Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

This is a chapter from Amir Nour [1]’s forthcoming book, titled : L’Islam et l’ordre du monde: le testament de Malek BENNABI (Islam and the Order of the World: Malek BENNABI’s Testament).  First available in French with translations to Arabic and English planned.

Islam began as something strange and will revert to being strange as it began, so give glad tidings to the strangers”

(Hadith of Prophet Mohammed)

In the beginning was Westphalia

In order to properly set the scene for the subject which concerns us here, that is the “Order of the World” in contrast to “World Order”, as it was perceived by the late Malek Bennabi[2], it is convenient to proceed to a necessary clarification of the key concepts in this matter.

In fact, in the abundant literature on international relations, particularly in the French language, the qualifier “international”, “global” or “planetary” is rarely explained satisfactorily. As Gilles Bertrand[3] points out, the undifferentiated use of one or the other of these adjectives suggests that they are interchangeable, therefore without real meaning for political science. This is not the case, since for many authors like him, this usage reflects belonging to a particular school of thought in international relations, a particular perception of the world, and a different analysis of the concept of “order” in world politics.

The French Academy dictionary defines order as “an arrangement, a regular layout of things in relation to one another; a necessary relationship which regulates the organization of a whole into its parts”. In reality, the notions of order and disorder are part of practical, ethical, political, even mythical and religious discourse. From a philosophical point of view, according to Professor Bertrand Piettre[4], these two notions seem to be more normative than descriptive and have more value than reality. Thus, the term “order” is understood at least in two contradictory senses: either the order is thought of as finalized, as carrying out a purpose, pursuing a direction and thus making sense; disorder is then defined by the absence of an intelligent design. Or the order is thought of as a stable or recurring structure and, thereby, recognizable and locatable, as a constant and necessary arrangement; but as such, it can appear totally devoid of finality and purpose. Disorder, then, is not thought of as what is devoid of a finality, but as what appears to be devoid of necessity.

These two meanings, Piettre explains, refer to two philosophically different visions of the world: finalist or mechanist. Also, recent developments in contemporary science reveal a third possible meaning of the word order, a so-called “contingent” order which is constituted, not against or in spite of disorder, but by and with it; not by triumphing over disorder, but by using it. The author concludes that the notions of order and disorder are therefore intimately entwined and complementary to each other. Their combination, in a play of contingency and necessity, produces the diversity of the material and living world that we know.

In the context of international relations, order is commonly understood to mean the set of rules and institutions that govern relations between the key players in the international environment. Such an order is distinguished from chaos, or random relationships, by a certain degree of stability in terms of structure and organization.

Perhaps, one of the best studies ever done on this topic is the one sponsored by the Office of the United States Secretary of Defense’s Office of Net Assessment and conducted within the International Security and Defense Policy Center of the RAND National Defense Research Institute in 2016 under the title “Understanding the Current International Order[5]. The main aim of this study, was to understand the workings of the existing international order, assess current challenges and threats to the order, and accordingly, recommend future policies deemed sound to U.S. decisionmakers.

The report says that in the modern era, the foundation of the international order was built on the bedrock principles of the Westphalian system, which reflected fairly conservative conceptions of order while relying on pure balance-of-power politics in order to uphold the sovereign equality and territorial inviolability of States.

This Westphalian system led to the development of the territorial integrity norm, considered to this day as a cardinal norm against outright aggression towards neighbors with the aim of seizing their lands, resources or citizens, which was once a common practice in world politics. Thus defined in its main elements, this system has continued to prevail, especially since the Concert of Europe, also known as the Vienna Congress system, which from 1815 to 1914 established a whole series of principles, rules and practices having greatly contributed, after the Napoleonic wars, to maintaining a balance between European powers and shielding the Old Continent from a new all-out conflict. It stood fast until the outbreak of World War I, resumed with the creation of the League of Nations, and then, again, after World War II.

In sum, even if it took different forms in practice, the Westphalian order continued to be a permanent feature of the relations between the great world powers during all the aforementioned periods, thus allowing, to the greatest possible extent, the prevalence of structured relations designed to forswear territorial conquest and curtail any global disorder susceptible of generating wars or large-scale violence in their midst.

The RAND Corporation report indicates that since 1945, the United States, which was the greatest beneficiary of the restored peace, has pursued its global interests through the creation and maintenance of international economic institutions, bilateral and regional security organizations, and liberal political norms and standards. These ordering mechanisms are often collectively referred to as the “international order”.

However, in recent years, rising powers have begun to challenge the sustainability and legitimacy of some aspects of this order, which is clearly seen by the U.S. as a major challenge to its global leadership and vital strategic interests. Three broad categories of potential risks and threats likely to jeopardize this order have thus been identified by the writers of the report:

– some leading states consider that many components of the existing order are designed to restrict their power and perpetuate American hegemony;

– volatility due to failed states or economic crises;

– shifting domestic politics at a time of slow growth and growing inequality.

Kissinger and Realpolitik

Two years before the publication of this study, Henry Kissinger, the veteran of American diplomacy credited with having officially introduced “Realpolitik” (realistic foreign policy based on the calculation of forces and the national interest) in the White House while serving as Secretary of State under Richard Nixon’s administration, had further explored the theme of world order in a landmark book.[6]

From the outset, Mr. Kissinger asserts that no truly global “world order” has ever existed. The order as defined by our times was devised in Western Europe four centuries ago, on the occasion of a peace conference held in Westphalia, a region of Germany, “without the involvement or even the awareness of most other continents or civilizations”. This conference, it should be remembered, followed a century of sectarian conflict and political upheavals across Central Europe which ended up provoking the “Thirty Years’ War” (1618-1648), an appalling and unnecessary “total war” where a quarter of the population of Central Europe died from combat, disease or starvation.

However, the negotiators of this peace of Westphalia did not think of laying the foundations of a system applicable to the whole world. How could they have thought so when then, as always before, every other civilization or geographic region, seeing itself as the center of the world and viewing its principles and values ​​as universally relevant, defined its own conception of order? In the absence of possibilities for prolonged interaction and of any framework for measuring the respective power of the different regions, Henry Kissinger believes, each of these regions viewed its own order as unique and defined the others as “barbarians” wich were “governed in a manner incomprehensible to the established system, and irrelevant to its designs except as a threat”.

Subsequently, thanks to Western colonial expansion, the Westphalian system spread around the world and imposed the structure of a state-based international order, while failing, of course, to apply the concepts of sovereignty to colonies and colonized peoples. It is these same principles and other Westphalian ideas that were put forward when the colonized peoples began to demand their independence. Sovereign state, national independence, national interest, noninterference in domestic affairs and respect for international law and human rights have thus asserted themselves as effective arguments against the colonizers themselves during armed or political struggles, both to regain independence and, afterwards, to protect the newly formed states in the 1950s and 1960s in particular.

At the end of his reflection combining historical analysis and geopolitical prospective, Mr. Kissinger draws important conclusions about the current international order and asks essential questions about its future. The universal relevance of the Westphalian system, he said, derived from its procedural nature, that is value-neutral, which made its rules accessible to any country. Its weakness had been the flip side of its strength: designed by states exhausted from the bloodletting they inflicted on each other, it offered no sense of direction; it proposed methods of allocating and preserving power, without indicating how to generate legitimacy.

More fundamentally, Mr. Kissinger argues that in building a world order, a key question inevitably concerns the substance of its unifying principles, which represents a cardinal distinction between Western and non-Western approaches to order. Quite aptly, he observes that since the Renaissance, the West has widely adopted the idea that the real world is external to the observer, that knowledge consists in recording and classifying data with the greatest possible precision, and that the success of a foreign policy depends on the assessment of existing realities and trends. Therefore, the Peace of Westphalia embodied a judgment of reality and more particularly of realities of power and territory – in the form of a concept of secular order supplanting the demands of religion.

In contrast, the other great contemporary civilizations conceived of reality as internal to the observer and defined by psychological, philosophical or religious convictions. As a result, Kinssinger is of the opinion that sooner or later, any international order must face the consequences of two trends that compromise its cohesion: either a redefinition of legitimacy or a significant shift in the balance of power. In such surcumstances, upheavals could emerge, the essence of wich being that while they are usually underpinned by force, their overriding thrust is psychological. Those under assault are challenged to defend not only their territory, but the basic assumptions of their way of life, their moral right to exist and to act in a manner that until the challenge, had been treated as beyond question”.

Like many other thinkers, political scientists and strategists, especially Westerners, Mr. Kissinger considers that the multifaceted developments underway in the world are fraught with threats and risks that could lead to a sharp rise in tensions. And chaos threatens “side by side with unprecedented interdependence: in the spread of weapons of mass destruction, the disintegration of states, the impact of environmental depredations, the persistence of genocidal practices, and the spread of new technologies threatening to drive conflict beyond human control or comprehension”.

This is the reason why Mr. Kissinger thinks that our age is insistently engaged in an obstinate search, sometimes almost desperatly, of a concept of world order, not without expressing his concern which takes on the appearance of a warning: in our time, a reconstruction of the international system “is the ultimate challenge to government. And in the event of failure, the penalty will be not so much a major war between States (though in some regions this is not foreclosed) as an evolution into spheres of influence identified with particular domestic structures and forms of governance, for example the Westphalian model as against the radical Islamist version” with the risk, according to him, that at its edges each sphere would be tempted to test its strength against other entities of order deemed illegitimate.

The major conclusion of this scholarly book which concerns us particularly in the context of our theme of the “Order of the World”, as opposed to “international” or “World” order, is this: “The mystery to be overcome is one all peoples share: how divergent historical experiences and values can be shaped into a common order”.

