144 phénomènes aériens non identifiés depuis 2004 répertoriés par un programme dédié du Pentagone

Statistics

  • 7 956 741 Views

20/05/2022

Strategika51 Intelligence

 Πάντα ῥεῖ…

George Orwell, de son vrai nom Éric Blair et agent du MI6 britannique, disait dans “la Ferme des Animaux” (1945) que “tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres”. C’était une satire allégorique du communisme mais demeure encore valable pour le totalitarisme néolibéral actuel. La machine de la propagande est au service des intérêts prives des oligarchies et l’un des rôles qui lui sont dévolues est la fabrique de la peur. La fabrique du consensus forcé pour déclarer la guerre au reste du monde est sa seconde vocation.

The Economist de Londres est toujours la voix des richissimes “philanthropes” qui poussent à la guerre mais le contexte a changé. Le bateau Britannia a coulé et sa voix est quasiment inaudible. Un comédien ukrainien devenu président en arrive même à parodier Winston Churchill dans des allocutions chorégraphiées par ses maîtres ou geôliers.

Aucun média ni chef d’État étrangers n’avait osé qualifier Bush junior, Tony Blair et toute la clique ou secte des néoconservateurs idéologiques et alliés de criminels de guerre lorsqu’ils attaquèrent des pays faibles sur la base d’une attaque sous faux drapeau attribués à des tiers, puis sur présentation d’une fiole d’urine au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Les apparences étaient sauvées: quelques intimidations et des pots-de-vin arrangent une résolution bidon pour la forme que les bellicistes interprètent suivant leur objectif et transgressent dans l’impunité la plus totale.

Cette secte a été mise à mal ces dernières années au point de se transformer en un groupement de véritables desperados. Ils veulent reprendre les rênes d’un monde qui leur échappe mais le monde a changé. Pour remporter la manche contre la Russie ils sont été capables de complimenter l’Iran qu’ils ont classé dans l’axe du Mal, de ne plus parler de Hong Kong pour amadouer la Chine et même de mendier. Leur obsession est à la mesure de leurs illusions les plus folles. Ils veulent la guerre et privés de guerre durant un mandat, ils ont trouvé le moyen de troubler le monde avec un produit des Biolabs clandestins tout en spéculant sur les actions des Big pharma. Chemin faisant ils ont préparé un monde sens dessus dessous à la suspension des liaisons aeriennes et maritimes, aux dysfonctionnements des chaînes d’approvisionnement et aux mesures les plus liberticides.

Regardez bien les Unes de leur outils de propagande et de mensonge. C’est l’empire de la désinformation totale pour justifier les guerres. Ils ne supportent aucune narration autre que celle qu’ils veulent imposer au monde. Ils n’ont qu’un but: la guerre pour le profit.

Cette fois les choses sont allées un peu trop loin. Les planches à billets impriment des trillions de dollars et alimentent une inflation exponentielle dont l’impact est amorti pour le moment par l’argent hélicoptère et la distribution de faux chèques. Les dettes internes et externes ont dépassé le PIB pour certains pays. Le vol est devenu une règle: vol des avoirs de l’Afghanistan, vol de l’or libyen, des réserves or du Venezuela, des avoirs de la Russie…Le reste du monde fait semblant d’applaudir à chaque hold-up ou braquage de banque. C’est la nouvelle normalité barbare de pillards s’autoproclamant civilisés.

Tout à une fin. Le système a atteint ses limites. La machine est en surchauffe et en roue libre. Le mensonge universel commence à se craqueler un peu partout et cela explique l’acharnement et l’hystérie collective. Les options qui s’offrent au monde ne sont pas brillantes dans tous les cas de figures possibles. Quelque soit l’issue de ce bras de fer utilisant l’Ukraine comme un pion à sacrifier.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 214

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :