Les maîtres du jeu

486

Beaucoup de gens n’ont jamais saisi la nature exacte de la relation qui nous lie aux États-Unis. Je vais vous l’expliquer en deux phrases: ils sont nos serviteurs et nous pouvons les humilier à tout moment si tel est notre bon vouloir.” Un conseiller anonyme* du Prince Mohammed Ben Salman du Royaume d’Arabie Saoudite s’adressant au fondateur du site strategika51.org lors d’une exposition dans un pays d’Asie, février 2015.

Certains analystes feignent de s’étonner de l’audace des dirigeants de l’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis à humilier publiquement Joe Biden (ou tout autre président des États-Unis, considéré comme un simple figurant à contrat déterminé). Ils oublient que les pays arabes du Golfe sont le second pilier sur lequel repose toute l’architecture du système financier mondial et que l’influence de ces pays sur ce que l’on appelle communément et par paresse intellectuelle l’Occident est telle qu’ils peuvent se permettre d’en revendiquer la propriété au sens littéral du terme.

Le mutisme des dirigeants d’Arabie Saoudite, des Émirats Arabes Unis et du Qatar dans le conflit en cours entre Washington et Moscou (le théâtre ukrainien n’est qu’un prétexte) est moins lié à des opportunités de gain massif qu’à une posture politique très explicite même si elle n’a jamais été exprimée. Cette posture s’inscrit dans le cadre d’une féroce  lutte interne de l’État profond à l’issue de laquelle la faction gagnante n’est pas celle qu’attendaient les pays du Golfe.

La notion de l’énergie verte n’a jamais été une menace pour les pays exportateurs d’énergies fossiles. Ils savent que la consommation exponentielle des ressources et le rythme très lent de l’avance technologique rendent cette notion non viable même si les “Malthusiens” parviennent au pouvoir et forcent une décroissance par des guerres, de fausses pénuries ou des vecteurs biologiques pathogènes. Il y a également la corruption inhérente au système financier et économique dominant qui réduit à néant toute possibilité de développement réel.

L’affaire ukrainienne n’est qu’un théâtre de la confrontation. L’enjeu est ailleurs. Washington semble totalement focalisé sur la destruction économique de l’Allemagne après l’avoir désarmé. L’objectif réel c’est d’affaiblir l’Europe, qui demeure aux yeux de certaines élites ayant pris en otage le système politique US, un danger et un rival géostratégique, potentiel pour l’instant et sous contrôle, à surveiller.

Les Arabes du Golfe semblent ne pas vouloir la domination d’une seule mafia sur le monde et adhérent donc à la vision d’un monde multipolaire dans lequel les différentes mafias s’annulent et où leur intérêts seront plus en sécurité.


* l’identité a été délibérément protégée.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 4.8 / 5. Vote count: 126

No votes so far! Be the first to rate this post.

44 Commentaires

  • Juste pour le fun Strategika…

    L’ETRANGE MORT DU ROI FAYÇAL

    A la lumière de la déclaration, si souvent citée, de feu le roi Fayçal, aux termes de laquelle « le communisme est une création sioniste en vue de permettre au Sionisme d’arriver à ses fins. Ils prétendent œuvrer l’un contre l’autre au MoyenOrient. Tout ceci fait partie d’un grand complot, d’une vaste conspiration », nous reproduisons l’article ci-dessous.

    « Bien des preuves indiquent que Rockefeller et le C.FR. ont apporté leur concours à l’assassinat, le 25 mars 1975, du roi Fayçal d’Arabie Saoudite. Dix-huit heures avant d’être tué, Fayçal révéla à son médecin personnel, le Dr. Jasper McPhail, qu’il allait ramener le prix du pétrole de 11 à 6 dollars le baril, (Rappelons que McPhail est le médecin américain originaire de Little Rock, Arkhansas, qui déclara officiellement le décès du monarque). Le Dr. McPhaiïl décrivit comme suit ses impressions dans le numéro du 25 mai 1975 du journal Washington Star : « Lorsque j’appris l’intention de Fayçal d’abaisser le prix du pétrole, je me mis à craindre pour sa vie.» Ajoutons que McPhail était également le chirurgien en chef de l’hôpital spécialisé du roi Fayçal en Arabie Saoudite.

    « Le roi reçut à bout portant une balle dans la tête ; elle avait été tirée par un neveu bien connu pour la forte haine qu’il ressentait à l’égard du monarque — ceci étant dû à l’exécution d’un proche parent de l’assassin. Tout cet incident fut « minimisé » par la presse du C.F.R. comme relevant typiquement de la « politique arabe ».

    « Les gardes du corps d’élite personnel du roi Fayçal avaient été entraînés par un « adjudicataire » privé américain en liaison avec la C.I.A. Dans un récent article, le Col. L. Fletcher Prouty, expert de la C.I.A., a montré comment les assassinats étrangers perpétrés par la C.IA. sont souvent commis en « relâchant l’organisation protectrice (entraînée par des hommes de la C.I.A) qui entoure l’objectif,”

    « Le Newsweek Magazine du 7 avril 1975 a signalé que l’assassin, le prince Fayçal ibn Musad Abdel Aziz, s’était rendu en Allemagne orientale communiste lors d’un mystérieux déplacement, et qu’il s’était mêlé à des étudiants arabes radicaux et marxistes alors qu’il suivait les cours de l’Université de Berkeley, en Californie. (Veuillez remarquer que cette façon de se comporter, pour un criminel, ressemble beaucoup aux antécedans de Lee Oswald, assassin présumé du Président Kennedy.….

    « L’assassin eut l’occasion de se trouver tout près du roi Fayçal par l’intermédiaire de son ami personnel depuis l’époque où il était à l’Université, le ministre du Pétrole du Koweit, Abdul Mutalib Kazemi, qui était reçu en audience officielle par le roi. Sous la direction de Kazemi, le Koweit était l’un des Etats les plus en faveur de la récente hausse de 10 % annoncée pour le pétrole en septembre 1975 par l’O.P.E.P. Ahmed Zaki Yamani, associé intime de Henry Kissinger et de David Rockefeller, ministre du Pétrole de l’Arabie Saoudite, assistait à l’assassinat.

    « L’homme qui était responsable des gardes du corps du roi Fayçal était Kamal Adham, chef du Deuxième Bureau et de la Sécurité nationale du roi. Adham est très lié avec le C.FR. et la C.IA. ; il est surnommé « l’homme des Américains » par des sources bien informées, aux dires de l’expert en matière d’Affaires du Moyen-Orient, Jim Hoagland, du Washington Post. Hoagland écrivit, à partir du numéro du 14 septembre 1975, une série de six articles, dans lesquels il donnait des détails sur les rapports complexes existant entre de gros capitalistes arabes et d’importants banquiers et hommes d’affaires (C.FR)) américains.

    « Khamal Adham est un ami intime et personnel du banquier saoudien Ghassan Shaker ; celui-ci est, à son tour, partenaire d’affaires de Farouk Jaber, étroitement associé au membre du C.F.R. Robert F. Anderson (ex-Secrétaire du Trésor). On rapporte que des dizaines de millions de dollars — tant en marchés traités qu’en pots-de-vin purs et simples — circulent à l’intérieur du groupe 2)….

    «Plusieurs mois après l’assassinat de Fayçal, le Secrétaire d’État Kissinger limogea l’ambassadeur des Etats-Unis en Arabie Saoudite, James E. ins qui, paraît-il, en aurait trop su au sujet des dessous de cet assassinat… (3).
    « Le roi Fayçal était un monarque d’esprit très conservateur et qui faisait preuve d’une attitude réticente à l’égard de l’influence grandissante des milieux d’affaires occidentaux du CFR, telle que Rockefeller la concevait et l’exigeait, Fayçal était également un anticommuniste déclaré et l’ennemi absolu de l’existence même de l’Etat d’Israël. Il se refusait totalement à reconnaître les Etats marxistes, y compris l’Union Soviétique, même par la voie diplomatique. Îl était absolument inflexible et non désireux d’aboutir à un compromis avec les maux jumeaux que sont le communisme et le Sionisme. En conséquence, le vieux roi ne cadrait pas avec le plan Rockefeller/Kissinger qui tendait à imposer des compromis afin d’avoir la haute main sur tous les partis en présence au Moyen-Orient…

    Le rapport le plus significatif est sans doute celui qui fut publié dans le Newsweek Magazine du 30 juin 1975, aux termes duquel « le gouvernement de l’Arabie Saoudite maintenait que l’assassin avait qu’il avait tué le roi afin de mettre fin à la domination de l’Islam en Arabie Saoudite “parce qu’il faisait obstacle au développement du pays”. Peu après le meurtre du roi Fayçal, les nouveaux dirigeants de l’Arabie Saoudite commencèrent à procéder aux changements que l’assassin desirait tellement en vue de développer le pays. »

  • Cela me fait penser au premier de ces “prince bédouin” qui se fit acheter par les anglais pour une somme dérisoire de quelques dizaines de milliers de livres sterling, lorsque il revint vers son peuple qui lui en fit la remarque il rétorqua :
    Il me versent un impôt pour pouvoir traiter chez nous, ils ne nous achètent pas…et pourtant c’était bien le cas…..

