Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

When it comes to war, bankers don’t care about death and destruction — only that the funds keep flowing and their deals keep happening. Few know the agenda of the Bank for International Settlements during the second world war was not just to keep all sides fueled with funds for war, but to plan and determine Europe’s future as well.

Adam Lebor’s book on the bank makes this clear with his narrative on plans for founding of the European Union (1946):

‘From Paris to Washington DC the postwar committees and movements pushing for European federalism presented themselves as new and innovative… but they were deeply rooted in the old ways of doing business: powerful men gathering over lunch or dinner to reshape the world as they saw fit. During the war Allen Dulles (OSS-CIA) had met with McKittrick (BIS president) and Per Jacobsson (future IMF head) to plan the postwar European economic order. Per Jacobsson had traveled to Berlin to share American plans for the postwar European economy with Puhl, the BIS director, war criminal, and Reichsbank vice president. None of these discussions were made public, even though the plans hatched would shape the modern world. The US involvement in the European project continued the tradition of secrecy and covert action well into the 1960’s. A State Department memo, dated June 11th, 1965, to Robert Marjolin (French president of the EEC) recommends that he pursue monetary union without public discussion. The memo advises him to suppress debate until the “adoption of such proposals would become virtually inescapable.” ‘ https://www.entelekheia.fr/2017/03/04/euro-federalists-financed-by-us-spy-chiefs/

Lebor continues:
‘In May 1948, eight hundred delegates met at The Hague.. to create the European Movement. At the same time Allen Dulles (OSS-CIA) and William Donovan (“Wild Bill” OSS head) were using their OSS (CIA predecessor) contacts and expertise to setup the American Committee for a United Europe (ACUE). The ACUE’s role was to channel funds to the Euro federalists and use new techniques of psychological warfare, such as the Harvard Plan.. to push for a united Europe. Donovan was appointed chair of the ACUE and Dulles his deputy. Bedell Smith director of the CIA also sat on the board. As Professor Richard Aldrich (an intelligence historian) notes, the European Movement’s officers and directors included at least four CIA officers.’ *

Today some still argue for European federalism and claim that American involvement in EU federalism was simply a matter of “to the winner go the spoils”. However, as Lebor points out, the true reason for US control of Europe is precisely what we see today — not pursuit of peace — but US aggression toward Russia.

One major issue regarding US v Russia relations is an energy conflict. The United States pushes its LNG shipments to Europe but has been slow to export Liquified Natural Gas (LNG) to Germany because LNG port capacity there is minimal. (2017 article: https://www.dw.com/en/us-sees-gas-exports-to-germany-by-2022/a-45516432 ) Market conditions during the past two years have impacted US exports of LNG to Europe too, which is more expensive there than Russian and Middle Eastern gas. But US State is pushing Europe hard to take American LNG anyway, most evident by American opposition to Nord Stream 2.

Nord Stream 2 is of course the Russian gas pipeline just completed to Germany despite major objection and obstacles engineered by the US, for example its influence on Denmark https://www.tellerreport.com/business/–denmark-accused-of-trying-to-delay-the-implementation-of-the-%22nord-stream—2%22-.rkUi8eG5V.html whose waters the pipeline passes through.

German certification expectations for the Russian gas pipeline were set years before, despite rejection of the NS 2 project by the European Commission and post-facto legal work to stall it, https://sputniknews.com/20210825/german-court-refuses-to-exempt-nord-stream-2-from-eus-third-energy-package-1083709623.html also backed and inspired by the United States. https://www.state.gov/joint-statement-of-the-united-states-and-germany-on-support-for-ukraine-european-energy-security-and-our-climate-goals/ Now in an amusing and stupid US State move, America hopes to expand its NS 2 subversion by demanding Ukraine participation in the Russo-German project.

What about Germany?
The new government is not in place yet, and its potential composition looks a bit strange, https://www.newstatesman.com/international-content/2021/10/will-germany-have-a-new-government-by-christmas with potential for more US meddling in German affairs. Likewise a German media conglomerate unfriendly to Russia – most similar to Rupert Murdoch’s Britain-US media nonsense — is ever ascendant in Germany. https://www.vanityfair.com/news/2021/10/the-inside-story-of-axel-springers-cutthroat-deal-to-buy-politico Regarding Nord Stream 2, Germany has pushed back certification at a time when natural gas prices are exploding in Europe, and severe shortages experienced. For its part, Russia has said it can turn on the gas tap as soon as the German government approves, but with the transfer of power there the US government has leveraged stalling measures. https://www.reuters.com/world/europe/putin-nord-stream-2-start-gas-sales-europe-right-after-its-approval-2021-10-21/

The CIA, federal Europe… and Nord Stream 2. With the decline of the global hegemonic, interference in Europe and Eastern Europe becomes ever more urgent for an ever more desperate hegemon. The Atlantic alliance’s decision to oppose Russia rather than compete honestly with it, echoes the dark past of Allen Dulles and the CIA’s devilish chessboard. Just as the US aggressively interfered and pushed for the creation of a federal Europe from a position of opportunity, now in decline, the US opposes the positive development of Nord Stream 2, at a time when a European key ally needs that energy supply. The perfidious Albion indeed.  

“To the winner go the spoils” has resulted in US dominance in Europe for over seven decades. As we have seen, the security state’s creation via its bankers of this monetary entity still maintains dubious political union at best, and whatever union there is might fail at worst. Who will care? …the same folks who meddled in the EU’s creation: the Central Bankers with their perpetual fiat dreams. No one else.

But we won’t see any new sovereign referendum similar to Brexit any time soon.
Whether the EU will simply fall apart after seventy-six years of US-CIA ambition has yet to be seen. The only real long-term solution for Europe is to stand up on its own feet (as de Gaulle once did) oppose the US Warfare State, and abandon its toxic derivative partners, who are the criminals of Wall Street.

Of course that’s not bloody likely. Europe is weak. Europe is owned by corrupt bankers. Just as the United States is. Ultimately the west’s bankers call the shots for war and aggression. We won’t mention peace because the west’s bankers long ago calculated that they cannot profit from it.  But if Nord Stream 2’s taps are ever switched on — there may be at least some hope.

Steve Brown

*Adam Lebor The Tower of Basel about the Bank for International Settlements pp 173-174

5 thoughts on “European Union, the CIA, and Nord Stream 2

  1. Seules les petites ou grandes Nations feront partie intégrante de la Résistance (la vraie) envers et contre tout ! Dire le contraire serait nier la réalité, c.-à-d. un monde de plus en plus multipolaire, (j’entends les critiques acerbes de certains sur notre site, qui font une pseudo-analyse imaginaire de notre monde, le monde tel qu’il est réellement, critiquant vertement la Chine (en fait la République populaire de Chine), nation multimillénaire et dont le moteur est essentiellement Taôiste (et dont je suis l’un des indéfectibles membres (très actifs): ni une religion, ni une philosophie, petite piqure de rappel à notre cher ami Strategika51 ), c’est dire que ces cons n’ont décidément rien compris « au film actuel », et nous ne pouvons décidemment rien pour eux !), le reste n’est qu’un du bla-bla propagandiste sans grand intérêt…

    Cours camarade, le vieux monde est (décidemment toujours) derrière toi!

    1. hé, oui ! macron (que certains nomme « le freluquet »), cet olibrius néfaste, toujours locataire de l’Elysée (mais plus pour très longtemps, heureusement…) a encore baissé, et publiquement, son pantalon, c’est ce que certains d’entres-nous avait prédit (le roi républicain de la com. et de la gesticulation a encore sévit!), et comme d’hab. la réalité le rattrape toujours…
      lisez plutôt: lien Internet : ( https://francais.rt.com/international/92117-humiliation-farce-partie-opposition-torpille-macron-rencontre-biden ) les commentaires sont très explicites!

  2. L’Union européenne, la CIA et Nord Stream 2

    Lorsqu’il s’agit de guerre, les banquiers ne se soucient pas de la mort et de la destruction – ils veulent seulement que les fonds continuent à circuler et que leurs transactions se poursuivent. Peu de gens savent que l’objectif de la Banque des règlements internationaux pendant la Seconde Guerre mondiale n’était pas seulement d’alimenter toutes les parties en fonds pour la guerre, mais aussi de planifier et de déterminer l’avenir de l’Europe.

    Le livre d’Adam Lebor sur la banque le montre clairement avec son récit des plans de fondation de l’Union européenne (1946) :

    De Paris à Washington DC, les comités et mouvements d’après-guerre qui poussaient au fédéralisme européen se présentaient comme nouveaux et novateurs… mais ils étaient profondément enracinés dans les anciennes façons de faire des affaires : des hommes puissants se réunissant autour d’un déjeuner ou d’un dîner pour remodeler le monde comme ils l’entendaient. Pendant la guerre, Allen Dulles (OSS-CIA) avait rencontré McKittrick (président de la BRI) et Per Jacobsson (futur directeur du FMI) pour planifier l’ordre économique européen d’après-guerre. Per Jacobsson s’était rendu à Berlin pour partager les plans américains pour l’économie européenne d’après-guerre avec Puhl, le directeur de la BRI, criminel de guerre, et vice-président de la Reichsbank. Aucune de ces discussions n’a été rendue publique, alors que les plans échafaudés allaient façonner le monde moderne. La participation des États-Unis au projet européen a perpétué la tradition du secret et de l’action secrète jusque dans les années 1960. Une note du département d’État, datée du 11 juin 1965, adressée à Robert Marjolin (président français de la CEE) lui recommande de poursuivre l’union monétaire sans débat public. Le mémo lui conseille de supprimer le débat jusqu’à ce que “l’adoption de telles propositions devienne pratiquement inéluctable”. ‘ https://www.entelekheia.fr/2017/03/04/euro-federalists-financed-by-us-spy-chiefs/

    Lebor poursuit :
    ‘En mai 1948, huit cents délégués se réunissent à La Haye… pour créer le Mouvement européen. Au même moment, Allen Dulles (OSS-CIA) et William Donovan (chef de l’OSS “Wild Bill”) utilisaient leurs contacts et leur expertise de l’OSS (prédécesseur de la CIA) pour mettre en place le Comité américain pour une Europe unie (ACUE). Le rôle de l’ACUE était de canaliser des fonds vers les eurofédéralistes et d’utiliser de nouvelles techniques de guerre psychologique, comme le plan Harvard, pour faire pression en faveur d’une Europe unie. Donovan est nommé président de l’ACUE et Dulles son adjoint. Bedell Smith, directeur de la CIA, siège également au conseil. Comme le fait remarquer le professeur Richard Aldrich (un historien du renseignement), les officiers et directeurs du Mouvement européen comprenaient au moins quatre officiers de la CIA.” *

    Aujourd’hui encore, certains plaident en faveur du fédéralisme européen et affirment que l’implication américaine dans le fédéralisme européen était simplement une question de “au vainqueur le butin”. Cependant, comme le souligne Lebor, la véritable raison du contrôle américain sur l’Europe est précisément ce que nous constatons aujourd’hui – non pas la recherche de la paix – mais l’agression américaine envers la Russie.

    L’une des questions majeures concernant les relations entre les États-Unis et la Russie est un conflit énergétique. Les États-Unis poussent leurs expéditions de GNL vers l’Europe mais ont été lents à exporter du gaz naturel liquéfié (GNL) vers l’Allemagne parce que la capacité des ports GNL y est minimale. (Article de 2017 : https://www.dw.com/en/us-sees-gas-exports-to-germany-by-2022/a-45516432 ) Les conditions du marché au cours des deux dernières années ont également eu un impact sur les exportations américaines de GNL vers l’Europe, qui y sont plus chères que le gaz russe et du Moyen-Orient. Mais l’État américain pousse fortement l’Europe à prendre du GNL américain de toute façon, ce qui est le plus évident par l’opposition américaine à Nord Stream 2.

    Nord Stream 2 est bien sûr le gazoduc russe qui vient d’être achevé vers l’Allemagne en dépit d’objections et d’obstacles majeurs conçus par les États-Unis, par exemple leur influence sur le Danemark https://www.tellerreport.com/business/-denmark-accused-of-trying-to-delay-the-implementation-of-the-%22nord-stream-2%22-.rkUi8eG5V.html dont le gazoduc traverse les eaux.

    Les attentes allemandes en matière de certification du gazoduc russe ont été fixées des années auparavant, malgré le rejet du projet NS 2 par la Commission européenne et le travail juridique post-facto pour le bloquer, https://sputniknews.com/20210825/german-court-refuses-to-exempt-nord-stream-2-from-eus-third-energy-package-1083709623.html également soutenu et inspiré par les États-Unis. https://www.state.gov/joint-statement-of-the-united-states-and-germany-on-support-for-ukraine-european-energy-security-and-our-climate-goals/ Aujourd’hui, dans un geste amusant et stupide de l’État américain, l’Amérique espère étendre sa subversion du NS 2 en exigeant la participation de l’Ukraine au projet russo-allemand.

    Qu’en est-il de l’Allemagne ?
    Le nouveau gouvernement n’est pas encore en place, et sa composition potentielle semble un peu étrange, https://www.newstatesman.com/international-content/2021/10/will-germany-have-a-new-government-by-christmas avec le potentiel d’une plus grande ingérence des États-Unis dans les affaires allemandes. De même, un conglomérat médiatique allemand hostile à la Russie – très similaire à l’absurdité médiatique américano-britannique de Rupert Murdoch – ne cesse de prendre de l’ampleur en Allemagne. https://www.vanityfair.com/news/2021/10/the-inside-story-of-axel-springers-cutthroat-deal-to-buy-politico En ce qui concerne Nord Stream 2, l’Allemagne a repoussé la certification à un moment où les prix du gaz naturel explosent en Europe et où de graves pénuries sont constatées. Pour sa part, la Russie a déclaré qu’elle pourrait ouvrir le robinet de gaz dès que le gouvernement allemand l’approuverait, mais avec le transfert de pouvoir dans ce pays, le gouvernement américain a mis en place des mesures dilatoires. https://www.reuters.com/world/europe/putin-nord-stream-2-start-gas-sales-europe-right-after-its-approval-2021-10-21/

    La CIA, l’Europe fédérale… et Nord Stream 2. Avec le déclin de l’hégémonie mondiale, l’ingérence en Europe et en Europe de l’Est devient de plus en plus urgente pour un hégémon de plus en plus désespéré. La décision de l’alliance atlantique de s’opposer à la Russie plutôt que de rivaliser honnêtement avec elle, fait écho au sombre passé d’Allen Dulles et de l’échiquier diabolique de la CIA. Tout comme les États-Unis ont interféré de manière agressive et ont poussé à la création d’une Europe fédérale à partir d’une position d’opportunité, aujourd’hui en déclin, les États-Unis s’opposent au développement positif de Nord Stream 2, à un moment où un allié clé européen a besoin de cet approvisionnement énergétique. La perfide Albion, en effet.

    Le principe “au vainqueur le butin” a permis aux États-Unis de dominer l’Europe pendant plus de sept décennies. Comme nous l’avons vu, la création par l’État de sécurité, via ses banquiers, de cette entité monétaire maintient toujours une union politique douteuse dans le meilleur des cas, et cette union, quelle qu’elle soit, pourrait échouer dans le pire des cas. Qui s’en soucie ? …les mêmes personnes qui se sont mêlées de la création de l’UE : les banquiers centraux avec leurs rêves de fiat perpétuel. Personne d’autre.

    Mais nous ne verrons pas de sitôt un nouveau référendum souverain similaire au Brexit.
    Il reste à voir si l’UE va simplement s’effondrer après soixante-seize ans d’ambition US-CIA. La seule véritable solution à long terme pour l’Europe est de se tenir debout (comme l’a fait de Gaulle), de s’opposer à l’État de guerre américain et d’abandonner ses partenaires dérivés toxiques, qui sont les criminels de Wall Street.

    Bien sûr, c’est peu probable. L’Europe est faible. L’Europe est possédée par des banquiers corrompus. Tout comme le sont les États-Unis. En fin de compte, ce sont les banquiers occidentaux qui décident de la guerre et de l’agression. Nous ne parlerons pas de la paix car les banquiers occidentaux ont calculé depuis longtemps qu’ils ne pouvaient pas en tirer profit. Mais si les robinets de Nord Stream 2 sont un jour ouverts, il y aura peut-être au moins un peu d’espoir.

    Steve Brown

    *Adam Lebor La Tour de Bâle sur la Banque des règlements internationaux pp 173-174
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :