Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Accordingly, since Israel is at war with Syria, why would the Russian Federation aid Syria against the western-backed takfiri insurgency? We’ve established that the US- Israeli goal in Syria is only to create a failed state so that Israel may claim and annex the Syrian territory that Israel occupies. So, why did the Russian leadership accept Syria’s invitation to create a defensive coalition there in 2015 when the Israeli regime opposed it?

Syria
Russia’s historic support for Syria began in the 1970’s, and Russia’s naval base in Tartus does not rely on cooperation from NATO ally Turkey to exist on Syria’s Mediterranean coast. Likewise, Russia has financial interests shared with many nations including Syria, but most of all Russia is likely reluctant to see US-Israeli sponsored takfiri terror states developing in the Middle East, via the US “domino effect” of terror as Washington wishes. Such exported takfiri terror has taken a toll in the Caucasus region, in Chechnya and in Russia. As such, Russia may find it more useful to confront US and Saudi-backed Chechen terrorists in Syria, rather than closer to home in the Caucasus region.

After US State’s ‘Arab Spring’ provocation began in 2011, by 2012 Chechen and Georgian terrorist groups such as Katibat Al-Muhajireen began operating in Syria by the thousands. Some were under direction of Umar Al-Shishani more appropriately known as ‘Tarkhan the Rodent’. He is now deceased and another western-backed takfiri from Caucasus Georgia, Murad Iraklievich Margoshvili, also known as “Muslim Al-Shishani” has a straggling militia which has been decimated by nearly ten years of war. He is the last known in command of the Chechen terror group called Junud Al-Sham. Other Chechen fighters joined the Jabhat Al-Nusra terror militia, now known as Hayat Tahrir al Sham, or HTS. At that time, with an escalating Syrian insurgency largely funded by US State and Saudi Arabia and with support from Israel, the Syrian government asked the Russian Federation for help.

S200’s S300’s S400’s and S500’s
Much popular confusion exists about deployment of S300’s and S400’s in Syria. The Israeli press claims that Syria fires hundreds of S300 missiles at IAF aircraft, and asserts that the S300’s lack of success in Syria is due to ‘clever’ piloting. “Such clever pilots!” Truth is however that Russian S-series air defenses in Syria have been handicapped by programming that prevents the S-series from locking on to Israeli aircraft. Thus we illustrate that Russo-Israel relations are such that Israeli aircraft may not be targeted, and also, so that a wider war will not result.

In 2018, an Israeli F16 was downed over Northern Israel by an S200 operated by allegedly by Syria although the brigade was located quite close to Hmeimim Air Base causing speculation that a Russian battery may have downed the warplane. Israel first claimed that a bird hit the jet, then said that the jet was downed due to the pilot’s failure to properly use evasive measures. Of course such Israeli military statements are false, and Israel pressured Russia to ensure that no S-series battery would again be programmed to defend versus Israeli air aggression in Syria. The point here is to illustrate the ‘special relationship’ that exists between Russia and Israel.

But Turkey has no such qualms about targeting Israeli aircraft bombers, and Turk S300’s in Syria have also been programmed such that they may not target US Israeli F35’s or other Israeli warplanes. [Reports in the western media, incorrect, say that S400’s in Turkey are not operational. https://breakingdefense.com/2020/06/unanswered-israeli-air-strikes-against-syria-raise-s-400-questions/ ] The S300 and 400 air defense systems in Syria have been programmed to target projectiles however, such as incoming missiles, rockets, and drones. By all accounts that particular S300/S400 functionality has been acceptable, if not perfect.

Recently Turkish militants in al Hasakah fired on Russian helicopters, there allegedly with one S300 battery. https://generico.ru/2021/09/28/turkey-fired-on-russian-helicopters-in-syria/ The attack failed and the Turk paid a dear price. This incident occurred just prior to Erdogan’s meeting with president Poutine. And yet the Turk is calling for more S400’s! Why?

Since Turkey’s S400 air defenses are useless against aircraft that the defense is not allowed to target – such as Israel’s US IF35 – we can only wonder. There is not much Turkey can do versus aircraft except perhaps mistakenly target a Russian aircraft, which it did in 2016. https://www.reuters.com/article/us-russia-turkey-jet-idUSKCN0ZD1PR So why is Turkey in the S400 business at all?

We must assume that the Turk predilection for S400’s is largely symbolic… and mainly political. The reason is to pressure the US over its support for the YPG and PKK in the KRG. By leveraging the S400, Turkey can pressure the United States to back-off from its support for SDF and Kurd terror groups in northeastern Syria. This fully explains why Turkey is once again pressuring the US with promises of more s400 purchases. But so long as the US knows Russia is providing no real support to Turkey for pragmatic use of those air defenses, Washington is less impressed, and only encourages the Turk to behave more like a NATO member.

As for Syria’s use of the S200 S300 and S400’s (and potential deployment of S500’s!) we can only assume that they will be debased by the same limitations, ie that no defense versus Israeli warplanes will be enabled, only anti-projectile and drone defense.

And so we are reduced to the expectation that some form of advanced weaponry will save us from our oppressors. But the best weaponry and greatest access to their use has always been possessed by those very oppressors. Instead of weapons of war, we should hope for real leaders who truly advocate for peace, statesmanship, freedom of commerce, natural law, and emphasis on production and creativity instead of destruction. In other words, the goal of civilization is by definition the rule of law and appreciation for peace among men and nations. But this civilization by man’s own hand, is apparently done for. Is that so? That’s certainly what we see every day especially from the dog of the west.

Steve Brown

  • intends to annex
    ** Netanyahu supposedly rejected the blueprint; but the IASPS agenda was welcomed wholeheartedly by before the year 2000, by George W Bush

20 thoughts on “Syria, S400’s, Russia, Israel, and US Failed States (Part 2)

  1. Incroyable votre article! Ça se peux-tu d’une telle manigance envers les acheteurs des S-200/300/400/500 ? Donc, ce sont des matériels à ne pas acheter. Comme dans un film que j’avais vu, les étatsuniens vendaient des missiles aux pays arabes mais les étatsuniens désactivaient par satellite les guidances des missiles. Pourquoi ces pays du Moyen-Orient continuent toujours à acheter ces joujoux qui ne servent pas à grand-chose? Les adversaires utilisent leurs vieux missiles obsolètes de poubelle pour vous harceler et vous utilisez le model dernier cri d’anti missiles au prix exorbitant. Donc question de vente. Pourquoi ne pas acheter les anti missiles de Chine et de Corée du nord pour le prix de peanuts, capable de faire mouche à tout coup sur les avions stealph.? Il y a une rééducation de la mentalité à faire, je pense.

  2. Bonjour Steve Brown, comme je vous l’avais déjà précisé dans un précédent message (votre article intitulé : « Syria, S400’s, Russia, Israel, and US Failed States (Part 1) », réf. du message : sergio dit : 02/10/2021 à 1732), il ne s’agit pas simplement que d’armement, (même si, d’après ce que vous écrivez, les Russes en bridant les S sauveraient, plus ou moins implicitement la face de l’entité sioniste et de l’armée US), mais surtout d’une décision purement politique, (dans la série: vous avez dit « accords secrets »?) de la part du président de la Russie, Vladimir Poutine, il ne souhaite pas tuer ceux qu’il appelle des “compatriotes”, c.-à-d. tous les habitants qui englobent: l’Ukraine, les républiques indépendantes du Donbass et de Donetsk, de la Crimée, ainsi que tous les membres de l’entité sioniste et apparemment aussi tous les membres de l’armée US? Bon vent à vous

    PS: on ne saisit pas bien l’intérêt des Russes dans tout cela… (toutes tendances politiques confondues, sachant que le Parti communiste – dont le dirigeant est Guennadi Ziouganov – à fait une percée spectaculaire dans la dernière élection en date en Russie – les élections législatives de sept. 2021) En ce qui concerne ses alliés du M-O, il demeure beaucoup trop de zones d’ombres…

    1. Ça te dit quelque chose “camarade” d’allez faire un petit tour au fin fond de l’enfer sur terre ? ! Alors suis-moi “camarade”, et sache pour ta gouverne que ce que tu lis “camarade”, est la vérité vraie, pas cette daube qu’on te sert quotidiennement en macronie, mais le monde tel qu’il est ! Et donc, je te prie s’il te plait, de lire ce qui suit! (Staline, vous avez dit Staline, ouais, ouais, ouais… bien sûr, et pourquoi pas Hitler, Roosevelt ou Winston Churchill pendant qu’on y est, hein “cher camarade”…)

      « … Lorsque 3 millions de soldats allemands, 600 000 véhicules, 3 500 chars, 7 000 pièces d’artillerie et 3 900 avions ont envahi l’Union soviétique à 3 heures du matin, ils apportaient avec eux des ordres détaillés et des plans pour l’extermination physique de millions de personnes. L’invasion était accompagnée de quatre Einsatzgruppen (unités opérationnelles) qui avaient été soigneusement sélectionnés et entraînés par Reinhard Heydrich, chef de l’ Office central de la sûreté du Reich. La tâche de ces unités de 3 000 membres de « Sturmtruppen du génocide » (Ian Kershaw) était de tuer immédiatement tous les communistes, partisans, Juifs et Sintis qui tombaient entre leurs mains.

      « Les quatre Einsatzgruppen et leurs assistants ont tué plus de 500 000 Juifs soviétiques au cours des six premiers mois de [l’opération] Barbarossa, en plus de dizaines de milliers de partisans et de prisonniers de guerre soviétiques, et rien de tout ceci n’aurait été possible sans la coopération volontaire et active de la Wehrmacht », écrit Fritz.
      La complicité active de la Wehrmacht dans les meurtres de masse, qui a été niée en Allemagne pendant des décennies et a conduit jusqu’en 1999 même à la censure de l’exposition « Guerre d’anéantissement. Crimes de la Wehrmacht », a été documentée de façon incontestable. Déjà en janvier 1941, Hitler avait annoncé comme objectif à un groupe sélectionné de dirigeants SS que la population slave de l’Est devrait être réduite de 30 pour cent. Des états-majors entiers et des théoriciens racistes ont ensuite traduit « la volonté du Führer » en des ordres précis sur qui devait être abattu et exterminé.

      Les généraux approuvèrent ces plans et s’assurèrent qu’ils furent exécutés. Pendant la guerre, « les responsables de l’armée ont même inauguré un échange d’idées et d’expériences entre l’armée et les officiers SS », selon Fritz. « Comme les événements sur le terrain l’ont démontré, les ordres criminels d’en haut et les impulsions vengeresses d’en bas ont créé un climat de violence qui devait éliminer toute inhibition quant à assassiner. »

      Des professeurs allemands ont pourvu les plans meurtriers d’arguments pseudo-scientifiques. En juin 1942, le Generalplan Ost (Plan général Est) est publié s’appuyant sur les travaux de nombreux universitaires. Il prévoyait le meurtre de millions de Slaves pour faire de la place aux colons allemands. La Société allemande de recherche (DFG), une coalition d’universitaires renommés, finançait déjà des études pendant la République de Weimar qui « affirmaient une supériorité générale de la population allemande à l’égard des Slaves » et d’autres qui « comprenaient la recherche raciale comme une science appliquée ».

      Les plans opérationnels de l’opération Barbarossa, le nom de code de l’invasion de l’Union soviétique, ont été élaborés au cours de plusieurs tables rondes au début de 1941 entre le cabinet du chancelier, la SS, l’Office central de la sûreté du Reich et le Haut commandement de la Wehrmacht [l ‘armée allemande]. L’objectif formulé à maintes reprises était la destruction des « chefs et commissaires bolcheviques », « des intellectuels judéo-bolcheviques » et « de l’idée socialiste ».

      Le 2 mai, plusieurs secrétaires d’État et principaux commandants de la Wehrmacht discutèrent des conséquences de l’opération Barbarossa pour l’économie de guerre. Selon une note d’information, ils sont arrivés à la conclusion que « sans aucun doute des dizaines de millions de personnes mourront de faim si nous prenons au pays ce qui nous est nécessaire ».
      Le 13 mai, Wilhelm Keitel, chef du haut commandement de la Wehrmacht, a promulgué le décret sur l’application de la juridiction de guerre. Il ordonnait que les délits commis par des civils contre la Wehrmacht ne soient plus traités par les tribunaux, mais que les accusés puissent être immédiatement fusillés sur ordre d’un officier. Des actes violents de punition collective contre des zones entières étaient également autorisés. Cela a souvent eu pour résultat que des femmes et des enfants (les hommes étaient au front) étaient regroupés dans de grands bâtiments et abattus à la mitrailleuse, avant que les bâtiments ne soient incendiés et que ceux qui étaient encore vivants ne soient brûlés vifs.
      Le 6 juin, deux semaines avant l’invasion, le haut commandement, sous la direction du lieutenant-général Alfred Jodl, promulguait l’ordre sur les commissaires. Celui-ci demandait que les commissaires politiques civils et militaires soient identifiés et que les forces d’invasion «les éliminent en principe immédiatement avec une arme ». En raison de cet ordre seul, il existe des preuves d’au moins 140 000 exécutions, certaines estimations allant jusqu’à 600 000.

      Cela montre que le 22 juin, c’est une machine à tuer bien préparée qui fut mise en marche. Les dernières inhibitions morales étaient déjà tombées deux ans plus tôt en Pologne, que la Wehrmacht avait envahi et où elle avait déclenché une orgie de violence. C’est aussi là que furent construits plus tard les notoires camps de la mort. Mais avant que des millions de Juifs de toute l’Europe ne soient envoyés dans les chambres à gaz d’Auschwitz et de Majdanek, les troupes allemandes en avaient déjà massacré des centaines de milliers en Union soviétique.
      L’un des massacres les plus connus a eu lieu les 29 et 30 septembre 1941, dans le ravin de Babi Yar près de Kiev, où une unité d’opérations spéciales a abattu 33 771 Juifs de la capitale ukrainienne, hommes, femmes et enfants, en l’espace de deux jours. Au cours des mois suivants, 70 000 autres civils ont été exécutés dans le même ravin.
      Le bilan de la guerre d’anéantissement fut épouvantable. Au total, 27 millions de citoyens soviétiques ont été victimes de cette guerre. Une commission organisée par le ministère soviétique de la Défense et l’Académie des sciences de Russie, qui a examiné les chiffres entre 1987 et 1991, a conclu qu’elle avait fait 37 millions de morts. Parmi eux, seuls 8,6 millions étaient des soldats, 27 à 28 millions des civils, dont beaucoup ont perdu la vie dû à la faim et aux conditions de vie insupportables. Le blocus de 28 mois de la ville de Leningrad, que la Wehrmacht a intentionnellement affamée, a coûté la vie à 470 000 personnes.

      Parmi les nombreux crimes de guerre de la Wehrmacht figure le meurtre de 3 millions de prisonniers de guerre soviétiques. Le 8 septembre, le haut commandement prononçait un ordre plaçant les soldats de l’Armée rouge hors de la protection du Droit international: « Le soldat bolchevique a perdu tout droit au traitement comme un soldat honorable en vertu de la Convention de Genève […] L’utilisation d’armes contre les prisonniers soviétiques de la guerre est en général légitime ».

      Environ 60 pour cent des prisonniers de guerre ont perdu la vie. S’ils n’étaient pas assassinés ou affamés, ils étaient emmenés dans les camps de concentration où ils effectuaient des travaux forcés dans des conditions inhumaines pour l’effort de guerre allemand. … »
      US GO HOME !!!

      1. Sergio , très bon post qui résume bien les atrocités commises par le régime nazi . Vous faites bien le distingo entre les camps de travail et les camps d’extermination en Pologne ( en fait 6 ) et la plupart des personnes font la confusion

        et vous n’oubliez pas les centaines de milliers de Sintis qui ont été gazés , on les oublie trop souvent .

        Les Einsaztgruppen ont commencé ce qu’on appelle la Shoah par balles et qui a été étudiée par le père Desbois .

        Par contre postez pas trop cela sur les sites d extreme droite comme Sputnik ou RT ou RI où cela pullule de négationistes néo nazis qui soutiennent les SS et leurs actions , vous ne vous y feriez pas trop d’amis )

        1. “Par contre postez pas trop cela sur les sites d’extrême droite comme Spoutnik ou RT ou RI où cela pullule de négationnistes néo nazis qui soutiennent les SS et leurs actions , vous ne vous y feriez pas trop d’amis )”
          T’es vraiment une petite ordure sans honte et sans le moindre sentiment de dignité – et de ce que ça doit représenter.
          Personne (sauf qqs rares tarés et les collaborateurs historiques des nazis, comme par exemple les Croates et les Bandéristes Ukrainiens) dans le monde slave n’est admirateur de l’idéologie nazi ou d’autres idéologies racistes ; par contre toi tu l’es ; et je peux l’affirmer avec d’autant plus de certitude que je lis ta rhétorique depuis des années ; et malgré toute la perfidie dont tu es capable: Ton profil psychologique est très simple: Persuadé par Hegel ou dieu sait lequel de ses thuriféraires que tu fais partie des peuples “faiseurs d’Histoire” – des Ubermenches en quelque sorte – “de la race des seigneurs” comme vous aimez bien le formuler tu trouves normal de faire subir aux autres ce que tu ne voudras jamais que quelqu’un te fasse: Pillages, asservissement, réduction en esclavage ou dieu seul sait quel autres forme d’aliénation ; les seules Slaves qui se sont permis ça c’est ceux qui ont acceptés l’autorité de la curie romaine – et même parmi eux la majorité reste sobre et digne ; il n’y a que vos larbins – les plus catholiques que le pape (comme les fascistes Croates par exemple) qui versent régulièrement dans l’ignominie.
          Je crois bel et bien – à force de te lire – que la seule dimension humainement respectable qui émane de ta personne c’est ta politesse ; je te le reconnais: tu restes une personne polie même devant l’insulte ; mais tout le reste: absence totale de la compassion, d’altruisme, de la compréhension pour l’adversaire ; sa déshumanisation permanente dans ton discours ; le recours permanent au mensonge et à l’inversion accusatoire et un tas d’autres trucs me donnent l’impression que tu as pris congé de l’humanité digne et respectable.
          Accuser de négationnisme les peuples qui ont payé le tribut le plus lourd de l’Histoire humaine en combattant le fascisme, seul une parfaite ordure en est capable

          1. On ne saurait mieux dire. L’ancien pue le rassis.

  3. Alors ainsi, cela commence à s’ébruiter, les certains malins fabriquant d’armes vendent leurs productions pipées, à des certains nigauds qui payent pour avoir des sortes de pistolets à bouchons quand ils s’en servent contre des cibles protégées par les dits fabriquants. Vivement que les animaux s’y mettent. Les lapins qui seront actionnaires de la fabrique de fusils de Saint Etienne pourront perfectionner le système en faisant que le chasseur dégomme son sacré fils qu’il éduque à la place du lièvre qu’il vise.
    Un pâté de fils de chasseur, quel futur régal. Il y a de quoi se mettre à la viande.
    Et les multiples productions de l’Entité co(s)mique, elles sont déréglées de quelles façons ? Est-ce qu’elles fonctionnent les samedis par exemple ?
    La Question avec un Grand Q :
    Où peut-on se procurer des armes non-pipées ?
    Est-ce comme les anciennes mobylettes qui étaient dites “bridées” pour ne pas dépasser 50 km/heure ?
    Le fameux F-35 est-il aussi bridé en fonction du client ?
    Les F-35 italiens ont-il une certaine particularité ? Et ceux japonais ?

  4. Comme Francky avant , Steve Brown ferait déjà bien de réviser l’ODB ( ordre de bataille ) de l’armée syrienne avant de tenter de nous expliquer les S200/300/400: la Syrie ne possède pas de 400 .

    Quant au délire sur le fait qu’ils aient été programmés pour ne pas pouvoir tirer des avions de Tsahal il vaut mieux en rire .

    Et la soi disant programmation des S300/S400 pour tirer sur des projectiles , drones , missiles etc cela nous montre la totale méconnaissance du sujet par cet auteur .

    Mais c’est pas grave en fait .

    1. L’ancien fais gaffe de plus te promener en Méditerranée a bord de ton gazelle SA340, les algériens sont remontés et comme ils ne savent pas lire, ils pourraient déclencher accidentellement un tir de S300 en confondant la Méditerranée avec le Chott Melghir

      1. C’est pas les algériens qui sont remontés c’est le gouvernement algérien qui nous fait son sketch à des fins de politiques intérieures .
        Je pense qu’on en a surtout rien à branler de ce genre de gesticulations .

        1. Tellement rien à branler que cela ne “vous” fera rien de faire un détour par le Maroc en quittant le Mali…

      1. From the comments of the article you put the link, man.

        Aphelion • a year ago
        Truly disappointing article and comment section – all I see is blind pro-Western and also some pro-Russian voices going after each other with little interest in fact checking anything (with a tiny number of notable exceptions). The S-400 was installed in Syria in 2015 after a Russian Su-24M was shot down by a Turkish F-16, for the sole purpose of protecting Russian aircraft after that very specific incident. Russia never claimed or promised to use the system against Israel or anyone else unless their own aircraft were threatened directly, which simply hasn’t happened to date and is very unlikely to happen. The Russians and Israelis directly coordinate their actions and inform each other (just like the Russians and NATO forces do) to ensure they minimize the chances of shooting at each other. There is literally no basis to make any conclusion about S-400 performance in this article, neither good nor bad: Syria does not operate the S-400 and the Russians are staying away from shooting at Israeli and NATO aircraft or weapons. Literally on the same day that this article was published, Turkey announced that they have completed a deal for the supply of the second batch of S-400 systems, which should give some indication of what Turkey really thinks of the system. It appears both the author and the majority of the commentators here have no idea what is actually going on and simply writing on the basis of some fictional Israeli-Russian war going on in their heads

        Please when you add a link, take chance before to read it carefully and don’t forget also the comments related. I garanty you to get better view on what is going on…

    2. GE I did not write about the pantsir because the article is long enough. I try to be brief since the attention span of militarist scum is extremely short, and hopefully such will read and learn something too. Even if you did not. Thanks.

    1. La Syrie, les S400, la Russie, Israël et les États défaillants des États-Unis (2e partie)

      En conséquence, puisqu’Israël est en guerre contre la Syrie, pourquoi la Fédération de Russie aiderait-elle la Syrie contre l’insurrection takfiri soutenue par l’Occident ? Nous avons établi que l’objectif des États-Unis et d’Israël en Syrie est uniquement de créer un État défaillant afin qu’Israël puisse revendiquer et annexer le territoire syrien qu’il occupe. Alors, pourquoi les dirigeants russes ont-ils accepté l’invitation de la Syrie à y créer une coalition défensive en 2015 alors que le régime israélien s’y opposait ?

      Syrie
      Le soutien historique de la Russie à la Syrie a commencé dans les années 1970, et la base navale russe de Tartous ne dépend pas de la coopération de la Turquie, alliée de l’OTAN, pour exister sur la côte méditerranéenne de la Syrie. De même, la Russie partage des intérêts financiers avec de nombreuses nations, dont la Syrie, mais surtout, la Russie est probablement réticente à l’idée de voir des États terroristes takfiris parrainés par les États-Unis et Israël se développer au Moyen-Orient, par le biais de l'”effet domino” américain de la terreur, comme le souhaite Washington. Cette terreur takfiri exportée a fait des ravages dans la région du Caucase, en Tchétchénie et en Russie. À ce titre, la Russie pourrait juger plus utile d’affronter les terroristes tchétchènes soutenus par les États-Unis et l’Arabie saoudite en Syrie, plutôt que plus près de chez elle dans la région du Caucase.

      Après le début de la provocation du “printemps arabe” de l’État américain en 2011, en 2012, des groupes terroristes tchétchènes et géorgiens tels que Katibat Al-Muhajireen ont commencé à opérer en Syrie par milliers. Certains étaient dirigés par Umar Al-Shishani, plus connu sous le nom de “Tarkhan le rongeur”. Il est aujourd’hui décédé et un autre takfiri soutenu par l’Occident et originaire de la Géorgie du Caucase, Murad Iraklievich Margoshvili, également connu sous le nom de “Muslim Al-Shishani”, dispose d’une milice chancelante qui a été décimée par près de dix ans de guerre. Il est le dernier commandant connu du groupe terroriste tchétchène appelé Junud Al-Sham. D’autres combattants tchétchènes ont rejoint la milice terroriste Jabhat Al-Nusra, désormais connue sous le nom de Hayat Tahrir al Sham, ou HTS. À l’époque, face à l’escalade de l’insurrection syrienne largement financée par l’État américain et l’Arabie saoudite et avec le soutien d’Israël, le gouvernement syrien a demandé l’aide de la Fédération de Russie.

      Les S200, S300, S400 et S500
      Une grande confusion populaire existe quant au déploiement des S300 et S400 en Syrie. La presse israélienne affirme que la Syrie tire des centaines de missiles S300 sur les avions de l’IAF, et affirme que le manque de succès du S300 en Syrie est dû à un pilotage “intelligent”. “Des pilotes si intelligents !” La vérité est cependant que les défenses aériennes russes de la série S en Syrie ont été handicapées par une programmation qui empêche la série S de se verrouiller sur les avions israéliens. Ainsi, nous illustrons que les relations russo-israéliennes sont telles que les avions israéliens ne peuvent pas être ciblés, et aussi, pour qu’une guerre plus large n’en résulte pas.

      En 2018, un F16 israélien a été abattu au-dessus du nord d’Israël par un S200 opéré par prétendument par la Syrie bien que la brigade était située assez près de la base aérienne de Hmeimim, ce qui a provoqué des spéculations selon lesquelles une batterie russe aurait pu abattre l’avion de guerre. Israël a d’abord affirmé qu’un oiseau avait touché l’avion, puis a déclaré que l’avion avait été abattu parce que le pilote n’avait pas utilisé correctement les mesures d’évitement. Bien entendu, ces déclarations militaires israéliennes sont fausses, et Israël a fait pression sur la Russie pour s’assurer qu’aucune batterie de la série S ne serait à nouveau programmée pour se défendre contre une agression aérienne israélienne en Syrie. Il s’agit ici d’illustrer la “relation spéciale” qui existe entre la Russie et Israël.

      Mais la Turquie n’a aucun scrupule à cibler les bombardiers israéliens, et les S300 turcs en Syrie ont également été programmés de manière à ne pas pouvoir cibler les F35 américains ou autres avions de guerre israéliens. [Des rapports dans les médias occidentaux, incorrects, disent que les S400 en Turquie ne sont pas opérationnels. https://breakingdefense.com/2020/06/unanswered-israeli-air-strikes-against-syria-raise-s-400-questions/ ] Les systèmes de défense aérienne S300 et 400 en Syrie ont été programmés pour cibler les projectiles, tels que les missiles, les roquettes et les drones. De l’avis général, cette fonctionnalité particulière des S300/S400 a été acceptable, voire parfaite.

      Récemment, des militants turcs à al Hasakah ont tiré sur des hélicoptères russes, là où il y aurait une batterie S300. https://generico.ru/2021/09/28/turkey-fired-on-russian-helicopters-in-syria/ L’attaque a échoué et les Turcs en ont payé le prix fort. Cet incident s’est produit juste avant la rencontre d’Erdogan avec le président Poutine. Et pourtant, le Turc demande plus de S400 ! Pourquoi ?

      Puisque les défenses aériennes S400 de la Turquie sont inutiles contre les avions que la défense n’est pas autorisée à cibler – comme l’US IF35 d’Israël – nous ne pouvons que nous poser des questions. Il n’y a pas grand-chose que la Turquie puisse faire contre les avions, sauf peut-être cibler par erreur un avion russe, ce qu’elle a fait en 2016. https://www.reuters.com/article/us-russia-turkey-jet-idUSKCN0ZD1PR Alors pourquoi la Turquie s’intéresse-t-elle aux S400 ?

      Nous devons supposer que la prédilection turque pour les S400 est largement symbolique… et principalement politique. La raison est de faire pression sur les États-Unis concernant leur soutien aux YPG et au PKK dans le KRG. En utilisant le S400, la Turquie peut faire pression sur les États-Unis pour qu’ils renoncent à leur soutien aux FDP et aux groupes terroristes kurdes dans le nord-est de la Syrie. Cela explique pleinement pourquoi la Turquie fait à nouveau pression sur les États-Unis en leur promettant d’autres achats de S400. Mais tant que les États-Unis savent que la Russie ne fournit aucun soutien réel à la Turquie pour une utilisation pragmatique de ces défenses aériennes, Washington est moins impressionné et ne fait qu’encourager la Turquie à se comporter davantage comme un membre de l’OTAN.

      En ce qui concerne l’utilisation par la Syrie des S200, S300 et S400 (et le déploiement potentiel des S500 !), nous ne pouvons que supposer qu’ils seront soumis aux mêmes limitations, c’est-à-dire qu’ils ne pourront pas se défendre contre les avions de guerre israéliens, mais seulement contre les projectiles et les drones.

      Nous en sommes donc réduits à espérer qu’une forme d’armement avancé nous sauvera de nos oppresseurs. Mais les meilleures armes et le meilleur accès à leur utilisation ont toujours été possédés par ces mêmes oppresseurs. Au lieu d’armes de guerre, nous devrions espérer de vrais dirigeants qui défendent véritablement la paix, l’esprit d’État, la liberté de commerce, le droit naturel et l’accent mis sur la production et la créativité plutôt que sur la destruction. En d’autres termes, le but de la civilisation est, par définition, la règle de droit et l’appréciation de la paix entre les hommes et les nations. Mais cette civilisation, créée par l’homme lui-même, est apparemment fichue. Est-ce bien le cas ? C’est en tout cas ce que nous voyons tous les jours, surtout de la part du chien de l’Occident.

      Steve Brown

      a l’intention d’annexer
      ** Netanyahu a soi-disant rejeté le projet, mais l’agenda de l’IASPS a été accueilli sans réserve par George W. Bush avant l’an 2000.

      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :