Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Reports vary about the state of Syria’s air defense, but this is certain: Syria is under constant attack from Israel, even from Lebanese air space.

In 2015, Syria Invited Russia to assist in its defense versus US-Israeli aggression there, and the Western-sponsored insurgency which began in 2011.

Since 2015, Russia has provided air defense systems and some ground troops to Syria. We will explore S400 systems in detail, but first, a brief history of the Israeli-Syria war and US failed state policy.

History
In 1973 when the Ramadan war was going badly, Golda Meir threatened the Middle East with nuclear destruction via the Samson Option https://archive.org/details/Sampson option. In the US, a Watergate-embattled regime stalled on supplying weaponry to Israel, when Israel needed advanced US weapons to prevent Israel’s Third Temple ambitions https://www.jewishvoice.org/read/article/update-building-third-temple from being defeated.

Meir’s ‘Samson Option’ nuclear scare worked.

The US supplied much-needed weaponry – especially F4 Phantom aircraft to Israel, to turn the tide of the war.

After that, an Agreement on Disengagement was signed in 1974. The agreement led to a cessation of hostilities, but no armistice or peace agreement was ever settled upon. So, Syria and Israel have been at war ever since.

Then, subsidized to be a militarist outpost in the Middle East by the US (and aided by division within the Arab world) Israel invaded, occupied, and annexed: Shebaa Farms, West Bank, Golan, and the Jordan Valley* among other areas of Palestine. However by 2011, Israel’s Third Temple and ‘Greater Israel’ ambitions were stalled, so the US Secretary of State (with Israel complicit and the complicity of US-subsidized regimes in Morocco and Tunisia) provoked the Arab Spring in part by leveraging a major global media campaign when Syrian troops opened fire on protestors

Originally sponsored by the US Security State in collaboration with Israel, the CIA’s participation in the “Arab Spring” plot was revealed when details of CIA Operation Timber Sycamore became public.

The CIA /Israeli regime-change agenda for Syria was a key component of Robert Loewenberg’s 1996 construct, The Institute for Advanced Strategic and Political Studies. The IASPS plan to destabilize the Middle East created a blueprint for failed states, and was called, A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm . https://ia902909.us.archive.org/7/items/acleanbreak/A%20Clean%20Break%3A%20A%20New%20Strategy%20for%20Securing%20the%20Realm.pdf The ‘Clean Break’ blueprint for the Middle east was first published in 1996 for Binyamin Netanyahu.** Here, the US and Israel understood that their Axis could not ‘conquer’ the Arab world, but could divide it and create failed states in the Middle East, providing hegemonic and economic advantage.

Failed States
US State miscalculated with its ‘Arab Spring’ agenda, regarding the wishes of Saudi Arabia, Morocco, and the United Arab Emirates. Dictatorial monarchies shun revolutionary or democratic political thought or movements emerging, such as the Muslim Brotherhood. For example, Egypt’s democratic election of the Muslim Brotherhood was forced from power and made to spectacularly fail by demand of US ally Saudi Arabia and even NATO; not just by its own mis-steps. Morsi was then replaced by a military dictatorship.

Now, since its defeat in Afghanistan, the US goal in Asia is the same as Brzezinski’s was fifty years ago: to create unrest in Afghanistan to destabilize Russia, China, Pakistan, and Iran. Were Brzezinski alive today he and Robert Loewenberg might agree that Syria, too, has become the perfect trap to ensnare the Russian Federation’s military. The Russian Federation’s position in Syria is complicated by Turkey, and, more importantly, by the complication of Russian relations with Israel.

Russia and Israel
Alfa Bank is a large international bank. Israeli-Russian Mikhail Fridman is founder of the Alfa group, and Fridman’s allegiance to Israel is unquestioned. Fridman helped found the Genesis Philanthropy Group, which funds the Genesis Prize, a $1M US prize in recognition of services to Israel. Likewise, Alfa Group is closely allied to the Russian leadership. Alfa Bank’s operations are underwritten by ABH Holdings Luxembourg to allow for SWIFT transactions, where these transactions occur despite US sanctions on Russia. According to my source, SWIFT banking transactions are ‘validated’ by Israel’s Central Bank, working with SWIFT and the Alfa Group through ABH Holdings of Luxembourg.

Like Israel, Luxembourg has long been known as a money laundering capital with a reputation for illicit financial transactions that provide its raison d’etre. (Public details are vague, but some insight may be gained from this 2015-linked Jewish Business News report) In effect, this arrangement regarding the Israeli banking system and ABH Holdings, allows SWIFT transactions to occur, enabling large Russian Federation financial transactions to be made, in order to evade US sanctions.

With the cooperation of Israel and dark money site Luxembourg, the rather corrupt US government — riddled by hypocrisy and duplicity — turns something of a blind eye to sanctions enforcement that might impact the world’s largest and most criminal banks. As such, the Importance of ‘financial détente’ for the Russian Federation becomes paramount, by allowing the Russian Federation’s larger markets to operate. Without SWIFT, financial disaster for Russia might quickly ensue. In return, Israel’s central bank must cooperate with the Russian leadership to allow their respective financial success. So, where King Dollar is concerned, any threat to Russian-Israeli relations at a political level must by definition pose a precarious financial threat, too.

Ethnic consideration
Beside Russian and East European lineage of Ashkenazim who comprise about one-half the population of Israel, nearly 2 million Jews and their relatives have emigrated from the former USSR to Israel on Aliyah since 1989, called the Oleh Chadash. In 1989, Ex-USSR dissident Sharansky’s book Fear No Evil influenced an Israeli-friendly media in the west, and many dollars flooded to global propaganda networks in support of Israel’s agitprop, as exists to this day. So, there is indeed an historic and incestuous component regarding the link between Israel and Russia.

Steve Brown

8 thoughts on “Syria, S400’s, Russia, Israel, and US Failed States (Part 1)

  1. Thank’s really Sreve Brown for this strong lightening, and of course Israël will desappear the day after the Dollar felt.

  2. Si Brezinski étaitencore vivant, il constaterait surtout comme son plan a été retourné contre lui.

  3. usaa,russie,chine,israel même combat contre l’Islam .Toute autre lecture est non seulemt tendancieuse et fausse mais elle ajoute à l’opacité .

  4. La Syrie, les S400, la Russie, Israël et les États défaillants des États-Unis (1ère partie)

    Les rapports varient sur l’état de la défense aérienne de la Syrie, mais ceci est certain : La Syrie est sous attaque constante d’Israël, même depuis l’espace aérien libanais.

    En 2015, la Syrie a invité la Russie à l’aider à se défendre contre l’agression américano-israélienne et l’insurrection parrainée par l’Occident qui a commencé en 2011.

    Depuis 2015, la Russie a fourni des systèmes de défense aérienne et quelques troupes terrestres à la Syrie. Nous allons explorer les systèmes S400 en détail, mais d’abord, un bref historique de la guerre israélo-syrienne et de la politique américaine d’État failli.

    Histoire
    En 1973, alors que la guerre du Ramadan se déroulait mal, Golda Meir menaçait le Moyen-Orient de destruction nucléaire via l’option Samson https://archive.org/details/Sampson. Aux États-Unis, un régime en proie au Watergate a bloqué la fourniture d’armes à Israël, alors qu’Israël avait besoin d’armes américaines de pointe pour empêcher la défaite des ambitions du troisième temple d’Israël https://www.jewishvoice.org/read/article/update-building-third-temple.

    La peur nucléaire de l'”option Samson” de Meir a fonctionné.
    ************************
    Les États-Unis ont fourni à Israël les armes dont il avait tant besoin, notamment des avions F4 Phantom, pour renverser le cours de la guerre.
    ****************************
    Après cela, un accord de désengagement a été signé en 1974. Cet accord a conduit à une cessation des hostilités, mais aucun armistice ou accord de paix n’a jamais été conclu. Ainsi, la Syrie et Israël sont en guerre depuis lors.

    Puis, subventionné pour être un avant-poste militariste au Moyen-Orient par les États-Unis (et aidé par la division au sein du monde arabe), Israël a envahi, occupé et annexé : Les fermes de Shebaa, la Cisjordanie, le Golan et la vallée du Jourdain*, entre autres régions de Palestine. Cependant, en 2011, les ambitions d’Israël concernant le troisième temple et le “Grand Israël” étaient au point mort, et le secrétaire d’État américain (avec la complicité d’Israël et des régimes subventionnés par les États-Unis au Maroc et en Tunisie) a provoqué le printemps arabe, en partie en tirant parti d’une importante campagne médiatique mondiale lorsque les troupes syriennes ont ouvert le feu sur des manifestants.
    **************************
    Initialement parrainée par l’État de sécurité américain en collaboration avec Israël, la participation de la CIA au complot du “printemps arabe” a été révélée lorsque les détails de l’opération Timber Sycamore de la CIA ont été rendus publics.

    Le programme de changement de régime de la CIA et d’Israël pour la Syrie était un élément clé de la construction de Robert Loewenberg en 1996, l’Institute for Advanced Strategic and Political Studies. Le plan de l’IASPS visant à déstabiliser le Moyen-Orient a créé un modèle d’État défaillant, intitulé A Clean Break : A New Strategy for Securing the Realm . https://ia902909.us.archive.org/7/items/acleanbreak/A%20Clean%20Break%3A%20A%20New%20Strategy%20for%20Securing%20the%20Realm.pdf Le plan “Clean Break” pour le Moyen-Orient a été publié pour la première fois en 1996 pour Binyamin Netanyahou.** Ici, les États-Unis et Israël ont compris que leur axe ne pouvait pas “conquérir” le monde arabe, mais qu’il pouvait le diviser et créer des États défaillants au Moyen-Orient, offrant ainsi un avantage hégémonique et économique.

    Les États défaillants
    L’État américain a fait un mauvais calcul avec son programme du “printemps arabe”, en tenant compte des souhaits de l’Arabie saoudite, du Maroc et des Émirats arabes unis. Les monarchies dictatoriales fuient la pensée politique révolutionnaire ou démocratique ou les mouvements émergents, tels que les Frères musulmans. Par exemple, l’élection démocratique des Frères musulmans en Égypte a été chassée du pouvoir et a connu un échec spectaculaire à la demande de l’Arabie saoudite, alliée des États-Unis, et même de l’OTAN, et pas seulement à cause de ses propres erreurs. Morsi a ensuite été remplacé par une dictature militaire.

    Aujourd’hui, depuis leur défaite en Afghanistan, l’objectif des États-Unis en Asie est le même que celui de Brzezinski il y a cinquante ans : créer des troubles en Afghanistan pour déstabiliser la Russie, la Chine, le Pakistan et l’Iran. Si Brzezinski vivait aujourd’hui, Robert Loewenberg et lui seraient peut-être d’accord pour dire que la Syrie est également devenue le piège idéal pour piéger les militaires de la Fédération de Russie. La position de la Fédération de Russie en Syrie est compliquée par la Turquie et, plus important encore, par la complication des relations russes avec Israël.

    La Russie et Israël
    Alfa Bank est une grande banque internationale. L’Israélo-Russe Mikhail Fridman est le fondateur du groupe Alfa, et l’allégeance de Fridman à Israël est incontestable. Fridman a contribué à la création du Genesis Philanthropy Group, qui finance le Genesis Prize, un prix d’un million de dollars américains en reconnaissance des services rendus à Israël. De même, le groupe Alfa est étroitement lié aux dirigeants russes. Les opérations d’Alfa Bank sont souscrites par ABH Holdings Luxembourg pour permettre les transactions SWIFT, où ces transactions ont lieu malgré les sanctions américaines contre la Russie. Selon ma source, les transactions bancaires SWIFT sont “validées” par la Banque centrale d’Israël, qui travaille avec SWIFT et le groupe Alfa par l’intermédiaire d’ABH Holdings du Luxembourg.

    Comme Israël, le Luxembourg est connu depuis longtemps comme une capitale du blanchiment d’argent avec une réputation de transactions financières illicites qui lui fournissent sa raison d’être. (Les détails publics sont vagues, mais un aperçu peut être tiré de ce rapport de 2015 lié à Jewish Business News) En effet, cet arrangement concernant le système bancaire israélien et ABH Holdings, permet aux transactions SWIFT de se produire, permettant d’effectuer d’importantes transactions financières de la Fédération de Russie, afin d’échapper aux sanctions américaines.

    Avec la coopération d’Israël et du site d’argent noir du Luxembourg, le gouvernement américain plutôt corrompu – criblé d’hypocrisie et de duplicité – ferme en quelque sorte les yeux sur l’application des sanctions qui pourraient avoir un impact sur les banques les plus grandes et les plus criminelles du monde. Ainsi, l’importance de la “détente financière” pour la Fédération de Russie devient primordiale, en permettant aux grands marchés de la Fédération de Russie de fonctionner. Sans SWIFT, un désastre financier pour la Russie pourrait rapidement s’ensuivre. En retour, la banque centrale d’Israël doit coopérer avec les dirigeants russes pour permettre leur réussite financière respective. Ainsi, en ce qui concerne le dollar roi, toute menace pour les relations russo-israéliennes au niveau politique doit, par définition, constituer également une menace financière précaire.

    Considération ethnique
    Outre la lignée russe et est-européenne des Ashkénazes, qui représentent environ la moitié de la population d’Israël, près de 2 millions de Juifs et leurs proches ont émigré de l’ex-URSS vers Israël dans le cadre de l’Aliyah depuis 1989, appelée Oleh Chadash. En 1989, le livre Fear No Evil du dissident ex-URSS Sharansky a influencé les médias occidentaux favorables à Israël, et de nombreux dollars ont inondé les réseaux de propagande mondiaux pour soutenir l’agit-prop d’Israël, comme cela existe encore aujourd’hui. Il y a donc bien une composante historique et incestueuse dans le lien entre Israël et la Russie.

    Steve Brown

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    1. Steve Brown écrit :

      « … Russie et Israël

      Alfa Bank est une grande banque internationale. L’Israélo-russe Mikhail Fridman est le fondateur du groupe Alfa, et l’allégeance de Fridman à Israël est incontestée. Fridman a aidé à fonder le Genesis Philanthropy Group, qui finance le Prix Genesis, un prix américain de 1 million de dollars en reconnaissance des services rendus à Israël.
      Comme Israël, le Luxembourg est connu depuis longtemps comme une capitale du blanchiment d’argent réputée pour ses transactions financières illicites qui lui donnent sa raison d’être. (Les détails publics sont vagues, mais un aperçu peut être tiré de ce rapport de 2015 sur les affaires juives) En effet, cet arrangement concernant le système bancaire israélien et ABH Holdings permet des transactions RAPIDES, permettant d’effectuer d’importantes transactions financières de la Fédération de Russie, afin d’échapper aux sanctions américaines.

      Avec la coopération d’Israël et du site d’argent noir ***Luxembourg, le gouvernement américain plutôt corrompu – criblé d’hypocrisie et de duplicité — ferme les yeux sur l’application des sanctions qui pourraient avoir un impact sur les banques les plus grandes et les plus criminelles du monde. En tant que tel, l’importance de la “détente financière” pour la Fédération de Russie devient primordiale, en permettant aux plus grands marchés de la Fédération de Russie de fonctionner. Sans un désastre financier rapide pour la Russie pourrait rapidement s’ensuivre. En échange, la banque centrale israélienne doit coopérer avec les dirigeants russes pour permettre leur succès financier respectif. Ainsi, en ce qui concerne le dollar roi, toute menace pour les relations russo-israéliennes au niveau politique doit par définition constituer une menace financière précaire.

      Considération ethnique

      Outre la lignée des Ashkénazes russes et d’Europe de l’Est qui représente environ la moitié de la population d’Israël, près de 2 millions de Juifs et leurs proches ont émigré de l’ex-URSS en Israël sur l’Aliyah depuis 1989, appelée Oleh Chadash. En 1989, le livre de Sharansky, dissident de l’ex-URSS, Ne Craignez aucun mal, a influencé un média favorable aux Israéliens en Occident, et de nombreux dollars ont afflué vers des réseaux de propagande mondiaux en soutien à l’agitprop israélien, comme il en existe à ce jour. Il y a donc bien une composante historique et incestueuse concernant le lien entre Israël et la Russie.

      Ce qui en clair signifie que: le Président de la Russie, Vladimir Poutine, déclarant que le peuple russe et le peuple ukrainien ne sont qu’un seul et même peuple, (et bien entendu en y incluant les républiques indépendantes du Donbass et de Donetsk, et la Crimée, qui ont-elles-mêmes votées démocratiquement leur rattachement à la mère patrie!), sous-entendu que les intérêts de la Russie englobent l’Ukraine, et les républiques indépendantes du Donbass et de Donetsk, et de la Crimée… et si l’on se refaire à votre texte, (mis à part le fait, (et toujours d’après votre texte), qu’il est de notoriété publique que l’entité sioniste est très largement et très ouvertement impliquée dans les choix géo-politico-stratégiques des Etats-Unis d’Amérique, et qu’aux yeux du monde entier, elle l’influencent très directement…). Donc, lorsque le Président de la Russie, Vladimir Poutine, déclarent qu’il n’agressera jamais l’Ukraine et les républiques indépendantes du Donbass, du Donetsk et de la Crimée, sous-entendu qu’il défend ardemment les intérêts du peuple russe, on peut penser qu’il en est de même et tout particulièrement, quand vous écrivez : « Comme Israël, le Luxembourg est connu depuis longtemps comme une capitale du blanchiment d’argent réputée pour ses transactions financières illicites qui lui donnent sa raison d’être. (Les détails publics sont vagues, mais un aperçu peut être tiré de ce rapport de 2015 sur les affaires juives) En effet, cet arrangement concernant le système bancaire israélien et ABH Holdings permet des transactions RAPIDES, permettant d’effectuer d’importantes transactions financières de la Fédération de Russie, afin d’échapper aux sanctions américaines. …» et ce chapitre, tout à fait fondamentale, intitulé: « … Considération ethnique … », « … Outre la lignée des Ashkénazes russes et d’Europe de l’Est *qui représente environ la moitié de la population d’Israël, près de 2 millions de Juifs et leurs proches ont émigré de l’ex-URSS en Israël sur l’Aliyah depuis 1989, appelée Oleh Chadash. En 1989, le livre de Sharansky, dissident de l’ex-URSS, Ne Craignez aucun mal, a influencé un média favorable aux Israéliens en Occident, et de nombreux dollars ont afflué vers des réseaux de propagande mondiaux en soutien à l’agitprop israélien, comme il en existe à ce jour. Il y a donc bien une composante historique et incestueuse concernant le lien entre Israël et la Russie.

      Et cette conclusion : « … Il y a donc bien une composante historique et incestueuse concernant le lien entre Israël et la Russie. … », franchement, et pas qu’un peu !, d’où les assassinats et meurtres en tous genres des sionistes, contre des officiels et militaires iraniens, syriens, libanais, yéménites, etc., ainsi que des membres des troupes russes (tous grades confondus)… Alors, ne défendre que « les seuls intérêts des Russes », a très largement démontré ces propres limites !

      *La population de l’entité sioniste atteindrait les 9,2 millions d’habitants, et donc, selon les chiffres des uns et des autres, **la lignée des Ashkénazes russes et d’Europe de l’Est qui représenterait environ la moitié de la population d’Israël serait d’environ 4,6 millions? (chiffres tenus secret de part et d’autre de l’entité sioniste et de la Russie poutinienne)

      **près de 2 millions de Juifs et leurs proches ont émigré de l’ex-URSS en Israël sur l’Aliyah depuis 1989, appelée Oleh Chadash. Ce chiffre est contestable et très contesté !

      ***ce paradis fiscal qu’est le Luxembourg, qui sévit salement au cœur même de l’Europe, et ceci grâce à l’UE (cette véritable dictature, dont leurs membres sont uniquement cooptés par les membres des gouvernements européens, loin, très loin des peuples…)

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :