Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Developed under the Joint Strike Fighter program, the F-35 was for years the only fighter on order by the U.S. Air Force and is set to be fielded in the thousands by America and its allies even if expected cuts are implemented. Developed primarily for air to ground missions, the aircraft is one of just two from the new fifth generation both in production and fielded at squadron level strength alongside the Chinese J-20. While F-35 fleets have been fast growing facing leading potential U.S. adversaries China and Russia, as well more minor ones such as Iran, the ability of North Korea to defend itself against such aircraft was highlighted by joint F-35 exercises between South Korea and the United States from July 11-14. The East Asian state has been technically at war with the United States for over 70 years, making it by far America’s oldest state adversary, and with the U.S. having multiple times come close launching an assault the need to counter the F-35 has become increasingly critical for North Korea.  

Writing regarding the growing F-35 deployments near North Korea, and the means by which the country’s armed forces the Korean People’s Army (KPA) are most likely to respond, scholar and prominent Korea expert A. B. Abrams observed in the Japanese Magazine The Diplomat that a range of asymmetric weapons would be key to countering the new stealth fighter. Abrams highlighted that the KPA fielded advanced fighters capable of threatening and on many occasions shooting down American jets during the Cold War, but that after the Soviet collapse and subsequent imposition of UN arms embargoes the country was unable to acquire modern combat jets to match those deployed by its adversaries symmetrically. While the Korean piloted MiG-21s fielded in the 1960s and 70s proved a match for and several times went head to head with American F-4s over Vietnam, Korea and the Middle East, and its MiG-29s acquired in the 1980s were considered a close match for the American and South Korean F-16s and F-15s fielded at the time, the KPA is not expected to acquire any fifth or even ‘4+ generation’ fighters for the foreseeable future due to UN embargoes. Four key means of tackling F-35 fleets asymmetrically were explored by Abrams, two of which involved the targeting of fighters on the ground and two more targeting them with mobile air defence systems. (A. B. Abrams is the author of ‘Immovable Object: North Korea’s 70 Years at War with American Power’ among other titles covering Northeast Asian security, most recently ‘China and America’s Tech War From AI to 5G: The Struggle to Shape the Future of World Order.’)

The first assets which Abrams highlighted could impede F-35 operations are tactical ballistic missiles, most notably the KN-23, KN-24 and Hwasong-8. The first two are optimal for targeting air bases across the Korean Peninsula, and were first test fired in 2019, while the third is a longer ranged platform and the first outside Russia and China to integrate a hypersonic glide vehicle. It was first fired in September 2021, and is optimal for neutralising air bases and key F-35 logistics assets in Japan. With the fifth generation fighters requiring more fuel and maintenance than their fourth generation predecessors, and suffering from lower mission capable rates, the ability to target F-35s and their facilities on the ground is potentially the most effective way of neutralising them, particularly for countries with advanced missile industries. Abrams highlighted a U.S. Congressional Research Service report which referred to the KN-23 as an asset that “exemplifies the most notable advance” among KPA tactical weapons, and could perform complex “pull-up” manoeuvres to confuse enemy air defences, while the KN-24 “demonstrates the guidance system and in-flight manoeuvrability to achieve precision strikes.” Complementing these assets, and potentially providing a greater volume of fire more cheaply albeit with a short range, Abrams highlighted that North Korea’s rocket artillery systems the KN-09 and KN-25 were fielded from the 2010s with ranges unrivalled by competing systems abroad at 200km and over 400km respectively. This allowed them to target airfields deep into South Korea, and pose a threat to air operations in a way that no 20th century artillery systems ever could. 

Complementing the considerable advances to KPA strike capabilities made in the 2010s, Abrams highlighted the significant improvements to North Korea’s ground based air defence network, it’s greater centrality to protecting the country’s airspace due to the inability to substantially modernise its fighter fleet, and its transition away from Soviet supplied systems towards a reliance on domestic ones. The entry into service in 2017 of the Pyongae-5, widely compared to the Russian S-300, provided a mobile and survivable long range air defence capability decades in advance of North Korea’s prior assets. Abrams compared the reliance on such systems with that of the Russian Military, which similarly saw the standing of its air force relative to those of its adversaries decline after the Cold War’s end forcing it to also rely on asymmetric ground based defence systems. An advanced successor compared to the S-400, with missiles using twin rudder control and a double impulse flight engines, was unveiled in 2020

 

Assets such as the Pyongae-5 are complemented by shorter ranged air defence systems, with Abrams notably highlighting the proven effectiveness of even older Soviet handheld infrared guided systems in Ukrainian hands against Russian fighters. With the KPA deploying these systems in much larger numbers alongside anti aircraft artillery, and using more advanced designs such as the indigenous HT-16PGJ, they could pose a serious challenge to F-35s at lower altitudes. This is particularly true as the stealth jet’s speed and altitude ceiling are both far below average. The F-35’s stealth capabilities and electronic warfare systems are also not as well optimised to tackling threats from such infrared guided missiles as they are radar guided ones, while MANPADS can be more easily concealed due to their lack of infrared signatures. While Abrams did not present an exclusive list of the means by which North Korea could potentially tackle F-35s, a number of key new capabilities were highlighted that may have received greater attention and investment in response to the perceived threat from the new stealth jets. The F-35, as indicated by Abrams among many others, is still far from being full operational or ready for high intensity combat, which provides North Korea with more time to develop a greater range of new armaments capable of challenging it. 

Military Watch Magazine

21/07/2022

Direct source of this article: https://militarywatchmagazine.com/article/scholar-a-b-abrams-outlines-how-north-korea-could-handle-an-f-35-attack-from-hypersonic-missiles-to-mobile-sams

 

7 thoughts on “Scholar A. B Abrams Outlines How North Korea Could Handle an F-35 Attack

  1. Affaire de l’avion turc abattu: l’état-major turc réfute l’hypothèse d’un tir adverse.

    en réponse à Strategika51:

    L’état-major des forces armées turques a réfuté vendredi l’hypothèse selon laquelle son avion de reconnaissance RF-4E Phantom II aurait été détruit le 22 juin dernier par la DCA syrienne. « L’expertise d’identification a montré que l’hypothèse affirmant que notre avion aurait été abattu par une DCA s’est révélée erronée », indique l’état-major dans un communiqué. Les experts […

    ???????????????????????????

  2. Jamais deux sans trois ?

    le 31/07/2022 18:36

    « … Ces choses n’arrivent pas par accident:

    Des blessures par balle signalées parmi les Serbes au poste de contrôle
    de Jarinje. La population serbe du Kosovo-Metohija a commencé à construire des barricades, a rapporté la télévision nationale de la république.

    la preuve:

    Le camp de base américain de Bondsteel au Kosovo est le plus grand ou l’une des plus grandes bases américaines du MIC.
    Doit sentir un avantage sur l’armée serbe. Peut-être que l’intention est d’attirer les Russes pour aider. … »

    1. En ce moment ce seraient plutôt les russes qui auraient besoin d’aide en Ukraine . Et les russes ont voté ( en s abstenant ) la résolution de l ONU d’avoir 3000 soldats OTAN au Kosovo pour dire aux Serbes de Serbie de pas faire chier . L’armée serbe qui s est faite dezinguer dans les années 90 par l OTAN ne bougera pas une oreille car elle connaît par avance le tarif et cela entraverait le processus politique d’adhésion à l UE en plus .

  3. Je saisis mal l’intérêt de l’étude évoquant des attaques au sol, en négligeant les F35C embarqués et les F35B qui n’ont pas besoin des mêmes longueurs de piste que le F35A.

    1. Bonjour Cos et en plus en temps de crise à un certain niveau d’alerte dans les armées de l’air , même si on est très bête , on fait ce qu’on appelle un desserrement , c’est à dire qu’on ne laisse pas les avions , ni les armes ni tous les autres moyens sur la base aérienne mais on éclate tout cela sur différents terrains . Dans le cas de la Corée du Sud des terrains hors de portée mais manifestement l’auteur ne le sait pas . On peut aussi utiliser des parties d autoroute ou longues nationales mais cela pose certains problèmes notamment en vols de nuit , terrains civils .
      C’est un vieux serpent de mer la guerre CDN USA , mais Kim n’est pas con , il sait qu’il y risque surtout d’y perdre le pouvoir donc il deconnera pas . Et clairement les US comme la Corée du Sud n’ont aucune intention de l’attaquer .
      C’est le peuple nord coréen qui continuera à souffrir .

  4. *Dorénavant plus aucun doute n’est permis, les yankees s’en prennent plus la tronche !

    « … Selon des données préliminaires, la séquence vidéo a été filmée sur le territoire de la région de Kharkiv, où étaient auparavant basés des mercenaires américains. Cependant, il convient de noter que l’uniforme du soldat qui est apparu sur la vidéo est parfaitement conforme à l’uniforme utilisé dans l’armée américaine. Cela peut indiquer le fait que nous ne parlons pas de mercenaires, mais de la pleine implication de l’armée américaine, en particulier dans le contexte des informations actuelles selon lesquelles le personnel militaire américain est en charge des armes américaines. … »

    sergio

    *La troisième guerre mondiale (la minorité occidentale contre le “reste” du monde : c.-à-d. 6 milliards d’êtres humains…) a bien commencé… la preuve:

    « … L’armée chinoise publie un message « Prêt pour la guerre »

    29 juillet 2022

    De la chaîne RT Telegram et devenir viral très rapidement:

    L’armée chinoise publie un message « Prêt pour la guerre »

    Le compte officiel de la 80e Armée de l’Armée populaire de libération de Chine a publié « 备战! », ce qui signifie « Préparez-vous à la guerre » sur son compte officiel Weibo vendredi. La publication a reçu plus de 300 000 likes en 12 heures.

    Cela survient au milieu de spéculations accrues selon lesquelles la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, pourrait se rendre à Taïwan malgré les avertissements de Pékin de ne pas s’immiscer dans les affaires one china et le 95e anniversaire de la fondation de l’APL le 1er août. … »

    1. L’universitaire A. B Abrams explique comment la Corée du Nord pourrait faire face à une attaque de F-35.

      Développé dans le cadre du programme Joint Strike Fighter, le F-35 a été pendant des années le seul avion de combat commandé par l’armée de l’air américaine et devrait être déployé par milliers par l’Amérique et ses alliés, même si les réductions prévues sont appliquées. Développé principalement pour les missions air-sol, l’avion est l’un des deux seuls appareils de la nouvelle cinquième génération en production et en service au niveau de l’escadron, aux côtés du J-20 chinois. Alors que les flottes de F-35 se développent rapidement face aux principaux adversaires potentiels des États-Unis que sont la Chine et la Russie, ainsi que face à des adversaires plus mineurs comme l’Iran, la capacité de la Corée du Nord à se défendre contre ces appareils a été mise en évidence par des exercices conjoints de F-35 entre la Corée du Sud et les États-Unis du 11 au 14 juillet. L’État d’Asie de l’Est est techniquement en guerre avec les États-Unis depuis plus de 70 ans, ce qui en fait de loin le plus vieil adversaire des États-Unis. Les États-Unis ayant été plusieurs fois sur le point de lancer une attaque, la nécessité de contrer le F-35 est devenue de plus en plus critique pour la Corée du Nord.

      Écrivant sur les déploiements croissants de F-35 près de la Corée du Nord et sur les moyens par lesquels les forces armées du pays, l’Armée populaire coréenne (APC), sont le plus susceptibles de répondre, l’universitaire et éminent spécialiste de la Corée A. B. Abrams a observé dans le magazine japonais The Diplomat qu’une gamme d’armes asymétriques serait essentielle pour contrer le nouveau chasseur furtif. Alors que les MiG-21 pilotés par les Coréens dans les années 1960 et 1970 se sont avérés capables de rivaliser avec les F-4 américains au Vietnam, en Corée et au Moyen-Orient, et que les MiG-29 acquis dans les années 1980 étaient considérés comme des adversaires de taille pour les F-16 et F-15 américains et sud-coréens de l’époque, l’Armée populaire de Corée ne devrait pas acquérir de chasseurs de cinquième génération ou même de génération “4+” dans un avenir proche en raison des embargos des Nations unies. Abrams a exploré quatre moyens clés pour s’attaquer aux flottes de F-35 de manière asymétrique, dont deux impliquent le ciblage des chasseurs au sol et deux autres le ciblage avec des systèmes mobiles de défense aérienne. (A. B. Abrams est l’auteur de “Immovable Object : North Korea’s 70 Years at War with American Power” parmi d’autres titres traitant de la sécurité en Asie du Nord-Est, dont le plus récent est “China and America’s Tech War From AI to 5G : The Struggle to Shape the Future of World Order”).

      Les premiers actifs dont Abrams a souligné qu’ils pourraient entraver les opérations des F-35 sont les missiles balistiques tactiques, plus particulièrement les KN-23, KN-24 et Hwasong-8. Les deux premiers sont optimaux pour cibler les bases aériennes de la péninsule coréenne et ont été tirés pour la première fois en 2019, tandis que le troisième est une plate-forme à plus longue portée et le premier, en dehors de la Russie et de la Chine, à intégrer un véhicule hypersonique. Elle a été tirée pour la première fois en septembre 2021 et est optimale pour neutraliser les bases aériennes et les ressources logistiques clés des F-35 au Japon. Les chasseurs de cinquième génération nécessitant plus de carburant et de maintenance que leurs prédécesseurs de quatrième génération, et souffrant de taux de capacité de mission plus faibles, la capacité de cibler les F-35 et leurs installations au sol est potentiellement le moyen le plus efficace de les neutraliser, en particulier pour les pays disposant d’industries de missiles avancées. M. Abrams a mis en évidence un rapport du service de recherche du Congrès américain, dans lequel il est fait référence au KN-23 comme étant un atout qui “illustre l’avancée la plus notable” parmi les armes tactiques de l’Armée populaire de libération du Kosovo (APK), et qui peut effectuer des manœuvres complexes de type “pull-up” pour confondre les défenses aériennes de l’ennemi, tandis que le KN-24 “présente le système de guidage et la manœuvrabilité en vol nécessaires pour réaliser des frappes de précision”. Pour compléter ces moyens, et potentiellement fournir un volume de feu plus important à moindre coût, bien que de faible portée, M. Abrams a souligné que les systèmes d’artillerie à roquettes nord-coréens KN-09 et KN-25 ont été mis en service dans les années 2010 avec des portées inégalées par les systèmes concurrents à l’étranger, respectivement de 200 km et de plus de 400 km. Ils ont ainsi pu cibler des aérodromes situés au cœur de la Corée du Sud et menacer les opérations aériennes comme aucun système d’artillerie du XXe siècle n’aurait pu le faire.

      En complément des progrès considérables des capacités de frappe de la KPA réalisés dans les années 2010, Abrams a souligné les améliorations significatives du réseau de défense aérienne terrestre de la Corée du Nord, sa plus grande centralité dans la protection de l’espace aérien du pays en raison de l’incapacité à moderniser substantiellement sa flotte de chasseurs, et sa transition des systèmes fournis par l’Union soviétique vers une dépendance aux systèmes nationaux. L’entrée en service en 2017 du Pyongae-5, largement comparé au S-300 russe, a fourni une capacité de défense aérienne à longue portée mobile et survivable, des décennies avant les moyens antérieurs de la Corée du Nord. M. Abrams a comparé la dépendance à l’égard de ces systèmes à celle de l’armée russe, qui a également vu la position de sa force aérienne par rapport à celle de ses adversaires décliner après la fin de la guerre froide, ce qui l’a obligée à s’appuyer également sur des systèmes de défense asymétriques basés au sol. Un successeur avancé du S-400, doté de missiles à double gouvernail et de moteurs de vol à double impulsion, a été dévoilé en 2020.

      Des moyens tels que le Pyongae-5 sont complétés par des systèmes de défense aérienne à plus courte portée, Abrams soulignant notamment l’efficacité avérée de systèmes soviétiques à guidage infrarouge portatifs encore plus anciens entre les mains des Ukrainiens contre les chasseurs russes. Si l’Armée populaire de Corée déploie ces systèmes en bien plus grand nombre, aux côtés de l’artillerie anti-aérienne, et utilise des conceptions plus avancées telles que le HT-16PGJ indigène, elle pourrait poser un sérieux problème aux F-35 à basse altitude. Cela est d’autant plus vrai que la vitesse et le plafond d’altitude de l’avion furtif sont tous deux bien inférieurs à la moyenne. Les capacités de furtivité et les systèmes de guerre électronique du F-35 ne sont pas non plus aussi bien optimisés pour faire face aux menaces de ces missiles à guidage infrarouge qu’à celles des missiles à guidage radar, tandis que les MANPADS peuvent être plus facilement dissimulés en raison de leur absence de signature infrarouge. Bien qu’Abrams n’ait pas présenté une liste exclusive des moyens par lesquels la Corée du Nord pourrait potentiellement s’attaquer aux F-35, il a souligné un certain nombre de nouvelles capacités clés qui pourraient avoir fait l’objet d’une plus grande attention et d’investissements en réponse à la menace perçue des nouveaux jets furtifs. Le F-35, comme l’a indiqué Abrams parmi beaucoup d’autres, est encore loin d’être pleinement opérationnel ou prêt pour le combat de haute intensité, ce qui donne à la Corée du Nord plus de temps pour développer une plus grande gamme de nouveaux armements capables de le défier.
      Magazine Military Watch
      21/07/2022
      Source directe de cet article : https://militarywatchmagazine.com/article/scholar-a-b-abrams-outlines-how-north-korea-could-handle-an-f-35-attack-from-hypersonic-missiles-to-mobile-sams
      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :