Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

By July of 1944, German military planners and industrialists knew that Germany was effectively defeated, and that surrender was just a matter of time. During August, senior industrialists met in Strasbourg at the Hotel Rotes Haus (“Red House” or Maison Rouge) to plan for Germany’s industrial future – and for the future of Europe after the war.

As Hitler lapsed into lunacy and incoherence after Stalingrad, Martin Bormann set national policy and wrote extensively on how Germany could survive the war, as a powerful industrial force. Although Bormann could not attend the important “Maison Rouge” meeting, it is known that Bormann’s plan was imparted to chief organizer of the meeting, SS Obergruppenfuhrer Scheid.

Martin Bormann

While Bormann’s extensive documentation on the post-war future of Europe and its future industrial policy did not survive the war, his plan did survive and was put into effect, as the existence of the European Union proves today.

The German industrialists attending the Maison Rouge meeting of August 1944 concentrated on subjects of trade, commerce, and monetary issues, where corporate conglomeration, consolidation, and monopolization would provide a powerful framework to eventually control and dominate Europe. The IG Farben cartel provided the industrial model for that conglomeration and control.*

Gone were flags, banners, and marches, replaced by powerful but anonymous corporate men in business suits, who sought to exert control over Europe in three stages. Stage one mandated financial stabilization of the mark; stage two established a banking system somewhat similar to the current Fed primary dealer banking system (for funding major industry), and stage three was to spread German industrial influence far and wide.

The Bormann-Scheid “Maison Rouge Plan” acknowledged that nation-states must cooperate at a high level where major industry is concerned, with a primary agenda to promote the combined interest of the controlling class. In other words, the idea was to build an industrial Europe (and not a militarized one) in cooperation with the United States as the dominant military power, in opposition to the Soviet Union.

Nonetheless, the European Union as such only formed many years after the war, and the US arose as the world’s dominant military and financial power during that time, while eventually the Soviet Union could not practically and economically compete.  So, we tend to think that the Soviet Union was defeated by the west by 1991; however that ‘defeat’ was achieved at considerable strategic cost to the west because maintaining the unipolar moment (as global hegemon) means monetary, economic, and military supremacy must be constantly maintained, with continual complication and risk, on a global basis. Reference:

See: https://theduran.com/challenges-to-the-us-unipolar-moment/

and https://theduran.com/us-power-is-waning/

By 1991, Bormann’s posthumous plan for Europe — which included the United States and Canada versus the Soviet Union — prima facie appeared successful. As Russia developed after 1991 and partnered with the west, Eastern Europe and the Ukraine acquiesced to the Bormann Brotherhood plan over time.  All seemed well for the Brotherhood’s plan..

But .. there was a problem…

Beside food and weaponry, since the 1970’s the United States and Europe decimated their manufacturing sector overall, over time. With the notable exception of energy products from the US and Canada, the west destroyed its industrial base from the 1970’s on, believing that financialization of their economies and a pastoral future with less industry is essential (ie let “foreigners” do the work) — so long as its Military Industrial Complex can still fuel Wall Street and the FTSE 100, and fill Congressional and Parliamentary pockets with cash.

Washington has vowed to defend.

But for Washington there is a greater issue than Kiev’s legendary corruption … that’s the gradual global jettisoning of the US dollar due to duplicity of the US Treasury and Bank of England. The sovereign currency and gold of now-declared “hostile” nations has been forfeited by the United State Treasury and Bank of England on ideologically criminal grounds, and that forfeiture has marginalized faith in Western fiat currencies. Thus the euro and GBP have collapsed, making the dollar US appear “strong” by comparison when in fact it is not.

Janet Yellen and henchpersons at the US Treasury are well aware of this currency criminality; any alternative monetary structure — such as the SCO – BRICS and Moscow gold bourse allying with the Shanghai gold exchange – to emerge and challenge the dominance of the Federal Reserve, Bank of England, and LBMA, truly is the gauntlet for war.

But Western Elites of the .01% of 1% likely sense that the Military Industrial Complex profits from this war may exceed the 100% increase in wealth that they experienced due to the pandemic. That’s surely an inducement to war as well … after all the Totalitarian .01% of 1% put US Congress and the Executive into power– and in Europe’s parliaments, too. Likewise, since the US fled Afghanistan in disgrace, American hubris cannot accept another humiliation of the surfeit variety it has received on the battlefield since the “end” of WW2. For all those reasons and many more, Washington is determined to take on and destroy Russia.

What US autocrats must worry about, is whether this war with Russia will remain conventional – a gamble. As Mr Mercouris, analyst of the Duran has stated, “Neocons in Washington have no reverse gear”. Of course, that applies to the EU “leadership” as well, if it may be called that. And with US State’s predilection for war, destruction, and havoc, it appears that the warmonger profiteers of Washington are prepared to — and about to — drive us all over a cliff.

The question is when. We don’t know, but again as analyst Mr Mercouris has stated,  “If you put imbeciles in charge they can do an enormous amount of damage very fast.”

From right to left: Ursula Van Der Leyen (Albrecht), unelected EU President , Justin Trudeau, Prime minister of Canada, Joe Biden, President of the USA and Emmanuel Macron, President of France.

*IG Farben was broken up after the war into lesser corporate components that went on to monopolize and conglomerate.

Steve Brown


The views, analysis, opinion, comments and contributions belong to their authors and do not necessary reflect those of this site.


Follow our ersatz on Telegram (in French):

11 thoughts on “Why the United States is At War with Russia

  1. Superbe discours du nouveau président colombien Gustavo Perro Urrego à l’ONU : https://twitter.com/MomodouTaal/status/1572929253460836352

    Dans un monde parallèle j’observe aussi l’empressement des vieux serviteurs des basses oeuvres : BHL en Ukraine et sur les plateaux des médias serviles, Alain Delon en direct avec Zelenski, Alain Bauer qui assure le service après vente également sur les plateaux TV. Quels rapports entre les 3 ? Delon, qui a fait carrière de sa double vie d’acteur et de gigolo (http://gezile-delareunion.over-blog.com/article-delon-en-large-et-a-vapeur-120517633.html), puis de maquereau d’underage, ce qui entrainera son expulsion du Maroc et le rachat de sa villa par BHL. On retrouve les deux dans le film (peut être le plus grand navet français) “Le jour et la nuit” de BHL tourné au Mexique avec entre autres Karl Zero (juste avant qu’il n’obtienne sa propre émission qui servira à promouvoir Sarkozy en politique, puis à produire des formes de diversions dans les grandes affaires gênantes). Alain Bauer et BHL étaient tous deux des conseillers très proches de Sarkozy. Bauer dont la société ABC (Alain Bauer consulting) spécialisée dans le conseil en vidéo-surveillance à destination des communes était réputée très proche de la CIA. Inutile de préciser que Bauer a été grand maitre du grand orient de France.
    Quant les médias nous demandent d’être serviles, qu’eux même sont serviles auprès de sombres personnages, on peut se douter que ces grands maitres sombres sont aussi serviles à un plus grand maitre qu’eux.
    On nous prend pour des débiles.

    1. Ca me rapelle ce que Luchino disait à l’époque de Gatopardo (tourné en grande partie à cinecita): “toutes les romaine mouillaient leur petites culottes en lui tournant autour ; mais la nuit venue, c’est avec moi qu’il partageait le lit.

      1. Il y en a d’autres qui jouent un double jeu (pas forcement sexuel, mais bon…). Il n’y a qu’à voir Tom Cruise venir visiter des chefs d’Etat dont les tendances sexuelles sont floues, et alors que son lien avec le groupe scientologue est bien connu. Sa relation bizarre avec Zelensky -qui déclarera en 2019 qu’il le trouve beau après leur première rencontre- ou encore Macron (il avait aussi rencontré Sarkozy ou encore Tony Blair) a éveillé mon attention mais je me fais peut-être des idées. Il y a un moment déjà que l’on connait la problématique de la prostitution dans le cinéma, la téléréalité et le mannequinat. On retrouve par exemple le cas de Naomi Campbell qui a supposément rabattu de jeunes femmes vers Jeffrey Epstein.
        Les relations entre adultes ne me posent pas de problèmes, mais ici il est difficile d’ignorer les enjeux pour les uns et les autres tant du point de vue des compromissions que du contrôle mental qui peut être exercé sur eux par ce biais.

      2. Rien qu’à partir de la personnalité de Visconti et de ses oeuvres il est possible de tirer des fils à rallonge sur une partie des réseaux italiens et européens. La famille Visconti, de la vieille aristocratie européenne, est d’ailleurs très liée la famille Sforza, par alliance. De manière anecdotique le jeu de tarot Sforza/Visconti a plus tard été adapté par la nébuleuse Golden Dawn anglaise. Bref, le haut du pavé.

    1. Pourquoi seulement l’Occident ? Un transhumanisme… occidental ? Les peuples d’Orient y échapperaient ? A terme, j’en doute ! Votre analyse est qualitative mais vous semblez tomber vous aussi dans le manichéisme est-ouest.
      C’est TOUTE l’humanité qui est en danger…
      Du fin fond de mon peut-être dernier Chemin,
      Un simple passant

  2. Atmosphère étrange de calme avant la tempête. Soit une guerre massive éclate, soit l’ONU – ou sa quasi dissolution, entérine la partition d’un monde globalement bipolaire. Ou encore autre chose. En espérant une nouvelle fois que les grandes Nations reviennent à la raison et ne sacrifient pas des millions d’humains sur l’autel des intérêts stratégiques.
    Merci à ST51 pour le fil telegram, vraiment intéressant.

  3. POUTINE ANNONCE LA MOBILISATION PARTIELLE EN RUSSIE. ‘L ’OCCIDENTENT SE LIVRE À UN CHANTAGE NUCLÉAIRE

    Le président russe Vladimir Poutine a ordonné, ce mercredi 21 septembre, la mobilisation de 300.000 réservistes pour donner un nouvel élan à son offensive en Ukraine, se disant prêt à utiliser « tous les moyens » de son vaste arsenal contre l’Occident.

    « Ce n’est pas du bluff », a martelé M. Poutine, accusant les pays occidentaux de vouloir « détruire » la Russie, d’avoir recours au « chantage nucléaire » contre elle.

    La mobilisation partielle, annoncée lors d’une rare adresse à la nation et effective dès mercredi, représente une escalade majeure dans ce conflit.

    Elle arrive au lendemain de l’annonce de « référendums » d’annexion par la Russie dans quatre régions de l’est et du sud de l’Ukraine en fin de semaine, une initiative fermement condamnée par les Américains et les Européens.

    Le chef du Kremlin a évoqué le déroulement de l’opération militaire spéciale visant à démilitariser et dénazifier l’Ukraine et à libérer le Donbass.

    Dans les détails, il a annoncé la mobilisation partielle des réservistes dès le 21 septembre, un décret correspondant a déjà été signé.

    Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a précisé que 300.000 réservistes étaient concernés par cet ordre de mobilisation, soit à peine « 1,1% des ressources mobilisables ».

    L’Occident se livre à un chantage nucléaire

    Le Président russe a en outre affirmé que l’Occident se livre à un chantage nucléaire et Washington pousse l’Ukraine à déplacer les hostilités sur le territoire russe.

    « À ceux qui se livrent à un chantage nucléaire contre la Russie, la rose des vents peut se retrouver de votre côté. Washington pousse Kiev à déplacer les hostilités sur le territoire russe, le chantage nucléaire est en cours », a encore insisté M.Poutine.

    « J’aimerais rappeler à ceux qui font ce genre de déclarations que notre pays aussi possède divers moyens de destruction », a déclaré le président russe.

    « Nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour protéger la Russie et notre peuple », a-t-il poursuivi. « Je dis bien tous les moyens (…) Ce n’est pas du bluff », a-t-il insisté.

    Selon le Président russe, la tradition de la Russie et le destin du peuple russe sont de stopper ceux qui « aspirent à l’hégémonie mondiale, qui menacent notre patrie de démembrement et d’asservissement ».

    La patience de Poutine arrive au bout.

    KADYROV: NOUS NE PLAISANTERONS PLUS AVEC LES UKRAINIENS, NOUS PASSERONS À DE NOUVELLES TACTIQUES

    Le président tchétchène Ramzan Kadyrov a annoncé la « transition vers de nouvelles tactiques d’action militaire en Ukraine », affirmant que « ce qui était passé n’était que des plaisanteries enfantines ».

    « Nous passons à une nouvelle tactique concernant l’opération spéciale contre les Ukrainiens, nous ne plaisanterons plus avec eux », a ajouté Kadyrov sur Telegram.

    Selon Kadyrov, les « grandes conséquences -de ce qu’il a qualifié- le nouveau plan de vengeance, attend l’ennemi dans un proche avenir. Les actions précédentes leur apparaîtront comme une blague enfantine ».

    Il a dit : « Seuls ceux qui verront ce message comme un signe non gentil et arriveront à des conclusions équilibrées pour se sauver auront de la chance. Préparez-vous à de nouvelles tactiques ! « .

    Plutôt, Kadyrov a confirmé que des emplacements stratégiques dans la région de Zaporojie, dans le sud de l’Ukraine, sont sous le contrôle total des forces spéciales tchétchènes « Ahmed ».

    Il a poursuivi: « Nos combattants contrôlent totalement tous les points et coordonnent avec leurs collègues au sein des forces russes pour éradiquer les Ukrainiens fascistes, les partisans de Bandera et les mercenaires étrangers. »

    Source: Traduit à partir d’AlMayadeen

    1. Pourquoi les États-Unis sont en guerre contre la Russie

      En juillet 1944, les planificateurs militaires et les industriels allemands savent que l’Allemagne est effectivement vaincue et que la capitulation n’est qu’une question de temps. En août, des industriels de haut rang se réunissent à Strasbourg à l’hôtel Rotes Haus (“Maison rouge”) pour planifier l’avenir industriel de l’Allemagne et celui de l’Europe après la guerre.

      Alors qu’Hitler sombrait dans la folie et l’incohérence après Stalingrad, Martin Bormann définissait la politique nationale et écrivait abondamment sur la manière dont l’Allemagne pourrait survivre à la guerre, en tant que puissante force industrielle. Bien que Bormann n’ait pas pu assister à l’importante réunion de “Maison Rouge”, on sait que le plan de Bormann a été communiqué à l’organisateur principal de la réunion, le SS Obergruppenfuhrer Scheid.

      Martin Bormann

      Si la vaste documentation de Bormann sur l’avenir de l’Europe d’après-guerre et sa future politique industrielle n’a pas survécu à la guerre, son plan, lui, a survécu et a été mis en œuvre, comme le prouve aujourd’hui l’existence de l’Union européenne.

      Les industriels allemands participant à la réunion de Maison Rouge d’août 1944 se sont concentrés sur les échanges, le commerce et les questions monétaires, où la conglomération, la consolidation et la monopolisation des entreprises fourniraient un cadre puissant pour finalement contrôler et dominer l’Europe. Le cartel IG Farben a fourni le modèle industriel pour cette conglomération et ce contrôle.*

      Les drapeaux, les bannières et les marches ont disparu, remplacés par des hommes d’affaires puissants mais anonymes en costume, qui ont cherché à exercer un contrôle sur l’Europe en trois étapes. La première étape consistait à stabiliser financièrement le mark ; la deuxième étape consistait à établir un système bancaire quelque peu similaire au système bancaire actuel de la Fed (pour le financement des grandes industries), et la troisième étape consistait à étendre l’influence industrielle allemande à grande échelle.

      Le “plan Maison Rouge” de Bormann-Scheid reconnaissait que les États-nations devaient coopérer à un niveau élevé lorsqu’il s’agissait de grandes industries, avec pour objectif principal de promouvoir les intérêts combinés de la classe dirigeante. En d’autres termes, l’idée était de construire une Europe industrielle (et non une Europe militarisée) en coopération avec les États-Unis en tant que puissance militaire dominante, en opposition à l’Union soviétique.

      Néanmoins, l’Union européenne en tant que telle ne s’est formée que de nombreuses années après la guerre, et les États-Unis sont devenus la puissance militaire et financière dominante du monde pendant cette période, alors que l’Union soviétique ne pouvait finalement pas rivaliser sur le plan pratique et économique. Nous avons donc tendance à penser que l’Union soviétique a été vaincue par l’Occident en 1991 ; toutefois, cette “défaite” a été obtenue au prix d’un coût stratégique considérable pour l’Occident, car le maintien de l’unipolarité (en tant qu’hégémon mondial) signifie que la suprématie monétaire, économique et militaire doit être constamment maintenue, avec des complications et des risques permanents, à l’échelle mondiale. Référence :

      Voir : https://theduran.com/challenges-to-the-us-unipolar-moment/

      et https://theduran.com/us-power-is-waning/

      En 1991, le plan posthume de Bormann pour l’Europe – qui comprenait les États-Unis et le Canada contre l’Union soviétique – semblait à première vue réussi. Au fur et à mesure que la Russie se développait après 1991 et s’associait à l’Ouest, l’Europe de l’Est et l’Ukraine acquiesçaient au plan de la Fraternité de Bormann. Tout semblait bien se passer pour le plan de la Fraternité…

      Mais … il y avait un problème…

      Outre la nourriture et l’armement, depuis les années 1970, les États-Unis et l’Europe ont décimé leur secteur manufacturier dans son ensemble, au fil du temps. À l’exception notable des produits énergétiques des États-Unis et du Canada, l’Occident a détruit sa base industrielle à partir des années 1970, croyant que la financiarisation de leurs économies et un avenir pastoral avec moins d’industrie est essentiel (c’est-à-dire laisser les “étrangers” faire le travail) – tant que son complexe militaro-industriel peut encore alimenter Wall Street et le FTSE 100, et remplir d’argent les poches du Congrès et du Parlement.

      Washington a juré de se défendre.

      Mais pour Washington, il y a un problème plus important que la corruption légendaire de Kiev… il s’agit de l’abandon progressif du dollar américain à l’échelle mondiale en raison de la duplicité du Trésor américain et de la Banque d’Angleterre. La monnaie souveraine et l’or des nations désormais déclarées “hostiles” ont été confisqués par le Trésor américain et la Banque d’Angleterre pour des motifs idéologiquement criminels, et cette confiscation a marginalisé la foi dans les monnaies fiduciaires occidentales. Ainsi, l’euro et la livre sterling se sont effondrés, faisant paraître le dollar américain “fort” en comparaison, alors qu’il ne l’est pas.

      Janet Yellen et les sbires du Trésor américain sont bien conscients de cette criminalité monétaire ; toute structure monétaire alternative – telle que l’OCS – BRICS et la bourse de l’or de Moscou s’alliant à la bourse de l’or de Shanghai – qui émergerait et défierait la domination de la Réserve fédérale, de la Banque d’Angleterre et de la LBMA, est véritablement le gant de la guerre.

      Mais les élites occidentales du 0,01% de 1% sentent probablement que les bénéfices du complexe militaro-industriel de cette guerre pourraient dépasser l’augmentation de 100% de la richesse qu’ils ont connue grâce à la pandémie. C’est certainement une incitation à la guerre également… après tout, les .01% de 1% totalitaires ont mis le Congrès et l’Exécutif américains au pouvoir – ainsi que les parlements européens. De même, depuis que les États-Unis ont fui l’Afghanistan dans la honte, l’orgueil américain ne peut accepter une autre humiliation de la variété surabondante qu’ils ont reçue sur le champ de bataille depuis la “fin” de la Seconde Guerre mondiale. Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, Washington est déterminé à affronter et à détruire la Russie.

      Ce dont les autocrates américains doivent s’inquiéter, c’est de savoir si cette guerre avec la Russie restera conventionnelle – un pari. Comme l’a déclaré M. Mercouris, analyste du Duran, “les néoconservateurs de Washington n’ont pas de marche arrière”. Bien entendu, cela s’applique également aux “dirigeants” de l’UE, si l’on peut les appeler ainsi. Et avec la prédilection de l’État américain pour la guerre, la destruction et les ravages, il semble que les profiteurs bellicistes de Washington soient prêts à – et sur le point de – nous conduire tous au bord du précipice.

      La question est de savoir quand. Nous ne le savons pas, mais comme l’a déclaré l’analyste M. Mercouris, “Si vous mettez des imbéciles aux commandes, ils peuvent faire d’énormes dégâts très rapidement.”

      De droite à gauche : Ursula Van Der Leyen (Albrecht), présidente non élue de l’UE, Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, Joe Biden, président des États-Unis et Emmanuel Macron, président de la France.

      *Après la guerre, IG Farben a été scindé en plusieurs entreprises de moindre importance, qui ont ensuite exercé des monopoles et des conglomérats.

      Steve Brown

      Les points de vue, analyses, opinions, commentaires et contributions appartiennent à leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement ceux de ce site.
      Suivez notre ersatz sur Telegram (en français) :
      Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :