Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

La Une du magazine “The Economist” à l’égard du prince Mohamed Ben Salman révèle un basculement majeur dans l’équilibre interne de ce que l’on appelle, faute de mieux, l’Occident collectif.

L’avenir appartient au noyau créé autour des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

Les tentatives de relance des conflits dans les Balkans et en Mésopotamie sont condamnées à l’échec. Ni l’indépendance du Kosovo et encore moins la “révolution nationale en Irak” à laquelle a appelé le sulfureux Moqtada Sadr ne seront suffisantes pour allumer les deux régions géopolitiques respectives de la Serbie et de l’Irak.

Le risque élevé d’une conflagration mondiale en mode ouvert (hot) est en Europe orientale sur les marches occidentales de la Russie bien qu’il semble maîtrisé en deçà d’un certain seuil de non retour. Ce n’est pas le cas dans l’ancien détroit de Formose et en péninsule coréenne où le risque de déflagration est d’autant plus extrême que l’accumulation de puissance y est formidable. En dépit des leçons de l’histoire militaire récente de l’Occident collectif en Asie et plus particulièrement en Asie orientale et en Asie du Sud-Est, certains stratèges nourrissent la folie d’une illusion de grandeur: engager la Russie et la Chine à la fois s’assimile à un suicide collectif assuré.

C’est l’hubris puissance 100 et c’est au milieu de cette folie que l’Iran reconnaît pour la première fois qu’il dispose des capacités techniques pour fabriquer la bombe nucléaire.

La visite de Nancy Pelosi à Taïwan comporte tous les éléments du Vaudeville. D’abord par rapport au personnage profondément corrompu, impopulaire et incompétent chargé d’assumer cette provocation. Secundo par le modus operandi et le risque encouru: un avion officiel US avec à bord une vieille harpie sénile de la gérontocratie ploutocratie et kleptomane ayant pris en otage les États-Unis d’Amérique abattu par un missile “chinois”? Un scénario de cinglés camés avec un mélange d’acide, de LSD et d’opium frelaté voulant rééditer l’attaque sous faux drapeau du Golfe du Tonkin…S’agit-il de débilité simulée ou est-ce que les planificateurs de guerre de l’Empire du mensonge prennent le reste de la population pour une multitude d’idiots assistés ? Mais qui est l’imbécile qui voudrait attenter à la vie d’une Pelosi ou d’un George W. Bush?

Comment envisager mener un conflit mondial quand les services de renseignement et leur sous-traitants sont tellement déclinants en termes de rendement et d’efficacité qu’ils ne sont même pas capable d’obtenir des informations fiables sur un site ou un simple blog pense-bête ? Ce n’est pas avec une bande de pieds nickelés qu’ils vont gagner la troisième guerre mondiale. Sur ce point, il n’y a aucun doute possible. Cet empire du mensonge a fini par s’auto intoxiquer parvenir au delirium tremens. Inutile d’être pro-russe ou pro-chinois pour l’affirmer. Cet empire s’est décrédibilisé aux yeux de ses propres populations par sa kleptomanie organisée, son racket, ses mensonges (celui du cirque C19 étant l’une des plus grosses couleuvres du genre) et sa nature profondément belliqueuse.

En réalité, ce que l’on appelle l’Occident collectif est géré depuis une trentaine d’années par des incompétents notoires dont le niveau ne cesse de baisser dangereusement…la preuve, on se retrouve tous aujourd’hui à une seconde d’un conflit nucléaire généralisé qui n’aura pas lieu pour un certain nombre de facteurs rationnels lié à la nature des élites impliquées dans les processus de prise de décision dans les nations-empires ciblés.

Les temps sont durs pour tout le monde mais la période historique est assez intéressante dans la mesure où on assiste à un hubris dans sa forme de folie la plus pure.

La résistance a déjà gagné car sa littérature, élaborée dans les années 60 et 70 et confinée dans des cercles à taxinomie régulée et idéologiquement orientée a fini par être adoptée et mise en oeuvre dans le cadre des stratégies développés par des puissances globales. Rien que ce fait étonnant et incroyable est une victoire impossible sur l’Empire du mensonge.

Seule une révolution interne sauvera cet empire pris en otage par une secte de parasites sans foi ni loi. Mais cela est une autre histoire.

 

 

27 thoughts on “L’hubris de l’Empire et l’émergence du monde nouveau

  1. ah oui l’hubris en voici un exemple…..
    ““S’en prendre à un Juif c’est s’en prendre à toute la République”
    Le Ministre de la Justice @E_DupondM fait très fort dans l’hémicycle et répond avec justesse à l’extrême-gauche qui quitte l’enceinte, sans oublier de remettre l’ex-droite à sa place.👏🏻
    pic.twitter.com/L7xbFBY0wB

    — E. David Benaym (@benaym) August 2, 2022”

    https://twitter.com/benaym/status/1554497524156727296?ref_src=twsrc%5Etfw

  2. j’ai l’impression de lire les articles sur un smartphone alors que je suis sur PC .
    tout m’apparait sur une bande de 15 centimètre !

  3. En lisant l’article et le nom de Moqtada Sadr je me suis rappelé que ce nom m’est apparu il y a 2 nuits… Serait il possible qu’il y ai “un embrassement” s’il lui arrivait quelque chose?

    1. Il y a eu aussi des frappes de drones de la CIA en Afghanistan. Elles auraient visé Ayman Al Dhawari, une vieille connaissance de l’État profond (dans le script il jouait le rôle de numéro 2 de la defunte Al-Qaida Inc. Registered trademark). Un non-événement. L’événement par contre concerne les autres tués dans la frappe. Des proches de Haqqani et donc d’un des alliés politiques du pouvoir à Kaboul.

      Là aussi, il s’agit de montrer que le pouvoir actuel en Afghanistan fricote encore avec Al-Qaida inc, ce qui viole les Accords de Doha négociés entre Yankees et Talibans sous l’égide du Qatar selon lesquels l’Afghanistan ne permettra à aucune organisation terroriste d’utiliser son territoire pour attaquer les intérêts des États-Unis dans la région.

      Le problème est que la logistique pour un retour des Black Ops risque de ne pas être au rendez-vous.

      Signalons au passage la complicité du pouvoir actuel au Pakistan et le retour à de vieilles pratiques assumés par les Nawaz and co. Ça risque d’embraser les zones tribales mais passons.

      L’enjeu est de reprendre pied en Afghanistan septentrional avec en ligne de mire l’Asie centrale avec pour objectif les arrières cour de la Chine et le flanc mou de la Russie. Bonus on continue de soutenir les séparatistes Balouchs pour emmerder les Iraniens (et y implanter des réseaux clandestins) tout en minant la stabilité de l’allié pakistanais dont le pouvoir s’est vendu à bas prix.

      Un peu plus à gauche sur la carte, exercices conjoints US-Israël, histoire de maintenir la pression sur le Hezbollah et l’Iran (enjeux : champs gaziers en méditerranée orientale pour le Liban et nucléaire pour Téhéran)…

    2. Pour Moqtada Sadr, il tente de hausser ses exigences en vue de négociations secrètes…il n’est pas fou pour dilapider sa rente.

  4. Plein la tronche, of course…

    « … L’armée russe a détruit 6 lanceurs et plus de 200 missiles HIMARS MLRS, 33 obusiers américains M777 et 5 lanceurs du système de missiles anti-navires Harpoon. Les troupes ukrainiennes ont perdu 396 systèmes de missiles antichars Javelin et NLAW en deux semaines, a ajouté Shoigu. … »

    hé toi, le bouffe merde de service ferme ta gueule!

    Plus sérieusement l’article de notre très cher ami, Pepe Escobar, intitulé : « En route pour Samarcande », est un véritable morceau d’”entomologie humaine” (hé oui, de l’anthropomorphisme mais à l’envers…), Pepe Escobar (grand érudit devant l’eternel) ayant atteint un niveau d’analyse, surtout en ce qui concerne la géopolitique, hors paire (sans parler de ses connaissances en géostratégie… pas comme l’autre abruti (il se reconnaitra bien sûr) de service qui nous inonde de ses inepties perso)

    sergio

  5. L’avenir est pour un monde multilatérale, dirigé par les grande nations de 500 millions et plus.et non pas de pays artificiels créés de toute pièce par la secte des parasites juifs sionistes au 19 et 20 ième siècles.

  6. Quand la Nature montre la Lune, le naïf regarde le doigt…
    D’un point de vue économique, le Capitalisme monopolistique et le Socialisme sont tous deux les ennemis de la libre concurrence, car la concurrence et les forces du marché, lorsqu’elles ne sont pas « concentrées » dans les mêmes mains, permettent à d’autres de prospérer et, surtout, d’être indépendants. Un gouvernement communiste peut organiser le contrôle social de manière à garantir et à protéger la concentration de la richesse ; le gouvernement communiste peut donner à des cartels le contrôle des matières premières et des marchés, et leur accorder de gros contrats et s’endetter à l’infini auprès d’eux. Chaque secteur de l’économie étant, in fine, contrôlé par une poigné de cartels, réalisant ainsi cette « gestion des contraires » très chère aux organisations secrètes globalistes.
    Yann Moncomble nous fait remarquer « les étranges alliances entre le CFR, la « Trilatérale » et les dirigeants du Kremlin… mais, ajoute-t-il, le public doit ignorer cet état de fait. Il faut qu’il continue de croire à l’opposition farouche Communisme-Capitalisme. » (La Trilatérale et les secrets du mondialisme). À la fin des années 90, l’ex-président et co-fondateur de la « Trilatérale » avec D. Rockefeller, Zbigniew Brzezinski, déclarait à la revue Encounter (depuis disparue) : « un moment arrivera où il sera possible d’exercer une surveillance sur chacun des citoyens du monde entier » (Proximo Milenio, n°42, décembre 1996, pp. 56-60).
    Relevons en passant que la majorité des banques et firmes associées à l’URSS de 1919 à 1945, sont celles qu’on retrouve, sous des noms parfois modifiés, au sein de la « Commission Trilatérale », cette Commission chargée d’organiser un « grand ensemble » politico-industriel groupant États-Unis, Europe et Japon ; un ensemble destiné à parler d’une seule voix avec l’URSS et la Chine, et préfigurant le Nouvel Ordre Mondial (Extrait de « À l’ombre de Wall Street » de Pierre de Villemarest, ancien officier de Renseignement de l’armée française jusqu’en 1950).
    Tout comme lors de la Guerre de 1914-1918, qui a permis au communisme de prendre le pouvoir en Russie, la deuxième Guerre mondiale permettra au communisme d’étendre son emprise, avec l’approbation (et le soutien) de la haute finance. Une nouvelle phase débutera au mileu des années 1980 avec l’arrivée, à la Direction du Parti Communiste de l’Union Soviétique, de Mikhail Gorbatchev, futur prix Nobel de la Paix (comme Barack Obama) pour services rendus, c’est-à-dire pour la mise en œuvre de son programme de « réformes » économique et politique (de 1985 à 1987) appelé « Perestroïka » (« Restructuration » ou « Reconstruction »), et qui aboutira à la desintégration de l’URSS, conséquence indispensable à la mise œuvre d’une plus grande « efficacité économique » et d’une « démocratisation des institutions ». Mikhail Gorbatchev démissionnera en décembre 1991. Boris Eltsine, « marionnette » intérimaire (et fortement alcoolisée), sera élu (au suffrage universel dorénavant) Président de la nouvelle « République Fédérative de Russie » jusqu’en décembre 1999, date de sa démission. Son incapacité (pour raison de santé) et son incompétence, qui seront mises à la disposition des projets des globalistes, permettront de préparer l’avènement et le long règne d’un nouvel acteur politique majeur en Russie : Vladimir Poutine. Pour beaucoup aujourd’hui, et notamment un nombreux public masculin, Vladimir Poutine (ancien Chef du FSB, ex-KGB, les Services de renseignements soviétiques, et donc issu du « système ») est devenu une sorte de « Superhéro » luttant contre le « Nouvel Ordre Mondial », à l’instar de son ex-homologue étasunien et milliardaire, Donald Trump, tant vanté et glorifié, lui aussi, par une pseudo dissidence. Bien que figure centrale de l’exécutif de la nation Russe depuis 1999, rappelons qu’une commission parlementaire britannique a publié en mai 2018 un rapport alertant sur le fait que la « City » serait devenue un centre de blanchiment d’argent pour les hommes d’affaires russes et pour Vladimir Poutine et son entourage, ce qui a valu à la capitale britannique le surnom de « Londongrad ». Enfin, rappelons également qu’en hâtant l’effondrement de l’empire américain, Donald Trump (à l’instar de M. Gorbatchev en URSS) a agi comme un allié objectif des intérêts globalistes de la « City » dont le seul objectif est l’avènement d’un gouvernement mondial (ou « Perestroïka mondiale »). Car précisément, le gouvernement mondial ne pourra voir le jour que sur les décombres des États, tout empires soient-ils.
    NB : « Le système capitaliste de l’Occident et le socialisme de la Russie cheminent l’un vers l’autre, vers la solution de synthèse… » écrit Edgar Faure en 1964, dans « Humanisme et Culture ».
    La « solution de synthèse » dont il est question ici, n’est-elle pas l’aboutissement de ce processus désagréable qu’aujourd’hui nous voyons bien réellement se mettre en place sous l’appellation de « Globalisation » ou « Nouvel Ordre Mondial » ?
    Blog : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

    1. Juste questionnement mais qui doit être complété par les rivalités dans les classes dirigeantes et les scissions qui en découlent.
      Pour simple exemple, à propos de V. Poutine, quand la Russie obtient coup sur coup l’organisation des Jeux Olympiques d’Hivers et du mondial de football, il bénéficie de soutiens très forts (Samaranch, président du comité international olympique à l’époque est hyper politisé, ancien ami de Franco et membre de l’Opus Dei et des chevaliers de Malte, c’est lui qui fait passer la candidature russe de Sotchi). Il y a une forme d’implosion vers 2014 et une prise de distance qui se poursuit aujourd’hui.

  7. Le mode de pensée occidental, divisé en deux pôles principaux essentiellement autour des pensées néoplatonicienne et néo-aristotélicienne, est effectif depuis la fin de la période d’inquisition. Il différencie les deux grandes entités de pensées principalement autour de qui peut exercer le pouvoir (intellectuels ou aristocrates héréditaires) et sur les questions d’éthique. La prise en compte des conséquences des actes est superficielle dans les deux courants, la nécessité de prendre le dessus sur son concurrent occultant toutes les considérations autres.
    Tous ceux qui sortent de cette opposition sont systématiquement ostracisés.
    Nous sommes à un moment de l’histoire où les deux courants ont perdu l’équilibre tacite dans lequel ils s’étaient confortablement installé et se raccrochent maintenant à ce qu’ils peuvent, cherchant à piéger leurs concurrents sur leur propre terrain. La guerre avec la Chine n’était probablement pas prévue si tôt, le projet phare Aukus étant à perspective plus lointaine.
    Je pense que dans le cadre de perte de maitrise des évènements et d’affrontement accru des factions, le contrôle des populations et la mobilisation des armées sont déjà un enjeu en soi, car ce sont des facteurs majeurs de stabilité ou d’instabilité internes des différents pays/blocs, qui ne doivent pas venir compliquer encore plus l’équation. En forçant le trait des tensions avec les pays communistes, ennemis héréditaires des forces armées occidentales, on peut ainsi occuper ce front interne et diminuer la pression d’un coup d’état militaire ou d’une révolution. Pour rappel, en pleine épidémie COVID la population était confinée et les militaires en exercice de grande ampleur pour simuler une guerre avec la Russie sur toute l’Europe.

    1. Pour rappel, en pleine épidémie COVID la population était confinée et les militaires en exercice de grande ampleur pour simuler une guerre avec la Russie sur toute l’Europe. : vous pourriez nous dire quel exo a eu lieu , quand et où et avec quelles forces , en période de confinement parce que mes collègues toujours en activité ne m’en ont jamais parle .

      1. Exercise DEFENDER-Europe 20 is a U.S.-led multinational exercise, including NATO’s participation. It is the largest deployment of U.S.-based forces to Europe in more than 25 years with 20,000 soldiers deployed directly from the U.S. to Europe. It demonstrates U.S. commitment to NATO and its resolve to stand by its European Allies and Partners.

        Exercise DEFENDER-Europe 20 continues with modifications with consideration for COVID-19 health and safety measures. Soldiers are exercising under the health and safety recommendations of the World Health Organization and the host nation rules.

        NATO has continued with its operations within the constraints relating to COVID-19 and the health and safety of its personnel. Some Allied-led exercises have been cancelled as a precautionary measure. The safety of our personnel is always paramount. NATO military medical staff remain vigilant. They are monitoring any potential impact for NATO troops in training or deployed on operations.

        Despite the concerns over COVID-19, our service men and women are resilient and continue to carry out our Allied Command Operations (ACO) mission across all domains (air, sea, land, cyber, space) and participating in exercises. We continue to monitor any potential impacts to the health and readiness of NATO forces deployed on operations, exercises and missions and will react immediately when necessary. SHAPE is focused on enhancing its exercise participation while we continue to monitor the situation and take all necessary measures to protect our people.

        1. Merci , bon Defender Europe n’a été qu’un exo de déploiement de forces US en Europe , sans participation d’autres pays , rien à voir avec un exo simulant une attaque contre la Russie . D’ailleurs en fait l Otan n’ne fait jamais, on ne fait que des exo de défense en fait parce qu’on a pas les capacités ni l ‘ambition d’attaquer la Russie.

          1. Très bon retour pour S51,cet article décrit la vrai situation géopolitique mondiale et la déliquescence dans laqualle patoge la secte des parasites consanguins juifs sionistes khazares,dû à leurs arrogance et déconnexion de la réalité.

          2. aucune attaque ou réponse a une quelconque attaque de la Russie ne se fera jamais avec les armées des branquignoles d’européens !

        2. Je vous invite à lire l’article du Parisien plus haut. Il donne une autre mesure.

  8. Tiens une bonne nouvelle , Biden vient de déclarer qu’ils ont bousillé le chef d Al Qaida qui était en villégiature à Kaboul chez les Talibans , ça fait désordre pour les Talibans d’héberger un chef terroriste…oui bon ok c’est donc un fake .

    1. Il ne se passera rien , il y a l ‘Otan là bas , la KFOR sous mandat de l ‘ONU accepté par la Russie et la Chine donc tout le monde va se calmer , surtout quand on voit les raisons de l’excitation des serbes du Kosovo .

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :