Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Pour la première fois, un très haut responsable d’un pays membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations-Unies a clairement évoqué les origines juives de l’ex-chancelier du Reich allemand Adolf Hitler (1889-1945) dans une déclaration publique en soulignant auparavant  que les plus grands antisémites sont souvent Juifs.

Apparament tous les verrous sont en train de sauter.

Cette déclaration faite par Sergueï Lavrov, Chef de la diplomatie de la Fédération de Russie a déclenché un tollé en Israël où le Premier ministre Naphtali Bennett à réagi en affirmant que “les déclarations émise [à ce sujet, ndlr] par le Ministre des Affaires étrangères russe sont extrêmement graves”. Pour Bennett, “les propos” de Lavrov ne reflètent pas la réalité et visent l’auto-culpabilisation des Juifs en les accusant des crimes effroyables qui ont été commis à leur encontre à travers l’histoire et par ce biais absoudre “les ennemis du peuple juif” de toute responsabilité à l’égard de ces crimes”. Sans surprise, Bennett n’a pas manqué de rappeler qu’aucune guerre contemporaine, passée ou future n’égalera l’abomination de l’holocauste.

Le Ministre Lavrov n’a en réalité rien dit d’excessif en répondant indirectement au président ukrainien Zelensky. Pour Lavrov, le “peuple juif sage sait que les plus virulents antisémites sont souvent Juifs” en ajoutant que “si sa mémoire ne le trahit pas et sauf erreur de sa part, Hitler aussi avait des origines juives” en concluant avec un proverbe russe sur les tares de famille (très approximativement : Il n’y a aucune famille sans tare).

Ces déclarations sont épiques et relevaient il y a quelques mois à peine d’un tabou des tabous. Les rumeurs puis les études documentés cherchant à établir une ascendance juive à Hitler ne sont pas nouvelles et avaient été menées par la Gestapo (police secrète du temps du régime national-socialiste en Allemagne). Ce sujet est toutefois demeuré tabou car susceptible de susciter un autre amalgame autour du rôle véritable des dirigeants du sionisme international dans la déportation et la spoliation des Juifs européens puis de l’exploitation de cette affaire pour exercer un chantage sur certains pays d’Europe afin de leur soutirer le maximum de compensations financières ou pire, évoquer un rôle quelconque du mouvement sioniste dans le massacre des Juifs européens pour l’édification d’une entité nationale en Palestine.

Il ne reste plus qu’à déterrer le procès Eichmann sans la lourde censure que les minutes de cette parodie ont subi avant d’être incinérées…

Elon Musk, l’homme le plus riche au monde a racheté Twitter presque au même moment où le gouvernement US mettait en place une sorte de “Ministère de la vérité” intitulé Disinformation Governance Board (dirigé par une certaine Nina Jankowicz de la NED* et ex-conseiller du gouvernement ukrainien). Le contrôle des narrations du réel semble bien avoir échappé au génie de la censure et du “politiquement correct”. L’anarchie n’est pas loin.

L’une des motivations de ce site est de brusquer d’une manière plus ou moins subtile la zone de confort intellectuelle de ses lecteurs et de sortir des sentiers battus. Il semble que c’est une activité presque inutile à présent. Les soupapes sauteront bientôt même si certains États continuent à verrouiller leurs archives à triple tours.

À moins de se recycler dans la satire…Mais même The Onion et le Gorafi sont devenus plus sérieux que les médias dits sérieux. C’est dire l’ampleur de la chute libre que le monde est en train de connaître.

61 thoughts on “Lavrov suscite la colère d’Israël en évoquant les origines juives d’Hitler

  1. Pour en revenir à l’excellent article de notre ami Strategika51 sur la “parenté juive” d’Adolph Hitler, voici l’un des très nombreux commentaires paru sur un sujet aussi dangereux pour l’intégrité de l’entité sioniste: Adolf Hitler avait-il du sang juif?

    « … « Comment peut-il y avoir du nazisme en Ukraine s’il est juif ? Je peux me tromper, mais Adolf Hitler avait aussi du sang juif. Cela ne veut absolument rien dire. Le peuple juif sage dit que les antisémites les plus ardents sont généralement des juifs. “Chaque famille a son mouton noir”, comme on dit.”

    Lavrov est un diplomate accompli. S’il a choisi ces mots, il les a utilisés à plus d’un titre.

    Les sionistes ont échangé des Juifs allemands pour pouvoir extraire des Juifs d’autres pays pendant les années hitlériennes.
    J’ai appris cette histoire par un Juif.