  • il n’a pas bien compris la vraie nature du régime US qui se laisse le droit de vitrifier qui il veut

  • refuser de répondre a Biden peut certes ressembler a l’attitude d’un maître sauf si un autre pouvoir US dans l’ombre interdit de répondre favorablement aux injonction de l’administration Biden !
    https://www.rt.com/news/551520-saudi-uae-snub-biden/

  • @Strategika
    Les Arabes du Golfe semblent ne pas vouloir la domination d’une seule mafia…

    Cher ami, si tu penses que ce sont les arabes du Golfe qui sont les maitres du jeu, tu te trompes lourdement. Pense ce que tu veux, mais si tu raisonnes de la sorte tu te trompes lourdement.

    Les gesticulations et autres declarations des leaders arabes qu’ils soient à Ryadh, Bagdad, Alger, au Caire, Tripoli ou que tu veux ca sera toujours du pipo. Ils en ont l’habitude, et c’est culturel. Faut juste pas faire attention.

    Si je me mettais à lister les declarations de Saddam, y aurait de quoi faire, pourtant il a fini avec une corde au cou. Je me souviens avoir lu un discours de Khadaffi, dans les années 80, ou ils disaient “…les américains n’ont qu’à venir…”. Les Américains sont venus, il a fini sodomisé.

    Petit point sur l’Arabie dite “Séoudite”, la population de la peninsule arabique au VII° siecle est estimée entre 200 à 500.000 habitants.
    A la fin du XIX° siecle, “officiellement” parlant, je dis bien “officiellement” parlant 2 millions. L’empire Ottoman cherchant à maximiser le + possible les chiffres, question de prestige. A l’epoque j’etais tombé sur des travaux qui disaient qu’en realité au mieux la population de la peninsule depassait à peine les 700-800.000 habitants. Guerres tribales interminables, selections naturelles etc…
    Autrement dit ces gens qu’on nous prensente comme inventeur de l’Algebre, de la botanique, et aurait “redecouvert” les travaux des philosophes grecs -en Europe c’est bien connu y avait que des centaines de millions “d’imbeciles” durant des siecles, meme pas un seul pour relever le niveau 😉 – ont passé le + clair de leur temps à se trepanner, dans des guerres tribales interminables. L’Arabie etait un desert au VII° siecle, n’eut été les occidentaux et asiatiques aujourd’hui elle serait restée un desert.
    Une fois la decouverte du petrole faite, l’arrivée des US, coincidant avec les Séoud au pouvoir, la population est passée dans les années 40-50, à 4 millions. Aujourd’hui plus de 20 millions de “citoyens” et “Séoudiens”.
    Autrement dit, grace aux occidentaux, la population s’est multipliée , -juste un autre exemple loin de moi l’idée de penser que la colonisation était une cinecure, en Algérie durant les années 50, la population indigéne c’etait 8-9 millions, exploit de l'”affreux” colonisateur, avec ces hopitaux, dispensaires, son agriculture, l’electricité, l’eau, ses infrastructures etc…-, au point qu’il y a une explosion demographique.
    Si Israel a été imposée, placée dans cet endroit là, et particulierement dans cet endroit, et nul part ailleurs, dis toi bien que c’est pour une bonne raison.
    La realité étant que l’ensemble des cartes pays arabes ont été dessinés par les occidentaux, c’est les occidentaux qui permettent l’explosion demographique actuelle -cependant sans economie autre que celle du “bazard”- dans le monde arabe, à ce que je sache, c’est certainement pas l’inverse. Si les occidentaux diminuent ne serai ce que les livraisons de blé, ou de lait, ces pays n’existent plus.
    Ce que je peux te garantir, mais te garantir, du jour ou la protection US disparait dans cette Arabie dite “Séoudite”, la famille royale finira exterminée, ou s’exilera.
    Faut pas faire attention à ce genre de declaration, a Washington y a d’autres lobbys qui font la pluie et le beau temps, et tu sais lesquels.

Répondre à Paul-Emic Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.