Mr. Kissinger’s allusion to the “radical Islamist version” as a possible alternative to the Westphalian model of world order is far from trivial; and the fact of having singled it out from other eventualities speaks volumes about its own strategic reading of the evolutions underway and the possible contours of the world to come.

Afghanistan, yet again a slayer and graveyard of empires

With a few years of delay, the “establishment” of his country seems to have been convinced of the same views. Indeed, in the space of just four days, two clarifications in this sense have been made, shaking violently the foundations of policies and “truths” hitherto considered incontrovertible.

Firstly, through an editorial[7] published in the columns of the highly influential New York business and financial daily “The Wall Street Journal”. Under the evocative headline “The Unconquable Islamic World”, the newspaper owned by Australian–American billionaire and media mogul Rupert Murdoch claims that historians, troopers and politicians will debate for many years the particulars of what went unsuitable throughout America’s intervention in Afghanistan. This adventure had its epilogue, on August 31, 2021, in the form of a hasty and messy evacuation of American troops through Kabul airport, under the triumphant gaze of the Taliban, the new masters of Afghanistan, a country which once again proved to be a slayer and graveyard of invading empires, old and new.

Such a rout, broadcast live by international media, left everyone bewildered and certainly eclipsed similar scenes of panic that marked the fall of Saigon, Vietnam, on April 30, 1973, which sealed the first military defeat in the recent history of the United States.

Considering that the US-led coalition has been guilty of blindness by failing to understand that politics lies downstream of tradition, and tradition downstream of faith, the newspaper recognizes that Islamic societies belong to a particular civilization, which resists the imposition of foreign values by way of energy. This blindness is caused by the fact that, becoming apostles of common civilization, Westerners think that “human beings all over the place would make the identical primary choices we made in constructing political group”, and also by a “noble want” to see people as equal, interchangeable beings for whom religion and tradition are “accidents of delivery”. Whereas in fact, these accidents are “non-negotiable truths for tons of hundreds of thousands of people that would moderately die than concede them”.

Failure to understand this, the daily concludes, can be a symptom of “religious vacancy”. In other words, “alienated from America’s Christian origins, hundreds of thousands can’t fathom how religion may play a significant position in binding people collectively”.

Secondly, through an equally scathing assessment by President Joe Biden himself during a speech to the nation[8] delivered in the wake of the American withdrawal from Afghanistan and only eleven days before the 20th anniversary of the September 11, terrorists attacks, which had precisely precipitated this military intervention. On this occasion, President Biden gave a full-throated defense of his decision to end the United States’ longest war abroad by declaring that the era of large American military deployments to remake other nations is over. He further emphasized: “After more than $2 trillion spent in Afghanistan a cost that researchers at Brown University estimated would be over $300 million a day for two decades in Afghanistan yes the American people should hear this: $300 million a day for 20 years in Afghanistan”. Will this important declaration help turn a new page in Washington’s foreign policy, especially towards the Muslim world, a policy characterized by so many setbacks that have claimed the lives of millions of innocent people and caused heavy material damage and unspeakable sufferings? Only time will tell.

Islam and the New World Order

In the meantime, as Ali A. Allawi asserts in his mesmerizing book[9], there is little doubt that for at least two centuries the civilization of Islam has been going through a profound crisis. Islam, as a religion and a method of worship, embraced by almost two billion people in the world[10], has kept its vitality intact, and is gaining more and more followers outside its original geographical sphere, notably since the events of September 11, paradoxical though it may seem to some. Indeed, we are seeing more and more telling signs in this regard such as: the increase in the number of conversions to Islam, in particular among educated women; the significant surge in the number of mosques, Islamic centers and other places of worship in the West and elsewhere (including through the conversion of abandoned Christian places of worship); the election of Muslims to high positions of political and representative responsibility (including mayors and parliamentarians of major capitals and Western cities); the interest in studying Islam in general and the Qur’an in particular, including in schools and universities in many countries around the world; the remarkable growth of banks and other Islamic financial institutions, as well as that of the Halal industry in the world.

It remains true, however, that the situation is quite different for the world and the civilization that Islam has built over the centuries. These have been seriously undermined. What does this mean exactly? To try to answer this question, it is important to recall the following key considerations:

All civilizations try to balance themselves between the individual and the collective (or the group), between the temporal and the spiritual, and between this-worldliness and otherworldliness. Shifts between the relative importance given to the former at the expense of the latter is what gives the different civilizations their distinctive identity and coloring; and critical disjunctions in human history occur when the individual paradigm is overturned or tilted towards the collective, or vice versa.

In modern Western societies, especially English–speaking ones, it is an indisputable fact that since the Renaissance which was at the origin of the Enlightenment movement and thought, there has been a gradual and probably decisive and irreversible shift away from the collective and the sacred towards the individual and the secular.

This being the case, in the self–image of Western or Westernized societies, the individual is ennobled and endowed with the power and tools to determine, alone, the course of his personal development and fulfillment as well as those of society, through the idiom – which is then erected into absolute dogma – of rights and the practice of a democracy based on laws and rules. The primacy of the individual over collective rights thus gradually paved the way for the dismantling of the post-war welfare state, making the dividing line between the public and private domains increasingly blurred, and providing wide–open avenues to an unbridled individualism.

The Muslim World was not spared either by the onslaught of these stormy developments, and all the countries composing it ended up joining, with varying degrees of enthusiasm and intensity, the irresistible ultraliberal globalization movement churned out and forcefully promoted by the Reagan-Thatcher couple in the 1980s. Nevertheless, to this day, Islam, this invisible glue that binds Muslims to a different set of values, loyalties and identities beyond the nation, seem to be resisting and still has not recognized the inevitability of a world civilization stamped with the sole seal of the West and its typical and willfully domineering political, cultural, and socio-economic model.

Being a religion which does not separate the spiritual from the temporal and puts the rights, interests and well-being of the community ahead of those of individuals, Islam today constitutes a major brake on and obstacle to the standardization of humanity according to the globalist mold aiming to impose the rules of a single economic model and mindset. The supporters of this vision of the world work tirelessly to break open this bolt which still holds, unlike Catholicism, the other monotheistic religion with a universal vocation, in particular since the Second Vatican Ecumenical Council which has totally abdicated by giving in to the “demands” of an increasingly desecrated modern world.[11] This Council, let us remember, had, under the impetus of the brand new Pope John XXIII, assigned three main goals, the repercussions of which are still being felt today: to renew the Church itself (to make its aggiornamento), to re-establish the unity of all Christians, and to engage in the dialogue of the Church with the contemporary world.

Pierre Hillard understood this very well when he said that Islam is now the “last bulwark against the New World Order”. To the question that Laurent Fendt put to him on Radio “Ici et Maintenant”, on January 11, 2010, of “what would be in the case of a world government the enemy who would be put forward to continue to rule the world?”, Pierre Hillard replied: “Within the framework of the New World Order, the enemy currently is Islam (…) because Islam is still the only religion which brings hope for the hereafter (…) It is for the globalist spirit a competition that it cannot accept, because the Muslim will not – in any case much less – focus on material pleasures, on the consumer society; so it is necessary at all costs to destroy this Islam which does not extol the American way of life”. And while referring to an article by Ralph Peters in an American military journal[12] pleading in favor of a “Vatican of Islam”, he recalls the encyclical Pacem in Terris of John XXIII before concluding: “they succeeded with Catholicism and there is nothing left but Islam which tries to resist”.

On closer inspection, we may argue that throughout the Western colonial period, the Cold War and until after the “Thirty Glorious” the West was somewhat indifferent if not condescending to Islam as a religion. The fear of Islam has followed the demise of social democracy in the West, especially since the events of “May 68”, and the decay of progressive and socially centered movements in the Third World. The Iranian revolution of 1979, itself begotten by this historical development, and the terrorist attacks of September 11, radically changed the geostrategic situation in the eyes of Western countries. Islam is increasingly at the center of their concerns today and a rampant Islamophobia has naturally, and dangerously, ensued. As Mr. Allawi so rightly put it, Islam’s religion, cultures, civilization, nations and peoples have become the subject of meticulous scrutiny by a wide array of analysts, “from the most thoughtful to the most incendiary, from the most illustrious to the most obscure, from the most sympathetic to the most bigoted”.

Make no mistake about it. Much like Egyptian thinker Mustafa Mahmoud, we are aware that when some influential figures, both Western and indigenous, declare that they are not hostile to Islam as a religion, they are honest in some way. To be sure, they have no objection to Muslims praying, fasting, making the pilgrimage to Mecca, spending days and nights worshiping God, glorifiying Him and seeking His grace in individual meditation and invocation or in collective prayers in mosques. They are in no way hostile to ritual Islam, an Islam of gestures, genuflection and asceticism. Nor do they object to Muslims being bestowed with the rewards of the hereafter. It’s a question they don’t necessarily care or think about. On the contrary, these personalities and their mentors have very often encouraged, supported and defended the leaders and other sounding boards of this type of Islam: peaceful, pacifist, docile and exploitable at will. Their hostility and enmity are rather directed against the other Islam, the one that challenges their claim to the exclusive authority to rule the world, and build it on other ideals, values ​​and interests than theirs; progressive Islam which enjoins what is right and forbids what is wrong in the world; Islam which wants to open an alternative cultural path and eestablish other models and values ​​in the fields of economy, trade, art and thought; Islam that wants to advance science, technology and inventions, but for purposes other than the conquest of the territories of others and the control of their resources; Islam that goes beyond individual reform to social reform, that helps cure the ailments of the current pervasive and materialestic civilization to effect a much-needed salutary global change. In all such arenas, there is no room for negotiation, bargaining, or compromise. There is bitter warfare, either overt or covert, sometimes even with the help of supposedly co-religionists local clients.

In reaction, an awareness characterized mainly by rearguard actions and resistance to the claims of secular modernity is emerging across the Muslim world. This dynamic encompasses all of the attributes of a struggle for the survival of Islam, henceforth the sole standard bearer of Abrahamic monotheism.

The future of Islam: between reformation, deformation and rebirth

Uneasiness and uncertainty as to the direction in which Islamic civilization is moving, or is being intentionally pushed, have been providing the foundation for a flow of projects and plans aimed at “reforming” or “revitalizing” Islam since the beginning of the 19th century and up to the present day. These continued attempts are all based on schemes of “reinvention” of Islam through secularization, liberalization, historicization, or radicalization of Muslims’ understanding of their religion.

As we pointed out earlier, there is no crisis of religious belief in Islam comparable to that which has affected Christianity in the West generally. But this is a far cry from the assertion that the seeds of a rebirth of Islamic civilization are there simply because most Muslims continue to show extraordinary commitment to their religion. Mr. Allawi is right in thinking that the main threat to Islamic civilization will not come from the massive abandonment of religious faith. Rather, the future of this civilization is more linked to the success or disappearance of political Islam as it has manifested itself during the last forty years.

Indeed, the extreme politicization, both internal and external, of Islam and its transformation into an ideology for legitimizing access to and/or retention of power is undoubtedly a crucial change that has influenced the life course of Muslim states and peoples, and also their relation to the whole world. According to Allawi, the success of political Islam may, paradoxically, turn out to be the “coup de grace”, the final blow to the Islamic civilization. For it will eliminate, once and for all, the possibility that the political path could ever be the basis for rejuvenating or reshaping the elements of a new form of Islamic civilization. In many ways, the use of violence and terrorism in the name of Islam confirms the disappearance of this civilization from the consciousness of terrorists and their local and foreign supporters. Despite its predominance in the calculations of policy and decision-makers and in the public imagination, political Islam is only one aspect of the overall problem of Islam in the modern World. Similarly, its ups and downs are only one symptom among others of the disease affecting this civilization. And the fact that Islamism has received the lion’s share of attention does not automatically make its leaders and ideologues the arbiter of Islam itself.

Therefore, what needs to be addressed as a matter of high priority and urgency is to identify the root causes of the crisis and to remedy them. In particular, it is crucial to find out whether Islam’s apparent mismatch with the modern world is intrinsic to the religion itself or is due to other factors, including the gradual breakdown of its vital forces. Former Malaysian Prime Minister Mahathir Bin Muhammad, who has contributed significantly to the development of his country, has suggested what could well be a particularly interesting “road map” in this regard. Addressing the participants of the 3rd International Conference on Islamic Thought, held in Kuala Lumpur in May 1984, he said: “If Muslims really want an Islamic social order, then they must examine every aspect of modern life from the perspective of Islam and make the necessary corrections (…) Then they should integrate the new knowledge into the corpus of the Islamic legacy by eliminating, amending, reinterpreting and adapting its components according to the world view of Islam”.

The debate on this topic is endless, and the opinions expressed by Muslims themselves are often diametrically opposed. This is the case with two recent contributions. If for the Tunisian researcher Hela Ouardi[13] “Islam is a totally anachronistic religion, stuck in a temporal trap and unable to cut the thread of the mythology that would allow it to enter modernity”, it is quite otherwise for the Swiss researcher of Moroccan origin Réda Benkirane[14] who considers that “paradoxically, what we perceive as a return of religion is in reality an exit from Islam. This “outing” essentializes the accessory (appearance, clothing, standards) and accessorizes the essential (the articulation of reason and faith). Everything that has been going on for half a century now has contributed to a turbulent secularization of Islam (…) The instrumentalization of religion for political ends has been the work of secular Western states and Arab petromonarchies”.

In truth, what reformers and critics of Islam alike have not sufficiently understood or admitted is that “the spiritual dimension of Islam has permeated the entirety of its civilization”. Accordingly, regaining knowlege of the sacred is an essential requierement. This is the most important characteristic of this particular religion, one that Muslims hold to be perfect and definitive, especially in terms of the transcendent reality which lies at the heart of its message. In interpreting the world view of Islam, the aim of all knowledge must be to “seek, find and affirm the divine basis of all righteous thinking and actions”, as referred to in the Qur’an.[15] Furthermore, the clear dichotomy between the sacred and the secular contained in the biblical affirmation “render unto Caesar the things that are Caesar’s, and unto God the things that are God’s” finds no place in Islam if it “despiritualizes the foundations of individual and collective action”.

The aforementioned considerations are the most essential features which made the specificity of Islam, its Alpha and its Omega, which allowed the birth and then the greatness of its civilization, and which will be crucial for the success of any “rebirth” enterprise aimed at the individual and societal regeneration of Islam in the modern world. Otherwise, what Mr. Allawi calls “the last crisis” of the civilization of Islam may induce a secularization of Islam, which would therefore reduce its domain to the private sphere, as an individual faith or, at best, a community faith. Such an evolution would obviously add Islam to the other non-established religions in the modern world and, with time, its singularity will disappear, and with it any possibility that its outward expression will have a serious impact on the world in general. On that account, it would permanently lose any claim it might have to be “the incubator of a unique form of a future civilization”. As for the Muslims taken individually, they would then be part of a world which would bear no imprint of their religion “while the model of Promethean man, heroically defying the gods and tolerating no limit to his desires and their fulfillment”, would take a further step towards its own inescapable perdition. All in all, the Islamic “awakening” so much announced lately would not be a prelude to the rebirth of an Islamic civilization but “a new episode of its decline”, and the final act of the end of a once resplendent civilization that would have thus, God forbid, also made its swan song.

This fundamental conclusion reached by Ali Allawi, and which we endorse entirely, is the same as that formulated fifty years before him by Malek Bennabi in the original Arabic version of his fascinating scholarly book published in 1971 in Cairo under the title “The Problem of Ideas in the Muslim world”. The Muslim world, he wrote, has emerged from the post-Almohadian era in the last century without, however, yet finding its base; like a rider who has lost the stirrup and has not yet managed to get it back, it is looking for its new equilibrium. Its secular decadence, which had condemned it to inertia, apathy, impotence, colonizability, nevertheless retained its more or less fossilized values. It emerges in this state in a twentieth century at the height of its material power, but where all moral forces began to fail soon after World War I.

After examining the ins and outs of this long process of decadence, Bennabi warns that the Muslim world, and more particularly a large part of its “elites”, is carried away by contradictory ideas, those very which bring it face to face with the problems of technological civilization without putting it in contact with its roots, and those which link it to its own cultural universe without putting it completely in contact with its archetypes, despite the meritorious efforts of its Reformers. It therefore risks, “by infatuation or by slipping on slides set in its footsteps, to be drawn into modern ‘ideologies’ just as they consummate their bankruptcy in the West where they were born”. We do not make history, he affirms assertively, by following in the footsteps of others in all the beaten paths, but by opening up new paths; this is only possible with “genuine ideas that answer all the growth problems of a society which must be rebuilt”.

Surely, for centuries, the civilization of Islam has often been shaken by powerful opposing currents. The crusades, the Mongol invasion, Western colonization and imperialism and, today, the intense movement of globalization were the most striking ones. It has just as often bent under their blows, but has never broken. Far from it, its contribution to universal civilization and to the construction of the Old and New worlds is undeniable. The chronicle of this role, especially during the period of the Ottoman Empire, has recently been the subject of a remarkable book written by Professor of history and Chair of the Department of History at American Yale University, Alan Mikhail[16], under the title “The Shadow of God: The Ottoman Sultan Who Shaped the Modern World”. In the introduction to this narrative presenting a new and holistic picture of the last five centuries and demonstrating Islam’s constituent role in the forming of some of the most fundamental aspects of the history of Europe, the Americas, and the United States, he states that: “If we do not place Islam at the center of our grasp of world history, we will never understand why the Moor-slayers (Matamoros)17 are memorialized on the Texas-Mexico border or, more generally, why we have blindly, and repeatedly, narrated histories that miss major features of our shared past. As we chronicle Selim and his age, a bold new world history emerges, one that overturns shibboleths that have held sway for a millennium”, before concluding: “Whether politicians, pundits, and traditional historians like it or not, the world we inhabit is very much an Ottoman one”.

Amir Nour

This article was initially published here.

Notes:

  1. Algerian researcher in international relations, author of the bookL’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau Sykes-Picot” (The Orient and the Occident in Time of a New Sykes-Picot) Editions Alem El Afkar, Algiers, 2014.
  2. Malek Bennabi (1905-1973) was an Algerian thinker and writer who devoted most of his life to observe and analyze History to understand the general laws behind the rise and fall of civilizations. He is also known for having coined the concept of “colonizability” (the inner aptitude to be colonized) and even the notion of “globalism” (mondialisme, in French).
  3. Gilles Bertrand, Ordre international, ordre mondial, ordre global”, in Revue internationale et stratégique 2004/2 (N°54).
  4. Bertrand Piettre, “Ordre et désordre : Le point de vue philosophique”, 1995.
  5. RAND Corportation, “Understanding the Current International Order”, 2016.
  6. Henry Kissinger, “World Order”, Penguin Press, New York, 2014.
  7. The Wall Street Journal, The Unconquerable Islamic World”, August 19, 2021.
  8. See: “Remarks by President Joe Biden on the End of war in afghanistan, The white House, WH.GOV, August 31, 2021.
  9. Ali A. Allawi, “The Crisis of Islamic Civilisation”, Yale University Press, New Haven and London, 2010.
  10. According to a study conducted by The Pew Research Center entitled “The Future of World Religions: Population Growth Projections, 2010-2050”: “Islam will grow faster than any other major religion. As of 2010, Christianity was by far the world’s largest religion, with an estimated 2.2 billion adherents, nearly a third (31%) of all 6.9 billion people on Earth. Islam was second, with 1.6 billion adherents, or 23% of the global population. By 2050 there will be near parity between Muslims (2.8 billion, or 30% of the population) and Christians (2.9 billion, or 31%), possibly for the first time in history. If the main projection model is extended beyond 2050, the Muslim share of the world’s population would equal the Christian share, at roughly 32% each, around 2070. After that, the number of Muslims would exceed the number of Christians. By the year 2100, about 1% more of the world’s population would be Muslim (35%) than Christian (34%)”.
  11. See : Jean Pierre Proulx “Il y a 50 ans : Vatican II. Le Concile qui a bouleversé l’Eglise”, Le Devoir, December 22, 2012, and the interview with historian Guillaume Cuchet, in “Aleteia”, “Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra bien lui donner”, September 18, 2021.
  12. Ralph Peters, “Blood Borders: How a Better Middle East Would look”, in Armed Forces Journal, juin 2006.
  13. See : Hela Ouardi, L’Islam n’arrive pas à trancher le fil de la mythologie qui lui permettrait d’entrer dans la modernité”, Le Monde des religions, September 19, 2021.
  14. See : Réda Benkirane, “Tout ce qui se joue depuis un demi-siècle concourt à une sécularisation turbulente de l’islam”, le Monde des religions, September 5, 2021.
  15. “We will show them Our signs in the horizon and within themselves until it becomes manifest to them that this (the Qur’an) is the truth. Is it not enough that thy Lord doth witness all things?” (Chapter Fussilat, Verse 53).
  16. Alan Mikhail, “God’s Shadow: The Ottoman Sultan who shaped the modern world”, W.W. Norton & Company, New York, 2020.
  17. Matamoros” is the name of a city located in the northeastern Mexican state of Tamaulipas across the border from Brownsville, Texas in the United States. It was coined by Catholic Spaniards for whom it was the duty of every Christian soldier to be a Moor-slayer.

 

 

3 thoughts on “International Order, World Order, Order of the World, and Things to Come

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Civilisation_islamique#/media/Fichier:Muslim_majority_countries2.png

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Eurasia_(1984)#/media/Fichier:1984_fictious_world_map.png

    Le premier lien est une carte des pays musulmans. Le second représente la vision géopolitique d’Orwell dans 1984 ou le monde musulman est la ”disputed area”. Depuis l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS les USA ont commencé de semer le chaos dans le monde musulman. A mon sens ils ont besoin de semer le chaos dans le monde musulman car cela maintiendra la suprématie du commerce maritime par rapport au commerce terrestre (route de la soie). Pour une thalassocratie cette attitude est compréhensible.

    Le désordre dans la zone musulmane leur sera utile dans les 3 cas ci-dessous :
    Plan A des anglo: Rester les maître du monde.
    Plan B: Rester à parité avec Eurasia/Russie et Est-Asia/Chine.
    Plan C: En cas de perte de la parité avec Eurasia et Est-Asia ils pourront survivre (Espèrent-il) en forçant un polarisation ni militaire, ni économique, mais idéologique (LGTBQ + WOKE + cancel culture) pour un monde Orwellien.

    Les Anglo en sont maintenant entre B et C. Ils sont mauvais en combat terrestre mais ils conservent une grande puissance maritime. Leur atout maître sont les sous-marins d’attaques (cf Aukus). Ils vont tenter de rejouer avec la Chine le tour qu’ils ont joué avec les japonais avant WW2, c’est à dire de les contraindre à attaquer après les avoirs asphyxier économiquement.

    Seulement la Chine et la Russie de 2021 ne sont pas le japon des année 1930. La guerre hybride va continuer de faire rage pendant les années qui viennent à moins d’un effondrement des Anglo. Leur plus grande faiblesse est qu’ils tiennent debout plus que par un pilier le $. Les Chinois vont tenter de les asphyxier lentement en composant clé qu’ils ne fabriquent plus. Ils ont déjà commencé en fermant temporairement certaines de leurs usines sous prétexte de manque d’électricité. Et bien entendu ils vont saper petit à petit le $. Chaque dépréciation du $ sera durement ressentie car Washington DC ne finance plus que 50% du budget fédéral avec l’impôt.

  2. Ordre international, ordre mondial, ordre du monde, et choses à venir

    Ceci est un chapitre du livre d’Amir Nour [1] à paraître, intitulé : “L’Islam et l’ordre du monde : le testament de Malek BENNABI” (Islam and the Order of the World : Malek BENNABI’s Testament). D’abord disponible en français, des traductions en arabe et en anglais sont prévues.

    L’islam a commencé comme quelque chose d’étrange et redeviendra étrange comme il a commencé, alors annoncez la bonne nouvelle aux étrangers”.

    (Hadith du prophète Mahomet)

    Au commencement était la Westphalie

    Afin de bien planter le décor du sujet qui nous préoccupe ici, à savoir l'”Ordre du Monde” par opposition à l'”Ordre Mondial”, tel qu’il a été perçu par feu Malek Bennabi[2], il convient de procéder à une nécessaire clarification des concepts clés en la matière.
    ************************************************

    En effet, dans l’abondante littérature sur les relations internationales, notamment en langue française, le qualificatif “international”, “global” ou “planétaire” est rarement explicité de manière satisfaisante. Comme le souligne Gilles Bertrand[3], l’emploi indifférencié de l’un ou l’autre de ces adjectifs laisse penser qu’ils sont interchangeables, donc sans réelle signification pour la science politique. Ce n’est pas le cas, car pour de nombreux auteurs comme lui, cet usage traduit l’appartenance à une école de pensée particulière en relations internationales, une perception particulière du monde, et une analyse différente du concept d'”ordre” en politique mondiale.

    Le dictionnaire de l’Académie française définit l’ordre comme ” un arrangement, une disposition régulière des choses les unes par rapport aux autres ; un rapport nécessaire qui règle l’organisation d’un tout en ses parties “. En réalité, les notions d’ordre et de désordre font partie du discours pratique, éthique, politique, voire mythique et religieux. D’un point de vue philosophique, selon le professeur Bertrand Piettre[4], ces deux notions semblent être plus normatives que descriptives et ont plus de valeur que la réalité. Ainsi, le terme “ordre” est compris au moins dans deux sens contradictoires : soit l’ordre est pensé comme finalisé, comme réalisant un but, poursuivant une direction et faisant ainsi sens ; le désordre est alors défini par l’absence d’un dessein intelligent. Soit l’ordre est pensé comme une structure stable ou récurrente et, par conséquent, reconnaissable et localisable, comme un arrangement constant et nécessaire ; mais en tant que tel, il peut apparaître totalement dépourvu de finalité et de but. Le désordre, donc, n’est pas pensé comme ce qui est dépourvu de finalité, mais comme ce qui semble dépourvu de nécessité.

    Ces deux significations, explique Piettre, renvoient à deux visions du monde philosophiquement différentes : finaliste ou mécaniste. Par ailleurs, les développements récents de la science contemporaine révèlent un troisième sens possible du mot ordre, un ordre dit “contingent” qui se constitue, non pas contre ou malgré le désordre, mais par et avec lui ; non pas en triomphant du désordre, mais en l’utilisant. L’auteur conclut que les notions d’ordre et de désordre sont donc intimement mêlées et complémentaires l’une de l’autre. Leur combinaison, dans un jeu de contingence et de nécessité, produit la diversité du monde matériel et vivant que nous connaissons.

    Dans le contexte des relations internationales, on entend généralement par ordre l’ensemble des règles et des institutions qui régissent les relations entre les principaux acteurs de l’environnement international. Un tel ordre se distingue du chaos, ou des relations aléatoires, par un certain degré de stabilité en termes de structure et d’organisation.

    Peut-être, l’une des meilleures études jamais réalisées sur ce sujet est celle parrainée par le Bureau de l’évaluation nette du Secrétaire à la Défense des États-Unis et réalisée au sein du Centre de politique de sécurité et de défense internationale de l’Institut de recherche sur la défense nationale RAND en 2016 sous le titre ” Comprendre l’ordre international actuel “[5]. L’objectif principal de cette étude, était de comprendre les rouages de l’ordre international actuel, d’évaluer les défis et les menaces actuels pour cet ordre et, en conséquence, de recommander aux décideurs américains des politiques futures jugées judicieuses.

    Le rapport indique qu’à l’époque moderne, les fondements de l’ordre international reposaient sur les principes de base du système westphalien, qui reflétait des conceptions assez conservatrices de l’ordre tout en s’appuyant sur une pure politique d’équilibre des forces afin de faire respecter l’égalité souveraine et l’inviolabilité territoriale des États.

    Ce système westphalien a conduit au développement de la norme d’intégrité territoriale, considérée jusqu’à ce jour comme une norme cardinale contre l’agression pure et simple des voisins dans le but de s’emparer de leurs terres, de leurs ressources ou de leurs citoyens, ce qui était autrefois une pratique courante dans la politique mondiale. Ainsi défini dans ses principaux éléments, ce système a continué à prévaloir, notamment depuis le Concert de l’Europe, également connu sous le nom de système du Congrès de Vienne, qui, de 1815 à 1914, a établi toute une série de principes, de règles et de pratiques ayant largement contribué, après les guerres napoléoniennes, à maintenir l’équilibre entre les puissances européennes et à préserver le Vieux Continent d’un nouveau conflit généralisé. Il a tenu bon jusqu’au déclenchement de la Première Guerre mondiale, a repris avec la création de la Société des Nations, puis, à nouveau, après la Seconde Guerre mondiale.

    En somme, même s’il a pris des formes différentes dans la pratique, l’ordre westphalien a continué d’être une caractéristique permanente des relations entre les grandes puissances mondiales durant toutes les périodes susmentionnées, permettant ainsi, dans toute la mesure du possible, la prévalence de relations structurées destinées à renoncer à la conquête territoriale et à endiguer tout désordre mondial susceptible de générer des guerres ou des violences à grande échelle en leur sein.

    Le rapport de la RAND Corporation indique que depuis 1945, les États-Unis, qui ont été le plus grand bénéficiaire de la paix restaurée, ont poursuivi leurs intérêts mondiaux par la création et le maintien d’institutions économiques internationales, d’organisations de sécurité bilatérales et régionales, et de normes politiques libérales. Ces mécanismes d’ordonnancement sont souvent désignés collectivement comme “l’ordre international”.

    Cependant, ces dernières années, des puissances montantes ont commencé à remettre en question la durabilité et la légitimité de certains aspects de cet ordre, ce qui est clairement perçu par les États-Unis comme un défi majeur pour leur leadership mondial et leurs intérêts stratégiques vitaux. Trois grandes catégories de risques et menaces potentiels susceptibles de mettre en péril cet ordre ont ainsi été identifiées par les rédacteurs du rapport :

    certains États dirigeants considèrent que de nombreuses composantes de l’ordre existant sont conçues pour restreindre leur pouvoir et perpétuer l’hégémonie américaine ;
    la volatilité due à des États défaillants ou à des crises économiques ;
    l’évolution de la politique intérieure dans un contexte de faible croissance et d’inégalités croissantes.

    Kissinger et la Realpolitik
    ************************************************************

    Deux ans avant la publication de cette étude, Henry Kissinger, le vétéran de la diplomatie américaine crédité d’avoir officiellement introduit la “Realpolitik” (politique étrangère réaliste fondée sur le calcul des forces et l’intérêt national) à la Maison Blanche alors qu’il était secrétaire d’État sous l’administration de Richard Nixon, avait approfondi le thème de l’ordre mondial dans un livre qui a fait date[6].

    D’emblée, M. Kissinger affirme qu’aucun “ordre mondial” véritablement global n’a jamais existé. L’ordre tel qu’il est défini à notre époque a été conçu en Europe occidentale il y a quatre siècles, à l’occasion d’une conférence de paix tenue en Westphalie, une région d’Allemagne, “sans la participation ni même la conscience de la plupart des autres continents ou civilisations”. Cette conférence, rappelons-le, faisait suite à un siècle de conflits sectaires et de bouleversements politiques en Europe centrale qui ont fini par provoquer la “guerre de Trente Ans” (1618-1648), une “guerre totale” effroyable et inutile où un quart de la population d’Europe centrale est morte au combat, de maladie ou de faim.

    Les négociateurs de cette paix de Westphalie n’ont cependant pas pensé à jeter les bases d’un système applicable au monde entier. Comment auraient-ils pu le penser alors qu’à l’époque, comme toujours auparavant, chaque autre civilisation ou région géographique, se considérant comme le centre du monde et considérant ses principes et ses valeurs comme universellement pertinents, a défini sa propre conception de l’ordre ? En l’absence de possibilités d’interaction prolongée et de tout cadre permettant de mesurer la puissance respective des différentes régions, estime Henry Kissinger, chacune de ces régions considérait son propre ordre comme unique et définissait les autres comme des “barbares” qui étaient “gouvernés d’une manière incompréhensible pour le système établi, et sans intérêt pour ses desseins, sauf en tant que menace”.

    Par la suite, grâce à l’expansion coloniale occidentale, le système westphalien s’est répandu dans le monde et a imposé la structure d’un ordre international fondé sur l’État, tout en omettant, bien sûr, d’appliquer les concepts de souveraineté aux colonies et aux peuples colonisés. Ce sont ces mêmes principes et d’autres idées westphaliennes qui ont été mis en avant lorsque les peuples colonisés ont commencé à réclamer leur indépendance. L’Etat souverain, l’indépendance nationale, l’intérêt national, la non-ingérence dans les affaires intérieures et le respect du droit international et des droits de l’homme se sont ainsi affirmés comme des arguments efficaces contre les colonisateurs eux-mêmes lors des luttes armées ou politiques, tant pour reconquérir l’indépendance que, par la suite, pour protéger les Etats nouvellement formés dans les années 1950 et 1960 notamment.

    Au terme de sa réflexion alliant analyse historique et prospective géopolitique, M. Kissinger tire des conclusions importantes sur l’ordre international actuel et pose des questions essentielles sur son avenir. La pertinence universelle du système westphalien, dit-il, découle de sa nature procédurale, c’est-à-dire neutre du point de vue des valeurs, qui rend ses règles accessibles à tout pays. Sa faiblesse a été le revers de sa force : conçu par des États épuisés par les saignées qu’ils s’infligeaient les uns aux autres, il n’offrait aucun sens de l’orientation ; il proposait des méthodes de répartition et de préservation du pouvoir, sans indiquer comment générer la légitimité.

    Plus fondamentalement, M. Kissinger soutient que dans la construction d’un ordre mondial, une question clé concerne inévitablement la substance de ses principes unificateurs, ce qui représente une distinction cardinale entre les approches occidentales et non occidentales de l’ordre. À juste titre, il observe que depuis la Renaissance, l’Occident a largement adopté l’idée que le monde réel est extérieur à l’observateur, que la connaissance consiste à enregistrer et à classer les données avec la plus grande précision possible, et que le succès d’une politique étrangère dépend de l’évaluation des réalités et des tendances existantes. La paix de Westphalie a donc incarné un jugement sur la réalité – et plus particulièrement sur les réalités du pouvoir et du territoire – sous la forme d’un concept d’ordre séculier supplantant les exigences de la religion.

    En revanche, les autres grandes civilisations contemporaines concevaient la réalité comme interne à l’observateur et définie par des convictions psychologiques, philosophiques ou religieuses. En conséquence, Kinssinger est d’avis que, tôt ou tard, tout ordre international doit faire face aux conséquences de deux tendances qui compromettent sa cohésion : soit une redéfinition de la légitimité, soit un changement significatif de l’équilibre des forces. Dans de telles circonstances, des bouleversements peuvent survenir, dont l’essence est que “bien qu’ils soient généralement soutenus par la force, ils sont avant tout d’ordre psychologique. Ceux qui sont attaqués sont mis au défi de défendre non seulement leur territoire, mais aussi les hypothèses de base de leur mode de vie, leur droit moral d’exister et d’agir d’une manière qui, jusqu’à ce défi, avait été considérée comme incontestable”.

    Comme beaucoup d’autres penseurs, politologues et stratèges, notamment occidentaux, M. Kissinger considère que les évolutions multiformes en cours dans le monde sont lourdes de menaces et de risques qui pourraient conduire à une forte augmentation des tensions. Et le chaos menace “parallèlement à une interdépendance sans précédent : dans la propagation des armes de destruction massive, la désintégration des Etats, l’impact des déprédations environnementales, la persistance des pratiques génocidaires, et la diffusion de nouvelles technologies menaçant de pousser les conflits au-delà du contrôle ou de la compréhension humaine”.

    C’est la raison pour laquelle M. Kissinger pense que notre époque est engagée avec insistance dans une recherche obstinée, parfois presque désespérée, d’un concept d’ordre mondial, non sans exprimer son inquiétude qui prend l’allure d’un avertissement : à notre époque, une reconstruction du système international “est le défi ultime pour le gouvernement. Et en cas d’échec, la sanction ne sera pas tant une guerre majeure entre Etats (bien que dans certaines régions cela ne soit pas exclu) qu’une évolution en sphères d’influence identifiées à des structures domestiques et des formes de gouvernance particulières, par exemple le modèle westphalien contre la version islamiste radicale” avec le risque, selon lui, qu’à ses bords chaque sphère soit tentée de tester sa force contre d’autres entités d’ordre jugées illégitimes.

    La principale conclusion de ce livre érudit, qui nous concerne particulièrement dans le cadre de notre thème de “l’ordre du monde”, par opposition à l’ordre “international” ou “mondial”, est la suivante : “Le mystère à surmonter est un mystère que tous les peuples partagent : comment des expériences historiques et des valeurs divergentes peuvent être façonnées en un ordre commun”.

    L’allusion de M. Kissinger à la ” version islamiste radicale ” comme alternative possible au modèle westphalien d’ordre mondial est loin d’être anodine ; et le fait de l’avoir distinguée des autres éventualités en dit long sur sa propre lecture stratégique des évolutions en cours et des contours possibles du monde à venir.

    L’Afghanistan, encore une fois tueur et cimetière d’empires

    Avec quelques années de retard, l'”establishment” de son pays semble avoir été convaincu des mêmes vues. En effet, en l’espace de quatre jours seulement, deux clarifications en ce sens ont été apportées, ébranlant violemment les fondements de politiques et de “vérités” jusqu’alors considérées comme incontestables.

    Tout d’abord, à travers un éditorial[7] publié dans les colonnes du très influent quotidien économique et financier new-yorkais “The Wall Street Journal”. Sous le titre évocateur “The Unconquable Islamic World”, le journal appartenant au milliardaire australo-américain et magnat des médias Rupert Murdoch affirme que les historiens, les militaires et les politiciens débattront pendant de nombreuses années des détails de ce qui a mal tourné tout au long de l’intervention américaine en Afghanistan. Cette aventure a connu son épilogue, le 31 août 2021, sous la forme d’une évacuation précipitée et désordonnée des troupes américaines par l’aéroport de Kaboul, sous le regard triomphant des Talibans, les nouveaux maîtres de l’Afghanistan, un pays qui s’est une fois de plus révélé être un tueur et un cimetière d’empires envahisseurs, anciens et nouveaux.
    ********************************
    Une telle déroute, retransmise en direct par les médias internationaux, a laissé tout le monde perplexe et a certainement éclipsé les scènes de panique similaires qui ont marqué la chute de Saigon, au Vietnam, le 30 avril 1973, qui a scellé la première défaite militaire de l’histoire récente des États-Unis.
    ********************************
    Considérant que la coalition dirigée par les États-Unis s’est rendue coupable d’aveuglement en ne comprenant pas que la politique se situe en aval de la tradition, et la tradition en aval de la foi, le journal reconnaît que les sociétés islamiques appartiennent à une civilisation particulière, qui résiste à l’imposition de valeurs étrangères par voie énergétique. Cet aveuglement est causé par le fait que, se faisant les apôtres de la civilisation commune, les Occidentaux pensent que “les êtres humains de partout feraient les mêmes choix primaires que nous avons faits en construisant le groupe politique”, et aussi par un “noble désir” de voir les gens comme des êtres égaux et interchangeables pour lesquels la religion et la tradition sont des “accidents de parcours”. Alors qu’en réalité, ces accidents sont “des vérités non négociables pour des tonnes de centaines de milliers de personnes qui préfèrent mourir plutôt que de les concéder”.

    Ne pas comprendre cela, conclut le quotidien, peut être un symptôme de “vacuité religieuse”. En d’autres termes, “aliénés des origines chrétiennes de l’Amérique, des centaines de milliers de personnes ne parviennent pas à comprendre comment la religion peut jouer un rôle important pour lier les gens entre eux”.

    Ensuite, par une évaluation tout aussi cinglante du président Joe Biden lui-même lors d’un discours à la nation[8] prononcé au lendemain du retrait américain d’Afghanistan et onze jours seulement avant le 20e anniversaire des attentats terroristes du 11 septembre, qui avaient précisément précipité cette intervention militaire. À cette occasion, le président Biden a défendu avec force sa décision de mettre fin à la plus longue guerre des États-Unis à l’étranger en déclarant que l’ère des grands déploiements militaires américains visant à remodeler d’autres nations était révolue. Il a également souligné : “Après avoir dépensé plus de 2 000 milliards de dollars en Afghanistan, un coût que des chercheurs de l’université Brown ont estimé à plus de 300 millions de dollars par jour pendant deux décennies en Afghanistan, oui, le peuple américain devrait entendre ceci : 300 millions de dollars par jour pendant 20 ans en Afghanistan”. Cette importante déclaration contribuera-t-elle à tourner une nouvelle page de la politique étrangère de Washington, notamment à l’égard du monde musulman, une politique caractérisée par tant d’échecs qui ont coûté la vie à des millions d’innocents et causé de lourds dégâts matériels et des souffrances indicibles ? Seul l’avenir nous le dira.

    L’Islam et le nouvel ordre mondial

    Entre-temps, comme l’affirme Ali A. Allawi dans son livre envoûtant[9], il ne fait guère de doute que depuis au moins deux siècles, la civilisation de l’Islam traverse une crise profonde. L’Islam, en tant que religion et méthode de culte, embrassé par près de deux milliards de personnes dans le monde[10], a gardé sa vitalité intacte, et gagne de plus en plus d’adeptes en dehors de sa sphère géographique originelle, notamment depuis les événements du 11 septembre, aussi paradoxal que cela puisse paraître à certains. En effet, nous constatons de plus en plus de signes révélateurs à cet égard tels que : l’augmentation du nombre de conversions à l’islam, en particulier chez les femmes instruites ; l’augmentation significative du nombre de mosquées, de centres islamiques et d’autres lieux de culte en Occident et ailleurs (y compris par la conversion de lieux de culte chrétiens abandonnés) ; l’élection de musulmans à de hautes responsabilités politiques et représentatives (y compris des maires et des parlementaires de grandes capitales et de villes occidentales) ; l’intérêt pour l’étude de l’islam en général et du Coran en particulier, y compris dans les écoles et les universités de nombreux pays du monde ; la croissance remarquable des banques et autres institutions financières islamiques, ainsi que celle de l’industrie halal dans le monde.

    Il n’en reste pas moins vrai que la situation est tout autre pour le monde et la civilisation que l’Islam a bâtis au fil des siècles. Ceux-ci ont été sérieusement ébranlés. Qu’est-ce que cela signifie exactement ? Pour tenter de répondre à cette question, il est important de rappeler les considérations essentielles suivantes :

    Toutes les civilisations tentent de s’équilibrer entre l’individuel et le collectif (ou le groupe), entre le temporel et le spirituel, entre l’ici-bas et l’ailleurs. Les variations de l’importance relative accordée aux premiers au détriment des seconds sont ce qui donne aux différentes civilisations leur identité et leur coloration distinctives ; et les disjonctions critiques dans l’histoire de l’humanité se produisent lorsque le paradigme individuel est renversé ou basculé vers le collectif, ou vice versa.

    Dans les sociétés occidentales modernes, notamment anglophones, il est indiscutable que depuis la Renaissance, qui a été à l’origine du mouvement et de la pensée des Lumières, il y a eu un glissement progressif et probablement décisif et irréversible du collectif et du sacré vers l’individuel et le séculier.

    Ceci étant, dans l’image de soi des sociétés occidentales ou occidentalisées, l’individu est ennobli et doté du pouvoir et des outils pour déterminer, seul, le cours de son développement et de son épanouissement personnels ainsi que ceux de la société, à travers l’idiome – érigé ensuite en dogme absolu – des droits et la pratique d’une démocratie fondée sur des lois et des règles. La primauté de l’individu sur les droits collectifs a ainsi progressivement ouvert la voie au démantèlement de l’État-providence d’après-guerre, rendant de plus en plus floue la ligne de partage entre les domaines public et privé, et offrant de larges avenues à un individualisme débridé.

    Le monde musulman n’a pas non plus été épargné par les assauts de ces évolutions tumultueuses, et tous les pays qui le composent ont fini par adhérer, avec plus ou moins d’enthousiasme et d’intensité, à l’irrésistible mouvement de globalisation ultralibérale produit et promu avec force par le couple Reagan-Thatcher dans les années 1980. Néanmoins, à ce jour, l’Islam, ce ciment invisible qui lie les musulmans à un ensemble différent de valeurs, de loyautés et d’identités au-delà de la nation, semble résister et n’a toujours pas reconnu l’inévitabilité d’une civilisation mondiale marquée du seul sceau de l’Occident et de son modèle politique, culturel et socio-économique typique et volontairement dominateur.

    Religion qui ne sépare pas le spirituel du temporel et qui place les droits, les intérêts et le bien-être de la communauté avant ceux des individus, l’Islam constitue aujourd’hui un frein et un obstacle majeur à l’uniformisation de l’humanité selon le moule mondialiste visant à imposer les règles d’un modèle économique et d’une mentalité uniques. Les tenants de cette vision du monde travaillent inlassablement à faire sauter ce verrou qui tient encore, contrairement au catholicisme, l’autre religion monothéiste à vocation universelle, notamment depuis le Concile œcuménique Vatican II qui a totalement abdiqué en cédant aux ” exigences ” d’un monde moderne de plus en plus désacralisé[11]. [Ce concile, rappelons-le, s’était, sous l’impulsion du tout nouveau pape Jean XXIII, assigné trois objectifs principaux dont les répercussions se font encore sentir aujourd’hui : renouveler l’Église elle-même (faire son aggiornamento), rétablir l’unité de tous les chrétiens et engager le dialogue de l’Église avec le monde contemporain.

    Pierre Hillard l’a bien compris en disant que l’Islam est aujourd’hui le “dernier rempart contre le Nouvel Ordre Mondial”. A la question que lui posait Laurent Fendt sur Radio “Ici et Maintenant”, le 11 janvier 2010, de “quel serait dans le cas d’un gouvernement mondial l’ennemi qui serait mis en avant pour continuer à diriger le monde ?”, Pierre Hillard a répondu : “Dans le cadre du Nouvel Ordre Mondial, l’ennemi actuellement c’est l’Islam (…) parce que l’Islam est encore la seule religion qui apporte l’espoir de l’au-delà (…) C’est pour l’esprit mondialiste une concurrence qu’il ne peut pas accepter, parce que le musulman ne va pas – en tout cas beaucoup moins – se focaliser sur les plaisirs matériels, sur la société de consommation ; donc il faut à tout prix détruire cet Islam qui ne vante pas l’American way of life”. Et tout en se référant à un article de Ralph Peters dans une revue militaire américaine[12] plaidant en faveur d’un “Vatican de l’Islam”, il rappelle l’encyclique Pacem in Terris de Jean XXIII avant de conclure : “ils ont réussi avec le catholicisme et il ne reste plus que l’Islam qui tente de résister”.

    En y regardant de plus près, on peut affirmer que tout au long de la période coloniale occidentale, de la guerre froide et jusqu’après les “Trente Glorieuses”, l’Occident a fait preuve d’une certaine indifférence, voire de condescendance, à l’égard de l’Islam en tant que religion. La peur de l’islam a suivi la disparition de la social-démocratie en Occident, surtout depuis les événements de “Mai 68”, et le déclin des mouvements progressistes et socialement centrés dans le tiers monde. La révolution iranienne de 1979, elle-même issue de cette évolution historique, et les attaques terroristes du 11 septembre ont radicalement changé la situation géostratégique aux yeux des pays occidentaux. L’Islam est aujourd’hui de plus en plus au centre de leurs préoccupations et une islamophobie rampante en a naturellement, et dangereusement, découlé. Comme l’a si bien dit M. Allawi, la religion, les cultures, la civilisation, les nations et les peuples de l’Islam sont devenus l’objet d’un examen minutieux de la part d’un large éventail d’analystes, “des plus réfléchis aux plus incendiaires, des plus illustres aux plus obscurs, des plus sympathiques aux plus bigotes”.

    Ne vous y trompez pas. Tout comme le penseur égyptien Mustafa Mahmoud, nous sommes conscients que lorsque certaines personnalités influentes, tant occidentales qu’autochtones, déclarent qu’elles ne sont pas hostiles à l’Islam en tant que religion, elles sont en quelque sorte honnêtes. Certes, ils n’ont aucune objection à ce que les musulmans prient, jeûnent, effectuent le pèlerinage à la Mecque, passent des jours et des nuits à adorer Dieu, à le glorifier et à rechercher sa grâce dans la méditation et l’invocation individuelles ou dans les prières collectives dans les mosquées. Ils ne sont nullement hostiles à l’islam rituel, un islam de gestes, de génuflexion et d’ascétisme. Ils ne s’opposent pas non plus à ce que les musulmans soient gratifiés des récompenses de l’au-delà. C’est une question qui ne les préoccupe pas forcément et à laquelle ils ne réfléchissent pas. Au contraire, ces personnalités et leurs mentors ont très souvent encouragé, soutenu et défendu les leaders et autres caisses de résonance de ce type d’islam : pacifique, pacifiste, docile et exploitable à souhait. Leur hostilité et leur inimitié sont plutôt dirigées contre l’autre Islam, celui qui conteste leur prétention à l’autorité exclusive de diriger le monde, et de le construire sur d’autres idéaux, valeurs et intérêts que les leurs ; l’Islam progressiste qui enjoint ce qui est bien et interdit ce qui est mal dans le monde ; l’Islam qui veut ouvrir une voie culturelle alternative et établir d’autres modèles et valeurs dans les domaines de l’économie, du commerce, de l’art et de la pensée ; L’Islam qui veut faire progresser la science, la technologie et les inventions, mais à des fins autres que la conquête des territoires d’autrui et le contrôle de leurs ressources ; l’Islam qui va au-delà de la réforme individuelle pour aller vers une réforme sociale, qui aide à guérir les maux de la civilisation actuelle, omniprésente et matérielle, afin d’opérer un changement global salutaire dont on a grand besoin. Dans toutes ces arènes, il n’y a pas de place pour la négociation, le marchandage ou le compromis. On assiste à une guerre acharnée, ouverte ou larvée, parfois même avec l’aide de clients locaux supposés coreligionnaires.

    En réaction, une prise de conscience caractérisée principalement par des combats d’arrière-garde et une résistance aux prétentions de la modernité laïque émerge dans le monde musulman. Cette dynamique englobe tous les attributs d’une lutte pour la survie de l’islam, désormais seul porte-drapeau du monothéisme abrahamique.

    L’avenir de l’Islam : entre réforme, déformation et renaissance

    Le malaise et l’incertitude quant à la direction dans laquelle la civilisation islamique se dirige, ou est intentionnellement poussée, ont servi de base à un flux de projets et de plans visant à “réformer” ou à “revitaliser” l’Islam depuis le début du 19ème siècle jusqu’à aujourd’hui. Ces tentatives continues sont toutes basées sur des schémas de “réinvention” de l’islam par la sécularisation, la libéralisation, l’historicisation ou la radicalisation de la compréhension que les musulmans ont de leur religion.

    Comme nous l’avons souligné précédemment, il n’y a pas de crise de la croyance religieuse en Islam comparable à celle qui a touché le christianisme en Occident en général. Mais on est loin de l’affirmation selon laquelle les graines d’une renaissance de la civilisation islamique sont là simplement parce que la plupart des musulmans continuent à faire preuve d’un engagement extraordinaire envers leur religion. M. Allawi a raison de penser que la principale menace pour la civilisation islamique ne viendra pas de l’abandon massif de la foi religieuse. L’avenir de cette civilisation est plutôt lié au succès ou à la disparition de l’islam politique tel qu’il s’est manifesté au cours des quarante dernières années.

    En effet, l’extrême politisation, tant interne qu’externe, de l’Islam et sa transformation en une idéologie visant à légitimer l’accès et/ou le maintien au pouvoir est sans aucun doute un changement crucial qui a influencé le cours de la vie des États et des peuples musulmans, ainsi que leur relation avec le monde entier. Selon Allawi, le succès de l’Islam politique peut, paradoxalement, s’avérer être le “coup de grâce”, le coup final à la civilisation islamique. Car il éliminera, une fois pour toutes, la possibilité que la voie politique puisse jamais servir de base pour rajeunir ou remodeler les éléments d’une nouvelle forme de civilisation islamique. À bien des égards, le recours à la violence et au terrorisme au nom de l’islam confirme la disparition de cette civilisation de la conscience des terroristes et de leurs partisans locaux et étrangers. Malgré sa prédominance dans les calculs des politiques et des décideurs et dans l’imagination du public, l’islam politique n’est qu’un aspect du problème global de l’islam dans le monde moderne. De même, ses hauts et ses bas ne sont qu’un symptôme parmi d’autres de la maladie qui affecte cette civilisation. Et le fait que l’islamisme ait reçu la part du lion de l’attention ne fait pas automatiquement de ses dirigeants et idéologues l’arbitre de l’islam lui-même.

    Par conséquent, ce qu’il convient de faire en priorité et de toute urgence, c’est d’identifier les causes profondes de la crise et d’y remédier. En particulier, il est crucial de déterminer si l’apparente inadéquation de l’Islam avec le monde moderne est intrinsèque à la religion elle-même ou est due à d’autres facteurs, notamment l’effondrement progressif de ses forces vives. L’ancien Premier ministre malaisien Mahathir Bin Muhammad, qui a largement contribué au développement de son pays, a suggéré ce qui pourrait bien être une “feuille de route” particulièrement intéressante à cet égard. S’adressant aux participants de la 3e conférence internationale sur la pensée islamique, qui s’est tenue à Kuala Lumpur en mai 1984, il a déclaré : “Si les musulmans veulent vraiment un ordre social islamique, ils doivent examiner chaque aspect de la vie moderne du point de vue de l’Islam et apporter les corrections nécessaires (…) Ils doivent ensuite intégrer les nouvelles connaissances dans le corpus de l’héritage islamique en éliminant, modifiant, réinterprétant et adaptant ses composantes selon la vision du monde de l’Islam”.

    Le débat sur ce sujet est sans fin, et les opinions exprimées par les musulmans eux-mêmes sont souvent diamétralement opposées. C’est le cas de deux contributions récentes. Si pour la chercheuse tunisienne Hela Ouardi[13] ” l’islam est une religion totalement anachronique, coincée dans un piège temporel et incapable de couper le fil de la mythologie qui lui permettrait d’entrer dans la modernité “, il en est tout autrement pour le chercheur suisse d’origine marocaine Réda Benkirane[14] qui considère que ” paradoxalement, ce que l’on perçoit comme un retour du religieux est en réalité une sortie de l’islam “. Cette “sortie” essentialise l’accessoire (l’apparence, le vêtement, les normes) et accessoirise l’essentiel (l’articulation de la raison et de la foi). Tout ce qui se passe depuis un demi-siècle a contribué à une sécularisation mouvementée de l’islam (…) L’instrumentalisation de la religion à des fins politiques a été l’œuvre des États occidentaux laïcs et des pétromonarchies arabes”.

    En vérité, ce que les réformateurs et les critiques de l’Islam n’ont pas suffisamment compris ou admis, c’est que “la dimension spirituelle de l’Islam a imprégné l’ensemble de sa civilisation”. En conséquence, retrouver la connaissance du sacré est une exigence essentielle. C’est la caractéristique la plus importante de cette religion particulière, que les musulmans considèrent comme parfaite et définitive, surtout en ce qui concerne la réalité transcendante qui est au cœur de son message. Dans l’interprétation de la vision du monde de l’Islam, le but de toute connaissance doit être de “chercher, trouver et affirmer le fondement divin de toute pensée et action juste”, comme le mentionne le Coran[15]. En outre, la nette dichotomie entre le sacré et le profane contenue dans l’affirmation biblique “Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu” n’a pas sa place dans l’Islam si elle “déspiritualise les fondements de l’action individuelle et collective”.

    Les considérations susmentionnées sont les traits les plus essentiels qui ont fait la spécificité de l’Islam, son Alpha et son Oméga, qui ont permis la naissance puis la grandeur de sa civilisation, et qui seront déterminants pour la réussite de toute entreprise de “renaissance” visant la régénération individuelle et sociétale de l’Islam dans le monde moderne. Sinon, ce que M. Allaoui appelle “la dernière crise” de la civilisation de l’Islam pourrait induire une sécularisation de l’Islam, qui réduirait donc son domaine à la sphère privée, en tant que foi individuelle ou, au mieux, communautaire. Une telle évolution ajouterait évidemment l’Islam aux autres religions non établies du monde moderne et, avec le temps, sa singularité disparaîtra, et avec elle toute possibilité que son expression extérieure ait un impact sérieux sur le monde en général. A ce titre, elle perdrait définitivement toute prétention à être “l’incubateur d’une forme unique de civilisation future”. Quant aux musulmans pris individuellement, ils feraient alors partie d’un monde qui ne porterait aucune empreinte de leur religion “tandis que le modèle de l’homme prométhéen, défiant héroïquement les dieux et ne tolérant aucune limite à ses désirs et à leur réalisation”, ferait un pas de plus vers sa propre perdition inéluctable. En somme, le “réveil” islamique tant annoncé ces derniers temps ne serait pas le prélude à la renaissance d’une civilisation islamique mais “un nouvel épisode de son déclin”, et l’acte final de la fin d’une civilisation autrefois resplendissante qui aurait ainsi, à Dieu ne plaise, également fait son chant du cygne.

    Cette conclusion fondamentale à laquelle Ali Allawi est parvenu, et à laquelle nous souscrivons entièrement, est la même que celle formulée cinquante ans avant lui par Malek Bennabi dans la version arabe originale de son fascinant ouvrage savant publié en 1971 au Caire sous le titre “Le problème des idées dans le monde musulman”. Le monde musulman, écrivait-il, est sorti de l’ère post-almohadienne du siècle dernier sans toutefois avoir encore trouvé sa base ; comme un cavalier qui a perdu l’étrier et n’a pas encore réussi à le récupérer, il est à la recherche de son nouvel équilibre. Sa décadence séculaire, qui l’avait condamnée à l’inertie, l’apathie, l’impuissance, la colonisabilité, a néanmoins conservé ses valeurs plus ou moins fossilisées. Elle émerge en cet état dans un vingtième siècle à l’apogée de sa puissance matérielle, mais où toutes les forces morales ont commencé à défaillir peu après la première guerre mondiale.

    Après avoir examiné les tenants et aboutissants de ce long processus de décadence, Bennabi prévient que le monde musulman, et plus particulièrement une grande partie de ses “élites”, est emporté par des idées contradictoires, celles-là mêmes qui le confrontent aux problèmes de la civilisation technologique sans le mettre en contact avec ses racines, et celles-là mêmes qui le rattachent à son propre univers culturel sans le mettre complètement en contact avec ses archétypes, malgré les efforts méritoires de ses réformateurs. Elle risque donc, “par engouement ou en glissant sur des toboggans posés sur ses traces, d’être entraînée dans les “idéologies” modernes au moment même où elles consomment leur faillite dans l’Occident où elles sont nées”. On ne fait pas l’histoire, affirme-t-il avec assurance, en suivant les traces des autres dans tous les sentiers battus, mais en ouvrant des voies nouvelles ; cela n’est possible qu’avec “des idées authentiques qui répondent à tous les problèmes de croissance d’une société à reconstruire”.

    Certes, depuis des siècles, la civilisation de l’Islam a souvent été secouée par de puissants courants contraires. Les croisades, l’invasion mongole, la colonisation et l’impérialisme occidentaux et, aujourd’hui, l’intense mouvement de mondialisation en ont été les plus marquants. Elle a tout aussi souvent plié sous leurs coups, mais ne s’est jamais brisée. Loin de là, sa contribution à la civilisation universelle et à la construction de l’Ancien et du Nouveau Monde est indéniable. La chronique de ce rôle, notamment à l’époque de l’Empire ottoman, a récemment fait l’objet d’un livre remarquable écrit par le professeur d’histoire et président du département d’histoire de l’université américaine de Yale, Alan Mikhail[16], sous le titre “The Shadow of God : The Ottoman Sultan Who Shaped the Modern World”. Dans l’introduction de ce récit présentant une image nouvelle et holistique des cinq derniers siècles et démontrant le rôle constitutif de l’Islam dans la formation de certains des aspects les plus fondamentaux de l’histoire de l’Europe, des Amériques et des États-Unis, il affirme que : “Si nous ne plaçons pas l’Islam au centre de notre compréhension de l’histoire mondiale, nous ne comprendrons jamais pourquoi les tueurs de Maures (Matamoros)17 sont commémorés à la frontière entre le Texas et le Mexique ou, plus généralement, pourquoi nous avons aveuglément, et à plusieurs reprises, raconté des histoires qui passent à côté de caractéristiques majeures de notre passé commun. En faisant la chronique de Selim et de son époque, une nouvelle histoire mondiale audacieuse émerge, qui renverse les shibboleths qui ont prévalu pendant un millénaire”, avant de conclure : “Que cela plaise ou non aux politiciens, aux experts et aux historiens traditionnels, le monde dans lequel nous vivons est bel et bien un monde ottoman”.

    Amir Nour

    Cet article a été initialement publié ici.

    Notes :

    1) Chercheur algérien en relations internationales, auteur du livre “L’Orient et l’Occident à l’heure d’un nouveau Sykes-Picot” Éditions Alem El Afkar, Alger, 2014. ↑
    2) Malek Bennabi (1905-1973) est un penseur et un écrivain algérien qui a consacré la majeure partie de sa vie à observer et à analyser l’Histoire pour comprendre les lois générales qui sous-tendent l’essor et la chute des civilisations. Il est également connu pour avoir inventé le concept de “colonisabilité” (l’aptitude intérieure à être colonisé) et même la notion de “globalisme” (mondialisme, en français). ↑
    3) Gilles Bertrand, “Ordre international, ordre mondial, ordre global”, in Revue internationale et stratégique 2004/2 (N°54). ↑
    4) Bertrand Piettre, “Ordre et désordre : Le point de vue philosophique “, 1995. ↑
    5) RAND Corportation, ” Comprendre l’ordre international actuel “, 2016. ↑
    6) Henry Kissinger, ” L’ordre mondial “, Penguin Press, New York, 2014. ↑
    7) The Wall Street Journal, “Le monde islamique inconquérable”, 19 août 2021. ↑
    8) Voir : ” Remarques du président Joe Biden sur la fin de la guerre en afghanistan “, La Maison Blanche, WH.GOV, 31 août 2021. ↑
    9) Ali A. Allawi, ” The Crisis of Islamic Civilisation “, Yale University Press, New Haven et Londres, 2010. ↑
    10) Selon une étude menée par le Pew Research Center intitulée “L’avenir des religions mondiales : Population Growth Projections, 2010-2050” : “L’islam va croître plus rapidement que toute autre grande religion. En 2010, le christianisme était de loin la plus grande religion du monde, avec environ 2,2 milliards d’adeptes, soit près d’un tiers (31%) des 6,9 milliards de personnes sur Terre. L’islam arrivait en deuxième position, avec 1,6 milliard d’adeptes, soit 23 % de la population mondiale. En 2050, il y aura une quasi-parité entre les musulmans (2,8 milliards, soit 30 % de la population) et les chrétiens (2,9 milliards, soit 31 %), peut-être pour la première fois dans l’histoire. Si le principal modèle de projection est prolongé au-delà de 2050, la part des musulmans dans la population mondiale sera égale à celle des chrétiens, soit environ 32 % chacun, vers 2070. Après cela, le nombre de musulmans dépasserait le nombre de chrétiens. En 2100, environ 1% de plus de la population mondiale serait musulmane (35%) que chrétienne (34%)”. ↑
    11) Voir : Jean Pierre Proulx “Il y a 50 ans : Vatican II. Le Concile qui a bouleversé l’Église “, Le Devoir, 22 décembre 2012, et l’entretien avec l’historien Guillaume Cuchet, dans ” Aleteia “, ” Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra bien lui donner “, 18 septembre 2021. ↑
    12) Ralph Peters, “Blood Borders : How a Better Middle East Would look”, in Armed Forces Journal, juin 2006. ↑
    13) Voir : Hela Ouardi, ” L’Islam n’arrive pas à trancher le fil de la mythologie qui lui permettrait d’entrer dans la modernité “, Le Monde des religions, 19 septembre 2021. ↑
    14) Voir : Réda Benkirane, “Tout ce qui se joue depuis un demi-siècle concourt à une sécularisation turbulente de l’islam”, le Monde des religions, 5 septembre 2021. ↑
    15) “Nous leur montrerons Nos signes à l’horizon et en eux-mêmes jusqu’à ce qu’il leur devienne manifeste que ceci (le Coran) est la vérité. Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit le témoin de toute chose ?” (Chapitre Fussilat, verset 53). ↑
    16) Alan Mikhail, “L’ombre de Dieu : le sultan ottoman qui a façonné le monde moderne”, W.W. Norton & Company, New York, 2020.
    17) “Matamoros” est le nom d’une ville située dans le nord-est de l’État mexicain de Tamaulipas, en face de la frontière de Brownsville, au Texas, aux États-Unis. Il a été inventé par les Espagnols catholiques pour qui il était du devoir de tout soldat chrétien d’être un tueur de Maures. ↑

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :