Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

La pêche à la ligne est un art difficile nécessitant une immense capacité de patience et de persévérance. Elle est en général réservée aux gens de tempérament calme et posé, pas aux agités du bocal qui s’emportent à la moindre contrariété ou s’excitent pour de faux prétextes ou du moins des prétextes qui n’existent que dans leur imagination. C’est une activité en apparence ennuyeuse, lente où les moments d’action sont rares et sont souvent l’aboutissement d’un long délai d’attente.

Pêcher du poisson est également une passion cachant d’autres passions comme la passion pour la solitude. Cette propension à la solitude est souvent une nostalgie du rapport métaphysique abolissant l’illusion du monde cachant une autre réalité fuyante que l’intuition devine par de courtes courses successives et éphémères sans jamais aboutir à l’ombre de ce qui est supposé être un objet qui n’en a pas les attributs. Le retour en société gâche toujours ce plaisir d’effleurement avant l’oblivion dans les aléas du fracas des consciences et des entités psychiques du zoon politikon dans son rapport avec lui-même en tant qu’être doué d’une forme biologique déterminée dans un environnement continuellement étrange et étranger sans aucun constentement du sujet à ce sujet.

L’Homme est un mystère absolu. Capable du meilleur comme du pire. L’oubli semble être sa principale caractéristique. En continuel changement de sa naissance jusqu’à sa mort dans les univers du monde inférieur, le temps, une notion impossible à définir autrement que par le mouvement relatif dont on ne sait s’il est statique ou dynamique par rapport à un espace, se charge de l’éduquer et de lui administrer de sévères leçons. La majorité des humains semblent ne retenir aucune leçon et répètent les mêmes erreurs fatales.

Les grottes, les caves, les cellules d’emprisonnement, les lieux inaccessibles d’accès et les hospices sont favorables à la réflexion et à la philosophie, laquelle n’est ni occidentale ni orientale mais inhérente à chaque vécu humain. La sagesse est un état d’éveil et de concience difficile à atteindre. Un niveau qui n’est pas à la portée de celui qui est emporté par des passions violentes ou des pulsions. Et impossible à atteindre à l’esprit intoxiqué par le romantisme d’action qui amène une jeune personne à l’esprit sain à s’enfermer dans de fausses croyances au point où elle n’hésitera pas à tuer pour une simple idée ou représentation mentale imperfectible et traduite de manière erronée par le verbe. Cette représentation des fausses idoles a conduit une grande partie de l’humanité à sa perte.

Tant que l’homme n’abandonne pas sa vanité, ne retrouve pas l’humilité et refuse de réconcilier avec la nature et à se soumettre à l’ordre grandiose du cosmos, il ne retrouvera jamais la paix.

21 thoughts on “Une réflexion sur la pêche

  1. je suis moi aussi un passionné si tu veux tu peux jeter un coup d’oeil : https://espaceetsesmysteres.wordpress.com/

  2. il semble que les poissons sont en cours de medicaments et de nourritures.

  3. Le meilleur support de médiation que j’ai trouvé c’est la tronçonneuse. Si tu fais pas le vide en toi, elle le fera.

    Restes centré !

  4. Je reconnais volontiers être bien davantage un marcheur au long cours – c’est à dire un type qui a besoin de se dépenser physiquement et capable de s’énerver parce que le bar du matin qu’on lui avait promis ouvert se révèle être fermé – qu’un pêcheur calme et paisible. Par contre la marche est méditative elle aussi et je fais partie de ceux (plutôt rares) qui aiment marcher seul. Enfin je confirme que le retour en société est de très loin l’étape la plus difficile.
    Saludos 😉

  5. C’est si extraordinaire de rappeler que le sang ne conditionne pas les idées, opinions, actes ? C’est Zelensky qui devrait être condamné pour oser un “il ne peut pas y avoir de nazis, regardez, je suis Juif” comme argument ! Argument qui d’habitude ne marche jamais (ex : Dieudonné qui explique qu’il n’est pas raciste vu qu’il est à moitié Camerounais, ou Messiha, ou Zemmour, enfin bref on sait bien que c’est un argument rejeté à chaque fois).

    1. Graal! Le MAE russe remet une autre couche: les mercenaires israéliens de l’unité la plus antisémite d’Ukraine.

      Azovstal: 400 étrangers!

      1. et une de plus: ” l’armée israélienne se bat activement aux côtés des néonazis Ukrainiens ”

        Ah putain, qui a mis de la MDMA sur mes popcorn ???

  6. Très beau texte hors de portée de 99% des veaux bravo. Revoir la scène du roi-pêcheur dans le Perceval de Rohmer. Voyez aussi mon livre sur le Graal.

      1. Vos doutes laissent la place à une certitude – vous en avez même l’intime conviction ! C’est bien cela, il y aura la mutation. Je vous ai toujours préféré à l’état de sobriété. Persévérez 😅

  7. dans ce conflict les russes semblent prendre tout leur temps pour pecher. Parfois ils enervent mais bon sans les nerfs on va tous mourir au bord du fleuve. L otan a la montre et les russes ont le temps

  8. “ou bien il fait juste référence à de gros poissons à Marioupol?”

    Dans cette ville les Russes ont visiblement opté pour la pêche à l’explosif… (humour!)

  9. ST51, je savais pas que vous saviez élaborer des textes codés. Traduit en langage machine votre texte est un petit jeu de simulation de guerre en 64K.
    C’est assez brillant!

  10. La pêche est une école de patience voire de méditation. Elle apprend que, pour réussir, il faut connaître son sujet, en quelque sorte l’écouter. L’homme étant naturellement partisan du moindre effort, il invente rapidement les systèmes (filet, nasse en osier) qui permettent d’attraper sans trop se fatiguer et repère les endroits rentables (ex sortie du tuyau de broyage des déchets alimentaires de l’hôtel. La pêche en eaux douces dépend énormément de la nature du lieu, si c’est un torrent à truites où le repérage du lieu (sous le rocher derrière une petite cascade, ressaut d’eau) est primordial. Le fleuve à débit lent est différent et on y pêche autre chose, des carpes, des poissons carnivores (brochet, sandre) et maintenant des silures qu’on trouve également dans les canaux. En mer c’est souvent très sportif et la patience est moins demandée.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :