haute culture ont été complètement détruites comme Carthage et Corinthe.
L’arrivée de l’Islam en Méditerranée au 7ème siècle est une revanche de l’histoire. C’est le rétablissement de la diversité civilisationnelle et du droit à la différence après un millénaire d’anéantissement par l’impérialisme romain.
Ceci nous amène à proposer un nouveau paradigme opposable à la doxa des islamophobes. Au lieu de franciser la pratique de l’Islam et d’homogénéiser la culture de la France en assimilant les musulmans, il convient plutôt d’en appeler au droit à la diversité et à la différenciation qui sont les véritables richesses de la Méditerranée et du monde entier depuis l’aube de l’histoire. L’avènement de la civilisation islamique a été un progrès en cette matière. Une nouvelle civilisation s’est établie sur les rivages de la Méditerranée réclamant le droit à la différence et luttant contre l’impérialisme romain qui s’est acharné contre ce qu’il a appelé « les barbares » durant toutes les époques.
Les romains subjuguaient les peuples divers de l’antiquité au nom de la civilisation. Mais quelle civilisation ? La civilisation latine d’Occident. Après la conquête de cette dernière par les Germains, c’est Byzance qui a repris le flambeau de la domination de la Méditerranée à partir du règne de Justinien en 540. C’est cet empire qui a été combattu par les musulmans au nom de la diversité, du droit à la différence, mais aussi et surtout au nom de la libération des peuples.

L’Islam : la libération des peuples

Lorsque les musulmans sont arrivés en Mésopotamie et ont vaincu les byzantins à la bataille du Yarmouk en 636, ils ont en fait libéré les populations arabes de Syrie et d’Irak qui ont été dominées par un protectorat byzantin. C’est cette libération qui explique que les arabes de ces contrées ont embrassé rapidement la nouvelle religion. Dans le livre de Pirenne, on a l’impression que les musulmans du califat des Rachidounes (les “bien guidés”) sont venus dominer la région et s’accaparer ses richesses. Rien n’est plus faux : ils ont plutôt libéré les Arabes dominés depuis des siècles par les romains et les byzantins. Il en est de même des habitants de la partie de la Mésopotamie occupée par les Perses Sassanides.
En Afrique du Nord, l’Islam a trouvé des populations qui n’ont jamais accepté la domination romaine puis byzantine. Ce qui a accentué particulièrement leur rejet des occupants est l’apparition du donatisme. Lors des persécutions des chrétiens d’Afrique romaine par Dioclétien au début du 4ème siècle, les soldats romains ont pillé les églises et ont volé les livres sacrets et les objets de culte. Après que la paix fut instaurée, les victimes ont refusé que les prêtres qui ont collaboré avec les oppresseurs soient réhabilités. Ce fut l’origine du donatisme.
Une révolte contre l’autorité romaine se déclencha en 310-312 et a été soutenue par Saint Cyprien et Saint Donat.

Lorsqu’on examine de près les motivations des révoltés, on peut ne pas limiter leurs mobiles au rejet des prêtres collaborateurs. Ce fut plutôt une révolte contre la domination politique et militaire romaine. Un point c’est tout. Les historiens occidentaux veulent bien croire à la disparition du donatisme avant l’arrivée de l’Islam. Mais c’est faux : l’esprit de révolte contre la domination étrangère a été vivace jusqu’à l’arrivée des musulmans. Des stèles ont été trouvées en Tunisie datant de la période vandale qui célèbrent la mémoire des martyres donatistes.
Lorsque les byzantins ont rétabli la domination romaine en Afrique du Nord en 533-535, ils ont opprimé eux aussi les donatistes. La lutte de ces derniers se poursuivra jusqu’à la libération par les musulmans de l’Afrique du Nord après la bataille de Sbeïtla en 647 et la prise de Carthage en 698. Les donatistes sont devenus des musulmans et ils ont trouvé dans la foi nouvelle la réalisation de leur programme et de leurs aspirations. Il importe peu de savoir s’ils sont devenus des kharidjites, c’est-à-dire des puritains musulmans ou pas. La question a peu d’importance. Ce qui a en revanche une portée universelle est la formation d’une nouvelle civilisation libératrice des peuples et qui consacre la diversité et le droit à la différence dans l’espace méditerranéen. Cette diversité a été restaurée puisqu’elle exista avant que Rome n’impose sa domination sur cette espace.

La lutte de l’Occident pour saper la diversité culturelle

L’Occident du Moyen Âge : les carolingiens et les byzantins ont voulu bien entendu supprimer cette diversité et ce droit à la différence et transformer la civilisation chrétienne en civilisation universelle. Malgré une farouche résistance des byzantins et de leurs alliés berbères, Ogba‑ben‑Nafi fonde en 670 Kairouan qui est un sanctuaire figé en face du massif de l’Aurès qui consacre la durabilité de la diversité en Méditerranée impulsée par l’arrivée de l’Islam. Il devait rester durable et il permettra aux musulmans d’atteindre l’Atlantique.
Pourtant Byzance n’a pas dit son dernier mot. Elle tend un piège au chef musulman qui sera tué en 689 et elle reprend Carthage. Toutefois, la contre-offensive musulmane dirigée par Hassan et Mussa ibn Noceir permettra de restaurer la diversité et l’imposer pour toujours en Afrique du Nord. Les musulmans ont fondé une autre cité qui projettera la diversité culturelle dans les eaux méditerranéennes, Tunis. Avec cette cité et son port, la Goulette, les musulmans vont dominer la mer en chassant les vaisseaux byzantins. Mussa ibn Noceir atteint le Maroc et tous les berbères se convertissent à l’Islam.
On remarque ici que de nouvelles races jadis opprimées par les byzantins et avant eux les romains deviennent des musulmans et vont aller en Espagne pour y établir la diversité et le droit à la différence grâce au moteur de l’Islam, une religion qui accepte les autres et surtout les vaincus contrairement à ce qu’affirme Pirenne et ses émules.
Lorsque les musulmans arrivent en Espagne, d’abord grâce aux explorations maritimes qui commencent en 675, « le roi Egica accuse les Juifs de conspirer avec les Musulmans, et peut‑être, en effet, les persécutions dont ils étaient l’objet les poussaient‑elles à espérer la conquête du pays ». Ce que dit Pirenne ici n’est pas toute la vérité. Les juifs ont été persécutés par les Wisigoths qui régnaient en Espagne, ce qui a poussé ces derniers à accueillir les musulmans. Lorsque finalement le royaume wisigothique s’effondre à partir de 711, les musulmans ont instauré en Espagne le plus beau joyau de la diversité culturelle dans l’histoire de l’humanité. Les juifs ont été libérés et ont joué par la suite un grand rôle dans la vie politique et économique du pays. Les chrétiens n’ont pas été persécutés non plus et un métissage entre les chrétiens et les musulmans s’est même produit.
On remarque ici que ceux qui ont alimenté la haine raciale en Espagne sont les Wisigoths qui ont été vaincus. Par contre, les musulmans ont toujours instauré durant leurs conquêtes un espace de diversité culturelle. Par exemple, c’est un berbère, Tarik ibn Ziad qui a été chargé de faire débarquer les troupes en Espagne et de commencer à chasser les Wisigoths oppresseurs.
La diversité culturelle a permis aux juifs de produire leurs plus beaux chefs d’œuvres littéraires et philosophiques et de voir leurs premiers penseurs comme Maimonide travailler en toute liberté, chose impensable sous les Wisigoths. Il est inutile de parler davantage de l’Espagne islamique, tellement il est connu que la tolérance religieuse, l’essor économique et scientifique et la richesse de la civilisation islamique qui s’y sont développées sont des sujets connus. Moi je préfère citer la diversité culturelle qui a été promue à un haut degré de perfection et d’harmonie.
Il en est de même de la Sicile. A partir de 831, l’île tombe entre les mains des musulmans qui vont y développer une très belle civilisation qui a été reconnue par les auteurs occidentaux eux-mêmes alors que l’île a été auparavant une simple possession byzantine. Un État multiconfessionnel et multilingue s’y développe. Les musulmans réforment le foncier et font augmenter la production agricole grâce notamment à un ingénieux système d’irrigation. Ils introduisirent des fruits et de la canne à sucre. La ville de Palerme est décrite par les chroniqueurs musulmans comme la plus belle cité au monde.

Malheureusement, l’Espagne et la Sicile vont perdre cette diversité culturelle et cette civilisation multiconfessionnelle et raffinée sous les coups de boutoir des rois chrétiens avides de pillage et de revanche contre les promoteurs de cette civilisation. Les chrétiens parlent pour le cas espagnol de la Reconquista qui est tout simplement la destruction de la diversité culturelle et le refus du droit à la différence. Après 1492, les musulmans et les juifs sont massacrés et chassés de l’Espagne dans un effroyable nettoyage ethnique et un génocide culturel.
Depuis l’époque de Charlemagne, les puissances européennes n’ont pas cessé de saper la diversité culturelle en détruisant la civilisation islamique. La colonisation au 19ème siècle n’est qu’une étape après des siècles de croisades, de Reconquista et de conquêtes normandes.
Les musulmans sont encore une fois visés dans un pays, la France ou ils ont vécu en paix jusque-là. Ils sont stigmatisés. J’ai peur de dire que l’histoire se répète. Cependant, ce sont les hommes qui font l’histoire. Ils doivent résister contre l’oppression et l’impérialisme mais aussi contre la stigmatisation d’une communauté peu importe sa religion. Il fait tirer les leçons de l’histoire de l’Islam.

Conclusion

Ce que nous avons tenté dans cet article est de montrer que M. Zemmour s’inspire dans l’idéologie qu’il véhicule d’un historien, Henri Pirenne, qui a stigmatisé les musulmans en utilisant des concepts comme l’assimilation, la déchirure en Méditerranée et l’opposition entre la civilisation islamique et la civilisation chrétienne occidentale.

Nous avons montré que cette histoire est fausse parce que l’Islam a introduit dans l’espace méditerranéen une diversité culturelle et un droit à la différence qui se sont manifestés à travers la création de nouvelles villes, d’une nouvelle civilisation tolérante envers les minorités et la coexistence pacifique entre les religions et les communautés juives, chrétiennes et musulmanes en Espagne, en Sicile et même en Afrique du Nord. Cette diversité culturelle a existé avant même le christianisme mais elle a été abolie par l’Empire romain.
Les empires chrétiens qui se sont succédés en Europe ont tout fait pour remettre en cause cette diversité culturelle après l’arrivée de l’Islam en 7ème siècle. C’est ce que M. Zemmour, inspiré par les travaux de Henri Pirenne, tente de faire aujourd’hui pour le cas de la France. En fait, ses concepts d’assimilation et de francisation de l’Islam s’inscrivent en porte en faux contre la diversité culturelle et le droit à la différence que la pensée humaine et les institutions les plus éclairées devrait accepter et considérer comme des concepts majeurs de l’humanité et de la communauté internationale.
Il faudrait protéger ces idéaux confirmés par l’histoire contre les tentations essentialistes et xénophobes des milieux politiques radicaux dans les pays européens alors que certaines personnes en France vacillent aujourd’hui et semblent être tentées d’être attachées à ce convoi sinistre et manichéen et à cette vulgate combattive et hostile à la diversité culturelle et au droit à la différence.

Dr. Rafik Hiahemzizou, Philosophe et essayiste.

Syria, S400’s, Russia, Israel, and US Failed States (Part 1)

s400

Reports vary about the state of Syria’s air defense, but this is certain: Syria is under constant attack from Israel, even from Lebanese air space.

In 2015, Syria Invited Russia to assist in its defense versus US-Israeli aggression there, and the Western-sponsored insurgency which began in 2011.

Since 2015, Russia has provided air defense systems and some ground troops to Syria. We will explore S400 systems in detail, but first, a brief history of the Israeli-Syria war and US failed state policy.

History
In 1973 when the Ramadan war was going badly, Golda Meir threatened the Middle East with nuclear destruction via the Samson Option https://archive.org/details/Sampson option. In the US, a Watergate-embattled regime stalled on supplying weaponry to Israel, when Israel needed advanced US weapons to prevent Israel’s Third Temple ambitions https://www.jewishvoice.org/read/article/update-building-third-temple from being defeated.

Meir’s ‘Samson Option’ nuclear scare worked.

The US supplied much-needed weaponry – especially F4 Phantom aircraft to Israel, to turn the tide of the war.

After that, an Agreement on Disengagement was signed in 1974. The agreement led to a cessation of hostilities, but no armistice or peace agreement was ever settled upon. So, Syria and Israel have been at war ever since.

Then, subsidized to be a militarist outpost in the Middle East by the US (and aided by division within the Arab world) Israel invaded, occupied, and annexed: Shebaa Farms, West Bank, Golan, and the Jordan Valley* among other areas of Palestine. However by 2011, Israel’s Third Temple and ‘Greater Israel’ ambitions were stalled, so the US Secretary of State (with Israel complicit and the complicity of US-subsidized regimes in Morocco and Tunisia) provoked the Arab Spring in part by leveraging a major global media campaign when Syrian troops opened fire on protestors

Originally sponsored by the US Security State in collaboration with Israel, the CIA’s participation in the “Arab Spring” plot was revealed when details of CIA Operation Timber Sycamore became public.

The CIA /Israeli regime-change agenda for Syria was a key component of Robert Loewenberg’s 1996 construct, The Institute for Advanced Strategic and Political Studies. The IASPS plan to destabilize the Middle East created a blueprint for failed states, and was called, A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm . https://ia902909.us.archive.org/7/items/acleanbreak/A%20Clean%20Break%3A%20A%20New%20Strategy%20for%20Securing%20the%20Realm.pdf The ‘Clean Break’ blueprint for the Middle east was first published in 1996 for Binyamin Netanyahu.** Here, the US and Israel understood that their Axis could not ‘conquer’ the Arab world, but could divide it and create failed states in the Middle East, providing hegemonic and economic advantage.

Failed States
US State miscalculated with its ‘Arab Spring’ agenda, regarding the wishes of Saudi Arabia, Morocco, and the United Arab Emirates. Dictatorial monarchies shun revolutionary or democratic political thought or movements emerging, such as the Muslim Brotherhood. For example, Egypt’s democratic election of the Muslim Brotherhood was forced from power and made to spectacularly fail by demand of US ally Saudi Arabia and even NATO; not just by its own mis-steps. Morsi was then replaced by a military dictatorship.

Now, since its defeat in Afghanistan, the US goal in Asia is the same as Brzezinski’s was fifty years ago: to create unrest in Afghanistan to destabilize Russia, China, Pakistan, and Iran. Were Brzezinski alive today he and Robert Loewenberg might agree that Syria, too, has become the perfect trap to ensnare the Russian Federation’s military. The Russian Federation’s position in Syria is complicated by Turkey, and, more importantly, by the complication of Russian relations with Israel.

Russia and Israel
Alfa Bank is a large international bank. Israeli-Russian Mikhail Fridman is founder of the Alfa group, and Fridman’s allegiance to Israel is unquestioned. Fridman helped found the Genesis Philanthropy Group, which funds the Genesis Prize, a $1M US prize in recognition of services to Israel. Likewise, Alfa Group is closely allied to the Russian leadership. Alfa Bank’s operations are underwritten by ABH Holdings Luxembourg to allow for SWIFT transactions, where these transactions occur despite US sanctions on Russia. According to my source, SWIFT banking transactions are ‘validated’ by Israel’s Central Bank, working with SWIFT and the Alfa Group through ABH Holdings of Luxembourg.

Like Israel, Luxembourg has long been known as a money laundering capital with a reputation for illicit financial transactions that provide its raison d’etre. (Public details are vague, but some insight may be gained from this 2015-linked Jewish Business News report) In effect, this arrangement regarding the Israeli banking system and ABH Holdings, allows SWIFT transactions to occur, enabling large Russian Federation financial transactions to be made, in order to evade US sanctions.

With the cooperation of Israel and dark money site Luxembourg, the rather corrupt US government — riddled by hypocrisy and duplicity — turns something of a blind eye to sanctions enforcement that might impact the world’s largest and most criminal banks. As such, the Importance of ‘financial détente’ for the Russian Federation becomes paramount, by allowing the Russian Federation’s larger markets to operate. Without SWIFT, financial disaster for Russia might quickly ensue. In return, Israel’s central bank must cooperate with the Russian leadership to allow their respective financial success. So, where King Dollar is concerned, any threat to Russian-Israeli relations at a political level must by definition pose a precarious financial threat, too.

Ethnic consideration
Beside Russian and East European lineage of Ashkenazim who comprise about one-half the population of Israel, nearly 2 million Jews and their relatives have emigrated from the former USSR to Israel on Aliyah since 1989, called the Oleh Chadash. In 1989, Ex-USSR dissident Sharansky’s book Fear No Evil influenced an Israeli-friendly media in the west, and many dollars flooded to global propaganda networks in support of Israel’s agitprop, as exists to this day. So, there is indeed an historic and incestuous component regarding the link between Israel and Russia.

Steve Brown

La Corée du Nord teste un système de défense aérienne similaire au S-400

9086

La Corée du Nord a tiré jeudi un missile anti-aérien nouvellement conçu et développé par l’Académie des sciences militaire,, a rapporté le 1er octobre l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. Ce missile Sol-Air fait partie d’un nouveau système de défense aérienne ayant de nombreuses similarités avec la version la plus développée du système russe S-400 (C-400 Триумф). 

S400

La défense aérienne du territoire a toujours été une des priorités absolues de Pyongyang depuis la Guerre de Corée durant laquelle le pays fut soumis à d’intenses bombardements aériens stratégiques ayant contraint les nord-coréens à enterrer leurs maigres infrastructures industrielles et à développer un réseau de tunnels souterrains d’une redoutable efficacité. La Corée du nord dispose actuellement d’un très dense dispositif de défense anti-aérienne.

Cet essai de missile Sol-Air est le troisième essai de système d’armes nouvellement développés par la Corée du Nord en un mois.

 

 

 

 

« Entrées précédentes