    L’histoire est pleine de blasphèmes apparents. Certaines personnes ont construit toute une fable appelée leur histoire et ont puissamment bénéficié de la promotion et de la protection de cette fable.
    Lavrov a mis en lumière l’une de ces situations. Le mouton noir est une chèvre de Judas, utilisant des nazis tuant des Juifs pour son propre bénéfice, son compte bancaire et ses embellissements alors qu’il mène l’Ukraine à l’abattoir. …»

    Bravo, monsieur le ministre des affaires étrangères. La Vérité a besoin de soleil et d’air frais. Merci. … »

    sergio (da, Браво, сэр ! Serguei Lavrov, будьте благословенны навсегда…)

  2. La réalité c’est surtout ça:
    « … “Mais cette [ décision de Gazprom ] a effrayé le reste de l’Europe”, déplore Time. L’ UE se dispute déjà depuis un mois et demi sur la façon dont il serait si facile d’imposer un embargo sur le pétrole et le gaz à la Russie, mais en même temps de ne pas mourir de froid et de faim. Après la décision de Gazprom, les différends ont éclaté encore plus. “Il n’y a pas d’accord entre les camarades.”
    Les prévisions sont pires les unes que les autres. Le “Der Spiegel” allemand a expliqué qu’ayant abandonné les hydrocarbures russes, l’Allemagne ne serait pas en mesure de remplir ses stockages de gaz pour l’hiver. La seule issue sera d’arrêter toute l’industrie du pays pour le printemps et l’été. Excusez-moi, mais de quoi vivre ?
    Même l’élite des affaires allemande, intimidée jusqu’à la folie par Washington , est sortie et a admis que sans les hydrocarbures russes, tout s’arrêterait et ferait faillite. Les Européens sont déjà prêts à souffrir de la chaleur en été et du gel en hiver.

    Soit dit en passant, il n’est pas habituel d’en parler, mais en Europe , même dans les familles de la classe moyenne, ils ont toujours économisé sur la climatisation et le chauffage. Par conséquent, en août, ils avaient généralement des enregistrements de décès de personnes âgées dus à la surchauffe et en janvier – du froid. Ce ne sont pas des sans-abri qui sont morts, ce sont des retraités qui ont économisé de l’argent dans leur appartement. Et que va-t-il se passer ensuite ?

    Néanmoins, Washington continue de mettre la pression sur le moral de ses partenaires européens. Ça ne tourne pas rond, calcule méticuleusement le Time : « Le 7 avril, l’UE a donné à l’Ukraine environ un milliard d’euros, mais dans le même temps (au sens, depuis le début de l’opération spéciale) elle a versé 35 milliards à la Russie. pour le pétrole et le gaz. <…> Et bien que les pays européens pompent l’Ukraine avec des armes, ils n’ont toujours pas été en mesure de neutraliser l’ours russe.”
    Ours russe – il l’est, oui. En plus des hydrocarbures, il a dans son antre plein de choses utiles à l’économie mondiale : 20 % du nickel mondial, 30 % du palladium, 40 % de l’uranium enrichi. Soit dit en passant, nous vendons encore de l’uranium aux États-Unis. Un nombre critique de centrales nucléaires en dépendent là-bas. Il faut rendre hommage au courage des auteurs de Time – ils proposent aux Américains d’abandonner l’uranium russe. “A la folie des braves nous chantons une chanson.”

    Et ici une question naturelle se pose : pourquoi ne pas fermer la vanne pour chacun d’eux, relativement parlant ? Comme Vyacheslav Volodin l’a dit dans son télégramme: “Pourquoi devrions-nous attendre ? Si vous refusez les relations stratégiques, vivez sans la Russie pendant au moins un an.”

    Après tout, qu’est-ce qui exaspère le plus nos adversaires occidentaux aujourd’hui ? Pas seulement les succès concrets de la Russie dans la guerre économique, bien qu’ils soient, bien sûr, impressionnants. Le taux de change du rouble atteint de nouveaux sommets, la Bourse de Moscou connaît une croissance régulière et il n’y a pas de panique dans les entreprises et les citoyens. Probablement, si une opération spéciale avait commencé en 2014, nous n’aurions pas survécu à une vague de sanctions. Mais aujourd’hui l’économie semble préparée à tous les chocs des “partenaires”.
    Mais surtout, l’Occident est irrité par le fait même de notre indépendance. Autrement dit, comment est-il possible pour les Russes de décider eux-mêmes à qui vendre leurs ressources et pour combien ? Est-ce pour cela qu’ils ont travaillé avec eux pendant si longtemps ?

    Pendant des décennies, on nous a dit que la Russie devait entrer dans le marché libre, s’intégrer dans toutes les organisations internationales existantes, emprunter de l’argent, se mondialiser et négocier. Et puis le “marché décidera” – et tout ira bien pour nous.

    Du coup, au lieu du FMI et de l’ OMC , on s’est retrouvé dans une sorte de casino où, par défaut, le croupier américain gagne, lançant parfois de la petite monnaie à ses Chaldéens européens. Aujourd’hui, les “partenaires” occidentaux ont les souhaits les plus fantastiques concernant nos ressources.

    Ensuite, nous devons leur fournir du gaz à prix fixe, Dieu sait qui et quand. Puis l’idée surgit d’établir un certain plafond de prix maintenant, afin que, Dieu nous en préserve, la Russie ne profite pas de la hausse insensée des prix des hydrocarbures, que l’Occident lui-même a provoquée. Ensuite, nous sommes soumis au chantage du fait qu’ils n’achèteront pas du tout de ressources. Et aussitôt il y a des plans rusés, comme pour remettre ce refus à plus tard.

    Il n’y a pas eu de marché équitable dans nos relations depuis longtemps. L’argent et les biens sont ouvertement volés en Russie. En même temps, s’il vous plaît, fournissez du gaz selon un horaire et gratuitement. Mais nous ne vous vendrons pas nos sacs Louis Vuitton, car nous sommes tellement progressistes. Des perles, pouah, des sacs en échange de pétrole. Ce sont des relations “colonie-métropole”, mais aujourd’hui elles ne fonctionnent pas. Et cela irrite extrêmement nos sous-traitants.

    Et toute cette folie repose exactement sur une idée. Depuis l’effondrement de l’Union soviétique, l’Occident collectif s’est approprié toutes nos richesses naturelles. Depuis le début des années 90, on se plaint du fait que la Russie utilise les hydrocarbures comme arme. Et ils ne signifient toujours qu’une seule chose. Les Russes ont l’audace de ne pas tout nous donner gratuitement. Les Russes essaient de négocier. Pour une raison quelconque, ils ont décidé qu’ils n’étaient pas une colonie, que le dieu protestant lui-même destine au vol, mais un État indépendant, une entité indépendante sur le marché mondial.

    Le terme « guerre énergétique » prétendument menée par la Russie contre l’Europe est apparu il y a longtemps. Il n’y a jamais eu de Maïdan, ni même de tentatives d’Ukrainiens pour voler du gaz dans une canalisation. Voici la vénérable monographie allemande “L’Union européenne, la Russie et l’Eurasie : le retour de la géopolitique”, publiée en 2008. Ils parlent déjà avec force et force de la “guerre de l’énergie” que la Russie mène inlassablement contre l’Europe.

    En effet, des décennies de coopération avec la Russie ont permis à l’Europe de construire une économie nationale exemplaire sur la plupart de ses territoires. Haute technologie et restaurants confortables, stations balnéaires et industrie aéronautique, hôtels-boutiques et industrie automobile, châteaux médiévaux restaurés, autoroutes luxueuses, musées et galeries. Tout ce que nous admirons tant. Toutes les choses que nous avons tant aimées. Tout ce dans quoi nos touristes investissent des millions d’euros par an, et combien nos hommes d’affaires investissent…
    Et tout ce luxe, tout ce progrès, toute cette civilisation médiatisée avec ses militants des droits de l’homme, ses transgenres et ses dénonciationséternelles d’une “Russie non lavée” reposait sur un seul fondement – des ressources énergétiques bon marché de la même Russie. Soit dit en passant, la situation est à peu près la même qu’en Ukraine, mais à grande échelle. Tout ce cirque avec des chevaux, des croix gammées et des chemises brodées n’a prospéré à une époque que grâce au gaz russe bon marché. Le gaz a manqué – l’Ukraine a manqué.

    Le même sort n’attend-il pas l’Europe ? Il est difficile d’être en désaccord avec Volodine : pourquoi maintenir leur économie à flot s’ils nous volent et même essaient de se battre avec nous, en utilisant les malheureux Ukrainiens comme mandataires zombies ?

    La production de haute technologie s’effondrera sans le palladium et le nickel de Russie. Tout le reste sera terminé par le manque de pétrole et de gaz. Y aura-t-il un hurlement à propos de la “guerre de l’énergie” ? Eh bien, cela n’a pas commencé hier, et quoi que nous fassions, cela continuera de croître. De plus, n’allez pas chez votre grand-mère, cet été, les médias occidentaux nous accuseront également de “guerre des produits” – nous ne fournirons pas notre blé à des pays hostiles, n’est-ce pas ?

    L’oligarchie mondiale, incitant aux guerres et aux conflits dans le monde aujourd’hui, augmente délibérément les prix d’un “produit simple”. Rappelez-vous Adam Smith dans le récit populaire de Pouchkine : “… Comment l’État s’enrichit, et comment il vit, et pourquoi il n’a pas besoin d’or quand il a un produit simple.” Auparavant, c’était le blé et le seigle, tous des produits agricoles. Aujourd’hui, c’est le même blé, la viande, le lait, mais aussi les hydrocarbures, les diamants et les terres rares. Des ressources, en somme.

    C’est la vraie richesse de notre pays. Ce serait bien de le garder pour vous et vos amis. Toute restriction de l’approvisionnement de tout cela aux pays hostiles sera compensée par des prix élevés. Et les ressources bon marché à l’intérieur de la Russie nous permettront de construire notre civilisation à l’envie de l’Europe. Avec des restaurants de haute technologie et confortables – tout est comme il se doit.
    Et si les partenaires occidentaux sont mécontents, nous leur dirons : qu’est-ce que vous vouliez ? Le marché a décidé. Sa “main invisible” a été inventée par Adam Smith, qu’Onéguine aimait tant. … »

    sergio

    1. Il suffit de constater la hausse anormale de certains produits pour se convaincre du bien fondé de ton commentaire. Ce n’est qu’un début.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :