Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Le 01 avril 2022, un Boeing 757-232 de la compagnie Delta Airlines assurant la liaison entre Salt Lake City à Washington D.C. (vol 760) a été forcé d’atterrir en urgence à Denver, Colorado suite à un incident survenu à une altitude de 9144 mètres au-dessus du sol: après 90 minutes de vol, le pare-brise s’est soudainement fissuré, déclenchant une procédure d’urgence.

L’appareil avait à son bord 198 personnes entre équipage et passagers.

L’hypothèse d’une collision avec un objet extérieur à 10 000 mètres d’altitude est écartée même si certains volatiles peuvent atteindre des altitudes aussi élevées. Par contre, l’hypothèse la plus plausible est celle d’une mauvaise maintenance ou d’une pièce défectueuse. 

9 thoughts on “Incident sur un Boeing 757-232 de Delta Airlines

    1. quoique, bien aspirés par un CB virulent, un poulet congelé ferait du dégât 🙂

    2. On voit le PA réglé au niveau 100, mais ça ne dit pas que l’incident c’est produit à cette altitude

  1. ça bouge au Pakistan :
    Le Premier ministre pakistanais félicite l’Inde
    Aucun pays ne sera “respecté” s’il ne “se tient pas debout”, a déclaré Imran Khan.
    Le Premier ministre pakistanais félicite l’Inde
    PHOTO DE DOSSIER: Le Premier ministre pakistanais Imran Khan arrive pour assister à un défilé militaire pour marquer la fête nationale du Pakistan à Islamabad, Pakistan, le 23 mars 2022. © AP / Anjum Naveed
    Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a félicité son rival régional, l’Inde, pour avoir maintenu une “politique étrangère indépendante” au milieu des pressions américaines et alliées pour adopter une position plus dure envers la Russie.

    S’exprimant vendredi après avoir accusé Washington “d’ingérence” dans les affaires intérieures du Pakistan, Khan a poursuivi en louant la réticence de New Delhi à accepter un déluge de sanctions et de restrictions économiques contre Moscou.

    “Ils protègent leur politique étrangère indépendante qui est centrée sur son peuple”, a-t -il déclaré, cité par les médias locaux.

    Aucun pays n’est respecté s’il n’est pas autonome.

    Face à un vote de censure dimanche après avoir perdu sa majorité parlementaire à la suite de multiples défections de son parti, la remarque de Khan a été rapidement dénoncée par les opposants politiques, le chef de l’Assemblée nationale de l’opposition, Shehbaz Sharif, lui reprochant d’avoir parlé de l’approche politique de Le principal adversaire du Pakistan.

    “Ses éloges récurrents pour la politique étrangère du [Premier ministre indien] Narendra Modi sont une insulte aux sacrifices des vaillants Cachemiris bravant l’Hindutva”, a-t- il tweeté , faisant référence à une population majoritairement musulmane dans le nord de l’Inde et à une forme de nationalisme hindou. “Entre autres choses, les dommages causés à notre politique étrangère sont incalculables”, a ajouté Sharif.

    Khan, cependant, a rapidement riposté, affirmant que ses rivaux pensaient que ses “déclarations vont irriter l’Amérique” et que “le Pakistan ne peut pas survivre sans son soutien”.

    Le Premier ministre pakistanais nomme une “puissance étrangère” qui veut le renverserLIRE LA SUITE: Le Premier ministre pakistanais nomme une “puissance étrangère” qui veut qu’il soit renversé
    « Ils [les États-Unis] nous commandent. Ils disent que si la motion de censure ne réussit pas, il y aura des conséquences pour le Pakistan », a poursuivi le Premier ministre, arguant que son administration ne rejoindra pas la « politique du bloc pour atteindre les mêmes objectifs » contre la Russie.

    Le dirigeant pakistanais a précédemment déclaré qu’un “pays étranger” cherchait à le démettre de ses fonctions et conduisait le vote de défiance, nommant ouvertement cette nation comme “l’Amérique”, apparemment par accident, lors d’un discours télévisé jeudi. Vendredi, le gouvernement a également convoqué l’envoyé américain par intérim à Islamabad pour ingérence politique présumée, qu’il a dénoncée comme une “ingérence flagrante”.

    Khan avait précédemment salué la politique “indépendante” de l’Inde fin mars, déclarant que son propre pays, comme New Delhi, ne “se plierait” pas à la pression occidentale pour se joindre à la vague de sanctions contre Moscou. Malgré la pression internationale et les critiques pour rester neutre, l’Inde a adopté une approche pragmatique et a continué d’acheter du pétrole russe, même à prix réduit, pour assurer la sécurité énergétique du pays.
    https://www.rt.com/news/553154-pakistan-india-foreign-policy/
    et
    Le Pakistan convoque un émissaire américain pour “ingérence”
    Un diplomate appelé alors qu’une tentative d’assassinat est découverte et qu’un vote de défiance se profile
    Le Pakistan convoque un émissaire américain pour “ingérence”
    Affiche représentant Khan sur le bâtiment du Parlement © AFP / Aamir Qureshi
    Islamabad a convoqué son envoyé américain par intérim, le secrétaire d’État adjoint Donald Lu, pour condamner officiellement son langage concernant le prochain vote de défiance contre le Premier ministre Imran Khan, a confirmé vendredi un responsable du ministère pakistanais des Affaires étrangères.

    Lu aurait dit à l’ambassadeur pakistanais aux États-Unis que « les relations avec le Pakistan ne peuvent pas s’améliorer » tant que Khan est au pouvoir. Si l’ancienne star du cricket était évincée lors du vote de censure, le pays serait « pardonné pour ses erreurs », ont rapporté les médias locaux.

    Le gouvernement de Khan a choisi de lancer une ” démarche forte” aux États-Unis en échange de ses remarques menaçantes après que le Premier ministre a consulté jeudi son comité de sécurité nationale à ce sujet, qu’ils ont dénoncé comme une ” ingérence flagrante dans les affaires intérieures du Pakistan ” par un pays étranger. .

    Bien que la déclaration initiale du comité n’ait pas révélé publiquement que le “pays étranger” en question était les États-Unis, Khan a laissé échapper lors d’un discours télévisé ce soir-là que le ” pays étranger [qu’il ne pouvait pas] nommer ” était, en fait, Amérique . Il a affirmé avoir reçu une lettre d’information de l’ambassadeur du Pakistan aux États-Unis qui comprenait un enregistrement d’un haut fonctionnaire de Washington suggérant que les relations entre les États-Unis et le Pakistan s’amélioreraient si Khan était renversé lors du vote de censure.

    « Ils disent que ‘notre colère s’évanouira si Imran Khan perd ce vote de censure’ », a déclaré Khan dans son discours après avoir semblé révéler qu’« ils » étaient Washington.

    Alors que les débats d’ouverture sur le vote de censure étaient prévus pour jeudi, le vice-président du parti Pakistan Tehreek-i-Insaf (PTI) de Khan a suspendu les débats pour un détail technique, ce qui signifie que la prochaine tentative de lancement du processus prendra probablement lieu lors de la prochaine réunion du parlement dimanche.

    Cependant, le PTI reste en infériorité numérique, plusieurs membres ayant fait défection vers les deux principaux partis rivaux sur la question du vote de censure.

    Khan a également affirmé lors d’un rassemblement la semaine dernière qu’une « conspiration soutenue par l’étranger » était à l’origine de la décision de l’évincer, notant qu’elle était soutenue financièrement par des millions de dollars en devises étrangères et que « notre peuple est utilisé ». Le Premier ministre a laissé entendre que c’était son refus de se joindre aux États-Unis et à l’OTAN pour condamner l’opération militaire russe en Ukraine qui avait déclenché le complot.

    Ajoutant de la crédibilité à son affirmation, le ministre de l’Information Fawad Chaudhry a révélé vendredi que les agences de sécurité du pays avaient signalé un complot visant à assassiner Khan, la deuxième affirmation de ce type cette semaine. Le chef du PTI, Faisal Vawda, avait précédemment affirmé que le refus de Khan de « vendre le pays » était à l’origine de la tentative de le faire tuer.

    Le vote de défiance découle d’une combinaison de problèmes économiques de longue date et de la récente flambée des prix du carburant déclenchée par le conflit en Ukraine. Il y a une incertitude quant à savoir si le Fonds monétaire international publiera la prochaine tranche d’un plan de sauvetage de 6 milliards de dollars convenu en 2019, car le FMI a rechigné à un programme de subventions que Khan a introduit pour amortir l’impact de la flambée des prix du pétrole et du gaz. Cependant, Khan insiste sur le fait que les subventions sont déjà payées avec les fonds existants.

  2. Ce genre d’incident arrive parfois , mais c’est vraiment peu fréquent . En termes de sécurité des vols sachez que le pare brise d’un avion de ligne est composé de en fait deux pare brise superposés et séparés par un film plastique , justement pour ce genre d’incident .

    1. Tu vas bientôt nous dire que c’est Poutine qui a jeté un noyau d’olive, mais pas admettre que les obèses ne savent plus construire ou entretenir leurs coucous, comme le F(er à repasser) 35…😂

    2. <… sachez ect…> On avait oublié que toi tu etais un “sachant” en tout,meme en aeronautique,!! Si seulement,tu rendais compte du ridicule de tes interventions.,mais meme pas !!..

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :