Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Fruitless talks between Saudi and Iran have been ongoing for some months now. But the idea of ongoing talks to reduce tension in the region seriously spooks Empire, where any minor thaw in militarist tone gets alarm bells ringing inside Washington’s war machine.

According to my source, the ongoing probe for rapprochement is largely for show, and perhaps related to strategic posturing in respect to Washington’s pointless pursuit of a revived JCPOA agreement with Iran, an agreement that the US regime abandoned.


News of ongoing Iran-Saudi discussions coincided approximately with a retaliatory Ansarullah strike on abu Dhabi. Due to its illegal trade in gold, as well as its oil trade, arms trade, and relations with the US and western war machine, Abu Dhabi is the richest city in the world. The retaliatory Ansarullah strike on it was to avenge the UAE Emirates Giants Brigade escalation in Yemen’s north at Saudi behest. The Houthi strike killed three migrant workers and damaged the airport and must have at least given the Machiavellian princes some pause for thought*, also causing the United States to warn its subjects about travel to the UAE. Two more subsequent and evidently failed attacks were tried, when the president of Israel was making a first-ever visit to the fiefdom. Thus the strikes came at a particularly embarrassing time for the US’s golden Sheikh. 


Sheikh bin Zayed presides over the number one destination for illegal gold smuggling, globally

Further complicating reports and bin Zayed’s somewhat exposed position, is a group in Iraq which has claimed credit for drone attacks – but not a ballistic missile attack – on the fiefdom. Link: http://www.china.org.cn/world/Off_the_Wire/2022-02/03/content_78025611.htm
For America’s gold-plated Princeling and the Sheikh, one good retaliation deserves another. So al Saud- bin Zayed launched their F15’s against Sana’a, downing Yemen’s internet access for one week, also killing an unknown number of civilians. Saud-UAE jets destroyed a facility near Saada, variably called a prison or refugee camp. The Saudi-Emirati attack on that prison barely made any news in the west, where the fiefdom’s Sheikh and his bone saw-wielding friend have a very strong hold over Wall Street’s Vanguard Group, and its Fed-funded henchmen, who collectively own and operate the Western media.

The chemistry of Salafist aggression in Yemen is quite interesting, where a supposed rift between deadly Prince bin Salman and the corrupt golden Sheikh (both US allies) has been theorized about, but is fiction prima facie. Washington of course prefers its front for takfiri terror in Asia, and the Middle East, to be portrayed as a united front, a policy developed and evolved by US State and its overlords over many decades.


As such, greater al Saud-UAE cooperation to destroy Yemen must be inspired by Washington dollars defacto, because it makes no sense to transfer UAE Southern Council “Giants Brigade” takfiri terrorists from Hodeidah (west) to the North Shabwah/Mareb — at great cost and only to Saudi advantage — unless Washington’s dollar manufacturing machine is somehow engaged.


Washington’s goal is to reinforce the failing Saudi-bought Sudan-African mercenaries only motivated by Riyals to fight (at times) for the Princelings in the north, versus the people of Yemen. Link: https://www.theamericanconservative.com/articles/saudi-arabias-blood-pact-with-a-genocidal-strongman-houthis-bashir-sudan-yemen-uae/
The atrocity of western aggression in Yemen is supported by the vassal states who supply the West with their oil, and host US military bases locally, whether Prince Sultan base in the Kingdom, or Air base Al-Zafar (al Dhafra air base) in the fiefdom. The current US regime needs Saudi oil more than ever and pressure for US aggression to protect the brutal monarchies of the Gulf is greater than ever… as domestic US oil supplies falter and fade. The foregoing has caused, in part, the former United States to supply new and advanced weaponry to the Saudi-UAE terror regimes, including a missile destroyer on patrol.


Of course coloring the entire picture is Washington’s hatred for Iran. (How else to put it?) Washington is as convinced that Iran substantially backs Ansarullah, as it is convinced that Russia is about to invade Ukraine. And along with the Bad Actors the US has traditionally supported, Washington’s hegemonic cocktail is now more than toxic. Yes, America’s foreign policy psychosis has been on full view for seventy plus years, from Korea then Cuba to Vietnam; to Lebanon, Iraq, Libya and Syria and Gaza, with Yemen just another atrocity inspired by the global hegemon, a hegemon that was never prepared to be or deserved to be.


Whether by megalomania or by doddering but dangerous old fool, US terror and aggression is as extant and lethal in the world now as it has ever been, regardless of false dilemma regime in power. Whether “left wing” or right. And where Neo-corporatism State Capture is complete.


*Emirati Crown Prince bin Zayed has supported Salafi terrorists in Yemen for many years; just as al Saud has supported takfiri terror all over the world for decades.


Steve Brown

10 thoughts on “Washington’s War on Yemen

  1. La guerre de Washington contre le Yémen

    Des pourparlers infructueux entre l’Arabie saoudite et l’Iran sont en cours depuis quelques mois maintenant. Mais l’idée de pourparlers continus pour réduire la tension dans la région effraie sérieusement l’Empire, où le moindre dégel du ton militariste déclenche des sonneries d’alarme dans la machine de guerre de Washington.

    Selon ma source, l’enquête en cours pour le rapprochement est largement pour le spectacle, et peut-être liée à la posture stratégique en ce qui concerne la poursuite inutile de Washington d’une relance de l’accord JCPOA avec l’Iran, un accord que le régime américain a abandonné.

    La nouvelle des discussions irano-saoudiennes en cours a coïncidé approximativement avec une frappe de représailles d’Ansarullah sur Abou Dhabi. En raison de son commerce illégal de l’or, ainsi que de son commerce du pétrole, de son commerce des armes et de ses relations avec les États-Unis et la machine de guerre occidentale, Abou Dhabi est la ville la plus riche du monde. La frappe de représailles d’Ansarullah visait à venger l’escalade de la brigade Giants des Émirats arabes unis dans le nord du Yémen sur ordre des Saoudiens. L’attaque des Houthis a tué trois travailleurs migrants et endommagé l’aéroport, ce qui a dû au moins faire réfléchir les princes machiavéliques*, et inciter les États-Unis à mettre en garde leurs ressortissants contre les voyages aux Émirats arabes unis. Deux autres attaques ultérieures, manifestement ratées, ont été tentées, alors que le président d’Israël effectuait une toute première visite dans le fief. Les frappes ont donc eu lieu à un moment particulièrement embarrassant pour le cheikh en or des États-Unis.

    Le cheikh bin Zayed préside la première destination mondiale pour la contrebande d’or.

    Pour compliquer encore les rapports et la position quelque peu exposée de bin Zayed, un groupe irakien a revendiqué des attaques de drones – mais pas de missiles balistiques – sur le fief. Lien : http://www.china.org.cn/world/Off_the_Wire/2022-02/03/content_78025611.htm
    Pour la princesse et le cheikh dorés de l’Amérique, une bonne riposte en mérite une autre. Al Saoud-Bin Zayed a donc lancé ses F15 contre Sanaa, privant le Yémen d’accès à Internet pendant une semaine et tuant un nombre inconnu de civils. Les jets des Saoudiens et des Émiriens ont détruit une installation près de Saada, appelée tour à tour prison ou camp de réfugiés. L’attaque saoudo-émiratie contre cette prison n’a pratiquement pas fait parler d’elle en Occident, où le cheikh du fief et son ami maniant la scie à os ont une très forte emprise sur le groupe Vanguard de Wall Street et ses sbires financés par la Fed, qui possèdent et gèrent collectivement les médias occidentaux.

    L’alchimie de l’agression salafiste au Yémen est tout à fait intéressante, où un prétendu désaccord entre le prince mortel bin Salman et le cheikh doré corrompu (tous deux alliés des États-Unis) a été théorisé, mais n’est que fiction à première vue. Washington préfère évidemment que son front pour la terreur takfiri en Asie et au Moyen-Orient soit présenté comme un front uni, une politique élaborée et développée par l’État américain et ses suzerains depuis de nombreuses décennies.

    En tant que telle, une plus grande coopération entre les Saoudiens et les Émirats arabes unis pour détruire le Yémen doit être inspirée par les dollars de Washington, car cela n’a aucun sens de transférer les terroristes takfiris de la “Brigade des Géants” du Conseil du Sud des Émirats arabes unis de Hodeidah (ouest) vers le nord du Shabwah/Mareb – à un coût élevé et uniquement à l’avantage des Saoudiens – à moins que la machine à fabriquer des dollars de Washington ne soit en quelque sorte engagée.

    L’objectif de Washington est de renforcer les mercenaires soudano-africains achetés par l’Arabie saoudite, qui ne sont motivés que par les Riyals et qui se battent (parfois) pour les princes du nord, contre le peuple du Yémen. Lien : https://www.theamericanconservative.com/articles/saudi-arabias-blood-pact-with-a-genocidal-strongman-houthis-bashir-sudan-yemen-uae/
    L’atrocité de l’agression occidentale au Yémen est soutenue par les États vassaux qui fournissent leur pétrole à l’Occident et accueillent les bases militaires américaines locales, qu’il s’agisse de la base du Prince Sultan dans le Royaume ou de la base aérienne Al-Zafar (base aérienne d’al Dhafra) dans le fief. Le régime américain actuel a plus que jamais besoin du pétrole saoudien et la pression en faveur d’une agression américaine pour protéger les monarchies brutales du Golfe est plus forte que jamais… alors que les réserves pétrolières américaines domestiques faiblissent et s’amenuisent. Ce qui précède a amené, en partie, les anciens États-Unis à fournir des armes nouvelles et avancées aux régimes terroristes saoudien et émirien, y compris un destroyer lance-missiles en patrouille.

    Bien sûr, la haine de Washington pour l’Iran colore l’ensemble du tableau. (Comment dire autrement ?) Washington est aussi convaincu que l’Iran soutient substantiellement Ansarullah, qu’il est convaincu que la Russie est sur le point d’envahir l’Ukraine. Et avec les mauvais acteurs que les États-Unis ont traditionnellement soutenus, le cocktail hégémonique de Washington est maintenant plus que toxique. Oui, la psychose de la politique étrangère américaine est bien visible depuis plus de soixante-dix ans, de la Corée puis de Cuba au Vietnam ; au Liban, à l’Irak, à la Libye, à la Syrie et à Gaza, le Yémen n’étant qu’une atrocité de plus inspirée par l’hégémon mondial, un hégémon qui n’a jamais été préparé à être ou qui n’a jamais mérité de l’être.

    Que ce soit par mégalomanie ou par un vieil imbécile dodu mais dangereux, la terreur et l’agression américaines sont aussi présentes et mortelles dans le monde aujourd’hui qu’elles l’ont toujours été, quel que soit le régime de faux dilemme au pouvoir. Qu’il soit de “gauche” ou de droite. Et là où la capture de l’État par le néo-corporatisme est complète.

    *Le prince héritier émirati bin Zayed soutient les terroristes salafistes au Yémen depuis de nombreuses années, tout comme Al Saoud soutient le terrorisme takfiri dans le monde entier depuis des décennies.

    Steve Brown
    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

  2. Steve Brown fait dur en titi! Il devrait prendre des vacances! C’est un fouillis incommensurable! Remarquez qu’il ne fait jamais allusion à l’état profond ou au mondialisme…

    …la terreur et l’agression américaines sont aussi existantes et mortelles dans le monde maintenant qu’elles ne l’ont jamais été…

    Déconnecté le bonhomme!

    Ou un agent vas-en-guerre de l’état profond…

    Quant à mon ressentis…au chiotte…

    Vivement le retour de S51!

        1. Steve Brown est formidablement bien renseigné sur les terribles magouilles économico-financières de l’empire au trou noir en guise de ventre ; pas seulement dans ce poste mais dans tous les autres, je trouve ses renseignements justes et fiables; à force de le lire – et croiser sur ce site par le biais de commentaires – je peux affirmer avec solide certitude que c’est une personne honnête. Je n’ai pas besoin de plus.

          1. et pour être plus juste: “… magouilles politico-médiatico-économico-financières…” leurs tissus (c’est bien le mot) est si finement confectionné et régulièrement rafraichi-reteint, repassé qu’on n’y voit que du feu ; de rares personnes honnêtes et renseignées son bien-sur marginalisées et il ne leur reste que ce genre d’espace pour s’exprimer ; ce serait con de les chicaner aussi ici.

          2. C’est bien! Libre à toi! Pour moi il n’a aucun discernement! Lorsqu’il parle de l’empire, il parle grossièrement des méchants américains et non des banques, des mafias, des médias, des corporations…

            Sa prose ne vise qu’à perpétuer la division, la dualité, le mensonge, les demis-vérités, la guerre…

            C’est un agent provocateur de l’état profond aux ordres ou un imbécile…

            Demandes aux iraniens ce qu’ils pensent de Trump et des Patriotes américains…

            Ils te diront qu’ils les supportent…

            Les Iraniens aiment Donald Trump, aiment les Patriotes…

            Mais l’état profond iranien joue la victime par rapport aux méchants américains…

            Ce sont des impérialistes disent-ils…

            Et ce journaliste encourage cette propagande bidon…

            Dans le but d’exarcerber les tensions…

            L’état profond veut la guerre…

            Pour noyer le poisson…

            Et ce journaliste est un maître dans cet art…

            La preuve tu es tombé dedans…

            Dans mon livre c’est un abrutis…

            Les Peuples aujourd’hui ne sont plus dupes…

            Ça vaut autant pour les américains que pour les Iraniens…

            Disons que ce gars est en retard de 40 ans…

          3. Quelques-fois on se rend contre que ceux qu’on croyait être nos amis étaient les pires rats!

            Rappelles-toi simplement que j’avais avertis!

            Que chacun y ailles avec son ressentis!

          4. Je vais lui donner le bénéfice du doute! Si tu le dis! On verra bientôt! L’édifice de l’état profond s’effondre, on verra ce qu’il écrira!

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :