Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

1- Introduction

The search for extraterrestrial (ET) life has been considered by many as the next great venture facing Mankind. Indeed, in the words of C. Sagan, one of the most forceful proponents of this endeavor, it constitutes a search for “a cosmic context for the human species” and thus “a search for ourselves”i. Such pronouncements might sound like overstatements, but one does not need much clairvoyance to realize that the impact of such a discovery on the course of human civilization will be far reaching and even radical!

Thousands of exoplanets located outside the Solar system have been discovered so far and there are thousands of other candidates to be confirmed.

The second reason why it could indeed be considered as a great adventure is that it may take decades or even centuries before such a search is successful. And this might still be an optimistic outlook! Today, except for some very local spots left to be explored in the Solar system (Mars, Europa, Titan…), the search is mainly carried out as a galactic signal/message-seeking venture, an acknowledgement of the poor state of the art of our transportation technologyii. However low the odds may be, the value of the objective is so high as to warrant our attention and interest.

An artist impression of the Higher atmosphere of Titan. A fascinating world left to be discovered.

Since humans are potentially faced with such a unique cultural shock of “danteesque” dimension, it is interesting to consider the attitudes of the various human-value systems and philosophies concerning this ET search and its impact on us. In this article, we will be dealing with the general Islamic vision, although we will quickly realize that there is no unified position in that tradition (classical and modern) on this topic. In particular, we shall review the major normative texts as interpreted by classical and contemporary scholars. We will also attempt to tentatively address our understanding of the “Islamic” reaction and response to an eventual discovery of an alien civilization: Will the Islamic message be relevant to those creatures? Will they be accountable for their deeds; will they be concerned by the Retribution Day, etc.?

This Quran verse is unambiguous about the expansion of the Universe

We wish to immediately emphasize the unfortunate fact that few studies have been devoted to this subject, both during the classical Islamic era (10 to 14thth centuries A.D.) and in contemporary timesiii. On the other hand, different interpretations have been given to religious texts related to the question, and this further complicates the discussion.

We will shortly confine our discussion to extraterrestrial intelligence per se, but we should make two important points before proceeding.

From a scientific point of view, it is absolutely impossible humans are the only intelligent life in the known and unknown universes

First, it must be stressed that most Muslim scholars and Quran commentators have shown little or no objection to the existence of other worlds in the cosmos. On this they rely on several verses that appear to make this argument rather clearly. A few examples will make the case: “He who created the seven heavens and of the earth a similar number” (Quran 65:12), where it is often remarked that “seven” in ancient Arabic (and in the Quran) usually translates as “many”; “Then praise be to Allah, Lord of the heavens and Lord of the earth, the Lord of the Worlds.” (45:36), which is reminiscent of the very first verses of the Quran: “In the name of Allah, the Beneficent, the Merciful. Praise be to Allah, Lord of the Worlds” (1:1-2). Indeed, the great philosopher-theologian Al-Razi (9 – 10th century AD) starts his 20+ volume commentary on the Quran with a paragraph expounding his views that this very first verse implies the existence of living creatures in the heavens

Prominent Muslim thinkers in the past accepted the concept of the plurality of the worlds

Some commentators, especially during the classical period, often interpreted the “Worlds” as non physical ones (realms of angelsiv or jinnsv).

More recently the identification with heavenly worlds has often been made. Most explicitly, Yusuf Ali, a modern and well-known commentator of the Quran, wrote (1934): “Life is not confined to our one little Planet. It is a very old speculation to imagine some lifelike human life on the planet Mars… it is reasonable to suppose that Life in some form or other is scattered through some of the millions of heavenly bodies scattered through space.”vi Similarly, Maurice Bucaille writes in his popular book “The Bible, The Quran, and Science”: “…it comes as no small surprise to the reader of the Quran to find that earths such as our own may be found in the Universe…”

Secondly, it is also worth noting that the existence of extraterrestrial life of primitive form (e.g. plants) has not posed any kind of problem to Muslim thinkers in any era. In fact some have noted and emphasized the fact that some verses in the Quran mention the existence of plants in the heavens; for instance the verse “Who [Allah] brings forth the hidden in the heavens and the earth” (27:25) may be understood to refer to plants, because the original word in Arabic “khab’a” (rendered here as “hidden”) can mean both “plants” and “what is hidden”…

An artistic impression of an extraterrestrial plant

In any case, we will not in this work consider the impact of the discovery of primitive life forms since that would be of very little theological consequence.

2- Man’s Place in the Universe According to Islam

Humanity’s conception of the Universe – and of its place in it – has changed and evolved very significantly since ancient times. The central idea has shifted from a simplistically geocentric and anthropocentric view to a “principle of mediocrity”, whereby humans are considered as nothing more than trivial specs in a vast natural cosmic landscape, and finally to either an anthropic model, where humans’ existence plays a central role in the characteristics and evolution of the (one) special Universe or to a multiverse model where ours is only one universe among innumerable ones that are almost all devoid of life and meaning.

The Islamic depiction of the place of Mankind in the Universe(s) is interestingly ambiguous: one can find verses in the Quran that seem to place us at the center of all existence as well as verses that tell that we are but one species among many others, some of whom are apparently intelligent and morally accountable.

Some of the verses that seem to make Mankind the central axis around which everything revolves (so to speak) include:

  • Don’t you see that Allah has made subject to you (men) all that is on the earth, and the ships that sail through the sea by His Command? He withholds the sky (rain) from failing on the earth except by His leave: for Allah is Most Kind and Most Merciful to man. (22:65)
  • And He hath made subject to you the sun and the moon, both diligently pursuing their courses; and the night and the day hath he (also) made subject. (14:33)
  • Do ye not see that Allah has subjected to your (use) all things in the heavens and on earth, and has made his bounties flow to you in exceeding measure, (both) seen and unseen? Yet there are among men those who dispute about Allah, without knowledge and without guidance, and without a Book to enlighten them! (31:20)

But other verses reduce the importance of humans in the Universe: “Assuredly the creation of the heavens and the earth is a greater (matter) than the creation of men; yet most men understand not” (40:57). Yusuf Ali comments:

“Man is himself a tiny part of creation; why should he be so egocentric?”

Furthermore, other references make the position of Mankind in the cosmic ladder somewhat more relative. In 17:70 we read:

Verily We have honored the children of Adam… and preferred them above many of those whom We created, with a marked preferment.

Here one must note the expression “many of those whom We created”, thus implying the existence of other creatures that have received a certain distinction too, but one must also note the “marked preferment” of humans.

This debate about the importance or central place of Mankind in the Universe in the Islamic worldview has continued to take place in the Muslim tradition and culture for many centuries, especially among thinkers and philosophers, if not often among the theologians. Biruni (one of the most distinguished scientists of the Islamic golden era), for instance, considered the Universe as the “best of all worlds” and Man as its goal. Ibn Rushd (Averroes, the most important philosopher in the history of Islam), on the other hand, believed that the Universe was created to host Man, but not everything was created for man!

3- Non-Human Life and the Quran: “Dabba” as sentient corporeal beings

The Quran, the sacred scripture of Islam taken by the faithful to be the unaltered words of God, seems to contain various indications pertaining to extraterrestrial intelligent life. Such indications are usually found within verses discoursing on the various marvels that God has created.

Some scholars have interpreted them as unambiguous pointers to the existence of extraterrestrial life (ETI), while others more cautiously have interpreted them as merely indicating its plausibility, but conceding usually that in any case this possibility is not against any Islamic dogma.

Let us review some of these verses. The clearest indication concerning ETI is usually seen in the following Quranic verse:

And among His Signs is the creation of the heavens and the earth, and the living creatures that He has scattered through them: and He has power to gather them together when He wills. (42:29)

where the original (and crucial) Arabic term “dabba” has here been rendered as “living creatures”. Yusuf Ali a well know contemporary Muslim scholar commented (in 1934) that “dabba” means “beasts, living crawling creatures of all kinds”; other commentators describe the term as meaning: “any sentient, corporeal being capable of spontaneous movement”, as opposed to non-corporeal spiritual beings like angels. The same term was used in another important Quranic verse: “And God has created every ‘animal’ (dabba) from water; of them are some that creep on their bellies, some that walk on two legs, and some that walk on four; God creates what He wills…” (24:45). Commenting on the 42:29 verse, the Muslim scholar Shabbir Ahmad Usmanivii states: “From the verse it appears that like on the earth there are some kinds of animals – living creatures – in the heavens also”viii

A scene of the movie ‘Dune’ (1984) depicting a giant sandworm. The movie is based upon Frank Herbert SF novel ‘Dune’ (1965). Herbert was partly inspired by medieval and Islamic history features

Another significant verse, which alludes to the existence of creatures in the heavens and to the sovereignty of God over them all, is the following one:

Not one of the beings in the heavens and the earth but must come to (Allah) Most Gracious as a servant.” (19:93)ix

which is followed by: “He does take an account of them (all), and hath numbered them (all) exactly. And every one of them will come to Him singly on the Day of Judgment” (19:94-95), signifying that these creatures have moral responsibility, making them accountable for their works and deeds; these must therefore be organisms with developed brains and conscious systems.

Those verses and others have been interpreted by many scholars as implying the existence of other kinds of life outside Earth.

We note also that Ibn Abbas, the close “companion” of the Prophet of Islam, and perhaps the greatest scholar on the Quran of the early period of Islam, has interpreted the afore-mentioned verse 65:12 (“Allah is He Who created seven heavens, and of the earth the like thereof”) as implying that there are many other earths inhabited by intelligent beings like us, and who too have Prophets like Noah, Jesus, and Muhammad. This is however an extreme opinion that no other Muslim scholar has held, to our knowledge. Yet, the fact that he is one of the much-respected companions of the Prophet and the prominence of Ibn Abbas among the early Muslim scholars (he was called “the learned man of this ummah”, the Muslim Nation, by the companions of the Prophet themselves), make his opinion of special interest.

The Quranic verse 42:29 (“And among His Signs is the creation of the heavens and the earth, and the living creatures that He has scattered through them: and He has power to gather them together when He wills”) has elicited much discussion and analysis regarding its apparent reference to extraterrestrial life and intelligence. Few of the early commentators saw in it a clear reference to the existence of physical creatures outside of earth. Al-Farra’x, for instance, ignored the pronoun “them” and restricted the existence of creatures to Earth. Other classical commentaries of the Quran, e.g. Tabari’sxi and Qurtubi’sxii, similarly restrained the reference to life on Earth, whereas Ibn Kathirxiii generalized the reference to humans, angels, jinns, and all animals, and thus all these are logically scattered throughout the heavens and the Earth.

In another kind of interpretation, Mujahedxiv speculated that the creatures referred to in the verse could simply be humans (on Earth) and angels (in heavens). On the other hand, Ibn al-Munirxv insisted that the term “dabba” (here translated as “living creatures”) does not in normal Arabic usage refer to either people or angels, so he concluded that the meaning of the verse should be limited to creatures on Earth. Moreover, it was noted that in another verse (“And whatever creature that is in the heavens and that is in the earth makes obedience to Allah (only), and the angels (too) and they do not show pride.” 16:49), angels were explicitly distinguished from the “dabba” creatures. Furthermore, Al-Alussixvi emphasized the reference to the heavens and concluded that the verse clearly implied the existence of creatures in the cosmos.

More recently, commentators have not only stressed the extraterrestrial interpretation of the verse(s) mentioned above, they have sometimes also emphasized another phrase therein, namely the “He has power to gather them together when He wills”, which seems to imply a possible meeting between humans and these creatures…

A snapshot from a verified US DoD combat Aircraft jet video showing an unidentified aerial phenomenon linked to mysterious encounters over the Pacific and Atlantic oceans

4- What message would Islam have to those ETI?

Assuming that an unambiguous message from some extraterrestrial intelligence is received in the future, what would be the Muslims’ reaction and attitude toward those creatures? For reasons delineated above, this discovery, although it would certainly constitute a cultural shock of first magnitude, would not cause a major theological problem in Islam. Even the Muslim scholars who are cautiously interpreting the various Quranic verses related to the subject are prone to accept this readily as totally consistent with God’s power and wisdom. Of course, the attitude towards those aliens will much depend on the specifics of their being: their level of “intelligence”, their degree of likeness to us, and above all, their attitude toward usxvii.

One must recognize that those who have considered such encounters haven’t realized the enormous spectrum of physiologies, morphologies and mental structures that can potentially be found out there if we are not alonexviii. They usually seem to assume that both the aliens’ morphology and psychology would be somehow akin to ours and that we would be dealing with something like an extended member of the human family as it were, not far on the human phylum. The fact that a direct encounter would certainly be fatal to us, as we would most probably appear to them as just emerging from technological prehistory, has very rarely been correctly appreciated.

In any case, if we assume that communications will be confined, for a long time after the first contact, to intersidereal messages and that there will be no direct meetings, what will matter at that stage will be only their intelligence and their psychology (Are they warmongers or peaceful beings? What kind of logic are they using? What is their altruistic inclination?) and not their morphology or physiognomy (Are they bag-shaped, poly-legged, jelly-made? Do they have eyes like ours and how many? How do they communicate?) So we certainly will have plenty of time to consider such “interaction” issues and to psychologically adjust to what will most likely be seen by common human standard as “monsters”.

Now, if the mental development of those we entered in contact with was too remote from ours, it is obvious that no meaningful communication could be established. Thus, if they are much developed, they would be like godlike creatures with respect to us, displaying such a huge gap in intellectual capacity that it would be like the communication between us and the antsxix. Assuming the other way around is not much relevant since in addition to the above-mentioned objection working the other way around, we could not have made contact with them in the first place. Thus, the mere establishment of a meaningful contact will introduce a selection effect that will naturally restrict the spectrum of ETI we would have to deal with to those having basically the same degree of mental sophistication and a thought system congruent to ours.

On the other hand, the existing ETI may well turn out to be, for some reasons of natural (evolutionary) development, closely related to us as far as their morphology and, more to the point, their mental and moral maturity. Perhaps the huge assortment of intelligent life forms as imagined by science fiction writers is just that: science fiction. And maybe there is a cosmic law that forces such a unity of developmentxx. This possibility will certainly comfort the shivery ones in the religious camp.

Let us take one step further and suppose that we did establish contact with an extraterrestrial civilization, that we found that species not too different from us mentally and having a kind of theistic belief system with a central all-powerful creator-entity (what we call God or Allah in our parlance), whose existence was made known through some revelations brought about by some messengers from their own stock. The Muslim reaction will most likely be to suspect that out of the 124 000 prophets sent by God for guidance to the World, as mentioned in the prophetic tradition, quite a few might have been sent to our non-human brethren, and we will thus likely try to search for common elements between Islam and the aliens’ belief system. After all, as emphasized by many Muslim authors, God is described in many places in the Quran as the Lord of the Worlds (plural). We may surmise that debate and even proselytism will follow suit, encouraged by the fact that according to the Quran, all the living creatures will be accountable before God for their deeds on Judgment Dayxxi.

Another possibility could be contemplated, namely that such creatures would have arrived at the belief in an omnipotent creator without having received any revelation, i.e. either through rational analysis or irrational belief. But in a religious perspective it would be holding quite a low opinion of the Lordship of God to suppose that He would provide guidance to an intelligent species in some corner of the Universe (like our corner!) and not to the others.

Then what principle will guide humans’ attitude with regard to these creatures? If the life purpose of humans on Earth is, as mentioned in the Quran:

Seek by means of what God has granted to you the Last Abode (heaven), but do not forget your rightful share of this world, and do good unto others as God has been good to you, and seek not to spread corruption on earth, for verily, God does not love the spreaders of evil xxii

then, that certainly must apply to all the intelligent creatures.

5- Islam and Altruism

Let us now detail the various Islamic principles relating to altruism and which may be relevant in the eventuality of a human-ET contact. We shall present these principles in a decreasing order of generality, starting from the principle of brotherhood of all men and generalized so as to encompass the various purported galactic brethren, to the weakest one of mere tolerance. Their applicability will certainly depend upon the general dispositions and the responsiveness of the other party. Some of those principles are quite connected, but disentangling them from each other is neither practical nor even needed, so we shall allow for some overlap.

The brotherhood of Man

The principle of the brotherhood of mankind is so central to Islamxxiii that it could reasonably be generalized to include our non human galactic brethren if it happens that they are mentally close enough to us. The closer the species is to ours, the more this generalization will be seen as adequate.

On the other hand, no amount of human compassion could make these creatures eligible for that extended brotherhood if it happens to be of a scavenging or a warmongering kind (we mean more then the human species!), as we would be in a “prey and predator” logic. Even in that case, if this type of systematic hostile behavior is culturally based and not genetically based, these unruly species could in an optimistic perspective be amenable to a new ethics of relations, especially if it can be shown to them that it may be in their own best interest to do so. This hypothetical interstellar pedagogy could take the form of threats if the other side happens to be of lower technological capacity than us at the time we establish contact with them. Is this not the method we practice with various degrees of success with our kids in an early stage of life? Now since messages may likely take centuries to be exchanged, one should be wary of technological leapfrogs from their side, as threats can backfire…

We can also imagine the case where the gap between them and us is so wide that even the intelligibility of the message cannot be guaranteed either way, then so little knowledge of the other can filter that even channels for expressing brotherhood would be closed. The communication may possibly proceed through the use of some universal laws of nature, but might then be very limited in their depth.

Kindness to others

This general Islamic principle, closely related to the previous one, is also of great relevance to our discussion, especially when discussing a direct encounter with our galactic brethren.

This kindness to others starts with the neighbors, where you are to assist them and care for their needs. You are indeed supposed to know your neighbors well enough so as to be able to help them with their problems. The Prophet of Islam taught us the following: “Gabriel (The archangel) kept recommending me about treating kindly the neighbors, so much so that I thought he would order me to make them among my heirs.” Their wellbeing is our responsibility and it even turns into a matter of faith: “No one is a real believer who eats his fill while his neighbor goes without food.”

These teachings as we see, go much beyond “reciprocal altruism”, they are rather built on selfless, love-based altruism.

This care to one’s neighbor is extended to the wayfarer and the stranger for whom the believer is duty-bound to assist and offer hospitality. Indeed this hospitability, engrained in the Bedouin’s ethos of the Arabian Peninsula, was elevated by Islam to a moral religious principle. Is there not here some symbolism to be drawn between the duty of hospitality applied to wayfarers in deserts who might have strayed away from their route, and galactic visitors who might end up on Earth casually or out of need? Furthermore, this Islamic kindness to others, which also extends to animalsxxiv, can expectantly be extended to non humans!

Peaceful dealing with others

Like all the other religions, Islam upholds the principle of peaceful dealing with others as a religious duty. Islam put forth this universal rule forbidding shedding blood:

whosoever killed a human being unless it be for murder or for spreading mischief in the land it shall be as if be had killed all mankind, and whoso saved the life of one, it shall be as if he had saved the life of all mankind”. (Quran 5:32)

The Prophet of Islam emphatically stated: “Blood and property (of everyone) are a sacred trust”.

The much-debated principle of Jihad, which is often incorrectly translated as “Muslim Holy war”, stands much misunderstood. War in Islam is considered legitimate only for people facing aggression, and even then, the response must be “appropriate” and graded…

Cooperating for the common good

In case of an encounter with an ETI, if normal interaction with them could not be carried out to the full extent due to deep cultural incompatibility, or obstacles of physical or biological nature, yet cooperation for the common good could still be set up in domains such like trading or even cultural exchanges. It is stated in the Quran:

Cooperate in furthering virtue and piety, and do not cooperate in furthering evil and enmity.

Tolerance towards others’ ways

This may be the weakest form of altruism. In its simplest expression, it consists just of not mingling with someone else’s affairs. In its stronger form, it consists of accepting the other’s presence, and respecting his particular beliefs, behavior, dress habits, etc…

Yet, even if taken for granted in today’s world, tolerance toward others’ ways in practice is by no mean guaranteed. Intolerance may take various forms, and fighting it must be carried on a continuous basis. Islam upholds the principle of freedom of beliefs. We thus find in the Quran (2:256):

Let there be no coercion in religion, truth stands out clearly from falsehood.

6- Conclusion

There is no doubt that a confirmed contact with an extraterrestrial intelligence will have a tremendous impact on humans, their view of the cosmos, their role and place in it, the place and form of the religions they subscribe to, and even their relation to God. In his book discussing the scientific and philosophical issues surrounding the search for alien intelligences (“Are We Alone?”), Paul Davies writes poignantly: “it is hard to see how the world’s great religions could continue in anything like their present form should an alien message be received.”xxv Indeed he argues that (highly) intelligent ETs, by means of their own stand with respect to religion and by way of their likely vastly superior technology, will necessarily have an important influence on our own views of religion. If they will have long discarded any religious beliefs and forever regarded them as primitive superstitions, then we might be impressed into adopting such a stand, after all they are highly intelligent and superior, so why should we be right and they wrong on this issue? If, conversely, they had retained some degree and form of spiritual belief or even some religious life, it will likely be of a different type that will probably look to us as “more advanced” than our own systems of beliefs, in which case we would again feel naturally compelled to “convert” to it. In all cases, our religious systems, if not our belief principles and our definitions of God, the Hereafter, the Judgment Day, and other staples of religion will most likely be strongly affected.

So how do Muslim thinkers and theologians contemplate such a possible encounter? What is the current “Islamic paradigm” regarding the existence of intelligent extraterrestrial species and (in principle) our relationship with them?

Muslim theologians, especially in modern times, appear to be totally tied to the sacred texts and their apparent meanings and make too little attempt to extrapolate from the principles and stay away from broadminded liberal interpretations of the verses. Muslim thinkers, however, tend to adopt one of two differing positions: 1) “the principle of the full realization of God’s omnipotence”; 2) “the full realization of the ‘anthropic principle’.” The first principle implies the existence of a multitude of worlds and peoples completing the full grandeur of the creation; the second principle implies the existence of no other intelligent species in our universe, thereby making humans the true heirs or “God’s vice-gerents” on Earth.

Both camps uphold the same Islamic principle: God has created everything – whether vast or small – with a purpose, even though this purpose may not always be fully known to Mankind. But the two camps arrive at two very different conclusions and conceptions of the relation between God, Man, and the Cosmos: a relation that is either unique/special in many regards, or one that is “infinite in all directions” (to borrow the title of one of Freeman Dyson’s books). The search of ETI then becomes a search for that relation, a test for the two above conceptions.

Jamal Mimouni(1) & Nidhal Guessoum(2)

(1) Physics Dept., Constantine1 University, Constantine, Algeria

(2) Physics Dept., American University of Sharjah, United Arab Emirates

2015

Source: here


References

iC. Sagan, Cosmic Search, Vol. 1 & 2, May 1978

iiAmong the many good books on the subject, we mention, Is Anyone Out There? The Scientific Search for Extra-Terrestrial Intelligence, F. D. Drake and D. Sobel, NY, Delacorte Press, 1992; Intelligences Extra-Terrestres, J. Heidmann, Paris, Edition Odile Jacob, 1996.

iiiA few of the recent attempts to address this topic include: “Aliens in the Quran”, S. K. Munir, http://www.geocities.com/CapeCanaveral/7906; “The Quran and Extraterrestrial Life”, Khalid Yunus, http://www.islamonline.net/Arabic/Science/2001/03/Article5.shtml .

ivAs in the other Abrahamic faiths, angels are spiritual beings, described in the Islamic tradition as being made of “pure light”, fully obedient to God and thus with no autonomy. They are believed to intervene in two basic ways: i) shadowing every human being and recording his deeds; and ii) intervening in the physical world to carry out God’s commands. Some modern Muslim thinkers have gone to the point of assimilating them with the forces of nature, brushing aside the popular description with their extended human like bodies with wings, as purely allegorical and coming from the inadequacy of the human intellect to grasp concepts so removed from the human realm. Angels are therefore not described as material beings, but only as spiritual ones, necessarily concealed from our senses; consequently they do not qualify, except in very metaphoric ways, to the “living creatures” we are discussing as part of our understanding of what could constitute extraterrestrial beings.

vJinns are creatures mentioned in many places in the Quran. They are held to live on Earth like humans, except that they are usually not perceptible to us, except perhaps in their “suggestive” power. In opposition to demonic depiction in Arabian folklore, jinns are depicted in the Quran as autonomous beings capable of doing good or evil, and as such, the Islamic message does concern them. M. Asad, in his translation and commentary of the Quran, “The Message of the Quran” (London, 1980), which is widely held to be the best one available in English, summarizes the status of these creatures, as agreed upon by classical commentators, as “certain sentient organisms of so fine a nature and of a physiological composition so different from our own that they are usually not accessible to our sense-perception.”

For completeness, let us mention that the material substratum of the jinns is considered to be different from that of ordinary matter; we find in the Quran expressions like “the fire of scorching wind” (“Nar al-samoum”), “jumble of fire”, “smokeless flame”. Some have gone into far-fetched speculations and interpreted it to be another state of matter like plasma, or another matter altogether, ether like, or even dark-matter like.

viYusuf Ali: The Holy Quran. Text, Translation and Commentary. Amana Corp. Maryland, 1983 edition. Note 4569 on 42:29

viiPakistani scholar of the (mid) twentieth century.

viii“The Nobel Quran”, Tafseer-e-Usmani, Note 43 on 42:29, quoted in “Aliens in the Quran”, S. K. Munir, http://www.geocities.com/CapeCanaveral/7906 .

ixOther verses indicate the same idea: “Say: None in the heavens or on earth, except God, knows what is hidden; nor can they perceive when they shall be raised up (for Judgment)” (27:65); “For before God prostrates all that is in the heavens and all that is on earth, every living creature that moves, and the angels…” (16:29); more verses mentions to living beings outside the realm of the Earth are found in the following Quranic verses: 24:41, 27:25, 19:93-96, 29:30…

xClassical Quran commentator, 9th – 10th century.

xiLeading classical Islamic historian and Quran commentator, 9th – 10 th century.

xiiImportant classical Quran commentator, 14th century.

xiiiProbably the most famous commentator of the Quran, 15th century.

xivOne of the earliest classical Quran commentators, 7th century.

xvClassical Quran commentator, 14th century.

xviModern Quran commentator, 19th century.

xviiWe may quote here a sample of the confident and assertive attitude of Muslims in this regard. It is the comment made, certainly in a joking mood, by Yusuf Islam, the former pop singer Cat Sevens and now prominent member of the British Muslim community, when the issue of life on Mars was raised in 1996: “The Prophet Mohammad was sent as a mercy to all the worlds” quoting from the Quran, “Islam is for the whole universe, not just for this Earth. We could start preaching on Mars as soon as we get the visa.”

xviiiThis possibility must of course be balanced with the one held by the “SETI skeptics”, like E. Fermi, F. Tipler, E. Mayr, J.S.Gould and others, who conclude from the aliens’ “Great Invisibility” as well as from biological considerations that the development of life is a formidable enterprise that has probably happened only once due to extraordinary circumstances. See also “Rare Earth: Why Complex Life is Uncommon in the Universe”, by Peter Douglas Ward, Donald Brownlee – Copernicus Books, 2000.

xixA. C. Clark put it nicely: “Any sufficiently advanced technology is indistinguishable from magic”.

xxThe biologist S. L. Bonting was led to a similar conclusion: “I would expect these creatures to have brains and neuronal systems resembling ours, and thus to have similar thought processes”. Quoted in: Encoding Altruism, C.D.Ringwald.

xxiQuran 27:65, 19:93-96

xxiiQuran, 28:77

xxiiiTwo well-known sayings of the Prophet of Islam are worth quoting in that context:

There is no advantage for an Arab over a non-Arab or a white person over a black one except by the measure of their piety”.

All mankind are God’s people, and the one loved most by God is he who serves His people in the best way.

xxiv Islam requires the believers to be kind to animals. In one occasion, the people asked, “O Allah’s Apostle! Is there a reward for us in serving the animals?” He said, “Indeed, there is a reward for helping any animate (living being).” Furthermore, it specifically forbids killing them purposelessly. In a famous story, a woman who willfully let her cat die of thirst by not allowing it to drink was to be cast in hell. The only lawful reason for killing them is if it is a nuisance or for hunting purpose, and even then, killing them must be carried out in a merciful and respectful fashion.

xxvPaul Davies, “Are We Alone? Philosophical Implications of the Discovery of Extraterrestrial Life”, Basic Books, 1995, p. 54.

11 thoughts on “Islam and Extraterrestrial Life

  1. Toujours sur le même sujet S51 me fait rappeler un de ses article d’Avril 2020 qui mérite d’être vu

    L’aviation iranienne a mené une étude approfondie sur les OVNIS ayant survolé les centres de recherches et les sites nucléaires iraniens entre 2008 et 2010:
    https://strategika51.org/2020/04/07/laviation-iranienne-a-mene-une-etude-approfondie-sur-les-ovni-ayant-survole-les-centres-de-recherches-et-les-sites-nucleaires-iraniens-entre-2008-et-2010/

    J’ai 2 vidéos intéressantes a voir pour approfondir le même sujet
    https://odysee.com/@JusticeNetDz:e/IRAN-OVNIS-2008-2010:e
    https://odysee.com/@JusticeNetDz:e/OVNI-une-affaire-d%E2%80%99%C3%89tats:c
    Bon courage a tous

  2. Le mystère de “ignorance et la hantise” (darwin, gallileo ect..) comme d’autres ne seront résolus que par la science, c’est bien noté en clair il y 14 siècle par la parole du créateur lui même :
    Coran sourate 41 verset 53
    « Nous leur montrerons Nos signes dans l’univers et en eux-mêmes, jusqu’à ce qu’il leur devienne évident que c’est cela (les écritures, les révélation ect…), est ..la vérité. Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit témoin de toute-chose ? »

    je dirai que la la science est une religion et le vice versa est vrai, ce qui m’a aide c’est les propos de nombreux scientifiques, qui parlent de Dieu et pourtant ils n’ont aucune croyance religieuse, des athées tout court.

    Voila quelques exemples
    Trois découvertes révolutionnaires dans les domaines de l’astronomie et de la biologie moléculaire se distinguent :

    L’univers a eu un commencement
    L’univers est parfait pour la vie
    Le codage ADN révèle l’intelligence

    Discussion
    Robert Jastrow un vulgarisateur de la recherche astronomique et de la conquête spatiale n’avait aucun agenda religieux. Cependant, il reconnaît librement les arguments convaincants en faveur d’un créateur. Il écrit sur le choc et le désespoir vécus par les scientifiques qui pensaient avoir expulsé Dieu de leur monde.

    L’astrophysicien britannique Paul Davies “Il y a pour moi des preuves puissantes qu’il se passe quelque chose derrière tout cela. Il semble que quelqu’un ait affiné les nombres de la nature pour créer l’Univers…. L’impression de design est écrasante”-

    L’athée Christopher Hitchens, qui a passé une grande partie de sa vie à écrire et à débattre contre Dieu, était très perplexe par le fait que la vie ne pourrait pas exister si les choses étaient différentes d’un seul degré ou d’un cheveu.

    L’athée Antony Flew au début du 21 eme siècle, a pris fin brutalement lorsqu’il a étudié l’intelligence derrière l’ADN. “Ce que je pense que le matériel d’ADN a fait, c’est de montrer que l’intelligence doit avoir été impliquée dans la réunion de ces éléments extraordinairement divers. L’énorme complexité par laquelle les résultats ont été obtenus me semble être le travail de l’intelligence…. Il me semble maintenant que la découverte de plus de cinquante ans de recherche sur l’ADN a fourni des matériaux pour un nouvel argument extrêmement puissant pour la conception”
    il a admis que le “logiciel” derrière l’ADN est beaucoup trop complexe pour avoir vu le jour sans un “concepteur”.

    Les scientifiques sont-ils désormais convaincus qu’un Créateur a laissé ses « empreintes digitales » sur l’univers ? Mais ils préfèrent éviter le côté religieux.
    Comme nous l’avons vu, la science est incapable de répondre aux questions sur Dieu et le but de la vie.
    “Pour le scientifique qui a vécu par sa foi dans le pouvoir de la raison, l’histoire se termine comme un mauvais rêve. Il a escaladé les montagnes de l’ignorance ; il est sur le point de conquérir le plus haut sommet ; alors qu’il se hisse sur le dernier rocher, il est accueilli par un groupe de théologiens qui sont assis là depuis des siècles.”

    En ce qui concerne le sujet de cet article DIEU nous a révélé dans le CORAN
    qu’il va surveiller toute sa création (Multivers) du début a sa fin y compris la notre, cette surveillance sera faite par certains de ses créatures (Anges..).

    Coran Sourate 16 LES ABEILLES verset 49
    « Et c’est devant Allah que se prosterne tout être vivant dans les cieux, et sur la terre; ainsi que les Anges qui ne s’enflent pas d’orgueil »
    Coran Sourate 16 LES ABEILLES verset 50
    « Ils craignent leur Seigneur, au-dessus d’eux, et font ce qui leur est commandé »

    DIEU nous dit que les anges ne peuvent pas nous côtoyer a cause de leurs puretés et ils doivent surveiller la terre tout en restant loin du carnage terrestre.

    Coran Sourate 17 LE VOYAGE NOCTURNE verset 95
    « Dis: S’il y avait sur terre des Anges marchant tranquillement, Nous aurions certes fait descendre sur eux du ciel un Ange-Messager ».

    d’ailleurs les anges tout au début n’étaient pas d’accords sur la création de l’Homme sauf …cette video (arabe et anglais) explique bien cette histoire :

    Pour résumer DIEU nous a annonce qu’il a crée une multi-creature dans un multivers multidimensionnel,
    il leurs a pose des règles strictes, extraordinaires et une surveillance infini donc a mon avis les ET ne sont que des manifestations de ses créatures (y compris satan et sa sa descendance) dans cet multivers.
    DIEU sait et il est Savant

  3. Well, this is interesting from a philosophical point of view, especially if you are a scholar of Islam
    But on the other hand, there are many factual observations and physical evidences of interactions with extra-terrestrials beings & vehicules and no rooms for any doubts, no need to call religion on that matter.
    If you want facts, you can search for some the Geipan cases in France (Geipan was an official French agency set to study the UFO phenomena very active in the 70s and 80’s – among the most famous cases are Trans-En Provence or the “Amarante’ encounter). The Amarante is the name of the plant found nearby a landing site reported by several witnesses that has no former interest in UFO. The plants were analysed and it was found that their chemical structure was changed as if it was exposed to high frequency electrical fields. The whole story, including the analysis is reported in the Geipan website. MUFON, a private organisation in the US has also a lot of very interesting cases.
    Before the recent disclosure by the US army of some UFO pictures taken from planes, there have been reports by miltary including a Mirage F3 pilot -these plane were carrying nuclear weapons – or a B747 pilot (see Jean-Jacques Velasco book, “OVNIS l’évidence”, a former head of GEIPAN).
    UFO are physical objects that interact with us for decades if not centuries. Governements know and have certainly collected physical evidences. US governments have used desinformations on this topics since they became popular in the 50’s..
    UFO has nothing to do with Djins, Angels, Psychic entities which interact with the human psyché and are reported by any spiritual traditions. These entities do not interfer with the physical world or on a very limited maner, only if they are called or invoked by a magician which is generally the only one in communication with the beings.
    Both suibjects are interesting but to my opinion, they should be studdied separately as they belong to different aspects of reality. Or it leads to confusion and mist.

  4. Article extrêmement intéressant.
    *
    Merci à S51 d’oser aborder le sujet.
    *
    Une des premières question qui se pose, et dûment abordée dans le texte, est la définition de la vie, et de la vie extraterrestre.
    J’ai toujours été frappé de voir des documentaires sur la recherche spatiale, partir au bout de 10min sur “et peut-être qu’il y a de l’eau sur telle planète, et “donc” de la vie”. Mais qu’est-ce que la vie ? Un ange n’est il pas vivant ? Je vous assure que j’ai déja perçu à bien des reprises des présences d’anges, et aussi d’êtres maléfiques dans ma vie, appelons ça des démons, et je ne suis qu’une personne sensible parmi pleins d’autres. Qu’est-ce que je veux dire par là ? Qu’il n’est nul besoin d’avoir une masse corporelle et accès à de l’oxygène pour que vie il y ait.
    *
    Bref, tout converge vers ce qui adviendrait en cas de contact entre l’homme et des formes de vies extraterrestres. En dehors de ce cas de figure, le sujet est moins intéressant.
    On dirait que nous sommes à un point de rupture où les religions perdent beaucoup de fidèles, et un contact avec des formes de vies extraterrestres (ou se présentant comme telles, je vais y revenir) pourrait sidérer les hommes et porter le coup de grâce à la foi. Comme dit très justement : “it is hard to see how the world’s great religions could continue in anything like their present form should an alien message be received.”
    *
    Maintenant je souhaite attirer l’attention sur un phénomène, pour l’instant peu étudié et marginal mais d’une grande gravité selon moi. Celui des messages captés par des médium ou chanel dans lesquels vous avez tour à tour des “agents de fédération galactique”, des “arcturiens”, des “ashatr sheran”, “pléïaadien”, qui s’expriment. Pour beaucoup c’est des fadaises risibles. Pour moi, c’est bien plus grave qu’il n’y paraît. Je vais aller droit au but sans rentrer par le menu ou se serait trop long. Chacun méditera dessus ou pas.
    *
    1. Ce sont des fait, ces communications médiumniques. Rien que ça c’est étrange en soi.
    2. Ces “êtres ascensionnés” de tout poils présentent la caractéristiques de se faire passer POUR EXTRATERRESTRES (pour moi c’est une usurpation et un mensonge mais bon..)
    3. Ces êtres sont TRES CAPABLES. De quoi ? Comme dit plus haut, de délivrer de long textes par voie médiumnique (télépathique est plus juste), mais aussi, et là vous ne me croirez pas comme ça, de procéder à des “miracles” types apparitions, voir d’apparaître eux-même.
    3. a. Elles serait en effet à l’origine de l’apparition d’OVNI, des matérialisations, des sortes de miracles. Renforçant la tendance humaine à croire en la vie extraterrestre.
    3. b. A l’origine d’apparition mariales, dit mariophanies, douteuses. L’énergie émanant de ces fausses vierges étant froide, lugubre, cassante, et non réconfortante, touchant le centre (chakra) du coeur de l’homme comme dans le cas de la présence réellement ressentit (sans forcément apparition) de la Vierge “la consolatrice”.
    Citons des exemples de miracles pas vraiment divin : 1. l’apparition de “l’ange de la paix” à trois enfants à Fatima, leur dévoilant une vision de l’enfer et les forçant à réciter une prière par l’imposition d’une force psychique. Evidemment à priori, c’est “divin”… 2. la danse du soleil, toujours à Fatima, pour vous montrer l’ampleur du POUVOIR SIDERANT détenu par ces êtres et qui en tant voulu amènera l’humanité à les suivre aveuglément… à l’abattoir… en se faisant passer pour des sauveurs.. la crise mondiale, la dictature, le covid n’est que le terreau fertile qui justifiera l’intervention de ces êtres déguisés en sauveurs… 3. Les “miracles” (le pire c’est que ça prend, les gens croient voir des choses divines la dedans… ça promet pour la suite) comme celui ayant eu lieu à Medjugorge ou à Bénin city, toujours sur le thème du Soleil, voyez-vous même :
    BENIN CITY (13 Octobre 2017 notons que c’est le 13 Octobre 1917, que les premières apparitions eurent lieu à Fatima) : https://www.qwant.com/?client=brz-moz&t=videos&q=b%C3%A9nin+city+danse+du+soleil&o=1%3AWNLTxUpQabM
    3. c. Ces êtres sont capable, pour qui ACCEPTE ET PACTISE AVEC, de conférer des pouvoirs à priori tentant (surtout en temps de crise mondiale) à l’homme, ou de lui faire vivre des expériences psychiques lui faisant croire qu’il est une “sorte d’initié” ou d’être très évolué. Cela détourne dangereusement le cheminement spirituel de l’humanité vers des voies obscures, loin des simples principes humanistes (de véritables gardes-fou) par ailleurs rappelés dans cet article.
    *
    Bref, quand je vois la crédulité des gens pour ce qui est du covid “assis, debout, couché, porte un masque, finalement porte pas de masque…” et qu’ils sont capables de se battre pour un pot de Nutella, lorsqu’on va toucher le fond de la crise planétaire, dont ne sommes qu’au début selon moi, les crédules vont suivre quiconque leur proposera des… “solutions” et qui passeront pour crédible grâce à leur pouvoir miraculeux. Que se passera-t-il lorsque ces êtres diront “commanderont” de tuer et se dresser contre telle ou telle communauté ?
    *
    Ces êtres se font passer pour des ET, mais n’en sont pas et la collusion avec eux, POUR L’INSTANT assez light, va prendre du poids dans les années à venir à mesure qu’ils se manifesteront de plus en plus sur le plan physique. C’est le prochain grand changement de paradigme sans retour que celui d’accepter la vie avec ces “êtres” qui ont tout de démoniaques et dont les films américains nous ont bien préparés. Pour l’instant, nous sommes dans la période covid. Ca va pas durer longtemps, bien pire se trame…
    *
    J’ai mes raisons, mais je pense que cette ère covid va durer 2022 et courant 2023, on basculera dans autre chose, d’inhumain, inenvisageable… Les “virus” c’est encore dans de l’envisageable. Le contact massif avec quelque chose de “science-fictionnesque” va casser le mental humain, une révolution…. Tout va aller très vite et on verra si j’ai raison…ou de combien je me suis trompé 🙂
    *
    Ceux que ça intéresse liront avec intérêt les travaux de thot théurge (théurgie.com) sur le sujet des apparitions douteuses et d’êtres se faisant passer pour des extraterrestres “soucieux de l’humanité”.
    *
    Bonne apocalypse.

  5. L’Islam et la vie extraterrestre

    La recherche de la vie extraterrestre (ET) a été considérée par beaucoup comme la prochaine grande aventure de l’humanité. En effet, selon C. Sagan, l’un des plus ardents défenseurs de cette entreprise, elle constitue une recherche d’un “contexte cosmique pour l’espèce humaine” et donc “une recherche de nous-mêmes “i. De telles déclarations peuvent sembler exagérées, mais il n’est pas nécessaire d’être très clairvoyant pour comprendre que l’impact d’une telle découverte sur le cours de la civilisation humaine sera considérable, voire radical !

    Des milliers d’exoplanètes situées en dehors du système solaire ont été découvertes à ce jour et des milliers d’autres candidates restent à confirmer.
    La deuxième raison pour laquelle on peut effectivement considérer qu’il s’agit d’une grande aventure est qu’il faudra peut-être des décennies, voire des siècles, avant qu’une telle recherche ne soit couronnée de succès. Et il s’agit peut-être encore d’une perspective optimiste ! Aujourd’hui, à l’exception de quelques endroits très localisés qui restent à explorer dans le système solaire (Mars, Europe, Titan…), la recherche est principalement menée comme une entreprise de recherche de signaux/messages galactiques, une reconnaissance de l’état médiocre de l’art de notre technologie de transport ii. Aussi faibles que soient les chances, la valeur de l’objectif est si élevée qu’elle justifie notre attention et notre intérêt.

    Une impression d’artiste de la haute atmosphère de Titan. Un monde fascinant qui reste à découvrir.

    Puisque les humains sont potentiellement confrontés à un choc culturel unique d’une dimension “dantesque”, il est intéressant de considérer les attitudes des différents systèmes de valeurs et philosophies humaines concernant cette recherche ET et son impact sur nous. Dans cet article, nous traiterons de la vision islamique générale, bien que nous nous rendions rapidement compte qu’il n’existe pas de position unifiée dans cette tradition (classique et moderne) sur ce sujet. En particulier, nous passerons en revue les principaux textes normatifs tels qu’interprétés par les spécialistes classiques et contemporains. Nous tenterons également d’aborder provisoirement notre compréhension de la réaction et de la réponse “islamique” à la découverte éventuelle d’une civilisation extraterrestre : Le message islamique sera-t-il pertinent pour ces créatures ? Seront-elles responsables de leurs actes, seront-elles concernées par le jour de la rétribution, etc.
    Ce verset du Coran est sans ambiguïté quant à l’expansion de l’univers.
    Nous tenons à souligner immédiatement le fait regrettable que peu d’études ont été consacrées à ce sujet, tant à l’époque de l’Islam classique (du 10e au 14e siècle de notre ère) qu’à l’époque contemporaineiii. D’autre part, des interprétations différentes ont été données aux textes religieux relatifs à cette question, ce qui complique encore la discussion.

    Nous allons bientôt limiter notre discussion à l’intelligence extraterrestre en tant que telle, mais il convient de préciser deux points importants avant de poursuivre.

    D’un point de vue scientifique, il est absolument impossible que l’homme soit la seule vie intelligente dans l’univers connu et inconnu.
    Tout d’abord, il faut souligner que la plupart des érudits musulmans et des commentateurs du Coran n’ont pas ou peu d’objection à l’existence d’autres mondes dans le cosmos. Ils s’appuient pour cela sur plusieurs versets qui semblent présenter cet argument de manière assez claire. Quelques exemples suffiront à illustrer cet argument : “Celui qui a créé les sept cieux et de la terre un nombre semblable…” (Coran 65:12), où il est souvent remarqué que “sept” en arabe ancien (et dans le Coran) se traduit généralement par “beaucoup” ; “Alors, louange à Allah, Seigneur des cieux et Seigneur de la terre, Seigneur des mondes.” (45, 36), ce qui n’est pas sans rappeler les tout premiers versets du Coran : “Au nom d’Allah, le Bienfaiteur, le Miséricordieux. Louange à Allah, Seigneur des mondes…” (1:1-2). En effet, le grand philosophe-théologien Al-Razi (9-10e siècle après J.-C.) commence son commentaire du Coran, qui compte plus de 20 volumes, par un paragraphe dans lequel il explique que ce tout premier verset implique l’existence d’êtres vivants dans les cieux…

    D’éminents penseurs musulmans ont accepté dans le passé le concept de la pluralité des mondes.
    Certains commentateurs, surtout durant la période classique, ont souvent interprété les “Mondes” comme des mondes non physiques (royaumes des angesiv ou des djinnsv).

    Plus récemment, l’identification avec les mondes célestes a souvent été faite. De manière plus explicite, Yusuf Ali, un commentateur moderne et bien connu du Coran, a écrit (1934) : “La vie n’est pas confinée à notre seule petite planète. C’est une très vieille spéculation que d’imaginer une vie humaine semblable à la vie sur la planète Mars… il est raisonnable de supposer que la vie, sous une forme ou une autre, est dispersée dans certains des millions de corps célestes éparpillés dans l’espace”.vi De même, Maurice Bucaille écrit dans son livre de vulgarisation “La Bible, le Coran et la science” : “…le lecteur du Coran n’est pas peu surpris de constater que des terres comme la nôtre peuvent être trouvées dans l’Univers…”.

    Deuxièmement, il convient également de noter que l’existence d’une vie extraterrestre de forme primitive (par exemple, des plantes) n’a posé aucun problème aux penseurs musulmans, quelle que soit l’époque. En fait, certains ont noté et souligné le fait que certains versets du Coran mentionnent l’existence de plantes dans les cieux ; par exemple, le verset “Qui [Allah] fait sortir ce qui est caché dans les cieux et la terre” (27:25) peut être compris comme faisant référence aux plantes, car le mot original en arabe “khab’a” (rendu ici par “caché”) peut signifier à la fois “plantes” et “ce qui est caché”…

    Une impression artistique d’une plante extraterrestre
    Quoi qu’il en soit, nous ne considérerons pas dans ce travail l’impact de la découverte de formes de vie primitives car cela n’aurait que très peu de conséquences théologiques.

    2- La place de l’homme dans l’Univers selon l’Islam
    La conception qu’a l’humanité de l’Univers – et de sa place dans celui-ci – a changé et évolué de manière très significative depuis l’Antiquité. L’idée centrale est passée d’une vision géocentrique et anthropocentrique simpliste à un “principe de médiocrité”, selon lequel les humains ne sont considérés que comme des spécimens insignifiants dans un vaste paysage cosmique naturel, et enfin à un modèle anthropique, où l’existence des humains joue un rôle central dans les caractéristiques et l’évolution de l’Univers (unique) spécial, ou à un modèle de multivers, où le nôtre n’est qu’un univers parmi d’innombrables autres qui sont presque tous dépourvus de vie et de sens.

    La représentation islamique de la place de l’humanité dans le ou les univers est intéressante et ambiguë : on peut trouver dans le Coran des versets qui semblent nous placer au centre de toute existence ainsi que des versets qui disent que nous ne sommes qu’une espèce parmi d’autres, dont certaines sont apparemment intelligentes et moralement responsables.

    Parmi les versets qui semblent faire de l’humanité l’axe central autour duquel tout tourne (pour ainsi dire) figurent les suivants :

    Ne voyez-vous pas qu’Allah vous a soumis (les hommes) tout ce qui est sur la terre, et les navires qui naviguent sur la mer, par Son ordre ? Il empêche le ciel (la pluie) de tomber sur la terre, sauf par Sa permission. Car Allah est le plus aimable et le plus miséricordieux des hommes. (22:65)
    Et Il t’a assujetti le soleil et la lune, qui poursuivent tous deux leur course, et Il t’a assujetti la nuit et le jour. (14:33)
    Ne voyez-vous pas qu’Allah a soumis à votre usage tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, et qu’Il vous a comblé de ses bienfaits, visibles et invisibles ? Mais il y a parmi les hommes des gens qui discutent au sujet d’Allah, sans savoir, sans guide, et sans Livre pour les éclairer. (31:20)
    Mais d’autres versets réduisent l’importance des humains dans l’univers : “Certes, la création des cieux et de la terre est plus grande que la création des hommes, mais la plupart des hommes ne comprennent pas” (40:57). Yusuf Ali commente :

    “L’homme n’est lui-même qu’une infime partie de la création ; pourquoi serait-il si égocentrique ?”.

    Par ailleurs, d’autres références relativisent quelque peu la position de l’Homme dans l’échelle cosmique. En 17:70 nous lisons :

    “En vérité, Nous avons honoré les enfants d’Adam… et les avons préférés à beaucoup de ceux que Nous avons créés, avec une préférence marquée.”

    Ici, il faut noter l’expression “beaucoup de ceux que Nous avons créés”, ce qui implique l’existence d’autres créatures qui ont reçu une certaine distinction aussi, mais il faut aussi noter le “privilège marqué” des humains.

    Ce débat sur l’importance ou la place centrale de l’Homme dans l’Univers dans la vision islamique du monde a continué à avoir lieu dans la tradition et la culture musulmanes pendant de nombreux siècles, surtout parmi les penseurs et les philosophes, sinon souvent parmi les théologiens. Biruni (l’un des plus éminents scientifiques de l’âge d’or islamique), par exemple, considérait l’Univers comme le “meilleur des mondes” et l’Homme comme son but. Ibn Rushd (Averroès, le plus important philosophe de l’histoire de l’Islam), quant à lui, pensait que l’Univers avait été créé pour accueillir l’Homme, mais que tout n’avait pas été créé pour l’Homme !

    3- La vie non-humaine et le Coran : Les “Dabba” en tant qu’êtres corporels sensibles
    Le Coran, l’écriture sacrée de l’Islam considérée par les fidèles comme les paroles inaltérées de Dieu, semble contenir diverses indications relatives à une vie intelligente extraterrestre. Ces indications se trouvent généralement dans les versets qui parlent des merveilles que Dieu a créées.

    Certains savants les ont interprétées comme des indications sans ambiguïté de l’existence d’une vie extraterrestre (ETI), tandis que d’autres, plus prudents, les ont interprétées comme indiquant simplement sa plausibilité, mais concédant généralement que, de toute façon, cette possibilité n’est contraire à aucun dogme islamique.

    Passons en revue certains de ces versets. L’indication la plus claire concernant l’ETI se trouve généralement dans le verset coranique suivant :

    Et parmi Ses signes, il y a la création des cieux et de la terre, et les êtres vivants qu’Il a dispersés à travers eux, et Il a le pouvoir de les rassembler quand Il veut. (42:29)

    où le terme arabe original (et crucial) “dabba” a été rendu ici par “créatures vivantes”. Yusuf Ali, un érudit musulman contemporain bien connu, a commenté (en 1934) que “dabba” signifie “bêtes, créatures vivantes rampantes de toutes sortes” ; d’autres commentateurs décrivent le terme comme signifiant : D’autres commentateurs décrivent le terme comme signifiant : “tout être sensible et corporel capable de mouvements spontanés”, par opposition aux êtres spirituels non corporels comme les anges. Le même terme est utilisé dans un autre verset coranique important : “Et Dieu a créé tout “animal” (dabba) à partir de l’eau ; parmi eux, il y en a qui rampent sur leur ventre, d’autres qui marchent sur deux pattes, et d’autres qui marchent sur quatre ; Dieu crée ce qu’Il veut…”. (24:45). Commentant le verset 42:29, le savant musulman Shabbir Ahmad Usmanivii déclare : “D’après ce verset, il apparaît que, comme sur la terre, il y a des sortes d’animaux – des créatures vivantes – dans les cieux également “viii…

    Une scène du film “Dune” (1984) représentant un ver géant. Le film est basé sur le roman de SF de Frank Herbert “Dune” (1965). Herbert s’est en partie inspiré des caractéristiques de l’histoire médiévale et islamique.
    Un autre verset significatif, qui fait allusion à l’existence de créatures dans les cieux et à la souveraineté de Dieu sur elles toutes, est le suivant :

    Pas un seul des êtres des cieux et de la terre ne doit venir à (Allah) le Tout-Puissant comme serviteur.” (19:93)ix

    qui est suivi par : “Il fait un compte d’eux (tous), et les a numérotés (tous) exactement. Et chacun d’entre eux viendra à Lui individuellement au Jour de la Résurrection” (19:94-95), ce qui signifie que ces créatures ont une responsabilité morale, les rendant responsables de leurs œuvres et de leurs actes ; il doit donc s’agir d’organismes dotés de cerveaux développés et de systèmes conscients.

    Ces versets et d’autres ont été interprétés par de nombreux savants comme impliquant l’existence d’autres types de vie en dehors de la Terre.

    Nous notons également qu’Ibn Abbas, le proche “compagnon” du Prophète de l’Islam, et peut-être le plus grand érudit du Coran de la première période de l’Islam, a interprété le verset 65:12 susmentionné (“Allah est Celui qui a créé sept cieux et une terre semblable…”) comme impliquant qu’il existe de nombreuses autres terres habitées par des êtres intelligents comme nous, et qui ont aussi des prophètes comme Noé, Jésus et Mahomet. Il s’agit cependant d’une opinion extrême qu’aucun autre savant musulman n’a soutenue, à notre connaissance. Cependant, le fait qu’il soit l’un des compagnons très respectés du Prophète et la prééminence d’Ibn Abbas parmi les premiers savants musulmans (il a été appelé “l’homme savant de cette oumma”, la nation musulmane, par les compagnons du Prophète eux-mêmes), rendent son opinion particulièrement intéressante.

    Le verset coranique 42:29 (“Et parmi Ses signes, il y a la création des cieux et de la terre, et les créatures vivantes qu’Il y a dispersées ; et Il a le pouvoir de les rassembler quand Il veut”) a suscité de nombreuses discussions et analyses concernant son apparente référence à la vie et à l’intelligence extraterrestres. Peu des premiers commentateurs y ont vu une référence claire à l’existence de créatures physiques en dehors de la terre. Al-Farra’x, par exemple, ignorait le pronom “eux” et limitait l’existence des créatures à la Terre. D’autres commentaires classiques du Coran, par exemple ceux de Tabarixi et de Qurtubixii, limitent de la même manière la référence à la vie sur Terre, tandis qu’Ibn Kathirxiii généralise la référence aux humains, aux anges, aux djinns et à tous les animaux, qui sont donc logiquement dispersés dans les cieux et sur la Terre.

    Dans un autre type d’interprétation, Mujahedxiv a spéculé que les créatures mentionnées dans le verset pourraient simplement être des humains (sur Terre) et des anges (dans les cieux). D’autre part, Ibn al-Munirxv a insisté sur le fait que le terme “dabba” (traduit ici par “créatures vivantes”) ne fait référence, dans l’usage arabe normal, ni aux humains ni aux anges, et il a donc conclu que le sens du verset devait être limité aux créatures sur Terre. De plus, il a été noté que dans un autre verset (“Et toute créature qui est dans les cieux et qui est sur la terre obéit à Allah (seulement), et les anges (aussi) et ils ne montrent pas d’orgueil.” 16:49), les anges ont été explicitement distingués des créatures “dabba”. En outre, Al-Alussixvi a souligné la référence aux cieux et a conclu que le verset impliquait clairement l’existence de créatures dans le cosmos.

    Plus récemment, les commentateurs ont non seulement souligné l’interprétation extraterrestre du ou des versets susmentionnés, mais ils ont aussi parfois mis l’accent sur une autre phrase de ceux-ci, à savoir “Il a le pouvoir de les rassembler quand il le veut”, qui semble impliquer une possible rencontre entre les humains et ces créatures…

    Un instantané d’une vidéo vérifiée d’un avion de combat du DoD américain montrant un phénomène aérien non identifié lié à des rencontres mystérieuses au-dessus des océans Pacifique et Atlantique.
    4- Quel serait le message de l’Islam à ces ETI ?
    En supposant qu’un message sans ambiguïté d’une intelligence extraterrestre soit reçu dans le futur, quelle serait la réaction et l’attitude des musulmans envers ces créatures ? Pour les raisons exposées ci-dessus, cette découverte, bien qu’elle constituerait certainement un choc culturel de première grandeur, ne causerait pas de problème théologique majeur en Islam. Même les érudits musulmans qui interprètent avec prudence les divers versets coraniques relatifs à ce sujet sont enclins à l’accepter d’emblée comme totalement compatible avec la puissance et la sagesse de Dieu. Bien sûr, l’attitude à l’égard de ces extraterrestres dépendra beaucoup des spécificités de leur être : leur niveau d'”intelligence”, leur degré de ressemblance avec nous, et surtout, leur attitude à notre égard xvii.

    Il faut reconnaître que ceux qui ont envisagé de telles rencontres n’ont pas réalisé l’énorme spectre de physiologies, morphologies et structures mentales que l’on peut potentiellement trouver là-bas si nous ne sommes pas seuls xviii. Ils semblent généralement supposer que la morphologie et la psychologie des extraterrestres seraient d’une manière ou d’une autre apparentées aux nôtres et que nous aurions affaire à quelque chose comme un membre étendu de la famille humaine pour ainsi dire, pas très loin du phylum humain. Le fait qu’une rencontre directe nous serait certainement fatale, car nous leur apparaîtraient très probablement comme sortant tout juste de la préhistoire technologique, a très rarement été correctement apprécié.

    De toute façon, si l’on suppose que les communications se limiteront, pendant longtemps après le premier contact, à des messages intersidéraux et qu’il n’y aura pas de rencontres directes, ce qui comptera à ce stade ne sera que leur intelligence et leur psychologie (Sont-ils des bellicistes ou des êtres pacifiques ? Quel type de logique utilisent-ils ? Quel est leur penchant altruiste ?) et non leur morphologie ou leur physionomie (Sont-ils en forme de sac, poly-jambes, gélatineux ? Ont-ils des yeux comme les nôtres et combien sont-ils ? Comment communiquent-ils ?) Nous aurons donc certainement tout le temps de réfléchir à ces questions d'”interaction” et de nous adapter psychologiquement à ce qui sera très probablement considéré comme des “monstres” par la norme humaine commune.

    Or, si le développement mental de ceux avec qui nous entrons en contact était trop éloigné du nôtre, il est évident qu’aucune communication significative ne pourrait être établie. Ainsi, s’ils sont très développés, ils seraient comme des créatures divines par rapport à nous, affichant un écart de capacité intellectuelle si énorme que ce serait comme la communication entre nous et les fourmis xix. L’hypothèse inverse n’est pas très pertinente puisque, outre l’objection susmentionnée, nous n’aurions pas pu entrer en contact avec eux en premier lieu. Ainsi, le simple établissement d’un contact significatif introduira un effet de sélection qui restreindra naturellement le spectre des ETI avec lesquelles nous aurons à traiter à celles ayant fondamentalement le même degré de sophistication mentale et un système de pensée congruent au nôtre.

    D’un autre côté, les ETI existantes pourraient bien s’avérer être, pour des raisons de développement naturel (évolutionnaire), étroitement liées à nous en ce qui concerne leur morphologie et, plus précisément, leur maturité mentale et morale. Peut-être que l’énorme assortiment de formes de vie intelligentes imaginé par les auteurs de science-fiction n’est que cela : de la science-fiction. Et peut-être existe-t-il une loi cosmique qui force une telle unité de développement xx. Cette possibilité ne manquera pas de réconforter les froussards du camp religieux.

    Faisons un pas de plus et supposons que nous établissions un contact avec une civilisation extraterrestre, que nous trouvions cette espèce pas trop différente de nous mentalement et ayant une sorte de système de croyance théiste avec une entité créatrice centrale toute-puissante (ce que nous appelons Dieu ou Allah dans notre langage), dont l’existence a été révélée par des messagers de leur propre race. La réaction des musulmans sera très probablement de soupçonner que sur les 124 000 prophètes envoyés par Dieu pour guider le monde, comme le mentionne la tradition prophétique, un certain nombre d’entre eux pourraient avoir été envoyés à nos frères non humains, et nous essaierons donc probablement de rechercher des éléments communs entre l’islam et le système de croyance des extraterrestres. Après tout, comme le soulignent de nombreux auteurs musulmans, Dieu est décrit à de nombreux endroits dans le Coran comme le Seigneur des mondes (au pluriel). Nous pouvons supposer que le débat et même le prosélytisme suivront, encouragés par le fait que, selon le Coran, toutes les créatures vivantes devront rendre compte de leurs actes devant Dieu le jour du Jugement dernier xxi.

    Une autre possibilité pourrait être envisagée, à savoir que ces créatures seraient parvenues à la croyance en un créateur omnipotent sans avoir reçu de révélation, c’est-à-dire soit par une analyse rationnelle, soit par une croyance irrationnelle. Mais d’un point de vue religieux, ce serait avoir une bien piètre opinion de la seigneurie de Dieu que de supposer qu’il guiderait une espèce intelligente dans un coin de l’Univers (comme le nôtre !) et pas les autres.

    Alors quel principe guidera l’attitude des humains à l’égard de ces créatures ? Si le but de la vie des humains sur Terre est, comme le mentionne le Coran, de

    Cherchez au moyen de ce que Dieu vous a accordé la Dernière Demeure (le paradis), mais n’oubliez pas votre part légitime de ce monde, et faites du bien aux autres comme Dieu a été bon envers vous, et cherchez à ne pas répandre la corruption sur terre, car en vérité, Dieu n’aime pas les propagateurs du mal xxii….

    alors, cela doit certainement s’appliquer à toutes les créatures intelligentes.

    5- L’Islam et l’altruisme
    Détaillons maintenant les différents principes islamiques relatifs à l’altruisme et qui peuvent être pertinents dans l’éventualité d’un contact humain-ET. Nous présenterons ces principes par ordre décroissant de généralité, en partant du principe de la fraternité de tous les hommes, généralisé de manière à englober les divers prétendus frères galactiques, jusqu’au principe le plus faible de la simple tolérance. Leur applicabilité dépendra certainement des dispositions générales et de la réceptivité de l’autre partie. Certains de ces principes sont très liés, mais il n’est ni pratique ni même nécessaire de les démêler les uns des autres, nous allons donc permettre un certain chevauchement.

    La fraternité de l’homme
    Le principe de la fraternité de l’humanité est si central dans l’Islam xxiii qu’il pourrait raisonnablement être généralisé pour inclure nos frères galactiques non humains s’il se trouve qu’ils sont mentalement assez proches de nous. Plus l’espèce est proche de la nôtre, plus cette généralisation sera considérée comme adéquate.

    D’un autre côté, aucune compassion humaine ne pourrait rendre ces créatures éligibles à cette fraternité élargie si elle s’avère être de type charognard ou belliciste (nous voulons dire plus que l’espèce humaine !), comme nous le serions dans une logique de “proie et prédateur”. Même dans ce cas, si ce type de comportement hostile systématique est basé sur la culture et non sur la génétique, ces espèces indisciplinées pourraient, dans une perspective optimiste, être réceptives à une nouvelle éthique des relations, surtout si on peut leur montrer qu’il est dans leur intérêt de le faire. Cette hypothétique pédagogie interstellaire pourrait prendre la forme de menaces si l’autre partie se trouve être d’une capacité technologique inférieure à la nôtre au moment où nous établissons le contact avec elle. N’est-ce pas la méthode que nous pratiquons avec plus ou moins de succès avec nos enfants dans les premiers temps de leur vie ? Comme l’échange de messages peut prendre des siècles, il faut se méfier des sauts technologiques de l’autre camp, car les menaces peuvent se retourner contre lui…

    On peut aussi imaginer le cas où le fossé entre eux et nous est si large que même l’intelligibilité du message ne peut être garantie dans un sens ou dans l’autre, alors si peu de connaissance de l’autre peut filtrer que même les canaux d’expression de la fraternité seraient fermés. La communication peut éventuellement passer par l’utilisation de certaines lois universelles de la nature, mais elle risque alors d’être très limitée dans sa profondeur.

    La bonté envers les autres
    Ce principe islamique général, étroitement lié au précédent, est également d’une grande pertinence pour notre discussion, en particulier lorsqu’il est question d’une rencontre directe avec nos frères galactiques.

    La gentillesse envers les autres commence par les voisins, que vous devez aider et dont vous devez vous occuper des besoins. Vous êtes en effet censé connaître vos voisins suffisamment bien pour pouvoir les aider à résoudre leurs problèmes. Le prophète de l’islam nous a enseigné ce qui suit : “Gabriel (l’archange) ne cessait de me recommander de traiter avec bonté les voisins, à tel point que je pensais qu’il m’ordonnerait de les faire figurer parmi mes héritiers.” Leur bien-être est notre responsabilité et cela devient même une question de foi : “Nul n’est un vrai croyant qui mange à sa faim alors que son voisin est privé de nourriture”.

    Ces enseignements comme nous le voyons, vont bien au-delà de “l’altruisme réciproque”, ils sont plutôt construits sur un altruisme désintéressé, basé sur l’amour.

    Ce souci du prochain s’étend au voyageur et à l’étranger pour lesquels le croyant a le devoir d’aider et d’offrir l’hospitalité. En effet, cette hospitalité, ancrée dans l’éthique des Bédouins de la péninsule arabique, a été élevée par l’Islam au rang de principe religieux moral. N’y a-t-il pas ici un certain symbolisme entre le devoir d’hospitalité appliqué aux voyageurs dans les déserts qui se seraient égarés de leur route, et les visiteurs galactiques qui pourraient se retrouver sur Terre par hasard ou par besoin ? En outre, cette bonté islamique envers les autres, qui s’étend également aux animauxxxiv, peut s’attendre à être étendue aux non-humains !

    Des relations pacifiques avec les autres
    Comme toutes les autres religions, l’islam considère comme un devoir religieux le principe de la relation pacifique avec les autres. L’Islam a mis en avant cette règle universelle interdisant de verser le sang :

    “… quiconque a tué un être humain, sauf pour un meurtre ou pour avoir semé le trouble dans le pays, sera considéré comme ayant tué toute l’humanité, et quiconque a sauvé la vie d’un seul, sera considéré comme ayant sauvé la vie de toute l’humanité”. (Coran 5:32)

    Le Prophète de l’Islam a déclaré avec insistance : “Le sang et les biens (de chacun) sont une confiance sacrée”.

    Le principe très controversé du djihad, qui est souvent traduit de manière incorrecte par “guerre sainte musulmane”, est très mal compris. Dans l’Islam, la guerre n’est considérée comme légitime que pour les personnes confrontées à une agression, et même dans ce cas, la réponse doit être “appropriée” et graduée…

    Coopérer pour le bien commun
    En cas de rencontre avec une ETI, si l’interaction normale avec elle ne peut être menée à bien en raison d’une profonde incompatibilité culturelle ou d’obstacles de nature physique ou biologique, une coopération pour le bien commun peut néanmoins être mise en place dans des domaines tels que le commerce ou même les échanges culturels. Il est dit dans le Coran :

    Coopérez pour promouvoir la vertu et la piété, et ne coopérez pas pour promouvoir le mal et l’inimitié.

    Tolérance à l’égard du mode de vie des autres
    Il s’agit peut-être de la forme la plus faible d’altruisme. Dans son expression la plus simple, elle consiste simplement à ne pas se mêler des affaires d’autrui. Dans sa forme la plus forte, elle consiste à accepter la présence de l’autre, à respecter ses croyances particulières, son comportement, ses habitudes vestimentaires, etc…

    Pourtant, même si elle est considérée comme une évidence dans le monde d’aujourd’hui, la tolérance à l’égard des modes de vie d’autrui n’est en aucun cas garantie. L’intolérance peut prendre diverses formes, et son combat doit être mené de manière continue. L’Islam défend le principe de la liberté de croyance. Nous trouvons ainsi dans le Coran (2:256) :

    Qu’il n’y ait pas de coercition dans la religion, la vérité se distingue clairement du mensonge.

    6- Conclusion
    Il ne fait aucun doute qu’un contact confirmé avec une intelligence extraterrestre aura un impact énorme sur les humains, leur vision du cosmos, leur rôle et leur place dans celui-ci, la place et la forme des religions auxquelles ils adhèrent, et même leur relation à Dieu. Dans son livre traitant des questions scientifiques et philosophiques entourant la recherche d’intelligences extraterrestres (“Are We Alone ?”), Paul Davies écrit de manière poignante : “En effet, il soutient que les ET (hautement) intelligents, par leur propre position à l’égard de la religion et par leur technologie probablement très supérieure, auront nécessairement une influence importante sur notre propre vision de la religion. S’ils ont depuis longtemps rejeté toute croyance religieuse et l’ont toujours considérée comme une superstition primitive, nous pourrions être impressionnés et adopter une telle position, après tout ils sont très intelligents et supérieurs, alors pourquoi aurions-nous raison et eux tort sur cette question ? Si, à l’inverse, ils avaient conservé un certain degré et une certaine forme de croyance spirituelle ou même de vie religieuse, il s’agirait probablement d’un type différent qui nous semblerait “plus avancé” que nos propres systèmes de croyances, auquel cas nous nous sentirions à nouveau naturellement obligés de nous y “convertir”. Dans tous les cas, nos systèmes religieux, sinon nos principes de croyance et nos définitions de Dieu, de l’au-delà, du jugement dernier et d’autres éléments fondamentaux de la religion, seront très probablement fortement affectés.

    Alors, comment les penseurs et les théologiens musulmans envisagent-ils une telle rencontre possible ? Quel est le “paradigme islamique” actuel concernant l’existence d’espèces extraterrestres intelligentes et (en principe) notre relation avec elles ?

    Les théologiens musulmans, surtout à l’époque moderne, semblent être totalement attachés aux textes sacrés et à leur signification apparente et ne font pas assez d’efforts pour extrapoler à partir des principes et se tiennent à l’écart des interprétations libérales des versets. Les penseurs musulmans, quant à eux, ont tendance à adopter l’une des deux positions suivantes : 1) “le principe de la pleine réalisation de l’omnipotence de Dieu” ; 2) “la pleine réalisation du “principe anthropique”.” Le premier principe implique l’existence d’une multitude de mondes et de peuples complétant la pleine grandeur de la création ; le second principe implique l’existence d’aucune autre espèce intelligente dans notre univers, faisant ainsi des humains les véritables héritiers ou “vice-gérants de Dieu” sur Terre.

    Les deux camps défendent le même principe islamique : Dieu a créé toute chose – qu’elle soit vaste ou petite – dans un but précis, même si ce but n’est pas toujours pleinement connu de l’humanité. Mais les deux camps arrivent à deux conclusions et conceptions très différentes de la relation entre Dieu, l’homme et le cosmos : une relation qui est soit unique/spéciale à bien des égards, soit une relation “infinie dans toutes les directions” (pour reprendre le titre d’un des livres de Freeman Dyson). La recherche de l’ETI devient alors une recherche de cette relation, un test pour les deux conceptions ci-dessus.

    Jamal Mimouni(1) & Nidhal Guessoum(2)

    (1) Département de physique, Université de Constantine1, Constantine, Algérie

    (2) Département de physique, Université américaine de Sharjah, Émirats arabes unis.

    2015

    Source : ici

    Références
    iC. Sagan, Cosmic Search, Vol. 1 & 2, mai 1978

    iiParmi les nombreux bons livres sur le sujet, nous mentionnons, Is Anyone Out There ? The Scientific Search for Extra-Terrestrial Intelligence, F. D. Drake et D. Sobel, NY, Delacorte Press, 1992 ; Intelligences Extra-Terrestres, J. Heidmann, Paris, Edition Odile Jacob, 1996.

    iiiParmi les tentatives récentes d’aborder ce sujet, citons : “Aliens in the Quran”, S. K. Munir, http://www.geocities.com/CapeCanaveral/7906 ; “The Quran and Extraterrestrial Life”, Khalid Yunus, http://www.islamonline.net/Arabic/Science/2001/03/Article5.shtml .

    iv Comme dans les autres religions abrahamiques, les anges sont des êtres spirituels, décrits dans la tradition islamique comme étant faits de “pure lumière”, entièrement obéissants à Dieu et donc sans autonomie. Ils sont censés intervenir de deux manières fondamentales : i) en suivant chaque être humain et en enregistrant ses actes ; et ii) en intervenant dans le monde physique pour exécuter les ordres de Dieu. Certains penseurs musulmans modernes sont allés jusqu’à les assimiler aux forces de la nature, balayant la description populaire avec leurs corps allongés de type humain avec des ailes, comme purement allégorique et provenant de l’inadéquation de l’intellect humain à saisir des concepts si éloignés du domaine humain. Les anges ne sont donc pas décrits comme des êtres matériels, mais seulement comme des êtres spirituels, nécessairement cachés à nos sens ; par conséquent, ils ne peuvent être assimilés, sauf de manière très métaphorique, aux “créatures vivantes” dont nous parlons dans le cadre de notre compréhension de ce qui pourrait constituer des êtres extraterrestres.

    Les djinns sont des créatures mentionnées à de nombreux endroits dans le Coran. Ils sont censés vivre sur Terre comme les humains, sauf qu’ils ne sont généralement pas perceptibles pour nous, sauf peut-être dans leur pouvoir “suggestif”. Contrairement à la représentation démoniaque du folklore arabe, les djinns sont décrits dans le Coran comme des êtres autonomes capables de faire le bien ou le mal, et à ce titre, le message islamique les concerne. M. Asad, dans sa traduction et son commentaire du Coran, “The Message of the Quran” (Londres, 1980), qui est largement considéré comme le meilleur disponible en anglais, résume le statut de ces créatures, tel que convenu par les commentateurs classiques, comme “certains organismes sensibles d’une nature si fine et d’une composition physiologique si différente de la nôtre qu’ils ne sont généralement pas accessibles à notre perception sensorielle”.

    Pour être complet, mentionnons que le substrat matériel des djinns est considéré comme différent de celui de la matière ordinaire ; on trouve dans le Coran des expressions comme ” le feu du vent brûlant ” (” Nar al-samoum “), ” fouillis de feu “, ” flamme sans fumée “. Certains se sont lancés dans des spéculations farfelues et l’ont interprété comme un autre état de la matière, comme le plasma, ou une autre matière, comme l’éther, ou même comme la matière noire.

    viYusuf Ali : Le Saint Coran. Texte, traduction et commentaire. Amana Corp. Maryland, édition 1983. Note 4569 sur 42:29

    viiSavant pakistanais du (milieu du) vingtième siècle.

    viii “The Nobel Quran”, Tafseer-e-Usmani, note 43 sur 42:29, cité dans “Aliens in the Quran”, S. K. Munir, http://www.geocities.com/CapeCanaveral/7906 .

    ixD’autres versets indiquent la même idée : “Dis : Nul dans les cieux ou sur la terre, si ce n’est Dieu, ne sait ce qui est caché ; et ils ne peuvent percevoir quand ils seront ressuscités (pour le Jugement)” (27:65) ; “Car devant Dieu se prosterne tout ce qui est dans les cieux et tout ce qui est sur la terre, tout être vivant qui se déplace, et les anges…” (16:29). (16:29) ; d’autres versets mentionnant les êtres vivants en dehors du royaume de la Terre se trouvent dans les versets coraniques suivants : 24:41, 27:25, 19:93-96, 29:30…

    xCommentateur classique du Coran, 9e – 10e siècle.

    xiImportant historien islamique classique et commentateur du Coran, 9ème – 10ème siècle.

    xiiImportant commentateur classique du Coran, 14ème siècle.

    xiiiProbablement le plus célèbre commentateur du Coran, 15ème siècle.

    xivUn des premiers commentateurs classiques du Coran, 7ème siècle.

    xvCommentateur classique du Coran, 14e siècle.

    xviCommentateur moderne du Coran, 19ème siècle.

    xviiNous pouvons citer ici un exemple de l’attitude confiante et affirmée des musulmans à cet égard. Il s’agit du commentaire fait, certainement sur le ton de la plaisanterie, par Yusuf Islam, l’ancien chanteur pop Cat Sevens et aujourd’hui membre éminent de la communauté musulmane britannique, lorsque la question de la vie sur Mars a été soulevée en 1996 : “Le prophète Mohammad a été envoyé comme une miséricorde pour tous les mondes”, citant le Coran, “L’Islam est pour l’univers entier, pas seulement pour cette Terre. Nous pourrions commencer à prêcher sur Mars dès que nous aurions le visa.”

    xviiiCette possibilité doit bien sûr être mise en balance avec celle retenue par les “sceptiques SETI”, comme E. Fermi, F. Tipler, E. Mayr, J.S.Gould et d’autres, qui concluent de la “Grande Invisibilité” des extraterrestres ainsi que de considérations biologiques que le développement de la vie est une formidable entreprise qui ne s’est probablement produite qu’une seule fois en raison de circonstances extraordinaires. Voir également “Rare Earth : Why Complex Life is Uncommon in the Universe”, par Peter Douglas Ward, Donald Brownlee – Copernicus Books, 2000.

    xixA. C. Clark l’a joliment exprimé : “Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie”.

    xxLe biologiste S. L. Bonting a été amené à une conclusion similaire : “Je m’attendrais à ce que ces créatures aient des cerveaux et des systèmes neuronaux ressemblant aux nôtres, et donc à ce qu’elles aient des processus de pensée similaires”. Cité dans : Encoding Altruism, C.D.Ringwald.

    xxiQuran, 27:65, 19:93-96

    xxiiQuran, 28:77

    xxiiiDeux paroles bien connues du prophète de l’Islam méritent d’être citées dans ce contexte :

    “Il n’y a pas d’avantage pour un arabe sur un non-arabe ou un blanc sur un noir si ce n’est à la mesure de leur piété”.

    “Tous les hommes sont le peuple de Dieu, et celui que Dieu aime le plus est celui qui sert son peuple de la meilleure façon.”

    xxiv L’islam exige des croyants qu’ils soient gentils avec les animaux. En une occasion, les gens ont demandé : “Ô Apôtre d’Allah ! Y a-t-il une récompense pour nous en servant les animaux ?”. Il répondit : “En effet, il y a une récompense à aider tout être animé (vivant)”. En outre, il interdit spécifiquement de les tuer sans but précis. Dans une histoire célèbre, une femme qui laissait volontairement son chat mourir de soif en ne lui permettant pas de boire devait être jetée en enfer. La seule raison légale de les tuer est s’il s’agit d’une nuisance ou d’un but de chasse, et même dans ce cas, la mise à mort doit être effectuée de manière miséricordieuse et respectueuse.

    xxvPaul Davies, “Are We Alone ? Philosophical Implications of the Discovery of Extraterrestrial Life”, Basic Books, 1995, p. 54.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

        1. Superbe vidéo qui me rappelle un souvenir!
          Il est temps de frapper les esprits car la plupart sont en mort clinique.

          Merci Sclavus!

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :