Archives mensuelles : mars 2022

Une autre réflexion sur la guerre en Europe orientale

IMG_20220331_4880

Dans quelques semaines, la guerre en Ukraine sera revue comme une sorte de guerre civile à l’intérieur de l’espace post-soviétique. Un conflit interslave dont l’une des conséquences possibles sera la création d’une Novorossya ou Nouvelle Russie suite à la fédération des républiques populaires de Lugansk et de Donetsk mais également d’autres nouvelles républiques comme celles de Gerson. Cette fédération pourrait mener à la reconstitution d’une partie de l’empire russe pré-1917. 

Le choix de Vladimir Medinsky dans la conduite de pourparlers avec la partie ukrainienne n’a pas plu en Russie. Ces négociations sont perçues comme une trahison de la part des militaires et d’une large partie de opinion russe. Pour des raisons historiques, la trahison demeure le facteur le plus redouté de l’inconscient collectif russe. Le haut commandement militaire veut la pousuite de l’opération jusqu’au bout. La phrase qui revient le plus dans les réunion de l’état-major russe est celle-ci: ” nous avons survécu à trois révolutions, deux guerres mondiales et une destruction complète du pays, ce ne sont pas les sanctions économiques ou la guerre nucléaire qui vont nous arrêter (…). ”

En Ukraine, le sentiment antirusse à Ouest est à son paroxysme absolu. C’est plus intense qu’une simple phobie ou une allergie. C’est un état d’être. L’interdiction de la langue russe par oukaze ne fut qu’une mesure idoine par rapport à la haine institutionnelle de la Russie. Cette attitude incompréhensible pour un observateur étranger a des racines historiques profondes mais a été révisée par des influences post-modernes. La renaissance de l’ultra-nationalisme ukrainien avait besoin d’icônes et de référents historiques et c’est fut le choix de Bandera et du fascisme pur et dur, chose que l’on retrouve dans tous les nationalismes européens mais qui dont l’intensité en Ukraine a atteint des points culminants jamais vus ailleurs.

Le suivisme de l’Union européenne dans cette affaire qui ne concerne en réalité que des peuples slaves d’un côté et un conflit global entre Washington et Moscou, se fait au détriment des pays d’une Union qui a perdu sa raison d’être et est devenu une sorte d’outil de seconde main dans le cadre de la stratégie de l’empire. Longtemps considérés comme les enfants pauvres d’une Europe orientale méprisée et oubliée, les Ukrainiens sont presque redevenus, pour les besoins d’une cause relevant de la guerre froide 2.0, des “Occidentaux” aux yeux d’une Europe de l’Ouest profondément raciste et tacitement “exceptionnaliste”, même à l’égard des peuples d’Europe de l’Est. Cet aveuglement idéologique extrémiste est tempéré par des considérations d’ordre économique et de profit mais la montée des idéologues au pouvoir au détriment du pragmatisme met en péril une Europe dont le rôle et le poids sont de moins en moins importants dans le monde.

La russophobie des élites US est parfaitement compréhensibles après des décennies de Guerre froide 1.0 et une période post-Guerre froide où l’obssession était de détruire toute possibilité de relèvement ou de retour au statut de puissance régionale d’une Russie sanctionnée pour l’éternité pour avoir aspiré à être une puissance mondiale. Le non renouvellement des élites au pouvoir aux États-Unis et leur non réadaptation- elles sont demeurées avec la mentalité de la Guerre froide- ont été des facteurs aggravants dans une posture de dominance unipolaire sans adversaire (d’où la création de l’épouvantail “islamiste” de toutes pièces). La position des États-Unis est plus cohérente vis à vis de la Russie. Elle l’est encore plus si on considère que la plupart des responsables de la politique étrangère US sont d’origine ruthénienne, ukrainienne ou baltes.

l’Allemagne n’est pas libre dans ses choix. Il aurait été intéressant de voir le positionnement de Berlin si le gouvernement allemand n’était pas sous la tutelle directe de l’appareil sécuritaire de Washington. Les relations entre l’Allemagne et la Russie n’ont jamais été simples mais les deux pays partagent des intérêts communs bien plus importants qu’ils ne laissent paraître. La crise en Europe orientale permettra à l’Allemagne de se réarmer dans le cadre de l’Otan mais plus tard dans un cadre totalement tributaire des aléas et suivant un déterminisme historique récurrent depuis quelques siècles. Cette situation est encouragée par Washington dont l’objectif est focalisé sur la lutte contre les deux adversaires “révisionnistes” de l’ordre unipolaire que sont la Chine et la Russie.

C’est cet ordre mondial qui est l’enjeu réel de la guerre en cours en Europe orientale dans son front ukrainien. D’autres fronts ailleurs dans le monde sont susceptibles de s’ouvrir. Dans tous les cas, l’histoire est loin d’être terminée avec le régime néolibéral totalitaire avec ou sans suppression subsidiaire de lettres de l’alphabet. Le Grand jeu s’est déplacé. Longtemps statique, il se mue en un jeu de mobilité à angle ouvert remettant en cause un statut quo et d’immenses intérêts géostratégiques.


Photographie d’illustration : école des blindés de Kharkov/Kharkiv, après un bombardement russe.

Des militaires russes décorés à Chernigov, NE de Kiev

20220327_093244_1

Des militaires russes ont été décorés pour l’accomplissement de missions de combat à Nevoselovska dans la région de Chernigov/Chernihiv par le général Alexander Pavlovitch Lapin, Commandant du district militaire central russe. Parmi les distinctions octroyées, un militaire a reçu la médaille Jukouv. Fin mars 2022.


Colonel-General Alexander Lapin, Commander of the Central Military District, presented the servicemen with the Order of Courage, medals “For Courage”, “For Services to the Fatherland” II degree and the Zhukov medal.

Échec des pourparlers en Turquie

img_rec5659349123390816859

Échec des pourparlers russo-ukrainiens en Turquie sous l’égide secrète des oligarques israéliens des deux côtés. L’oligarque Roman Abramovitch qui n’a pas été emprisonné, contrairement à ce que les médias MSM ont tenté de faire croire, a fait tout son possible pour parvenir à un compromis acceptable mais il semble que des interférences étrangères sont trop fortes pour que des pourparlers puissent réussir.

Le représentant de la Russie Vladimir Medinsky (Gauche) avec le représentant de l’Ukraine David Arakhamia en Turquie.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé qu’il est inconcevable de lever les sanctions contre la Russie même en cas de cessez-le-feu.

Dans un rassemblement tenu la veille à Grozny, le président tchétchène Ramazan Kadyrov a qualifié ces pourparlers de perte de temps et a appelé à prendre Kiev d’assaut et continuer cette guerre amère jusqu’au bout.

Tenter de négocier en utilisant les circuits obscurs et souterrains de la finance transnationale tout en remettant en cause le système économique mondial n’est pas le meilleur moyen d’arriver à un compromis même si cela s’insère dans une lutte à mort déchirant les tenants de la finance mondiale depuis quelques années.

Peu avant, pendant et après ces pourparlers en Turquie, une série de fusillades meurtrières en Israël a noyé la mort d’au moins deux jeunes ressortissants ukrainiens qui pourrait avoir des liens avec la mafia d’Odessa, elle-même en relation d’affaires avec les principaux réseaux des mafias européennes et américaines ayant une influence majeure sur les processus de prise de décision de l’empire.

La Vatican aurait acheté des roubles…

vb

Selon une information rapportée par Forex Factory , la banque du Vatican a transféré dix millions d’euros à la banque centrale russe pour l’acquisition de roubles russes destinés au payement d’une livraison de gaz russe à l’État papal.

La Russie a exigé le paiement en rouble pour ses livraisons de gaz destinés aux pays qu’elle a désigné comme inamicaux. Cette décision inattendue a permis au rouble de se consolider en dépit de quatre trains de sanctions imposées par les États-Unis et leurs alliés suite à l’intervention militaire russe en Ukraine.

L’eau et la roche

img_20220330_567883106333110161135216

« Qui ne réfléchit pas et méprise l’ennemi sera vaincu. » Sun Tzu, l’art de la guerre.

Le Chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov s’est rendu en Chine où il a été accueilli par un pays sur le pied de guerre. À sa descente d’avion à Huangshan, des officiels en tenues Hazmat étaient sur le tarmac. Ces images sont assez impressionnantes dans la mesure où le reste du monde semble avoir mis fin aux mesures sanitaires.

Lavrov devrait participer à deux réunions multinationales sur l’Afghanistan à Tunxi. La première avec des représentants du Pakistan, du Tadjikistan, de l’Iran, de l’Ouzbékistan et du Turkménistan. Le Chef de la diplomatie chinoise Wang Yi y représentera la Chine, pays hôte de ces réunions et l’Afghanistan est représenté par Amir Khan Muttaqui, le ministre des Affaires étrangères du nouveau gouvernement Taliban à Kaboul. Le Qatar et l’Indonésie assistent à cette réunion en qualité de pays observateurs. La seconde réunion est celle de la Troïka étendue sur l’Afghanistan (États-Unis, Chine, Russie, Pakistan).

Le choix de la ville de Tunxi, une ancienne ville isolée, permet aux diplomates étrangers invités en Chine d’éviter la quarantaine obligatoire de 21 jours requise pour tous les voyageurs internationaux débarquant à Beijing et les autres grandes villes chinoises.

Les mesures sanitaires strictes mises en place dans le silence le plus absolu dans les grandes villes chinoises interpellent nombre d’observateurs et d’analystes. Officiellement, il s’agit de mesures préventives destinées à contenir un nouveau variant COVID très peu de temps après la condamnation par la Chine de l’existence de laboratoires de recherche sur la guerre biologique financés par le Pentagone en Ukraine et dans plusieurs pays du monde. L’affaire des laboratoires de recherche sur la guerre biologique a été mise en avant par l’opération militaire déclenchée par la Russie en Ukraine et qui a mis en évidence l’existence d’un programme parallèle au programme d’aide à la réduction des menaces biologiques officiellement annoncé depuis des années. La Chine ne cesse depuis de demander des comptes à Washington sur cette affaire à laquelle sont mêlés des oligarques ukrainiens, des milieux d’affaires proches de l’État profond et Hunter Biden, le fils de Joe Biden, l’actuel président des États-Unis.

Cette affaire est la raison pour laquelle la Chine a décidé de remettre en place des mesures sanitaires strictes et des quarantaines dans toutes les grandes villes du pays. Pour des analystes chinois préférant garder l’anonymat, ce serait une mesure préventive contre une éventuelle attaque biologique assymétrique visant à détourner l’attention de probables révélations compromettantes sur les 300 laboratoires de recherche sur la guerre biologique clandestins à travers le monde.

La Chine a officiellement demandé des explications à Washington au sujet des laboratoires biologiques en Ukraine en qualifiant cette affaire d’extrêmement grave. Depuis le 01e mars 2022, la Chine a enregistré 70 000 infections au variant Omicron et ses sous-variants.

D’autres analystes estiment cependant que les mesures sanitaires chinoises relèvent de la guerre hybride et visent à entraver l’approvisionnement de certains marchés en créant de fausses pénuries au moment où l’impact des sanctions prises par l’empire à l’égard de la Russie risque de se traduire par un abaissement du niveau de vie des populations occidentales et une inflation durable. D’une façon assez paradoxale, l’abaissement du niveau de vie des populations occidentales et la décroissance économique sont des objectifs officiels des élites au pouvoir dans le monde dit libre qui utilisent souvent les thématiques du climat, de l’écologie ou de la démographie pour forcer cet agenda.

Contrairement à la Russie, la Chine évite tout usage de la force dans sa stratégie qui relève plus de l’action de l’eau sur la roche. Beijing vient d’achever la mise en place d’un câble sous-marin connectant la Chine avec l’Afrique via le Kenya et vise à contrôler 30% des câbles sous-marins de l’internet mondial à court terme. C’est la nouvelle stratégie de la nouvelle route de la soie numérique dont l’ambition est de casser le monopole américain sur le réseau des réseaux.

Dans sa stratégie nationale de défense 2022, le Pentagone désigne la Chine comme le premier adversaire des États-Unis, loin devant la Russie. Le budget militaire US proposé pour l’année 2022 a atteint un chiffre record jamais égalé dans l’histoire des États-Unis d’Amerique: 813.3 milliards de dollars US, soit 0.813 trillion de dollars.

Pour Beijing, les États-Unis ne pourront jamais acheter la sécurité avec des dépenses astronomiques qui ne serviront in fine qu’à alimenter l’immense monstre de la corruption vivant du complexe militaro-industriel et de ses sous-traitants. Les Chinois ne comprennent pas comment un pays disposant officiellement d’une puissante machine de guerre et d’un avantage géographique absolu puisque isolé du reste du monde par deux océans et n’ayant aucun ennemi capable au nord ou au sud continue à se plaindre de menaces infinies pour justifier une augmentation durable de son budget de défense. Ce dernier représente 40% de l’ensemble des dépenses militaires dans le monde mais semble insuffisant des élites au pouvoir à Washington. Pour Beijing, cette création infinie de menaces fictives pour justifier une telle débauche à créer une illusion dangereuse d’une puissance qui ne peut assurer sa sécurité qu’en créant de l’insécurité partout. Cette création de l’insécurité en semant le chaos partout, y compris chez les plus proches alliés, justifie à son tour l’augmentation des budgets de défense. C’est un cercle vicieux infernal et fortement instable. Cette augmentation des faux besoins est justifiée aujourd’hui par la Chine mais ne pourra pas durer éternellement. Pour les académiciens chinois, l’accaparement des planches à billets dans un monde dominé par le dollar est détourné par une clique ayant mis en place un mécanisme d’enrichissement exponentiel essentiellement basé sur la guerre en tant que moyen à créer l’instabilité justifiant le fonctionnement même de ce mécanisme est non seulement une ecroquerie relevant d’une forme élaborée d’un schéma de Ponzi mais une voie sans issue qui risque d’emporter les États-Unis et les plonger dans un déclin sans fond. Ce qui est déjà le cas pour bien des États au sein de l’Union qui sont devenus des pays du tiers-monde où les clivages, la violence, la détérioration des infrastructures et des institutions ont atteint un niveau similaire de celui d’États en faillite dans le monde.

Pour Beijing, la question essentielle est celle-ci: comment faire face à un dangereux illuminé auto-intoxiqué par ses propres illusions de mégalomanie et d’exceptionnalisme et armé jusqu’aux dents sans recourir à la violence qu’il recherche désespérément? Simuler le fou ou l’idiot (eau qui dort) comme c’était le cas jusqu’à la fin 2019 n’est plus une stratégie viable. D’où le retour à la sagesse antique de l’art de la stratégie en simulant l’insaisissable nature de l’eau tout en adoptant une posture résolument ferme car à la fin, une goutte d’eau finira toujours par briser la roche.

Huit militaires de la MONUSCO tués dans le crash d’un hélicoptère Puma au Nord-Kivu

monusco

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République (MONUSCO) Démocratique du Congo a perdu un hélicoptère Puma en mission de reconnaissance dans la zone de Tshanzu dans le Nord Kivu.

Le contact avec l’appareil de la MONUSCO a été perdu le 29/03/2022 à midi heure locale, alors qu’il survolait une zone de combats entre les forces armées congolaises et le mouvement rebelle M23.

Huit militaire de la force de maintien de la paix des Nations Unies ont perdu la vie dans ce grave incident: six militaires du Pakistan dont un lieutenant-colonel, un lieutenant-colonel des forces armées de la fédération de Russie et un autre lieutenant-colonel des forces armées serbes.

L’armée congolaise a accusé les rebelles du M23 d’avoir abattu l’hélicoptère Puma de la force des Nations Unies.

La force de la MONUSCO n’est pas directement engagée dans les combats contre le M23 mais opère aux côtés des forces armées congolaises pour protéger les populations civiles de cette région extrêmement troublée souvent ciblées par les obus de mortier ou des incursions rebelles.

Kiev s’engage à punir très durement les militaires coupables de crimes de guerre

689075778696580373809623

Le premier round des négociations entre les délégations russes et ukrainiennes en Turquie s’est achevé.

La délégation ukrainienne a affirmé que l’Ukraine s’est engagée auprès de la Russie de prendre les mesures les plus dures à l’égard des militaires et paramilitaires ukrainiens coupables d’exécutions sommaires de prisonniers de guerre russes. Une source turque au fait des discussions a précisé que le gouvernement ukrainien s’est engagé à condamner à mort les militaires coupables d’exactions à l’égard de prisonniers de guerre.

Des vidéos diffusées en ligne montrent des exactions contre des prisonniers de guerre russe en violation flagrante des Conventions de Genève et leurs protocoles. Certains des militaires ukrainiens impliqués dans ces exactions ont été identifiés et capturés par des forces spéciales russes envoyées à cet effet. D’autres sont activement recherchés.

Ces vidéos ont été massivement partagées par l’ensemble des officiers, sous-officiers et soldats des forces armées russes à des fins de motivation et il semble que l’impact psychologique de ces vidéos ait eu une influence significative sur la hausse du degré de violence exercée par les forces russes sur les théâtres d’opérations en Ukraine.

Par ailleurs, l’Ukraine aurait proposé par écrit a adopter une posture de neutralité internationale et de renoncer définitivement à l’arme nucléaire.

Les missiles antichar NLAW fournis à l’Ukraine inefficaces

NLAW

Les missiles antichars NLAW fournis par Londres à l’Ukraine font l’objet de complaintes récurrentes de la part des opérateurs ukrainiens depuis le 24 mars 2022.

Dans cette vidéo mise en ligne par des militaires ukrainiens, un missile antichar NLAW est tiré à bout portant du haut d’une fenêtre sur un char de bataille russe de type T-72B3. Le tireur aurait ciblé la tourelle mais l’impact du projectile semble avoir peu d’effet sur le char qui continue sa progression.

La motorisation, la tourelle, le canon et les chenilles du T-72B3 ne semblent pas avoir été affectés par le missile antichar.

Le T-72B3 est un char de la Guerre froide 1.0 et sa technologie de base, en dehors des améliorations notables qu’il a reçu ces dernières années, datent des années 70.

Kadyrov à Mariupol, le régiment d’Azov en débandade

20220329_2_1

Après les alentours de Kiev, la capitale de l’Ukraine, le président tchétchène Ramazan Kadyrov débarque à Mariupol, la plus grande ville côtière sur la mer d’Azov et théâtre de violents combats. Les forces russes et pro-russes sont parvenues à pénétrer le centre de Mariupol le 24 mars 2022, journée durant laquelle le fameux régiment Azov de la Garde nationale ukrainienne a subi ses plus lourdes pertes depuis sa création.

Ramazan Kadyrov avec le général Mordvichev, plusieurs fois annoncé comme mort par la propagande ukrainienne

Le régiment d’Azov n’est plus une unité militaire structurée grâce aux prouesses militaires des forces spéciales tchétchènes qui ont trouvé un terrain idéal pour une véritable chasse à l’homme en milieu urbain et dans des conditions extrêmement difficiles puisque les forces d’Azov se battaient en utilisant les populations civiles prises en otage comme boucliers humains.

Après une première phase d’adaptation durant laquelle les forces tchétchènes subirent des pertes, les commandos tchétchènes apprirent très vite les tactiques de combat de leurs adversaires et dès lors ils parvenaient à anticiper leurs mouvements. Les commandants opérationnels du régiment d’Azov ont été tués un par un par les chasseurs urbains tchétchènes.

C’est pour féliciter le succès de ses hommes que le président Kadyrov a débarqué à Mariupol le 28 mars 2022. Les militaires tchétchènes se sont longtemps plaints des restrictions imposées par le commandement militaire russe dans la conduite de cette guerre pour éviter les pertes civiles. Des restrictions qui freinaient leur avancée dans le terrain et leur ont causés des pertes qu’ils pouvaient éviter si on leur avait donné carte blanche. Pour ces militaires, la guerre est la guerre et il est impossible d’éviter la casse une fois que l’ennemi ne respecte plus les codes.

Kadyrov s’est déplacé en personne au Kremlin après son voyage à Kiev pour demander au président Poutine de lui laisser la situation en main en Ukraine.

Les combats à Mariupol ont été particulièrement acharnés. Les radicaux du régiment d’Azov n’ont pas hésité à ouvrir le feu sur les populations civiles au sein desquelles ils se cachaient et ont commis d’innombrables horreurs et autres crimes de guerre. Ce régiment était constitué de criminels endurcis et de supremacistes fascistes vouant un culte quasi-religueux à Stepan Bandera, théoricien de l’extrême-droite ultranationaliste ukrainienne. Avant la venue des forces tchétchènes à Mariupol, des radicaux d’Azov avaient multiplié les vidéos de provocation à l’égard des Tchétchènes en se filmant en train d’enduire des munitions d’armes légères dans du lard de porc que les Musulmans considèrent comme impur.

Les forces tchétchènes n’étaient pas les seules à avoir pris d’assaut le quartier général historique du régiment d’Azov. Ils étaient accompagnés de l’infanterie de marine russe, des forces républicaines de Donetsk et des redoutables snipers touvains venus de l’Altaï. Ces derniers ont réalisé des prouesses qu’un jour le cinéma portera sûrement à l’écran.

Les résidus du régiment d’Azov tentent de fuir la ville en se déguisant en civils et trois au moins en se déguisant en femmes. Certains officiers d’Azov veulent fuir en Russie. Les forces russes ont découvert un des principaux lieux de culte des membres du régiment d’Azov et d’après les artifacts retrouvés sur place, les radicaux d’Azov semblaient appartenir à un phénomène sectaire de type hybride mêlant satanisme et magie noire.

Qui aurait cru un jour que des Musulmans, des Chamanistes et des Orthodoxes combattraient ensemble contre des Suprémacistes néonazis satanistes? Ce qui ce passe à Mariupol illustre à une échelle réduite la fin peu glorieuse d’un monde profondément corrompu et destructeur.

Réflexions sur la guerre en cours entre les USA et la Russie

img_20220326_44664123651183187371

L’innovation en matière de stratégie militaire n’aboutit pas toujours à un résultat optimal. En Ukraine, le concept de guerre de nouvelle génération consistant en l’implémentation d’un art opérationnel contournant les  villes s’est révélé insuffisant face à une armée ukrainienne qui se cache dans les villes au milieu des civils en l’absence de capacités de guerre informationnelle contrant la guerre hybride occidentale déchaînée contre la Russie.

La question de savoir si la Russie pouvait éviter le déclenchement d’une opération militaire en Ukraine ne se pose plus. Il n’y avait aucun autre choix possible pour la Russie. Elle a même accusé un retard considérable en terme de réaction car l’Otan ne cessait de s’approcher de l’Oural et avait de solides bases en Ukraine, dans les pays Baltes et en Roumanie.  Quand au ressentiment, il est ancien et a été totalement éludé par l’histoire officielle à des fins de construction étatique et de cohésion de l’ensemble soviétique. Pour certains analystes revisionnistes, il s’avère désormais que ce qui s’est passé à Katyn, les succès initiaux fulgurants de l’opération Barbarossa de 1941, le complot des blouses blanches et la mort suspecte de Staline, l’avènement de Khrouchtchev,  la rupture entre l’URSS et la Chine puis le début de la chute avec Brejnev et Gorbatchev furent plus ou moins influencés par la haine tenace que portaient les habitants de l’Ukraine occidentale aux autres peuples de l’ex-URSS et plus particulièrement aux Caucasiens.

L’opération militaire spéciale russe en Ukraine se transforme en guerre totale. C’est un avatar de guerre civile dans l’espace post-soviétique aggravé au plus haut point par l’ingérence flagrante de l’empire dans le territoire ukrainien. Cette guerre mérite que l’on s’y arrête même si elle n’est qu’à son début. Nos estimations sur sa durée varient entre six mois (fourchette la plus basse possible dans le cas d’un scénario optimiste) à un plus d’une année avec la possibilité de scenariii catastrophiques. Les Russes doivent être cohérents : ils ne peuvent pas s’emparer des territoires et laisser en place les anciennes administrations et le drapeau ukrainien. Le soldat russe venu du fin fond de la République de Tyva ou de l’Altaï ne comprend pas ces incohérences du leadership russe. Pour certains généraux russes particulièrement remontés contre les atrocités commises par les unités paramilitaires ukrainiennes, il fallait expliquer le paradoxe suivant : la Russie, plus grand pays du monde de par la superficie énorme, n’a pas besoin de s’emparer de nouveaux territoires mais l’expansion de l’Otan en Ukraine mettait en péril la survie même de la Russie et par conséquent il fallait rendre l’Ukraine, ex-territoire soviétique, à la Russie. Cet aspect extrêmement important n’a pas été retenu. Les soldats russes avancent mais laissent les choses en l’état parce qu’ils ne savent pas s’ils doivent detruire ou pas les structures étatiques ukrainiennes.

La Russie peut-elle arrêter la guerre maintenant et se retirer?

Ce sera perçu non seulement comme une défaite totale mais obligera la Russie à fortifier le Valdai et l’Oural pour se défendre contre un OTAN ayant le vent en poupe qui n’hésitera pas une seule seconde à pousser l’avantage vers Moscou. Ceci conduira à court terme à une guerre thermonucléaire assurée.

Selon une source militaire d’un pays allié de la Russie, même si le président russe Vladimir Poutine voulait mettre un terme à l’opération militaire en Ukraine, il ne pourra pas le faire. La rage du commandement militaire russe et celle des populations après les exactions extrême des Fascistes ukrainiens sont telles qu’ils sont prêts à tout sacrifier pour neutraliser la menace fatale qui s’est installée en Ukraine depuis 2014. Les militaires russes commencent à prendre conscience de l’enjeu mettant en péril la survie même de la Russie. La venue de mercenaires étrangers via la Pologne a choqué nombre de Russes qui le perçoivent comme une violation insupportable similaire à celui du débarquement des Alliés britanniques et français en pleine guerre civile de 1919.

Une autre erreur commise par le monde dit libre, c’est à dire asservi, est d’avoir créée une sorte d’hystérie fictive anti-russe parce qu’au final ce ne sont que des effets d’annonce. Les importations de diamants russes par exemple sont exclues des sanctions car elles toucheraient les élites au pouvoir dans ce que l’on appelle de manière erronée l’Occident. Ce n’est pas le seul domaine où les sanctions antirusses ne se posent pas. Cette hystérie relayée par des médias et des milieux dits “Woke” ont fait perdre à la majorité de l’opinion russe ses dernières illusions et ouvert les yeux des plus insouciants sur le racisme extrême et la russophobie sans limite du monde dit libre. Cette prise de conscience est en train de galvaniser les Russes au point où certains officiers supérieurs appellent ouvertement à l’usage de l’arme nucléaire. Les plus lucides se sont tournés vers la Chine depuis longtemps.

Les images qui nous viennent d’Ukraine sont choquantes. Les images des mercenaires ou des soldats tués n’impressionnent guère. Ils savaient qu’ils allaient mourir et c’est leur vocation. Celle des volontaires totalement idiots venus d’une soixantaine de pays est totalement méritée: c’est des suicidaires enthousiastes et ils ont trouvé une mort ultraviolente dont ils rêvaient. Par contre, ces images de tombes improvisées devant des immeubles d’habitation, de piles de cadavres d’enfants en bas âge ou de civils ne peuvent que choquer et nous inspirer un profond dégoût , au point où nous estimons qu’il devient inapproprié d’analyser ce conflit. Mais ce qui ce passe en Ukraine n’est pas nouveau. Il se répète depuis des decennies, voire des centaines d’années avec les guerres de l’empire et avant cela les guerres coloniales atroces qui se déroulaient loin des médias et de cet outil moderne qu’est Internet. C’est un phénomène qui risque de s’étendre à nous tous. À fortiori avec la menace réelle de la guerre thermonucléaire car la sénilité, idiotie, l’incompétence et la gabegie des pseudo élites de l’empire et leur vassaux serviles, qui ont été détruite l’operation C19 et mainetant cette nouvelle thématique de guerre froide 2.0 chaude sont prêtes à plonger le monde dans l’holocauste nucléaire.

C’est pour cette raison que nous continuerons à commenter cette guerre, laquelle est la continuation de ce qui nous considérons la troisième guerre mondiale entamée au début des années 90 et relancée en 2001.

Le Grand jeu est devenu brûlant comme le soleil. C’est une période historique très difficile où il faudra demeurer lucide et concentré. L’an 2022 n’est que le début d’une longue descente aux enfers.

l’Empire du Mensonge à travers les caricatures chinoises (mars 2022)

79006

Comment est perçu l’empire du mensonge dans les médias chinois? Une série de caricatures publiés dans les médias chinois depuis le début du mois de mars 2022 offrent un petit aperçu de la perception pertinente de la réalité d’un empire basé sur la guerre, l’arrogance, le vol et le mensonge permanent. Ces caricatures se passent de tout commentaire.

Un monde rétif

IMG_20220326_063029_910

Le ministre de l’énergie du Qatar a affirmé qu’il est impossible de remplacer les approvisionnements de gaz russe et que son pays ne participera à aucune sanction contre la Russie en soulignant que l’énergie devait rester en dehors de la politique.

Le président turc Tayep Reçep Erdogan a lui aussi écarté toute possibilité de sanctions contre la Russie en affirmant qu’il ne laissera ses concitoyens geler de froid. Il a également rejeté une proposition de Washington pour le transfert des systèmes de défense aérienne S-400 de fabrication russe à l’Ukraine en estimant que c’est non seulement une mauvaise idée mais qu’elle vise à mettre la Turquie dans l’embarras.

L’Inde a snobé la visite d’une délégation britannique de haut niveau qui avait pour mission de remettre les pendules à l’heure comme au bon vieux temps des colonies et a accueilli le Chef de la diplomatie chinoise. New Delhi a non seulement continué à acheter du gaz russe mais envisage de mettre en place un nouveau mecanisme monétaire prévoyant une participation russe dans l’acquisition de DTS en roupies indiennes. En attendant les livraisons d’hydrocarbures russes sont payées en euro.

Le Pakistan a réitéré son refus de tout diktat occidental stupide au détriment des intérêts de ses populations. Le premier ministre pakistanais a déclaré que le les États-Unis avaient effectué des frappes de drones au Pakistan parce que des rats dirigeaient son pays.

The United States did drone strikes in our country because RATS were ruling Pakistan.

Imran Khan, Prime Minister of Pakistan

Le Brésil s’est également opposé à toute participation aux sanctions contre la Russie.

L’Arabie Saoudite snobe l’administration Biden et se tourne vers la Chine. Un fonds d’investissement saoudien finance la construction d’un grand terminal pétrolier et gazier en Chine et envisage d’utiliser le Yuan dans les transactions énergétiques entre les deux pays.

Les drones des Houthis du Yémen s’abattent sur les raffineries et les dépôts d’Aramco en Arabie Saoudite vont assurer la hausse des prix du baril de brut.

Les Émirats Arabes Unis ont non seulement accueilli en grande pompe le président Assad de Syrie mais ont décidé de suivre une nouvelle politique visant à éviter toute accumulation de pouvoir excessive entre les mains d’une seule oligarchie et plus particulièrement la clique qui est revenue au pouvoir au sommet de l’empire dont ils sont pourtant les alliés.

L’Afrique du Sud accuse l’Otan d’être un fauteur de guerres et les sociétés françaises ayant des intérêts en Russie n’ont pas bougé d’un pouce et certaines ont à peine fait semblant de se retirer du marché russe pour éviter une mauvaise publicité.

La vente de GNL US à l’Europe via la Grande-Bretagne pour remplacer les livraisons de gaz russe devraient alarmer des pays comme l’Allemagne et la France. C’est une affirmation de puissance contre les puissances continentales eurasiennes, pourtant vassales.

La création de l’AUKUS a été une des premisses d’une tentative de retour en force de la Thalassocratie contre les ensembles continentaux.


Photographie d’illustration : un dépôt d’hydrocarbures en feu près de Djeddah, Royaume d’Arabie Saoudite, suite à une attaque de drones des Houthis du Yémen.

Pyongyang dévoile le Hwasongpho-17, un nouveau ICBM

hwasongpho-17_86594948657920826438

La Corée du Nord a diffusé des images du nouveau type de missile balistique intercontinental (ICBM) qu’elle a lancé dans l’espace le 24 mars 2022.

Baptisé Hwasongpho-17, cet ICBM a atteint une altitude de plus de 6248 km et parcouru un peu plus de 1090 km. Sa portée dépasserait 10 000 km.

Comme pour les essais précédents des vecteurs de la force stratégique, l’essai du Hwasongpho-17 a été ordonné par un ordre manuscrit de Kim Jong-Un daté du 23/03/2022.

Le tir de cet ICBM avait été accompagné de nombreux commentaires dans les médias nord-coréens. “Le leader Kim Jong-Un est prêt pour une guerre longue avec l’impérialisme US” soulignait l’agence de presse officielle.

On notera l’amélioration des équipements individuels des soldats appartenant à la force de frappe stratégique, connue sous le nom de la Seconde Artillerie.

Des observateurs s’attendent à la possibilité d’un autre essai nucléaire nord-coréen d’ici le 20 avril 2022. Cela demeure du domaine des conjectures mais la réaction sud-coréenne à cet essai qui aurait effrayé Washington pourrait avoir irrité un Kim Jong-Un plus que jamais convaincu de sa posture et suivant avec une extrême attention le conflit en cours entre Moscou et Washington.

La Chine demande une enquête internationale sur les laboratoires biologiques en Ukraine et ailleurs

1646505238698

La Chine a évoqué pour la première fois la possibilité d’une enquête internationale sur les laboratoires de guerre biologique financés par Washington en Ukraine et dans le reste du monde.

“Le meilleur moyen pour les États-Unis de prouver son innocence dans l’affaire des laboratoires biologiques en Ukraine et d’autres lieux autour du globe est d’accepter une enquête internationale”

Zhao Lijian
Porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères
24/03/2022

Cette déclaration est une évolution assez intéressante du jeu en double lame en cours pour mettre un terme à ce qui est perçu à Beijing comme le dernier soubresaut d’un désordre mondial ordonné autour des intérêts de castes arrogantes et cupides ayant pris en otage le monde dit libre.

C’est le genre de phrases qui met en rage la machine de propagande adverses qui tente de découpler le grand cirque C19 avec le conflit en cours entre puissances mondiales.

Lors d’un échange téléphonique entre les présidents Joe Biden et Xi Jinping sur la crise en Ukraine la semaine passée, le président chinois a répondu à une menace implicite de la part de Biden par une expression chinoise assez édifiante: ” Que celui qui a attaché la cloche au cou du tigre l’enlève lui-même“. C’est bien plus subtil que la réplique culte de Bruce Lee dans son quatrième et dernier film “Opération Dragon”: “Le bois ne rend pas les coups“…

La Corée du Sud répond à un test balistique nord-coréen par une démonstration de force

haesong-27883683173449802326

La Corée du Sud à répondu à un essai d’un missile balistique nord-coréen par une démonstration de force en procédant à des tirs de missiles à partir de plateformes aériennes, terrestres et maritimes.

Ces tirs ont impliqué l’usage du missile balistique de courte portée sud-coréen Hyunmoo-2 (portée: ~300 km).

Simultanément au tir d’un missile Hyunmoo-2, un missile MGM-140 ATACMS sol-sol de fabrication US, un missile de croisière supersonique Haeseong-2 lancé à partir d’un bâtiment de surface et deux munitions Air-Sol JDAM guidées ont été tirés selon l’agence Yonhao citant l’état-major sud-coréen.

Le Haeseong-2 est un missile de croisière supersonique développé par la Corée du Sud. Lancé à partir de plateformes navales, il a une portée de 500 km.

C’est la première fois que Séoul répond aussi ouvertement aux essais de vecteurs balistiques régulièrement effectués par Pyongyang. Cette démonstration de force s’inscrit dans l’esprit de la guerre totale que l’empire croit mener sur plusieurs fronts et cette action n’a pas été décidée par Séoul mais par Washington.

Le front ouvert en Europe orientale n’est que temporaire et vise la préparation du front principal en Asie-Pacifique avec la réactivation des points de tension en péninsule coréenne et à Taïwan tout en affaiblissant l’Europe. La politique des blocs avec la création de l’Aukus (Australie/Grande-Bretagne/USA), la mobilisation et le réarmement du Japon ainsi que la manipulation de la politique interne taïwanaise de façon à ce qu’elle soit ouvertement hostile à la Chine continentale, sont autant d’éléments préparant une confrontation indirecte intense avec la Chine comme c’est le cas actuellement avec la Russie.

Dans l’esprit des élites de l’empire, ils sont en plein guerre mondiale pour récupérer le terrain perdu et imposer leur nouvel ordre mondial mis à mal par la montée du multilatéralisme et des échecs militaires répétées dans la région centrale du monde.

L’enfer à Mariupol

IMG_20220324_57889

Les populations civiles continuent de fuir Mariupol où les forces russes ont engagé des combats de rue avec les radicaux d’Azov dans leur retranchement sis entre l’usine d’Azov Stal et le port. Personne n’a voulu en arriver à ce scénario mais souvent ni l’aviation ni l’artillerie ne peuvent remplacer des combattants au sol.

Des corps mutilés et brûlés de volontaires étrangers issus des mouvances néonazies européennes et sud-américaines qui combattaient avec les régiments Azov et Aidar ont été découverts par les forces russes dans les bunkers fortifiés pris d’assaut.

Mariupol est devenu un enfer sur terre.

Ultimatum à Mariupol

IMG_20220323_212129_764_1

Les forces russes ont donné un ultimatum aux forces ukrainiennes retranchées dans un quadrilatère étiré entre la zone industrielle et le port de Mariupol. Ils devront déposer les armes et cesser le combat le 24 mars 2022 à 0000Z. Passé ce délais les forces russes ont pour ordre de ne plus faire de quartier.

D’après des informations convergentes, il n’y a aucune chance pour que le régiment Azov et les centaines de mercenaires et de volontaires étrangers puissent capituler.

Des unités du corps de l’infanterie de marine et de la garde russes, appuyées par des unités de sécurité tchétchènes et des unités de la République populaire de Donetsk ont capturé le périmètre d’Azov Stal et assiègent le dernier carré dans lequel sont retranchés les forces d’Azov.

La participation au combats du 9e régiment et du 107e bataillon de l’armée de réserve mobilisée de la République populaire de Donetsk ainsi que d’un bataillon de volontaires somaliens près de l’usine d’Azov Stal, un point fortifié du régiment d’Azov, a coupé les radicaux ukrainiens du centre de la ville.

Sur les NLAW britanniques fournis à l’Ukraine

20220323_202159_1753947848735481832

Strategika 51 est l’un des rares sites sinon le seul à avoir rapporté, le 25 février 2022, une information sur des dysfonctionnements ayant affectés les missiles antichar NLAW fournis par la Grande-Bretagne à l’Ukraine.

Le 22/03/2022, le Ministère britannique de la défense a demandé à YouTube de supprimer les vidéos d’un échange entre le Secrétaire à la Défense Wallace et un farceur russe qui simula la personnalité du Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal. Cet échange évoque les armes nucléaire, l’aide militaire britannique à l’Ukraine et l’entre de ce pays dans l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Cette requête du gouvernement britannique est assez légitime car elle est non seulement susceptible de porter atteinte à la sécurité nationale du Royaume-Uni mais de porter un coup dévastateur au moral des forces armées ukrainiennes puisqu’il est question de la qualité douteuse des missiles antichar NLAW fournis par les Britanniques aux Ukrainiens. C’est la première confirmation indirecte des dysfonctionnements massifs de ce système d’arme et son remplacement dans l’urgence par le PanzerFaust 3 allemand et le FGM-138 Javelin américain. Étrangement, le système NLAW est réputé robuste et efficace mais il semble que cette affaire en cache une autre et que les missiles fournis par les Britanniques soient défectueux.

Il semble également que les fournitures d’armes à l’Ukraine alimentent à la fois un double réseau de trafic d’armes destinés à d’autres régions du monde et des circuits de corruption convergents entre le monde des affaires, la criminalité internationale et la commande publique.

Un chasseur F-22 endommagé en Floride

img_20220323_786284705195400729970

Le 22 mars 2022, un avion de combat Lockheed Martin F-22A Raptor de la 325e escadrille de chasseurs tactiques de l’US Air Force a subi des dommages lors de la phase d’atterrissage sur une piste de la base militaire aérienne d’Eglin en Floride. Cet incident serait du à un dysfonctionnement du train d’atterrissage avant selon des observations préliminaires. Le pilote de l’appareil n’a pas été blessé.

L’or russe dans le collimateur

g20

Des sénateurs US ont lancé une initiative écran cachant une autre opération similaire des services spéciaux pour tenter de saisir les réserves en or de la Federation de Russie. Les stratèges US sont effrayés de la possibilité selon laquelle Moscou pourrait utiliser son or pour freiner la dévaluation du rouble et que les réserves en or importantes de la Russie lui permette d’acquérir des devises fortes sur les marchés internationaux.

Un groupe de sénateurs américains ont proposé le 08 mars 2022 un projet de loi intitulé “Stop Russian Gold” (“Stopper l’or russe”) laquelle dans son préambule se propose comme objectif de “stopper le gouvernement et les oligarques russes de limiter la démocratie” et d’autoriser le gouvernement US de sanctionner n’importe quel particulier, corporation ou gouvernement achetant ou vendant de l’or appartenant à la Banque centrale de la Fédération de Russie.

Après la démocratie à coup de missiles Tomahawk et de la Mère de toutes les bombes (Mother of All Bombs: MOAB), voici la démocratie des hold up et du vol de diligences.

Washington cherche par tous les moyens à priver la Russie des moyens d’amortir les effets des sanctions occidentales sur son économie et tenter d’isoler la Russie, le plus vaste pays du monde en termes de superficie, du reste du monde.

Selon Axios, les réserves en or déclarées par la Russie s’élèvent à 132 milliards de dollars US. Il y a une semaine, Moscou a annoncé des pertes avoisinant les 300 milliards de dollars US suite aux sanctions imposées par les États-Unis et l’Union européenne. Cependant, des analystes estiment que cette déclaration fait partie d’une technique de guerre hybride visant à tromper la perception de ses adversaires dont les moyens de guerre financière et économique sont quasiment sans aucune limites. La possibilité que la Russie puisse également se tourner vers les cryptomonnaies inquiète au plus haut point les États-Unis et ses alliés européens.

Le vol et la saisie des réserves financières et de l’or d’autres pays est devenue monnaie courante. Toutes les réserves en or de l’Irak ont été littéralement pillées peu après l’invasion de ce pays par les États-Unis en 2003; le Venezuela a assiste impuissant au vol de ses réserves en devises et une partie de son or par Londres; l’or et les fonds souverains de la Libye ont été systématiquement volés et transférés dans des banques occidentales après 2011; l’Afghanistan, l’un des pays les plus pauvres de la planète, a vu l’ensemble de ses réserves financières volées et transformées en cryptomonnaies lors de la fuite désordonnée des forces US et atlantistes de ce pays en 2021.

Le système financier mondial est bâti sur la spéculation et l’usure et non sur l’économie réelle. Les seules sources de cash dans le système sont des activités liées à la criminalité organisée comme le trafic de narcotiques, la spéculation sur les produits alimentaires de base, le blanchiment d’argent, la prostitution et la pornographie, le racket direct ou indirect, la manipulation des marchés boursiers, la contrefaçon et le trafic illégal d’armes vers les zones de conflit. En 2020, le système a tenté de créer des sources de cash en monétisant des produits biologiques (vaccins) et en les imposant par la coercition aux gouvernements (commande publique) et est allé jusqu’à tenter de monétiser la vente de produits affiliés comme les masques et les test RT-PCR et antigéniques.

En réalité, c’est la guerre qui fait fonctionner ce type d’économie non réelle et cela explique les intérêts des grands lobbies pour des conflits dans des zones à haut potentiel minier ou énergétique. Dans ce contexte précis, les richesses naturelles de la Russie, constitue le Saint-Graal de tous les parasites ayant fait couler des économies entières sous des montagnes de dettes impossibles à payer sans une remise en cause radicale du système actuel ou une guerre mondiale aboutissant sur un nouveau système financier et économique mondial.

C’est l’un des enjeux majeurs du conflit actuel entre les États-Unis et la Russie.

Hélicoptère d’attaque Ka-52 vs Manpads

Ka52_1

Une vidéo prise au second jour du déclenchement des opérations militaires russes en Ukraine. Un hélicoptère d’attaque Kamov Ka-52 “Alligator” à l’assaut de l’aéroport de Gostomel près de Kiev. L’appareil survole le terrain à très basse altitude et fait face à plusieurs tirs de missiles Sol-Air tirés par des Manpads. Parmi les cibles figurent des véhicules et des containers mis sur les pistes d’atterrissage des aérodromes pour empêcher les aéronefs russes d’y atterrir.
Le Ka-52 est touché et finit par se poser avant d’être abandonné par son équipage. Les pilotes sont récupérées par des unités au sol et ont repris le service.
Cette vidéo montre la différence fondamentale dans les tactiques utilisées par les Russes et les Americains lors des assauts de cavalerie volante (l’équivalent très approximatif de l’aviation légère de l’armée de terre ou ALAT): les Russes privilégient les survols à très basse altitude et se retrouvent face à face avec les défenses adverses, lesquelles n’ont pas été réduites au préalable par l’aviation, l’artillerie ou les missiles; pour les Américains, réduction des défenses par de très gros moyens aériens et balistiques, souvent durant des semaines, puis intrusion en dernier ressort des hélicoptères Apache Ah-64 qui tirent des munitions guidées à des distances hors de portée des défenses adverses et ne prennent aucun risque possible quels que soient les circonstances.

Autre différence de taille, les Russes foncent tête baissée et se battent; les Américains ne foncent que si l’ensemble du théâtre des opérations est sécurisé et acquis (achat des officiers adverses, neutralisation totale des défenses ennemies, supériorité aérienne absolue, etc.) et ne se battent que si ils sont certains d’avoir une supériorité numérique absolue et le soutien de l’ensemble des alliés dont ceux avoisinant le pays ciblé.

Cette différence fondamentale de mentalité se reflète sur l’art tactique et la stratégie des deux blocs.

Nouvel Ordre Mondial et hégémonie unipolaire

horus

Lors de son intervention du 21 mars 2022 devant le puissant patronat US (Business Roundtable), Joe Robinette Biden a explicitement affirmé qu’il revenait aux principaux dirigeants de l’économie américaine de diriger le Nouvel Ordre Mondial et qu’il allait unir le reste du “monde libre” pour atteindre cet objectif.

There’s going to be a New World Order out there et we have to lead it

Nous allons vers un Nouvel Ordre Mondial et nous devons le diriger” Joe Biden

Une phraséologie relevant de la théorie du complot est endossée sans complexe aucun par un président ayant du mal à suivre le script mais lâchant les termes clés : “Nouvel Ordre Mondial” et “reste du monde libre”. Le premier n’est pas nouveau et remonte dans son acception actuelle à un discours de George Bush père après la dissolution de l’ex-URSS tandis que le second est un élément du langage politiquement correct dans les pays soumis à l’influence de Washington durant la Guerre froide 1.0.

Les enjeux géopolitiques du monde actuel dépassent de loin le cadre du conflit ukrainien, lequel n’est qu’un front ouvert servant à la fois de prétexte et d’alibi pour une extension du domaine de la lutte, voire une reprise en main d’un ordre mondial qui semblait bousculé par la montée du multilatéralisme et la vision d’un monde multipolaire.

In fine, l’enjeu fondamental concerne l’hégémonie planétaire des élites gérant par la spéculation et l’usure le système économique et financier mondial et rien d’autre. Toute menace potentielle contre les intérêts de ces élites prenant en otage le monde dit occidental est perçu comme une remise en cause intolérable de cette volonté d’hégémonie et un casus belli déclenchant le dénigrement, la diabolisation et puis la destruction de la puissance remettant en cause un ordre profondément corrompu et injuste basé sur la prédation et le profit au mépris de toutes les valeurs éthiques et humaines.

Plus de trois décennies après la Guerre du Golfe de 1991, un acteur non professionnel jouant le rôle de président des États-Unis annonce la couleur: la fin de l’histoire c’est les groupes d’intérêts et la corruption sinon c’est une guerre mondiale généralisée. Il n’existe aucun autre programme alternatif à ce type d’ordre mondial rêvée par une caste oligarchique et exclusivement adapté à ses intérêts privés au détriment du reste de l’humanité, condamné à l’esclavage des dettes, l’immobilité et l’assistanat forcé pour stimuler un processus de consommation au profit des grands métayers modernes.

Beaucoup de choses ont été dites sur le Nouvel Ordre Mondial, qui fait écho au rêve d’une domination devant durer un millénaire de l’Allemagne National-Socialiste ou encore à un autre plan plus sordide révélé par l’Okhrana (police politique de la Russie Tsariste) et violemment démenti comme un faux grossier par la suite.

Avec le recul, il s’avère que la guerre contre la Russie et la Chine était non seulement prévue depuis de longues années mais semblait inévitable. Le programme Starlink de SpaceX ne visait que le maintien d’une connexion réseaux via la constellation de micro-satellites en orbite basse dans un contexte de guerre contre une puissance possédant les capacités de neutraliser internet ou de créer son propre intranet. Cette technologie ne pouvait être dirigée que contre les puissances qualifiées de révisionnistes par les idéologies straussiens de l’empire.

Le rapprochement de l’Otan des frontières occidentales de la Russie cachait de très longs préparatifs non seulement en Ukraine mais dans les pays Baltes, en Roumanie, en Bulgarie, en Pologne et ailleurs. La CIA ne cache plus son rôle et son influence décisive depuis presque une décennie dans la défense de Kharkov par exemple. Il fallait en finir avec la puissance disruptive qu’est la Russie pour s’attaquer à l’objectif primordial et en fait la seule menace réelle à l’hégémonie de l’empire: la Chine.

Le terme de Nouvel ordre mondial est à connotation négative puisqu’il renvoie aux complots et au délire mégalomaniaque propre aux totalitarismes les plus délirants. On comprend dès lors mieux les provocations ayant poussé la Russie à décider dans la précipitation d’une opération militaire en Ukraine sans aucune préparation. Un choix lourd qui ne laisse à Moscou aucune option.

Piège ou pas, le couteau était sous la gorge. Une situation qui rappelle celle du Japon de 1940-1941. L’histoire officielle écrite par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale affirme que le Japon attaqua par surprise les États-Unis à Pearl Harbor le 7 décembre 1941. En réalité, le Japon a été poussé à attaquer et les États-Unis pour que ces derniers entrent officiellement en guerre. Après la guerre, un membre du tribunal militaire international de l’Extrême-Orient ira jusqu’à dire que soumis aux mêmes provocations auxquelles avait fait face le Japon entre 1936 et 1941, même un petit pays comme la Principauté de Monaco aurait décidé d’ouvrir les hostilités.

L’enjeu est donc celui de l’hégémonie planétaire pour le reste du 21e siècle. Les évènements actuels auxquelles le monde assiste ne sont que le prélude à une grandes séries de conflits.

Biden a vanté l’ordre mondial “libéral” (qu’il faut lire en Novlangue inversée) et estime que “beaucoup de gens sont morts mais ce n’est pas le chaos”. Ordre unipolaire vs ordre multipolaire. L’enjeu s’est traduit par un conflit. En Ukraine, c’est les États-Unis et leurs alliés vs la Russie. L’Ukraine n’est qu’un faire valoir et un pion que l’empire est prêt à sacrifier sur l’autel de son ambition de dominer le monde en se débarrassant de ses rivaux émergents. Le reste importe peu. Ou même pas du tout.

Au final, les politiques de l’empire donnent toujours raisons aux complotistes parce qu’elles sont issues du plus grand complot de tous les temps. À côté de ce complot de domination mondiale, les théories les plus folles demeuren teintées d’un esprit bon enfant.

L’humanité est prevenue mais peu de gens seront capables de saisir le sens des évènements et où tout cela risque de les conduire. À chaque fois qu’un simulacre de Chef d’Etat évoque le Nouvel Ordre Mondial, le désordre s’abat sur le monde.

Un Boeing 737-800 s’écrase en Chine avec 132 personnes à bord

b790

Le 21 mars 2022, un avion de ligne Boeing 737-800 de China Easter Airlines (MU5725) avec 132 personnes à bord s’écrase à 2h38 pm dans une zone montagneuse de la zone autonome du Guangxi Zhuang en Chine méridionale.

L’appareil aurait piqué à la verticale avant de s’écraser selon des vidéos amateurs diffusées sur les réseaux sociaux chinois (cf. Photographie d’illustration)

Même si le 737-800 n’est pas aussi mal évalué que le Boeing 737 Max, c’est le 23e accident impliquant le Boeing 737-800 depuis 2006. De ces 23 accidents, dix ont été meurtriers.

Le 29 septembre 2006, un Boeing 737-800 flambant neuf entra en collision avec un autre appareil près de Peixoto Azevedo au Brésil, tuant 154 personnes.

Le 05 mai 2007, un Boeing 737-800 de Kenya Airways, se crache près de l’aéroport de Douala au Cameroun, tuant 114 personnes.

Le 25 février 2009, incident impliquant un Boeing 737-800 de Turkish Airlines près de l’aéroport international Shiphol d’Amsterdam : neuf morts.

Le 25 janvier 2010, un Boeing 737-800 de Ethiopian Airlines s’abîme près de l’aéroport international de Beyrouth au Liban: 90 morts.

22 mai 2010, un Boeing 737-800 d’Air India Express s’écrase à l’aéroport de Mangalore: 158 morts.

Le 19 mai 2016, un Boeing 737-800 de FlyDubai s’écrase à l’aéroport de Rostov, en Russie: 62 morts. 

Le 08 janvier 2020, crash d’un Boeing 737-800 d’Ukraine International Airlines près de Sebachahr, en Iran: 176 morts.

Le 05 février 2020, un Boeing 737-800 de Pegasus Airlines à l’aéroport international Sabiha Gokcen d’Istanbul: neuf morts.

Le 07 août 2020, incident impliquant un  Boeing 737-800 d’Air India Express sur la piste d’atterrissage de l’aéroport de Calcutta : 21 morts.

La fabrique du mensonge

wp-image2838278304459336643

George Orwell, de son vrai nom Éric Blair et agent du MI6 britannique, disait dans “la Ferme des Animaux” (1945) que “tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres”. C’était une satire allégorique du communisme mais demeure encore valable pour le totalitarisme néolibéral actuel. La machine de la propagande est au service des intérêts prives des oligarchies et l’un des rôles qui lui sont dévolues est la fabrique de la peur. La fabrique du consensus forcé pour déclarer la guerre au reste du monde est sa seconde vocation.

The Economist de Londres est toujours la voix des richissimes “philanthropes” qui poussent à la guerre mais le contexte a changé. Le bateau Britannia a coulé et sa voix est quasiment inaudible. Un comédien ukrainien devenu président en arrive même à parodier Winston Churchill dans des allocutions chorégraphiées par ses maîtres ou geôliers.

Aucun média ni chef d’État étrangers n’avait osé qualifier Bush junior, Tony Blair et toute la clique ou secte des néoconservateurs idéologiques et alliés de criminels de guerre lorsqu’ils attaquèrent des pays faibles sur la base d’une attaque sous faux drapeau attribués à des tiers, puis sur présentation d’une fiole d’urine au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Les apparences étaient sauvées: quelques intimidations et des pots-de-vin arrangent une résolution bidon pour la forme que les bellicistes interprètent suivant leur objectif et transgressent dans l’impunité la plus totale.

Cette secte a été mise à mal ces dernières années au point de se transformer en un groupement de véritables desperados. Ils veulent reprendre les rênes d’un monde qui leur échappe mais le monde a changé. Pour remporter la manche contre la Russie ils sont été capables de complimenter l’Iran qu’ils ont classé dans l’axe du Mal, de ne plus parler de Hong Kong pour amadouer la Chine et même de mendier. Leur obsession est à la mesure de leurs illusions les plus folles. Ils veulent la guerre et privés de guerre durant un mandat, ils ont trouvé le moyen de troubler le monde avec un produit des Biolabs clandestins tout en spéculant sur les actions des Big pharma. Chemin faisant ils ont préparé un monde sens dessus dessous à la suspension des liaisons aeriennes et maritimes, aux dysfonctionnements des chaînes d’approvisionnement et aux mesures les plus liberticides.

Regardez bien les Unes de leur outils de propagande et de mensonge. C’est l’empire de la désinformation totale pour justifier les guerres. Ils ne supportent aucune narration autre que celle qu’ils veulent imposer au monde. Ils n’ont qu’un but: la guerre pour le profit.

Cette fois les choses sont allées un peu trop loin. Les planches à billets impriment des trillions de dollars et alimentent une inflation exponentielle dont l’impact est amorti pour le moment par l’argent hélicoptère et la distribution de faux chèques. Les dettes internes et externes ont dépassé le PIB pour certains pays. Le vol est devenu une règle: vol des avoirs de l’Afghanistan, vol de l’or libyen, des réserves or du Venezuela, des avoirs de la Russie…Le reste du monde fait semblant d’applaudir à chaque hold-up ou braquage de banque. C’est la nouvelle normalité barbare de pillards s’autoproclamant civilisés.

Tout à une fin. Le système a atteint ses limites. La machine est en surchauffe et en roue libre. Le mensonge universel commence à se craqueler un peu partout et cela explique l’acharnement et l’hystérie collective. Les options qui s’offrent au monde ne sont pas brillantes dans tous les cas de figures possibles. Quelque soit l’issue de ce bras de fer utilisant l’Ukraine comme un pion à sacrifier.

« Entrées précédentes